Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2009

USA/NASA : Les bases de données du soleil ne seront plus communiquées

Encore un scoop qui nous arrive des USA !
Le Gouvernement US et la NASA ont décidé de ne plus mettre en ligne sur le site de la NASA toutes les bases de données collectées, relatives aux éléments recueillis sur notre système solaire et sur l'activité solaire.

Après que l'armée US ait décidé de classifier les données relatives aux astéroïdes, (voir notre précédent article); le Gouvernement US et la NASA décident de nous cacher toutes les données relatives à notre système solaire, et à l'activité solaire en cours et à venir.

Ecoutez attentivement cette vidéo, vous hallucinerez autant que nous..!!

Ensuite ils iront dire que nous sommes des paranoïaques, adeptes de la théorie du complot !!!!
Et si nous avions raison en ce qui concerne l'alignement galactique prévu pour le 21 décembre 2012 ?

Pierre Jovanovic Revue de presse 08 juillet 09-2



Source : http://rutube.ru/tracks/2113662.html?v=6abe7d9353f3c73159...

La structure systémique du calendrier Maya et les neufs niveaux
(inframondes) du processus évolutif de la connaissance

21 décembre 2012 ou recalculé au 28 octobre 2011

La structure systémique du calendrier maya.jpg
Cliquez sur l'image pour agrandir

Vaccins : La mafia médicale

baxter3.jpg

La vaccination prévue à l'automne contre le supposé virus H1N1, sera des plus controversées. Des milliers de gens, de réseaux, de sites et d'organisations dénoncent l'imposture de cette campagne de vaccination au point qu'il y a une poursuite judiciaire en cours pour "meurtre de masse"!
Source : Infowars

Le Dr. Moulden, médecin spécialiste qui fait le tour des USA actuellement pour démontrer les dommages vaccinaux sera à Montréal le 12 septembre prochain. Ghyslaine Lanctôt, auteure de la "Mafia médicale", Jean Dury, avocat criminaliste, ainsi que d'autres porte-voix de la "résistance" seront des invités. Vous pouvez réserver vos places maintenant. La traduction simultanée sera disponible.
Source : Le programme des conférences : Alliance et Liberté

15/07/2009

Docteur André Gernez - Le Scandale du Siècle

Comme l'Etat français nous aime n'est-ce pas, en persécutant un médecin français qui est le père de la théorie des "cellules souches" ?

docteur-andre-gernez-cancerologue-pere-des-cellules-souches.jpg
Le Docteur Gernez est en mesure de contrôler le cancer, l’Athéromatose, la sclérose en plaques, la schizophrénie, la myopathie de Duchenne, l’Asthme et l’allergie, le Psoriasis, la Parkinson, l’Alzheimer.

Au lieu de lui donner les moyens de faire connaître ses techniques : ON LE PERSECUTE !!!!!!

Aussi nous allons croire l'état Français, les yeux fermés, lorsqu'il nous recommandera les vaccins, pour notre bien, voire lorsqu'il nous les imposera..!!!!!

Surtout n'oubliez pas de faire des dons pour la recherche médicale !!!!!
Vous saurez à quoi ils servent.....!!!!

Qui est le Dr André Gernez ?
Découvrir : ICI

Présentation du Docteur André Gernez, père de la théorie des "cellules souches", et de ses révélations médicales ahurissantes quant au blocus qu'il subit de la part de l'Etat Français et des institutions médicales.

Partie 1 du DVD :

Résumé

André Gernez est le père de la théorie des cellules souches, il révise dans les années soixante le dogme du double cycle cellulaire et de la fixité neuronale. Le Docteur Gernez est en mesure de contrôler le cancer, l’Athéromatose, la sclérose en plaques, la schizophrénie, la myopathie de Duchenne, l’Asthme et l’allergie, le Psoriasis, le Parkinson, l’Alzheimer.

Découvrir les 2 documentaires et DVD par ce lien : ICI

 

Partie 2 du DVD :

Résumé

A partir de 1967, André Gernez révolutionne les principes fondamentaux de la biologie. En particulier avec son protocole préventif de lutte contre le cancer, adopté aux états-Unis avec succès dans les années 70... mais toujours ignoré en France !

shapeimage_17.png

Docteur André Gernez - Le Scandale du Siècle (part. 2/2)

 

14/07/2009

Astronomie : le Soleil s'est réveillé

La science et les technologies russes au jour le jour

98955537.jpg

Astronomie/ espace/ médecine

Une puissante éruption solaire enregistrée par TESIS

Le nouveau télescope orbital russe TESIS vient d'enregistrer la plus forte éruption solaire de l'année, ce qui atteste la reprise de l'activité de notre astre, rapporte les sites inauka.ru et  strf.ru.

