Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2017

Français, Réveillez-vous ! VOTEZ pour le FREXIT ! Ne vous laissez plus escroquer par les traîtres et les corrompus qui vous mènent à l'abattoir !

La commission européenne se fiche que les Français votent à droite ou à gauche.

La belle escroquerie morale dirigée à l'encontre du peuple Français par 10 candidats sur 11 qui se présentent aux élections présidentielles françaises !

10 corrompus et 10 traîtres qui se moquent de manière flagrante du Peuple Français et qui mériteraient de passer devant un peloton d'exécution pour Corruption et Haute TRAHISON de la France et du Peuple Français ! 

Ou comment 10 candidats sur 11 qui se présentent aux élections présidentielles, prennent tous les français pour des imbéciles en les trompant volontairement et tant il est vrai que 10 candidats sur 11, savent pertinemment, qu'ils ne pourront pas gouverner la France librement, tant que nous resterons dans l'Union Européenne dont la Commission Européenne décide des destinées pour le peuple français et pour les peuples des 27 pays européens, d'appliquer leurs propres directives, dont sont les victimes les 27 peuples européens qui sont prisonniers des traités Européens et des Grandes Orientations de Politique Économique Européennes qui sont imposés aux 27 peuples européens. 

 

Voir l'article précédent :

L'arnaque des élections présidentielles en France consiste à renforcer les pouvoirs de la Commission Européenne !

 

1 - Qu’est ce que les Grandes Orientations de Politique Économique (GOPÉ) ?

2 - Les GOPÉ, ou comment nos gouvernements sont subordonnés à la Commission européenne.

3 - Les GOPÉ, ou comment nos gouvernements sont subordonnés à la Commission européenne (suite) La preuve par l’histoire


Les corrompus et les traîtres que nous avons au pouvoir en France et à la tête des 27 pays européens, vendus aux Yankees et à la Commission Européenne, se paient de la tête du peuple français en leur proposant de voter aux présidentielles pour choisir parmi 10 candidats, l'UNIQUE VRP ou REPRÉSENTANT de la France qui sera soumis :

- à Waghinston,

- aux Banksters étrangers, 

- à la Commission Européenne illégale dont les membres n'ont jamais été élus par le peuple français,

-  à l'OTAN.

 

11 candidats - Un seul candidat du Frexit 

 

 Les politiques économiques et sociales imposées par l'UE sont ultra libérales 

 

UMPC #44 :

La commission européenne se fiche que les Français votent à droite ou à gauche

 

D'autres vidéos courtes pour comprendre :

Une minute pour comprendre – Notre nouvelle série de vidéos courtes

47 vidéos courtes pour comprendre : le lien de la playlist : ICI 

 

 

 

L'arnaque des élections présidentielles en France consiste à renforcer les pouvoirs de la Commission Européenne !

 

Depuis l'entrée de la France dans l'UNION EUROPÉENNE, elle n'a plus de politique nationale ! Aussi lorsque vous votez à l'ARNAQUE des élections présidentielles en France, vous confirmez à leurs postes : Jean-Claude JUNCKER et Antonio Tajani !

C'est la Commission Européenne avec le poivrot de Jean-Claude Juncker qui en est le président et Antonio Tajani, président du Parlement Européen qui gouvernent la France et les 27 pays états membres de l'Union Européenne, en appliquant les directives communes aux 27 pays européens : Les GOPÉ ! 

 

Qu’est ce que les Grandes Orientations de Politique Économique (GOPÉ) ?

Les GOPÉ, ou comment nos gouvernements sont subordonnés à la Commission européenne.

Les GOPÉ, ou comment nos gouvernements sont subordonnés à la Commission européenne (suite) La preuve par l’histoire

 

En votant pour l'un des 10 candidats qui ne souhaitent pas sortir de l'UNION EUROPÉENNE et qui refusent de mettre en oeuvre la procédure pour le FREXIT, en actionnant l'article 50 du traité européen, vous allez donc voter pour l'un des 10 escrocs et traîtres à la Nation et au Peuple Français, qui sera soumis et vous livrera entre les mains de ses maîtres de la Commission et du Parlement Européens, à Washington et à l'OTAN, et pour des personnes et des structures pour lesquelles nous n'avons jamais voté !  

