Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2009

La sécurité d’Israël ne se confond plus avec la sécurité des USA

La rencontre BHO-Netanayahou confirme qu’on n’estime plus à Washington que la sécurité d’Israël et la sécurité des USA ne font qu’une et que le statut d’Israël d’“allié privilégié” des USA est en question, de façon fondamentale et pressante. Ces deux prolongements ouvrent la voie à des relations pleines d’acrimonie, de chausse-trappes et de tension, parce que la stratégie de Netanyahou, la seule stratégie possible pour sa coalition de la droite dure traditionnellement belliciste, nécessite le préalable du soutien inconditionnel des USA, “à-la-Bush”, et qu’il ne l’a plus. Selon la perception de cette composante de droite dure israélienne, le problème d’Israël, par rapport à la position qu’il a occupée vis-à-vis des USA pendant huit ans évoluant vers celle qui se dessine aujourd’hui, est qu’il va se trouver dans une position où il a beaucoup à perdre et vraiment très peu à gagner.

Sources  DeDefensa

Source : http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=6756

 

Round d’observation

19 mai 2009 — D’une façon générale, la rencontre entre Obama et Netanyahou à Washington (première du genre) s’est passée assez moyennement, sans éclat exceptionnel et sans chaleur extraordinaire. Un fait pourtant assez peu ordinaire: elle a duré quatre heures, ce qui est exceptionnellement long, pour accoucher de résultats maigrelets et du constat, à peine in fine et parfois presque exprimée, de la confirmation qu’il existe de sérieux points de désaccord. La durée de la rencontre et la maigreur du résultat montrent que le propos n’a pas dû être amène et d’une entente parfaite. Si ce n’est pas une surprise, – la position critique de l’administration Obama de la ligne israélienne est maintenant un fait avéré, – c’est dans tous les cas l’officialisation d’une réelle distance installée entre les USA et Israël. Ce n’est pas un mince événement.

Pour définir la rencontre, on dira que ce fut donc un round d’observation. Cela implique évidemment qu’il y a un combat engagé…

The Independent du 19 mai 2009, qui fait le rapport de la rencontre, signale notamment quelques passages assez “francs” de la conférence de presse de clôture, de la part d’Obama. Considérant la situation d’où l’on vient dans les rapports de Bush avec Israël, on retiendra moins le contenu de ce qui s’est dit que le ton, essentiellement de la part d’Obama, de ce qui a été dit.

«There was no mistaking the pressure that Mr Obama was applying to his Israeli guest with such bluntly spoken words delivered before the cameras. “We have seen progress stalled on this front, and I suggested to the Prime Minister that he has a historic opportunity to get a serious movement on this issue during his tenure,” President Obama said. “That means all the parties involved have to take seriously obligations that they have previously agreed to.” He was also blunt on the illegality of new Israeli settlements. “The settlements have to be stopped,” he said.»

Donald McIntyre, dans le même Independent de ce même 19 mai 2009, met en évidence les facteurs constitutifs de l’enjeu des relations USA-Israël tels qu’ils sont apparus, notamment le “lien” (linkage) entre le dossier palestinien et le dossier iranien.

«There is no disguising the potential differences between the two men. They include the issue of Iran and its linkage to the Israeli-Palestinian question. Mr Netanyahu thinks US plans for dialogue with Tehran may fatally delay the application of the necessary pressure to stop it acquiring nuclear weapons. President Obama worries that Israel could launch a unilateral strike on Iran, which is why he dispatched the CIA chief Leon Panetta last month to warn Mr Netanyahu against “surprising” the US by doing just that.

Mr Netanyahu has been sceptical about a “grand bargain” in which he moves towards a deal with the Palestinians in return for an alliance including Arab countries against Iran's perceived ambitions to be a nuclear military power. But the President went a long way to endorsing that scenario last night, pointing out that peace with the Palestinians would reduce the threat posed to Israel by Iranian-backed Hizbollah and Hamas. Mr Netanyahu, who had up to last night indicated that Iran must come first, went no further than conceding the two could go together.

