Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2010

Tempêtes solaires pour 2012 et les jeux olympiques

From
February 3, 2010

Scientists warn solar activity could hit London 2012 Olympic Games

http://www.timesonline.co.uk/tol/news/science/space/artic...


Les anglais préviennent que les communications pourraient être perturbées….

TEMPETES SOLAIRES POUR 2012
du 5 au 8 février 2010 : Grand papier dans le Times de Londres qui va dans le sens de ce que j’ai écrit dans Notre-Dame de l’Apocalypse grâce aux apparitions de la Vierge. La transmission des JO pourrait être gravement affectée, se trouvant au pic des éruptions solaires à venir. « Scientists today warned that a peak in the solar activity due in 2012 could disrupt television and internet networks during the London Olympic Games. Speaking ahead of the launch of Nasa’s Solar Dynamics Observatory next week, mission scientists said that the sun was due to hit a peak in its eleven-year cycle in 2012. « The Olympics could be bang in the middle of a solar maximum, » said Professor Richard Harrison, of the Rutherford Appleton Laboratory (RAL) in Oxfordshire ». Etonnant, car depuis la publication, certains ont affirmé qu’il ne se passe rien avec le soleil et que mon livre était « du sensationalisme ». Pourtant, à lire l’article du Time, de toute évidence ce n’est pas le cas, ou alors la NASA aussi fait dans le genre :-) . Le programme SDO de la NASA consiste justement à essayer de prévoir les grandes éruptions à venir et à « éteindre » les satellites afin qu’ils ne soient pas cramés par les éruptions de classe X… Plus que jamais il importe de prendre en considération l’avertissement de Fatima, même si cela vous semble totalement incroyable. Cela dit, la terre ne cessera pas de tourner  en 2012 à part la dépression mondiale. Revue de Presse par Pierre jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2010.

http://fonzibrain.wordpress.com/2010/02/08/tempetes-solai...


Des saisons sur Pluton ?

Nibiru serait-elle près de Pluton pour lui donner une teinte rouge ?

février 7th, 2010 Posted in Fevrier 2010 |

Les images de Pluton prises par le télescope spatial Hubble en 2003-2004 viennent seulement d'être rendues publiques. Quatre années ont été nécessaires à 20 super-calculateurs travaillant de pair et de façon continue afin de traiter les images et de les rendre lisibles par tous. Cette ex-planète, la plus lointaine du système solaire est aussi la plus mystérieuse.

Pluton Hubble

NPC Ballroom

En effet, jusqu'à présent, que savions-nous de Pluton ?

Découverte en 1930 par l'Américain Clyde W. Tombaugh, Pluton est la seule planète à n'avoir jamais été visitée par une sonde spatiale et sa petite taille ainsi que sa distance, ne permettent pas d'avoir des photographies de bonne résolution.

En réalité, ce n'est même pas une planète, trop petite pour être une planète gazeuse, trop éloignée du Soleil pour être une planète tellurique, et avec une orbite fortement inclinée, ce qui fait varier sa distance au Soleil de 4,4 à 7,4 milliards de km.

Par ailleurs, Pluton possède trois satellites, Hydra, Nix, et surtout Charon, qui semble beaucoup trop proche et trop gros pour s'être formé près d'une si petite planète. Il est à noter que le couple Pluton-Charon présente des particularités uniques dans le système solaire, et parmi celles-ci, leur rotation synchrone.


La sonde New horizons lancée depuis Cap Canaveral le 19 Janvier 2006 a profité de l'effet de fronde gravitationnelle de Jupiter pour se propulser à la vitesse de 75.000 km/h en direction de Pluton, qu'elle survolera en Juillet 2015, offrant ainsi à la communauté scientifique l'occasion de réaliser de nombreuses mesures cartographiques, en particulier en lumière visible et infrarouge.


 

Cet évènement scientifique majeur sera l'occasion, entre autres, de confirmer ou d'infirmer les théories que le télescope Hubble avait permis aux astrophysiciens d'élaborer.

Ainsi, les modifications rapides d'apparence de la surface de l'astre, et en particulier de sa couleur, plus rouge, seraient dues à l'action d'un phénomène de saisons.