Et comme les traités européens sont irréformables, il ne reste plus que le FREXIT proposé par François ASSELINEAU, l'UNIQUE CANDIDAT HONNÊTE qui le propose pour libérer la France et le peuple français !

 

Qui exerce un pouvoir de contrôle dans l’Union européenne ?

Comment sont nommés le président et les membres de la Commission européenne ?


La France n’a plus de politique nationale.
Voilà qui gouverne réellement la France |
Avez vous voté pour eux ?    

                                                                                                             

 

Président du Parlement Européen avoue l'impossibilité de modifier les traités 

 

21/04/2017

Front National, la face cachée de Mitterrand

François MITTERRAND, adepte de la secte judéo-maçonnique, était un homme de POUVOIR qui n'aura pas hésité pour le conserver, à manger à tous les râteliers, en ratissant large, de l'extrême gauche à l'extrême droite, quitte à trahir les français en participant à fabriquer un parti politique pour diviser la droite et les français.Tout en sachant que les partis politiques, ne sont qu'un leurre pour tromper les peuples, dans la mesure où ils sont tous financés par des banksters qui ont le véritable pouvoir sur les peuples et sur les VRP qu'ils choisissent pour faire avancer leurs propres objectifs financiers et idéologiques largement relayés par les merdias aux ordres des oligarques qui les détiennent.

Actuellement, en France, l'UNIQUE mouvement politique qui ne soit pas endetté auprès des banksters et dont les subsides proviennent uniquement des adhésions et des dons de ses adhérents, est l'UPR, un mouvement politique de libération et de renaissance de la France qui englobera tous les citoyens français, sans exception, donc libre de toute contrainte ou pression politique et financière ou idéologique.

Par ailleurs, le Front National est-il subventionné par le groupe Carlyle auquel appartient, Olivier SARKOZY, le frère de Nicolas SARKOZY, des pro-sionistes, par Israël, les émirats extrémistes, d'Arabie Unie, afin de neutraliser 20% de la populace et de faire monter le racisme et l'islamophobie en France ? Marine Le Pen - Nos compatriotes juifs n'ont rien à craindre du FN bien au contraire. Un front National qui est pour mettre en avant les bienfaits de la colonisation française mais qui est contre l'immigration. France: les bienfaits de la colonisation pour Marine Le Pen

Cherchez sur le net, la réponse à ces questions.

Comment François Mitterrand a créé la menace Front National

 

FN, la face cachée de Mitterrand

Extrait du reportage de l’émission 28′ diffusée sur la chaine télévisée Arte.

Février 1984. Suite à la directive envoyée par François Mitterrand aux patrons de chaînes de télévision, Jean-Marie Le Pen est invité sur le plateau de l’« Heure de vérité ». Retour sur une étape essentielle de la montée en puissance du Front national en France.

 

Marine Le Pen et les origines du Front National - Désintox


LE FN, UNE CRÉATION MÛREMENT RÉFLÉCHIE…

Aux élections législatives de 1981, c’est-à-dire 9 ans après sa création, le Front National comptait… 270 adhérents et avait réalisé… 0,18%.

Ces deux petites vidéos permettent de rafraîchir la mémoire de ceux qui ont oublié d’où viennent les scores du Front National (FN).

Le FN a été promu médiatiquement pour servir des intérêts et une stratégie que l’écrasante majorité des Français ne comprennent pas. Ces deux vidéos montrent que François Mitterrand a poussé à l’hyper-médiatisation du FN, prétendument pour nuire à la droite.

Cette explication n’explique d’ailleurs pas tout. Car le Front National, beaucoup plus qu’à la droite, a surtout nui à la souveraineté nationale. Puisque depuis 30 ans, tout débat sur cette question et sur la « construction européenne » est immédiatement pourri en France, par l’invocation du FN.


Roland Dumas : Mitterrand a fait monter le Front National par tactique



 

Mitterrand était-il d'extrême droite ?



L'extrême droite en France (de Boulanger à Le Pen)


 

Les Détectives de l'histoire : Mitterrand, pétainiste ou résistant ?


 

 

20/04/2017

Qui est vraiment Macron ? Macron : candidat de la finance ?

Qui est vraiment Macron ?