»That said, there is a very long way to go. Mr Netanyahu's insistence, repeated last night, that the Palestinians recognise Israel as a Jewish state, will be seen by many in Washington as a delaying tactic. Just how serious the US President is about achieving the Israel-Palestinian peace which has eluded his predecessors for 40 years may become more apparent in Cairo on 4 June. Either way, there is already what Zalman Shoval, an adviser to Mr Netanyahu, called an “an unavoidable landmine” relating to Jewish settlements in the occupied West Bank. The US wants a complete freeze: while promising no "new" settlements, Israel sees nothing wrong with continued building in the West Bank and East Jerusalem.»

La sécurité d’Israël ne se confond plus avec la sécurité des USA

Le point important qui apparaît à l’occasion de cette rencontre, outre la confirmation officielle d’un climat plutôt morose entre les deux pays, sans qu’aucun effort réel n’ait été fait pour dissiper ce malaise, ou, dans tous les cas, l’apparence de ce malaise, c’est certainement cette affaire de “linkage” entre les deux questions, palestinienne et iranienne. C’est la nature du “lien” qui a changé, profondément et décisivement.

Les deux questions n’étaient jusqu’ici liées qu’à l’avantage d’Israël parce que la question iranienne n’était examinée entre les deux pays, USA et Israël, que du point de vue prioritaire de la sécurité d’Israël. Ce n'est plus le cas. Cette évolution vient du fait que les USA considèrent désormais la crise iranienne dans toutes ses implications (sécurité nucléaire de la zone, influence de l’Iran dans la zone, action éventuelle de l’Iran en Afghanistan, etc.), et non plus en fonction d’un élément privilégié (sécurité d’Israël). C’est un exemple type d’une évolution “extension-contraction” d’une crise: le territoire de la crise englobant les deux questions s’est élargie mais l’intensité qu’avait cette crise sur le point où elle s'exacerbait jusqu’alors s’est contactée.

Il y a désormais un enchaînement logique qui conduit, du point de vue US, à considérer la sécurité d’Israël comme un aspect parmi d’autres de la question iranienne. Dans cet enchaînement et de la même façon, la question iranienne devient un facteur plus large de la question palestinienne, et non plus un facteur considéré seulement dans son rapport avec la sécurité israélienne. Lorsque les USA font miroiter aux Israéliens qu’en faisant des concessions sur la question israélienne, ils s’attireront la reconnaissance des pays arabes et arriveront à former une coalition anti-iranienne, ils mettent objectivement Israël devant l’obligation de concessions concrètes à faire sans délai alors que les prolongements intéressants qu’ils lui promettent ne sont pour l’instant que spéculations avantageuses. Il n’y a plus, comme dans la politique Bush, un tabou intangible, – la sécurité israélienne, – et le reste pouvant varier; la sécurité israélienne est devenue une variable comme un autre.

Cette distance prise par les USA vis-à-vis de ce point, – jusqu’ici, l’état d’esprit US autant que certains discours présentaient la sécurité US et la sécurité d’Israël comme indissolublement liées, voire confondues, – se marque dans les déclarations d’Obama à Newsweek (reproduites par le Jerusalem Post du 17 mai 2009). BHO dit comprendre la perception d’Israël de l’Iran comme “une menace existentielle”, l’évaluation d’Israël du risque stratégique que l’Iran fait courir, – mais ajoute cette phrase qui semble éventuellement flatteuse mais qui peut également apparaître comme ambiguë, et comme une sorte de défausse: ce n’est pas à lui de déterminer “pour les Israéliens ce que sont leurs besoins de sécurité”. Dans les termes les plus conciliants, voire très démagogiques, il s’agit tout de même de dire que les affaires d’Israël sont très compréhensibles mais qu’elles sont et restent les affaires d’Israël seul (donc, qu’elles n’engagent pas les USA).

«“I understand very clearly that Israel considers Iran an existential threat, and given some of the statements that have been made by [Iranian] President [Mahmoud] Ahmadinejad, you can understand why,” Obama said in an interview with Newsweek, which was published on its Web site and will appear in print in the magazine's May 25 issue. With respect to concerns Israel might carry out an air strike against Iranian nuclear facilities, the US president said that since Israel is “right there in the range” of Iranian missiles, “their calculation of costs and benefits are going to be more acute.” Obama remarked that he did not think it was his place to “determine for the Israelis what their security needs are.”»

