Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2011

Eruptions solaires : Alerte aux aurores polaires pour cette nuit, intensification des orages magnétiques à venir !

Espérons que les centrales nucléaires tiennent le coup !

26-09-2011

Alerte aux aurores polaires pour cette nuit

article de Didier Jamet

Crédit : Université Paris XI U-PSUD/Jacques Solomon/Romain Prunières
Une aurore boréale composée de lumière rouge et verte, observée au-dessus de la silhouette de sapins. Le phénomène, qui parait tout proche, se produit en fait à une altitude d'une centaine de kilomètres


Une éjection de matière coronale partie du Soleil samedi dernier a frappé la magnétosphère terrestre aujourd'hui lundi 26 septembre 2011 à 15h15 heure de Paris.

MàJ 20h21 : le niveau d'activité aurorale atteint actuellement le niveau 9 sur une échelle graduée jusqu'à 10.

Cependant la France métropolitaine reste en dehors de l'ovale auroral, qui tend à reculer.

Le déferlement de ce nuage de particules électriquement chargées a fortement comprimé la magnétosphère, et se traduit déjà par d'intenses courant telluriques en Norvège.


Ces particules proviennent du groupe de taches solaires AR1302, apparu le 21 septembre sur le bord gauche du Soleil. Ce groupe de taches, qui pourrait produire des éruptions encore plus intenses dans les jours à venir, à produit une éruption de classe X dès le 22, puis deux autres en rafale le 24, dirigées vers la Terre. Ce sont les particules émises lors de cette rafale qui viennent de frapper la magnétosphère.

Parmi les possibles effets de cet orage géomagnétique, on peut signaler des brouillages des fréquences radio en ondes courtes utilisées pour les communications à grande distance, d'éventuelles pannes de courant ainsi que de possibles aurores polaires à des latitudes inhabituellement basses, typiquement celles de la France. Si des aurores se révélaient visibles ce soir, elles devraient apparaître au-dessus de l'horizon nord après le coucher du Soleil. Les limites de l'ovale de la zone aurorale se maintiennent pour l'instant au-delà des frontières nord du pays, mais pourraient cependant s'élargir vers le sud dans les heures qui viennent.

Revenez sur cette page pour des mises à jour régulières.

Alerte ! Eruption solaire : Une forte tempête magnétique en cours !

Cela promet pour demain avec les alignements planétaires et cométaires, ainsi que pour la semaine à venir, ce, dans la mesure où les taches solaires géantes qui se sont créées à l'équateur du Soleil se tournent vers la Terre.

Retenez que l'activité solaire doit s'intensifier jusqu'en 2012/2013 et que nous déjà en plein dedans.

Plusieurs boules de feu ont été aperçues dans le ciel dans divers pays outre celle qui a frappé Buenos Aires aujourd'hui.

Des boules de feu au Québec, à New York, dans l'Ontario, dans le Vermont…!?

 
Avec les éruptions solaires que nous connaissons, nous risquons de connaître plusieurs dangers venant du ciel, notamment si les débits cosmiques et les satellites sont désactivés et projetés vers la Terre, sans compter les météorites qui risquent de s'approcher de la Terre dont une prévue pour le 27 septembre et 3 pour le 1er octobre 2011.
 
Voir en bas de page du site de RSOE
http://hisz.rsoe.hu/alertmap/index2.php
 

26 septembre: Alerte Soleil

* Beaucoup de mises en garde sur les blogs et sites spécialisés concernant le danger de regarder le Soleil à l'oeil nu.

Un équipement doit être utilisé pour l'observer.
Dire que les enfants passent de longues minutes dans les cours d'écoles sans que l'on sache si des dommages peuvent leur être causés.

Une région très active sur le Soleil menace de fournir de puissantes tempêtes géomagnétiques au cours de la semaine à venir.

Des éruptions solaires très énergiques pourraient se diriger vers la Terre pour donner un grand coup au champ magnétique terrestre !

Au cours des derniers jours, les taches solaires 1302 ont été incroyablement actives.
De massives éruptions de classe X en direction de la Terre sont attendues dans les prochains jours.

Le Space Weather s'attend à de puissantes éruptions solaires pouvant déclencher de fortes tempêtes géomagnétiques.

Ce qui est donc à craindre, ce sont les pannes de courant, le bris des réseaux de communication (internet, téléphonie cellulaire) et potentiellement, une rupture dans le quotidien...