Alors que François Fillon s'écroule, Emmanuel Macron a encore le vent en poupe. Il ne vient pas des partis, se dit ni de gauche ni de droite et fait souffler un vent nouveau sur la politique si l’on en croit certains médias. Mais comment est-il monté si vite, et si haut ? Les vidéastes du collectif Osons Causer décryptent le parcours et l’ascension fulgurante de cet énarque et ancien banquier d'affaires. Ce que le candidat à la présidentielle rappelle, c’est qu’on peut être en dehors des partis et néanmoins au cœur du pouvoir.

 

Qui est vraiment Macron ?


 

 

Macron : candidat de la finance ?

Pas de procès d’intention : au-delà de son passage au sein de la banque Rothschild et de ses soutiens milliardaires, qu’a vraiment réalisé Emmanuel Macron au cours du quinquennat Hollande, comme secrétaire général adjoint de l’Élysée puis comme ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique ? Que prévoit-il dans son (récent) programme présidentiel pour le monde des banques et des assurances ? L’équipe d’Osons Causer a fait ses recherches et établit la synthèse de ses actes : Macron se place ostensiblement du côté de la finance.


 

 

 

 

17/04/2017

SECRETS DE SONDAGES : MANIPULATION DU PEUPLE

 

Envoyé spécial - Secrets de sondages
13 avril 2017 France 2


Secrets de sondages, est un reportage (0h59) de l'émission Envoyé spécial sur les méthodes utilisées pour faire un sondage et sur l'orientation de ceux-ci en faveur des commanditaires, puisqu'ils manipulent l'opinion publique. Alors, peut-on vraiment faire confiance aux sondages ? Regardez également "absolument" les autres vidéos ci-dessous...  

 

Les sondages sont devenus incontournables dans les campagnes électorales. Pourtant, ils se trompent souvent : Victoire du Brexit, de Donald Trump ou de François Fillon aux primaires de la droite, trois événements majeurs que les instituts n’ont pas su prévoir. Quelle confiance peut-on accorder aux sondages ?


Pendant plusieurs mois, une équipe d’Envoyé spécial a enquêté dans les cuisines des sondeurs. Elle a découvert des méthodes contestables : Des sondés rémunérés qui n’hésitent pas à mentir, des questions biaisées, des chiffres manipulés...

Quels sont les secrets de fabrication des sondages ? Comment sont-ils conçus ? Quelle confiance accorder aux enquêtes d'opinion ? Jusqu’où influencent-ils les électeurs et les candidats eux-mêmes ? Mettent-ils en danger notre démocratie ? Révélations sur les secrets des oracles de la politique.


Une enquête de Lionel Poussery, Jérôme Weisselberg, Charles Maumy.
(francetvinfo.fr/secrets-de-sondages)

Commander une enquête d’opinion… pour mettre au jour ses failles. En usant de ce procédé, le magazine d’information démontre comment la formulation d’une question pèse sur le choix des sondés. Une mise au point salutaire à l’heure où la France a les yeux rivés sur la présidentielle.
C’est une première mondiale. A notre connaissance, jamais une émission de télé n’a commandé un sondage pour démont(r)er les effets manipulateurs, voire trompeurs des études d’opinion. C’est pourtant ce qu’ose le magazine Envoyé spécial dans une enquête inédite sur un secteur qui accumule les fiascos (Brexit, élection de Donald Trump, primaires de droite et de gauche…) et les critiques depuis des années, mais dont les courbes, camemberts et autres hit-parades en tous genres figurent toujours en bonne place dans les journaux ou ponctuent n’importe quelle chronique ou émission politique, y compris sur France 2, particulièrement en cette période électorale.

 

"L’idée de ce sondage, qui constitue le fil rouge de l'enquête, c’était de vérifier l’hypothèse de départ suivante : La manière dont sont posées les questions dans les études d’opinion influence très sensiblement les réponses, voire, parfois, les induisent, raconte Lionel Poussery, le reporter d’Envoyé spécial qui a travaillé six mois sur ce ­sujet. On voulait analyser les mécanis­mes d’une discipline qui prend beaucoup de place dans le débat public."

Expérience inédite donc, et un brin trans­gressive, tant le questionnement des sondages est rare dans les médias, et plus encore à la télévision.