Patrick Buchanan termine un commentaire (ce 19 mai 2009, sur Antiwar.com) sur la question palestinienne par ce propos, en passant, sur la question iranienne: «Netanyahu wants Obama to commit to go to war if necessary to denuclearize Iran, but he cannot force Obama to fight a war he cannot want…» En élargissant la crise iranienne par sa multipolarisation, notamment en mélangeant tous ses aspects sans donner la priorité à l’un sur les autres au nom d’une préférence idéologique, BHO prive la sécurité israélienne du statut de tabou inviolable de la politique US au Moyen-Orient que lui réservait l’administration GW Bush. Il fait intervenir diverses variables sur leurs valeurs propres, et il en arrive à confronter la variable “intérêts américains” à toutes les autres, pour constater qu’elle est différente de la variable “sécurité d’Israël”, qu’elle mérite toute sa considération, et qu’elle implique évidemment et impérativement qu’il est hors de question, pour une foule de raisons qui sont bien connues, de songer à un conflit pour régler la question iranienne (le remarque de Buchanan). A partir de là, avec Israël privé de son statut de primus inter pares parmi les composants de la crise, la voie d’un arrangement avec l’Iran devient extrêmement intéressante pour les USA, jusques et y compris la composante extrême d’une zone dénucléarisée touchant autant Israël que l’Iran, – avec tous les tabous qui vont avec.

La rencontre BHO-Netanayahou confirme qu’on n’estime plus à Washington que la sécurité d’Israël et la sécurité des USA ne font qu’une et que le statut d'Israël d’“allié privilégié” des USA est en question, de façon fondamentale et pressante. Ces deux prolongements ouvrent la voie à des relations pleines d’acrimonie, de chausse-trappes et de tension, parce que la stratégie de Netanyahou, la seule stratégie possible pour sa coalition de la droite dure traditionnellement belliciste, nécessite le préalable du soutien inconditionnel des USA, “à-la-Bush”, et qu’il ne l’a plus. Selon la perception de cette composante de droite dure israélienne, le problème d’Israël, par rapport à la position qu’il a occupée vis-à-vis des USA pendant huit ans évoluant vers celle qui se dessine aujourd’hui, est qu’il va se trouver dans une position où il a beaucoup à perdre et vraiment très peu à gagner.

Source : http://www.dedefensa.org/article-round_d_observation_19_05_2009.html

Israël-Iran Les risques et périls d'une attaque

Plus besoin, pour les membres du gouvernement israélien et de la Knesset qui auront à se prononcer sur une éventuelle attaque contre les installations nucléaires iraniennes, d'attendre un rapport préalable émanant de l'armée de l'air israélienne. Dès à présent, ils ont à leur disposition tous les scénarios possibles d'une attaque contre l'Iran, avec tous les risques que cela comporte et toutes les chances de réussite, grâce à l'étude menée par Abdullah Toukan et Anthony Cordesman,

du Centre d'études stratégiques et internationales de Washington.

La publication d'un texte aussi lucide, détaillé et exhaustif sur les options offensives d'Israël est une première. Ce rapport de 114 pages expose l'ensemble des informations disponibles sur les capacités militaires d'Israël et son programme nucléaire, ainsi que sur les développements nucléaires et les défenses aériennes de l'Iran, et sur l'inventaire des missiles dans chacun des deux pays.

Après avoir passé en revue tous les cas de figure d'une attaque contre l'Iran, Toukan et Cordesman concluent : "Une offensive israélienne contre les installations nucléaires iraniennes est possible, (mais) elle serait complexe et hautement risquée et rien ne garantit que la mission dans son ensemble se solde par un succès."

Le premier problème soulevé par les auteurs concerne les services secrets, ou plutôt leurs lacunes. D'après eux, "on ignore si l'Iran dispose d'installations secrètes d'enrichissement d'uranium". S'il existe des installations inconnues des agences de renseignement occidentales, le programme iranien d'enrichissement d'uranium pourrait bien s'y poursuivre en secret, alors même qu'Israël bombarderait les sites connus - l'opération serait donc nulle et non avenue. De manière générale, les auteurs du rapport estiment qu'une attaque contre l'Iran ne se justifie qu'à condition de mettre fin au programme nucléaire iranien ou de le stopper pour plusieurs années. Or c'est là un objectif difficile à atteindre.

