Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2012

Les Preuves de l'existence de Nibiru et du déplacement des pôles

Sandy : Quelques nouvelles et photos de son passage

Pour voir quelques photos d'amateurs, cliquez sur ce lien : ICI

La compagnie Con Edison avait décidé de couper le courant dans certains secteurs inondés du sud de Manhattan pour des raisons de sécurité. L'explosion d'un transformateur en début de soirée a plongé l'ensemble de la zone dans le noir, en partant de la 39e rue Est jusqu'au sud, selon un porte-parole cité par le New York Times.

L'explosion d'un transformateur plonge Manhattan-Sud dans le noir

http://www.youtube.com/watch?v=ZAqYZ433TeQ&feature=player_embedded

En direct : la tempête Sandy frappe les Etats-Unis de plein fouet, au moins 13 morts

A New York, la façade d'un immeuble s'effondre sous la force du vent

New York inondée et plongée dans le noir après le passage de la tempête Sandy


Sandy : un réacteur nucléaire en alerte en raison de la montée des eaux

 

L'explosion d'un transformateur plonge Manhattan-Sud dans le noir



29/10/2012

La Terre grossit à l'équateur depuis 1998

Cet article date du 3 août 2002, soit depuis plus de 10 ans, ce qui nous fait penser que ce phénomène aurait dû être suivi depuis le temps pour lui trouver des explications plausibles dont les origines peuvent se trouver au niveau cosmique.

Le fait que la Terre se soit mise à grossir au niveau de l'équateur depuis 1988 confirme la théorie de l'expansion des planètes, la création et la séparation des continents par la division et la séparation des plaques tectoniques.

Ce phénomène nous fait comprendre pour quelles raisons nous devons subir des cataclysmes, des intempéries extrêmes, des éruptions solaires et volcaniques, des tremblements de terre, la brisure des plaques tectoniques, l'ouverture de gouffres et de failles dans le monde,  la chute de météorites, la fonte des banquises, la montée du niveau des mers et des océans, et phénomènes auquel nous devons relier à l'approche de la planète X ou Nibiru qui arrive avec son cortège d'astéroïdes.

Le déplacement des masses d'eau vers l'équateur qui provoque un déséquilibre de la Terre est un facteur d'inversion de ses pôles magnétiques.

Ce qui est en train de se produire actuellement et ce dont nous sommes les témoins.

La Terre grossit à l'équateur depuis 1998

Mis en ligne le 03 août 2002 à 07h00 par Franck LEFEBVRE, mis à jour le 02 août 2002 à 17h30

planete terre

 

Crédits : INTERNE

Le diamètre de la Terre s'accroît au niveau de l'équateur. C'est ce qu'affirment deux scientifiques américains, en s'appuyant sur des données recueillies par satellite.

Le phénomène a pris de court les scientifiques. La Terre, notre bonne vieille planète, prend de l’embonpoint. Depuis les observations des premiers satellites, on sait que notre sphéroïde terrestre n’est pas une sphère parfaite, mais qu’il est aplati aux pôles. Cette forme est causée pour l’essentiel par la force centrifuge due à la rotation de la Terre, qui tend à repousser vers l’équateur le magma présent sous la croûte terrestre. La différence est réduite : entre le diamètre terrestre mesuré à l’équateur, et le diamètre mesuré d’un pôle à l’autre, la différence est environ de 0,3%. Mais des observations récentes tendent à démontrer qu’elle s’accroît.

Plus étonnant encore : ce mouvement de déformation est tout récent. Il semble avoir débuté vers 1998. Il a été observé par deux scientifiques américains, Christopher Cox, du groupe Raytheon, et Benjamin Chao, de la NASA. Tous deux ont été stupéfaits par l’ampleur du mouvement. Des petites variations dans le tour de taille de notre planète avaient été constatées auparavant, et mesurées dès les années 80 ; mais elles montraient au contraire une très légère tendance de la Terre à devenir plus ronde, du fait de la fonte progressive des banquises au niveau des pôles. Commencée dès la fin de la dernière ère glaciaire, cette fonte a en effet pour résultat d’alléger les pôles de milliards de tonnes de glace. Depuis 1998 cependant, le mouvement s’est inversé ; la Terre "grossit" à l’équateur.

