Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2015

Quand la France décidait d'armer les islamistes syriens (2013)

 Et là aussi, Hollande nous mentira pour attester qu'il n'a jamais voulu armer ses mercenaires de l'EI !

 Voir aussi : Armes en Syrie : le coup de poker de la France 14/03/2013

Ajoutée le 14 mars 2013

Le Point.fr - Publié le 14/03/2013 à 18:29 - Modifié le 14/03/2013 à 20:27


Arme


Paris annonce sa volonté de convaincre les Européens de lever l'embargo sur les armes à destination de l'opposition syrienne. Décryptage.


Il aura fallu deux ans et 70 000 morts pour que la France et la Grande-Bretagne veuillent réellement trouver une issue au drame qui a cours en Syrie. Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a surpris ce jeudi en annonçant que Paris et Londres allaient demander d'avancer la prochaine réunion de l'Union européenne sur l'embargo sur les armes en direction de la Syrie, prévue fin mai. Surtout, le ministre des Affaires étrangères a indiqué que, à défaut de l'unanimité requise dans l'Union européenne pour lever cette mesure, la France, "une nation souveraine", pourrait prendre la décision unilatérale de livrer des armes à l'opposition.

"On ne peut pas accepter qu'il y ait ce déséquilibre actuel avec, d'un côté, l'Iran et la Russie qui livrent des armes à Bachar (el-Assad) et, de l'autre, des résistants qui ne peuvent pas se défendre", a fait valoir jeudi Laurent Fabius sur France Info. Un souhait encore répété dans l'après-midi par François Hollande, à son arrivée au sommet européen à Bruxelles. "Nous souhaitons que les Européens lèvent l'embargo. Nous sommes prêts à soutenir la rébellion, donc nous sommes prêts à aller jusque-là. Nous devons prendre nos responsabilités", a insisté le président français.
Essor des djihadistes

Décidé en mai 2011, peu après le début de violente répression exercée par les forces de Bachar el-Assad à l'encontre des manifestants pacifiques, l'embargo interdit toute vente, fourniture, transfert ou exportation d'armes à la Syrie, quel qu'en soit le destinataire (régime ou opposition). La mesure n'autorise que la livraison à l'opposition de matériels non létaux, comme du matériel de protection ou de communication (gilets pare-balles, talkies-walkies, équipements de désamorçage de mines).

Des moyens somme toute ridicules comparés aux avions de chasse et autres chars syriens qui bombardent au quotidien les villes et quartiers tenus par l'opposition. Mais l'essor de groupes djihadistes profitant de l'inaction de la communauté internationale, notamment à l'est de la Syrie, pousse désormais l'Occident à la prudence, de peur que leurs armes ne se retrouvent entre les mains d'islamistes radicaux. "Le but n'est pas de combattre des djihadistes au Mali pour fournir des armes aux djihadistes en Syrie", avait lancé en février dernier le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, justifiant ainsi la décision de prolonger l'embargo européen sur les armes jusqu'au 1er juin prochain.
"Urgence humanitaire"

http://www.lepoint.fr/monde/armes-en-syrie-le-coup-de-pok...

http://droite.tv/quand-la-france-decidait-darmer-les-isla...

 

Armes en Syrie : le coup de poker de la France 14/03/2013

Petite piqûre de rappel sur les positions adoptées par Hollande et Fabius, en mars 2013, qui décidaient de faire lever l'embargo européen sur les armes à destination de la Syrie pour pouvoir armer la supposée "opposition Syrienne".

Ils vont nous dire qu'ils n'étaient pas déjà complices de leurs mercenaires en Syrie ?

Armes en Syrie : le coup de poker de la France

Paris annonce sa volonté de convaincre les Européens de lever l'embargo sur les armes à destination de l'opposition syrienne. Décryptage.

Par Armin Arefi

Publié le 14/03/2013 à 18:29 - Modifié le 26/03/2013 à 17:36 | Le Point.fr

François Hollande et Laurent Fabius, sur le perron de l'Élysée.

