Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2011

La France rappelle son ambassadeur en Iran pour "consultation"

Sa majesté, Agent de la CIA, du Mossad et du Nouvel Ordre Mondial s'offusque et rappelle son espion à Paris !

Il s'offusque moins quand les sionistes continuent de massacrer depuis plus de 60 ans, les Palestiniens, et il trouve normal d'endetter les Français, en massacrant des innocents, en partant en guerre contre l'Afghanistan et la Libye, et les soi-disant pays de dictature, tout en continuant à nous endetter avec les guerres au profit de ses amis banksters, quand en France le chômage explose, que les français crèvent de faim et que les militaires ne sont pas payés.


Quand il doit partir en guerre pour faire avancer les plans de ses Maîtres, les Illuminati-sionistes-reptiliens, là il oublie les traités de non ingérence, les règles du droit International et le traité de Vienne.

Mais qu'attend l'armée française qui est censée soi-disant oeuvrer dans l'Humanitaire pour protéger le Peuple Français, en organiser un coup d'état contre un pouvoir illégitime ?

Que l'armée française cesse de participer à faire avancer les plans des Illuminati-sioniste-reptiliens et du Nouvel Ordre Mondial !
 
Lisez la jolie propagande qui nous est perfusée par les organes terroristes de diffusion : les merdias aux ordres de l'empire et du Nouvel Ordre Mondial.

 

 
La France rappelle son ambassadeur en Iran pour "consultation"

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 30.11.11 | 08h06   •  Mis à jour le 30.11.11 | 20h08

 

 

La France a décidé de "rappeler en consultation" son ambassadeur en Iran, Bruno Foucher, et a réitéré au chargé d'affaire iranien à Paris les plus fermes condamnations du saccage de l'ambassade britannique à Téhéran, a annoncé, mercredi 30 novembre, le ministère des affaires étrangères.

La France a décidé de "rappeler en consultation" son ambassadeur en Iran, Bruno Foucher, et a réitéré au chargé d'affaire iranien à Paris les plus fermes condamnations du saccage de l'ambassade britannique à Téhéran, a annoncé, mercredi 30 novembre, le ministère des affaires étrangères.AP/Raouf Mohseni

La France a décidé de "rappeler en consultation" son ambassadeur en Iran, Bruno Foucher, et a réitéré au chargé d'affaire iranien à Paris les plus fermes condamnations du saccage de l'ambassade britannique à Téhéran, a annoncé, mercredi 30 novembre, le ministère des affaires étrangères. La Grande-Bretagne avait décidé plus tôt dans la journée  de fermer sa représentation dans la capitale iranienne et d'évacuer son personnel du pays. Dans la foulée, Londres avait décrété la fermeture de l'ambassade de la république islamique sur son territoire sous quarante-huit heures.

Un premier groupe d'une vingtaine de diplomates britanniques a quitté l'Iran en milieu de matinée à bord d'un avion à destination de Dubaï, le reste de l'équipe devant suivre dans la journée. L'opération se déroule avec le concours du ministère des affaires étrangères iranien et de plusieurs ambassades européennes, dont l'ambassade de France, où les diplomates britanniques avaient passé la nuit de mardi à mercredi après avoir été évacués sains et saufs.

Plusieurs autres pays européens ont déjà rappelé leur ambassadeur en consultation (Allemagne, Suède, Pays-Bas) ou envisagent de fermer leur ambassade, comme l'Italie.

>> Lire notre éclairage L'ambassade britannique, cible privilégiée du pouvoir iranien

 

Une vitre de l'ambassade britannique à Téhéran après l'assaut  des manifestants, mardi 29 novembre.

Une vitre de l'ambassade britannique à Téhéran après l'assaut des manifestants, mardi 29 novembre.AP/MEDHI MARIZAD

 

NICOLAS SARKOZY ÉVOQUE DE NOUVELLES SANCTIONS

Le saccage de l'organe diplomatique a suscité de nombreuses réactions internationales. Nicolas Sarkozy a condamné "fermement" l'attaque "scandaleuse" de l'ambassade britannique à Téhéran, mercredi pendant le Conseil des ministres, a rapporté la porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse. L'événement "conforte", selon lui, la décision d'imposer de nouvelles sanctions à l'Iran, a affirmé Mme Pécresse. Parmi lesquelles "le gel des avoirs de la Banque d'Iran et l'embargo total sur les exportations de pétrole iraniennes", a cité M. Sarkozy selon la porte-parole.

Dans une interview publiée mercredi dans le magazine L'Express, le ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, a pour sa part déclaré que la recherche d'une position commune de l'Union européenne sur de nouvelles sanctions contre l'Iran figurait au programme du conseil des affaires étrangères de l'Union, jeudi 1er décembre à Bruxelles. Une position commune est selon lui nécessaire pour "que la pression soit maximale".