Pour ne pas éveiller les soupçons des instituts français sur lesquels elle investiguait par ailleurs, l’équipe d’Envoyé spécial a confié le recueil des données, le "terrain", disent les sondeurs, à une agence indépendante belge, Dedicated. A sa tête, le truculent Marc Dumoulin, qui, avec sa crinière blonde et sa faconde toute bruxelloise, se révélera un (très) "bon client", comme on dit à la télé. Surtout, il connaît son affaire sur le bout des doigts.

Pour mener à bien l’expérience, il a aidé à rédiger une série de questions autour de thématiques qui animent la campagne présidentielle. Avec pour chacune deux formulations bien spécifiques, très "signifiantes".

Sur l’immigration, ça donne par exemple : "Etes-vous favorable à l’accueil par la France de milliers de migrants en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique ?" pour l’un des échantillons interrogés, quand on demande à l’autre "Etes-vous favorable à l’accueil par la France de familles de réfugiés (hommes, femmes, enfants) qui fuient la guerre et les massacres en cours dans leur pays d’origine ?".


Résultat : Les deux tiers des sondés répondent non à la première question, proportion qui tombe sous les 50 % pour la seconde, où une courte majorité se prononce même en faveur de l’accueil des réfugiés ! "La formulation de la première question donne le ressenti d’une migration économique, alors que la deuxième évoque des personnes qui fuient des zones où elles risquent leur vie, décrypte Marc Dumoulin. Ce qui fait basculer le sens, c’est le côté émotionnel, où on évoque les femmes et les enfants."

 

Quand l’avenir de la Sécu tient au choix des mots. Même topo : Si 47 % des sondés se disent favorables "à la réduction des dépenses parce que [le] déficit [serait] trop important", seulement 25 % sont du même avis quand on entre dans le concret, c’est-à-dire quand on parle "diminution des remboursements de certains médicaments et de certains soins médicaux". "Cette différence, même prévisible, est vraiment très importante, relève Marc Dumoulin. Certains journaux pourraient titrer -Touche pas à mes médocs !-"


Et là nous reviennent en mémoire les ­déclarations de début de campagne de François Fillon sur l’assurance-maladie, qui ne devait plus prendre en charge que les pathologies graves, laissant le reste aux mutuelles privées... Devant le tollé, il avait dû faire machine-arrière.

Sur la réduction du nombre de fonctionnaires, autre thème cher à l’ancien Premier ministre, mais aussi dans une moindre mesure à Emmanuel Macron, l’enquête Envoyé spécial/Dedicated affiche des résultats voisins : Quand on précise que la réforme consiste à diminuer les postes d’enseignants, infirmiers et policiers, les "favorables" chutent drastiquement. Explications de Marc Dumoulin : "Plusieurs cons­tituants d’une question peuvent en impacter le ressenti et influencer la teneur de la réponse : Sa formulation, sa longueur et sa structuration, les éléments d’information qu’implicitement elle peut fournir aux personnes inter­rogées", confie-t-il.

Les jeunes et les personnes les moins informées seraient ceux qui changent le plus d’avis. "Plus il y a d’explications, plus cela ­atté­nue les opinions négatives", ajoute Marc Dumoulin.
Le choix et la formulation des questions étant le plus souvent décidés par les commanditaires (médias, pouvoirs publics, partis politiques...), on voit bien toutes les déri­ves possibles...

Les dangers des chiffres arrondis : Et pour les sondages d’intentions de vote ? Les biais sont différents, mais tout aussi puissants. Les instituts n’indiquent par exemple jamais quels sont leurs processus de redressement, c’est-à-dire comment ils "cor­rigent" les chiffres, notamment au ­regard des élections précédentes. Long­temps, ceux du Front national furent systématiquement redressés à la hausse, certains de ses électeurs n’osant pas déclarer voter pour lui. Les "sans opinion" ne sont pas non plus toujours pris en compte.