François Hollande et Laurent Fabius, sur le perron de l'Élysée. © AFP/ Kenzo Tribouillard

Il aura fallu deux ans et 70 000 morts pour que la France et la Grande-Bretagne veuillent réellement trouver une issue au drame qui a cours en Syrie. Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a surpris ce jeudi en annonçant que Paris et Londres allaient demander d'avancer la prochaine réunion de l'Union européenne sur l'embargo sur les armes en direction de la Syrie, prévue fin mai. Surtout, le ministre des Affaires étrangères a indiqué que, à défaut de l'unanimité requise dans l'Union européenne pour lever cette mesure, la France, "une nation souveraine", pourrait prendre la décision unilatérale de livrer des armes à l'opposition.

"On ne peut pas accepter qu'il y ait ce déséquilibre actuel avec, d'un côté, l'Iran et la Russie qui livrent des armes à Bachar [el-Assad] et, de l'autre, des résistants qui ne peuvent pas se défendre", a fait valoir jeudi Laurent Fabius sur France Info. Un souhait encore répété dans l'après-midi par François Hollande, à son arrivée au sommet européen à Bruxelles. "Nous souhaitons que les Européens lèvent l'embargo. Nous sommes prêts à soutenir la rébellion, donc nous sommes prêts à aller jusque-là. Nous devons prendre nos responsabilités", a insisté le président français.

Essor des djihadistes

Décidé en mai 2011, peu après le début de la violente répression exercée par les forces de Bachar el-Assad à l'encontre des manifestants pacifiques, l'embargo interdit la vente, la fourniture, le transfert et l'exportation d'armes à la Syrie, quel qu'en soit le destinataire (régime ou opposition). La mesure n'autorise que la livraison à l'opposition de matériels non létaux, comme du matériel de protection ou de communication (gilets pare-balles, talkies-walkies, équipements de désamorçage de mines).

Des moyens somme toute ridicules comparés aux avions de chasse et autres chars syriens qui bombardent au quotidien les villes et quartiers tenus par l'opposition. Mais l'essor de groupes djihadistes profitant de l'inaction de la communauté internationale, notamment à l'est de la Syrie, pousse désormais l'Occident à la prudence, de peur que leurs armes ne se retrouvent entre les mains d'islamistes radicaux. "Le but n'est pas de combattre des djihadistes au Mali pour fournir des armes aux djihadistes en Syrie", avait lancé en février dernier le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, justifiant ainsi la décision de prolonger l'embargo européen sur les armes jusqu'au 1er juin prochain.

"Urgence humanitaire" (Paris)

"Des livraisons d'armes risquent toujours de nourrir une course à l'armement et de provoquer une glissade vers une guerre par procuration, qui pourrait embraser toute la région", a renchéri la semaine dernière le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle. "Il y a urgence humanitaire en Syrie, au regard tant du nombre de morts que de celui des réfugiés syriens. Et la situation empire de jour en jour", confie au Point.fr une source diplomatique française. "L'idée est qu'une réunion accélérée sur la question de l'embargo des armes à destination de la Syrie se tienne avant mai."

Celle-ci pourrait avoir lieu les 22 et 23 mars, date à laquelle les ministres européens des Affaires étrangères doivent se retrouver pour une réunion informelle à Dublin. La prise de position française a en tout cas eu le mérite de secouer ses partenaires européens, particulièrement amorphes sur la question. Berlin a déclaré jeudi être "prêt à discuter immédiatement au sein de l'Union européenne" de l'opportunité de lever l'embargo, "si des partenaires importants de l'UE estiment que la situation est maintenant différente". Bruxelles a assuré de son côté qu'il était "possible" de discuter "sans délai" de la nouvelle opportunité, si l'un des 27 membres le souhaitait.

Prudence des rebelles

Étrangement, aucun État membre n'a formellement réclamé de levée de l'embargo au cours de la dernière réunion des ministres européens des Affaires étrangères, lundi à Bruxelles. D'après un haut responsable français s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, l'objectif de la France serait notamment de fournir à l'opposition syrienne des moyens de défense antiaériens (missiles sol-air) contre les avions et les hélicoptères du régime. Il faut aux opposants "des armes qui puissent contrer les attaques des avions", a confié ce responsable à l'Agence France-Presse.

