Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2011

L'UE se donne un mois pour frapper le pétrole iranien

C'est parti !

Oui bien sûr l'UE doit soi-disant arrêter l'Iran dans son programme nucléaire, il faut aller lui voler son pétrole, geler son argent et lancer une 3ème guerre nucléaire mondiale, non pas contre l'Iran seulement mais contre l'Humanité ! Car c'est bien de cela dont il s'agit : d'éliminer les 2/3 de la poulation mondiale avant le 21 décembre 2012.

Et avec quel argent et quels militaires vont-ils partir en guerre ?
Le nôtre et avec des militaires qui ne sont pas payés ?

Ils font tout pour nous endetter avec les guerres et pour nous livrer pieds et poings liés aux Illuminati-Sionistes-reptiliens et à leur idéologie millénaire de nous instaurer leur Unique Religion Mondiale et leur Nouvel Ordre Mondial.

Observez la Pape en ce moment, le soi-disant représentant du fils de Dieu sur Terre, s'il s'insurge contre la 3ème guerre mondiale nucléaire qu'ils ont savamment préparée depuis quelques décennies.
 
Et comme vous l'avez compris, il n'y aurait que le soi-disant nucléaire Iranien qui serait mauvais pour nous.
Une bonne nucléaire nous ferait sans doute du bien.
 
Que nous parlent-ils des 600 bombes nucléaires voire plus détenues par les Sionistes en Isral et qu'ils refusent de déclarer à l'ONU.
Que font l'ONU, l'UE et les USA pour exiger de connaître le stock d'armes nucléaires détenu par Israël.
 
Lisez encore la jolie propagande sioniste que voilà et ouvrez les yeux.
 

L'UE se donne un mois pour frapper le pétrole iranien

Par Jean-Jacques Mevel Publié le 01/12/2011 à 22:36 Réactions (6)
Jeudi à Bruxelles, Alain Juppé assuré que l'Europe travaillait à «des sanctions plus dures et sans précédent».
Jeudi à Bruxelles, Alain Juppé assuré que l'Europe travaillait à «des sanctions plus dures et sans précédent». Crédits photo : GEORGES GOBET/AFP
 
Après le cri d'alarme de l'AIEA sur le nucléaire, les Vingt-Sept durcissent leurs sanctions contre Téhéran.

De notre correspondant à Bruxelles

Le compte à rebours est lancé pour frapper Téhéran là où ça fait mal. L'Union européenne a décidé d'adopter, en janvier au plus tard, un train de sanctions présentées comme sévères contre la finance, le transport et l'énergie - en clair le pétrole iranien dans toutes ses dimensions.

Après le cri d'alarme de l'AIEA sur le nucléaire militaire, la mise à sac de l'ambassade britannique à Téhéran a balayé les réticences. «Nous avons décidé de travailler sur des sanctions plus dures et sans précédent», assure jeudi Alain Juppé, dans une allusion transparente à un éventuel embargo sur le pétrole. Le texte arrêté, jeudi à Bruxelles, vise aussi les Gardiens de la révolution, branche de l'armée chargée de réprimer toute dissidence interne.

Rappel des ambassadeurs

La formulation retenue est assez diplomatique pour couvrir les pays en pointe - la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne - et ceux qui ont émis des réserves - l'Italie, l'Espagne et la Grèce. Il s'agit «d'atteindre sévèrement le système financier iranien, celui des transports et celui de l'énergie». L'embargo, soutenu par Paris et Berlin, n'est plus à exclure. Londres milite aussi pour isoler financièrement Téhéran. Les États-Unis l'on fait en novembre, paralysant de fait une partie des rentrées pétrolières.

À ce jour, les Vingt-Sept ont déjà frappé les actifs de centaines d'entreprises iraniennes. L'UE applique depuis juillet 2010 une interdiction des nouveaux investissements dans le pétrole et le gaz. Jeudi, elle a ajouté à sa liste noire les noms de 143 sociétés et 37 personnes, visées par des gels d'avoirs et des interdictions de visa. Elle a aussi marqué son «indignation» face à l'attaque contre la représentation britannique et prévoit de coordonner les rappels d'ambassadeurs. Pour d'éventuelles sanctions pétrolières, la difficulté à surmonter est l'inégale répartition du fardeau entre le sud et le nord de l'Europe. L'UE a importé 5,8% de son brut d'Iran l'an dernier. Mais le sacrifice serait plus rude pour l'Espagne (15% de ses approvisionnements), la Grèce (14%) ou l'Italie. S'ajoute dans ces trois capitales une fatigue avouée de devoir assumer, après la Libye et la Syrie, le contrecoup des sanctions à chaque rebondissement politique dans le monde musulman.

Cette fois, c'est Athènes qui appelle à l'aide. Ses finances à sec, la Grèce a trouvé à Téhéran un fournisseur très obligeant qui lui fournit le pétrole à crédit. «Il faut en tenir compte et veiller à ce que l'interruption des livraisons de l'Iran puisse être compensée par une hausse de production ailleurs», explique Alain Juppé. À ses yeux, c'est tout à fait possible.