Selon l'astronome Marc W. Buie, grand spécialiste de Pluton et découvreur de plus d'une centaine d'astéroïdes, le méthane se trouvant à la surface de Pluton jouerait un rôle prépondérant dans la modification des calottes glaciaires des pôles, par la décomposition de ses molécules sous l'effet du rayonnement ultraviolet.

Tout ceci étant la conséquence de l'entrée de l'astre dans un nouveau cycle de 248 ans, défini par sa période de révolution.

Enfin, Buie et son équipe sont particulièrement intrigués par un spot très brillant de Pluton, exceptionnellement et inhabituellement riche en glace de monoxyde de carbone, cet endroit présentant un objectif principal pour la sonde "New Horizons". - Source

05/02/2010

Hubble découvre un objet étrange dans l'espace !

Les scientifiques de la Nasa sont perplexes ! !!! ???


Hubble Discovery Has NASA Baffled, No One Knows
http://www.pamil-visions.net/nasa-hubble-space-object/211543/

Traduction Google : ICI


feature photo

Filed Under: Technology

Tags: alienscometsHubbleNASARomulan Bird of PreyspacecraftStar TrekUFO


In news from NASA a mysterious unidentified space object has captured the imagination of scientists and astronomy enthusiasts. The object, an X shaped anomaly trailing debris like a comet, is puzzling to those studying the phenomena.

Researchers have never actually seen anything quite like it, and some have half-jokingly referred to it as a space ship due to its unusual shape and debris patters. Gizmodo first reported on P/2010-A2, likening it to a “Klingon Bird of Prey” from the Star Trek series. It does after all have the all too familiar X shape.

The object was caught by NASA’s Hubble, reportedly traveling some 11,000 mile per hour. UCLA researchers think Hubble caught a rare opportunity when two comets collided to cause the effect, but guesses are all that has emerged by way of science about the mysterious object. The “Bird of Prey”, as we will call it (BOP) is in fact some 90 million miles from Earth according to estimates. Nothing about the trajectory of the object has been mentioned as of yet.


BOP Hubble object

BOP Courtesy NASA

Scientists theorize that comet collisions (if that is what BOP is) are quite common, but hard to pinpoint or predict for images. Such a collision is likely what happened 65 million years ago when a comet struck Earth, casting the planet into a winter which sent the dinosaurs into eternity. As Gizmodo aptly pointed out, these rocket scientists actually have no idea what the anomaly is, but are brainstorming possible explanations. Here is a quote from the scientists which reveals a little of their dismay and astonishment:

“If this interpretation is correct, two small and previously unknown asteroids recently collided, creating a shower of debris that is being swept back into a tail from the collision site by the pressure of sunlight. The filamentary appearance of P/2010 A2 is different from anything seen in Hubble images of normal comets, consistent with the action of a different process.

A little like saying; “We believe the anomaly could be a Bird of Prey, but we are not sure? The BOP is consistent with millions of others things not even our NASA scientists have a clue about. However daunted NASA and the astronomy world is, the BOP is beautiful and fascinating. I really think the world should name this phenomena BOP, out of appropriateness. Oh, and just in case. What a marvelous and majestic UFO no one can deny.


NASA discovers mysterious UFO in space, could be a Klingon Bird of Prey

http://www.zeitgeistyreport.com/breaking-news/2010/02/03/...

Traduction Google : ICI


NASA’s Hubble Space Telescope has picked up a strange looking object about 90 million miles away from the Earth. They are hypothesizing that they might have captured two random asteroids colliding into each other, which would be something completely unprecedented. Apparently, the chance of having their camera pointed in the right direction, ready to snap the images at the exact moment of collision is practically nil.

This is why I don’t believe in their hypothesis.

Take a look at this picture, are you telling me that you don’t see what I see? This is no asteroid collision, this is a Klingon Bird of Prey!

