Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2014

Armée privée et location de l'armement : Washington rappelle à Paris qu’il faut payer ses dettes !

Allez vous allez comprendre pourquoi on sabre l'armée française !

Les guerres deviennent un commerce juteux au profit d'intérêts privés et nous sommes bien dans le cadre d'armées privées ! La France sous-traite désormais avec les USA et l'OTAN ses opérations militaires !

Apparemment les militaires de l'armée Française servent de représentants ou de mandataires pour les intérêts hégémoniques des US de partout dans le monde, mais il y a un hic.

La France n'ayant pas développé son matériel militaire, elle loue son armement aux USA pour effectuer ses opérations militaires ! Mais ce n'est pas gratuit : il faut payer la location et sûrement les conseils stratégiques et au profit de qui ?

Les US/UE/Sionistes pour créer ce que les USA appellent le Nouveau Moyen-Orient et les sionistes Le Grand Israël, et le complexe militaro-industriel. Ce qui fait que  nos militaires deviendront des mercenaires au service de sociétés privées !  Pire, non seulement il faut leur faire le travail, mais en prime il faut payer les US !

Vous aurez compris que nous payons les guerres d'Israël et des USA !

Ce sont les prémices de l'abandon de l'Armée Française qui relèverait du Ministère de la Défense pour devenir une armée privée à la bottes de ceux qui les utiliseront contre nous le moment venu !

Ce que nous disions dans l'article précédent : ICI

Ecoutez attentivement, l'intervention audio du géopolitologue belge Luc Michel, administrateur général d’une ONG « Observation eurasienne pour la démocratie et les élections » (OEDE)

Les Etats-Unis et la France sont les alliés en géopolitique de l’OTAN. Les Américains ont toujours fourni et continueront à fournir une aide militaire aux forces armées françaises qui mènent des opérations au Sahel en Afrique dont l’opération Barkhane dédiée à la lutte contre le terrorisme.

Washington rappelle à Paris qu’il faut payer ses dettes

Cette aide n’est pourtant pas gratuite. D’après l’AFP, Washington a récemment rappelé à Paris qu’il faudrait payer pour les services qui lui avaient été fournis c’est-à-dire l’utilisation par les Français des drones de renseignement américains et la mise à disposition des avions-cargos pour les besoins de l’opération Serval lancée par la France au Nord-Mali en janvier 2013. Washington a par ailleurs averti Paris que ce dernier aurait à payer de sa poche les frappes aériennes réalisées par son armée de l’Air en Irak et en Syrie dans le cadre de l’opération contre les terroristes de l’Etat islamique. « A l'avenir, les frais de la mission devront être remboursés », a annoncé sous couvert de anonymat un haut fonctionnaire du Pentagone cité par l’AFP. Voici ce qu'en dit, le géopolitologue belge Luc Michel, administrateur général d’une ONG « Observation eurasienne pour la démocratie et les élections » (OEDE) et animateur de EODE-TV & AFRIQUE MEDIA :

Lire la suite: http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/5646129/278451799/

 

16/10/2014

Le Drian détaille les 7 500 suppressions de postes dans l’armée en 2015

Heureusement que le 25/11/2013, Drian avait dit qu'il garderait la première armée d'Europe !  Une armée qui souffre depuis des décennies de ne pas avoir eu ses moyens en matériel obsolète non renouvelé !

Le Drian détaille les 7 500 suppressions de postes dans l’armée en 2015

LE MONDE | 15.10.2014 à 11h46 • Mis à jour le 15.10.2014 à 17h37 |

 

Le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, à Toulon, le 10 octobre.

Depuis que l’annonce de la fermeture de l’hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris avait fuité le 8 octobre dans Le Monde, le gouvernement comme l’armée s’étaient refusés à tout commentaire. Le sort que l’Etat réservait à l’hôpital qui a accueilli les présidents comme les plus hautes personnalités de la République restait un mystère. C’est désormais officiel.

Dans un communiqué de trois pages adressé mercredi 15 octobre aux cadres des grands services militaires, le ministre de la défense, Jean-Yves le Drian, confirme la fermeture de l’hôpital et détaille sa restructuration. Le Val-de-Grâce abritera à l’avenir un centre de recherche, de formation ainsi que le musée du service de santé des armées dont il dépend. Les activités médicales du site seront transférées vers les deux autres hôpitaux d’instruction des armées de la région parisienne – Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine), et l’hôpital Bégin à Saint-Mandé (Val-de-Marne) – plus récents et plus performants.