De son côté, Hillary Clinton a exigé de l'Iran qu'il protège les diplomates étrangers en poste dans le pays et a condamné "de la manière la plus ferme" l'assaut contre la représentation diplomatique britannique, qualifié mardi d'"inacceptable" par le président américain, Barack Obama.

 

REPRÉSAILLES AUX SANCTIONS CONTRE L'IRAN

Le Parlement iranien a voté dimanche une loi réduisant les relations diplomatiques entre les deux pays au niveau de chargé d'affaires et prévoyant l'expulsion de l'ambassadeur britannique dans un délai de deux semaines. Cette décision a été prise en représailles aux nouvelles sanctions économiques contre l'Iran décidées la semaine dernière par Londres, de concert avec les Etats-Unis et le Canada, après la publication d'un rapport de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) étayant les soupçons des Occidentaux selon lesquels Téhéran aurait travaillé à la fabrication d'une arme nucléaire malgré ses démentis répétés.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a rapidement condamné l'attaque de l'ambassade britannique "dans les termes les plus sévères" alors que Téhéran a exprimé ses "regrets" pour "le comportement inacceptable d'un petit nombre de manifestants en dépit des efforts de la police".

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/11/30/l...

 

30/11/2011

Royaume-Uni : vers la plus grande grève depuis 30 ans dans la fonction publique

Tout va bien dans les pays dits démocratiques !

Pour les Arabes c'était soi-disant, "le printemps arabe", maintenant c'est quoi, "l'automne Anglais" ?

Heureusement qu'il ne s'agit pas d'un pays musulman, autrement, les merdias aux ordres  leurs maîtres, nous auraient encore inventé un nouveau printemps arabe ou un automne arabe.

A quand l'hiver des élites Illuminati-reptiliens et des mondialistes ?

Royaume-Uni : vers la plus grande grève depuis 30 ans dans la fonction publique

LEMONDE | 29.11.11 | 14h10   •  Mis à jour le 29.11.11 | 20h30

Londres Correspondance - Pour la première fois de sa vie, Margaret Palmer va faire grève, mercredi 30 novembre. Mais c'est la mort dans l'âme : à 44 ans, cette spécialiste des soins psychologiques pour les enfants, qui travaille dans une clinique de Londres, n'a rien d'une militante. Elle estime cependant que l'heure est grave : "L'ensemble du secteur public subit une attaque majeure. Le gouvernement tente de faire retomber sur nous les conséquences de la crise financière, qui est pourtant la faute des banquiers."

Le 30 novembre, elle ne sera pas la seule à descendre dans la rue pour la première fois. Trente syndicats, essentiellement de la fonction publique, ont voté la grève. Environ deux millions de personnes sont attendues, ce qui en fera le plus grand mouvement social depuis janvier 1979, quand "l'hiver du mécontentement" avait immobilisé le Royaume-Uni. Pour certains syndicats, la décision est historique : celui des directeurs d'école appelle à la grève pour la première fois de son histoire de 114 ans. Une grande partie des écoles seront fermées. Les douanes appelant également à arrêter le travail, le chaos est attendu dans les aéroports.

L'ampleur de la colère est donc inédite depuis une génération. L'explication vient de la réforme des retraites de la fonction publique. Le gouvernement négocie depuis neuf mois un changement radical : les salariés devront augmenter de 50 % leur contribution (qui passe de 6 % de leur salaire à 9 %) ; ils toucheront une pension plus faible, basée sur la moyenne des salaires plutôt que sur les dernières années ; et l'âge de la retraite, qui s'étale actuellement entre 60 et 65 ans, va être augmenté à 65 ans pour tous en 2018, puis 66 ans dès 2020 et progressivement jusqu'à 68 ans d'ici une trentaine d'années.

Jane Wilson, une collègue de Mme Palmer, a calculé qu'elle allait devoir contribuer d'environ 100 euros supplémentaires chaque mois pour toucher 100 euros de moins par mois quand elle sera à la retraite : "Cette réforme est idéologique et politique."

Le gouvernement réplique que l'allongement de la durée de vie rend ces changements indispensables. De plus, il souligne que les retraites dans le secteur privé sont nettement moins généreuses : celles-ci fonctionnent sur la base de fonds de pension, dont la valeur s'est effondrée avec les différentes crises boursières.

