Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2008

Diana : la thèse de l'attentat sur France 3. Samedi 25 août à 22 h 55

Diana: la thèse de l'attentat sur France 3. Samedi 25 août à 22 h 55 - 90 mn - 26 août 2007
France 3 ouvre à nouveau l'enquête sur la mort de Diana. Le documentaire choisi par la chaîne publique, signé Francis Gillery, pourrait bien semer le trouble sur cette affaire. L'auteur démonte, point par point, les explications officielles: l'ivresse du chauffeur, la vitesse excessive, la fuite folle de la voiture dans les rues de Paris essayant d'échapper à une meute de paparazzis... Tout cela serait faux. Le journaliste va encore plus loin. Il explique que le couple - Diana et Dodi al-Fayed - ne serait pas venu à Paris pour un simple voyage en amoureux mais pour la signature d'un contrat secret. Ce dernier aurait été, en réalité, un piège tendu pour affaiblir le père, Mohammed al-Fayed. Selon l'auteur du documentaire, l'électronique de la voiture aurait été trafiquée et des spécialistes estiment parfaitement possible de provoquer un accident du véhicule à distance. Enfin, Francis Gillery note qu'un photographe attendait sous le tunnel de l'Alma avant le drame. La même émission passera au Québec à RDI. Comique qu'on révèle les autres angles de ce meurtre haut de gamme que les soit-disant conspirationistes avaient élaboré dès les débuts de l'histoire, la même semaine dans 2 pays de chaque côté de l'Atlantique. Le libre échange entre le Québec et la France ? Ou bien créer une déstabilisation en Angleterre face à l'imposture des Windsor.
 
Vidéo : la thèse de l'attentat sur France 3.
 
 

04/09/2008

Géopolitique : L'europe otage de la Russie ? Emission C dans l'air du 3 septembre 2008

Emission C dans l'air:
 
Un nouvel ordre mondial, aux effluves de gaz, se joue-t-il dans le Caucase ? Après le conflit en Géorgie et la reconnaissance russe des indépendances d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie, l'UE a condamné la politique de son principal fournisseur de gaz... sans sanctions. 

Pendant que les Géorgiens enterrent leurs morts, s'organisent avec l'aide d'ONG pour accueillir des centaines de réfugiés et manifestent dans les rues de la capitale pour dénoncer "l'agression russe" le regard tourné vers l'ouest, l'Europe hésite à nouveau entre apaisement et fermeté face au maintien des troupes russes sur ce territoire et à la reconnaissance par Moscou de l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l’Abkhazie.

Convoqué en session extraordinaire pour la première fois depuis 2003, les vingt-sept chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne se sont retrouvés, lundi 1er septembre 2008, à Bruxelles, pour discuter de la situation dans le Caucase et se mettre d'accord sur la réaction à avoir face à la Russie.

Divisés sur cette question, entre partisans d'une ligne dure et modérés, l'UE a finalement choisi de reporter les négociations sur un nouveau "partenariat" avec la Russie "tant que le retrait des troupes (russes) sur leurs positions antérieures au 7 août n'aura pas été réalisé", en référence à la date du déclenchement de la guerre en Géorgie.

Mais cette décision en forme de compromis peut-elle calmer le jeu et permettre de faire appliquer le plan en six points qui encadre le cessez-le-feu en Géorgie et prévoit un retrait des militaires russes ? Que peut réellement faire l'Europe face à la Russie ? Car derrière un conflit qui est d’abord politique, viennent s’ajouter des enjeux énergétiques.

Première productrice mondiale de gaz, la Russie fournit environ un quart de la consommation européenne, ainsi que de pétrole. Une situation de dépendance qui, loin de décroitre, pourrait s’amplifier. La société russe Gazprom prévoit déjà de détenir, d’ici à quatre ans, entre 10 % et 15 % du marché en France, et entre 15 % et 20 % en Grande-Bretagne d'ici à 2015.

Par ailleurs, elle multiplie depuis 2005 les investissements dans les canalisations. Il y a trois ans, le géant énergétique a lancé le projet d’un gazoduc sous la Baltique, en partenariat avec les allemands E.ON et BASF ainsi qu'avec le néerlandais Gasunie. Il a ensuite conclu un accord avec l'opérateur italien ENI pour la construction d'un autre réseau, le South Stream.

Ainsi cette société russe va pouvoir accroître sa domination sur le marché européen, qui devrait souffrir par ailleurs de l'épuisement des gisements en mer du Nord exploités par le Royaume-Uni et les Pays-Bas...

30/08/2008

Géopolitique : Toute attaque de l'Iran signifierait une "guerre mondiale"

Tehéran : Toute attaque de l'Iran signifierait une "guerre mondiale"
 
IRAN - ISRAEL : L'Iran menaçait de détruire Israël en cas d'attaque

Petite banniere 400x50

 

14:59 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, Iran, Syrie, Israël - Palestine | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

29/08/2008

Géopolitique : Attaque américaine imminente sur l'Iran !