Les services secrets sont également divisés sur la question cruciale de savoir quand l'Iran disposera de l'arme nucléaire. Les Israéliens affirment que la bombe sera prête entre 2009 et 2012 ; les Américains, eux, repoussent l'échéance à 2013. Si les prévisions des Israéliens sont justes, la fenêtre d'opportunité pour une intervention militaire ne tardera pas à se refermer. Quoi qu'il en soit, tout le monde est unanime sur le fait que nul n'osera attaquer l'Iran une fois qu'il sera en possession de l'arme nucléaire.

Etant donné que des dizaines d'installations nucléaires sont éparpillées sur l'ensemble du vaste territoire iranien, et qu'il n'est pas possible de les attaquer toutes d'un coup, Toukan et Cordesman envisagent l'option consistant à n'en frapper que trois, celles qui "forment le maillon central de la chaîne du combustible nucléaire nécessaire à l'Iran pour produire du matériel fissile à des fins militaires".

La destruction de ces trois sites-là suffirait à paralyser le programme nucléaire iranien pour plusieurs années. Il s'agit du centre de recherches nucléaires d'Ispahan, de l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz et de l'usine de production d'eau lourde d'Arak, destinée à la production d'uranium. Or il n'est pas sûr qu'Israël se lance dans une offensive aussi lourde de conséquences pour frapper seulement un petit nombre d'installations, sans aucune garantie d'interrompre ainsi la nucléarisation iranienne pour une durée significative.

L'étude analyse trois couloirs aériens possibles : le plus plausible passe par le nord ; il longe la frontière syro-turque et traverse le nord-est de l'Irak, avant de pénétrer en Iran. L'itinéraire central, qui survole la Jordanie, est plus court, mais il ne sera pas retenu, par crainte de problèmes politiques avec les Jordaniens. Le sud, via la Jordanie, l'Arabie saoudite et l'Irak, risque lui aussi de provoquer des conflits diplomatiques.

Afin que ses appareils puissent faire route vers l'Iran sans être détectés, l'armée de l'air israélienne aurait recours à une technologie de pointe destinée à brouiller les réseaux de communication et les radars des pays survolés par les F15 et les F16. Selon les auteurs du rapport, l'aviation israélienne a déjà fait usage de cette technologie au cours des raids contre le réacteur nucléaire syrien de Deir ez-Zor en septembre 2007. Un dispositif de piratage a été installé sur deux avions Gulfstream G550 récemment acquis par Tsahal (l'armée israélienne).

Une intervention visant ces trois installations nucléaires nécessiterait pas moins de 90 avions de combat, à savoir les vingt-cinq F15E que compte la flotte israélienne et soixante-cinq F16IC. Il faudrait également réquisitionner tous les avions ravitailleurs, soit cinq KC130H et quatre B707, afin de réapprovisionner en vol les avions de combat à l'aller comme au retour. L'aviation israélienne aura bien du mal à localiser un couloir où les avions ravitailleurs pourront évoluer sans être repérés par les Syriens ou par les Turcs.

L'une des principales difficultés tactiques tient au caractère souterrain du site de Natanz. Son usine d'enrichissement d'uranium, enfouie à une profondeur de 8 mètres, est protégée par un mur de béton de 2,5 mètres d'épaisseur, lui-même entouré par un autre mur de béton. En 2004, les Iraniens ont fortifié l'autre aile de l'installation, qui abrite des centrifugeuses : ils l'ont enterrée vingt-cinq mètres sous terre et recouverte d'une chape de béton armé de plusieurs mètres d'épaisseur.

Les Iraniens se servent de ces centrifugeuses pour produire l'uranium enrichi indispensable à la fabrication d'une bombe atomique. L'usine de Natanz compte déjà 6 000 centrifugeuses, et il est prévu d'en installer 50 000 au total, pour un rendement annuel de 500 kg d'uranium militaire. La fabrication d'une bombe requiert 15 à 20 kg d'uranium enrichi. Ainsi, Natanz sera en mesure de fournir suffisamment de matériel fissile pour produire 25 à 30 armes nucléaires par an.

