Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2010

La Terre nous aime, elle nous protège, remercions-la !

Il faudrait que nous soyons aveugles et sourds pour ne pas nous rendre compte que nous arrivons à la fin d'un cycle cosmique et pour voir que la Terre se révolte pour se débarrasser de ses prédateurs.

La Nature et la Terre nous aiment et elles nous adressent des signes récurrents depuis de nombreux mois.

Ecoutons- les !

Que valent les objectifs des élites prédatrices contre les forces de la Nature et du Cosmos ? RIEN !

Si nous devions tirer des conclusions de l'éruption du volcan islandais et des conséquences induites sur le marché de l'économie, elles ne pourraient être que positives pour nous permettre de revenir aux fondamentaux de la vie humaine pour le bien-être de l'humanité. Le temps est venu de nous transformer et d'envisager d'autres projets de vie, car nous n'avons pas fini de voir des éruptions volcaniques et des tremblements de terre se multiplier dans l'avenir.

En effet, et loin d'interpréter la paralysie du trafic aérien comme étant une "tuile" pour les multinationales et les élites aux commandes desdites compagnies, nous pouvons tirer les leçons que nous adressent la Nature et la Terre pour en tirer profit et nous réorganiser pour produire local et créer la solidarité entre les peuples.

Conséquences positives de l'éruption du Volcan islandais et du nuage de cendres qui traverse l'Europe :

1 - plus de lâcher de chemtrails toxiques dans l'atmosphère,

2 - un meilleur ensoleillement de la Terre,

3 - plus de pollution atmosphérique due au trafic des avions dans les airs et respect de l'environnement,

4 - immobilisation des avions militaires et arrêt des guerres fratricides,

5 - immobilisation des dirigeants mondiaux sur leur propre territoire, afin d'éviter de nous porter à marche forcée, avec leurs homologues, vers la mondialisation des marchés et l'instauration du Nouvel Ordre Mondial.

6 - destruction naturelle de la mondialisation et des multinationales,

7 - échec à l'instauration du Nouvel Ordre Mondial,

8 - émergence de nouvelles initiatives pour créer et fabriquer localement,

9 - créations d'emplois adaptés aux nouveaux besoins locaux,

10 - disparition de la famine dans le monde,

12 - réveil de la solidarité et de l'amitié entre les peuples,

13 - reprise de la gestion naturelle de la Terre par l'ensemble de l'humanité, etc...

La Terre nous aime, elle nous protège et nous adresse des signes pour nous réveiller.

Profitons-en pour réfléchir et méditer, à comment nous organiser localement pour subvenir à nos besoins vitaux et fondamentaux et reprendre notre liberté d'action et de gestion équitable de notre Mère la Terre !

Pour une fois les élites prédatrices sont paralysées et ne peuvent pas lutter contre les éléments naturels et les forces de la Nature, devant lesquels nous ne pouvons tous que nous incliner en toute humilité.

Il sera inutile de prévoir  avec justesse la reprise du trafic aérien, car le volcan lui n'arrêtera son cycle que lorsqu'il l'aura terminé, s'il ne participe pas encore à réveiller ses frères.


La pire paralysie de l'histoire du transport aérien

L'impact du nuage de cendres dépasse celui des attentats du 11 septembre à New York. Le volcan islandais se soucie peu des millions de passagers bloqués et ne montre aucun signe d'accalmie.

Le volcan islandais crache toujours (AFP)
Le volcan islandais crache toujours (AFP)

La paralysie de l'espace aérien européen se prolonge, et même s'aggrave, dimanche 18 avril, l'immense nuage de cendres craché par un volcan islandais s'étend un peu plus. La Bulgarie a annoncé à son tour la fermeture de ses aéroports. Le nuage a même franchi les Pyrénées. Onze aéroports ont été fermés dimanche matin dans le nord de l'Espagne, dont celui de Barcelone, jusqu'à au moins 14h GMT (16h heure de Paris). Madrid n'est pas concerné par cet ordre de fermeture (> l'évolution de la situation heure par heure).

