Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2016

L’avion de transport militaire des forces aérospatiales russes a livré 40 tonnes des cargaisons humanitaires de la Serbie sur la base aérienne de Hmeimim

Nous voudrions savoir alors que la France, l'Allemagne et toute la clique de mafieux en Europe et aux USA qui n'ont de cesse que de réclamer des trêves humanitaires en Syrie uniquement pour armer leurs mercenaires,

Quand ces pays criminels ont-ils adressé leurs aides humanitaires en Syrie à part passer leur temps à renouveler des sanctions contre ce pays  ? 

Ces bandes d'hypocrites et de criminels qui protègent leurs mercenaires pour continuer à voler ce pays de ses richesses tout en massacrant les civils  !

Les sanctions canadiennes liées à la Syrie

Les sanctions occidentales contre la Syrie ne font que punir le citoyen ordinaire…… et gêner l’aide humanitaire, révèle un rapport de l’ONU

Syrie: Bush prolonge les sanctions - Le Figaro

ETATS-UNIS / SYRIE: Barack Obama prolonge les sanctions ...

Barack Obama prolonge les sanctions américaines visant la Syrie - RFI

USA: Obama prolonge les sanctions contre la Syrie

L'UE prolonge d'un an ses sanctions contre le gouvernement syrien ...

Obama prolonge les sanctions contre la Syrie - Sputnik France

 

L’avion de transport militaire des forces aérospatiales russes a livré 40 tonnes des cargaisons humanitaires de la Serbie sur la base aérienne de Hmeimim

21.10.2016 (00:15)  

 

http://fr.syria.mil.ru/images/military/Il-76-DSC1620%283%29_120.jpg

 

L’avion de transport militaire Il-76 des forces aérospatiales russes a livré le premier lot des cargaisons humanitaires de l’aéroport Constantin-le-Grand de Niš destiné des habitants défavorisés.

L’avion de transport militaire des forces aérospatiales russes a livré 40 tonnes des cargaisons humanitaires de la Serbie sur la base aérienne de Hmeimim

On a livré plus de 40 tonnes des cargaisons humanitaires serbes (farine, conserves, huile, vêtements, médicaments) sur la base aérienne de Hmeimim.

Les convois humanitaires accompagnés par un personnel militaire du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes sur le territoire de la République arabe syrienne livreront les provisions et les vêtements au plus tôt dans les cités les plus touchées par des actions militaires.

Les avions Il-76 de l’aviation de transport militaire russe avaient précédemment livré près de 40 tonnes de légumes, pâtisseries et sucre de l’aéroport arménien Erebouni sur la base aérienne de Hmeimim.

 

 

Résolution sur la Syrie: Moscou espère que les auteurs cessent le soutien aux djihadistes

 
Comme cela nous savons que 33 pays forment, financent et arment leurs mercenaires pour faire leur sale besogne et qu'ils sont complices des USA avec lesquels ils se coalisent pour entretenir leur terrorisme d'état dans les pays européens  !
 
Ensuite, ils viendront nous parler d'état d'urgence et de la soi-disant lutte contre le terrorisme dans les pays européens !
 
 
Alep
 
L'ambassadeur de Russie auprès des Nations-Unies s’est vu couper ce vendredi son micro alors qu’il abordait le thème de la Syrie lors d’une réunion du Conseil des droits de l'homme de l'Onu. Voici le texte de son discours.

La Russie s'attend à ce que les auteurs du projet de résolution du Conseil des droits de l'homme de l'Onu sur Alep cessent de soutenir les djihadistes et aident à expulser d'Alep les terroristes du Front al-Nosra et leurs alliés, a annoncé le représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu et d'autres organisations internationales à Genève, Alexeï Borodavkine.
 
« Nous espérons que ces pays finiront par entendre la voix de la raison : cesseront de soutenir les djihadistes et — pas en paroles, mais en actions — commenceront à les éradiquer, contribueront à la séparation des terroristes et de l'opposition modérée et aideront à chasser d'Alep le Front al-Nosra et ses alliés et ce en soutenant l'initiative appropriée de l'envoyé spécial du secrétaire général de l'Onu Staffan de Mistura », a-t-il indiqué dans son discours cité par le site du ministère russe des Affaires étrangères.