Vu l'importance de la centrale de Natanz, les Iraniens ont pris bien soin de l'entourer d'une solide protection. Afin de contourner ce rideau défensif, l'armée de l'air israélienne recourrait à deux types de bombes intelligentes de fabrication américaine. La presse internationale a laissé filtré que 600 de ces bombes - surnommées "bunker busters" (briseurs de bunkers) - auraient été vendues à Israël. Le premier modèle, le GBU-27, pèse près de 900 kg et peut défoncer une couche de béton de 2,4 mètres. L'autre, le GBU-28, pèse 2 268 kg : ce mastodonte traverse 6 m de béton plus une couche de terre de 30 m de profondeur. Mais, pour que ces obus atteignent les installations iraniennes ultraprotégées, les pilotes israéliens devront viser avec une précision absolue et à un angle optimal.

19/05/2009

Usa/Israël : Les Etats-Unis repensent leur relation avec Israël

Les Etats-Unis repensent leur relation avec Israël

Le premier geste de sa présidence avait été d'appeler le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Et 119 jours plus tard, Barack Obama s'entretient pour la première fois, ce lundi 18 mai, avec le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, à la Maison Blanche. Iran, processus de paix, dénucléarisation du Proche-Orient : les enjeux sont élevés alors que Washington tente de passer d'une position de soutien sans faille à Israël à celle de faiseur de paix dans la région.

Après cet entretien, le président américain doit recevoir, le 26 mai, son homologue égyptien Hosni Moubarak, et le 28 mai, M. Abbas. Il a prévu ensuite de s'adresser directement au monde arabe le 4 juin, au Caire. Une conférence internationale - vieille idée de la Russie - pourrait suivre.

Quand M. Obama a pris ses fonctions le 20 janvier, l'opération israélienne sur Gaza s'achevait. Depuis, l'administration américaine s'est mise en position d'écoute. Les quelques décisions qu'elle a eu à prendre, sur le financement de la reconstruction ou l'attitude à l'égard du Hamas, n'ont pas permis de distinguer d'orientation très arrêtée. Gaza reste absent des débats. "Cela va être le nom qu'on n'entend pas", anticipe Daniel Lévy, ancien collaborateur d'Ehoud Barak, et membre de la New America Foundation, un cercle de réflexion de gauche à Washington.

M. Obama a nommé un envoyé spécial, George Mitchell, l'architecte de la réconciliation irlandaise, qui a déjà effectué trois tournées dans la région. Mi-avril, à Jérusalem, il a fait savoir que le président américain est partisan d'une approche globale, comprenant la Syrie et le Liban, et qu'il entend intégrer l'Initiative arabe de 2002. Elargie en 2007, celle-ci prévoit une normalisation des relations entre l'ensemble des pays arabes et Israël, en échange d'un retrait israélien sur les lignes de 1967, de la création d'un Etat palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale, et un règlement "équitable" de la question du retour des réfugiés.

M. Obama a martelé ce qu'il juge essentiel : la solution "des deux Etats". Son conseiller à la sécurité nationale, le général James Jones, n'a pas démenti avoir assuré à un ministre européen que M. Obama souhaitait avancer vers la création d'un Etat palestinien avant la fin de son mandat et qu'il allait être "plus ferme" à l'égard d'Israël que l'administration Bush.

A quelques jours de la rencontre, les Américains se sont employés à dissiper l'idée d'une collision "inévitable" entre M. Obama et M. Nétanyahou. "A moins qu'ils sortent de la Maison Blanche avec des bleus, la rencontre sera présentée comme un succès", prévoit Daniel Lévy. La plupart des experts jugent probable que le premier ministre israélien fera un geste pour accepter les deux Etats, une solution préconisée par George Bush depuis 2002. Comme le dit Elliott Abrams, ancien chargé du dossier auprès du président Bush et farouche défenseur d'Israël, "Ariel Sharon avait accepté la "feuille de route" (un plan de paix international prévoyant la création d'un Etat palestinien). Nétanyahou peut facilement dire la même chose, ce qui suppose qu'il accepte les deux Etats en général."

L'administration Obama a précisé ses souhaits : arrêt de la colonisation, démantèlement des implantations "sauvages" et libre circulation des Palestiniens. Dans sa tournée des capitales, George Mitchell a aussi avancé certaines idées, affirme le Washington Post. Les pays arabes pourraient, par exemple, autoriser le survol de leur territoire par les avions commerciaux israéliens, échanger des diplomates, faire cesser la propagande anti-israélienne dans les médias et dans l'éducation. En contrepartie, Israël gèlerait la construction des colonies. Ce schéma repose sur l'idée que "ce que fait Israël pour les Palestiniens, les Arabes le feront pour Israël", explique M. Levy, sceptique. Selon lui, un tel "découpage en petits morceaux" aboutirait facilement à un enlisement sans fin.