Sur le même sujet

Des millions de voyageurs restent bloqués. "Nous estimons que l'impact dépasse celui (des attentats) de 2001 en termes de vols annulés et d'inconvénients causés aux aéroports", indique le porte-parole de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), Denis Chagnon. La paralysie provoquée par les attentats du 11 septembre 2001 était jusqu'ici le pire blocage de l'histoire du transport aérien.

Le volcan crache toujours

En photos

Nombre de pays européens ont prolongé jusqu'à dimanche, voire lundi matin, la fermeture de leur espace aérien, certaines compagnies aériennes européennes annulant tous leurs vols, tandis que les américaines ont annulé la majorité de leurs liaisons avec l'Europe samedi pour la troisième journée consécutive.

Près de 17.000 vols sur 22.000 prévus ont été annulés samedi en Europe, a indiqué Eurocontrol, l'organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne. "C'est exceptionnel et sans précédent", a déclaré son chef du réseau d'opération, Joe Sultana.

Et selon l'Institut météorologique d'Islande, les vents devraient continuer à souffler le nuage vers l'Europe pendant les quatre à cinq prochains jours au moins. L'éruption du volcan Eyjafjöll, sous un glacier qui en démultiplie les effets, ne montrait en effet aucun signe d'accalmie. Des experts ont averti qu'elle pourrait durer plusieurs semaines.

Jusqu'à lundi matin ?

Tout au long de la journée, les pays européens ont prolongé la fermeture de leur espace aérien.

Le Royaume-Uni et l'Irlande, premiers pays touchés jeudi par le nuage, ont dû refermer samedi leurs espaces aériens après quelques heures de répit, jusqu'à dimanche 18h GMT (20h heure de Paris) pour Londres, 12h GMT (14h heure de Paris) pour Dublin. Même heure pour l'Allemagne, la Belgique, l'Autriche (sous 7.500 mètres d'altitude) et la Finlande.

Les aéroports parisiens, ceux du nord de la France, et l'espace aérien du nord de l'Italie, du Danemark et des Pays-Bas seront fermés jusqu'à lundi 6h GMT (8h heure de Paris).

En Pologne, l'espace aérien est fermé jusqu'à nouvel ordre.

De nombreux dirigeants étrangers, dont Barack Obama, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, ont renoncé à assister dimanche à Cracovie aux obsèques du président polonais Lech Kaczynski, en raison des perturbations du trafic aérien.

Samedi, plusieurs participants à la réunion des ministres des Finances de l'UE à Madrid ont quitté la ville précipitamment pour éviter d'être piégés. Sept aéroports du nord de l'Espagne ont été brièvement fermés.

La Suède et la Norvège, qui avaient partiellement rouvert leur ciel vendredi, ont de nouveau interdit tout vol. Trafic également suspendu dans les pays baltes.

Espaces aériens fermés jusqu'à nouvel ordre en Serbie, Monténégro et sur une partie de la Bosnie-Herzégovine. Limitations en Slovénie, Ukraine et Belarus.

La Lufthansa a annulé tous ses vols dans le monde jusqu'à dimanche 12h GMT (14h heure de Paris). British Airways a annulé ses vols avec les aéroports londoniens Heathrow et Gatwick samedi et dimanche. Ryanair a suspendu, jusqu'à lundi 12h GMT, ses vols dans le nord de l'Europe et les Etats baltes. Sa concurrente "lowcost" easyJet a annulé tous ses vols en Grande-Bretagne et Europe du nord dimanche. Brussels Airlines a annulé tous ses vols jusqu'à lundi.

Pris dans cette pagaille, des millions de voyageurs bloqués dans le monde tentent de rallier leur destination par des moyens terrestres ou maritimes. La compagnie Eurostar, qui a rajouté des trains depuis jeudi, a opéré vendredi 58 liaisons entre Londres et le continent. Toutes affichaient complet. Les ferries sont également pris d'assaut: la compagnie P&O a reçu 40.000 appels vendredi, et embarqué 6.000 passagers piétons contre 100 à 200 un vendredi normal d'avril. Tim Noble, Britannique de 52 ans bloqué en France, a dû acheter un vélo afin d'embarquer sur un ferry qui avait vendu ses billets pour piéton... mais en avait encore pour cycliste.

