Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2015

Pour ne pas gâcher la communication du Président, son hôte se voit interdire de parler d'immigration

Sans commentaire !

Pour ne pas gâcher la communication du Président, son hôte se voit interdire de parler d'immigration

1 nov. 2015, 15:27

François Hollande rencontre Lucette Brochet le 29 octobre 2015

François Hollande rencontre Lucette Brochet le 29 octobre 2015

Le 29 octobre dernier, François Hollande était dans l’Est de la France afin de défendre son bilan à quelques semaines des élections régionales. Une rencontre chez l'habitant a été organisée lors de son déplacement et rien n'a été laissé au hasard.

L’ex-infirmière de 69 ans, habitant Vandœuvre-lès-Nancy et proche du maire PS de la ville, s’est vu proposer d’accueillir le président de la République le temps d’un café. Mais le service de communication de l’Elysée n’a rien voulu laisser au hasard. Ainsi, lorsque Lucette Brochet rencontre, deux jours avant, le personnel en charge de la préparation de l’évènement, elle leur confie qu’elle voudrait lui dire «qu’il s’occupait beaucoup des immigrés et pas beaucoup des clochards qui crèvent dans la rue». Mais pour ce sujet, ça sera niet : «ça, il ne fallait pas que je le dise», a révélé la retraitée à BFM TV.

Le matin de la rencontre, la mairie a apporté des chaises, des tasses, le café et un bouquet de fleurs mis bien en évidence sur la table. Après qu’une femme de ménage soit venue nettoyer l’appartement, un chien policier a été amené sur place pour vérifier qu’il n’y avait pas d’explosif dans le logement.

Malgré la mise en scène et le fait qu’on ne lui ait pas laissé exprimer son «inquiétude» concernant «ces milliers de réfugiés qui arrivent», Lucette Brochet a été conquise par le François Hollande. «C’est un homme simple, sympathique et chaleureux. Il est avenant, convivial, on discute facilement avec lui», a-t-elle déclaré à l’Est Républicain.

Lire aussi : Un syndicaliste CGT refuse de serrer la main de François Hollande en solidarité avec Air France

Le FMI appelle la France à réduire drastiquement ses dépenses publiques

La mise en esclavage des peuples pendant que les oligarques se gavent sur leur dos !

Le FMI appelle la France à réduire drastiquement ses dépenses publiques

30 oct. 2015, 21:55 - Avec AFP

https://cdn.rt.com/french/images/2015.10/article/5633d928c361889e348b45a9.jpg

Le Fond monétaire internationale (FMI) a appelé la France à une réforme «fondamentale» de ses dépenses publiques, en freinant les embauches de fonctionnaires ou en relevant l'âge de départ à la retraite.

S'agissant de la France, «une réforme fondamentale est requise pour garantir une réduction durable de la dépense publique», lit-on dans le rapport du FMI consacré à l'ensemble des pays du G20.

Selon les estimations de l’institution, «l'actuelle stratégie gouvernementale» ne permettra d'atteindre que de «justesse» l'objectif européen d'un déficit public inférieur à 3% du PIB en 2017, laissant «peu de marge» en cas d'imprévu.

Le FMI exhorte en outre Paris à «mettre un terme à la croissance de l'emploi public», et cela, en menant un examen à tous les niveaux de l'administration». L'institution financière issue des accords de Bretton Woods plaide enfin pour un relèvement effectif de l'âge de départ à la retraite», de façon à alléger les coûts de l'assurance-vieillesse.

Le FMI est persuadé que de «nouvelles coupes» doivent être menées dans les «transferts sociaux» assurés par les collectivités locales, dont les capacités d'endettement doivent être davantage réduites.

L'institution alerte la France sur les risques que comporterait une «longue période de faible croissance» et attribue partiellement la faible productivité du pays à un manque de concurrence et à une  «régulation excessive».

Le FMI appelle dès lors le gouvernement à «libéraliser les professions régulées» qui n'ont pas été ouvertes à la concurrence par la controversée loi Macron.

Lire aussi

Yanis Varoufakis affirme que la troïka veut imposer l'austérité en France.

Pour Yanis Varoufakis, imposer l'austérité en France est l'objectif final de la troïka

 

 

 

 

 

La Syrie et la Russie sont-elles plus démocratiques que les États-Unis ?

