Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2015

«Percée des talibans et Etat déliquescent. La fin honteuse de la campagne des USA en Afghanistan»

Petite compilation d’articles concernant la décision de maintenir 5 500 militaires américains en Afghanistan par OBAMA qui appelle en prime l’OTAN à se maintenir en place en Afghanistan et qui demande aux pays alliés des USA et de l’OTAN d’apporter leurs contributions aux attaques terroristes des nazis contre les Afghans.

Européens commencez à sortir votre portefeuille pour enrichir les banksters, payer les guerres des nazis, laisser prospérer leurs trafics de drogues et financer l’organisation terroriste de l’OTAN qui règnent en maîtres sur nos pays.

Évidemment, le seul pays qui s'oppose à cette décision de maintien des militaires US/OTAN en Afghanistan : C’est la Russie à cause de tout le trafic de drogue qui s’est intensifié en Afghanistan depuis la présence militaire US/OTAN/CIA, soit depuis 15 ans !

Secret d'état: Quand la CIA se faisait épingler pour trafic de cocaïne

Lutte contre la drogue afghane: Poutine définit les priorités

7 nov. 2011 - Le premier ministre Vladimir Poutine a défini lundi les priorités dans la lutte contre la drogue provenant d'Afghanistan.

 

Obama confirme le maintien de 5 500 militaires américains en Afghanistan après la fin de son mandat
15 oct. 2015

https://fr.rt.com/french/images/2015.10/thumbnail/561fcfd4c36188de048b45a0.jpg

Le président Barack Obama entend maintenir un important contingent de 5 500 soldats en Afghanistan au moment où il quittera ses fonctions en 2017, contrairement à son projet initial de retirer tous les soldats américains du pays.

Troupes en Afghanistan : Washington attend des contributions alliées
15 oct. 2015

Contingent allemand en Afghanistan

Après l'annonce de Barack Obama de maintenir des troupes américaines en Afghanistan, la Défense a fait part de son souhait de voir les contingents alliés contribuer à la mission, assurant que des consultations avaient déjà été entamées.

Les Etats-Unis appellent l’OTAN à maintenir sa présence, en Afghanistan

Oct 16, 2015

Obama appelle ses alliés de l'OTAN à la rescousse, en Afghanistan
IRIB- Les Etats-Unis ont appelé l’OTAN à maintenir sa présence, en Afghanistan.

Les forces américaines en Afghanistan auraient été au courant qu’il y avait un hôpital à Kunduz
15 oct. 2015

https://cdn.rt.com/french/images/2015.10/thumbnail/561ff997c36188de048b45c3.jpg
Les Etats-Unis auraient ciblé délibérément l’hôpital de MSF à Kunduz lors de la frappe qui a tué 22 patients et membres du personnel, alors qu’ils savaient qu’il s’agissait bien d’un site médical protégé, rapportent des analystes américains.

Obama : cinq promesses non-tenues
15 oct. 2015

Barack Obama la main sur le coeur

En décidant le maintien de 5 500 militaires US en Afghanistan après la fin de son mandat, le président américain a rompu une promesse de campagne. Et il ne s'agit pas d'une première fois pour l’administration Obama.

L’avis de la Russie :

Le maintien des soldats américains en Afghanistan est inutile (Russie)

Oct 15, 2015

http://media.ws.irib.ir/image/4bhi7311ac00c615pk_800C450.jpg

IRIB- « La décision des Etats-Unis de maintenir leurs forces en Afghanistan n’aidera en rien en ce pays », a affirmé le ministère russe des affaires étrangères.

«Percée des talibans et Etat déliquescent. La fin honteuse de la campagne des USA en Afghanistan»
15 oct. 2015

Des soldats dans le centre d'entraînement à Kaboul, en Afghanistan

Source: Reuters - Des soldats dans le centre d'entraînement à Kaboul, en Afghanistan

Alors que l’administration américaine envisage le maintien de sa présence militaire en Afghanistan au moins jusqu’en 2017, le journaliste politique John Wight a dressé pour RT le pauvre bilan de cette campagne.