Même les taxis sont sollicités. La compagnie Addison Lee a reçu des requêtes pour relier le Royaume-Uni à Paris, Milan, Amsterdam ou Zurich. Un homme d'affaires a payé 700 livres (800 euros) pour une course Belfast-Londres.

Les nuages de cendres peuvent limiter la visibilité et risquent d'endommager les réacteurs des avions, même à très haute altitude.

La paralysie du trafic aérien coûte plus de 200 millions de dollars (147,3 millions d'euros) au secteur par jour, estime l'Association internationale du transport aérien (IATA).

(Nouvelobs.com avec AFP)

 

 

17/04/2010

Crash en Russie

Des coups de feu dans l'épave de l'avion présidentiel?

VIDÉO. Les autorités polonaises se penchent sur une vidéo amateur, prise très peu de temps après le crash, qui a coûté la vie au président Kaczynski et à 95 officiels. On y entend de mystérieux coups de feu.

le 16 avril 2010, 11h46
LeMatin.ch & les agences


Quelques minutes après l'accident, un homme s'approche de l'épave en feu près de Smolensk et filme la scène. Après quelques secondes, on entend résonner une voix lui enjoignant, en russe, de déguerpir. C'est alors que retentissent plusieurs coups de feu, rapporte "Blick".

"On ne peut pas prendre cette séquence à la légère", a déclaré Jerzy Artymiak, porte-parole du procureur général polonais, sur les ondes de Radio ZET. La séquence sera soumise à des enquêteurs, pour qu'ils en déterminent l'origine et l'authenticité.

Sur Internet, ces images alimentent la théorie du complot. A-t-on exécuté des survivants du crash? Peu probable. Selon plusieurs experts, les détonations proviendraient des munitions transportées par les gardes du corps du président, explosant en raison de la chaleur.


http://www.youtube.com/watch?v=ryXms5Jl7QE&feature=pl...


Le matin :

 

Petite banniere 400x50

 

12:05 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, Europe, Euro, CEDH | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

15/04/2010

Éruption volcanique en Islande : l'espace aérien du nord de l'Europe très perturbé

Publié le 15/04/2010 à 09:27 - Modifié le 15/04/2010 à 15:00 Le Point.fr

PERTURBATIONS

Éruption volcanique en Islande : l'espace aérien du nord de l'Europe très perturbé

lepoint.fr

Éruption volcanique en Islande : l'espace aérien du nord de l'Europe très perturbé

De nombreux vols sont suspendus en Europe, comme ici à Oslo (Norvège), à la suite de l'éruption d'un volcan en Islande © Aas, Erlend/AP/SIPA

Click here to find out more!

Un énorme nuage de cendres craché par un volcan en pleine éruption en Islande cloue au sol une bonne partie des avions dans le nord de l'Europe. De gigantesques colonnes de fumée continuent de s'échapper du volcan Eyjafjöll, lui-même situé sous le glacier Eyjafjallajökull, dans le sud de l'Islande. Cette éruption pourrait se prolonger plusieurs semaines, voire plusieurs mois, selon un expert islandais. "On ne peut pas dire combien de temps (l'éruption) va durer. C'est extrêmement variable, cela peut aller de plusieurs jours à plus d'un an. Mais si l'on en juge par l'intensité de celle-ci, cela pourrait durer longtemps", a expliqué à l'Agence France-Presse Magnus Tumi Gudmunsson, un professeur islandais de géophysique.

Les pertubations du trafic aérien pays par pays

France

Tous les vols au départ de l'aéroport parisien de Roissy à destination de Londres, de l'Écosse, de Copenhague et d'Oslo sont annulés jeudi depuis midi en raison de l'éruption volcanique en Islande, a annoncé une source aéroportuaire, en ajoutant qu'"une partie des vols pour Stockholm" était également annulée. "Les passagers aériens à destination de ces pays sont priés de se rapprocher de leur compagnie aérienne", conseille la direction générale de l'aviation civile (DGAC), assurant que d'"autres informations suivront dans la journée sur l'évolution du trafic aérien".


