Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2010

Les polders du Nord-Pas-de-Calais menacés par la montée des eaux

04 février 2010 - 11H25


Les polders du Nord-Pas-de-Calais menacés par la montée des eaux
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.

AFP - Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.

Le sous-équipement, le recul des dunes, l'élévation du niveau de la mer et l'augmentation de la pluviométrie font peser le risque réel d'une reconquête par les eaux de ce territoire, peuplé de près d'un demi-million d'habitants.

"Le scénario catastrophe, c'est une grosse pluviométrie un jour de tempête avec des défaillances techniques. Il n'y aura pas mort d'homme, mais le coût économique et financier sera terrible", s'alarme ainsi Hervé Poher, vice-président du conseil général du Pas-de-Calais en charge de l'Environnement.

Les Wateringues (du néerlandais water, qui signifie "eau") ont été conçus à leur origine, dès le XIe siècle, pour favoriser la culture dans les polders, des terres situées sous le niveau des hautes marées.

Ils désignent aujourd'hui un vaste réseau d'ouvrages qui permet de réguler le niveau des eaux dans un large triangle Calais-Dunkerque-Saint-Omer.

L'eau en excédent est rejetée à la mer, à marée basse, par écoulement naturel (fossés et canaux) ou grâce à de puissantes pompes électriques.

Les wateringues sont entretenus par les propriétaires fonciers, les départements et l'Etat, qui apportent quelque 5 millions d'euros par an.

Mais l'Institution interdépartementale des wateringues (IIW) du Nord/Pas-de-Calais, émanation des conseils généraux, estime à 10 millions d'euros le coût annuel de la pérennisation de ces équipements, tant sur le littoral que dans l'arrière-pays.

"En 1953, une brèche dans la digue a quasiment inondé Dunkerque. C'était spectaculaire. Aujourd'hui, ce serait catastrophique", explique Philippe Parent, directeur de l'IIW. La centrale nucléaire de Gravelines figure sur le territoire exposé.

Pour répondre à l'urgence, Etat, départements et Agence de l'eau ont lancé un plan d'investissement de 6 millions d'euros qui vient s'ajouter au budget des wateringues. Mais il servira tout juste à maintenir l'actuelle capacité du réseau, "pourtant à bout de souffle", souligne Hervé Poher.

"En cas de grosse crue, comme en novembre l'an dernier, vous pouvez pomper tant que vous voulez, ça ne change rien", assure-t-il.

Au nom d'une loi bicentenaire qui impute aux riverains la responsabilité de se protéger des aléas naturels, l'Etat propose de surtaxer le bâti dans les polders.

Mais les élus locaux s'y opposent, faisant valoir que les communes et les habitants --déjà taxés par les sections de wateringues-- fournissent déjà le gros des efforts.

"Si nous n'étions pas là pour assécher, toute la bordure maritime et l'agglomération de Dunkerque seraient sur une île, entre polders et mer", plaide Hervé Laniez, maire des Moëres et responsable de wateringues.

Les querelles entre parties prenantes nuisent également aux protections côtières, elles aussi en grand besoin de rénovation.

"Historiquement, les ouvrages (de protection) du littoral ont été gérés entre les communes, les conseils généraux et l'Etat, sauf qu'il y a toujours des problèmes de propriété, d'entretien, de responsabilité. Ce système n'est plus pérenne", reconnaît Julien Hénique, de la DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement).

http://www.france24.com/fr/20100204-polders-nord-pas-calais-menac-s-mont-e-eaux

 

04/02/2010

Un OVNI chez les astéroïdes


NOUVELOBS.COM | 02.02.2010 | 18:36

Un objet curieux aux allures de comète a été photographié par Hubble dans la ceinture d'astéroïdes. Il s'agirait du résultat d'une collision.

Le télescope Hubble a fourni les images d’un curieux objet croisant dans la ceinture principale d’astéroïdes, à 140 millions de kilomètres de la Terre. Ses allures de comète sont trompeuses : il s’agirait en fait du reliquat d’une collision frontale entre deux astéroïdes, selon les chercheurs de la Nasa qui commentent ces images.

Appelé P/2010 A2, l’objet a d’abord été repéré par un programme américain de recensement d’astéroïdes (LINEAR) le 6 janvier, puis observé par Hubble les 25 et 29 janvier. Le noyau, qui mesurerait 140 mètres de diamètre, est situé en dehors de la trainée de poussières et de débris. Cette ‘queue’ serait le résultat d’un impact entre astéroïdes, sachant que leurs collisions se produisent à la vitesse moyenne de 5 kilomètres par seconde, précise le communiqué de la Nasa.
Zoom sur le X formé par les débris à l'avant de cet étrange objet.