Les réticences de la Grèce et les réserves de l'Italie expliquent le délai que s'accorde l'UE, comme ce fut le cas avec la Libye au début de l'année. Des contacts vont donc être noués avec d'autres puissances pétrolières de la région. Il s'agit aussi d'éviter un effet pervers bien connu des professionnels: tout embargo risque de provoquer un effet temporaire de rareté qui, par le biais d'une hausse des cours, bénéficie au producteur sanctionné s'il trouve d'autres clients…

IRAN: les forces militaires se préparent au combat

mardi 6 décembre 2011

IRAN: les forces militaires se préparent au combat

 
ZEROHEDGE - L'Iran estime qu'elle n'a plus rien à perdre. Après une série d'explosions mystérieuses et la destruction de drones d'attaque de l'OTAN, il semble que le pays riche en pétrole est de plus en plus enclin à la probabilité d'une guerre. Selon Ynet News, l'Iran serait entrain de "déplacer des missiles vers des sites secrets", selon un journal britannique; "plus tôt, les habitants de Téhéran commencent à stocker des biens, craignant une grève imminente."
 
Le commandant Mohammed Ali Jaafari de la garde révolutionnaire iranienne a ordonné à ses forces d'assurer la préparation opérationnelle sur les installations nucléaires du pays avant une possible guerre ou grève. 
 
Le Telegraph a rapporté lundi soir que. "Le mouvement est pour l'instant une précaution". 
 
Le journal britannique cite des sources de renseignement occidentaux stipulant que "l'Iran organise un repositionnement de missiles balistiques, d'explosifs et des troupes dans des positions défensives, afin d'offrir une réponse rapide dans le cas d'une attaque par Israël ou les Etats-Unis ". 
 
 
Un responsable du renseignement occidental de haut rang a cité qu'"il y a une profonde inquiétude au sein de la haute direction du régime iranien et qu'elle redoute être la cible d'une attaque militaire surprise par Israël ou les États-Unis.
 
"Pour cette raison, ils prennent toutes les précautions nécessaires pour s'assurer qu'ils peuvent se défendre correctement si une attaque se produit".
 
 
 
"Nous allons être attaqués"
 
L'isolement de l'Iran sur ses ambitions nucléaires, sa prétention à avoir abattu un drone espion américain dans son espace aérien, et l'attaque de l'ambassade britannique nourrissent les Iraniens ordinaires de peurs.
 
"Les étrangers sont nombreux à quitter l'Iran ... Je soupçonne qu'il y aura une action militaire ... nous allons devenir un autre Irak", a déclaré l'architecte Mahsa Sedri, 35 ans. "Manifestement, quelque chose se passe ... sinon les étrangers ne quitteraient pas l'Iran."
 
"Nous allons être attaqués ... je le sens ... Je vide mes comptes en banque pour avoir de l'argent en poche en cas d'attaque", a déclaré Hassan Vosughi, employé du gouvernement. "Moi et tous mes amis avons stocké des marchandises à la maison."
 
Peut-être, devraient-ils stocker aussi du pétrole...
 

Petite banniere 400x50

 

23:19 Publié dans 3ème guerre mondiale en préparation, International, Islam, Iran, Syrie | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

01/12/2011

Israël sonne la mobilisation face aux «tempêtes arabes»

Depuis le temps que les sionistes (parti extrémiste créé par Rothschild) attendaient cela, ils vont être servis, avec tout ce qui se passe dans le monde en ce moment. 

Finalement, on se demande si Israël n'a pas l'intention de sacrifier le peuple Juif en s'attirant les foudres de tous les pays musulmans et de ceux qui ne sont pas alignés à l'Empire US/Sioniste/Europe/Angleterre, ni à l'Empire du Vatican ? 

Israël sonne la mobilisation face aux «tempêtes arabes»

Par Isabelle Lasserre
29/11/2011 | Mise à jour : 19:39

Confrontée à un environnement en pleine ébullition, de l'Égypte à l'Iran en passant par la Syrie, l'armée israélienne est contrainte de revoir ses options stratégiques. Pour Tsahal, la perspective de devoir se battre sur plusieurs fronts à la fois n'est plus théorique.


À l'entrée de l'immense quartier général de Tsahal, l'armée israélienne, à Tel-Aviv, un panneau géant reproduit une page fictive de Facebook. Trois «amis», ornés de leurs portraits photos, attendent d'être «acceptés»: le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, le numéro un syrien...

 http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2011/11/29/10001-20111129ARTFIG00662-israel-sonne-la-mobilisation-face-aux-tempetes-arabes.php

29/11/2011

Mystérieux bruit d’explosion aux environs de la ville d’Ispahan (Iran)‏

La guerre contre l'Iran est déjà commencée !

Raid israélien  avec des bombardiers furtifs de type B2 ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Northrop_B-2_Spirit Que « théoriquement » les Israéliens n’ont pas ?