Si des nuages de cendres sont toujours alimentés par l'éruption et si des vents de nord-ouest survenaient,
l'ensemble du territoire français pourrait être atteint . C'est en tout cas ce qu'envisage une carte de prévision de la météo islandaise, qui prévient que les rivages normands et bretons pourraient être touchés demain.

Allemagne et Benelux


Le trafic aérien dans les pays du Benelux et le nord-ouest de l'Allemagne devrait être perturbé à partir de 16 heures,. "Aucune fermeture des espaces aériens n'est prévue, mais il faut s'attendre à un impact sur le trafic aérien dans la région sous notre responsabilité lorsque le nuage abordera les côtes belgo-néerlandaises", a déclaré un porte-parole du centre de contrôle aérien régional Eurocontrol, qui couvre le Benelux et une partie de l'Allemagne.


Belgique


L'espace aérien belge est fermé en partie depuis 14 h 30 et le sera complètement à partir de 16 h 30.


Danemark

L'ensemble de l'espace aérien danois sera fermé au trafic à 18 heures (heure française), a annoncé jeudi l'autorité de contrôle aérien Naviair, qui a commencé à fermer l'espace aérien sur la mer du Nord à 9 heures. Les autres régions vont progressivement suivre, jusqu'à la fermeture de Copenhague et de la partie sud-est à 18 heures. Mais "si le vent venait à tourner, nous réviserons notre plan de fermeture", a déclaré à l'AFP Bo Pedersen, porte-parole de Naviair, précisant qu'à "l'heure actuelle, il est impossible de prévoir quand l'espace aérien danois sera partiellement ou totalement rouvert au trafic".


Finlande


L'espace aérien dans le nord de la Finlande a également été fermé. Ces restrictions seront en vigueur jusqu'à vendredi 14 heures. Elles s'appliquent aux aéroports d'Oulu, de Kemi-Tornio, Rovaniemi, Kajaani, Kuusamo, Enontekiö, Ivalo et Kittilä.


Grande-Bretagne

L'espace aérien britannique est totalement fermé depuis 13 heures et "au moins" jusqu'à 19 heures. Tous les vols seront ainsi suspendus sur l'ensemble des aéroports londoniens, dont Heathrow, premier au monde en termes de trafic international. L'ensemble des aéroports écossais ont été fermés tôt dans la matinée (Aberdeen, Édimbourg et Glasgow) ainsi que celui de Belfast, en Irlande du Nord. Les liaisons étaient également perturbées, mais dans une moindre mesure, à Dublin.


Norvège


Les premiers vols ont été suspendus dès mercredi soir, l'ensemble du trafic aérien a été interrompu jeudi matin, y compris à Oslo et dans les autres grandes villes, Trondheim et Bergen.


Pays-Bas

L'espace aérien devrait progressivement fermer.


Suède


Après avoir réduit partiellement son trafic aérien jeudi midi, Stockholm s'est finalement résolu à annoncer la fermeture de la totalité de son espace aérien "d'ici 22 heures". Nous fermons les secteurs un par un, puisque nous suivons les nuages de fumée (...) qui viennent du nord-ouest", a déclaré Carl Felling, un porte-parole de l'autorité suédoise chargée du contrôle aérien.

LE POINT

 

 

L'éruption en Islande cloue au sol le trafic aérien en Europe du Nord

Publié le 15/04/2010 à 03:21 - Modifié le 15/04/2010 à 13:53 AFP

L'éruption en Islande cloue au sol le trafic aérien en Europe du Nord

Par Loïc VENNIN

L'éruption en Islande cloue au sol le trafic aérien en Europe du Nord

Une grande partie du trafic aérien dans le nord de l'Europe était cloué au sol jeudi à cause des cendres dispersées par les vents d'un volcan d'Islande en pleine éruption.