En outre, Moscou espère que les pays en question mettront fin aux livraisons d'armes aux terroristes et apporteront une contribution réelle à la poursuivre des négociations intersyriennes, a précisé M. Borodavkine.

« Nous sommes persuadés que la mise en place de ces mesures permettra de créer en Syrie des conditions nécessaires à l'application en Syrie des normes universelles en matière des droits de l'homme et du droit humanitaire », a-t-il souligné.
 
 
Vendredi, le Conseil des droits de l'homme de l'Onu a approuvé la résolution sur la Syrie proposée par le Royaume-Uni. Soutenu par 33 pays, le document n'a pas satisfait Moscou qui a exigé que des amendements y soient apportés.

Moscou fustige l'«oubli» du secrétaire général de l'Onu au sujet d'Alep

L'ONU complice des terroristes !

 

Moscou fustige l’«oubli» du secrétaire général de l’Onu au sujet d’Alep

 

Vitali Tchourkine, ambassadeur permanent  de Russie auprès de l'Onu

 

L’ambassadeur permanent de la Russie auprès de l’Onu Vitali Tchourkine a déploré le fait que le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon ait oublié de mentionner les activités terroristes dans son rapport sur la situation à Alep.

 
Selon l'ambassadeur russe, le secrétaire général Ban Ki-moon et d'autres membres de l'Onu n'ont pas accordé suffisamment d'attention au problème des terroristes lors de la réunion informelle de l'Assemblée générale sur la Syrie.

 

« Ce qui se passe dans cette salle nous laisse perplexes. Comment est-il possible qu'en parlant de la situation en Syrie, de la situation humanitaire catastrophique qui y règne, le secrétaire général de l'Onu passe sous silence les organisations terroristes, le Front al-Nosra, et Daech. Est-ce que la lutte contre le terrorisme ne fait pas partie des objectifs de l'Onu ? », a déclaré le diplomate dans un discours lors de la réunion informelle de l'Assemblée générale sur la situation en Syrie.

 

Ces derniers mois, la situation dans la ville syrienne d'Alep s'est extrêmement détériorée : des combats acharnés secouent la ville et la région chaque jour. Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a déclaré dans son discours que près de 500 personnes ont été tuées et environ 2 000 blessées lors de l'offensive de l'armée syrienne dans un quartier d'Alep. Dans le même temps, le secrétaire général a salué la fin des frappes aériennes russes dans cette région.



Le délégué permanent de la Russie a ajouté que les résolutions 2249 et 2254 adoptées à l'unanimité au sein du Conseil de sécurité enjoignent aux membres des Nations unies « d'éradiquer le refuge sûr qu'ils (terroristes) ont créé dans plusieurs territoires de la Syrie ».

« Est-ce que le secrétaire général, quand il parle de la Syrie, prend en compte ces résolutions du Conseil de sécurité? », s'est interrogé le diplomate.

 

 

21/10/2016

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE adoptent la déclaration dénonçant la Russie et la Syrie

Les malfaisants à l’œuvre de la destruction !

SAUVONS NOS MERCENAIRES ET ACCUSONS LA RUSSIE ET LA SYRIE !

Comme cela nous savons qui finance le terrorisme dans le monde et nous avons la confirmation que l'UE est une construction NAZIE ! !

 

 

Palmyre

 

 

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE adoptent la déclaration dénonçant la Russie et la Syrie

Par Alex Lantier
19 octobre 2016

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE adoptent la déclaration dénonçant la Russie et la Syrie

Lors de la réunion à Luxembourg hier, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne (UE) ont adopté une déclaration dénonçant les actions des régimes russes et syriens dans la guerre que l’OTAN mène maintenant depuis cinq ans pour un changement de régime en Syrie.

Dans une autre démarche réactionnaire hier pour augmenter la pression sur Moscou, les autorités bancaires britanniques ont clôturé les comptes bancaires de Russia Today (RT) l’émission télévisuelle en langue anglaise de l’État russe. La Royal Bank of Scotland (RBS) a ensuite nié avoir gelé les avoirs de RT, mais les responsables de RT ont cité une lettre de RBS qui a déclaré : « Nous avons récemment entrepris un examen de vos arrangements bancaires avec nous et nous avons conclu que nous ne serons plus disposés à vous fournir ces services ». RBS a qualifié la décision de « finale » et a dit qu’elle n’était « pas de tout disposée à commenter la décision ».