Voici un article publié sur le site de la NASA qui explique clairement que l'activité actuelle du Soleil n'est pas annonciatrice de bonnes nouvelles !
(utilisez la traduction automatique):
 
Sunspot 1302 Continues to Turn Toward Earth-UPDATED
http://www.nasa.gov/mission_pages/sunearth/news/News09251...



thumbnail of global absorption predictions at 1 dB
 
 
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2011/09/26-septe...


Météo spatiale sur
Spaceweather

Traduction Google

Tempête géomagnétique: Une forte tempête géomagnétique très sévère est en cours après l'impact d'une éjection de masse coronale (CME) à environ 12h15 TU le 26 septembre. Le laboratoire Goddard Space Weather signale une "forte compression de la magnétosphère terrestre. Les simulations indiquent que le plasma du vent solaire [a pénétré] près de l'orbite géosynchrone à partir de 13h00 UT.

"Les Satellites géostationnaires pourraient donc être directement exposés au plasma du vent solaire et des champs magnétiques.

La météo surveille les hautes latitudes et vous devriez être attentifs aux aurores boréales et australes, après la nuit tombée. alertes Aurora: 
le texte , la voix .

Aurora photos: à partir de Minoru Yoneto de Queenstown, en Nouvelle-Zélande; de Ole Ambrosiussen des Hvinningdal, Silkeborg, Danemark; de Steven Graham de Christchurch, Nouvelle-Zélande; de Mika Puurula des Sotkamo, Finlande; de Jonathan Tucker , de Whitehorse, au Yukon; de Julius Jahre Sætre de Vestfold, Norvège

FORTE ACTIVITÉ SOLAIRE: Ayant déjà lâché deux X-fusées depuis le 22 septembre, les taches solaires AR1302 semblent prêtes à produire plus. La région active est un complexe "bêta-gamma-delta" de champ magnétique qui abrite une forte énergie pour éruptions de classe M-et de classe X .

 Les fusées éclairantes de AR1302 vont devenir de plus en plus geoeffectives dès que la tache se tourne vers la Terre dans les jours à venir.

Le dimanche 25 septembre, le néerlandais astrophotographe Emil Kraaikamp a pris une photo magnifique de la région active, qui est si grand que la moitié de celui-ci s'adapte à l'écran. Cliquez pour voir l'ensemble des taches solaires:

»Voilà comment sont les taches solaires regardées à travers  un filtre solaire de 10 pouces télescope Newton», affirme Kraaikamp. "En raison de la journée toujours variable, ici, aux Pays-Bas, il a fallu quelques heures pour enfin capturer une bonne série d'images, mais cela valait bien cet effort pour obtenir ce point de vue de la formation d'énormes taches solaires."

plus d'images: d'Andy Devey de Barnsley South Yorkshire, d'Alan Friedman de Buffalo, NY; de Monika Landy-Gyebnar de Balatonfured, Hongrie; de Piet Berger de Simpelveld, Pays-Bas; de Howard Eskildsen d'Ocala, en Floride; à partir Dzmitry Kananovich de Tallinn , Estonie; de Chris Schur de Payson, AZ; de John Stetson de Falmouth, dans le Maine; du Grenier de Paris en France; à Maximilien Teodorescudes Magurele, Roumanie; de Cai-Uso Wohler du Bispingen, Allemagne; de Philippe Van den Doorn de Rixensart , Belgique.

 

SOLAIRE STATIQUE: les taches solaires actives 1302 ont transformé le soleil en un émetteur radio à ondes courtes. Les ondes de choc ondulant de la tache solaire baldaquin magnétiques explosent sont oscillations de plasma dans l'atmosphère excitante du soleil. Le résultat: éclats de statiques sont issus les haut-parleurs des radios à ondes courtes sur la Terre. Amateur de radio astronome Thomas Ashcraft a enregistré cet échantillon de  la cours on de son observatoire au Nouveau Mexique le 24 septembre:


Dynamique du spectre: L'axe horizontal représente le temps (h: m: s), l'axe vertical est la fréquence (MHz). Crédit image: Wes Greenman

"Samedi a été une journée solaire super-forte avec près le torchage continu de la radio», explique Ashcraft. "Le fichier son (haut) correspond à une éruption M3 à 1918 UTC. Cela a été le balayage radio le plus fort de la journée d'observation."

"Essayez d'écouter les éclats de radio en stéréo", il conseille. «J'ai fait l'enregistrement sur deux radios séparées à 21,1 MHz et 21,9 MHz, et j'ai mis chacun dans son propre canal du fichier audio. Cela donne une dimension spatiale aussi dans les éclats de balayage que dans la fréquence».

http://spaceweather.com/index.php

 

26/09/2011

Marquage subliminal : La date du 27 Septembre 2011 apparait dans le film 2012

Une nouvelle coïncidence pour la date du 27 septembre 2011 ou sommes-nous tous paranos ?