La colère de la fonction publique britannique va cependant bien au-delà des retraites. Le vaste plan d'austérité lancé par le gouvernement, en vigueur depuis le début de l'année, se fait sentir très fortement. Rien qu'au premier semestre, 150 000 emplois du service public ont été supprimés, sur un total de six millions. Les collectivités locales sont les plus touchées, le gouvernement réduisant les transferts vers elles d'un quart en cinq ans.

A Kaleidoscope, le centre de soins psychologiques pour mineurs du sud-ouest de Londres où travaille Mme Palmer, le budget a été réduit de 25 % cette année. Une dizaine d'emplois sur cinquante ont été supprimés. La conséquence sur la qualité des soins se fait sentir. En particulier, l'attente pour recevoir les enfants pour leur première visite est passée de trois à quatre mois en moyenne. "Le moral est très bas actuellement, estime Mme Palmer. Pendant longtemps, travailler dans la fonction publique apportait une garantie de l'emploi. Ce n'est plus le cas. Les retraites étaient le dernier avantage qu'on avait."

A la mairie de Westminster, à Londres, Jo, une assistante sociale, raconte la même histoire. Elle aussi fait grève pour la première fois de sa vie. "Dans quelques semaines, on va perdre 20 % de nos effectifs. Concrètement, ça veut dire que je vais moins rendre visite aux gens dont je m'occupe, que je ne vais pas avoir le temps de bien les connaître. C'est pour eux que je me bats. "

Si la colère est profonde, les syndicats prennent cependant un important risque avec cette grande grève. Le secteur privé ne suit pas le mouvement : les transports - gérés par des entreprises privées - fonctionneront presque partout pendant la mobilisation, par exemple. "Les syndicats n'ont pas réussi à faire passer le message que la bataille pour leur retraite était dans l'intérêt de tous", estime Paul Marginson, spécialiste des questions sociales à l'université de Warwick.

Pour l'instant, les Britanniques semblent solidaires : 61 % disent soutenir la grève, selon un sondage de la BBC. Mais dans un pays où les mouvements sociaux sont très rares depuis les années Thatcher, cette attitude est très fragile. L'opposition travailliste ne s'y trompe pas et ne sera pas dans les manifestations. Les grévistes eux-mêmes ne savent pas s'il s'agit du début d'un long mouvement social ou d'une action sans lendemain. "Cela va être une journée-clé, estime Mark Perry, un collègue de Mme Palmer. La grève peut galvaniser les énergies et lancer une vague de manifestations. Mais beaucoup de nos collègues disent qu'ils ne sont pas prêts à se mobiliser plus d'une journée. C'est sur cette faiblesse que compte le gouvernement."

Eric Albert

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/11/29/royaume-uni-vers-la-plus-grande-greve-depuis-30-ans-dans-la-fonction-publique_1610662_3214.html#ens_id=1569464

USA/UE/RUSSIE/CHINE - La France doit-elle participer à une intervention de l'OTAN en Syrie ?

La réponse est non !

Qu'elle s'occupe de ses affaires et surtout du marasme dans lequel elle a plongé les français qui ont été contraints de rentrer dans l'Europe pour se laisser ruiner par les élus et agents du NOM !

Selon Jean-Bernard Pinel, il n’y a rien d’étonnant à ce que des agents Français de la DGSE soient au contact des rebelles syriens en Turquie et au Liban. C’est le rôle des services secrets de se renseigner et d’aider, "si la décision politique en est prise", "d’aider une rébellion".

Si cela n'est pas un aveu de participation active de la France complice à l'organisation de rébellions dans les pays musulmans et à l'avancement des projets du NOM, et si ce n'est pas de l'ingérence faite dans d'autres pays que de répondre aux politiques agents de la CIA, du Mossad et du NOM, on pourrait se demander ce que c'est ?

Et puisque c'est normal que nos services secrets "sur décision politique" fassent ingérence dans d'autres pays et aillent "aider à la rebellion", nous demandons aux gouvernants arabes et non alignés à l'empire US-Sioniste/Anglais/Européen de décider de nous envoyer les services secrets arabes pour venir nous aider en France et en Europe à organiser la rébellion !

Ce sera au moins une vraie guerre humanitaire et de libération !

 

Moyen-Orient

Publié le 26 novembre 2011 - Mis à jour le 27 novembre 2011

Jean-Bernard Pinatel

Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique. Il est l'auteur de "Russie, Alliance vitale" paru dernièrement aux éditions Choiseul.
Il anime aussi le blog :
www.geopolitique-géostratégie.fr

La France doit-elle participer à une intervention de l'OTAN en Syrie ?

Selon le Canard Enchainé de cette semaine, des officiers du renseignement français ont été envoyés au Nord du Liban et en Turquie pour former les premiers contingents d'une armée syrienne libre. Une intervention de l'OTAN en Syrie se rapprocherait-elle ?