RT : Les Etats-Unis sont présents en Afghanistan depuis la fin de 2001. Près de 15 ans après leur intervention, est-ce que la situation dans le pays s’est peu ou prou améliorée ?

John Wight : L’opération américaine Liberté Immuable pourrait tout à fait être rebaptisé officiellement Echec immuable. La seule chose que ces 15 années de présence en Afghanistan sont parvenues à produire, c’est une poussée des Talibans, un système politique qui reste profondément corrompu et un pays qui n’a pas progressé, bien au contraire. Cela marque la fin ignoble d’un long processus de présence américaine dans un pays qu’ils n’ont jamais compris et qu’ils n’ont jamais essayé de comprendre. Le fait que les talibans intensifient maintenant des opérations de plus en plus efficaces dans le nord du pays, loin des affrontements qui ont lieu dans le sud, montre l’ampleur de la façon dont les Etats-Unis ont perdu ce pays.

RT : Compte tenu des multiples points de vue contradictoires que nous avons entendus au sein de l’administration américaine sur la façon de progresser en Afghanistan, pourrait-il s’avérer en fin de compte qu’ils n’en ont jamais eu aucune idée ?

John Wight : En fait, j’ai de la sympathie pour l’administration Obama, qui a dû relever ce défi compliqué. C’est une stratégie qui avait été décidée par l’administration Bush qui, comme vous vous le rappelez, est née après les attentats du 11 septembre, avec l’arrogance impériale de l’empereur romain César qui se lance dans une campagne militaire pour refaçonner le monde à l’image des Etats-Unis. Mais au lieu d’entraîner l’humanité dans un nouvel âge d’or de la pax americana, cela nous a conduit dans une spirale de conflits et de chaos incessants. L’Afghanistan est le meilleur exemple des conséquences de cette politique.

RT : Washington projette de maintenir se présence militaire en Afghanistan au moins jusqu’en 2017, a-t-on appris ce jeudi. Quel est l’objectif final de cette mesure ?

John Wight : Il est difficile de voir ce que les Américains cherchent à obtenir. Ils devront évidemment arriver à une sorte d’accord politique avec les rebelles talibans. Ils doivent se mettre à négocier avec eux et reconnaître que leur politique a échoué. Les talibans sont, bien évidemment, en conflit avec la population afghane et ne pourront pas survivre, et encore moins fonctionner et s’élargir comme ils l’ont fait dans le passé. Mais ils devront négocier avec eux car les talibans ne partiront pas ; la seule force qui devra partir au bout du compte, sont les Américains, et ils doivent accepter la réalité sur le terrain : les talibans joueront un rôle clé dans l’avenir de l’Afghanistan.

En savoir plus : Le président afghan estime qu’il est temps de présenter ses excuses aux Talibans

RT : La Maison Blanche a présenté ses excuses pour la terrible tragédie de l’hôpital qu’ils ont frappé à Kunduz. Cependant, cela a-t-il détérioré l’image des Etats-Unis aux yeux de la population afghane ?

En savoir plus : Pour la 4ème fois en 4 jours, Washington modifie la version de sa frappe contre l’hôpital de Kunduz

John Wight : Ce type d’atrocité, ou dommage collatéral, comme vous voulez, fera partie de ce dont on se souviendra dans cette campagne américaine en Afghanistan. Ce sera un triste héritage des Etats-Unis : un gaspillage de sang, un gaspillage des vies, afghanes et américaines. Il faut considérer la façon dont tout cela a été géré. Lors de cette erreur, cette attaque d’un hôpital par un avion américain, la façon dont les Américains ont essayer de changer la version des faits, dont certains médias américains ont essayé de modifier le récit pour que les forces américaines ne sont pas impliquées dans cette histoire, ont ouvert une page très très sombre dans l’histoire des relations entre Washington et Kaboul.