Dimanche 25 septembre 2011

Marquage subliminal : La date du 27 Septembre 2011 apparait dans le film 2012

Voici un extrait du film 2012, la télévision signale un record historique de l'activité solaire, la terre se met à trembler, des alarmes retentissent, le héros regarde sa montre, il est 9 h 27 mn et 11 s soit la date en anglais de la journée du 27 septembre.

Hollywood nous avait déjà habitué à ce genre de coïncidences (voir le film prédictions), pas le temps d'épiloguer, il reste moins de 24 heures pour préparer des stocks de vivre et un sac de survie, cela commence à devenir très sérieux.

September 27 WARNING! Comet Elenin
http://www.youtube.com/watch?v=2uYWXnX8AbU&feature=player_embedded


Les gros séismes à intervalles de 6 mois pointent vers Nibiru.

Une suggestion à ne pas négliger puisque l'on ne nous dit rien d'officiel, ce qui ne veut pas dire parce qu'on nous cache, qu'elle n'existe pas.

Toutes les anciennes civilisations la connaissait et elle est désormais connue comme étant le double noir de notre Soleil. A suivre, donc ...........

vendredi 16 septembre 2011

Les gros séismes à intervalles de 6 mois pointent vers Nibiru.


















 
 
 
 
 
 
 
Cette image intrigante était diffusée sur plusieurs sites alternatifs, elle montre que certains gros séismes sont séparés par un intervalles de 188 jours soit environ 6 mois.

En outre, elle indique que leur succession s'effectue suivant la forme d'un quadrilatère, ce qui est une idée assez loufoque, on retiendra que les séismes se sont tous produits dans la ceinture de feu encerclant l'océan Pacifique.


Voici le déroulement de la séquence :

27 février 2010: séisme du Chili de magnitude 8.8

+ 190 jours

4 septembre 2010: séisme de la Nouvelle-Zélande (Christchurch) de magnitude 7.0

+ 188 jours

11 mars 2011: séisme du Japon de magnitude 8.9

+ 188 jours

 
 
Le 15 septembre, ce n'est pas la Californie qui a été affectée par un gros séisme mais les îles Fidji (7.3 sur l'échelle de Richter).


On signale également une série d'autres tremblements de terre à Cuba (6.0 ), en Alaska (6,1) , et ... en Californie (4,3) ainsi qu'au Japon (6,2) et en Nouvelle Zélande (6,0).

C'est clair qu'il y a une corrélation entre ces tremblements de terre et cet intervalle de temps.
Donc tous les 6 mois depuis Février 2010, un facteur inconnu déclenche des tremblements de terre.
Le problème est de savoir à quoi correspond cette période de 6 mois, il ne peut s'agir de l'influence d'une planète du système solaire puisqu'aucune ne possède cette période orbitale.

Autre fait remarquable à propos de cette série de séismes, leur puissance est alternée, au gros séisme du Chili (8,8) succède celui plus modeste de Christchurch (7,1), 6 mois plus tard le 11 mars 2011 c'est le méga séisme du Japon (9), le 15 septembre on rapporte un séisme de 7,2 dans les iles Fidji.

Maintenant, si on prend en compte que tous les 6 mois, la Terre se retrouve de part et d'autre du soleil,  on sera forcé d'admettre que c'est au moment de franchir cet axe imaginaire que ces séismes ont eu lieu.
 Les 2 séismes du haut sont les plus destructeurs ( 8,8 et 9).
 
A l'attention des sceptiques, j'avais déjà expliqué comment de l'énergie pouvait se transmettre entre les astres, c'est une notion connue depuis l'antiquité et que la science moderne a enterré au début du 20 ème siècle (merci Einstein ), il suffira de se renseigner  sur la signification de l'Ether pour s'en convaincre.

Donc, sachant que les astres transmettent de l'énergie lorsqu'ils sont alignés et que cette énergie engendre des tremblements de terre, on peut logiquement en déduire qu'un astre mystérieux interagit avec le soleil et notre planète à intervalle de 6 mois à chaque fois que notre planète traverse l'axe situé entre celui ci et notre soleil.

Quand la terre passe entre le soleil et cet astre, l'énergie est plus puissante qu'au moment où c'est le soleil qui s'intercale entre la Terre et cet astre.

On peut alors facilement en déduire de quelle direction provient cet astre et pointer un télescope dans sa direction.



