Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2015

Mise à jour : Impact astéroïde pour le 28 septembre 2015 à Houston au Texas ? Censures de la NASA et de Google !

Merci de relire l'article pour prendre connaissance des mises à jour effectuées avec de nouvelles captures d'écran et les prévisions qui avaient été faites par la NASA. 

Les captures d'écran nous indiquent qu'un impact est prévu pour le 28 septembre prochain et que les plus récents calculs estiment que l'objet a 70% des chances de s'écraser à 100 miles ou 160 kms au sud de Houston au Texas, 45% sur Puerto Rico et 88% dans le Golfe du Mexique. Il est ajouté que des vagues géantes déferleront vers les côtes, d'une hauteur pouvant aller jusqu'à 250 pieds ou 76 m, atteignant 50 miles ou 80 kms à l'intérieur des terres. Le nombre de morts estimé est de 20 à 100 millions de personnes à travers l'Amérique, les Caraïbes, l'Afrique et l'Europe.  

L'objet en question est l'astéroïde 2015 PDC H-5.

Ce qui expliquerait l'opération Jade Helm 15 qui semble s'être terminée le mardi 15 septembre 2015, après 2 mois d'opération et de préparatifs.

Vous rappelez-vous de l’exercice militaire du nom de Jade Helm 15 ? C’est terminé

L’exercice militaire baptisé du nom de Jade Helm 15 a généré tellement de théories du complot cette année qu’elles ont été la cible de moqueries dans des émissions, citant des commentaires de candidats à la présidentielle 2015 et la réaction du gouverneur du Texas. L’inquiétude à la base était la suivante : l’armée a posé les fondations pour implémenter la loi martiale sur le territoire, si ce n’est pas maintenant alors ça sera dans le futur.

L’exercice se terminera silencieusement mardi, cependant. Il s’est déroulé dans des parties du Texas, du Mississippi, de la Louisiane et de la Floride et représente deux mois d’opérations, a dit Suzanne Nagle, une porte-parole pour le Army Special Operations Command qui l’a supervisé.

 

*********************************

Impact d’astéroïde ou pas le 28 septembre 2015 à Houston au Texas ?

Quand la Nasa et Google manipulent et censurent les informations concernant un impact d’astéroïde qui aurait lieu à Houston au Texas, le 28 septembre 2015, le jour même où doit se tenir l’assemblée générale de l’ONU à NY et qui devrait rassembler quelques chefs d’états et le Pape.

Nous allons vous demander de tester la censure de Google en tapant dans son moteur de recherche les phrases mentionnées ci-dessous.

Nous savons qu’en les mentionnant sur le blog nous risquons d’être censurés par Google, mais nous voulons en avoir le cœur net après plusieurs censures sur nos recherches.
A vous donc de vérifier si vous subissez la même censure que nous et si la NASA et Google voudraient nous cacher une information capitale.

Voici les phrases à rentrer dans le moteur de recherche de Google :

This webpage is CLASSIFIED.  Please refer to file #7566
of the internal classification code fort further category placement.

The September 28, 2015 Asteroid Impact #CLASSIFIED

 

En sachant que si une information a été enregistrée par Google et même si elle a est supprimée, nous devons la retrouver en cache. Or, même les sites américains qui ont traité de cette information ne sont pas accessibles non plus car Google reconnaît l’adresse IP et vous empêche d’accéder aux dits sites :

Explications :

Nous avons voulu vérifier si les informations données dans un article mis en ligne sur le site de Benoît BENGARNEAU étaient exactes et s’il demeurait encore des traces de l’article mis en ligne par la NASA.

L’article : Est-ce que la NASA a vraiment effacé une information sur un impact d'astéroïde pour le 28 septembre ?

La vidéo qui fait relation à l’article qui a été supprimé sur le site de la NASA pour être remplacé par un autre qui prévoit un impact d’astéroïde pour l’année 2022.

COMMUNIQUÉ SPÉCIAL DU 13 SEPTEMBRE 2015

Les précédents titres de la page modifiée par la suite sur le site de la NASA étaient ceux-ci, avec l’image de l’article ci-dessous :

This webpage is CLASSIFIED.  Please refer to file #7566 of the internal classification code fort further category placement.

The September 28, 2015 Asteroid Impact #CLASSIFIED

http://neo.jpl.nasa.gov/pdc15/

Nouvelle image (1).jpg

 

106dcvc1442072039.jpg

 

Extrait du bas de l'image sur lequel nous pouvons lire qu'un impact d'astéroïde aurait lieu le 28 septembre 2015 près de Houston, Texas.

106dcvc1442072039-2.jpg

Suite de la page Internet sur le site de la Nasa.

