Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2010

La Nasa a rendez-vous avec le Soleil

Maintenant ils se demandent si les éruptions et les rayonnements solaires influenceraient le climat de la Terre !!!
De mieux en mieux dans le foutage de gueule !
Comme si la Terre était séparée du reste du système solaire et du cosmos  ou qu'elle avait un couvercle dessus pour la protéger des rayonnements cosmiques  !
La réponse est donc celle que si on nous enlève le Soleil, la vie disparaît sur Terre !


Marc Mennessier
10/02/2010 | Mise à jour : 10:10
|

La sonde américaine SDO va tenter de mieux comprendre le fonctionnement de notre étoile.

 

L'activité du Soleil est rythmée par des cycles d'environ 22 ans.
L'activité du Soleil est rythmée par des cycles d'environ 22 ans. Crédits photo : AFP

Le centre spatial Kennedy est en proie à une activité inhabituelle. Après le décollage réussi, lundi matin, de la navette Endeavour, partie livrer les derniers gros éléments de la Station spatiale internationale, la Nasa s'apprête à lancer mercredi après-midi (à 16 h 26 heure française), à bord d'une fusée Atlas 5, le satellite Solar Dynamics Observatory (SDO), destiné à mieux comprendre l'activité de notre étoile ainsi que son impact sur la Terre et son climat.

Prévue pour durer cinq ans, cette mission qui aura coûté 848 millions de dollars (620 millions d'euros), démarre au moment où l'astre du jour donne enfin des signes de réveil après une longue période de léthargie : «le Soleil célèbre à sa manière le décollage de SDO», se réjouit l'astrophysicien Étienne Pariat qui va participer, avec son équipe de l'Observatoire de Paris (Lesia/CNRS-université Pierre-et-Marie Curie-université Paris Diderot), à l'analyse et à l'interprétation des données recueillies par AIA (Atmospheric Imaging Assembly), l'un des trois instruments scientifiques de SDO.

 

Une période d'inactivité prolongée

L'activité du Soleil est rythmée par des cycles d'environ 22 ans. Pendant la première moitié, notre étoile est le siège d'une activité croissante qui se manifeste par des éruptions et des éjections de matière souvent spectaculaires, avant de décroître progressivement pendant la seconde partie. Lorsqu'il est arrivé à son minimum, le Soleil ne présente plus la moindre tache sombre à sa surface, signe que son magnétisme, et donc son activité, sont au plus bas.

Depuis deux ans, les astronomes qui s'attendaient à voir notre astre repartir pour un nouveau cycle, s'étonnaient de son sommeil prolongé, au point de se demander s'il allait se réveiller un jour ! Cela n'aurait pas été la première fois : entre 1645 et 1715, date du mini-âge glaciaire, où l'Europe et l'Amérique du Nord ont subi des hivers très rigoureux, le Soleil a connu une période d'inactivité prolongée sans que l'on puisse affirmer, pour autant, que les deux phénomènes aient été liés. Mais, les 19 et 20 janvier, cinq éruptions de classe M, les plus intenses enregistrées depuis 2008, ont définitivement rassuré la communauté scientifique.

Du haut de son orbite géosynchronisée à quelque 35 000 km d'altitude, SDO devrait permettre de déterminer la durée du prochain cycle du Soleil, de savoir si les fluctuations de son activité influent ou non sur le climat terrestre, et de voir s'il est possible de prédire quand des vents solaires violents chargés de particules à haute énergie frapperont notre planète. Ces vents peuvent perturber le fonctionnement des satellites, des systèmes de distribution électrique, et mettre en danger la santé des astronautes évoluant dans l'espace.

Successeur du satellite européen Soho, lancé il y a une quinzaine d'années, SDO observera le Soleil en continu avec une résolution spatiale et temporelle bien plus élevée. C'est ainsi que l'instrument AIA transmettra des images de l'atmosphère solaire sur dix longueurs d'ondes toutes les dix secondes.

http://www.lefigaro.fr/sciences-technologies/2010/02/10/0...

 

10/02/2010

Tsunami à venir sur la Côte d'Azur ?

Les actionnaires des Galeries Lafayette sont-ils prévoyants ?

Depuis 1 an, les coups de mer se multiplient sur la Côte d'Azur est-ce un hasard  ou un signe ?

Un Tsunami serait attendu en 2010 en Méditerranée.

Hier encore Nice Matin annonçait un coup de mer venant du Sud-Est avec une vague de 2m à 2, 50 m de haut.

Avis de coup de mer pour la journée de mardi 9 février 2010.
Cette autre information pourrait indiquer que la rumeur qui circule sur le Tsunami pourrait se confirmer..

Les Galeries Lafayette vendent en douce, le centre commercial de Cap 3000 situé à Saint-Laurent du Var !

Le centre commercial de Cap 3000 se trouve en bord de mer et jouxte la rivière "Le Var". Cette zone est une zone inondable.

Apparemment, Les Galeries Lafayette voulaient renforcer la digue, mais ils préfèrent vendre avant que les travaux ne soient effectués.

Le Cap 3000 existe depuis 1969 et cette grande surface a toujours fait de bonnes affaires.
Ils prétextent maintenant que l'année 2010 pourrait être une mauvaise année commerciale !