 

 
Selon le Canard Enchaîné, des officiers du renseignement français ont été envoyés pour former une armée syrienne "libre". Va-t-on tenter de faire tomber Bachar El Assad

Moyen-Orient

La France doit-elle participer à une intervention de l'OTAN en Syrie ?

Selon le Canard Enchainé de cette semaine, des officiers du renseignement français ont été envoyés au Nord du Liban et en Turquie pour former les premiers contingents d'une armée syrienne libre. Une intervention de l'OTAN en Syrie se rapprocherait-elle ?
 
Selon le Canard Enchaîné, des officiers du renseignement français ont été envoyés pour former une armée syrienne "libre". Va-t-on tenter de faire tomber Bachar El Assad

Selon le Canard Enchaîné, des officiers du renseignement français ont été envoyés pour former une armée syrienne "libre". Va-t-on tenter de faire tomber Bachar El Assad

Le Canard Enchainé de ce mercredi, sous la plume de Claude Angéli, toujours aussi bien renseigné, annonce que des officiers du renseignement français ont été envoyés au Nord du Liban et en Turquie avec pour mission de constituer les premiers contingents de l'Armée syrienne libre grâce aux déserteurs ayant fui la Syrie. "Plusieurs membres du Service action de la DGSE et le Commandement des opérations spéciales (COS) sont déjà prêts en Turquie, s'ils en reçoivent l'ordre, à former ces déserteurs à la guérilla urbaine", affirme l'hebdomadaire. C'est une "intervention limitée préparée par l'Otan" qui est en projet. "Aide à la rébellion civile et militaire, présentation d'une résolution à l'Assemblée générale de l'Onu, trafics d'armes aux frontières de la Syrie, contacts nécessaires avec Washington via l'Otan… autant de sujets en discussion entre Paris, Londres et Ankara" indique le "Canard".

Que doit-on en penser sur un plan géopolitique ?

Remarquons en préalable qu’il n’y a rien d’étonnant à ce que des agents Français de la DGSE soient au contact desrebelles syriens en Turquie et au Liban. C’est le rôle des services secrets de se renseigner et d’aider, si la décision politique en est prise, d’aider une rébellion. De plus, la France a toujours exercé un rôle particulier au Levant. A la fin de la seconde guerre mondiale qui a connu la fin de l’Empire ottoman, allié de l’Allemagne, la Société des Nations le 25 avril 1920 attribua à la France un mandat de protectorat sur la Syrie et le Liban. Il devait permettre officiellement aux États du monde arabe d'accéder à l'indépendance et à la souveraineté. En septembre-octobre 1920, s’appuyant sur les communautés ethniques et religieuses afin de diviser pour régner,  le général Gouraud, haut-commissaire de la République, créa 6 États :

  •          le Grand Liban en majorité des chrétiens ainsi que de villes côtières conformément aux souhaits émis par les maronites.
  •          l’Etat d’Alep centré sur la ville d’Alep et de sa région.
  •          l’Etat de Damas. Il comprend la ville de Damas et sa région.
  •          un territoire autonome alaouite directement placé sous autorité française
  •           l'État du Djebel druze est institué avec Soueïda comme capitale.

En juin 1922, un premier regroupement a lieu avec la réunification des États de Damas, d'Alep et de Lattaquié en une Fédération syrienne avec Homs comme capitale, située au centre stratégique du nouvel Etat.

Pour la France soutenir un corridor humanitaire est une position diplomatique incontournable vis-à-vis des peuples arabes. Comment en effet, justifier que l’on soit intervenu en Libye pour protéger les populations et que l’on ne fait rien pour elles en Syrie. Mais c’est à mon avis le maximum qu’il faut faire.

L'influence turque dans la région

Pourquoi ? Parce que nos intérêts sont fondamentalement différents de ceux de la Turquie en Syrie. La Turquie est en pointe en Syrie à cause du problème Kurde et de son ambition qui vise à rétablir son influence dans le monde arabe. En effet, le risque pour la Turquie est que se créée en Syrie comme en Irak une situation de faiblesse du pouvoir central et qu’un autre Kurdistan autonome se mette en place le long de ses frontières couvrant le Nord d’Alep à la frontière irakienne où résident 1,5 à 2 millions de Kurdes qui sont des alliés objectif de Damas comme le sont toutes les minorités face au risque d’une prise de pouvoir de la majorité sunnite et de sa faction extrémiste religieuse, les frères musulmans.

Si cette situation se réalisait, la Turquie craint que les 15 millions de Kurdes de Turquie, qui sont considérés comme des citoyens de seconde zone, cherchent à disposer de la même liberté. Cette perspective est inimaginable pour la Turquie qui est prête à la réprimer comme dans le passé dans le sang[1].