Le trafic aérien était largement paralysé jeudi dans le nord de l'Europe, en raison d'un nuage de cendres craché par un volcan en Islande qui a provoqué la fermeture des espaces aériens du Royaume-Uni, du Danemark et de Suède, ainsi que de graves perturbations en Norvège et Irlande.

"A partir de midi (11H00 GMT) et jusqu'à au moins 18H00 (17H00 GMT), aucun vol ne sera permis dans l'espace aérien britannique, à l'exception des situations d'urgence", a indiqué le National air traffic service (NATS, contrôle aérien).

Certains aéroports britanniques ont cependant averti que le trafic pourrait également être perturbé vendredi, voire "au-delà". Et la compagnie British Airways a déjà annoncé l'annulation de tous ses vols jusqu'à vendredi matin au plus tôt.

Toutes les liaisons sont suspendues sur l'ensemble des aéroports londoniens, dont Heathrow, premier au monde en terme de trafic international. Environ 1.300 avions, soit 180.000 passagers, décollent ou atterrissent à Heathrow chaque jour.

Des centaines de vols avaient déjà été annulés dans la matinée à travers le Royaume-Uni. L'ensemble des aéroports écossais sont fermés depuis l'aube ainsi que ceux de Belfast, en Irlande du Nord.

L'espace aérien suédois sera progressivement fermé d'ici 20H00 GMT et l'espace irlandais est partiellement fermé depuis 11h00 GMT, dont l'aéroport de Dublin.

L'espace danois sera totalement fermé vers 17h00 GMT. L'ensemble du trafic aérien norvégien a également été interrompu, tout comme dans le nord de la Finlande.

Le trafic aérien dans les pays du Benelux et le nord-ouest de l'Allemagne sera fortement perturbé à partir de 14H00 GMT, a averti le centre de contrôle aérien régional Eurocontrol.

"Aucune fermeture des espaces aériens n'est prévue, mais il faut s'attendre à un impact sur le trafic aérien dans la région lorsque le nuage abordera les côtes belgo-néerlandaises vers 16H00 (14H00 GMT)", a déclaré à l'AFP un porte-parole.

L'éruption, tôt mercredi matin, d'un volcan au sommet du glacier Eyjafjallajokull, dans le sud de l'Islande, continuait à émettre d'importants nuages de cendres qui peuvent non seulement limiter la visibilité mais risquent également d'endommager les réacteurs des appareils.

En 1982, un vol de la British Airways avait perdu toute puissance dans l'ensemble de ses réacteurs en traversant un nuage de cendres au-dessus de l'Indonésie. Il avait fait une chute de plusieurs milliers de pieds avant de toucher une nappe d'air non polluée, ce qui avait pu permettre à ses moteurs de redémarrer.

"Les cendres ont été observées à 55.000 pieds (environ 16.000 mètres) au-dessus du nord de l'Ecosse", a précisé Sue Loughlin, volcanologue à la British Geological Survey. "La direction qu'elles prendront dépendra de la vitesse du vent et de son sens", a-t-elle ajouté.

"Je suis vraiment contrariée. Je me réjouissais de ce mariage depuis deux ans et il y a ce problème à la dernière minute", enrageait Christine Campbell, bloquée à l'aéroport écossais de Glasgow où elle devait embarquer pour La Rochelle, dans l'ouest de la France, afin de prendre part au mariage de son fils.

La fermeture de plusieurs espaces aériens a par ricochet entraîné des dizaines d'annulations dans les aéroports de par le monde, en particulier à l'aéroport Schiphol d'Amsterdam. Tous les vols au départ de l'aéroport parisien de Roissy à destination de Londres, de l'Ecosse, de Copenhague et d'Oslo sont annulés.

Aucune perturbation n'était pour l'instant observée aux Etats-Unis.

Paradoxalement, l'aéroport de Reykjavik est épargné grâce aux vents dominants venant de l'ouest.