Embarqué à bord de la sonde Koronas-Photon (*), le télescope orbital TESIS a enregistré le 5 juillet la plus forte éruption solaire depuis mars 2008. Cet événement, qui s'est produit dans l'hémisphère sud du Soleil, est une nouvelle confirmation du regain d'activité de notre astre, après une période de minimum solaire inhabituellement longue.

"Cette éruption a duré 11 minutes, avec un maximum à 10h13, heure de Moscou. L'intensité du rayonnement X du Soleil a atteint, en son point le plus élevé, le niveau C2.7 sur l'échelle GOES, de 5, ont annoncé les chercheurs du laboratoire d'astronomie X du Soleil de l'Institut de Physique Lebedev.

Les éruptions solaires sont classées, en fonction de la puissance du rayonnement X, en 5 classes - A, B, C, M, et X. La classe minimale, notée A0.0, correspond à une puissance de rayonnement sur l'orbite de la Terre de 10 nanowatts par mètre carré. A titre de comparaison, lors du précédent maximum solaire, on a pu enregistrer, à la fin octobre 2003, des éruptions accompagnées d'un flux de rayonnement de plus de 1 million de nanowatts. Elles ont été classées X17.

Les chercheurs de l'Institut Lebedev précisent, dans leur communiqué, que cette éruption a été la plus forte enregistrée depuis plus d'un an - le 25 mars 2008 avait été fixée une éruption de niveau M1.7. La précédente éruption de classe C datait de décembre 2008.

Les chercheurs soulignent également qu'une remontée progressive de l'activité du Soleil s'observe depuis mars dernier. Après une période de minimum solaire extraordinairement longue (elle avait duré trois ans), de premiers domaines d'activité ont commencé à se former dans l'hémisphère nord de notre astre. On a enregistré alors des éruptions et des rejets de matière en provenance de la couronne solaire. A la fin mai, une ceinture d'activité est apparue dans l'hémisphère sud et la configuration magnétique du Soleil est alors devenue symétrique.

Et c'est précisément dans la partie sud du Soleil que s'est produite le 5 juillet cette éruption solaire très puissante, alors même que le 3 juillet, il n'y avait encore aucune tâche dans cette zone (il y en avait 7 le 4 juillet et 14 le 5 juillet). D'ordinaire, l'accumulation de l'énergie nécessaire pour une éruption dure beaucoup plus longtemps. Les chercheurs en déduisent que soit cette énergie s'était déjà accumulée dans des champs magnétiques avant que cette région ne parvienne à la surface du Soleil, soit le processus s'est déroulé à une vitesse extrêmement élevée, phénomène plutôt caractéristique d'une période de maximum solaire. Les chercheurs penchent pour la seconde hypothèse, et cette forte éruption pourrait ne pas être la dernière de la série, selon eux.

Cette nouvelle progression de l'activité solaire a coïncidé on ne peut mieux avec le début de la mise sur une orbite sans ombre du satellite Koronas-Photon, à bord duquel est installé le télescope. Le plan d'orbite de la sonde devrait être orienté, d'ici la dernière décade de juillet, en direction du Soleil, sous un angle d'environ 90 degrés. En pivotant sur son orbite, la sonde ne sera plus dans l'ombre de la Terre et pourra mener des observations de notre astre en continu. Autrement dit, rien de ce qui se produira alors sur le Soleil ne pourra échapper au télescope TESIS. Les données qui seront recueillies promettent d'être d'autant plus intéressantes pour le monde de l'astronomie que trois autres sondes d'observation (une japonaise, Hinode, et deux américaines, les Nasa Stereo) vont passer en régime de fréquence élevée de travail.

(*) La sonde Koronas-Photon, équipée du télescope orbital russe TESIS, a été mise en orbite le 30 janvier 2009. Elle a pour objectif de surveiller l'activité solaire. Cette sonde est la troisième de la série des satellites Koronas. Les deux précédentes, lancées en 1994 et 2001, ont cessé de fonctionner.

Espace: pour demain, des techniques d'hier et de demain

Les progrès remarquables accomplis en permanence par la science spatiale conduisent au développement de nouvelles technologies, tel le futur lanceur Angara. Mais celles d'hier sont - et seront - parfois toujours d'actualité, comme le confirme la future utilisation par les Américains d'un vieux moteur soviétique, rapporte le site inauka.ru.