Cette fermeture va s’ajouter à celle d’autres sites militaires et s’inscrit dans un vaste plan d’économies des armées. La Défense « prend part aux efforts de la Nation pour redresser sa situation budgétaire », explique le ministre à ses services. « La souveraineté » de la France « dépend autant de sa défense que de la maîtrise de ses comptes publics ».

Lire notre décryptage sur les hôpitaux militaires dans le collimateur du gouvernement

34 000 NOUVELLES SUPPRESSIONS DE POSTES

D’ici à 2019, 34 000 nouvelles suppressions de postes sont prévues dans le cadre de la loi de programmation militaire 2014-2019. 7500 postes sont concernés en 2015. Au total, entre 2009 et 2019, la Défense aura supprimé près de 80 000 emplois.

Vidéo suggérée sur le même sujet

  • Budget de l'armée: Jean-Yves Le Drian très inquiet - 23/05

    Jean-Yves Le Drian a tiré la sonnette d'alarme. Le ministre de la Défense a adressé une lettre au Premier ministre pour lui faire part de son inquiétude vis-à-vis des possibles coupes budgétaires occasionnées par le plan d'économie de 50 milliards d'euros de Manuel Valls. Jean-Yves Le Drian craint que des restrictions budgétaires suscitent de "très lourdes" conséquences sur les armées. Le 11 juin prochain, le projet de loi de finances rectificatives qui actera les nouvelles coupes budgétaires sera présenté: l'exécutif devra trancher.

Certaines communes vont payer le prix fort de ces coupes budgétaires. Ainsi, le 1er régiment d’artillerie de marine basé à Châlons-en-Champagne (Marne) – le plus ancien de France –, mais aussi l’état-major de la 1ère brigade mécanisée, installé dans la même ville, doivent être dissous avant l’été 2015. Benoist Apparu, maire et député (UMP) de Châlons-en-Champagne a fait le calcul : cette ville de 45 000 habitants est amputée de 960 emplois. Il appelle les habitants à manifester pour exiger « des compensations à la perte de ces emplois militaires ».

Les activités de la marine seront désormais concentrées autour des deux grands ports que sont Brest et Toulon. Les bases navales d’Anglet (Pyrénées-Atlantiques) et le commandement maritime de Strasbourg fermeront eux en 2015.

CONCENTRER ET RATIONALISER

Dans l’armée de l’air, même logique, même procédé : on concentre et on rationalise. La dissolution de la base aérienne 102 de Dijon-Longvic débutera cette année. Le commandement des forces aériennes sera quant à lui transféré vers la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac.

M. Le Drian a veillé, explique t-il, à ce que « les deux tiers des 23 500 suppressions de postes » (auxquels viennent s’ajouter 10 000 suppressions de postes non encore exécutées de la précédente loi de programmation) portent « sur le soutien, les structures organiques, l’environnement et l’administration du ministère » de manière à préserver « les forces opérationnelles » engagées sur plusieurs théâtres d’opérations.

Un budget est réservé pour accompagner ces mesures : 205 millions d’euros seront consacrés en 2015 aux personnels et 150 millions d’euros aux territoires.

 

 

Défense France: Adieu l'armée française bienvenue aux ennemis étrangers !

Voilà comment les traîtres à la nation, à commencer par SARKOZY, affaiblissent et vendent  la FRANCE aux lobbys étrangers !

Qui viendra nous défendre sans armée opérationnelle et amputée de ses corps d'armée ?

Une preuve de plus que nous serons tous exposés aux Nazis de l'OTAN et de l'UE !

On vous donne en mille que l'armée sera vendue à des sociétés privées, cotées en Bourse de préférence, et qui formeront des groupements de mercenaires qui constitueront des armées privées pour les faire se retourner contre nous, en alliance avec les forces armées de l'UE ! !

Dans tous les pays du monde, le budget de l'armée est l'un des plus importants, mais chez nous, il vaut mieux financer avec l'argent des contribuables l'Europe Nazie, les BANKSTERS et les guerres d'Israël au détriment du Peuple !

Il n'y a plus de généraux dans ce pays dignes de se révolter au bénéfice du Peuple ?

PAUVRE FRANCE RUINEE PAR LES BANKSTERS ILLUMINATI !

Déjà que depuis des années l'armée n'avait pas assez de budget et que dernièrement l'armée à été mise en vente ! Là c'est le pompon !

Défense : Le Drian dévoile les restructurations 2015

 

par Grégoire Lecalot mercredi 15 octobre 2014 12:04, mis à jour le mercredi 15 octobre 2014 à 14h04

Jean-Yves Le Drian a dévoilé les restructurations qui vont toucher l'armée en 2015 dans le cadre de la LPM 2014-2019. © Maxppp

Le ministère de la Défense a donné mercredi des précisions sur les restructurations qui vont toucher l'armée en 2015 dans le cadre de la loi de programmation militaire. Il a confirmé la fermeture de l'hôpital du Val-de-Grâce et la dissolution d'un régiment. Pour le reste, cinq bâtiments de la Marine vont être désarmés et une base navale sera fermée. Au total, 7.500 postes seront supprimés.

