Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2015

Des avions russes frappent un poste de commandement et d’autres installations de Daesh (VIDEOS)

Et allez, ça y va à la manœuvre !

Des avions russes frappent un poste de commandement et d’autres installations de Daesh (VIDEOS)

8 oct. 2015, 17:12

Les frappes russes en Syrie

Les frappes russes en Syrie

Le ministère russe de la Défense a publié trois vidéos provenant des raids aériens russes en Syrie, le 8 octobre. Lors des frappes, les avions ont détruit un centre de commandement, un dépôt de carburant et des fortifications des terroristes.

 Frappe sur un entrepôt de carburants de Daesh près de Khan al-Asal



Les forces aériennes russes frappent

le centre de commandement terroriste près de Tamana



La Russie a bombardé les positions retranchées
de l’Etat Islamique à proximité de Tamana

 

 

L'opération fulgurante des avions russes en Syrie, le bilan de la première semaine !

HOURRA POUTINE !

Les opérations militaires russes qui permettent aujourd’hui à l’armée Syrienne de lancer une vaste offensive contre Daesh !

Les forces armées syriennes lancent une vaste offensive contre Daesh !

Bien sûr les deux nazisionistes de l’OTAN :

1 - le secrétaire de l’OTAN qui s'inquiète de voir échouer tous les plans de la mafia internationale Kazhare des Rothschild & Cie : Adieu le Grand Israël, le Grand Moyen Orient et leur Nouvel Ordre Mondial qui passait par Damas en Syrie pour ensuite aller s'attaquer à l'Iran et ainsi de suite. Il s'inquiète donc de la réussite des frappes russes en Syrie, et

2 - le président ERGOGAN, dont la Turquie membre de l’OTAN qui a toujours largement financé ISIS et Cie et qui voit revenir sur son propre territoire, ses propres mercenaires qui sont chassés de Syrie grâce aux frappes russes et qui menace la Russie d’interrompre l’achat de gaz russe et de compromettre la construction d’une centrale nucléaire. Pas grave, les élections arrivent et il n’est pas du tout sûr qu’ERGODAN restera au pouvoir. Ce d’autant plus que l’opposition à la politique d’ERDOGAN est ravie de l’intervention russe en Russie. L’opposition turque favorable à une opération contre l’EI

L'Otan voit une "escalade inquiétante" de l'activité militaire russe en Syrie

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a qualifié jeudi "d'escalade inquiétante" l'activité militaire de la Russie en Syrie, alors que Moscou multiplie des frappes massives sur les positions de l'EI depuis une semaine.

Incident aérien: le président turc menace de renoncer au gaz russe

Par ailleurs, la Turquie pourrait revoir la participation de la Russie à la construction de la centrale nucléaire d'Akkuyu.

La Turquie pourrait revoir ses achats de gaz russe sur fond de tensions avec la Russie provoquées par un récent incident aérien, a déclaré jeudi...

L'opération fulgurante des avions russes en Syrie, le bilan de la première semaine

8 oct. 2015, 08:35

Su-24M

Dure semaine pour les terroristes en Syrie : en quelque sept jours, la Russie a effectué plus d’une centaine de frappes aériennes contre leurs positions.

La Russie a lancé sa campagne aérienne en Syrie le 30 septembre et a réalisé, depuis, 120 sorties qui ont frappé 110 cibles en une semaine, selon le ministère russe de la Défense. Parmi les objectifs détruits figurent :

  • 70 véhicules blindés, 
  • 30 autres véhicules, 
  • 19 installations de commandement, 
  • 2 centres de communication, 
  • 23 dépôts de munitions 
  • 6 usines de fabrication d’engins explosifs improvisés, notamment des voitures piégées, 
  • plusieurs pièces d’artillerie, 
  • plusieurs camps d’entraînement.

 

«Des terroristes en fuite » 

L’objectif évident de cette phase de l’opération est de miner la capacité des combattants à maintenir leur pression sur les forces gouvernementales, au moyen de raids constants et d’attaques permettant à l’armée syrienne de trouver le temps nécessaire pour se regrouper et lancer une offensive. 