Autre problème : On donne de moins en moins de chiffres après la virgule dans les résultats. Les pros appellent ça le phénomène du lissage. "Arrondir, c’est faire un choix, dit Marc Dumoulin. Sauf qu’on ne peut pas arrondir tout le monde au-dessus, au risque de ne plus tomber juste !" D’un sondage à l’autre, un candidat peut ainsi gagner jusqu’à 1 point alors qu’il n’a progressé que de 0,2… Et si l’on vous dit que votre champion est en tête de justesse, méfiez-vous, la marge d’erreur de tout sondage est de 2 points minimum. De facto, l’amplitude entre deux personnalités prétendument au coude-à-coude peut atteindre jus­qu’à 4 points ! "Les médias adorent les courses de chevaux, tacle Marc Dumou­lin. Sauf que les variations a minima ne veulent rien dire d’un point de vue statistique."

Pas facile non plus de "faire une photo de l’opinion" quand on ne sait pas qui va aller voter, com­me on l’a vu lors des primaires. "Les confrères s’appuient le plus souvent sur les déclarations de ceux qui sont “sûrs et certains” de se rendre aux urnes, moins sur ceux qui disent “probablement”, décrypte Marc Dumoulin. Mais comment peut-on choisir d’exclure ces personnes des études ?" Pour la présidentielle, environ 30 % des électeurs ne savent pas aujourd’hui encore pour qui ils vont voter au premier tour…

Le sondage Envoyé spécial/Dedicated a été effectué sur Internet du 10 au 14 février 2017 auprès de deux échantillons représentatifs de mille Français inscrits sur les listes électorales pour la présidentielle de 2017, qui ont été fusionnés. C’est une taille d’échantillon deux fois supérieure à celle utilisée habituellement par la plupart des instituts. Les personnes interrogées ont été payées 2 euros. La marge d’erreur est de 2,2 points. Sur l’ensemble des personnes sollicitées pour la constitution des échantillons, 86 % n’ont pas répondu.
(Richard Sénéjoux)

Les instituts de sondages sont avant tout des instituts de manipulations d'opinions, comme vous pourrez le constater dans les deux vidéos présentées.
Les sondages devraient être interdits au moins un mois avant le premier tour de la présidentielle et ce jusqu'à l'élection définitive, mais également pour toutes les élections afin de ne pas influencer les citoyen(ne)s dans leur vote...


Croyez-vous encore aux sondages ? Combien de temps encore allez-vous vous faire endoctriner, manipuler, spolier... Et vous faire prendre pour des "cons" ?
Ecoutez votre coeur et votre raison...

 
 

La télé-propagande du pouvoir n’arrête pas de nous inonder de divers sondages-mensonges pour faire croire à chacun(e) de nous que la plupart des autres pensent d’une certaine façon et pas d’une autre.

Comme pour les grands médias TV, radios et presse, il est intéressant que les français sachent à qui appartiennent aujourd’hui les instituts de sondage :


OpinionWay est un Institut d’études fondé en 2000 par Hugues Cazenave, Benjamin Gratton et Yann Aledo. Il prévoyait un chiffre d’affaires de plus de 5 millions d’euros en 2006. Le figaro commande toujours des sondages à OpinionWay.
La SOFRES a pour actionnaire les fonds d’investissement américain Fidelity.
CSA est contrôlé par le Sarkozyste Vincent Bolloré également propriétaire du Groupe Havas, d’une télé, de plusieurs quotidiens gratuits.
Harris interactive est un nouveau venu sur le domaine des études d’opinion en France. La création du département opinion de cet institut s’est faite en 2010, avec l’arrivée de Jean-Daniel Levy, ancien directeur du département opinion de CSA.
IPSOS est contrôlé par ses deux fondateurs après avoir attiré des riches financiers comme Pinault ou Fidelity.
Odoxa est un institut créé en août 2014 par les deux anciens directeurs du département opinion de BVA : Gaël Sliman (président d’Odoxa) et Céline Bracq (directrice générale). Gaël Sliman a passé 15 ans à BVA. Céline Bracq a été directrice du département opinion de cet institut, après avoir travaillé dans le journalisme. Elle a notamment été la chef du service Economie d’iTELE-Canal+.
BVA a pour actionnaires les fonds d’investissement Rothschild et Vincent Bolloré.
IFOP a pour propriétaire Laurence Parisot, ex-présidente du MEDEF.
LH2 (ex-Louis Harris) a été vendu par TNS à deux de ses dirigeants.
Etc. (Anon/Youtube

> Pourquoi les sondages des élections 2017 sont bidons ?  (12,01 mn.)


 

 

La suite et d'autres articles : ICI