A la date où j'écris, le 15 Septembre 2011, Nibiru est toujours cachée par la couronne du soleil, avec un peu de chance et de patience elle pourrait être observable dans quelques jours à ceux qui sauront où pointer leurs télescopes.

Le 15 Septembre Nibiru étant positionnée juste derrière la soleil, il suffit de consulter les éphémérides pour obtenir les coordonnées du soleil à cette date.

On obtient donc :

11h 29m 57.09s    +03° 14' 38.2"

Qui sont les coordonnées approximatives de Nibiru..

En outre,  au cas où les données ne soient pas falsifiées et avec un peu de chance il se pourrait qu'elle soit observable sur les clichés des sondes Soho ou Stereo.

Il y a beaucoup d'autres choses à dire sur le sujet, par exemple sur le fait que l'on peut déterminer que Nibiru est encore relativement assez loin puisque son moment angulaire par rapport au soleil varie peu au fil des mois.

On peut aussi déterminer que sa taille est gigantesque puisqu'elle arrive à nous influencer malgré cette distance.

L'autre information cruciale, c'est que dans 6 mois, il faudra s'attendre à un séisme encore plus dévastateur que celui du 11 Mars dernier, puisque Nibiru se rapproche, ses effets devraient gagner en intensité.

Pour le moment, avis aux amateurs la chasse est ouverte !
 
http://leschroniquesderorschach.blogspot.com/2011/09/les-...

Comment se préparer pour la prochaine grosse tempête solaire ?

C'est bien pour cela que la NASA a décidé de ne plus communiquer les données solaires, n'est-ce pas ?

Pour que les élites puissent se préparer au détriment des peuples ignorants !


Comment se préparer pour la prochaine grosse tempête solaire ?

29 juillet 2011, 15 h 35

tempete_solaire
Les réseaux de transport d'électricité et les systèmes électroniques actuels sont vulnérables aux tempêtes solaires
© NASA

L'une des plus grosses tempêtes solaires jamais observées depuis des siècles a frappé la Terre en septembre 1859, à la veille d'un cycle solaire d'intensité inférieure à la moyenne(1). La destruction solaire associée est tellement atypique que les chercheurs ne savent toujours pas comme la classer. L'explosion aspergea la Terre d'un déluge de protons inédit depuis un demi-millénaire, accompagnée de courants électriques qui incendièrent les télégraphes et envahirent le ciel de Cuba et d'Hawaii d'aurores boréales.

En juin de cette année, des responsables réunis au National Press Club de Washington DC se sont posés la question : Que se passera-t-il si ça devait de nouveau arriver ?

"Un orage magnétique de cette ampleur pourrait nous mettre KO," affirme Lika Guhathakurta, spécialiste en physique solaire de la NASA. "La société moderne s'appuie sur des systèmes sophistiqués tels que les réseaux électriques intelligents, les GPS, et les communications par satellite, qui sont tous vulnérables aux tempêtes solaires." Lika était présente au cinquième forum annuel de l'espace dédié au climat, le Space Weather Enterprise Forum (SWEF) en compagnie d'une centaine de collègues. Le but de SWEF est de mettre en lumière les phénomènes climatiques de l'espace et leurs conséquences pour l'homme, pour interpeller les politiques et responsables de la prévention des catastrophes. Le forum a réuni des élus du Congrès américain, de la Federal Emergency Management Agency (FEMA), des opérateurs électriciens, des représentants des Nations Unies, de la NASA, du NOAA et de nombreuses personnalités de tous horizons.

Au cours de l'année 2011, les prévisionnistes estiment que le soleil va entamer un cycle plus court que la moyenne des cycles. En 1859 "l'événement de Carrington" (du nom de l'astronome Richard Carrington qui décrivit la destruction solaire) montre que les cycles faibles peuvent s'accompagner de fortes tempêtes magnétiques.

En 1859, tout ce que l'on pouvait craindre de pire était une mise hors service des télégraphes pendant un ou deux jours tandis que les observateurs des îles tropicales ont pu admirer des phénomènes inouïs dans le ciel.

Mais en 2011 il en irait bien autrement. Les pannes en cascade des lignes à haute tension et transformateurs électriques intercontinentaux priveraient la Terre d'électricité pendant des semaines, voire des mois avant que les ingénieurs puissent réparer les avaries. La navigation aérienne et par bateau serait privée de GPS, les réseaux bancaires et financiers s'arrêteraient de fonctionner, avec toutes les conséquences qu'on peut imaginer pour le commerce, bref : un scénario catastrophe à l'ère du tout informatique. Selon un rapport de 2008 de la National Academy of Sciences, un événement solaire exceptionnel comme il en est recensé tous les cent ans pourrait avoir un impact économique égal à l'ouragan "Katrina" puissance 20 !