La Syrie et la Russie sont-elles plus démocratiques que les États-Unis ?

Harrison Koehli
Sott.net
dim., 25 oct. 2015 19:05 UTC

http://fr.sott.net/image/s13/276599/medium/562c8b6bc46188be508b45c0.jpg

© SANA / Reuters
Le Président de la Syrie Bachar el-Assad

« Assad est un dictateur ». J'entends beaucoup cette phrase : aux infos, lors de conversations personnelles avec des gens et dans la bouche des auditeurs de l'émission de radio que je coanime. Mais je suis toujours décontenancé à chaque fois que je l'entends. Pour être totalement honnête, je crois que je devrais démarrer avec une abomination : je ne pense pas nécessairement qu'un dictateur soit une mauvaise chose. Prenez le temps de vous calmer avant que je ne poursuive.

Le mot « dictateur » vient de la Rome antique, où la fonction de dictateur était tenue par un individu à l'origine pour une période de 6 mois, et dans le but exprès d'accomplir une mission spécifique. Caius Jules César porta ce mandat à une année entière avant d'être élu dictator perpetuo - dictateur à vie.

Comme pour n'importe quelle fonction publique, il est possible d'abuser de cette position, telle que le fit Sylla dans la Rome antique. Mais ce n'est pas toujours le cas. Si les bonnes intentions d'un dirigeant envers le peuple sont sincères et s'il bénéficie de son soutien, « une dictature bienveillante » comporte plusieurs avantages par rapport à un système où l'équipe dirigeante change tous les quatre ans ou presque. Par exemple, un système à court terme favorise des objectifs à court terme. Quelle est l'utilité d'une planification à long terme si vous êtes flanqués à la porte dans quelques années seulement ? C'est le problème que rencontra César : ses ennemis de l'oligarchie aristocratique réactionnaire pouvaient tout simplement abroger les lois ou annuler les projets qu'il avait amorcés alors qu'il était en fonction. À quoi bon tenter de réaliser des changements bénéfiques durables dans un gouvernement de ce type ? Tant qu'un dirigeant continue de satisfaire au critère qui consiste à prendre de sages décisions qui bénéficient à l'état, pourquoi ne pas le conserver au pouvoir aussi longtemps que possible plutôt que de le remplacer après quelques années par un médiocre rabatteur du monde des affaires.

Mais même si ce terme avait une signification très spécifique dans la Rome antique, de nos jours il tend à évoquer des images du « méchant dictateur » : généralement un homme qui gouverne à vie (ou a minima pendant des décennies), exerce beaucoup de pouvoir et, le plus important, opprime son peuple. Si telle est votre définition, alors bien sûr qu'un dictateur serait une mauvaise chose simplement parce que, par définition, cette personne serait malveillante. Mais y a-t-il quoi que ce soit de mal, en théorie, dans le fait de servir à vie ou d'exercer beaucoup de pouvoir ?

Même dans les « démocraties » occidentales, il n'est pas exceptionnel que des dirigeants gouvernent pendant des périodes prolongées. Au Canada, les Premiers ministres William Lyon Mackenzie King et Sir John A. Macdonald ont respectivement servi 21,5 ans et 19 ans. Plus récemment, le père de l'actuel premier ministre Justin Trudeau, Pierre Trudeau, a servi 15,5 ans.

Aujourd'hui, le Syrien Bachar el-Assad sert son pays en tant que président depuis plus de 15 ans. Le Russe Vladimir Poutine a servi en tant que président ou Premier ministre depuis un peu plus de 16 ans. L'Islandais Ólafur Ragnar Grímsson est président depuis plus de 19 ans. L'Islande est-elle une dictature ? Si oui, ils font quelque chose de bien. Tout récemment, par exemple, ils ont emprisonné 26 autres banquiers pour le rôle qu'ils ont joué dans la crise financière de 2008. Bonne chance pour obtenir ce genre de justice dans n'importe laquelle des « plus grandes démocraties du monde ».