Les moteurs NK-33, créés pour le programme lunaire soviétique, seront utilisés demain par le lanceur américain Taurus-2. D'ici environ cinq ans, l'usine Motorostroytel, de Samara, prévoit d'engager la fabrication de ces moteurs. "Il faudra préparer la documentation et assurer la fabrication, mais cela coûtera moins cher que de créer un nouveau modèle", a commenté le directeur général du Centre de lanceurs spatiaux TsKB-Progress, Alexandre Kiriline. Il a souligné que ses caractéristiques faisaient toujours du NK-33 un moteur de classe mondiale.

Le NK-33 sera également implanté sur le lanceur de classe légère Soyouz-1, élaboré également à Samara. Ce moteur avait été conçu initialement pour le lanceur N-1, qui devait acheminer les cosmonautes soviétiques jusqu'à la Lune. Il est extrêmement fiable et possède un excellent rapport poussée/masse. Samara conserve 46 moteurs NK-33 prêts à être montés.

La fabrication en série du lanceur de nouvelle génération Angara se situe, elle, dans un tout autre registre. Elle débutera en 2012 dans l'union de production Poliot, à Omsk. Cette entreprise a dès à présent dans son carnet de commandes la fabrication d'un Angara "léger" et de cinq modules de lanceurs universels (URM) pour un lanceur de classe lourde, a précisé le directeur général de l'entreprise, Grigori Mourakhovski. Son union de production a déjà commencé à livrer à l'entreprise qui pilote le projet - le Centre spatial scientifique et de production Khrounitchev - des éléments du futur lanceur. C'est le centre lui-même qui procèdera aux tests au sol des pièces et de certains éléments du lanceur.

En 2015, l'usine d'Omsk produira annuellement 60 URM pour une dizaine de lanceurs spatiaux de classe lourde Angara 3.2 et une dizaine de lanceurs de classe légère Angara 1.2. D'ici 2020, cette entreprise sera en mesure de sortir chaque année 120 URM. Le nombre annuel de tirs prévu pour cette date est d'au moins une vingtaine. Les lanceurs Angara partiront depuis le nouveau cosmodrome de Plessetsk, en cours de création sur le territoire russe. Le premier tir d'un lanceur Angara de classe légère est prévu à Plessetsk en 2011.

Salive et tartre pour poser un diagnostic

La salive et le tartre peuvent être porteurs d'un certain nombre d'informations sur notre état de santé et aider à établir des diagnostics, rapporte le site strf.ru, reprenant une enquête de informnauka.ru.

Comment la composition du tartre est-elle influencée par l'action de la salive et quels enseignements peut-on en tirer ? Des chercheurs de l'Université d'Etat d'Omsk Dostoïevski ont eu l'idée de procéder à l'expérience suivante. Ils "cultivent" du tartre dans des verres, à la fois sur de vraies dents, arrachées pour diverses raisons à des patients, et sur des dents artificielles. Leur objectif est d'établir les liens qui peuvent exister entre les propriétés de la salive et le tartre, d'un côté, et la santé de l'être humain, de l'autre. Ils ont constaté que les diagnostics de certaines affections peuvent être établis avec une grande précision grâce à l'analyse de l'interaction salive-tartre.

Peu de gens savent que la plaque dentaire - ces dépôts jaunâtres ou grisâtres que nous avons sur les dents et/ou entre celles-ci - est constituée de minuscules cristaux de minéraux d'hydroxyapatite. De par sa composition chimique, cette dernière est très proche de la composition minérale des os. Mais si elle est positive dans les os, la présence de cette substance à la surface des dents est tout à fait inutile.

Le tartre se développe essentiellement là où se trouve cette plaque dentaire "molle", en "pompant" progressivement dans la salive les composants dont il a besoin. Parmi ces composants figurent des sels, qui sont indispensables pour la formation du minéral et contiennent du calcium et du phosphore. Les stomatologues recommandent d'éliminer ce tartre pour éviter les caries. Mais Olga Golovanova et les membres de son équipe de chercheurs sont certains, pour leur part, que ce développement minéral nocif et inesthétique peut - et doit - être utilisé pour diagnostiquer certaines affections, telles que le diabète, et pour mettre en évidence la prédisposition à des caries ou à une parodontose.

Les chercheurs mènent leurs travaux dans plusieurs directions. Ils simulent la composition de la salive en utilisant des solutions aqueuses de protéines, d'acides aminés, de différents sels organiques et inorganiques, ainsi qu'en étudiant comment la concentration des composants de la solution influe sur la composition et la structure du tartre. Autrement dit, ils synthétisent l'hydroxyapatite dans des conditions proches de celles du milieu biologique et analysent la structure et la composition du minéral obtenu.