72g0zk1442072085.jpg

Les captures d'écran nous indiquent qu'un impact est prévu pour le 28 septembre prochain et que les plus récents calculs estiment que l'objet a 70% des chances de s'écraser à 100 miles ou 160 kms au sud de Houston au Texas, 45% sur Puerto Rico et 88% dans le Golfe du Mexique. Il est ajouté que des vagues géantes déferleront vers les côtes, d'une hauteur pouvant aller jusqu'à 250 pieds ou 76 m, atteignant 50 miles ou 80 kms à l'intérieur des terres. Le nombre de morts estimé est de 20 à 100 millions de personnes à travers l'Amérique, les Caraïbes, l'Afrique et l'Europe. 

 

L'objet en question est l'astéroïde 2015 PDC H-5.

Puis les titres de la page sont transformés en ceux-ci :


This webpage does not describe a real potential asteroid impact. The information on this page is fictional and provided only to support an emergency response exercise conducted during the International Academy of Astronautics (IAA) 2015 Planetary Defense Conference in Frascati, Italy, April 13-17, 2015. This is only an exercise. http://neo.jpl.nasa.gov/pdc15/

 

En français : Cette page ne ​​décrit pas un impact réel d'astéroïde potentiel. L'information sur cette page est fictive et fournie seulement pour soutenir un exercice d'intervention d'urgence mené au cours de l'Académie internationale d'astronautique (IAA) 2015 Conférence Planetary Defense à Frascati, en Italie, Avril 13-17 2015. Ceci est seulement un exercice.

The 2015 PDC Hypothetical Asteroid Impact Scenario

 
La nouvelle image transformée qui apparait sur le site de la NASA

Nouvelle image (3).jpg

Or, lorsque nous avons fait des recherches sur Google avec les premiers titres qui apparaissaient dans le premier article mis en ligne par la NASA, nous nous sommes heurtés au moins à 10 censures de Google qui enregistre notre adresse IP, la date et l’heure de la requête, ainsi que le lien de la recherche.

Les phrases donc pour les recherches.

 

1 - This webpage is CLASSIFIED.  Please refer to file #7566 of the internal classification code fort further category placement.

 Ou

2 - The September 28, 2015 Asteroid Impact #CLASSIFIED

Plusieurs censures de Google nous sont opposées y compris sur les sites qui parlent de cette information de la NASA.

 Voilà comment Google vous bloque à plusieurs reprises lors de la recherche :

Nouvelle image (2).jpg

Dessous sont notés :

Adresse IP : xxxxxxxx
Date et Heure :xxxxxxxxxxxxxxxx

URL de la recherche : xxxxxxxxxxxxxx

 


20/01/2015

L’Europe crée une autoroute de l’information dans l’espace !

Pendant que l'on détourne notre attention avec leurs mensonges, voilà comment ils vont nous cuire au micro-ondes et nous surveiller à partir de  l'espace !

En nous balançant des ondes à partir de l'espace !

Pour manipuler les gens et provoquer des comportements agressifs sur commande, ils ne pourraient pas mieux s'y prendre !

 

S'ils ne sont pas en prime en train de nous préparer le projet Blue Beam !

 

Lire également


L’Europe accélère le déploiement des infrastructures très haut débit
Les 700 MHz au très haut débit mobile en 2015 en France

 

L’Europe crée une autoroute de l’information dans l’espace

15/01/2015

Nous dérangeons Youtube et Google apparemment ! A qui le tour ensuite ? Attention à vos adresses Gmails !

Après que Youtube/Google ait censuré la vidéo mise en ligne sur notre compte Youtube.

*- Censure Youtube sur la Vidéo : "Charlie HEBDO : Le moment où le policier est censé avoir été tué"

 
A présent c'est "Google Gmail" qui bloque nos adresses mails Gmail y compris personnelles !

 

Du style nous savons qui vous êtes et nous vous avons à l'oeil !

Devons-nous donc nous attendre à des représailles personnelles pour dénoncer les mensonges d'Etat ?

Nous vous rappelons que Youtube appartient à Google et que les comptes Gmail sont traités sur leur interface.

La surveillance est déjà en cours !

*- Surveillance et censure des français sur le net !

De plus pour accéder aux comptes Google bloqués, ils invoquent un motif fallacieux du genre : 

"Nous avons détecté une activité inhabituelle sur votre compte. Pour vous connecter, veuillez suivre les instructions ci-dessous.

Et bien sûr il faut leur donner notre numéro de téléphone portable pour vous adresser le code d'activation pour mieux vous identifier  !

 

Les menaces subliminales ? Et la censure est déjà là !