 

En savoir plus : Wikileaks lève un fonds pour faire la lumière sur le bombardement de l'hôpital de Kunduz

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

 

 

Hongrie : "Une troisième Guerre mondiale risque d'éclater en Europe"

En voilà un qui est intelligent et qui a tout compris !

Si une guerre éclate entre les USA et la Russie, les pays européens seront au milieu de ce conflit car ils seront devenus le terrain de jeu ou la base avancée militaire des USA avec l’OTAN organisation terroriste dont les bases ont été implantées en Europe jusqu’aux frontières de la Russie !

je ne suis pas.jpg

"Une troisième Guerre mondiale risque d’éclater en Europe"

11:46 15.10.2015(mis à jour 15:22 15.10.2015)

Marton Gyongyos

La Russie a agi de manière intelligente en intervenant militairement en Syrie, et la politique migratoire de l'Europe mènera cette dernière vers sa destruction, estime un parlementaire hongrois.

L'UE récolte les fruits de l'aide qu'elle a fournie aux USA dans la déstabilisation du nord de l'Afrique et de l'Ukraine, a estimé dans une interview à Sputnik Gyöngyösi Márton, vice-président du Groupe interparlementaire du Parlement hongrois et vice-président du parti Jobbik.

"Ce sont les conflits en Syrie, en Libye, en Afghanistan et en Irak qui ont provoqué cet afflux de migrants. Les USA ont provoqué ce problème et désormais, ils se sont mis de côté et critiquent l'inefficacité de l'Europe dans cette question", a-t-il indiqué.

La Hongrie n'a pas envie de recevoir les immigrés d'Afrique subsaharienne et du Proche-Orient, a souligné le responsable. Selon lui, il n'y a aucune garantie que ces migrants ne fassent pas partie de groupes terroristes comme le Front al-Nosra ou l'EI, et qu'ils ne viennent pas pour commettre des actes terroristes en Europe.

"La politique migratoire d'accueil en Europe nous mènera vers la destruction de l'Europe", a martelé le parlementaire.

Concernant l'expansion de l'Otan en Europe, il a indiqué: "L'affirmation de l'Otan selon laquelle l'Alliance installe ses missiles en Europe pour tenir tête à l'Iran, en prétextant le danger nucléaire est l'affirmation la plus aberrante que j'aie jamais entendue. Tout le monde sait que les missiles iraniens ne peuvent même pas atteindre Israël… encore moins l'Europe. Cela a été un alibi cousu de fil blanc pour y installer des missiles. Toute cette affaire est liée avec la Russie, et non avec l'Iran".

Après la chute du rideau de fer et de l'URSS, l'objectif de l'Otan a toujours été d'étendre toujours plus son influence vers l'est, est-il convaincu.

Selon lui, l'Alliance ne cache plus ni son caractère agressif, ni ses intentions provocatrices et démonstratives contre la Russie. En effet, l'Otan a décidé d'ouvrir huit centres de commandement à travers plusieurs pays européens. "Ce n'est que le début d'une grande opposition et compétition militaire. On en voit l'illustration en Ukraine et en Syrie", prévient le responsable.

"Si jamais la Russie riposte, l'Europe souffrira tandis que les USA sont loin, de l'autre côté de l'océan. C'est en Europe qu'on risque d'avoir la 3e guerre mondiale. La Hongrie doit dire haut et fort qu'elle ne veut pas participer à cette politique agressive".

"Si jamais cette déclaration n'est pas prise au sérieux, la Hongrie doit quitter l'Otan pour rester neutre", pense M. Márton.

La Russie a agi de manière intelligente en intervenant militairement en Syrie pour combattre Daech avec l'Iran. "La Russie a posé un choix devant les pays occidentaux, en leur demandant de choisir un camp dans cet affrontement. La Russie et l'Iran veulent combattre le mal incarné, mais l'Occident freine dans cette lutte… Pourquoi? Peut-être, parce qu'ils ont peur d'y perdre leur investissements?", s'interroge l'homme politique.