Par ailleurs, la Turquie d’Erdogan, déjà omniprésente en Irak, veut rétablir son influence sur le monde arabe. On l’a vu lors de l’intervention franco-britannique en Libye. La Turquie en juillet 2011, alors que le rapport de force entre les rebelles et des forces fidèles à Kadhafi n’évoluait pas, a tenté de se positionner en médiateur entre les deux parties, jouant son propre jeu dans une coalition dont pourtant elle faisait partie.

Le monde aura un jour à se pencher sur le problème du peuple Kurde. N’insultons pas l’avenir en laissant l’OTAN faire sienne les intérêts et les objectifs de la Turquie en Syrie.

La question kurde

En effet, le Kurdistan historique, zone de peuplement kurde, s’étend sur environ 520 000 km², la superficie de la France. La majeure partie du Kurdistan est située en Turquie et borde au Nord toute la frontière syrienne, irakienne et le Nord-ouest de la frontière iranienne. C’est une région montagneuse qui s’élève d’Ouest en Est depuis une altitude de 1000 m à des sommets supérieurs à 3000 mètres. Les Kurdes seraient 25 à 35 millions, répartis majoritairement entre ces quatre États : environ 15 à 17 millions en Turquie (20 à 25 % de la population turque), 6 à 8  millions en Iran (#10 %), 2 à 3 millions en Irak (#10%), 1 à 2 millions en Syrie (10 %) et plusieurs dizaines de milliers disséminés en Arménie, en Géorgie, en Azerbaïdjan, au Turkménistan, en Kirghizie et au Kazakhstan. En outre, on estime que 700 000 Kurdes sont réfugiés en Europe. 

Enfin, la situation intérieure syrienne est très différente de celle de la Libye. En Syrie vivaient en paix jusqu’à aujourd’hui de nombreuses communautés religieuses qui représentent 30 à 35%[2] de la population face à 65 à 70 % de sunnites au sein desquels existe la minorité extrémiste des frères musulmans. Le pouvoir syrien bénéficie ainsi du soutien de ces minorités qui craignent l’arrivée au pouvoir de la majorité sunnite.

Le risque est de remplacer un pouvoir qui protège ces minorités par un pouvoir qui les opprime.

C’est ce que craignent les Russes pour la communauté orthodoxe. Par ailleurs, la Russie est historiquement en compétition avec la Turquie dans cette partie du Monde. La Russie et l’ancien empire Ottoman, directement ou dans le cadre d’une coalition, se sont faits en 4 siècles 12 fois la guerre durant un total de 60 ans. Il n’existe pas d’autre exemple ou 2  belligérants peuvent afficher un tel « palmarès »[3].

La Russie s’opposera avec fermeté à toute résolution du conseil de sécurité qui entrebâillerait la porte à une intervention militaire en Syrie. Pour toutes ces raisons la France ne doit pas aller au-delà d’un discours humanitaire et s’opposer à toute action de l’Otan en Syrie initiée par les Turcs soutenus comme toujours par les Américains. [4]



[1] A partir de 1984 une guerre civile eut lieu en Turquie qui a fait 37 000 morts (pour la plupart kurdes) et abouti à la destruction de 3 000 villages kurdes dans " le Sud-est de la Turquie " et produit entre 500 000 et 2,5 millions de réfugiés internes

[2]2,5 millions alaouites,  2 millions de chrétiens dont la moitié d’orthodoxes, 1,5 millions de kurdes, 500 000 druzes sur 20 millions d’habitants

[3]Guerres russo-turque de 1568-1570, de 1676-1681, 1686-1700, 1710-1711,  1735-1739 ou « guerre austro-russe contre la Turquie », 1806-1812, 1828-1829, de 1853-1856 ou guerre de Crimée, de 1768-1774, de1877-1878. Il faut y ajouter la guerre russo-turque de 1914-1917 dans le cadre de la Première Guerre mondiale et la guerre Soviéto-turque de 1917-1918 dans le cadre de la Guerre civile russe

[4] Voir à ce sujet mon livre,  Russie, Alliance vitale, éditions de Choiseul, 2011,  pages 100 à107

http://www.atlantico.fr/decryptage/france-participer-otan-preparerait-intervention-syrie-turquie-jean-bernard-pinatel-230991.html

 

Londres menace l'Iran de "graves conséquences" après l'attaque contre son ambassade.

Allez ça continue les provocations, les mensonges et les manipulations.

Il faut à tout prix inventer les prétextes pour déclencher la 3ème guerre mondiale nucléaire au profit du NOM !