Certes, Grímsson ne détient pas « tout le pouvoir ». Mais Mouammar Kadhafi, qui a dirigé la Libye pendant 42 ans avant de se faire assassiner, avait sans doute beaucoup plus de « pouvoir » que quelqu'un comme Grímsson. Et contrairement à l'image qui nous est présentée en Occident, il a pratiquement créé un état utopique comparé à n'importe où ailleurs sur la planète : logement abordable, électricité gratuite, éducation et soins médicaux, travaux publiques importants, et davantage. Bien entendu, la Libye n'a plus rien de tout cela ; l'OTAN et les États-Unis l'ont détruite au nom de la liberté et de la démocratie. Pour plus d'informations, consultez ces articles :

La vérité est virale - Libye : la vraie histoire

Pourquoi Kadhafi doit mourir - les raisons réelles

10 choses que vous ne saviez pas à propos de la soi-disant dictature de Kadhafi en Libye

Kadhafi sacré « roi des rois » d'Afrique par plus de 200 rois et sages tribaux

Kadhafi parle de la démocratie, des dictateurs et de la paix dans le monde

Mais revenons à Assad. Aujourd'hui, le député du parti communiste russe, Alexandre Iouchtchenko, a déclaré à l'agence de presse TASS qu'Assad « est prêt à discuter de modifications à la constitution, à organiser des élections parlementaires, et si le peuple syrien le juge nécessaire, à organiser des élections présidentielles ». Iouchtchenko faisait partie d'une délégation russe arrivée à Damas vendredi et accompagnée d'une expédition d'aide humanitaire comprenant des médicaments et de la nourriture pour les enfants.

Selon Iouchtchenko, qui a rencontré le président syrien à Damas, Assad est « totalement confiant en ses chances [de victoire] » si des élections devaient avoir lieu.

Lors de la rencontre, le dirigeant syrien a mis l'accent sur le fait que « le combat contre le terrorisme deviendra le fondement d'un monde nouveau et juste basé sur la souveraineté et la coopération ».

Assad est extrêmement populaire en Syrie, mais les médias ou les politiciens occidentaux n'accordent aucun crédit à ce fait. La raison en est simple : les États-Unis veulent qu'Assad parte. Pour ce faire, ils ont formé des terroristes, les ont armés et financés pour faire à la Syrie ce qu'ils ont fait à la Libye. Et ils nous rebattent les oreilles avec la soi-disant « opposition modérée » qu'ils soutiennent. Mais le problème, c'est que les Syriens ne soutiennent pas cette « opposition ». Elle n'existe même pas en tant que telle. Tous les groupes armés contre lesquels lutte l'armée d'Assad utilisent les mêmes méthodes terroristes et veulent la même chose - un « état islamique ». Soutenir ce genre de groupes - c'est-à-dire œuvrer pour s'assurer qu'ils s'emparent du gouvernement syrien - reviendrait à ce que la Russie finance, arme et entraîne le Green Party aux États-Unis pour attaquer la Maison-Blanche et prendre les rênes du pouvoir - si le Green Party était un groupe religieux radical de coupeurs de tête extrémistes, on s'entend.

Soutenir n'importe quelle opposition étrangère est par principe totalement antidémocratique. Rien que suggérer qu'il soit acceptable de dire à un autre pays que son dirigeant démocratiquement élu « doit partir » devrait insulter l'intelligence de toute personne douée de raison sur cette planète. Cela viole totalement le présumé fondement de la démocratie : la volonté du peuple. Et non seulement cela, mais l'« opposition » que soutient l'Occident en Syrie est littéralement terroriste ! J'en suis sidéré. Et je dois avouer que je ne sais pas comment les Russes gardent leur sang-froid. Par exemple, après le discours de Poutine à la séance plénière de la conférence Valdaï de cette année à Sotchi, Niel Buckley du Financial Times a posé cette question : « Puis-je vous demander d'utiliser ce forum pour me dire plus concrètement et en détail comment vous envisagez la forme d'un quelconque processus de paix et d'un accord éventuel en Syrie ? La Russie est-elle prête à accepter, par exemple, un partage de la Syrie ? M.Assad devra-t-il finalement se retirer ? Et s'il le fait, quelle sorte de dirigeant pourrait le remplacer ? »

La réponse de Poutine :

Au sujet du départ obligé ou non d'Assad, j'ai déjà dit plusieurs fois que je pense qu'il est incorrect de ne serait-ce que poser cette question. Comment pouvons-nous demander ou décider, depuis l'extérieur, si tel ou tel dirigeant d'un pays devrait rester ou partir ? C'est au peuple syrien d'en décider. Permettez-moi cependant d'ajouter que nous devons être certains que ce gouvernement soit constitué selon des procédures démocratiques transparentes. Nous pouvons parler d'exercer une sorte de surveillance internationale de ces procédures, y compris des procédures électorales, mais ce contrôle doit être objectif et, encore plus important, il ne doit pas comporter de parti pris en faveur d'un pays ou groupe de pays quelconque.