Pourquoi cette brusque inversion de tendance ? Les variations du champ magnétique terrestre pourraient peut-être fournir un indice. Elles sont provoquées par des mouvements du noyau terrestre, essentiellement constitué de fer liquide, dont la température est de 4 000 à 5 100°C. Or, de telles variations ont été observées en 1999 ; elles pourraient tout à fait avoir été provoquées par un déplacement de grandes masses de fer liquide des pôles vers l’équateur. Autre explication possible : un déplacement des courants marins pourrait avoir augmenté la masse des océans au niveau de l’équateur, accroissant l’impact des mouvements du noyau terrestre. Seule certitude, selon Christopher Cox : les activités humaines n’ont rien à voir avec cette prise d’embonpoint, qui est probablement passagère.

 

http://lci.tf1.fr/science/2002-08/terre-grossit-4895083.html

 

Breaking news: Sandy pourrait passer en catégorie 4 ou 5, selon Weather Channel

Lundi 29 octobre 2012

Breaking news: Sandy pourrait passer en catégorie 4 ou 5 selon Weather Channel

Danger Maximum !

L'annonceur du Weather Channel vient d'annoncer sur les ondes, sans cacher son émotivité, que l'ouragan Sandy pourrait passer à la catégorie 4 ou 5  et qu'il porte le potentiel de détruire complètement les États de la Côte Est américaine.

Des bloggers rapportent à l'instant les propos du présentateur du Weather Channel.  Ils tentent de trouver et de faire un enregistrement de cette intervention en direct. 

Suivez en direct l'évolution de l'ouragan Sandy :

Ouragan Sandy: la côte est se vide

Voir la vidéo par ce lien :
http://www.lapresse.ca/international/dossiers/la-supertem...


Ouragan Sandy: la côte est se vide

Publié le 28 octobre 2012 à 13h11 | Mis à jour le 28 octobre 2012 à 21h00

sandy.jpeg

Daphné Cameron, Envoyée spéciale
La Presse

(New Jersey) Il ne reste plus qu'à attendre le passage de Sandy sur la côte est américaine, où des centaines de milliers d'Américains vivant en zones inondables ont été forcés d'abandonner leur domicile. Le passage de l'ouragan a déclenché l'état d'urgence dans une dizaine d'états américains, du Connecticut à la Caroline du Sud, en prévision de la tempête qui devrait frapper dans la nuit de lundi à mardi.

>> Voyez nos photos: La côte est américaine se prépare pour Sandy

Au New Jersey, où l'oeil de l'ouragan semble se diriger, toutes les îles comprises entre Sandy Beach et Cape May, soit une zone de près de 200 kilomètres, ont fait l'objet d'évacuations obligatoires. À partir de 16h00 dimanche, les autorités policières ont prévenu qu'elles ne pourraient plus promettre de porter secours aux habitants qui décidaient de rester.

L'île de Long Beach avait des allures de ville fantôme, dimanche soir, alors que l'eau commençait à inonder les rues des hameaux plantés le long d'une bande de sable de plusieurs kilomètres. Le long des rues désertes, des maisons cossues se succèdaient, fenêtres et portes placardées.

Au bout de l'une d'elles, Rick Simpson fixait son bateau à l'arrière de son camion alors que la pluie frappait son visage de plein fouet. «Le niveau de l'eau n'a jamais été aussi élevé à marée basse. Habituellement, j'ai besoin de grimper une échelle de cinq pieds pour sortir de mon bateau, alors qu'aujourd'hui, il flottait pile à la hauteur du quai», a-t-il illustré.

M. Simpson, un coach de natation qui entraîne des athlètes de calibre olympique ne se laisse généralement pas intimider par l'eau. Mais la force de la tempête l'a convaincu de respecter l'avis d'évacuation. «En 1972, l'eau de l'océan et de la baie ont convergé et ont engouffré la partie de l'île où nous nous trouvons présentement, emportant plusieurs maisons. Sandy s'annonce encore plus violente. À un moment donné, il faut accepter que la nature est plus forte que nous!»

