Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2009

Brzezinski prévoyait la provocation de l'Iran

Un petit rappel salutaire !

Brzezinski prévoyait en mars 2007 la provocation de l'Iran par les USA en cas d'échec US de la guerre en Irak.

 

19/06/2009

La CIA sème la panique en Iran

Vous avez dit fraude électorale en Iran ?
Voilà qui sème la panique en Iran : La CIA.

De Mossadegh à Ahmadinejad -  La CIA et le laboratoire iranien
par Thierry Meyssan*

La nouvelle d’une possible fraude électorale s’est répandue à Téhéran comme une traînée de poudre et a poussé dans la rue les partisans de l’ayatollah Rafsanjani contre ceux de l’ayatollah Khamenei. Ce chaos est provoqué en sous-main par la CIA qui sème la confusion en inondant les Iraniens de messages SMS contradictoires. Thierry Meyssan relate cette expérience de guerre psychologique.

En mars 2000, la secrétaire d’État Madeleine Albright a admis que l’administration Eisenhower avait organisé un changement de régime, en 1953, en Iran et que cet événement historique explique l’hostilité actuelle des Iraniens face aux États-Unis. La semaine dernière, lors de son discours du Caire adressé aux musulmans, le président Obama a officiellement reconnu qu’« en pleine Guerre froide, les États-Unis ont joué un rôle dans le renversement d’un gouvernement iranien démocratiquement élu » [1].

À l’époque, l’Iran est contrôlée par une monarchie d’opérette dirigée par le chah Mohammad Reza Pahlavi. Il avait été placé sur le trône par les Britanniques, qui avaient forcé son père, l’officier cosaque pro-nazi Reza Pahlavi, à démissionner. Cependant, le chah doit composer avec un Premier ministre nationaliste Mohammad Mossadegh. Celui-ci, avec l’aide de l’ayatollah Abou al-Qassem Kachani, nationalise les ressources pétrolières [2]. Furieux, les Britanniques convainquent les États-uniens qu’il faut stopper la dérive iranienne avant que le pays ne sombre dans le communisme. La CIA met alors en place l’Opération Ajax visant à renverser Mossadegh avec l’aide du chah, et à le remplacer par le général nazi Fazlollah Zahedi, jusque là détenu par les Britanniques. Il installera le régime de terreur le plus cruel de l’époque, tandis que le chah servira de couverture à ses exactions en posant pour les magazines people occidentaux.

L’opération Ajax fut dirigée par l’archéologue Donald Wilber, l’historien Kermit Roosevelt (le petit-fils du président Theodore Roosevelt) et le général Norman Schwartzkopf Sr. (dont le fils homonyme a commandé l’opération Tempête du désert). Elle reste un modèle de subversion. La CIA imagine un scénario qui donne l’impression d’un soulèvement populaire alors qu’il s’agit d’une opération secrète. Le clou du spectacle étant une manifestation à Téhéran avec 8 000 figurants payés par l’Agence pour fournir des photos convaincantes à la presse occidentale [3].

L’Histoire se répéterait-elle ? Washington a renoncé à attaquer militairement l’Iran et a dissuadé Israël de prendre une telle initiative. Pour parvenir à « changer le régime », l’administration Obama préfère jouer la carte —moins dangereuse, mais plus aléatoire— de l’action secrète. À l’issue de l’élection présidentielle iranienne, de vastes manifestations opposent dans les rues de Téhéran les partisans du président Mahmoud Ahmadinejad et du guide Ali Khamenei d’un côté, aux partisans du candidat malheureux Mir-Hossein Mousavi et de l’ex-président Akbar Hashemi Rafsanjani de l’autre. Elle traduisent un profond clivage dans la société iranienne entre un prolétariat nationaliste et une bourgeoisie qui déplore d’être tenue à l’écart de la globalisation économique [4]. Agissant en sous-main, Washington tente de peser sur les événements pour renverser le président réélu.

Une nouvelle fois, l’Iran est un champ d’expérimentation de méthodes innovantes de subversion. La CIA s’appuie en 2009 sur une arme nouvelle : la maîtrise des téléphones portables.