Que Dieu le bénisse. Dans sa position, j'aurais été tenté de dire : « Pardon ?! Sur quelle foutue planète vivez-vous ? » Le nombre de suppositions impérialistes arrogantes sous-jacentes aux questions de Buckley montre seulement à quel point les Étasuniens blasés comme lui sont totalement dans une vision du monde complètement auto-centrée sur les États-Unis, où l'Empire a toujours raison, prend toutes les décisions et n'arrive même pas à concevoir que quelqu'un pourrait penser autrement. Sa première question était assez innocente : « À quoi ressemblera le processus de paix ? ». Mais qui serait responsable d'un partage de la Syrie ? Évidemment des puissances étrangères. Par quelle autorité Assad « devra »-t-il se retirer ? Évidemment celle des puissances étrangères. Qui déterminera « quelle sorte » de dirigeant le remplacera ? Évidemment des puissances étrangères. C'est du gros n'importe quoi. Comme l'indique Poutine, les réponses sont évidentes : des élections devraient être organisées et le peuple syrien décidera. Comment devrait-il en être autrement ?!

Il est ahurissant que des gens comme Buckley puissent allègrement accepter l'idée que des pays comme les États-Unis peuvent décider si oui ou non un dirigeant démocratiquement élu peut « rester ou partir », qu'ils peuvent décider des frontières d'une nation souveraine, qu'ils peuvent décider « quelle sorte » de dirigeant devrait remplacer celui qu'ils n'aiment pas. C'est totalement et absolument n'importe quoi.

Poutine a mis cela en perspective dans une autre réponse à Valdaï :

Un autre de nos collègues a dit qu'il est faux d'interpréter que les choses suggèrent que les États-Unis cherchent à changer le système politique et le gouvernement en Russie. Il m'est difficile d'être d'accord avec cet argument. Les États-Unis ont une loi qui concerne l'Ukraine, mais elle mentionne directement la Russie, et cette loi stipule que le but est la démocratisation de la Fédération russe. Imaginez simplement si nous inscrivions dans la loi russe que notre objectif est de démocratiser les États-Unis, bien qu'en principe nous pourrions le faire, et laissez-moi vous expliquer pourquoi.

Il y a des justifications à cela. Tout le monde sait qu'à deux occasions dans l'histoire étasunienne, un président est parvenu au pouvoir avec le vote de la majorité des membres du collège électoral mais la minorité des votants. Est-ce démocratique ? Non, la démocratie c'est le pouvoir du peuple, la volonté de la majorité. Comment quelqu'un peut-il être élu à la plus haute fonction du pays par seulement une minorité de votants ? C'est un problème dans votre constitution, mais nous ne demandons pas à ce que vous changiez votre constitution.

Nous pouvons en débattre éternellement, mais qu'un pays écrive ce genre de choses dans ses lois nationales et finance l'opposition nationale [d'un autre pays] [...] Il est normal d'avoir une opposition mais celle-ci doit subsister grâce à ses propres ressources, et qu'un pays dépense ouvertement des milliards à la soutenir, est-ce une pratique politique normale ? Cela aidera-t-il à ériger un esprit de confiance entre États ? Je ne le pense pas.

Je me dois d'être d'accord avec Poutine. En fait, lorsqu'il s'agit d'élections et des dirigeants élus qui en résultent, la Russie et la Syrie semblent beaucoup plus démocratiques que les États-Unis d'Amérique. Prenez, par exemple, l'élection présidentielle de 2000 aux États-Unis :

54,2% de la population sont allés voter

dont 47,87% ont voté pour Bush (48,38% pour Gore)

Autrement dit, sur la totalité des électeurs, 25,9% ont voté pour Bush. Bien entendu, il a gagné malgré le fait que Gore disposait de plus de voix, comme l'a souligné Poutine. Mais pouvez-vous imaginer un journaliste russe poser une question pareille à David Cameron ?