Les objectifs des frappes aériennes russes étaient dispersés à travers toute la Syrie, depuis le bastion de Daesh à Raqqa, dans le nord-est, à proximité de la cité antique de Palmyre, jusqu’aux banlieues du sud de Damas. 

Selon les militaires russes, la campagne de bombardement a sapé le moral des troupes de combattants de Daesh en poussant des milliers d’entre eux à s’enfuir.

Des avions de pointe 

La flotte des appareils est très variée. Son noyau dur est constitué des «bourreaux de travail» que sont le bombardier SU-24 et le chasseur de soutien au sol SU-25. Ces deux avions ont été conçus il y a des décennies, mais les forces aériennes russes en utilisent des versions plus récentes. Des appareils de conception plus contemporaine sont également utilisés, tel le SU-34 qui n’est entré en service en Russie que l’année dernière. Le théâtre de combats en Syrie offre aux ingénieurs russes un champ d’essai pour tester cet avion qui peut frapper des cibles depuis l’altitude de 5000 mètres, loin de la portée des armes anti-aériennes dont disposent les combattants de l’Etat islamique. 


Les forces aériennes emportent un grand nombre de bombes dans leurs opérations, telles que les Kh-25L de pointe et guidées par laser, les KAB-250 orientables, les BETAB-500 qui détruisent des bunkers et les bombes plus simples et moins coûteuses FAB-500. Cette variété permet aux forces russes de frapper avec une très grande précision, où nécessaire, et de bombarder avec une puissance dévastatrice sans aucun dommage collatéral.


Le contrôle de mission 

Les missions russes partent de la base aérienne de Lattaquié. Il y a seulement deux mois, c’était un aérodrome abandonné, mais c’est aujourd’hui le point de départ de dizaines de sorties quotidiennes. Cette base aérienne accueille non seulement les avions les plus sophistiqués de la planète, mais également les pilotes de combat russes, ainsi que des techniciens et des troupes de soutien. Des militaires syriens se trouvent également dans la base pour aider à coordonner les opérations. 

De plus, la base aérienne est à même de se défendre. Des hélicoptères Mil Mi-24 patrouillent à proximité et sont prêts à frapper tous combattants qui tenteraient de l’attaquer. Des chars et d’autres véhicules blindés sont également prêts à repousser une attaque de grande envergure. 

Des complexes mobiles de défense aérienne Pantsir-S1 et des systèmes de guerre électronique avancés couvrent l’espace aérien.



En savoir plus : des hélicoptères d’attaque Mi-24 protègent la base militaire russe en Syrie

Des bévues et des faux 

La campagne aérienne russe a déjà connu quelques incidents bizarres. Ankara a ainsi déclaré que la Russie avait violé son espace aérien à deux reprises en une semaine. Moscou a promis de corriger ses missions de combat pour éviter de tels incidents à l’avenir. Des responsables de l’OTAN ont accusé la Russie de «violations inacceptables», notamment le sectrétaire général Jens Stoltenberg, mais la Turquie a semblé s’accommoder d’erreurs de ce genre. 

Le plus inquiétant sont les plaintes de responsables occidentaux qui reprochent à la Russie de cibler des rebelles soutenus par l’Occident en Syrie au risque de tuer des agents de la CIA sur le terrain. La Russie répète qu’elle vise uniquement les troupes terroristes et a montré comment ces derniers utilisaient des mosquées et d’autres installations civiles pour protéger leurs armes des attaques russes. Les forces modérées « ne sauraient recourir à pareilles pratiques », a fait remarquer le ministère russe de la Défense, Sergueï Choïgou.  

Les informations nombreuses sur des pertes civiles provoquées par les frappes russes n’ont pas été confirmées par des sources fiables. Ces allégations ont été réfutées à plusieurs reprises, car il a été démontré que les photos ou vidéos sur lesquelles elles se fondaient avaient été prises avant la campagne de frappes aériennes. 

Le ministère russe de la Défense a, de son côté, fourni des vidéos des frappes aériennes. Les militaires essaient de rendre l’opération la plus transparente possible.