Mais il est vrai que nous sommes tous des terroristes pour les dénoncer et résister à leurs mensonges !

Attention à vos adresses mails créées sur Gmail car ils fliquent leur contenu !

Ouvrez des adresses mails chez votre fournisseur d'accès Internet ou sous votre nom de domaine !

Ci-dessous l'image de l'espace Gmail demandant d'activer le compte en communiquant notre numéro de téléphone portable.

Nouvelle image (44).jpg

Surveillance et censure des français sur le net !

Est-ce vraiment les vidéos des djihadistes qu'il faut censurer sur le net ou l'objectif serait-il celui d'empêcher les éveillés de dénoncer les plans machiavéliques des zélites Illuminati ?

Le terrorisme djihadiste a bon dos pour nous imposer, le terrorisme d'état, la censure et la surveillance du net qui fonctionnent déjà à plein tube notamment avec Facebook et le Réseau échelon et la NSA.


Echelon, un réseau d’écoute mondial

Comment la NSA espionne la France

Vidéos djihadistes : YouTube et Dailymotion dans le collimateur 

Le Point - Publié le 14/01/2015 à 16:08 - Modifié le 15/01/2015 à 09:36

La propagande terroriste est diffusée sur Internet. Faut-il une censure a priori par les plateformes de diffusion ? Réponse des politiques et des entreprises.

YouTube appartient à Google.

YouTube appartient à Google. © TRIPPLAAR/SIPA

Par

Alors que la France sort tout juste d'une terrible semaine et d'un mouvement historique autour de Charlie Hebdo, de nombreuses questions émergent. Les sites comme YouTube ou Dailymotion sont de plus en plus pointés du doigt, car ils hébergent régulièrement des vidéos djihadistes, qui restent en ligne quelques heures ou quelques jours, le temps qu'elles soient supprimées. Certains réclament que ces sites internet soient obligés de contrôler (et donc de censurer) leurs contenus a priori, et non a posteriori comme c'est le cas actuellement.

S'il n'est pas certain que le gouvernement s'aventure sur ce terrain, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve réfléchiraient à renforcer la responsabilité des intermédiaires, c'est-à-dire des plateformes comme Twitter, Facebook, YouTube ou Dailymotion, sur lesquelles ces contenus sont mis en ligne. Mais ce n'est pas simple : sur YouTube, 300 heures de vidéo sont mises en ligne chaque minute, ce qui interdit toute vérification humaine systématique.

La suite : ICI

Cazeneuve ira aux USA convaincre Google, Twitter, Facebook...

 

Publié par Guillaume Champeau, le Mercredi 14 Janvier 2015

Le ministre de l'intérieur a annoncé qu'il se rendrait aux Etats-Unis pour voir les responsables des principaux fournisseurs de services en ligne, afin de les convaincre de collaborer plus étroitement à la surveillance et au contrôle des communications sur Internet, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Bernard Cazeneuve s'est vu donner jusqu'au 21 janvier pour proposer de nouvelles lois de surveillance et de contrôle sur Internet au premier ministre Manuel Valls. Sur France Inter ce mardi, le ministre de l'intérieur a évoqué les grandes lignes de ce qu'il pourrait suggérer, non seulement pour Internet, mais pour l'accroissement des dispositifs de mise sous surveillance.

Sans reprendre à son compte les critiques contre la CNCIS, Bernard Cazeneuve a d'bord indiqué qu'il souhaitait augmenter le nombre, la fréquence et la durée des interceptions de sécurité, qui concernent également les données sur Internet, et revoir les modalités. "J'avais proposé de passer de 10 à 30 jours la durée de conservation des interceptions de sécurité pour pouvoir procéder à leur analyse dans le détail, parce que l'on a des interceptions complexes qui demandent des compétences multiples, linguistiques et autres. A ce moment-là, je n'avais pas trouvé d'accord avec le parlement pour le faire", a-t-il rappelé au sujet d de la loi de novembre 2014.

La suite : ICI

YOUTUBE VS DAILYMOTION : LA VÉRITÉ



Quelle est la meilleure plateforme pour mettre en ligne création? Vous saurez des plus noirs secrets qui se cachent derrière les 2 compagnies...

FACEBOOK VS TWITTER : LA VÉRITÉ

La vérité sur ce débat incessant entre les 2 plus gros réseaux sociaux du web, facebook et twitter.