La déclaration de Luxembourg aligne l’UE sur le flot de propagande anti-russe émanant de Washington. Alors que les milices islamistes soutenues par les États-Unis (É-U) à Alep sont en proie à une défaite aux mains de l’armée syrienne et de la force aérienne russe, les médias américains dénoncent Moscou. Les officiers militaires américains de premier plan ont publiquement préconisé l’imposition de zones d’exclusion aérienne sur la Syrie afin de retenir les avions de combat russes au sol, tout en reconnaissant que cela nécessiterait une guerre avec la Syrie et la Russie, une puissance possédant l’arme nucléaire.

La déclaration de l’UE fait écho à cette propagande de guerre mensongère. Elle appelle à mettre fin à tous les vols au-dessus d’Alep et dénonce Moscou pour d’éventuels « crimes de guerre », tout en cachant l’armement par l’OTAN des milices liées à Al-Qaïda, comme le Front al-Nosra (maintenant connu sous le nom de Fatah al-Sham), en Syrie.

Elle explique que : « Le régime syrien a la responsabilité principale de la protection de la population syrienne. L’UE condamne donc fermement les attaques excessives et disproportionnées par le régime et ses alliés, à la fois délibérées et aveugles, contre les populations civiles, du personnel humanitaire et de soins médicaux, et les infrastructures civiles et humanitaires et appelle les autorités syriennes à cesser les bombardements aériens aveugles. L’UE condamne les violations systématiques, généralisées et flagrantes des droits de l’homme et toutes les violations du droit international humanitaire par toutes les parties, en particulier le régime syrien et ses alliés ».

Il a également été convenu au sommet de fournir une aide financière aux régimes libanais et jordaniens, qui accueillent des camps de réfugiés syriens, ainsi que pour l’emploi des jeunes en Tunisie, où, il y a cinq ans, des manifestations de masse contre le chômage se sont transformées en un soulèvement de la classe ouvrière qui a renversé la dictature soutenue par l’OTAN.

La déclaration de l’UE pour une intervention sur la base des arguments impérialistes « humanitaires » est tout à fait cynique. Elle reconnaît que l’opposition est coupable de violations systématiques et massives des droits de l’homme. Armée et soutenue par l' OTAN, l’opposition a en effet perpétré des centaines d’attentats terroristes, de massacres sectaires et des exécutions en masse de prisonniers, ainsi que le pillage d’usines et d’entrepôts de céréales, forçant plus de 10 millions de Syriens à fuir leurs foyers.

La méthode de propagande de l’UE est l’indignation sélective. Cachant son propre rôle politique criminel en soutenant les milices de l’opposition, elle affirme simplement que l’indignation doit se fixer uniquement sur Moscou et Damas, alors même que Washington et l’UE sont en train d’appuyer un assaut militaire sur Mossoul, ce qui pourrait provoquer un bain de sang encore plus grand par le régime fantoche des États-Unis en Irak.

Il n’y a rien de progressiste dans les tentatives des régimes russes et syriens pour reprendre une plus grande sphère d’influence en Syrie, qu’ils visent à utiliser comme base pour négocier de meilleures relations avec l’impérialisme. Néanmoins, leurs actions, y compris le bombardement de l’est d’Alep, sont une réponse à une guerre dirigée par la CIA.

La condamnation de Moscou par l’UE a des relents d’hypocrisie. L’UE soutient avec enthousiasme le droit des États membres de l’UE de suspendre les droits démocratiques et imposer un état d’urgence, comme en France, en réponse aux attaques terroristes islamistes. En 2014, après avoir appuyé la mise au pouvoir d’un régime d’extrême-droite anti-russe en Ukraine par un putsch à Kiev, elle a soutenu la sanglante répression militaire du nouveau régime de Kiev contre l’opposition russophone de l’est de l’Ukraine.

Pourtant à Bruxelles, ils dénoncent les tentatives du régime Assad de se défendre contre une menace militaire beaucoup plus importante comme un crime de guerre, malgré l’intervention directe de la CIA et des agences européennes de renseignement, et le financement par les émirats pétroliers du Golfe Persique, afin de soutenir les milices islamistes liées à Al-Qaïda.