« M. Cameron, étant donné l'horrible abus de pouvoir du régime Obama, la violence à l'encontre des manifestants pacifiques et l'assassinat de civils par les services de sécurité appelés « police », comment envisagez-vous la forme d'un quelconque processus de paix et d'un accord éventuel aux États-Unis ? Le Royaume-Uni est-il prêt à accepter, par exemple, un partage des États-Unis ? M. Obama devra-t-il finalement se retirer ? Et s'il le fait, quelle sorte de dirigeant pourrait le remplacer ? »

Invraisemblable.

Maintenant, prenez l'élection présidentielle étasunienne de 2012 :

58,2% de la population sont allés voter

dont 51,06% ont voté pour Obama

donc, 29,7% des électeurs ont voté pour Obama

Ce n'est pas mal, ou du moins, pas aussi mauvais que l'élection de Bush.

Maintenant, traversons l'océan Atlantique et regardons les élections russes de 2012 :

65,25% de la population sont allés voter

dont 63,64% ont voté pour Obama

donc, 41,5% des électeurs russes ont en fait voté pour Poutine

Bien mieux ! Et encore mieux, 90% des Russes, qu'ils aient voté pour lui ou non, le soutiennent et pensent qu'il fait bien son boulot ! En revanche, la cote de confiance d'Obama se situe à environ 46 % à peine la base d'un soutien populaire.

Et Assad ? Bon nombre de détracteurs en pantoufles de ce « dictateur » ne savent probablement pas qu'il a été réélu tout juste l'année dernière, après 3 ans de guerre contre les mercenaires étrangers. Aux élections de 2014 :

73,42% de la population sont allés voter

dont 88,7% ont voté pour Assad

donc, 65% des Syriens ont voté pour Assad

C'était en plein milieu d'une crise des réfugiés. Tandis que de nombreux pays ont permis aux Syriens au sein de leurs frontières de voter à leurs ambassades respectives, la Belgique, le Canada, l'Égypte, la France, l'Allemagne, l'Arabie Saoudite, la Turquie, les Émirats Arabes Unis et les États-Unis n'ont pas permis que des élections soient organisées dans leurs ambassades syriennes.

Deux Syriens sur trois ont voté pour Assad. Un Étasunien sur quatre a voté pour Bush. Un Étasunien sur trois a voté pour Obama. Il y a manifestement quelque chose qui cloche dans ce tableau. Peut-être n'est-ce que moi. Peut-être la démocratie c'est quand une minorité de gens vote pour la personne au pouvoir. Soit c'est cela, soit la Syrie est plus démocratique que les États-Unis.

Si la Syrie organise assez rapidement des élections, cela constituera un nouveau coup de maître dans la guerre contre l'impérialisme et le terrorisme des États-Unis et de l'OTAN. Tout politicien occidental important est obligé de répéter bêtement les points de discussion approuvés : « Assad est un dictateur. Il tue son peuple. Il doit partir. » Ce ne sont que des mensonges ou des diffamations, évidemment. Mais avec la présence de la Syrie et de la Russie aux infos, c'est le moment idéal pour une élection syrienne libre et démocratique. Assad sait qu'il gagnera, parce qu'il a lui aussi la cote de confiance du niveau de Poutine dans son pays. Que pourront alors dire les États-Unis ? Ils devront refuser ouvertement de soutenir la démocratie en Syrie - au nom de la démocratie pour la Syrie. Ce ne sera pas la première fois qu'ils se feront prendre à leur propre piège mensonger. La Russie et la Syrie ont déjà dévoilé les hypocrites meurtriers éhontés qu'ils sont en leur faisant défendre publiquement les terroristes qui opèrent en Syrie.

Poutine a laissé une chance aux Étasuniens (il leur laisse toujours des occasions, tout comme César donnait l'occasion à ses ennemis de revenir à la raison, du début à la fin). Si leur lutte contre le terrorisme est sincère, alors qu'ils donnent un coup de main. Mais ils ne le feront pas. Et ils ne le feront pas parce qu'ils ne peuvent pas. Leur lutte contre le terrorisme n'a jamais été sincère. En fait, ils ont activement soutenu, créé et exploité le terrorisme tout du long. Cela devient désormais visible pour le monde entier. Et c'est une bonne chose pour la vraie liberté et la vraie démocratie.