That’s right, smoke em’ if you got em’ ‘cause we’re about to get our asses invaded by Klingons. We need to scramble a coalition together of William Shatner, Patrick Stewart, Scott Bakula and Kate Mulgrew and do it fast or else we’re all gonna be speaking like this dork.

http://www.zeitgeistyreport.com/breaking-news/2010/02/03/nasa-discovers-mysterious-ufo-in-space-could-be-a-klingon-bird-of-prey‏/


Nouvelle vision du Soleil avec le satellite technologique Proba-2

Le Soleil, comme le voit PROBA-2


http://a1862.g.akamai.net/7/1862/14448/v1/esa.download.akamai.com/13452/qt/mflare_is.mov


26 janvier 2010
Ensemble de nouveaux systèmes et instruments scientifiques, Proba-2 est en train de tester des technologies pour des missions à venir de l’ESA et, dans le même temps, de fournir un nouveau regard sur notre Soleil.

Lors d’une conférence de presse, ce mardi 26 janvier, à l’Observatoire Royal de Belgique à Bruxelles, l’équipe chargée du petit satellite a exprimé son extrême satisfaction devant ses trois premiers mois de bon fonctionnement en orbite. Ce fut l’occasion de dévoiler les premières observations du Soleil réalisées par Proba-2.

Depuis sa mise en orbite en novembre, les différents sous-systèmes de Proba-2 ont été mis mis en marche, l’un après l’autre, et leurs performances ont été vérifiées. Ce processus – commissioning phase – de vérifications pour la mise en service est indispensable au démarrage de toute mission dans l’espace.  

Small satellite
Proba-2 sur orbite

Parmi les principales contributions à Proba-2, qui proviennent d’Europe et du Canada, il y a surtout celle de la Belgique. Le satellite a été construit pour l’ESA par la firme belge Verhaert Space, qui fait partie du Groupe QinetiQ. La mission est mie en oeuvre depuis la station ESA de Redu en Belgique.


Proba-2 in the cleanroom at Verhaert Space shortly before shipme

Proba-2 chez Verhaert Space

Proba-2 est le dernier né de la famille ‘Project for Onboard Autonomy’ de l’ESA. Sa mise en service s’effectue avec un personnel au sol à un niveau relativement modeste. « Le satellite est assez avancé pour s’autogérer sur une base quotidienne », note Frank Preud’homme, Verhaert Space.


Faire un pas vers le futur

La mise en œuvre, tout en souplesse, de ce petit satellite – moins d’1 m³ - constitue une étape essentielle pour les missions de l’ESA durant cette décennie. En tout, ce sont 17 technologies nouvelles qui sont l’objet de démonstrations à bord de Proba-2, avant leur emploi sur des engins spatiaux de grande taille : elles comprennent un pointeur stellaire pour la sonde BepiColombo qui doit explorer la planète Mercure et une caméra grand angle pour ExoMars et – parmi les possibilités – l’ explorateur d’astéroïdes Marco Polo.

« La plupart des technologies à démontrer sur Proba-2 ont été activées à présent et je suis heureux de voir que les premières données que nous recevons sont très bonnes », a commenté Michel Courtois, le Directeur ESA de la Gestion technique et de la Qualité. « Proba a montré sa capacité de réaliser des démonstrations technologiques en orbite. »

Le satellite se gère lui-même en utilisant un ordinateur avancé qui est construit par Verhaert Space et qui est mis en œuvre sous le nom de microprocesseur LEON2-FT de l’ESA. « L’ordinateur de Proba-2 est le plus puissant qui ait été développé en Europe pour des applications spatiales », a ajouté Mr Preud’homme. « Il a été choisi pour plusieurs missions de l’ESA ».


Proba-2 results
Solar eclipse detected by LYRA

Station de “météo spatiale”

Le satellite a une fonction double, à la fois comme banc d’essais technologique et comme plate-forme de recherche scientifique. Outre ses charges utiles expérimentales, Proba-2 est équipé de quatre nouveaux instruments destinés à l’étude du Soleil et à la « météo spatiale ».