"Je considère que les USA sont pleinement responsables de cette situation. On connaît leur détermination à construire un monde unipolaire", a-t-il ajouté.

"L'EI est la créature de l'Occident. L'EI ne serait jamais né si l'Occident n'avait pas déstabilisé l'Irak", a encore martelé le parlementaire.

L'Alliance des Jeunes de Droite-Mouvement pour une meilleure Hongrie, communément appelé Jobbik, est un parti politique hongrois eurosceptique fondé en 2003 et présidé par Gábor Vona. Jobbik est l'acronyme de Jobboldali Ifjúsági Közösség, et signifie également en hongrois « le meilleur ».

 

 

La Syrie au menu d'une rencontre entre Hollande, Merkel et Cameron

Les 3 pieds nickelés participaient à une rencontre sur la Syrie !

Le visage décomposé d’Holl’andouille qui voit le rêve de la création du Grand Israël s’envoler à cause des frappes russes en Syrie !

Vite un cachet de Trinitrine !

La Syrie au menu d'une rencontre entre Hollande, Merkel et Cameron

21:51 15.10.2015 (mis à jour 21:52 15.10.2015)

David Cameron, François Hollande et Angela Merkel

La situation en Syrie a été évoquée jeudi lors d'une rencontre entre François Hollande, Angela Merkel et David Cameron à Bruxelles.

Le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre britannique David Cameron se sont réunis jeudi en marge d’un sommet de l'UE à Bruxelles pour évoquer la situation en Syrie et arrêter une position commune sur la manière de régler le conflit dans ce pays arabe, a annoncé l'agence Reuters citant une source au sein de la diplomatie française.

Selon la source, les trois dirigeants ont tenté de formuler une position commune, tout en tenant compte de la nécessité de parvenir à un accord avec d'autres partenaires. 

A la question de savoir si François Hollande, Angela Merkel et David Cameron pourront émettre une opinion conjointe en la matière, l'interlocuteur de l'agence a répondu: "Nous le verrons dans les prochains jours ou les prochaines semaines".


La Russie a à plusieurs reprises appelé ses partenaires occidentaux à engager un dialogue politique en vue de régler la situation en Syrie. Moscou a également demandé au Royaume-Uni et aux Etats-Unis de l'aider à établir des contacts avec l'opposition syrienne, dont l'Armée syrienne libre. Enfin, la Russie a soumis au Conseil de sécurité de l'Onu un projet de résolution sur la lutte contre le terrorisme international, notamment contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Cependant, selon le ministre russe des Affaires étrangères, les pays occidentaux évitent une discussion constructive avec la Russie sur la mise en place d'une coalition contre l'EI et refusent de coopérer pour des raisons politiques.

Depuis le 30 septembre dernier, la Russie mène, à la demande du président Bachar el-Assad, une opération armée en Syrie contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI). L'aviation russe a effectué plus de 450 frappes ciblées, tuant près de 300 terroristes et détruisant des camps d'entraînement, des postes de commandement, des dépôts de munitions et d'autres sites militaires. En outre, 26 missiles de croisière tirés par la Flottille de la Caspienne ont atteint leurs cibles en Syrie.

Le président russe Vladimir Poutine a fait savoir que la durée de l'opération russe en Syrie dépendait entièrement de l'offensive des troupes gouvernementales syriennes. Il a également exclu la possibilité d'utiliser les militaires russes dans les opérations terrestres.

 

 

L’État islamique gagne 1,5 million de dollars par jour grâce au pétrole

C'était une affaire lucrative pour les mercenaires de la CIA/Mossad que d'exploiter sur les bases du crime organisé et de la terreur, ces 9 gisements de pétrole en faveur des USA/Israël qui risquent de perdre leur statut d'exportateurs de pétrole depuis que la Russie a décidé d'intervenir en Syrie ! 