Alors que les décideurs se réunissaient pour prendre conscience des risques, non loin de là, les chercheurs de la NASA tentent activement de les circonscrire : "Nous sommes désormais capables de suivre la trajectoire des tempêtes solaires et leur progression vers la Terre en 3D," rapporte Michael Hesse, intervenant au forum et directeur du GSFC Space Weather Lab. "C'est l'amorce d'un système opérationel d'alerte aux catastrophes climatiques provenant de l'espace en vue de la protection des réseaux électriques et des infrastructures de haute technologie en cas d'activité solaire intense."

Le modèle est réalisé à partir de données collectées par une flotte de satellites de la NASA en orbite autour du soleil. Les analystes du laboratoire alimentent une base de données stockée dans des super ordinateurs qui traitent les données. Quelques heures après une éruption majeure, les ordinateurs produisent un film en 3D montrant la trajectoire de la tempête, quels planètes et satellites seront touchés et quand. Ce type de "prévisions interplanétaires" est sans précédent dans la courte histoire de la climatologie spatiale.

"Nous vivons une époque privilégiée de la climatologie de l'espace," note Antti Pulkkinen, chercheur au laboratoire climatologique de l'Espace Space Weather Lab. "Le développement récent de modèles scientifiques basés sur la physique nous permet d'anticiper ces cataclysmes."

Certains de nos modèles informatiques sont tellement pointus qu'ils peuvent anticiper la pénétration dans le sol terrestre de courants électriques générés par une éruption solaire. L'enjeu est de taille pour les transformateurs électriques et le projet expérimental "Solar Shield" dirigé par le Dr Pulkkinen a pour mission d'identifier les transformateurs les plus menacés par chaque éruption solaire. "Il suffit de déconnecter pendant quelques heures tel ou tel transformateur à haut risque pour prévenir des pannes qui peuvent durer plusieurs semaines et plonger dans le noir un continent entier," souligne le Dr Pulkkinen.

Un autre intervenant au SWEF, le Dr John Allen du Directorat de la Mission opérations spatiales de la NASA, a mis en lumière les risques pris par les astronautes face aux intempéries de l'espace. "Si personne n'est à l'abri de ces risques, les astronautes sont en première ligne et sont exposés à des niveaux de radiation quatre fois plus élevés que les travailleurs du nucléaire sur Terre," a-t-il dit. "Il s'agit d'un risque professionnel très élevé."

La NASA consigne scrupuleusement les dosages accumulés par chaque astronaute au cours de sa carrière. Chaque décollage, chaque sortie dans l'espace, chaque destruction solaire sont enregistrés. Lorsqu'un astronaute atteint des niveaux proches de la limite... Il ou elle peut se voir interdire de quitter la station spatiale ! L'exactitude des alertes aux tempêtes de l'espace peut permettre de contrôler ces expositions, par exemple en reprogrammant les sorties dans l'espace lorsqu'il existe un risque d'éruption solaire.

Le Dr Allen s'est aussi prononcé pour un nouveau type de bulletin météo : "Les messages du type 'RAS'. Outre une information sur les périodes pendant lesquelles il faudrait s'abstenir de sortir, on aimerait connaître celles qui sont sans danger. Il s'agit de nouvelles perspectives pour les climatologues de l'espace : prévoir non seulement les périodes à haut risque d'éruption d'une tâche noire mais aussi les périodes sans risque."

Le SWEF a un rôle pédagogique clé dans la création des conditions d'une bonne anticipation des tempêtes solaires. C'est ce que soulignent le Dr Lika Guhathakurta et son collègue Dan Baker de l'Université du Colorado dans un édito du New York Times en date du 17 juin dernier : "Les alertes météo de l'espace c'est bien ... expliquer ce qu'elles veulent dire et comment y réagir c'est mieux"

Notes

  1. Le cycle solaire de 1859 (le cycle solaire 10) était un cycle faible, typique des cycles solaires du 19ème siècle. Ces cycles étaient largement inférieurs à la moyenne des cycles solaires de l'ère spatiale, qui étaient des cycles intenses. Le cycle solaire 24, celui que nous traversons actuellement, présente un nombre de tâches noires en régression, proche de celui du cycle 10.

Source

Getting Ready for the Next Big Solar Storm - NASA
Traduction Michelle Vuillerot pour notre-planete.info

http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2913_affron...