Depuis la généralisation des téléphones portables, les services secrets anglo-saxons ont multiplié leurs capacités d’interception. Alors que l’écoute des téléphones filaires nécessite la pose de bretelles de dérivation, donc des agents sur place, l’écoute des portables peut se faire à distance grâce au réseau Échelon. Toutefois, ce système ne permet pas d’interception des communications téléphoniques via Skype, d’où le succès des téléphones Skype dans les zones de conflit [5]. La National Security Agency (NSA) vient donc de démarcher les fournisseurs d’accès internet du monde entier pour obtenir leur concours. Ceux qui ont accepté ont été grassement rétribués [6].

Dans les pays qu’ils occupent —Irak, Afghanistan et Pakistan—, les Anglo-Saxons interceptent la totalité des conversations téléphoniques qu’elles soient émises par des portables ou qu’elles soient filaires. Le but n’est pas de disposer de retranscription de telle ou telle conversation, mais d’identifier les « réseaux sociaux ». En d’autres termes, les téléphones sont des mouchards qui permettent de savoir avec qui une personne donnée est en relation. Partant de là, on peut espérer identifier les réseaux de résistance. Dans un second temps, les téléphones permettent de localiser les cibles identifiées, et de les « neutraliser ».

C’est pourquoi, en février 2008, les insurgés afghans ont ordonné aux divers opérateurs de stopper leur activité chaque jour de 17h à 03h, de manière à empêcher les Anglo-Saxons de suivre leurs déplacements. Les antennes-relais de ceux qui ont contrevenu à cet ordre ont été détruites [7].

À l’inverse, —hormis un central téléphonique touché par erreur—, les forces israéliennes se sont bien gardées de bombarder les relais téléphoniques à Gaza, lors de l’opération Plomb durci, en décembre 2008-janvier 2009. Il s’agit là d’un changement complet de stratégie chez les Occidentaux. Depuis la guerre du Golfe prévalait la « théorie des cinq cercles » du colonel John A. Warden : le bombardement des infrastructures de téléphonie était considéré comme un objectif stratégique à la fois pour plonger la population dans la confusion et pour couper les communications entre les centres de commandement et les combattants. Désormais, c’est le contraire, il faut protéger les infrastructures de télécommunications. Durant les bombardements de Gaza, l’opérateur Jawwal [8] a offert du crédit à ses abonnés, officiellement pour leur venir en aide, de facto dans l’intérêt des Israéliens.

Franchissant un pas, les services secrets anglo-saxons et israéliens ont développé des méthodes de guerre psychologique basées sur l’usage extensif des portables. En juillet 2008, après l’échange de prisonniers et dépouilles entre Israël et le Hezbollah, des robots ont lancé des dizaines de milliers d’appel vers des portables libanais. Une voix en arabe mettait en garde contre toute participation à la Résistance et dénigrait le Hezbollah. Le ministre libanais des télécom, Jibran Bassil [9], avait déposé une plainte à l’ONU contre cette flagrante violation de la souveraineté du pays [10].

Sur le même modèle des dizaines de milliers de Libanais et de Syriens ont reçu un appel automatique en octobre 2008 leur proposant 10 millions de dollars contre toute information qui permettrait de localiser et de délivrer des soldats israéliens prisonniers. Les personnes intéressées pour collaborer étaient invitées à joindre un numéro au Royaume-Uni [11].

Cette méthode vient d’être employée en Iran pour intoxiquer la population en répandant des nouvelles choquantes, et pour canaliser le mécontentement qu’elles suscitent.

En premier lieu, il s’est agit de répandre par SMS durant la nuit du dépouillement la nouvelle selon laquelle le Conseil des gardiens de la Constitution (équivalent de la Cour constitutionnelle) avaient informé Mir-Hossein Mousavi de sa victoire. Dès lors, l’annonce, plusieurs heures plus tard des résultats officiels —la réélection de Mahmoud Ahmadinejad avec 64 % des suffrages exprimés— paraissait un gigantesque trucage. Pourtant, trois jours plus tôt, M. Mousavi et ses amis considéraient la victoire massive de M. Ahmadinejad comme certaine et s’efforçaient de l’expliquer par des déséquilibres dans la campagne électorale. Ainsi l’ex-président Akbar Hashemi Rafsanjani détaillait ses griefs dans une lettre ouverte. Les instituts de sondage US en Iran pronostiquaient une avance de M. Ahmadinejad de 20 points sur M. Mousavi [12]. À aucun moment, la victoire de M. Mousavi n’a paru possible, même s’il est probable que des trucages ont accentué la marge entre les deux candidats.