Zoom sur le X formé par les débris à l'avant de cet étrange objet. (NASA, ESA, & D. Jewitt, UCLA)

L’objet a une apparence curieuse, avec ce X formé à l’avant de la queue. Cela ne ressemble en rien aux images de comètes prises par Hubble, soulignent les chercheurs.

C.D.
Sciences-et-Avenir.com
02/02/10

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/sciences/espace...

 

 

La plus grande éruption solaire en 2,5 ans enregistrée par les chercheurs russes


La plus grande éruption solaire en 2,5 ans enregistrée par les chercheurs russes
La plus grande éruption solaire en 2,5 ans enregistrée par les chercheurs russes
15:17 20/01/2010
© TESIS (FIAN)
MOSCOU, 20 janvier - RIA Novosti

La plus grande éruption solaire depuis juin 2007 a été enregistrée mardi par l'observatoire solaire russe TESIS, ont annoncé les chercheurs de l'Institut de physique Lebedev de Moscou sur le site internet de TESIS.

"L'éruption a commencé vers 16h00, heure de Moscou (13h00 GMT) pour atteindre son maximum à 16h41 (13h41 GMT). Elle a duré jusqu'à 17h57 (14h57 GMT), soit presque deux heures. L'intensité du rayonnement X du Soleil a atteint, en son point le plus élevé, le niveau M2.3 sur l'échelle GOES. La dernière éruption d'une telle intensité avait été enregistrée le 4 juin 2007", est-il indiqué dans un communiqué de l'Institut.

Deux autres éruptions importantes - de classe C4.9 et C5.2 - ont précédé cette dernière forte éruption solaire le 19 janvier. Elles se sont produites respectivement vers minuit et vers midi. Les chercheurs du laboratoire TESIS estiment qu'il s'agit d'une nouvelle intensification de l'activité solaire. Les éruptions deviennent toujours plus fortes et les intervalles entre elles sont plus courts.

Les éruptions solaires sont classées, en fonction de la puissance du rayonnement X, en 5 classes - A, B, C, M, et X. Chaque classe correspond à une éruption solaire d'une intensité dix fois plus importante que la précédente. La classe minimale, notée A0.0, correspond à une puissance de rayonnement sur l'orbite de la Terre de 10 nanowatts par mètre carré. Au sein d'une même classe, les éruptions solaires sont classées de 1 à 10 selon une échelle linéaire (ainsi, une éruption solaire de classe X2 est deux fois plus puissante qu'une éruption de classe X1). Des éruptions accompagnées d'un flux de rayonnement de plus d'un million de nanowatts, classées X17, ont été enregistrées fin octobre 2004, lors du maximum solaire précédent.

http://fr.rian.ru/science/20100120/185886867.html

02/02/2010

2010 Transition - Redéfinir la dualité

En 2010, vous serez amenés à détruire les structures par lesquelles les forces globales désirent vous dominer et vous maintenir séparés en différentes classes sociales, races ou religions. Même si plusieurs d'entre vous ont beaucoup de craintes en cette période de changement profond, vous commencez tous à reconnaître que la vie sur votre planète ne sera jamais plus la même. La situation confortable dans laquelle plusieurs d'entre vous ont vécu, insensibles sous plusieurs aspects à la souffrance de tant d'êtres qui partagent la Terre avec eux, se rétrécit. Pendant que s'écroulent les murs des conventions, l'humanité entière prend conscience des grands changements qui caractérisent la transition de Gaia, alors que celle-ci se prépare à quitter la troisième dimension pour accéder au palier supérieur. Vous commencez à construire un nouveau paradigme par l'épuration des structures de l'extrême dualité qui vous ont maintenus clans un état de séparation, par l'unification de l'espèce humaine avec les autres espèces de votre planète, et par la reconstruction d'un monde qui a besoin d'une plus grande compassion et d'une intention plus consciente. Qualifiez cela d'énergie coopérative ", si vous voulez, mais vous n'avez jamais eu de l'énergie sous cette ferme auparavant. Vous amène-t-elle à sortir de la dualité ? Oui, si vous identifiez celle-ci à l'attribut lumière / obscurité de la vieille énergie. La lumière vous sort de l'ignorance. Elle fait voir aux gens la différence entre la mythologie religieuse et la conscience spirituelle de soi. C'est là le vrai combat que vous menez, et 2010 vous en donnera la possibilité.