Que devons-nous y voir ?
Un signe qu'ils savent ?

Les Galeries Lafayette veulent céder Cap 3000

nm-photo-285705.jpg


Eruptions solaires des évènements extrêmes sur 5 continents

Malheureusement en Anglais :

Record ice-storms, blizzards & floods confirm WeatherAction long range forecast for extreme events 16-27 Jan on 5 continents.

Des vidéos à télécharger
MUST SEE: KUSI TV Special, The Other Side - NASA Rigs NOAA Climate Figures, UPDATED WITH 7 PART YOUTUBE

05/02/2010

Les polders du Nord-Pas-de-Calais menacés par la montée des eaux

04 février 2010 - 11H25


Les polders du Nord-Pas-de-Calais menacés par la montée des eaux
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.
Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.

AFP - Menacés par la montée des océans et l'intensification des pluies, les polders du Nord-Pas-de-Calais pourraient perdre leur lutte millénaire contre les eaux si rien n'est fait pour protéger le littoral et les wateringues, un dispositif d'assèchement vulnérable.

Le sous-équipement, le recul des dunes, l'élévation du niveau de la mer et l'augmentation de la pluviométrie font peser le risque réel d'une reconquête par les eaux de ce territoire, peuplé de près d'un demi-million d'habitants.

"Le scénario catastrophe, c'est une grosse pluviométrie un jour de tempête avec des défaillances techniques. Il n'y aura pas mort d'homme, mais le coût économique et financier sera terrible", s'alarme ainsi Hervé Poher, vice-président du conseil général du Pas-de-Calais en charge de l'Environnement.

Les Wateringues (du néerlandais water, qui signifie "eau") ont été conçus à leur origine, dès le XIe siècle, pour favoriser la culture dans les polders, des terres situées sous le niveau des hautes marées.

Ils désignent aujourd'hui un vaste réseau d'ouvrages qui permet de réguler le niveau des eaux dans un large triangle Calais-Dunkerque-Saint-Omer.

L'eau en excédent est rejetée à la mer, à marée basse, par écoulement naturel (fossés et canaux) ou grâce à de puissantes pompes électriques.

Les wateringues sont entretenus par les propriétaires fonciers, les départements et l'Etat, qui apportent quelque 5 millions d'euros par an.

Mais l'Institution interdépartementale des wateringues (IIW) du Nord/Pas-de-Calais, émanation des conseils généraux, estime à 10 millions d'euros le coût annuel de la pérennisation de ces équipements, tant sur le littoral que dans l'arrière-pays.

"En 1953, une brèche dans la digue a quasiment inondé Dunkerque. C'était spectaculaire. Aujourd'hui, ce serait catastrophique", explique Philippe Parent, directeur de l'IIW. La centrale nucléaire de Gravelines figure sur le territoire exposé.

Pour répondre à l'urgence, Etat, départements et Agence de l'eau ont lancé un plan d'investissement de 6 millions d'euros qui vient s'ajouter au budget des wateringues. Mais il servira tout juste à maintenir l'actuelle capacité du réseau, "pourtant à bout de souffle", souligne Hervé Poher.

"En cas de grosse crue, comme en novembre l'an dernier, vous pouvez pomper tant que vous voulez, ça ne change rien", assure-t-il.

Au nom d'une loi bicentenaire qui impute aux riverains la responsabilité de se protéger des aléas naturels, l'Etat propose de surtaxer le bâti dans les polders.

Mais les élus locaux s'y opposent, faisant valoir que les communes et les habitants --déjà taxés par les sections de wateringues-- fournissent déjà le gros des efforts.

"Si nous n'étions pas là pour assécher, toute la bordure maritime et l'agglomération de Dunkerque seraient sur une île, entre polders et mer", plaide Hervé Laniez, maire des Moëres et responsable de wateringues.

Les querelles entre parties prenantes nuisent également aux protections côtières, elles aussi en grand besoin de rénovation.

"Historiquement, les ouvrages (de protection) du littoral ont été gérés entre les communes, les conseils généraux et l'Etat, sauf qu'il y a toujours des problèmes de propriété, d'entretien, de responsabilité. Ce système n'est plus pérenne", reconnaît Julien Hénique, de la DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement).

http://www.france24.com/fr/20100204-polders-nord-pas-calais-menac-s-mont-e-eaux

 

04/02/2010

Haïti et l'aide internationale: Où est-elle passée?

L'avez-vous vue passer quelque part ? Les Haïtiens l'attendent encore !

L'aide internationale "organisée" : Détournée dans les coffres des "seigneurs" du capital privé et de la guerre.

L'aide internationale "organisée" : Une vaste fumisterie destinée à voler et donner bonne conscience aux bonnes gens.

L'aide internationale "organisée" = Crime organisé international

Regardez par vous- même.  Haïti : Michel Scott TF1

Donner ? Bien sûr !  Mais à qui et comment fait-on ça si aucun organisme officiel étranger et local n'oeuvre pour le peuple ?
La question est lancée exprès. Nous n'avons pas encore de réponse.




Petite banniere 400x50

 

23:30 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, Cataclysmes | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!