Dans un second temps, des citoyens ont été sélectionnés ou se sont fait connaître sur internet pour converser sur Facebook ou s’abonner à des fils de dépêche Twitter. Ils ont alors reçu, toujours par SMS, des informations —vraies ou fausses— sur l’évolution de la crise politique et les manifestations en cours. Ce sont ces dépêches anonymes qui ont répandu les nouvelles de fusillades et de morts nombreux ; nouvelles à ce jour non confirmées. Par un malencontreux hasard de calendrier, la société Twitter devait suspendre son service durant une nuit, le temps nécessaire à la maintenance de ses installations. Mais le département d’État des États-Unis est intervenu pour lui demander de surseoir à cette opération [13]. Selon le New York Times, ces opérations contribuent à semer la défiance dans la population [14].

JPEG - 35.8 ko
Des messages faisant état de menaces de mort,
d’irruptions des forces de l’ordre à domicile,
etc. émis par des auteurs impossibles à identifier ou localiser.

Simultanément, dans un effort nouveau la CIA mobilise les militants anti-iraniens aux USA et au Royaume-Uni pour ajouter au désordre. Un Guide pratique de la révolution en Iran leur a été distribué, il comprend plusieurs conseils pratiques, dont :
- régler les comptes Twitter sur le fuseau horaire de Téhéran ;
- centraliser les messages sur les comptes Twitter @stopAhmadi, #iranelection et #gr88 ;
- Ne pas attaquer les sites internet officiels de l’État iranien. « Laissez faire l’armée » US pour cela (sic).
Mis en application, ces conseils empêchent toute authentification des messages Twitter. On ne peut plus savoir s’ils sont envoyés par des témoins des manifestations à Téhéran ou par des agents de la CIA à Langley, et l’on ne peut plus distinguer le vrai du faux. Le but est de creer toujours plus de confusion et de pousser les Iraniens à se battre entre eux.

Les états-majors, partout dans le monde, suivent avec attention les événements à Téhéran. Chacun tente d’évaluer l’efficacité de cette nouvelle méthode de subversion dans le laboratoire iranien. À l’évidence, le processus de déstabilisation a fonctionné. Mais il n’est pas sûr que la CIA puisse canaliser les manifestants pour qu’ils fassent eux-mêmes ce que le Pentagone a renoncé à faire et qu’ils n’ont aucune envie de faire : changer le régime, clore la révolution islamique.

 Thierry Meyssan

Analyste politique, fondateur du Réseau Voltaire.

 Source : Voltaire net

 

 

21/05/2009

Obama répond aux attentes

Jamais un président américain n’a atteint ces sommets. Pourtant le chômage continue de grimper, la crise s’approfondit et les perspectives ne sont pas claires. Mais l’homme a un discours de vérité qui séduit, une méthode qui rassure. Non seulement son capital confiance n’est pas affecté, mais au contraire il s’est renforcé.

Sur le plan international, le charme opère également. Obama a rompu avec l’aspect le plus hideux de la politique de W. Bush : l’agressivité. Il a réussi, en moins de quatre mois, à donner une nouvelle image de l’Amérique et à réconcilier ce pays avec le reste du monde. Sa gestion du dossier iranien, où il allie fermeté et esprit d’ouverture, la fermeture de Guantanamo, le retrait annoncé d’Irak, la détente avec la Russie et la Chine sont des décisions propices à un nouveau climat dans les relations internationales. Et c’est effectivement le cas ! Barack Obama répond aux attentes suscitées par son accession à la présidence de la première puissance mondiale parce qu’il a su imprimer à sa politique une grande dose d’humilité et un humanisme certain.

C’est une nouvelle donne de la politique internationale, qu’on ne peut que saluer, même si l’on sait que les USA défendent leurs intérêts et que, stratégiquement, ceux-ci n’ont pas changé. Obama a réussi à défaire l’image catastrophique qu’il a héritée de Bush, mais il a fait plus. Il a donné une sérieuse impulsion à une politique de détente qui peut changer la donne.

Il lui restera à marquer le conflit du Proche-Orient face à un gouvernement israélien de droite peu soucieux des accords de paix déjà signés par ses prédécesseurs. Washington devra user de toutes ses capacités de persuasion pour amener Netanyahu à la table des négociations.

Dans le nouveau contexte, où Obama tente d’établir des relations apaisées avec le monde arabo-musulman, il sait que ce conflit est un point de fixation, un abcès. S’il réussit à faire revivre le processus de paix, nul doute que sa présidence marquera l’Histoire.