 

15/01/2010

La capitale haïtienne en état d'urgence

J.B. (lefigaro.fr) Avec AFP et AP

14/01/2010 | Mise à jour : 21:23 |

Cette photo témoigne des nombreuses destructions qui ont affecté Port-au-Prince.

Cette photo témoigne des nombreuses destructions qui ont affecté Port-au-Prince.

Crédits photo : AFP

Des milliers d'habitants ont passé leur deuxième nuit dans les rues jonchées de cadavres de Port-au-Prince. Dans la capitale éventrée et désorganisée, les victimes du séisme manquent de tout et des violences ont été rapportées.

Plus de 24 heures après le séisme meurtrier qui a frappé Haïti, difficile d'établir un bilan de la catastrophe. Après les chiffres donnés par le premier ministre haïtien - «bien au-dessus de 100.000 morts» - c'est au tour du président René Préval de fournir une estimation. Il a évoqué mercredi sur CNN un bilan de 30.000 à 50.000 morts, sans préciser d'où venaient ces estimations. «Le Parlement s'est effondré. L'hôtel des impôts s'est effondré. Des écoles se sont effondrées. Des hôpitaux se sont effondrés. Il y a beaucoup d'écoles avec beaucoup de morts dedans», avait-il décrit plus tôt. «Tous les hôpitaux sont pleins. C'est une catastrophe», a ajouté René Préval, qui a également appelé la communauté internationale à l'aide.

Alors que la capitale, Port-au-Prince, a passé une deuxième nuit de cauchemar au milieu des décombres, des milliers d'Haïtiens paniqués tentaient de rejoindre les hauteurs de Pétionville, une ville située en banlieue de Port-au-Prince. En cause, une rumeur annonçant l'arrivée prochaine d'un tsunami. «Des personnes ont senti de fortes vibrations. Il a fait très froid soudainement. Et des gens annoncent que l'eau monte», a expliqué une femme. Mais aucun élément concret ne permettait de confirmer la montée des eaux aux abords de Port-au-Prince. Plusieurs témoins ont toutefois fait état de répliques au séisme.

 

Course contre la montre

Le centre de la capitale est transformé en immense camp de réfugiés, où des centaines de milliers de personnes, plongés dans le noir, réclament désespérément de l'eau, de la nourriture et des médicaments. Des quartiers entiers sont devenus des cimetières à ciel ouvert. Nombre de réfugiés se sont installés sur le Champ de Mars, une célèbre avenue de Port-au-Prince, près du Palais présidentiel qui s'est affaissé sous le choc du séisme. Ils ont fabriqué des tentes. Des survivants errent dans les rues alors que d'autres tentent de retrouver des rescapés dans les ruines. Les corps retirés des décombres sont alignés dans les rues, à même le sol, recouverts d'un drap (Voir la vidéo CNN).

Très présente à Port-au-Prince, l'ONU y fait face à la pire tragédie de son histoire. Jeudi, 36 décès étaient confirmés et près de 200 employés manquaient à l'appel. «Quatre policiers, 19 militaires et 13 civils sont décédés», a précisé le porte-parole de la Mission des Nations Unies (Minustah) en Haïti, David Wimhurst.

En urgence, d'énormes moyens militaires ont commencé à être mis en oeuvre, sur fond de mobilisation internationale majeure. Dans une course contre la montre pour retrouver les éventuels survivants, des sauveteurs français, américains, canadiens, vénézuéliens ou encore chiliens, accompagnés de chiens et de tonnes de matériel, sont attendus.

Dans le même temps, «les pillages ont commencé dans les supermarchés qui se sont écroulés partiellement», a rapporté Valmir Fachini, porte-parole de l'ONG brésilienne «Viva Rio» qui travaille au développement social en Haïti. «Les tirs sont constants et on a l'impression que ce sont des familles qui tentent de se protéger des assaillants», a-t-il précisé, craignant que par la suite, «si la nourriture n'arrive pas, la population commence à piller les maisons».

LIRE AUSSI :

» Le premier ministre haïtien craint plus de 100.000 morts

» Les exilés haïtiens attendent des nouvelles de leurs proches

» L'ONU touchée en plein coeur par le séisme en Haïti

» Ouragans, pauvreté, crise ... Haïti accumule les malheurs

» EN IMAGES - Scènes de désolation à Port-au-Prince

» Séisme en Haïti : les images vidéo de la catastrophe

 




Petite banniere 400x50

 

02:35 Publié dans Alignement galactique, Cataclysmes, Changements cosmiques et terrestres | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!