Encore une belle propagande sioniste et des mondialistes assoiffés de sang !

Pourraient-ils nous dire combien d'agents de la CIA, du Mossad et des services secrets français, anglais et autres se trouvaient parmi les manifestants ?

Comme la France le fait déjà en Turquie et au Liban.

Syrie: Les services secrets français vont-ils former les soldats déserteurs syriens?

Des officiers du Renseignement français ont été envoyés au Nord du Liban et en Turquie avec pour mission de constituer les premiers contingents de l'Armée syrienne libre grâce aux déserteurs ayant fui la Syrie, affirme le "Canard enchaîné" du 23 novembre. "Plusieurs membres du Service action de la DGSE et le Commandement des opérations spéciales (COS) sont déjà prêts en Turquie, s'ils en reçoivent l'ordre, à former ces déserteurs à la guérilla urbaine", affirme l'hebdomadaire.

http://www.noorinfo.com/Syrie-Les-services-secrets-franca...

Que de militaires laissés libres de déserter l'armée et de manifestants laissés libres de manifester et d'organiser le soi-disant le "printemps arabe" dans les pays musulmans dits de dictature, quand en France les indignés se font virer brutalement de la défense par les forces de l'ordre.

Qu'ils cessent de nous manipuler avec leurs mensonges et leur propagande raciste.

Du reste posez-vous la question de savoir, si ces ambassades et consultats disséminés dans le monde, ne sont pas les sièges de services secrets en tous genres.

Quoi de mieux que des diplomates pour être des agents de renseignements et renseigner leurs pays respectifs ?



Londres menace l'Iran de "graves conséquences" après l'attaque contre son ambassade

LEMONDE.FR avec AFP | 29.11.11 | 14h11   •  Mis à jour le 29.11.11 | 21h45

Le ton monte entre la Londres et Téhéran, après l'attaque, mardi 29 novembre, de deux complexes diplomatiques britanniques, dont l'ambassade de Grande-Bretagne dans la capitale iranienne, par des manifestants qui protestaient contre les sanctions décidées par Londres contre le pays en raison de son programme nucléaire controversé.
 
Voir la vidéo dans l'article original : ICI

"Nous tenons le gouvernement iranien responsable en raison de son incapacité à prendre les mesures nécessaires pour protéger notre ambassade, comme il est tenu de le faire", a déclaré le chef de la diplomatie, William Hague. "Bien qu'il ait dit qu'il était désolé de ce qui est arrivé et qu'il allait prendre des mesures, il n'en demeure pas moins que cette affaire constitue une très sérieuse erreur du gouvernement iranien", a souligné dans un communiqué M. Hague. "Il y aura assurément d'autres conséquences graves", même si aucun membre du personnel diplomatique ne manque à l'appel, a ajouté le secrétaire au Foreign Office. Londres a demandé à tous ses ressortissants en Iran "de rester chez eux" et "d'adopter un profil bas".

 

 

Des dizaines de manifestants iraniens ont pénétré dans l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran, le 29 novembre 2011.

Des dizaines de manifestants iraniens ont pénétré dans l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran, le 29 novembre 2011.REUTERS/STRINGER/IRAN

 

En début d'après-midi, des dizaines de manifestants ont escaladé le mur d'enceinte du parc et brisé les vitres de la chancellerie avant d'y pénétrer et de jeter des objets par les fenêtres, selon des images de la télévision d'Etat. Ils ont ensuite enlevé le drapeau britannique pour le remplacer par le drapeau iranien, a constaté un journaliste de l'AFP. Les manifestants ont également brûlé des drapeaux britanniques et israéliens, selon la télévision d'Etat.

Les forces antiémeutes qui protégeaient l'ambassade ne sont pas intervenues pour empêcher cette attaque qui s'est produite alors que plusieurs centaines de manifestants, qualifiés d"étudiants" par la télévision, étaient rassemblés devant la mission diplomatique pour réclamer sa fermeture et l'expulsion "immédiate" de l'ambassadeur. Plusieurs dizaines de policiers en tenue antiémeute ont finalement pénétré à leur tour dans l'enceinte de l'ambassade pour leur faireévacuer les lieux, selon les images de la télévision.

Après cette évacuation, le chef de la police de Téhéran, le général Hossein Sadjadi-Nia, est venu personnellement devant l'ambassade britannique pour demander aux manifestants toujours présents "de mettre fin à leur rassemblement". Mais en début de soirée, les manifestants sont entrés une deuxième fois dans l'ambassade pour y brûler des documents avant d'être définitivement évacués.

>>> Un portfolio de l'attaque de l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran sur le site de l'agence de presse semi-officielle Fars News.