Avatar

Harrison Koehli(Profile)

Harrison Koehli est originaire d'Edmonton, dans l'Alberta (Canada). Diplômé en musique, Harrison est éditeur pour Red Pill Press et le magazine Dot Connector, et a été invité à plusieurs émissions de radio nord américaines, en reconnaissance de ses contributions à l'avancement de l'étude de la ponérologie. Quand il n'est pas pris par l'édition ou l'écriture, Harrison dévore des livres et travaille au Rabbit Hole, un disquaire/libraire indépendant. Outre la musique et la lecture, Harrison aime le tabac et le bacon (les deux souvent en même temps) et n'aime pas les téléphones portables, les légumes et les fascistes.

 

L’OTAN divulgue un projet de déploiement de 4.000 soldats aux frontières russes (WSWS)

Ils ne s'arrêteront jamais ces criminels ?

L’OTAN divulgue un projet de déploiement de 4.000 soldats aux frontières russes (WSWS)

par Bill Van Auken 31 Octobre 2015, 21:13

WSWS*

Des chasseurs alpins allemands le 26 octobre durant un exercice de l’Opération Trident Jucture 15.Des chasseurs alpins allemands le 26 octobre durant un exercice de l’Opération Trident Jucture 15.

L’OTAN divulgue un projet de déploiement de 4.000 soldats aux frontières russes

Le projet de positionner quelque 4.000 troupes de combat de l’OTAN dans des pays frontaliers de la Russie était annoncé jeudi sur fond de tensions grandissantes entre Washington et Moscou à propos de leurs interventions, aux objectifs opposés, en Syrie.

Ce déploiement serait une escalade qualitative de l’encerclement de la Russie et du renforcement contre elle de la capacité militaire de l’alliance menée par les Etats-Unis. Il exacerberait le danger de guerre en Europe et celui d’un affrontement militaire entre les deux principales puissances nucléaires.

Le caractère provocateur de ce déploiement est renforcé par le fait que les troupes, venant de différents pays de l’OTAN, seraient officiellement sous le commandement de l’OTAN, un règlement mis en place dans l’éventualité d’une guerre de l’OTAN avec un ennemi commun. Une telle structure de commandement est quasi inédite en temps de paix.

Des chasseurs alpins allemands le 26 octobre durant un exercice de l’Opération Trident Jucture 15.

Une proposition actuellement à l’étude au sein de l’alliance serait de placer des bataillons – entre 800 et 1.000 hommes – en Pologne et dans les anciennes républiques baltes soviétiques de Lituanie, Lettonie et Estonie. Un projet moins étendu limiterait le déploiement à un seul bataillon dans la région.

Selon le Wall Street Journal, Washington insiste sur un déploiement plus considérable alors que « des responsables allemands notamment ont exprimé des réserves disant en privé aux alliés qu’ils ne voulaient pas traiter Moscou comme un ennemi permanent ou l’exclure de l’Europe… »

Selon ce journal, d’autres membres de l’Alliance, dont Washington vraisemblablement, soutiennent qu’« un petit renforcement pourrait avoir la conséquence imprévue de rendre plus probable un conflit avec la Russie si des mésaventures ou des erreurs de M. Poutine déclenchaient accidentellement un conflit plus large. Pour le prévenir, certains disent que l’OTAN devrait multiplier les efforts en matière de dissuasion et démontrer par exemple sa capacité de déplacer rapidement un nombre plus important encore de troupes dans des exercices comme ceux qui se déroulent actuellement en Espagne et au Portugal.

Les projets de déploiements permanents de troupes aux frontières de la Russie sont apparus dans le contexte de l’Opération Trident Juncture, le plus grand exercice militaire depuis 2002, impliquant 36.000 soldats, plus de 140 avions de guerre, plus de 60 bâtiments et sept sous-marins.