"Ces armes, c'est ce que demande la Coalition nationale syrienne [principale coalition de l'opposition syrienne, basée à l'étranger, NDLR]", rappelle la source diplomatique française. "À ce stade, il ne s'agit pas de se lancer dans des supputations. Rien n'a encore été décidé", assure-t-elle. Du côté de l'Armée syrienne libre (ASL), les annonces française et britannique sont accueillies avec prudence. "Le vrai problème de l'Armée syrienne libre [ASL] aujourd'hui est la multiplication des sources d'armement et de financement, ce qui provoque un déficit de contrôle du commandement central sur toutes les forces sur le terrain", affirme au Point.fr Fahad al-Masri, porte-parole du commandement conjoint de l'Armée syrienne libre de l'intérieur.

Tactique française

Tandis que l'ASL bénéficie de livraisons d'armes limitées de la part de l'Arabie saoudite et du Qatar, certaines personnalités privées habitant le Golfe alimentent les groupes rebelles les plus radicaux. "La livraison effective d'armes par la France permettrait d'unifier les ressources de l'ASL et ainsi de réunir sous un même étendard tous les groupes armés qui luttent pour la chute du régime", assure Fahad el-Masri. "Nous possédons dans notre armée des centaines d'officiers, anciens hauts gradés de l'armée régulière, qui savent manier les armes lourdes et de qualité."

Mais le porte-parole garde également en mémoire les multiples promesses de l'Occident envers l'opposition syrienne, restées, selon lui, lettre morte. "Si la France et la Grande-Bretagne ne mettent pas en application leur parole, elles pourraient au contraire ouvrir la voie à un soutien ouvert de l'Iran et de la Russie au régime syrien, afin qu'il massacre encore davantage sa population." Pour l'heure, Paris répète sa volonté de trouver une issue politique au conflit. "Toujours persuadé de sa supériorité militaire, le régime syrien ne fait rien pour la mise en place d'une telle solution", fait valoir la source diplomatique française. "Pour que Damas se persuade de l'intérêt à participer au dialogue politique, il faut créer les conditions d'un changement dans l'équilibre des forces sur le terrain."

Consultez notre dossier : "La tragédie syrienne".

 

La Russie peut tous nous détruire : Général Mark Milleyl, chef d'état-major des armées US

Appréciation de l'armement Russe par un Général US ! En espérant que cela permettra de les calmer un bon moment, surtout que la Russie a créé un partenariat militaire avec la Chine !

Jusqu'à peu avant la démonstration (car il s'agit d'une petite démonstration pour le moment) de deux armées russes (il en reste encore deux autres, au moins) en Syrie, l'Empire du Chaos était considéré – et fanfaronné par nos journalistes aux ordres – comme la plus puissante armée du monde. Eh bien non, c'est la russe. Et sous toutes les coutures.

C'est le chef d'état-major des armées US le général Mark Milley. Et les généraux de l'OTAN le savent aussi bien, mais ils continuent à aboyer aux frontières du "grizzly", les cons va-t-en guerre……

L'article est en Anglais avec la traduction Google par le lien ci-dessous : 

Russia Can Destroy Us – Top U.S. Army General

Russia is the only country in the world with the nuclear capability to destroy the U.S., according to Army Chief of Staff General Mark Milley. The General called Russia an existential threat to the U.S., speaking in front of the audience at the Defense One summit in Washington, DC on Monday.

Russia General Mark Milley
Image Source: Wikimedia Commons

Milley also considers Russia “aggressive” and “adversarial to the interests of the United States,” which is why Moscow’s nuclear weapons are capable of destroying the U.S.

The General warned that Russian President Vladimir Putin’s recent behavior suggest the country would be willing to use nuclear weapons. Milley also noted that Russia has been violating “the Westphalian order” ever since it started invading “sovereign nations” in 2008.

Milley has already called Russia an existential threat during his confirmation hearing before the U.S. Senate back in July. Two weeks prior to his confirmation hearing, U.S. General James Dunford used the same phrasing during his own Senate confirmation hearing to become the Chairman of the Joint Chiefs of Staff.

“I would say that Russia’s recent behavior is adversarial to the interests of the United States,” Milley said, referring to Russia’s aggressive drills and patrols with its troops, aircraft and submarines for the past “four-five-six-seven” years. “Russia bears close watching,” he added.

The audience then asked whether Russia should be considered an enemy rather than a partner, but Milley responded with an urge to a “strength and balance sort of approach, which is our current policy.”