En savoir plus : Qui se trouve derrière les sources accusant la Russie de frapper l'opposition en Syrie?

Quelle est la suite ? 

Une semaine après la lutte contre Daesh en Syrie, la Russie intensifie ses efforts. La marine russe s’est jointe à la campagne, mercredi en lançant des dizaines de missiles de croisière depuis la mer Caspienne contre des positions des terroristes en Syrie. 

L’Irak pourrait bientôt demander à la Russie de lancer des frappes contre les troupes de Daesh qui se trouvent sur son territoire, en élevant ainsi le niveau de coopération de Bagdad avec Moscou, Damas et Téhéran.

 

 

 

 

 

TRES URGENT : Les forces armées syriennes lancent une vaste offensive contre Daesh !

HOURRA POUTINE !

La libération de la Syrie est proche grâce au soutien de la Russie de Poutine à Assad, n'en déplaise aux nazisionistes et notamment à la mafia Kazhare des Rothchild !

Poutine a cassé : Le jouet de l'Empire : ISIS/DAESH/DAECH/EI. création, financement, armement.

Le rêve de l’armée Syrienne qui se réalise de reprendre les villes et les régions clé contrôlées par les terroristes, à la suite de la semaine de bombardements russes contre les positions djihadistes.

Les forces armées syriennes lancent une vaste offensive contre Daesh

8 oct. 2015, 09:26

Les forces syriennes

Source: RIA NOVOSTI - Les forces syriennes

Les militaires syriens ont annoncé une vaste offensive visant à reprendre les villes et les régions clé contrôlées par les terroristes, à la suite de la semaine de bombardements russes contre les positions djihadistes.

Les forces gouvernementales «envisageaient cette initiative depuis des années»,  a déclaré le général Ali Abdoullah Ayyoub, chef de l’état-major général syrien en annonçant l’offensive. D’après les militaires syriens, l’opération est devenue possible grâce au soutien militaire de la Russie au gouvernement syrien.

 

«Les raids des forces aériennes russes ont endommagé les capacités de Daesh, l’organisation terroriste internationale et d’autres groupes», a souligné le général.

Les avions russes ont lancé leurs attaques contre les positions terroristes la semaine dernière, en touchant de nombreuses cibles à travers le pays. Selon le vice-ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Mekdad, la Russie «a obtenu plus de résultats significatifs en quelques jours que la coalition internationale au cours d’une année».

Plus tôt, les medias syriens ont rapporté que les forces gouvernementales avaient été déployées dans plusieurs provinces syriennes alors que l’opération la plus importante a eu lieu à Hama, à quelque 50 kilomètres, samedi et s’est conclue par la prise de plusieurs villes et bastions, dans les montagnes, qui étaient aux mains des combattants du Front al-Nosra, la branche d’Al-Qaïda en Syrie et d’autres groupes terroristes dans la région.

En savoir plus : l'opération fulgurante des avions russes en Syrie, le bilan de la première semaine

Les forces syriennes gouvernementales ont également lancé une offensive dans la région d’Idlib.

 

Syrie: les technologies militaires russes en action

Allez, juste pour montrer aux terroristes gouvernementaux les capacités militaires russes !

Voir aussi en photos : Les hélicoptères d'assaut russes sur l'aérodrome syrien de Hmeimim

Syrie: les technologies militaires russes en action

18:31 07.10.2015(mis à jour 19:39 07.10.2015)

La Flottille russe de la Caspienne attaque l'EI en Syrie

Le ministère russe de la Défense a publié mercredi une vidéo montrant la première utilisation en combat de ses missiles de croisière Kalibr, concurrents des Tomahawk américains.

Quatre navires de guerre russes ont tiré mercredi 26 missiles de haute précision Kalibr-NK, concurrents des Tomahawk américains, contre les sites du groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie, a annoncé le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou au président Vladimir Poutine.