Moins d'une heure plus tard, quelque deux cents étudiants de la milice islamiste des bassidjis ont pénétré dans un deuxième complexe diplomatique britannique dans le nord de Téhéran, a rapporté l'agence officielle d'information IRNA. La police antiémeute s'est déployée en début de soirée devant l'entrée du site pour "mettre fin à la manifestation", selon les médias iraniens.

VIVES TENSIONS BILATÉRALES

Selon la correspondante du Financial Times en Iran, ces événements sont survenus dans le cadre d'une manifestation à laquelle participaient trois cents à cinq cents personnes pour marquer le premier anniversaire de l'assassinat du scientifique iranien Majid Shahriyari. Les services de renseignement israélien et occidentaux sont soupçonnés être derrière cet assassinat.

La police anti-émeute iranienne déloge les manifestants ayant pénétré dans l'ambassade britannique à Téhéran, le 29 novembre 2011.

La police anti-émeute iranienne déloge les manifestants ayant pénétré dans l'ambassade britannique à Téhéran, le 29 novembre 2011.AFP/ATTA KENARE

 

Bien que la Grande-Bretagne ait toujours nié toute implication dans cet assassinat, elle est considérée par les Iraniens les plus radicaux comme le chef de file des ennemis étrangers de l'Iran. Les tensions se sont à nouveau cristallisées après la décision de la Grande-Bretagne, comme d'une grande partie de la communauté internationale, de prendre des sanctions contre la République islamique à la suite de la publication, le 8 novembre, d'un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qui établit que l'Iran travaille à la conception d'une bombe nucléaire. L'Iran a rejeté les conclusions du document, le jugeant "politique".

Les attaques contre la représentation diplomatique britannique sont les plus violentes depuis celle de l'ambassade américaine par des étudiants iraniens en 1980, qui avaient pris en otage cinquante-deux diplomates pendant quatre cent quarante-quatre  jours et avait entraîné la rupture des relations entre Téhéran et Washington. Comme alors, les manifestants ont qualifié l'ambassade britannique de "nid d'espions" et ont affirmé y avoir trouvé des "documents confidentiels d'espionnage".

"INACCEPTABLE" POUR LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

De hauts responsables britanniques "se sont entretenus avec le chargé d'affaires iranien à Londres pour demander instamment aux autorités iraniennes d'agir au plus vite afin de reprendre le contrôle de la situation et de protéger [leur] enceinte diplomatique, comme elles sont tenues de le faire par les conventions internationales", a indiqué le Foreign Office dans un communiqué, "scandalisé" par "l'intrusion inacceptable" des manifestants dans son ambassade à Téhéran. Une réunion de crise s'est également tenue à Downing Street en présence du premier ministre, David Cameron. Mercredi, le secrétaire au Foreign office, William Hague, fera une déclaration sur l'Iran devant le Parlement.

L'Union européenne et plusieurs pays, dont les Etats-Unis, la Russie, la France et l'Italie, ont également fermement condamné l'attaque "inacceptable" contre la mission britannique, que les Occidentaux ont indiqué vouloir porter devant le Conseil de sécurité de l'ONU. Ce dernier a immédiatement réagi, en condamnant "dans les termes les plus sévères" cette attaque.

Dans un communiqué publié par l'agence Mehr, le ministère des affaires étrangères iranien "exprime ses regrets pour le comportement inacceptable d'un petit nombre de manifestants en dépit des efforts de la police", et affirme avoir "demandé aux autorités de prendre immédiatement les mesures nécessaires" pour mettre fin à l'occupation de l'ambassade.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/11/29/ir...

Nucléaire iranien

Deux complexes diplomatiques britanniques, dont l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran, ont été la cible, mardi 29 novembre, d'attaques de la part de manifestants iraniens.

En images A Téhéran, l'ambassade britannique prise pour cible

Les faits Les proches d'Ahmadinejad persécutés par la justice iranienne

Les faits L'Iran expulse l'ambassadeur de Grande-Bretagne

 http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/11/29/iran-des-manifestants-saccagent-l-ambassade-britannique-a-teheran_1610758_3218.html

29/11/2011

Alerte ! Crise : La Grande-Bretagne se prépare à évacuer ses ressortissants... de la zone euro ! Manoeuvres militaires et trains bloqués en cas de crise.

Comme nous le disons depuis quelques temps déjà, nous aurons tout à subir en même temps ! Les changements cosmiques et terrestres, et les guerres génocidaires parce que les Illuminati-reptiliens mettent la gomme avant le 21 décembre 2012 pour s'accaparer la Terre et ses richesses et éliminer les 2/3 de l'humanité.