La semaine passée, au lancement de la deuxième phase des exercices, le vice-secrétaire général de l’OTAN, Alexander Vershbow, qui est ambassadeur américain auprès de l’Alliance, a clairement fait savoir que les exercices visaient à intimider la Russie.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par le renforcement militaire russe, » a dit Vershbow, qui fut ambassadeur américain en Russie sous G.W. Bush. Il a dit aux journalistes, « La concentration croissante de forces à Kaliningrad, en Mer noire et actuellement en Méditerranée orientale, posent des défis supplémentaires. »

« A l’est, la Russie a illégalement annexé la Crimée et continue de soutenir les séparatistes en Ukraine orientale; et elle semble s’être à présent engagée dans la guerre en Syrie en se rangeant fermement du côté d’Assad, » a-t-il ajouté.

Les manœuvres, qui se poursuivent jusqu’au 6 novembre, ont pour but de démontrer que l’OTAN est capable, pour attaquer ses ennemis, de déplacer rapidement des forces militaires au-delà de ses frontières. Elles s’appuient sur un scénario où l’OTAN est censée défendre un pays fictif « Lakuta » contre une attaque lancée par « Kamon », un adversaire régional.

Le scénario officiel de l’exercice de l’OTAN précise qu’« Une instabilité politique croissante, un regain de tensions ethniques et des problèmes socio-économiques consistants ont abouti à l’invasion flagrante du territoire d’un pays par un autre. »

Il est évident que les exercices ont pour objectif de reproduire une évolution possible des conditions dans les anciennes républiques baltes soviétiques. Celles-ci sont toutes dirigées par des gouvernements droitiers fanatiquement antirusses et ont imposé de brutales mesures d’austérité contre la classe ouvrière en discriminant une forte population d’origine russe et en glorifiant ceux qui avaient collaboré avec les nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

L’an dernier en septembre, le président Barack Obama s’était rendu en Estonie et avait proposé un engagement inconditionnel, au titre de l’article 5 de la charte de l’OTAN, de recours à des troupes américaines pour défendre les Etats baltes contre une prétendue menace russe. Qualifiant l’engagement d’« inébranlable » et d’« éternel », il avait souligné être prêt à mobiliser des « troupes américaines sur le terrain. »

L’Ukraine, qui n’est pas membre de l’OTAN, a envoyé son armée participer aux manœuvres de l’OTAN. L’escalade de la confrontation entre les Etats-Unis et la Russie a été déclenchée par le coup d’Etat de février 2014 qui a évincé le gouvernement ukrainien de Victor Ianoukovitch après qu’il a refusé une proposition d’entrer en association avec l’Union européenne et recherché un prêt de renflouement auprès de la Russie. Ce coup avait été orchestré par Washington et Berlin et conduit par des milices fascistes. Il fut suivi d’une guerre civile sanglante, le nouveau régime de Kiev appuyé par les Etats-Unis tentant de réprimer militairement les rebelles d’origine russe dans l’est du pays.

Ces dernières propositions de déploiement de troupes aux frontières russes font suite à une décision antérieure de l’OTAN de masser une « force de réaction rapide » forte de 40.000 hommes avec des quartiers généraux de petite taille, qualifiés d’Unités d’intégration des forces de l’OTAN, en Hongrie, Slovaquie, Estonie, Lettonie et Lituanie ainsi qu’en Bulgarie, en Pologne et en Roumanie. Ces unités de commandement dotées chacune d’environ 80 hommes, sont conçues pour préparer un déploiement rapide des troupes de l’OTAN contre la Russie. De plus, des projets ont été élaborés pour pré-positionner armes et matériel, dont des chars et d’autres armes lourdes, à distance de frappe de la Russie.

Réagissant aux informations sur les nouveaux projets d’escalade militaire de l’OTAN, l’ambassadeur de Moscou auprès de l’Alliance, Alexander Grouchko, les a dénoncés disant que, comme les précédents, ils contrevenaient aux accords des années 1990 en vertu desquels l’OTAN s’engageait à ne pas stationner de troupes de combat en nombre substantiel aux frontières de la Russie.

« D’un point de vue politique, ces activités militaires visent à créer un nouveau ‘rideau de fer’ en Europe, » a dit Grouchko. Il a ajouté, « Notre sécurité sera, en tout état de cause, sauvegardée, nous disposons d’un choix varié pour le faire efficacement. »

L’intensification apparemment délibérée des tensions en Europe de l’est coïncide avec la tenue à Vienne d’une nouvelle session de pourparlers sur la crise syrienne. La Russie a mené des centaines de frappes aériennes et apporté d’autres formes d’aide militaire pour tenter d’étayer le gouvernement de Bachar al-Assad, alors que Washington qui, comme Moscou, affirme combattre le « terrorisme », continue d’appuyer les milices islamistes qui s’efforcent de renverser Assad.