 

 

14/01/2015

La tentation du Patriot Act : traque aux dissidents et suspicion généralisée

La tentation du Patriot Act : traque aux dissidents et suspicion généralisée

Nicolas Bourgoin

 

De quoi Charlie est-il le nom ? Ceux qui nous somment de nous identifier à ce personnage imaginaire se garderont bien de répondre si la question leur était posée, et pour cause. Ces trois mots qui sonnent comme un slogan publicitaire sont devenus le symbole d’une tromperie à grande échelle : le détournement d’une émotion légitime et populaire à des fins politiques et même mercantiles ! Surfant sur la vague de stupeur et d’indignation collective provoquée par une agression armée contre des journalistes, le gouvernement fait feu de tout bois : appels à l’unité nationale, surveillance renforcée des citoyens et mesures liberticides et régressives. Mais cette opération de communication pourrait avoir une finalité infiniment plus coûteuse pour les populations qu’un simple resserrement des rangs : valider le choc des civilisations et de là, justifier une guerre civile et militaire contre l’Islam. Et pour requérir le soutien des populations, rien de tel qu’un bon formatage des consciences à propos de la « menace islamique ». Pour cette tâche les bonnes volontés ne manquent pas : rappelons que Charlie est aussi le nom d’un journal qui s’est fait de l’ostracisation des musulmans son fond de commerce et qui, sur cette question qui fâche, persiste et signe.

 

10915206_526427984163825_940371690548557968_n

La belle histoire de l’union nationale face à la barbarie du terrorisme n’aura duré guère plus que le temps qu’une manifestation. Une fois chacun rentré chez soi, la politique reprend ses droits. Et celle à venir a de quoi faire frémir : tentation d’instaurer l’équivalent du Patriot Act étasunien en France, quasi-déclarations de guerre contre l’Islam, prolongation de l’intervention militaire en Irak et, en guise de hors-d’œuvre, batterie de mesures sécuritaires venant s’empiler sur une avalanche de lois antiterroristes dont la dernière en date est seulement vieille de deux mois. Cette volonté à peine voilée d’instaurer la loi martiale en France a montré ce qu’il fallait définitivement penser des grandes tirades pour la liberté d’expression déclamées par les responsables politiques ou les medias mainstream – la présence dans la manifestation de dimanche de chefs d’États ou de ministres bien peu démocrates, la énième mise en examen de l’humoriste Dieudonné, cette fois pour « apologie du terrorisme » (incrimination passible de 7 ans de prison) avaient, il est vrai, déjà dissipé beaucoup d’illusions. Dans un régime totalitaire, il n’y a pas de délinquants mais des ennemis. Et la suspicion, généralisée, prend pour cible ceux qui sont considérés comme réfractaires aux diktats du pouvoir. Le pli semble être pris si l’on en croit certains journalistes qui recommandent de réintégrer de force les récalcitrants à l’unanimité décrétée par le gouvernement et les medias.

L’identification à un journal ouvertement islamophobe est désormais devenue une norme à laquelle chacun doit se plier. Et sur cette question, Charlie Hebdo ne craint pas la surenchère au risque d’attiser les tensions – mais peut-être est-ce là le but recherché. Le dessin de couverture du premier numéro d’après attentat représentant le visage du prophète Mahomet dessiné en forme de pénis (tête de nœud ?) est particulièrement nauséabond. Il paraît dans un contexte d’explosion des actes islamophobes en France et en Europe et de montée en force de l’islamophobie médiatique. Bernard Cazeneuve a d’ailleurs annoncé une protection renforcée des lieux de culte mais la priorité semble être donnée à ceux de la communauté juive. Depuis l’attentat, plusieurs dizaines de musulmans ont été agressés et une manifestation contre la « menace islamique » est prévue à Paris dimanche 18 janvier à l’image de celles qui ont lieu actuellement en Allemagne sous l’égide du mouvement PEGIDA. Cette « une » particulièrement insultante ne pourra qu’encourager tous ceux qui ont fait de l’anti-Islam leur cheval de bataille.

L’histoire se répète toujours deux fois, la première comme tragédie, la seconde comme farce. Cette phrase que l’on attribue à Marx semble ici trouver quelques échos. Il est vrai que l’agression contre les journalistes de Charlie Hebdo n’est pas l’attentat du 11 septembre 2001, que la batterie de mesures sécuritaires de Cazeneuve n’est pas le Patriot Act étasunien et que l’omniprésent « Je suis Charlie » est plutôt léger comparé au « nous sommes tous des américains ». Mais il ressort que l’exécutif s’est clairement engagé dans la fuite en avant du couple infernal  tension/répression aussi bien à l’intérieur (conflits communautaires) qu’à l’extérieur (conflit militarisé). L’expérience  montre pourtant que le choix de la guerre contre le terrorisme, en alimentant la menace même qu’elle prétend combattre, est de loin le plus coûteux pour les populations du pays agressé comme pour celles du pays agresseur.