Après toutes ces circonvolutions et diversions autour de la Russie et de la Géorgie, nous en venons à l'objectif principal visé par les USA et d'Israël, depuis des années.

Celui d'attaquer l'Iran ! Nous y voilà !

Encore une guerre montée de toutes pièces autour du mythe du terrorisme international, et de la détention de l'arme nucléaire par l'Iran.
Deux poids, deux mesures ! Quels sont les pays qui décident des pays qui sont autorisés à détenir l'arme nucléaire ou pas et selon quels critères ?
Celui notamment de la discrimination ?

Selon les projets des Illuminati prévus de longue date, il sera nécessaire de déclencher les hostilités contre l'Iran avant les élections aux USA, soit avant le mois de novembre 2008, pour ne pas faire supporter cette guerre au nouveau président américain.

Septembre ou octobre devraient donc être des mois décisifs pour entrer en guerre contre l'Iran, et la France suivra, compte tenu de son engagement dans l'OTAN !

Attaque américaine imminente sur l'Iran
Citation
Les services de renseignements néerlandais (AIVD) ont mis sur pied ces dernières années une opération ultra-secrète en Iran avec comme objectif l'infiltration et le sabotage de l'industrie de l'armement dans la république islamique.

L'opération couronnée de succès jusqu'ici a récemment été arrêtée à cause de plans d'attaque aérienne américaine imminente sur l'Iran. Des sites faisant partie de l'opération néerlandaise d'espionnage seraient aussi bombardés. C'est le journal néerlandais De Telegraaf qui l'annonce vendredi selon des "sources bien informées".

L'Ouest soupçonne Téhéran de mettre au point des armes nucléaires et l'Iran refuse de répondre aux exigences occidentales d'arrêt d'enrichissement de l'uranium. Un agent néerlandais du AIVD aurait pu s'infiltrer dans l'industrie iranienne. Mais il a récemment été rappelé parce que les Etats-Unis auraient décidé d'attaquer l'Iran à l'aide d'avions sans pilote d'ici quelques semaines selon De Telegraaf.

Les informations sur l'opération de l'AIVD seraient partagés avec la CIA depuis plusieurs années, toujours selon le quotidien. L'Iran a déjà été sanctionnée trois fois par les Nations Unis à cause de son programme nucléaire controversé. (belga/7sur7)
 


Nicolas Sarkozy menace l'Iran "d'accroître les sanctions dans tous les domaines"
Citation :
"La communauté internationale ne peut pas accepter que l'Iran se dote de l'arme nucléaire", a réaffirmé mercredi Nicolas Sarkozy, menaçant "d'accroître les sanctions dans tous les domaines" si Téhéran ne répond pas aux exigences internationales.

"Rejoints par les Etats-Unis, la Russie et la Chine, les Européens doivent maintenir le cap avec détermination et, faute de réponse de l'Iran, accroître les sanctions dans tous les domaines", a lancé le président français dans un discours aux ambassadeurs français. "Tout doit être mis en oeuvre pour convaincre Téhéran de privilégier la coopération sur l'isolement et sur la confrontation."

"Personne n'a de meilleure stratégie à proposer et, si nous devions échouer, chacun connaît l'alternative catastrophique devant laquelle le monde serait placé (...) : la bombe iranienne ou le bombardement de l'Iran", a-t-il justifié. "Personne ne souhaite que nous aboutissions à cette catastrophe", a-t-il affirmé, appelant les dirigeants iraniens à faire le choix du dialogue. AP
 
 

Recherche Google : http://www.google.fr/search?sourceid=navclient&aq=t&hl=fr&ie=UTF-8&rlz=1T4GGIT_frFR288FR289&q=Attaque+am%c3%a9ricaine+imminente+sur+l%27Iran

28/08/2008

Géopolitique : Une attaque d'Israël contre les sites nucléaires iraniens déstabiliserait la situation (P entagone

WASHINGTON, 2 juillet - RIA Novosti. Une attaque balistique d'Israël contre les sites nucléaires iraniens serait très dangereuse et pourrait déstabiliser la situation au Proche-Orient, a déclaré le chef de l'état-major interarmes américain Michael Mullen lors d'une conférence de presse au Pentagone.

"C'est une partie très instable du monde, et il ne faut pas que cette région soit encore plus instable. Je pense que toute démarche militaire entreprise au Proche-Orient comporte un risque énorme", a affirmé M. Mullen interrogé sur la possibilité d'une attaque israélienne contre les sites nucléaires de l'Iran.

Cela dit, il a refusé de dire si ce thème avait été évoqué lors de sa rencontre, la semaine dernière, avec les autorités de l'Etat hébreu.

M. Mullen a souligné que l'apparition d'un "troisième front" (en plus de l'Irak et de l'Afghanistan) serait néfaste aux Etats-Unis. Il est persuadé que la solution du problème nucléaire iranien passe en premier lieu par la voie diplomatique.

Petite banniere 400x50

 

01:20 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!