"La Flottille de la Caspienne a rejoint mercredi l'aviation russe qui lutte contre les terroristes. Quatre navires ont tiré 26 missiles de croisière embarqués Kalibr qui ont détruit 11 cibles" à une distance de 1.500 kilomètres, a indiqué M.Choïgou.

La mission a été accomplie par la frégate Daghestan (projet 11661K) et les corvettes lance-missiles Grad Sviajsk, Ouglitch et Veliki Oustioug (projet 21631). La frégate Daghestan, le premier navire russe à s'être doté des Kalibr-NK, a été aussi la première à tirer ces missiles contre les terroristes de l'EI.

 


Corvette lance-missiles Veliki Oustioug (projet 21631)

© Photo. Министерство обороны РФ

Corvette lance-missiles Veliki Oustioug (projet 21631)

Selon un responsable de l'industrie de défense russe, "il s'agit de la première utilisation de ces missiles en combat réel. Les tirs précédents de missiles Kalibr ont eu lieu dans le cadre d'exercices et de tirs d'entraînement".

"Les Kalibr ressemblent à peu près aux missiles de croisière embarqués américains Tomahawk. Mais le système russe est plus récent, il comprend des missiles plus variés, y compris supersoniques, antinavires et autres. Les missiles russes ont en outre une plus grande portée", a ajouté le responsable.

 

 

Le missile de croisière à haute précision Kalibr-NK est destiné aux navires de surface. Selon les militaires, il a une portée d'au moins 2.600 km pour les cibles terrestres et de 350 km pour les cibles navales. La famille des missiles Kalibr (code Otan: SS-N-27 Sizzler) comprend en outre une version pour sous-marins, Kalibr-PL, qui équipent notamment le sous-marin nucléaire K-560 Severodvinsk (projet 885 Iassen).

Les forces aériennes russes effectuent, depuis le 30 septembre, des frappes ciblées contre les sites de l'EI en Syrie à la demande du président Bachar el-Assad. Le groupe aérien comprend une cinquantaine d'avions dont des Su-24M, des Su-25 et des nouveaux Su-34 polyvalents.

 

 

«Nous voudrions que la Russie joue un rôle plus grand que les Etats-Unis en Irak», défense irakienne

Tout le monde est en demande du soutien de la Russie !

«Nous voudrions que la Russie joue un rôle plus grand que les Etats-Unis en Irak», défense irakienne

7 oct. 2015, 12:20

 Su-24

Su-24

Selon le président du comité parlementaire de la Défense irakien, Bagdad voudrait que Moscou s'implique plus dans la campagne menée contre les terroristes et pourrait lui demander officiellement de conduire des frappes aériennes sur son territoire.

«Nous pourrions bientôt être contraints de demander à la Russie d’entamer des frappes aériennes en Irak. Je pense que dans les jours ou les semaines qui viennent, l’Irak sera contraint de demander à la Russie de lancer des frappes aériennes et cela dépendra de leur succès en Syrie», a déclaré Hakim al-Zamili, président du comité parlementaire irakien de la Défense.

«Nous voudrions que la Russie joue un rôle plus grand en Irak, plus grand que les Etats-Unis», a-t-il poursuivi.

Lire aussi : Pour Donald Trump, le Moyen-Orient serait plus stable si Kadhafi et Saddam étaient toujours là

D’après Hakim al-Zamili, le centre d’information conjoint de l’Iran, de la Russie, de l’Irak et de la Syrie à Bagdad, dont le but principal est de rassembler, examiner et analyser les informations qui traitent de la situation actuelle au Moyen-Orient, pourrait élargir ses activités et coordonner également les frappes russes à venir en Irak.

Le 4 octobre, le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi avait déjà annoncé qu’il était favorable à ce que la Russie effectue des frappes aériennes contre les positions de l’Etat islamique sur le territoire de son pays.

La semaine dernière la Russie a lancé ses premières frappes aériennes en Syrie qui ont entraîné la destruction de plus de 60 cibles terroristes du groupe Daesh. Les autorités irakiennes soutiennent les actions russes et partagent avec Moscou les informations qu’elles détiennent sur les organisations terroristes actives dans la région.