Il s'est avéré, ainsi, que certaines substances, telles que la caséine et les acides aminés, freinent le développement de la plaque dentaire. Le glucose, au contraire, accélère la formation du tartre, augmente le niveau de sa cristallisation, le rendant plus solide. Il ne découle évidemment pas de cette observation qu'il faut, à titre prophylactique, conserver en permanence dans la bouche un morceau de fromage. Mieux vaut se laver régulièrement et soigneusement les dents. Mais une autre observation est nettement plus intéressante.

Les chimistes ont comparé, avec des stomatologues et d'autres thérapeutes, la composition de la salive et du tartre, et l'état des dents de patients souffrant de diabète. Il s'est avéré que cette affection modifie la salive ce qui, à son tour, accélère l'augmentation des dépôts d'hydroxyapatite à la surface des dents, modifie leur composition, provoque des caries et des parodontoses. Par conséquent, en recueillant des renseignements sur la salive et la plaque dentaire, on pourrait tenter de diagnostiquer ces pathologies.

Les observations menées ont confirmé la justesse de ces hypothèses. Le diagnostic de diabète, établi d'après les résultats de l'analyse de la salive et du tartre, a coïncidé à 94% avec les autres méthodes. De même, les cas de prédisposition décelés aux caries et à la parodontose ont été très largement confirmés. Les travaux des chercheurs d'Omsk ne sont pas achevés. Mais il est clair que les médecins vont disposer là d'une méthode efficace, parfaitement indolore, permettant de diagnostiquer des affections à un stade précoce.  -0-

Source : http://fr.rian.ru/science/20090713/122323089.html

04/07/2009

Climat : Le "pot au noir" migre vers le Nord

CLIMAT

Le pot au noir migre vers le Nord

NOUVELOBS.COM | 02.07.2009 | 18:38

La bande équatoriale, connue sous le nom de zone de convergence intertropicale, à l’intérieur de laquelle les pluies sont abondantes, remonterait vers le nord. Certaines îles pourraient en pâtir.

 


720534.jpg

La ZTIC au-dessus du Pacifique. (agrandir la carte)(University of Washington)

Tout autour de l’équateur s’étend une bande au sein de laquelle les pluies sont abondantes : elles fournissent de l’eau douce à près d’un milliard d’habitants de la planète. Cette bande, connue sous le nom de zone de convergence intertropicale (ZCIT), s’est déplacée de 500 km depuis le petit âge de glace, remontant vers le Nord à la vitesse moyenne d’un kilomètre et demi par an, selon une étude publiée cette semaine par Nature Geoscience.

Si la migration de cette zone se poursuit, des régions aujourd’hui arrosées pourraient être plus sèches dans quelques décennies, souligne Julian Sachs, de l’Université de Washington (Seattle, États-Unis), premier auteur de cette étude.

La zone de convergence intertropicale est formée par la rencontre entre les alizés de l’hémisphère nord, qui soufflent vers le sud-ouest, et ceux de l’hémisphère sud, qui soufflent vers le nord-ouest. Les averses brusques et les orages violents de cette zone lui valent le surnom de ‘pot au noir’ chez les navigateurs.

Des études paléoclimatiques menées en Afrique ou en Australie avaient déjà suggéré que la ZTIC avait bougé au cours du dernier millénaire. L’équipe de Sachs a étudié des sédiments lacustres prélevés dans plusieurs îles du Pacifique –Palau, Galápagos, îles de la Ligne- pour retracer avec précision leur climat.

Palau, qui est aujourd’hui au cœur de la ZTIC, était aride pendant le petit âge de glace, celui qui a refroidi l’hémisphère nord entre 1250 et 1850, rapportent les chercheurs. L’île de Washington, dans l’archipel des îles de la Ligne, qui reçoit aujourd’hui près de trois mètres d’eau par an, était également très aride pendant le petit âge glaciaire. Les sédiments forés dans des lacs d’eau douce révèlent aussi que des microbes aimant les milieux salés vivaient dans ces mêmes lacs il y a 400 à 1000 ans, preuve que les pluies étaient beaucoup moins intenses qu’aujourd’hui, selon Sachs et ses collègues. A l’inverse, l’archipel des Galápagos était beaucoup plus humide pendant le petit âge de glace que maintenant.

Les chercheurs supposent que pendant cette période glaciaire la ZTIC était bloquée 550 km plus au sud par les températures plus froides de l’hémisphère nord, due à une baisse du rayonnement solaire. Avec le réchauffement, la zone remonte vers le nord : si elle poursuit sa migration sur le même rythme, elle se trouvera 126 km plus haut à la fin de ce siècle.

Cécile Dumas
Sciences-et-Avenir.com
02/07/09

Source : Nouvel Obs Sciences