Les ministres européens des Affaires étrangères, en particulier de la Grande-Bretagne et de la France, ont lancé des appels forts moralisateurs en appui de la déclaration de l’UE. « La pression doit être forte », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault sur les relations de l’UE avec la Russie. « Plus l’Union européenne fait preuve d’unité et de détermination, plus nous pouvons aller de l’avant dans ce qui est une obligation morale : pour arrêter le massacre de la population d’Alep ».

De même, le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a dit que l’opération de bombardement russe sur Alep « déshonore l’humanité » et a dénoncé Moscou comme « les marionnettistes » du gouvernement syrien.

Néanmoins, il y avait aussi des indications de tensions profondes entre l’UE et Washington et au sein de l’UE elle-même, dans les négociations qui ont précédé la publication de la déclaration de l’UE.

La déclaration se démarque des exigences plus agressives du Pentagone pour l’escalade militaire. « L’UE est convaincue qu’il ne peut y avoir de solution militaire au conflit », déclare-t-elle, appelant à des négociations afin que Washington et l’UE puissent évincer Assad sans risquer une guerre totale avec la Russie.

Le Haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, a souligné ceci à sa conférence de presse hier soir sur la déclaration de l’UE : « L’UE soutient et encourage tous les efforts dans tous les formats non seulement pour arrêter les bombardements sur Alep, mais soutient également tous les efforts pour éviter toute nouvelle escalade militaire et toute autre confrontation directe sur un plan militaire ».

La réunion de l’UE a également rejeté les appels de Washington à l’intensification des sanctions contre la Russie, qui ont été explicitement critiqués par plusieurs puissances de l’UE, avec l’Allemagne en tête. « À l’heure actuelle, je ne vois pas comment des sanctions, qui peuvent avoir un impact à long terme, devraient aider ici à améliorer la situation de la population civile [syrienne] », a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier.

Des critiques similaires ont émergé en Hongrie, en Grèce, à Chypre et en Autriche, dont le ministre des Affaires étrangères, Sebastian Kurz, a déclaré : « L’idée d’avoir des sanctions supplémentaires contre la Russie serait une erreur. On n’a pas besoin d’une nouvelle escalade ».

Depuis le vote britannique pour quitter l’UE, qui a donné lieu à la demande de Berlin, Rome et Paris à une politique militaire commune des autres États restants de l’UE, les appels pour une politique militaire de l’UE indépendante ont continué à croître. La marche américaine vers la guerre contre la Russie et la Chine rencontre une opposition de sections de la classe dirigeante européenne. À plus long terme, ils envisagent la possibilité de concevoir une politique de guerre indépendamment de, et potentiellement contre, Washington.

La bourgeoisie européenne mène une expansion militaire massive, déboursant des dizaines de milliards d’euros de plus chaque année dans les dépenses militaires ; ses conflits avec Washington ne relèvent pas du pacifisme. Elle craint toutefois que la marche américaine à la guerre puisse déstabiliser l’Europe et provoquer une guerre majeure avant qu’ils y soient prêts.

Ces questions ont émergé dans un article récent, intitulé « La politique russe de l’Amérique et l’ordre de la sécurité européenne, » par le groupe de réflexion allemand Stiftung Wissenschaft und Politik (SWP). « Les relations américano-russes restent au centre de l’ordre de la sécurité européenne », s’est plaint le SWP, en ajoutant : « les intérêts sociaux et économiques forts dans une relation de coopération stable n’ont pas réussi à se développer ».

Cela a abouti à une situation, a ajouté, le SWP où « Washington est de plus en plus confronté au choix entre accepter une sphère d’influence [russe] dans l’intérêt de la coopération mondiale et de la prévention des risques de guerre, et des rivalités entre grandes puissances avec un fort potentiel d’escalade ».

(Article paru en anglais le 18 octobre 2016)

 

17/10/2016

Les « sanctions économiques » ou la guerre en col blanc

Les États-Unis et l’Union européenne ont lancé une guerre qui ne dit pas son nom contre la Syrie, l’Iran et la Russie, celle des « sanctions économiques ». Cette tactique redoutable a tué plus d’un million d’Irakiens dans les années 90, sans éveiller les soupçons des opinions publiques occidentales. Elle est aujourd’hui patiemment mise en place contre les États qui refusent d’être dominés par l’Ordre mondial unipolaire.