« Scientifiquement parlant, Proba-2 est un observatoire solaire », a précisé David Southwood, Directeur ESA pour la Science et l’exploration avec des robots. « Ses instruments sont basés sur ceux qui sont à bord de SOHO, le guetteur des éruptions solaires qui a été développé conjointement par l’ESA et la NASA et qui continue ses observations. Ils mettent à l’essai un détecteur et un logiciel qui seront nécessaires à la sonde Solar Orbiter qui est envisagée à l’ESA comme sa prochaine grande mission d’exploration du Soleil. »

L’Observatoire Royal de Belgique est le responsable scientifique des deux instruments de surveillance solaire à bord de Proba-2. David Berghmans, qui fait partie de l’équipe scientifique, décrit l’imageur du Soleil SWAP (Sun Watcher using APS detectors and imaging processing) comme bel exemple de miniaturisation: « C’est un télescope spatial complet qui a la taille d’une boîte à chaussures. Malgré sa petite taille, SWAP est très ambitieux dans sa conception comme outil de « météo spatiale » qui détecte tous les événements de grande ampleur dans le Soleil, comme les éruptions solaires ou les éjections de masse de la couronne. »


LYRA

Les resultants en vol, expérimentaux, du DSLP

Une autre équipe de l’Observatoire, dirigée par Jean-Francois Hochedez, supervise l’instrument LYRA (Lyman alpha Radiometer) qui utilise des détecteurs résistants – certains formés de diamants – pour mesurer le rayonnement solaire dans l’ultra-violet.

« De nouveau, Proba-2 donne la preuve de la fiabilité de la technologie belge dans l’espace et de l’efficacité de la plate-forme du satellite Proba », a constaté la Ministre belge pour la Recherche scientifique, Sabine Laruelle. « Aux côtés des chercheurs de Bruxelles, du ‘Space Pole’, je suis impatiente de voir les premières observations d’instruments “dernier cri » que sont SWAP et LYRA, tous deux réalisés avec d’importantes contributions de la Belgique. »


DSLP
L’instrument DSLP

Ouvrir une fenêtre sur l’ionosphère

Valoriser Proba-2 avec des activités de « météo spatiale » - l’étude de phénomènes qui peuvent endommager des satellites, menacer des astronautes sans protection et affecter les infrastructures électriques au sol – est un objectif scientifique du satellite qui permet de combiner les observations du Soleil avec des mesures sur l’environnement du plasma dans l’espace où il évolue : on peut se rendre compte de la manière dont l’activité du Soleil peut influencer l’ionosphère terrestre.

C’est ce que réalise Proba-2 grâce à deux instruments qui ont été mis au point par des institutions scientifiques tchèques, sous la direction de l’Académie des Sciences de la République tchèque avec le support du Czech Space Research Centre.


Proba-2 instruments

DSLP instrument

A la fois, le DSLP (Dual Segmented Langmuir Probe) et le TPMU (Thermal Plasma Measurement Unit) vont sonder de façon détaillée l’environnement immédiat du satellite. « Notre objectif est de mettre en évidence les irrégularités et de pouvoir établir des relations Soleil-Terre que nous observons dans l’ionosphère » a confié Štepán Štverák de l’Institut tchèque de Physique de l’Atmosphère, qui fait partie du team DSLP. « Les résultants préliminaires sont très encourageants »


Elargir la série des Proba

Proba-1, lancé en octobre 2001, a validé à l’ESA le principe des petits satellites pour des démonstrations de technologie. Sa charge utile comprenait des instruments de télédétection de l’environnement terrestre : ils se sont révélés si efficaces que leur mission, toujours opérationnelle, a été transférée au Directorat de l’ESA pour l’Observation de la Terre. En permettant à l’industrie européenne d’avoir des possibilités de vol fréquentes et à bas coût, dans le cadre du GSTP (General Support Technology Programme) de l’ESA, il est prévu de continuer la série des Proba durant cette décennie. Proba-3 comprendra un duo de satellites qui serviront à l’étude de la couronne solaire en expérimentant les techniques de vol en formation. Proba-V embarquera une version miniaturisée du senseur Végétation qui fait partie de la charge utile trouve du satellite français SPOT-5 autour de la Terre.


Proba-2: note aux éditeurs

Proba-2 est un ensemble de nouveaux systèmes et instruments scientifiques. Ce petit satellite est en train de tester des technologies pour des missions à venir de l’ESA et, dans le même temps, de fournir un nouveau regard sur notre Soleil.