C'est par un communiqué de trois pages que le ministre de la Défense a fait connaître mercredi ses arbitrages. Les grandes lignes des restructurations qui vont toucher l'armée en 2015 dans le cadre de la loi de programmation militaire 2014-2019 sont désormais officielles. Ce sont bien 7.500 postes qui seront rayés des cadres.

A LIRE AUSSI :

►►► Une journée à 7.500 suppressions de postes dans l'armée

Au chapitre des surprises, la dissolution de la base aérienne 102 de Dijon-Longvic, bien connue des fans de la série "Tanguy et Laverdure, les chevaliers du ciel". Elle a été lancée, dit le ministère. Le Commandement des forces aériennes va être transféré sur la base 106 de Bordeaux-Mérignac. L'armée de l'air devra aussi rendre des postes sur la base aérienne de Dachenbronn, dans le Bas-Rhin , qui sera transformée en "élément air rattaché" à la base 133 de Nancy : 190 postes militaires et trois civils disparaissent au passage.

Cinq navires désarmés

La Marine passe aussi à la moulinette avec le désarmement de cinq bâtiments : la Meuse, un pétrolier-ravitailleur et le Siroco, un transport de chalands de débarquement, tous deux basés à Toulon, du patrouilleur austral Albatros, à La Réunion et des patrouilleurs de surveillance Athos et Aramis, à Anglet. Une base navale sera fermée, celle de l'Adour, à Anglet, dans les Pyrénées-Atlantiques. Le commandement maritime de Strasbourg subira le même sort. Objectif de la manoeuvre : renforcer la concentration des forces de la Marine sur Brest et Toulon.

La fermeture de l'hôpital du Val-de-Grâce confirmée
Les autres points étaient attendus car les informations circulaient, parfois depuis plusieurs jours : l'armée et le ministère se sont refusés à le confirmer jusqu'ici, mais les propos de Jean-Yves Le Drian sur l'hôpital militaire parisien du Val-de-Grâce ne laissaient pas beaucoup de place au doute : "efficacité civile et militaire pas avérée", avait-il lâché. En période de vaches maigres, une telle déclaration équivaut à un coup de tranchant. Ce sera bien le cas : les activités hospitalières vont être transférées progressivement vers deux autres hôpitaux militaires en Ile-de-France, en l’occurrence Percy, à Clamart et Bégin, à Vincennes. Le site historique parisien ne sera toutefois pas démilitarisé puisqu'il accueillera un "pôle d'excellence" pour les activités de recherche et de formation.

Châlons-en-Champagne perd ses troupes
Autre information déjà connue : la dissolution d'un régiment, le 1er régiment d'artillerie de marine, à Châlons-en-Champagne, ainsi que celle de l'état-major de la 1ère Brigade mécanisée, dans la même ville. L'armée de terre verra également le 8ème régiment de parachutistes d'infanterie de marine de Castres, dans le Tarn et le 1er Régiment de tirailleurs d'Epinal, dans les Vosges, seront "transformés en régiment d'infanterie de nouvelle génération". Sa capacité d'engagement, avec 66.000 soldats projetables, a été confirmée.


Services administratifs et soutiens
Les hauts gradés seront pour leur part priés de faire mouvement vers le tout nouveau ministère parisien, en phase d'achèvement à Balard, dans le sud-ouest de la capitale : états-majors, directions de services, le personnel de la Direction générale de l'armement, actuellement à Bagneux, dans les Hauts-de-Seine et d'une partie de celui de la très secrète direction du renseignement militaire, située à Creil, dans l'Oise.

Les services de soutien et certains services administratifs devront aussi rationaliser leur organisation : le commissariat des armées, la direction interarmées des réseaux d'infrastructures et des systèmes d'informations, le service des essences et celui des munitions poursuivent leur "transformation", de même que le secrétariat général pour l'administration.

 Retrouvez l'ensemble des restructurations sur le communiqué du ministère de la Défense

 
 
 
 
 
 

15/10/2014

Hollande nomme un partenaire de l’armement israélien à la tête d’EDF

C'est comme ça que ça se passe en territoire de France occupée !

Les traîtres continuent à placer les pions et les espions en France pour que ce soit encore les contribuables qui paient !