While diplomacy is very “nuanced,” Russia must be fought with sanctions and NATO’s confident stance, he noted. However, the General added that the U.S. must cooperate with Russia on matters that require involvement of both Washington and Moscow.

Russia’s military far more advanced than that of U.S. – American analyst

Russia is far more advanced and superior in terms of military technologies than the U.S., while the recent American missile tests were nothing but a “bluff” to trick people into thinking the U.S. military could easily counter even such a nuclear-powerful adversary as Russia, according to an American counter-terrorism analyst.

Scott Bennett, a former U.S. Army psychological warfare officer, said in an interview with Press TV on Monday that this is something Washington typically does: it tells its military brass to show off in front of its Russian counterparts, claiming that American missile technology is “the absolute end-all technology that can determine any war.”

The analyst’s comments come just a day after the U.S. military carried out a $230 million test involving Lockheed Martin’s Terminal High Altitude Area Defense (THAAD) systems and the Aegis Ballistic Missile Defense (BMD) equipped onto the USS John Paul Jones destroyer.

 

The results of the test showed that the missile systems were capable of successfully hitting their targets in all but one of the tests. The tests with the missile systems involved a medium-range ballistic missile fired from C-17 aircraft.

During one of the tests, a SM-3 missile fired from the warship failed mid-air in its flight and missed the target. But the THAAD system was capable of taking the failed shot out.

“From a psychological warfare perspective, I see this as a massive bluff, as just a lot of feather puffing, and [it] really doesn’t have a lot of substance because the technology is not there and the Russian technology as we know is far superior,” Bennett said.

Bennett sees this elaborate $230 million missile test as a standard military test, while Washington wants to make it look as if it is more lethal than it really is.

U.S. will be responsible for deaths in Syria, not Russia – Analyst

The analyst also believes that the test is an attempt of the U.S. to assure its allies in the Middle East, who turn away from Washington one by one because of its incompetence in Syria, that the U.S. still has what it takes to maintain influence in the region. The tests seem to fall in line with U.S. President Barack Obama’s decision to send Special Operation forces to Syria.

Bennett expects Russia to call the bluff and warn the U.S. that if it sends American troops to Syria, “the Russian coalition will not be held responsible for any deaths that may result.”

Bennett also called Obama’s decision “a potential trap.” “It is an attempt to try and goad Russia, I think, into maneuvers and bombings that can kill a lot of American troops for the purposes of triggering a larger US action.”

The analyst also suspects that there might be a connection between the U.S. missile tests and the recent Russian plane crash over Egypt’s Sinai desert which killed 224 passengers on board, including 25 children and 7 crew members.

Russian navy presents threat to U.S.

Meanwhile, the U.S. is discussing the possibility to station more of its ships and naval objects in Europe as a response to Russia’s most threatening naval operations in two decades, according to the new U.S. Navy chief of naval operations.

The U.S. Navy is now reassessing its global stance to counter the aggressive activity of Russian warships and submarines, Admiral John Richardson, chief of naval operations said in an interview with the Financial Times.

“Their submarine force and their navy are as active as they have been in a long time, 20 years or so,” Admiral Richardson noted. “How are we going to posture our forces to make sure that we maintain the appropriate balance and are suitably engaged?”

The Admiral also said that the U.S. Navy is considering to step up its presence in Europe and the Pacific. “That’s the conversation we’re having right now.”

Russian Admiral Viktor Chirkov, the chief of the Russian navy, recently said that Russian submarine patrols have increased by 50 percent from 2013.

 

 

De mieux en mieux : Valls demande de ne pas saisir le Conseil constitutionnel sur l’état d’urgence !

Comme cela nous savons tous que la prolongation de l'état d'urgence à 3 mois est une décision anticonstitutionnelle !

L’apprenti dictateur nous expliquait hier qu’il n’y a pas de risque zéro dans le domaine du terrorisme et qu’il fallait s’y faire… En revanche, qu’il y ait un risque que son projet de loi prorogeant l’état d’urgence soit retoqué par le Conseil constitutionnel dans l’une ou l’autre de ses dispositions, voilà qui est parfaitement intolérable. Non mais quand même !

Valls demande de ne pas saisir le Conseil constitutionnel sur l’état d’urgence

valls-senat

« Le premier ministre Manuel Valls a demandé au Sénat de ne pas saisir le Conseil constitutionnel du projet de loi sur l’état d’urgence, craignant que certaines dispositions soient censurées.