On comprend mieux la déception de tous ces voleurs criminels !

L’État islamique gagne 1,5 million de dollars par jour grâce au pétrole

14:59 15.10.2015 (mis à jour 17:43 15.10.2015)

Barils de pétrole

Au moins neuf gisements de pétrole se situent sur les territoires contrôlés par les terroristes de l’État islamique en Irak et en Syrie.

L'élimination de la production pétrolière terroriste est aujourd'hui l'une des priorités de la coalition internationale qui lutte contre l'EI. Mais les pays qui la composent font face à un dilemme: comment peut-on éliminer le califat sans déstabiliser la vie des 10 millions de personnes qui habitent sur le territoire de l'EI et dans d'autres régions? Pour l'instant, aucune réponse n'est donnée et les djihadistes continuent à extraire et à vendre du pétrole.

D'après les opérateurs et les ingénieurs locaux, la production de pétrole sur le territoire de l'EI a atteint un niveau de 34.000 à 40.000 barils par jour, que les terroristes vendent sur les sites d'extraction pour un prix allant de 20 à 45 dollars le baril, ce qui leur permet de gagner en moyenne 1,5 million de dollars par jour.

L'EI a adopté sa stratégie pétrolière depuis longtemps. Dès son apparition en Syrie en 2013, ses leaders comptaient sur le pétrole comme base financière pour leur État islamique. Le conseil de l'organisation stipulait ainsi que le pétrole jouerait un rôle fondamental dans la construction de cet État et dans le financement de ses ambitions.

Contrairement à Al-Qaïda, qui dépend de riches donateurs étrangers, le modèle financier de l'EI se base sur une production monopolistique de pétrole dans la région contrôlée. Même sans exportations, l'EI peut assurer sa prospérité grâce au marché énorme que représentent les territoires occupés en Syrie et en Irak.

La stratégie de l'EI s'appuie sur le modèle étatique. Daesh entend en effet gérer le secteur pétrolier comme les entreprises pétrolières publiques. D'après les Syriens qui ont été ciblés par les recruteurs de l'EI, le mouvement cherche aujourd'hui des ingénieurs expérimentés et leur propose un bon salaire.

Le rôle du pétrole au sein des structures dirigeantes de l'EI témoigne également de son importance pour le mouvement. Ainsi, la gestion des territoires islamistes est très décentralisée mais le secteur pétrolier, les opérations militaires et le travail du département médiatique — très développé — sont coordonnés par les chefs de l'organisation.

Bien que le profit principal de l'EI provienne des ventes de pétrole sur les gisements, l'organisation assure aussi son traitement dans une certaine mesure. A ces fins, les djihadistes utilisent des usines de traitement mobiles. Il existe en Syrie et en Irak des marchés où on peut acheter du pétrole brut ou des produits pétroliers: environ la moitié de ces derniers est envoyée vers l'Irak, alors que le reste est transporté en Syrie, dans les régions contrôlées par le gouvernement et l'opposition. Suite au traitement du pétrole, l'EI cesse de participer aux opérations, affirment les experts.

Le succès de l'EI dans le domaine pétrolier est peut-être seulement passager. Les bombardements par la coalition et la Russie, ainsi que les prix bas du pétrole affectent ses profits de manière très négative. Mais pour le moment, la menace principale réside dans l'épuisement des vieux gisements syriens. Le fait est que les djihadistes ne disposent pas des mêmes technologies que les grandes entreprises pétrolières, qui permettent de résister à une chute lente de la production.

 

15/10/2015

Hollande et Sarkozy membres de la French Américan Foundation, Roland Dumas nous révèle qui gouverne la France

Comme par hasard, deux juifs, sionistes !

 

Voir aussi : Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française par Thierry Meyssan

 

Hollande et Sarkozy membres de la French Américan Foundation


Roland Dumas nous révèle qui gouverne la France