 

La sécurité d’Israël ne se confond plus avec la sécurité des USA

La rencontre BHO-Netanayahou confirme qu’on n’estime plus à Washington que la sécurité d’Israël et la sécurité des USA ne font qu’une et que le statut d’Israël d’“allié privilégié” des USA est en question, de façon fondamentale et pressante. Ces deux prolongements ouvrent la voie à des relations pleines d’acrimonie, de chausse-trappes et de tension, parce que la stratégie de Netanyahou, la seule stratégie possible pour sa coalition de la droite dure traditionnellement belliciste, nécessite le préalable du soutien inconditionnel des USA, “à-la-Bush”, et qu’il ne l’a plus. Selon la perception de cette composante de droite dure israélienne, le problème d’Israël, par rapport à la position qu’il a occupée vis-à-vis des USA pendant huit ans évoluant vers celle qui se dessine aujourd’hui, est qu’il va se trouver dans une position où il a beaucoup à perdre et vraiment très peu à gagner.

Sources  DeDefensa

Source : http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=6756

 

Round d’observation

19 mai 2009 — D’une façon générale, la rencontre entre Obama et Netanyahou à Washington (première du genre) s’est passée assez moyennement, sans éclat exceptionnel et sans chaleur extraordinaire. Un fait pourtant assez peu ordinaire: elle a duré quatre heures, ce qui est exceptionnellement long, pour accoucher de résultats maigrelets et du constat, à peine in fine et parfois presque exprimée, de la confirmation qu’il existe de sérieux points de désaccord. La durée de la rencontre et la maigreur du résultat montrent que le propos n’a pas dû être amène et d’une entente parfaite. Si ce n’est pas une surprise, – la position critique de l’administration Obama de la ligne israélienne est maintenant un fait avéré, – c’est dans tous les cas l’officialisation d’une réelle distance installée entre les USA et Israël. Ce n’est pas un mince événement.

Pour définir la rencontre, on dira que ce fut donc un round d’observation. Cela implique évidemment qu’il y a un combat engagé…

The Independent du 19 mai 2009, qui fait le rapport de la rencontre, signale notamment quelques passages assez “francs” de la conférence de presse de clôture, de la part d’Obama. Considérant la situation d’où l’on vient dans les rapports de Bush avec Israël, on retiendra moins le contenu de ce qui s’est dit que le ton, essentiellement de la part d’Obama, de ce qui a été dit.

«There was no mistaking the pressure that Mr Obama was applying to his Israeli guest with such bluntly spoken words delivered before the cameras. “We have seen progress stalled on this front, and I suggested to the Prime Minister that he has a historic opportunity to get a serious movement on this issue during his tenure,” President Obama said. “That means all the parties involved have to take seriously obligations that they have previously agreed to.” He was also blunt on the illegality of new Israeli settlements. “The settlements have to be stopped,” he said.»

Donald McIntyre, dans le même Independent de ce même 19 mai 2009, met en évidence les facteurs constitutifs de l’enjeu des relations USA-Israël tels qu’ils sont apparus, notamment le “lien” (linkage) entre le dossier palestinien et le dossier iranien.

«There is no disguising the potential differences between the two men. They include the issue of Iran and its linkage to the Israeli-Palestinian question. Mr Netanyahu thinks US plans for dialogue with Tehran may fatally delay the application of the necessary pressure to stop it acquiring nuclear weapons. President Obama worries that Israel could launch a unilateral strike on Iran, which is why he dispatched the CIA chief Leon Panetta last month to warn Mr Netanyahu against “surprising” the US by doing just that.

Mr Netanyahu has been sceptical about a “grand bargain” in which he moves towards a deal with the Palestinians in return for an alliance including Arab countries against Iran's perceived ambitions to be a nuclear military power. But the President went a long way to endorsing that scenario last night, pointing out that peace with the Palestinians would reduce the threat posed to Israel by Iranian-backed Hizbollah and Hamas. Mr Netanyahu, who had up to last night indicated that Iran must come first, went no further than conceding the two could go together.

»That said, there is a very long way to go. Mr Netanyahu's insistence, repeated last night, that the Palestinians recognise Israel as a Jewish state, will be seen by many in Washington as a delaying tactic. Just how serious the US President is about achieving the Israel-Palestinian peace which has eluded his predecessors for 40 years may become more apparent in Cairo on 4 June. Either way, there is already what Zalman Shoval, an adviser to Mr Netanyahu, called an “an unavoidable landmine” relating to Jewish settlements in the occupied West Bank. The US wants a complete freeze: while promising no "new" settlements, Israel sees nothing wrong with continued building in the West Bank and East Jerusalem.»