Séquence incroyable au Sénat. Et inacceptable pour le juriste démocrate, voire pour le démocrate tout court. Très calmement, alors que les sénateurs discutaient ce vendredi après-midi du projet de loi prorogeant l’état d’urgence, le premier ministre a demandé aux parlementaires de ne pas saisir le Conseil constitutionnel. Il craint que la loi ne soit pas conforme au texte fondamental de la Cinquième République.

« Il y a toujours un risque »

« Je suis dubitatif sur l’idée de saisir le Conseil constitutionnel, a expliqué Manuel Valls lors de sa dernière intervention en séance. Car il y a toujours un risque. Si le Conseil répondait que la loi révisée est inconstitutionnelle sur un certain nombre de points, cela peut faire tomber 786 perquisitions et 150 assignations à résidence déjà faites ».

Le chef du gouvernement — dont la présence dans l’hémicycle pour défendre un projet de loi est déjà exceptionnelle — a reconnu très explicitement que certaines dispositions prévues par le projet de loi sur l’état d’urgence pourraient être déclarées invalides, et a cité en particulier la disposition qui permet au gouvernement d’obtenir sans délai le blocage d’un site internet par les FAI.

L’objectif du gouvernement est  que la conformité du texte à la Constitution ne soit pas vérifiée sur le fond, « même si je sais qu’il y aura toujours la possibilité d’une QPC », a expliqué Manul Valls. Les QPC permettent effectivement de saisir le Conseil pour qu’il vérifie la conformité d’une disposition mise en œuvre dans une procédure administrative ou judiciaire ».

Guillaume Champeau, Numerama, le 20 novembre 2015

Le Parlement donne son feu vert à la prolongation de l'état d'urgence

Comme vous l'aurez sans doute compris, l'état d'urgence ou ce que l'on pourrait considérer comme  étant la Loi Martiale,  n'a pas été instauré pour assurer notre sécurité, mais bien pour nous empêcher de manifester et de nous révolter contre l'état mafieux qui a alimenté ses mercenaires en Syrie dans l'objectif de pousser Assad à démissionner, voire pire, pour leur permettre de créer le Grand Israël, de nous pondre dans ce délai de 3 mois, des lois anti-constitutionnelles et de priver les petits partis politiques dont l'UPR de François Asselineau, de mener leur campagne électorale pour les prochaines élections régionales qui se tiendront le 6 décembre 2015.

S'il existait vraiment des craintes d'attentats et d'attaques chimiques, pensez-vous qu'ils auraient maintenu, la conférence de la COP21, alors que près de 130 Chefs d'état devraient être présents en France à partir du 29 novembre prochain ? A moins qu'ils ne prévoient de prétexter un attentat pour éliminer un chef d'état gênant ?

Le Parlement donne son feu vert à la prolongation de l'état d'urgence

Le Sénat a largement adopté la prolongation pour trois mois de l’état d’urgence. Après le vote de l’Assemblée, le Parlement au complet a maintenant donné son accord.

Le régime d’exception mis en place à la suite des attentats du vendredi 13 novembre à Paris sera en place pour au moins trois mois de plus. La chambre haute du Parlement, à majorité de droite, a largement adopté le projet de loi annoncé lundi par le président François Hollande. 336 voix pour, 12 abstentions et aucune voix contre. Seuls onze sénateurs communistes et une écologiste n’ont pas donné leur blanc-seing.

Après l’Assemblée nationale

Hier, c’est la chambre basse qui votait. Là aussi, le plébiscite fut massif en faveur du projet de loi. 551 voix pour et seulement 6 contre. Trois députés PS et autant d’écologistes ne souhaitaient pas prolonger cette mesure exceptionnelle qui permet notamment aux autorités d’assigner à résidence des individus, d’effectuer des perquisitions jour et nuit ou encore de prendre des mesures de contrôle de la presse.

Plusieurs observateurs ont d’ores et déjà fait part de leurs inquiétudes contre une loi qu’ils considèrent dangereuse et liberticide. Du côté des Français, on soutient massivement la mesure. Selon un sondage réalisé récemment, 84% des citoyens se disent prêt «à accepter davantage de contrôles».