LE POINT

Volcano Erupts in Iceland

http://www.youtube.com/watch?v=bcUa_g_XVrQ&feature=player_embedded

REGARDEZ - L'éruption d'un volcan en Islande

Publié le 15/04/2010 à 08:38 - Modifié le 15/04/2010 à 13:02 Le Point.fr

ENVIRONNEMENT

AFP

REGARDEZ - L'éruption d'un volcan en Islande

Le glacier Eyjafjallajökull est entré en éruption mercredi © AP/SIPA

Quelque 800 personnes ont été évacuées mercredi en Islande après l'éruption d'un volcan sous un glacier qui n'a pas fait de victime, mais menaçait le sud de l'île de fortes inondations, ont annoncé la police et des géophysiciens locaux. La Norvège a annoncé dans la soirée la fermeture d'une partie de son espace aérien dans le Nord, en raison des risques de manque de visibilité dus aux nuages de cendres dégagés par le volcan islandais. Les avions ont également été cloués au sol jeudi dans le nord de l'Écosse pour les mêmes raisons, a annoncé le service de contrôle aérien britannique NATS.

L'éruption a commencé "vers 1 heure" (locale) dans la partie sud-ouest du cratère au sommet du glacier Eyjafjallajökull, déjà touché par une éruption le mois dernier, selon des géophysiciens islandais. Elle a provoqué de nombreux tremblements de terre dans la région et une fonte du glacier inquiétante, car elle pourrait entraîner de fortes inondations, selon la police locale. "La fonte du glacier a provoqué deux importantes coulées d'eau", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police locale, Roegnvaldur Olafsson. Jusqu'ici, "aucune vie n'est en danger, mais nous avons évacué toute la zone et les routes sont fermées", a-t-il ajouté, en jugeant l'éruption en cours plus importante que celle du mois dernier




REGARDEZ : le glacier Eyjafjallajökull est entré en éruption mercredi



"Entre 700 et 800 personnes ont été évacuées de leurs habitations", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police, Baldur Sigurdsson. L'ambassadrice norvégienne Margit Tveiten et un groupe de ses compatriotes qui campaient non loin de là ont ainsi été évacués après l'inondation de la zone, a indiqué à l'AFP le porte-parole de l'ambassade norvégienne à Reykjavik. "Il y a d'importantes inondations des deux côtés du volcan, la route (où se trouvait l'ambassadrice) est bloquée et toute la région est isolée à cause des inondations... On craint qu'un grand pont ne se brise", a ajouté Per Landroe. La radio-télévision publique RUV a indiqué sur son site Internet que l'évacuation des civils constituait une "mesure préventive" prise "à la lumière d'une activité volcanique accrue sous le sommet du glacier Eyjafjallajökull". Ces civils sont dirigés vers des centres de la Croix-Rouge, a-t-elle ajouté.

 


Le glacier est déjà entré en éruption le mois dernier


En Norvège, les autorités aéroportuaires ont annoncé avoir fermé une partie de leur espace aérien, entre Bodoe et Tromsoe, dans l'extrême nord du pays. "Nous envisageons de le faire plus au sud jusqu'à Trondheim (centre), mais la décision n'a pas encore été prise", a déclaré un porte-parole de l'autorité aéroportuaire nationale Avinor, Sindre Aanonsen. Aucun problème dû à l'éruption n'était encore observé en Norvège, mais "mieux vaut être en sécurité qu'avoir des regrets", a ajouté Sindre Aanonsen.


Le mois dernier, la première éruption de volcan depuis 1823 au glacier Eyjafjallajökull avait entraîné une brève évacuation de 600 personnes. L'éruption s'était terminée mardi, selon un géophysicien local, Magnus Tumi Gudmonsson. La nouvelle éruption semble se situer plus à l'ouest et "rien n'indique à ce stade qu'elle sera importante", a-t-il ajouté. Le 21 mars, tous les vols aériens d'Islande avaient été brièvement annulés, mais aucun vol n'a jusqu'ici été annulé mercredi. La région concernée, qui est reculée et peu peuplée, est située à 125 kilomètres à l'est de Reykjavik, la capitale islandaise.

REGARDEZ : le glacier Eyjafjallajökull en éruption le 7 avril