 Hollande nomme un partenaire de l’armement israélien à la tête d’EDF

Mercredi 15 octobre, lors du Conseil des ministres, le chef de l’État a fait l’éloge de

LEVY thalès.jpg

Jean-Bernard Lévy, prochain patron de l’établissement public Électricité De France (1er producteur d’électricité au monde) et actuel PDG du groupe de défense Thales [1]

Le 23 septembre, des militants pro-palestiniens de Glasgow avaient occupé une usine de Thales UK pour protester contre le développement d’un drone tactique initialement testé à Gaza et conçu par la compagnie israélienne Elbit Systems [2].

Le 30 juillet, à la fin de l’opération militaire israélienne « Bordure protectrice », la Coordination CGT de Thales adressa un courrier spécial à Jean-Bernard Lévy pour l’inciter à remettre en question « les relations commerciales et industrielles du groupe avec des entreprises israéliennes [3] ».

Un mois plus tôt, le siège londonien de Thales UK avait été investi par un groupe pro-palestinien [4].

Fin 2013, une ONG britannique publia un rapport détaillé pour dénoncer la coopération de Thales UK avec Elbit [5].

Trois mois plus tôt, en septembre 2013, Jean-Bernard Lévy, alors PDG de Thales, avait défendu – devant les parlementaires français – cette collaboration en vantant les mérites du drone inspiré de la technologie israélienne et dénommé « Watchkeeper » [6].


Cliquez sur l'image pour lire le texte
LEVY EDF.jpg
 

Sur le lobby israélien en France, chez Kontre Kulture :

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mort de Said Bourrarach : quatre hommes jugés aux assises en mars

Il était temps après plus de 4 ans !
Et qui l'on retrouve derrière ? Devinons ? La LDJ !

Mort de Said Bourrarach : quatre hommes jugés aux assises en mars

Publié le Vendredi 10 Oct. 2014, 18h52 | Mis à jour : 19h32

ILLUSTRATION. Quatre hommes, accusés d'avoir provoqué la mort de Said Bourrarach, seront jugés aux assises en mars 2014. AFP/Jean-Sébastien Evrard

Quatre hommes accusés d'avoir provoqué la mort de Said Bourrarach, un vigile de 35 ans, qui s'est noyé dans le canal de l'Ourcq en mars 2010, seront jugés aux assises de Seine-Saint-Denis du 17 au 26 mars, ont annoncé vendredi les avocats des parties.

Les accusés, âgés de 19 à 25 ans à l'époque des faits, sont poursuivis pour «violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, avec usage ou menace d'une arme». Ils encourent une peine maximale de 15 ans de réclusion criminelle.

La mort de M. Bourrarach, ce père de famille marocain de 35 ans, musulman non pratiquant et analphabète, qui tentait d'échapper à un groupe de jeunes -de confession juive- qui l'avait pris en chasse avait réveillé un profond sentiment d'injustice dans la communauté musulmanne.

Sur des sites d'information communautaire, l'origine des agresseurs ainsi que leur sympathie supposée pour la Ligue de défense juive (LDJ), suffisait à établir la dimension raciste de son «meurtre».

La très discrète couverture médiatique de son destin tragique -souvent comparée à l'émoi suscité par la mort de Clément Méric ou de Ilan Halimi- a alimenté le sentiment d'une indignation à géométrie variable.

Violences en réunion
 
Après avoir passé quelques mois en détention provisoire, tous les accusés ont été placés sous contrôle judiciaire et comparaîtront libres, a indiqué Me Paul Le Fèvre, avocat de l'un d'eux.

Saïd Bourarach, employé dans un magasin de bricolage à Bobigny (Seine-Saint-Denis), avait été pris à partie le 30 mars 2010 par un client qui voulait entrer après la fermeture pour y acheter un pinceau et de la peinture.

Une altercation avait alors éclaté, l'un des agresseurs s'emparant d'une manivelle à cric tandis que le vigile répliquait avec sa bombe lacrymogène. S'en était suivie une course-poursuite le long du canal entre le vigile et le client, qui avait appelé trois hommes en renfort.

Selon les mis en cause, le vigile se serait noyé après s'être volontairement jeté dans le canal, ce que conteste la famille.

Le renvoi devant les assises a été décidé par un juge d'instruction de Bobigny qui a estimé que les quatre hommes avaient provoqué la noyade du vigile en le soumettant à «un choc émotif» et à une «pression psychologique» telle que ce dernier avait dû, pour échapper à ses assaillants, sauter dans le canal de l'Ourcq où il s'est noyé.

«Il est regrettable que les violences en réunion n'aient pas été retenues car elles ressortent dans tout le dossier», a estimé Me Dominique Cochain, qui représente la famille Bourarach.