Instruments scientifiques

LYRA, radiomètre Lyman-Alpha pour effectuer des observations dans quatre bandes du spectre ultraviolet très étendu, a été réalisé par PMOD/WRC (CH) avec le Centre Spatial de Liège/CSL (B) comme institut leader et l’Observatoire royal de Belgique (B) comme responsable scientifique, dans le cadre d’un team international comprenant PMOD (CH), IMOMEC (B), le Max-Planck-Institut für Sonnensystemforschung (DE), l’Institut d’Aéronomie Spatiale (B)

SWAP, télescope dans l’ultraviolet extrême qui fait appel à la nouvelle technologie de capteur pixel actif (Active Pixel Sensor/APS) pour des mesures de la couronne solaire dans une bande très étroite, a été développé par le Centre Spatial de Liège/CSL (B) institut leader, avec le support de l’Observatoire royal de Belgique (B) et avec un team industriel constitué de Thales Alenia Space ETCA (B), d’AMOS (B), de Deltatec (B), Fill Factory (B) et OIP (B).

TPMU (Thermal Plasma Measurement Unit) qui mesurera les densités et les caractéristiques des ions, a été développé par un consortium tchèque, sous la direction de l’Institut de Physique de l’atmosphère, Académie des Sciences de la République tchèque (CZ).

DSLP (Dual Segmented Langmuir Probes) pour effectuer des mesures de la densité et de la température des électrons dans le plasma se trouvant sur le fond de la magnétosphère terrestre a éta développée par le consortium formé par l’Astronomical Institute and Institute of Atmospheric Physics, Academie des Sciences de la République tchèque (CZ), RSSD ESA ESTEC (NL), le Czech Space Research Centre (CSRC) à Brno (CZ) and SPRINX Systems (CZ).

Démonstrations technologiques

Les démonstrations de technologies à bord de Proba-2 portent sur :

 

  • un nouveau type de batterie lithium-ion, qui est développé par SAFT (F)
  • un système avancé de gestion de la puissance et des données, comprenant une nouvelle technologie de composants, parmi lesquels un processeur DEON mis au point par Verhaert Space (B)
  • des structures qui combinent des panneaux en fibre de carbone et en aluminium, développés par Apco Technologies SA (CH)
  • de nouveaux modèles de roues à inertie de Dynacon (Canada), de pointeurs stellaires de DTU (Danemark) et de récepteurs GPS du DLR (D)
  • un système amélioré de télécommande employant un décodeur numérique dont le logiciel a été développé par STTSystemTechnik GmbH (DE)
  • un senseur numérique du Soleil, développé par by TNO (NL)
  • un récepteur GPS double fréquence, mis au point par Alcatel Espace (F)
  • un système de capteur à fibres pour le suivi des températures et des pressions autour du satellite, développé par MPB Communications Inc. (CND)
  • un pointeur stellaire en cours de développement chez Galileo Avionica (IT) pour la mission BepiColombo vers Mercure
  • un magnétomètre « flux-gate » de très haute précision, mis au point par DTU (DK)
  • un magnétomètre miniaturisé de Lusospace (PT)
  • un « magnetotorquer » pour le contrôle d’attitude développé par ZARM (GE)
  • un panneau experimental utilisant un concentrateur de flux solaire, qui est développé par CSL (B)
  • un système de propulsion gaz xenon avec des propulseurs résistojet et un générateur à l’état solide d’azote xenon, réalisé par SSTL (UK)et Bradford (NL)
  • une micro-caméra d’exploration (X-CAM) développée par Micro-cameras & Space Exploration CH)
  • de nouveaux algorithmes GNC développés par NGC (Canada).

http://www.esa.int/esaCP/SEMOG5SJR4G_Belgium_fr_1.html

 

17/01/2010

Sommes-nous séparés du Cosmos ?

A l'évidence NON !

Nous sommes faits de pure énergie !