La sécurité d’Israël ne se confond plus avec la sécurité des USA

Le point important qui apparaît à l’occasion de cette rencontre, outre la confirmation officielle d’un climat plutôt morose entre les deux pays, sans qu’aucun effort réel n’ait été fait pour dissiper ce malaise, ou, dans tous les cas, l’apparence de ce malaise, c’est certainement cette affaire de “linkage” entre les deux questions, palestinienne et iranienne. C’est la nature du “lien” qui a changé, profondément et décisivement.

Les deux questions n’étaient jusqu’ici liées qu’à l’avantage d’Israël parce que la question iranienne n’était examinée entre les deux pays, USA et Israël, que du point de vue prioritaire de la sécurité d’Israël. Ce n'est plus le cas. Cette évolution vient du fait que les USA considèrent désormais la crise iranienne dans toutes ses implications (sécurité nucléaire de la zone, influence de l’Iran dans la zone, action éventuelle de l’Iran en Afghanistan, etc.), et non plus en fonction d’un élément privilégié (sécurité d’Israël). C’est un exemple type d’une évolution “extension-contraction” d’une crise: le territoire de la crise englobant les deux questions s’est élargie mais l’intensité qu’avait cette crise sur le point où elle s'exacerbait jusqu’alors s’est contactée.

Il y a désormais un enchaînement logique qui conduit, du point de vue US, à considérer la sécurité d’Israël comme un aspect parmi d’autres de la question iranienne. Dans cet enchaînement et de la même façon, la question iranienne devient un facteur plus large de la question palestinienne, et non plus un facteur considéré seulement dans son rapport avec la sécurité israélienne. Lorsque les USA font miroiter aux Israéliens qu’en faisant des concessions sur la question israélienne, ils s’attireront la reconnaissance des pays arabes et arriveront à former une coalition anti-iranienne, ils mettent objectivement Israël devant l’obligation de concessions concrètes à faire sans délai alors que les prolongements intéressants qu’ils lui promettent ne sont pour l’instant que spéculations avantageuses. Il n’y a plus, comme dans la politique Bush, un tabou intangible, – la sécurité israélienne, – et le reste pouvant varier; la sécurité israélienne est devenue une variable comme un autre.

Cette distance prise par les USA vis-à-vis de ce point, – jusqu’ici, l’état d’esprit US autant que certains discours présentaient la sécurité US et la sécurité d’Israël comme indissolublement liées, voire confondues, – se marque dans les déclarations d’Obama à Newsweek (reproduites par le Jerusalem Post du 17 mai 2009). BHO dit comprendre la perception d’Israël de l’Iran comme “une menace existentielle”, l’évaluation d’Israël du risque stratégique que l’Iran fait courir, – mais ajoute cette phrase qui semble éventuellement flatteuse mais qui peut également apparaître comme ambiguë, et comme une sorte de défausse: ce n’est pas à lui de déterminer “pour les Israéliens ce que sont leurs besoins de sécurité”. Dans les termes les plus conciliants, voire très démagogiques, il s’agit tout de même de dire que les affaires d’Israël sont très compréhensibles mais qu’elles sont et restent les affaires d’Israël seul (donc, qu’elles n’engagent pas les USA).

«“I understand very clearly that Israel considers Iran an existential threat, and given some of the statements that have been made by [Iranian] President [Mahmoud] Ahmadinejad, you can understand why,” Obama said in an interview with Newsweek, which was published on its Web site and will appear in print in the magazine's May 25 issue. With respect to concerns Israel might carry out an air strike against Iranian nuclear facilities, the US president said that since Israel is “right there in the range” of Iranian missiles, “their calculation of costs and benefits are going to be more acute.” Obama remarked that he did not think it was his place to “determine for the Israelis what their security needs are.”»