Libya : Exemple Bombardier furtif Libye B-2

http://www.youtube.com/watch?v=2dydPl108k8

Ou missile » tomawak » (ou mieux)  tiré d’un SLNA ou d’un porte-avion ? Ou missile à guidage laser piloté du sol par un agent français ? (DCRI ex DGSE)

La suite arrive avec la Russie et la Chine qui ne resteront pas les bras croisés. La Russie a déjà lancé un avertissement contre l'UE et les US/Israël.

Mystérieux bruit d’explosion aux environs de la ville d’Ispahan (Iran)‏

26/11/2011

La Russie menace de déployer des missiles nucléaires en Europe

Il ne se passe rien, rassurez-vous !

Certains pratiqueront la méthode Coué, en disant : Tout va bien, je suis bien ! Je suis gai, tout me plaît. Ou ils préfèreront jouer les autruches !

Sauf que nous vous alertons pour que vous puissiez vous préparer en conscience et en toute sérénité. Le libre-arbitre ne peut s'exercer que si nous avons le choix, et là le choix devrait être vite fait.

Si vous ne savez rien, comment pourriez-vous vous préparer aux échéances qui arrivent ?

Vous avez un bel exemple des relations de causes à effets avec la réaction de la Russie.

Quand on provoque quelqu'un, le résultat ne se fait  pasattendre, c'est l'effet boomerang qui agit.


La Russie menace de déployer des missiles nucléaires en Europe

LEMONDE.FR Avec AFP, AP et Reuters | 23.11.11 | 15h58   •  Mis à jour le 23.11.11 | 20h55

 

Un porte-missile nucléaire russe lors de la parade de la Victoire à Moscou, le 9 mai 2008.

Un porte-missile nucléaire russe lors de la parade de la Victoire à Moscou, le 9 mai 2008. AFP/YURI KADOBNOV

Un petit air de guerre froide. Le président russe Dmitri Medvedev a menacé, mercredi 23 novembre, de déployer des missiles nucléaires de courte portée de type Iskander dans l'enclave de Kaliningrad, aux portes de l'Union européenne, si les Etats-Unis poursuivaient sans concession le déploiement de leur bouclier antimissile en Europe.

Dans une allocution télévisée de sa résidence de Gorki, près de Moscou, M. Medvedev a déclaré que les Etats-Unis et l'OTAN, dans leur projet de système antimissile officiellement tourné vers des pays tels que l'Iran, "n'[avaient] pas l'intention jusqu'à présent de prendre en compte" l'inquiétude russe.

En conséquence, la Fédération de Russie développera, si nécessaire, "dans l'ouest et dans le sud du pays, des systèmes offensifs modernes qui garantiront la destruction des installations européennes de la défense antimissile des Etats-Unis", a déclaré le président russe. "Une de ces mesures sera le déploiement d'une batterie de missiles Iskander dans la région de Kaliningrad."

Un ultimatum auquel les Etats-Unis ont opposé une fin de non-recevoir. "Les systèmes antimissiles dont le déploiement est prévu en Europe ne menacent pas, et ne peuvent pas menacer la dissuasion stratégique de la Russie", a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain, Tommy Vietor, ajoutant : "Nous ne modifierons ou ne limiterons d'aucune façon nos projets de déploiement."

LA RUSSIE CRAINT POUR SA SÉCURITÉ

Ce n'est pas la première fois que Moscou brandit ce genre de menaces. La Russie dit craindre que ce système ne nuise à sa propre sécurité et a exigé, jusqu'à présent en vain, d'y être associée pour vérifier qu'il ne vise pas sa capacité de dissuasion.

Cette crainte est exacerbée dans un contexte électoral. Le président Medvedev a prononcé cette allocution au moment où son pays se prépare à des élections législatives. A l'approche du scrutin, la politique intérieure a pris des accents volontiers nationalistes.

 

Le chef de l'Etat russe est allé jusqu'à envisager une sortie du Start (Strategic Arms Reduction Treaty), le traité de désarmement nucléaire signé avec les Etats-Unis et entré en vigueur en février, tout en soulignant que la Russie "ne fermait pas la porte" à des négociations ultérieures. Une ouverture au dialogue qu'a saluée le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen, tout en qualifant de "très décevante" la menace brandie par Dmitri Medvedev.

Le représentant de la Russie auprès de l'OTAN, Dmitri Rogozine, a quant à lui précisé lors d'une conférence de presse que cette mesure ne serait mise en œuvre que lorsque le déploiement en Europe du système antimissile de l'organisation aurait atteint un "point de non-retour".

Le système antimissile mis en place par les Etats-Unis en Europe prévoit de protéger les pays de l'OTAN de tirs de missiles en provenance de l'Iran ou de la Corée du Nord. La Roumanie, la Turquie, la Pologne et plus récemment l'Espagne y ont officialisé leur participation. L'achèvement de ce dispositif est programmé en 2018.

http://www.lemonde.fr/international/article/2011/11/23/la...