 

L'Homme superlumineux

Présentation de l'éditeur

L’hypothèse ? Il existe un univers complémentaire et symétrique au nôtre, où les vitesses sont toujours supérieures à celle de la lumière. Une hypothèse qui rejoint les intuitions de certains philosophes de l’Antiquité et bouleverse les notions de naissance et de mort. Pour la première fois sont réunies les approches philosophiques les plus anciennes et les dernières découvertes de la physique moderne. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


Quatrième de couverture

Grâce aux nouveaux accélérateurs de particules, les physiciens arrivent à propulser des particules à une vitesse proche de celle de la lumière. A ces vitesses extrêmes, les lois qui régissent notre univers n'ont plus cours. Ces travaux en physique fondamentale ont conduit le Pr Régis Dutheil à construire un modèle rendant compte de la complexité de notre monde. L'hypothèse ? Il existe un second univers complémentaire et symétrique au nôtre, où les vitesses sont toujours supérieures à celle de la lumière. Dans cet univers, notre notion de temps n'existe plus puisqu'on peut se déplacer de manière instantanée dans le passé, le présent ou le futur. Cet univers, qu'il a baptisé " espace-temps superlumineux ", n'est constitué que d'informations et de conscience : toutes les informations (passé, présent, futur) et la conscience de toute l'humanité. Une hypothèse qui rejoint les intuitions de certains philosophes de l'Antiquité et bouleverse les notions même de naissance et de mort. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.



La médecine superlumineuse

Présentation de l'éditeur

Selon le Pr Dutheil, il existe un second univers complémentaire et symétrique au nôtre, où les vitesses sont toujours supérieures à celle de la lumière. Dans cet univers, notre notion de temps n'existe plus puisque l'on peut se déplacer de manière instantanée dans le passé, le présent ou le futur. Cet univers, qu'il a baptisé " espace-temps superlumineux ", n'est constitué que d'informations et de conscience : toutes les informations (passé, présent, futur) et la conscience de toute l'humanité. Pourquoi la Médecine superlumineuse ? Parce que la médecine actuelle, chimique et moléculaire, va connaître une révolution capitale en utilisant les découvertes de la physique fondamentale. Chaque individu possède un champ électromagnétique, comme une " signature " caractéristique. Ce champ serait l'organisateur de notre hérédité (il agencerait les molécules d'ADN), le vecteur des informations de l'espace-temps superlumineux vers notre cortex et le reflet de notre santé, tant physique que psychique. La médecine superlumineuse traquerait donc la maladie avant l'apparition de symptômes pathogènes en agissant sur ce champ électromagnétique. Mal clans sa peau ou malade, on serait traité dans sa globalité, sans être morcelé selon les maux dont on souffre. Philosophiquement, la médecine du futur nous fera songer aux pratiques des guérisseurs asiatiques Ou africains. Sorcellerie ? Non, car nous en comprendrons scientifiquement les plus intimes mécanismes.



Quatrième de couverture

Selon le Pr. Dutheil, il existe un second univers complémentaire et symétrique au nôtre, où les vitesses sont toujours supérieures à celle de la lumière. Dans cet univers, notre notion de temps n'existe plus puisqu'on peut se déplacer de manière instantanée dans le passé, le présent ou le futur. Cet univers, qu'il a baptisé " espace-temps superlumineux ", n'est constitué que d'informations et de conscience : toutes les informations (passé, présent, futur) et la conscience de toute l'humanité. Pourquoi la Médecine superlumineuse : Parce que la médecine actuelle, chimique et moléculaire, va connaître une révolution capitale en utilisant les découvertes de la physique fondamentale. Chaque individu possède un champ électromagnétique, comme une " signature " caractéristique. Ce champ serait l'organisateur de notre hérédité (il agencerait les molécules d'ADN), le vecteur des informations de l'espace-temps superlumineux vers notre cortex et le reflet de notre santé, tant physique que psychique. La médecine superlumineuse traquerait donc la maladie avant l'apparition de symptômes pathogènes en agissant sur ce champ électromagnétique. Mal dans sa peau ou malade ? On serait traité dans sa globalité, sans être morcelé selon les maux dont on souffre. Philosophiquement, la médecine du futur nous fera songer aux pratiques des guérisseurs asiatiques ou africains. Sorcellerie ? Non, car nous en comprendrons scientifiquement les plus intimes mécanismes. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


Petite banniere 400x50

 

05:51 Publié dans Découvertes Scientifiques, Spiritualité, Energies, Lumière | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!