La réaction du gouvernement de Vladimir Poutine à l’offensive de l’impérialisme américain est tant réactionnaire que politiquement en faillite. Fondée sur le nationalisme et la défense des intérêts de l’oligarchie capitaliste qui s’est enrichie par le pillage de la propriété publique après la dissolution de l’Union soviétique, la politique de Poutine oscille entre la démonstration de force militaire et la recherche d’un arrangement avec l’impérialisme.

Jeudi, la marine américaine admettait avoir envoyé quatre avions de chasse armés pour affronter deux avions russes Tu-142 Bear qui volaient dans les parages du porte-avions américain Ronald Reagan lors d’exercices maritimes près de la péninsule coréenne. Les avions russes auraient volé à une altitude de 500 pieds et à moins d’un mile du navire de guerre américain. Les tentatives d’un escorteur américain d’interpeller l’avion russe sont restées sans réponses.

Le potentiel d’un conflit militaire entre les Etats-Unis et la Russie que ce soit en Europe de l’Est, en Syrie ou ailleurs, s’accroît de jour en jour. Le danger qu’un conflit ne dégénère en guerre nucléaire est plus grand de nos jours qu’au plus fort de la guerre froide.

*World Socialist Web Site

 

L'Airbus russe s'est désintégré en vol

L'Airbus russe s'est désintégré en vol

Voir aussi :

Crash d'un avion russe en Egypte: les hypothèses
15:06 01.11.2015

Débris de l'A321 russe dans le Sinaï

Un Airbus A321 de la compagnie russe Metrojet (Kogalymavia) reliant Charm-el-Cheikh à Saint-Pétersbourg s'est écrasé le 31 octobre dans le Sinaï, faisant 224 morts.

Les enquêteurs russes utiliseront des drones dans le Sinaï
01.11.2015

Des experts russes sur les lieux du crash d'un Airbus de Metrojet en Egypte

Les sauveteurs du ministère russe des Situations d'urgence rechercheront les corps des victimes, leurs effets personnels et les débris de l'avion.

Crash dans le Sinaï: 130 corps examinés
17:22 01.11.2015

Des experts russes étudient les débris de l'Airbus A321 en Egypte

Des enquêteurs et des criminologues russes procèdent à l'examen du lieu de la catastrophe de l'Airbus A321 dans le Sinaï. L'avion, qui reliait Charm el-Cheikh à Saint-Pétersbourg, s'est écrasé samedi matin avec 224 personnes à son bord. Les causes de l'accident demeurent pour le moment inconnues.

 

L'Airbus russe s'est désintégré en vol

16:40 01.11.2015 (mis à jour 17:45 01.11.2015)

 

Des experts russes étudient les débris de l'Airbus A321 en Egypte

 

Les fragments de l'avion sont dispersés sur près de 20 kilomètres carrés.

L'Airbus A321 russe qui s'est écrasé samedi matin dans le Sinaï, faisant 224 morts, s'était désintégré en vol, a annoncé le directeur du Comité interétatique de l'aviation (MAK), Viktor Sorotchenko.

"Il est prématuré de faire des conclusions. L'avion s'est désintégré en vol, ses fragments sont dispersés sur près de 20 kilomètres carrés", a indiqué M.Sorotchenko devant les journalistes.

Alexandre Neradko, président de l'Agence fédérale russe des transports aériens (Rosaviatsia), estime aussi que l'avion s'est disloqué à une grande altitude.

Des experts de l'avionneur Airbus se sont rendus au Caire. Ils sont prêts à participer à l'analyse des données boîtes noires, a annoncé à Sputnik le porte-parole d'Airbus, Stefan Schaffrath.

Selon le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, l'enquête sur la catastrophe pourrait durer des mois.

L'avion Airbus A321 de la compagnie aérienne russe Metrojet (connue également sous le nom de Kogalymavia) s'est écrasé samedi matin dans le nord du Sinaï alors qu'il effectuait un vol Charm-el-Cheikh-Saint-Pétersbourg avec 224 personnes à bord. Tous les passagers et membres d'équipage ont péri dans le crash.