 

JPEG - 50.1 ko

Par le passé, la stratégie des guerres conventionnelles comprenait le siège d’une ville ou d’un État. Il s’agissait d’isoler l’ennemi, de l’empêcher d’utiliser ses ressources, de le soumettre à la famine, et en définitive de le vaincre. En Europe, l’Église catholique a fermement condamné cette tactique comme criminelle en ce qu’elle tue d’abord les civils, et seulement ensuite les belligérants.

Aujourd’hui, les guerres conventionnelles comprennent les « sanctions économiques », qui visent aux mêmes buts. De 1990 à 2003, les sanctions décrétées contre l’Irak par le Conseil de sécurité des Nations unies tuèrent plus d’un million de civils. De fait, il s’agissait bien d’une guerre menée par des banquiers au nom de l’institution chargée de promouvoir la paix.

Il est probable que plusieurs États qui votèrent pour ces sanctions n’en avaient perçu ni l’ampleur, ni les conséquences. Il est certains que lorsque certains membres du Conseil de sécurité en demandèrent la levée, les États-Unis et le Royaume-Uni s’y opposèrent, portant en cela la responsabilité du million de morts civils.

Après que de nombreux hauts-fonctionnaires internationaux ont été renvoyés pour leur participation au massacre du million de civils irakiens, les Nations unies réfléchirent à la manière de rendre des sanctions plus performante par rapport aux objectifs annoncés. C’est-à-dire de s’assurer qu’elles ne toucheraient que les responsables politiques et militaires et pas les civils. On parla donc de « sanctions ciblées ». Cependant, malgré les nombreuses recherches en la matière, on n’a jamais pratiqué de sanctions contre un État qui ne touchent que ses dirigeants et pas sa population.

L’effet de ces sanctions est lié à l’interprétation que les gouvernements font des textes qui les définissent. Par exemple, la plupart des textes évoquent des sanctions sur les produits à double usage civile et militaire, ce qui laisse une grande marge d’interprétation. Une carabine peut-être interdite à l’exportation vers un État déterminé car elle peut servir aussi bien à la chasse qu’à la guerre. Mais une bouteille d’eau peut être bue aussi bien par une mère de famille que par un soldat. En conséquence, les mêmes textes peuvent aboutir —selon les circonstances politiques et l’évolution de la volonté des gouvernements— à des résultats extrêmement différents.

La situation est d’autant plus compliquée qu’aux sanctions légales du Conseil de sécurité s’ajoutent les sanctions illégales des États-Unis et de l’Union européenne. En effet, si des États ou des institutions intergouvernementales peuvent légalement refuser de commercer avec d’autres, ils ne peuvent établir de sanctions unilatéralement sans entrer en guerre.

Le terme de « sanction » laisse à penser que l’État qui en est l’objet a commis un crime et qu’il a été jugé avant d’être condamné. C’est exact pour les sanctions décrétées par le Conseil de sécurité, mais pas pour celles unilatéralement décidées par les États-Unis et l’Union européenne. Il s’agit purement et simplement d’actes de guerre.

Depuis la guerre contre les Britanniques, en 1812, Washington s’est doté d’un Bureau, l’Office of Foreign Assets Control, qui est chargé de mener cette guerre en cols blancs.

Actuellement les principaux États victimes de sanctions, ne le sont pas du fait des Nations unies, mais exclusivement des États-Unis et de l’Union européenne. Ce sont la Syrie, l’Iran et la Russie. C’est-à-dire les trois États qui se battent contre les jihadistes soutenus par les Occidentaux.

La plupart de ces sanctions ont été prises sans lien direct avec la guerre contemporaine contre la Syrie. Les sanctions contre Damas sont principalement liées à son soutien au Hezbollah libanais et à l’asile qu’il avait accordé au Hamas palestinien (qui a depuis rejoint les Frères musulmans et se bat contre lui). Les sanctions contre l’Iran ont été prétendument prises contre son programme nucléaire militaire, même si celui-ci a été clôturé par l’ayatollah Khomeiny, il y a trente ans. Elles se poursuivent malgré la signature de l’accord 5+1 censé résoudre ce problème qui n’existe pas. Celles contre la Russie sanctionnent le rattachement de la Crimée après que celle-ci a refusé le coup d’État nazi de Kiev, qualifié de « révolution démocratique » par l’Otan.

Documents joints