Quoi de mieux pour réaliser leurs plans machiavéliques qu'une bonne guerre mondiale nucléaire de surcroît ?

 
Ils se préparent à la 3ème guerre mondiale nucléaire et aux émeutes généralisées en Europe. Est-ce un hasard si la France est prête à arrêter des réacteurs nucléaires en cas de chutes d'avions ?

Avions qui peuvent aussi tomber, suite à l'inversion des pôles magnétiques qui est en cours et aux orages magnétiques qui peuvent interrompre les communications électroniques et électriques.

Voir notre article précédent.

Nucléaire: la France prête à arrêter des réacteurs si cela s'impose selon Besson

 
Préparez-vous ! Car nous sortirons de l'Euro, non pas par la démocratie mais par la ruine des peuples, la famine, les émeutes et les guerres génocidaires.
 
Comme les précédentes fois en 14/18 et en 39/44, les Rothschild et les banksters avaient organisé la crise financière et économique pour s'accaparer les pays qu'ils avaient endettés avec les guerres et la destruction des villes. Sans compter les millions de morts innocents pour rien !
 
Que ceux qui habitent à côté de camps ou de bases militaires soient attentifs aux manoeuvres militaires qui pourraient être en cours et qu'ils préviennent ceux qui sont éloignés des bases militaires.
Ce pourrait être un signe de préparation de la 3ème guerre mondiale nucléaire. Merci de prévenir les nôtres.
 
En effet, Patricia, une correspondante, nous indique aujourd'hui que dans les Hautes-Alpes, des manoeuvres militaires sont en cours depuis la semaine dernière.
Voici le message qu'elle nous a adressé cet après-midi.

Citation du message de Patricia : "Etranges manoeuvres militaires dans ma région !

"Ici, dans les Hautes-Alpes les avions de chasse ne cessent de nous casser les oreilles et d'importants convois militaires passent !
Que nous préparent-ils ?"

Cela se passe dans le Champsaur (St-BONNET) Hautes-Alpes, il y a, à GAP, une caserne militaire.

Les avions de chasse passent anormalement depuis la semaine derrière depuis hier et aujourd'hui, c'est plusieurs fois par jour.

D'habitude, les avions de chasse passent 1 ou 2 fois par mois, ils viennent pointer sur le barrage du Sautet et disent coucou au collègues à Ancelle où il y a des bâtiments de l'armée de l'air."

 

Vérifications faites après ce mail, nous avons trouvé que les Hautes-Alpes se trouvait le Centre national d'aguerrissement en montagne dont on nous dit qu'il aurait été fermé en 2009. Vrai ou faux ?

Le Centre national d'aguerrissement en montagne (CNAM), établissement de l'armée de terre française, est situé à Briançon dans les Hautes-Alpes. Dans le cadre de la restructuration des armées annoncée le 24 juillet 2008, le CNAM sera fermé courant 20091.
 
Liste des camps militaires français

Crise : La Grande-Bretagne se prépare à évacuer ses ressortissants... de la zone euro !

La France rame, l'Espagne souque, l'Italie colmate, la Grèce écope... mais cela suffira-t-il à éviter le naufrage général ? Non, selon la Grande-Bretagne, qui se prépare au pire, y compris au rapatriement d'urgence de ses citoyens pris au piège de la zone euro.

Crise : La Grande-Bretagne se prépare à l'évacuation des ressortissants britanniques de la zone euro

L'histoire nous est contée par The Telegraph. Il y a quelques jours, le gouvernement british a avoué le plus sérieusement du monde être en pleins préparatifs pour pallier à un effondrement bancaire généralisé de la zone euro. Un ministre de premier plan vient de préciser que ce n'était plus une hypothèse de travail, mais une quasi-certitude. Et l'impétrant d'enfoncer le clou : "c'est dans notre intérêt qu'ils continuent à jouer la montre parce que cela nous donne plus de temps pour nous préparer".

Les jeux sont faits, rien ne va plus...

Dernier petit détail, le Foreign Office a demandé à ses ambassades européennes d'élaborer des plans d'urgence pour aider les britanniques qui se trouveraient pris les doigts dans la crise. Deux cas de figure sont notamment évoqués : la fermeture des banques et... le déclenchement d'émeutes de grande ampleur !

Sinon, à part ça, tout va bien...

http://www.lesmotsontunsens.com/la-grande-bretagne-se-pre...


DE MORGEN aujourd'hui. Un journal Néerlandais sérieux.
 
"dès que commence la crise les chemins de fer seront bloqués".

L'article original ici : Spoor blokkeert compleet bij crisis
http://www.demorgen.be/dm/nl/989/Binnenland/article/detai...