Patrick Buchanan termine un commentaire (ce 19 mai 2009, sur Antiwar.com) sur la question palestinienne par ce propos, en passant, sur la question iranienne: «Netanyahu wants Obama to commit to go to war if necessary to denuclearize Iran, but he cannot force Obama to fight a war he cannot want…» En élargissant la crise iranienne par sa multipolarisation, notamment en mélangeant tous ses aspects sans donner la priorité à l’un sur les autres au nom d’une préférence idéologique, BHO prive la sécurité israélienne du statut de tabou inviolable de la politique US au Moyen-Orient que lui réservait l’administration GW Bush. Il fait intervenir diverses variables sur leurs valeurs propres, et il en arrive à confronter la variable “intérêts américains” à toutes les autres, pour constater qu’elle est différente de la variable “sécurité d’Israël”, qu’elle mérite toute sa considération, et qu’elle implique évidemment et impérativement qu’il est hors de question, pour une foule de raisons qui sont bien connues, de songer à un conflit pour régler la question iranienne (le remarque de Buchanan). A partir de là, avec Israël privé de son statut de primus inter pares parmi les composants de la crise, la voie d’un arrangement avec l’Iran devient extrêmement intéressante pour les USA, jusques et y compris la composante extrême d’une zone dénucléarisée touchant autant Israël que l’Iran, – avec tous les tabous qui vont avec.

La rencontre BHO-Netanayahou confirme qu’on n’estime plus à Washington que la sécurité d’Israël et la sécurité des USA ne font qu’une et que le statut d'Israël d’“allié privilégié” des USA est en question, de façon fondamentale et pressante. Ces deux prolongements ouvrent la voie à des relations pleines d’acrimonie, de chausse-trappes et de tension, parce que la stratégie de Netanyahou, la seule stratégie possible pour sa coalition de la droite dure traditionnellement belliciste, nécessite le préalable du soutien inconditionnel des USA, “à-la-Bush”, et qu’il ne l’a plus. Selon la perception de cette composante de droite dure israélienne, le problème d’Israël, par rapport à la position qu’il a occupée vis-à-vis des USA pendant huit ans évoluant vers celle qui se dessine aujourd’hui, est qu’il va se trouver dans une position où il a beaucoup à perdre et vraiment très peu à gagner.

Source : http://www.dedefensa.org/article-round_d_observation_19_05_2009.html

Israël-Iran Les risques et périls d'une attaque

Plus besoin, pour les membres du gouvernement israélien et de la Knesset qui auront à se prononcer sur une éventuelle attaque contre les installations nucléaires iraniennes, d'attendre un rapport préalable émanant de l'armée de l'air israélienne. Dès à présent, ils ont à leur disposition tous les scénarios possibles d'une attaque contre l'Iran, avec tous les risques que cela comporte et toutes les chances de réussite, grâce à l'étude menée par Abdullah Toukan et Anthony Cordesman,

du Centre d'études stratégiques et internationales de Washington.

La publication d'un texte aussi lucide, détaillé et exhaustif sur les options offensives d'Israël est une première. Ce rapport de 114 pages expose l'ensemble des informations disponibles sur les capacités militaires d'Israël et son programme nucléaire, ainsi que sur les développements nucléaires et les défenses aériennes de l'Iran, et sur l'inventaire des missiles dans chacun des deux pays.

Après avoir passé en revue tous les cas de figure d'une attaque contre l'Iran, Toukan et Cordesman concluent : "Une offensive israélienne contre les installations nucléaires iraniennes est possible, (mais) elle serait complexe et hautement risquée et rien ne garantit que la mission dans son ensemble se solde par un succès."

Le premier problème soulevé par les auteurs concerne les services secrets, ou plutôt leurs lacunes. D'après eux, "on ignore si l'Iran dispose d'installations secrètes d'enrichissement d'uranium". S'il existe des installations inconnues des agences de renseignement occidentales, le programme iranien d'enrichissement d'uranium pourrait bien s'y poursuivre en secret, alors même qu'Israël bombarderait les sites connus - l'opération serait donc nulle et non avenue. De manière générale, les auteurs du rapport estiment qu'une attaque contre l'Iran ne se justifie qu'à condition de mettre fin au programme nucléaire iranien ou de le stopper pour plusieurs années. Or c'est là un objectif difficile à atteindre.

Les services secrets sont également divisés sur la question cruciale de savoir quand l'Iran disposera de l'arme nucléaire. Les Israéliens affirment que la bombe sera prête entre 2009 et 2012 ; les Américains, eux, repoussent l'échéance à 2013. Si les prévisions des Israéliens sont justes, la fenêtre d'opportunité pour une intervention militaire ne tardera pas à se refermer. Quoi qu'il en soit, tout le monde est unanime sur le fait que nul n'osera attaquer l'Iran une fois qu'il sera en possession de l'arme nucléaire.