Quelques maisons plus loin, Stanley et Ann, un couple dans la soixantaine, a choisi de faire fi de l'état d'urgence. «On vit ici, les tempêtes, c'est notre destin», a laissé tomber l'homme au milieu de son sous-sol jonché de pompes et meubles pêle-mêle en équilibre sur des caisses de lait. «On en a vu tellement d'autres! Nous avons tout le nécessaire pour survivre plus d'une semaine coupés du reste du monde.»

Les prochaines heures laissent présager le pire alors que la tempête s'intensifiera. Les météorologues prévoient que les ponts qui donnent accès aux îles risquent d'être submergés cette nuit, les coupant du reste du monde.

Des écoles ont été ouvertes pour accueillir les sinistrés des îles, mais aussi de la côte, qui menace d'être frappée par des pannes d'électricité et des inondations historiques en raison de la pleine lune lundi soir. Les zones évacuées comprennent aussi Atlantic City qui a été forcée de fermer tous ses casinos ainsi que des quartiers inondables sur a côte. Des villes du Delaware, état qui devrait aussi être fortement affecté, ont connu le même sort.

À la tombée de la nuit, environ 160 personnes avaient trouvé refuge à l'école secondaire de Manahawkin au New Jersey. Environ 500 lits de camps de la Croix-Rouge étaient bien cordés dans un gymnase prêt à accueillir les sinistrés.

Ce sont les pompiers qui ont demandé à Sandra Baker et ses enfants Billy, 9 ans, et Hannah, 12 ans, de quitter leur maison, située sur la côte, en zone inondable. «J'ai décidé de partir parce qu'en 38 ans de vie à Jersey, je n'ai jamais vu l'eau monter aussi rapidement.»

L'île de Seaside, située un peu plus au nord, s'est aussi vidée rapidement. L'endroit, qui attire généralement des foules pour ses parcs d'attractions, ses mignonnes maisonnettes à l'ombre des dunes de sable et ses vedettes de la célèbre émission de téléréalité Jersey Shore, était presque désert. Seuls quelques curieux ont risqué de s'aventurer sur la plage, en matinée, alors que des vagues de plus en plus hautes se fracassaient sur les quais perchés sur des pilotis d'au moins 20 mètres de haut.

«Je suis stupéfait», s'est exclamé Darin Petro, 45 ans, en fixant la scène. «Je me baigne sur cette plage depuis l'âge de 5 ans et je n'ai jamais vu de vagues aussi hautes! C'est extraordinaire de voir ça, mais ça fait vraiment craindre les dommages.»

Ed Verna, un homme trapu de 76 ans, a vécu à Seaside toute sa vie. Le retraité, qui a notamment travaillé comme sauveteur sur la plage de 1953 à 1963, a été témoin de cinq ouragans et tempêtes depuis son enfance, mais c'est la première fois qu'il se résigne à quitter sa maison.

«J'en ai vu d'autres, mais les médias disent que ce sera la tempête du siècle, donc ma femme panique, elle veut partir», a-t-il laissé tomber, pelle à la main, alors qu'il remplissait lui-même ses sacs de sable. «Les ouragans que j'ai vécus ont été assez violents. Les routes se transforment en rivières et ça fait un vacarme comparable à un train de marchandises qui passe au-dessus de nos têtes. Le vent est si fort que des clôtures de métal et des toitures s'envolent. J'ai vu des maisons de trois étages s'affaisser», a-t-il décrit.

Une vingtaine de mètres plus loin, Jim s'affairait à placarder les maisons d'un cottage. Sa famille respectera l'avis d'évacuation, a-t-il affirmé, même s'il est difficile d'abandonner sa maison. «On sait qu'il y aura des gens qui vont rester, mais les ponts qui nous relient à la terre ferme risquent d'être submergés, alors rendu là, ce sera chacun pour soi et Dieu sait ce qu'il peut vraiment arriver.»

 

lapresse.ca vous suggère