Le premier ministre israélien vient, lui, avec une autre priorité : l'Iran. Alors que l'administration Bush rejetait le "linkage" - le lien entre l'Iran et le conflit israélo-palestinien -, il est maintenant sur toutes les lèvres. Mais le gouvernement israélien estime qu'il serait suicidaire de s'engager dans le règlement du problème palestinien alors que l'Iran fait peser une menace "existentielle" sur l'Etat juif. L'administration américaine, de son côté, considère que s'engager vigoureusement dans un règlement israélo-palestinien ôterait des arguments à ceux qui se méfient des intentions des Etats-Unis et d'Israël. "Vision simpliste, rétorque le républicain Elliott Abrams. Cela revient à dire que la solution au nucléaire iranien se trouve en Cisjordanie."

De mauvaise grâce, les Israéliens ont dû se résoudre à ce que leur protecteur américain choisisse la voie de la négociation avec Téhéran. Selon la presse, le directeur de la CIA, Leon Panetta, qui s'est rendu en Israël il y a deux semaines, s'est entendu réclamer une date butoir pour cette négociation. Le département d'Etat a démenti.

Dans la communauté juive, les appréhensions sont parfois fortes, nourries par une petite phrase de Rose Gottemoeller, chargée du désarmement au département d'Etat, affirmant que les Etats-Unis étaient favorables à la signature par Israël du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). Or, aucun gouvernement américain (ou européen) ne mentionne jamais les capacités nucléaires de l'Etat juif.

"Parler de l'arme nucléaire israélienne serait un changement dans la politique américaine, dit M. Abrams. Ce serait inacceptable pour un gouvernement israélien, quel qu'il soit."

Corine Lesnes

Source : http://www.lemonde.fr/international/article/2009/05/16/le...

La réponse sur la capacité d'Israël en armes de destruction massives nous est apportée par un journaliste Israélien :

"Israël est un baril de poudre bourré d’armes de destruction massive"

Journaliste israélien et militant des droits de l’homme, Gideon Spiro écrit au Président Obama
"Israël est un baril de poudre bourré d’armes de destruction massive"

La suite ici : http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2009/05/14/israel-est-un-baril-de-poudre-bourre-d-armes-de-destruction.html

Isarël-Iran : "Une immense boule de feu"

"Une immense boule de feu"


Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohamed El Baradei, a accordé une interview à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, dans laquelle il affirme notamment qu'une attaque israélienne sur les installations nucléaires de l'Iran serait une "folie totalement irraisonnée".

Une telle opération "transformera toute la région en une immense boule de feu, et les Iraniens commenceront immédiatement à fabriquer la bombe atomique, en pouvant alors compter sur le soutien du monde arabe" a encore assuré Baradei.

Il a par ailleurs appelé la diplomatie du régime des ayatollahs à "saisir la main tendue par Obama", et suggéré que soit appliqué dans un premier temps un gel de toutes les mesures de rétorsion contre l'Iran en contrepartie d'un gel des installations de nouvelles centrifugeuses par Téhéran, en parallèle à l'ouverture de négociations intensives.

Source :
http://www.israel-infos.net/article.php?id=3853

Israël-Iran : Obama interdit à Israël d'attaquer l'Iran par surprise

Obama interdit à Israël d'attaquer l'Iran par surprise

15.05.2009 | Ha'Aretz


"Le président américain a envoyé un message au Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. Il demande à l'Etat hébreu de ne pas lancer contre l'Iran d'opération militaire qui prendrait les Etats-Unis par surprise", relate le quotidien. Barack Obama a dépêché un envoyé spécial – Leon Panetta, chef de la CIA, selon certaines sources – pour rencontrer les dirigeants israéliens. "Cela montre que les Etats-Unis craignent qu'Israël perde patience et n'agisse contre l'Iran" et son programme nucléaire, décrypte le journal.


Source :
http://www.courrierinternational.com/breve/2009/05/15/obama-interdit-a-israel-d-attaquer-l-iran-par-surprise