Etant donné que des dizaines d'installations nucléaires sont éparpillées sur l'ensemble du vaste territoire iranien, et qu'il n'est pas possible de les attaquer toutes d'un coup, Toukan et Cordesman envisagent l'option consistant à n'en frapper que trois, celles qui "forment le maillon central de la chaîne du combustible nucléaire nécessaire à l'Iran pour produire du matériel fissile à des fins militaires".

La destruction de ces trois sites-là suffirait à paralyser le programme nucléaire iranien pour plusieurs années. Il s'agit du centre de recherches nucléaires d'Ispahan, de l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz et de l'usine de production d'eau lourde d'Arak, destinée à la production d'uranium. Or il n'est pas sûr qu'Israël se lance dans une offensive aussi lourde de conséquences pour frapper seulement un petit nombre d'installations, sans aucune garantie d'interrompre ainsi la nucléarisation iranienne pour une durée significative.

L'étude analyse trois couloirs aériens possibles : le plus plausible passe par le nord ; il longe la frontière syro-turque et traverse le nord-est de l'Irak, avant de pénétrer en Iran. L'itinéraire central, qui survole la Jordanie, est plus court, mais il ne sera pas retenu, par crainte de problèmes politiques avec les Jordaniens. Le sud, via la Jordanie, l'Arabie saoudite et l'Irak, risque lui aussi de provoquer des conflits diplomatiques.

Afin que ses appareils puissent faire route vers l'Iran sans être détectés, l'armée de l'air israélienne aurait recours à une technologie de pointe destinée à brouiller les réseaux de communication et les radars des pays survolés par les F15 et les F16. Selon les auteurs du rapport, l'aviation israélienne a déjà fait usage de cette technologie au cours des raids contre le réacteur nucléaire syrien de Deir ez-Zor en septembre 2007. Un dispositif de piratage a été installé sur deux avions Gulfstream G550 récemment acquis par Tsahal (l'armée israélienne).

Une intervention visant ces trois installations nucléaires nécessiterait pas moins de 90 avions de combat, à savoir les vingt-cinq F15E que compte la flotte israélienne et soixante-cinq F16IC. Il faudrait également réquisitionner tous les avions ravitailleurs, soit cinq KC130H et quatre B707, afin de réapprovisionner en vol les avions de combat à l'aller comme au retour. L'aviation israélienne aura bien du mal à localiser un couloir où les avions ravitailleurs pourront évoluer sans être repérés par les Syriens ou par les Turcs.

L'une des principales difficultés tactiques tient au caractère souterrain du site de Natanz. Son usine d'enrichissement d'uranium, enfouie à une profondeur de 8 mètres, est protégée par un mur de béton de 2,5 mètres d'épaisseur, lui-même entouré par un autre mur de béton. En 2004, les Iraniens ont fortifié l'autre aile de l'installation, qui abrite des centrifugeuses : ils l'ont enterrée vingt-cinq mètres sous terre et recouverte d'une chape de béton armé de plusieurs mètres d'épaisseur.

Les Iraniens se servent de ces centrifugeuses pour produire l'uranium enrichi indispensable à la fabrication d'une bombe atomique. L'usine de Natanz compte déjà 6 000 centrifugeuses, et il est prévu d'en installer 50 000 au total, pour un rendement annuel de 500 kg d'uranium militaire. La fabrication d'une bombe requiert 15 à 20 kg d'uranium enrichi. Ainsi, Natanz sera en mesure de fournir suffisamment de matériel fissile pour produire 25 à 30 armes nucléaires par an.

Vu l'importance de la centrale de Natanz, les Iraniens ont pris bien soin de l'entourer d'une solide protection. Afin de contourner ce rideau défensif, l'armée de l'air israélienne recourrait à deux types de bombes intelligentes de fabrication américaine. La presse internationale a laissé filtré que 600 de ces bombes - surnommées "bunker busters" (briseurs de bunkers) - auraient été vendues à Israël. Le premier modèle, le GBU-27, pèse près de 900 kg et peut défoncer une couche de béton de 2,4 mètres. L'autre, le GBU-28, pèse 2 268 kg : ce mastodonte traverse 6 m de béton plus une couche de terre de 30 m de profondeur. Mais, pour que ces obus atteignent les installations iraniennes ultraprotégées, les pilotes israéliens devront viser avec une précision absolue et à un angle optimal.