Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2008

Selon Medvedev, les États-Unis menacent la sécurité mondiale

Nicolas Sarkozy et Dimitri Medvedev arrivent à la World Policy Conference d'Evian. Photo : 24 heures.

Moscow Times, Oleg Shchedrov, 9 octobre 2008

Mercredi, à Évian, le Président Dmitry Medvedev a déclaré que le soi-disant rôle des Etats-Unis en tant que puissance dominante mondiale a été de saper la sécurité internationale. Des actions étasuniennes depuis les attentats du 11 septembre 2001, il a déclaré .

Le désir des États-Unis de renforcer leur domination mondiale, les a amené à rater la chance historique . . . de construire un véritable ordre mondial démocratique.

S'exprimant à la conférence internationale d'Evian en France, Medvedev a aussi déclaré que la guerre russo-géorgienne d'août a montré que le mécanisme sécuritaire européen, établi autour de l'OTAN et des États-Unis, a besoin d'un grand remaniement.

Le chef du Kremlin a proposé un nouveau pacte de sécurité, qui interdirait l'usage de la force ou de la menace, et préciserait qu'aucun pays seul, incluant la Russie, ne pourrait avoir le monopole d'assurer la sécurité sur le continent.

Dans un discours exceptionnellement émouvant, Medvedev a déclaré que Washington avait laissé passer la chance historique d'un nouveau partenariat après les attentats du 11 septembre sur des villes étasuniennes, quand Moscou a proposé de se joindre à Washington dans la lutte contre le terrorisme.

Medvedev a déclaré que, l'invasion de l'Irak et le plan de Washington de placer des éléments d'un bouclier antimissile en Europe de l'Est, un projet auquel s'oppose Moscou avec acharnement, a mis fin à ce partenariat.

« Après avoir renversé le régime Taliban en Afghanistan, les États-Unis ont commencé une série d'actions unilatérales, » a-t-il dit. « En conséquence, une tendance à créer des lignes de division est apparue dans les relations internationales. C'était en fait la reprise d'une politique populaire du passé, connue sous le nom de confinement. »

La suite ici http://www.alterinfo.net/Selon-Medvedev,-les-Etats-Unis-m...

Crise financière : L'Ecureuil et la Banque Populaire officialisent leur projet de fusion

Les deux institutions financières ont donné leur accord pour négocier leur rapprochement, qui donnera naissance au deuxième groupe bancaire français.

Les groupes Caisse d'épargne et Banque populaire, déjà partenaires à parts égales dans la banque d'investissement Natixis, durement affectée par la crise financière, ont officialisé leur projet de fusion.

L'opération vise à «sécuriser non seulement la capacité commerciale, mais aussi la solidité financière» des deux groupes coopératifs, indique la Caisse d'épargne.

Doté de fonds propres de plus de 40 milliards d'euros, de 480 milliards d'épargne et de dépôts, et d'un produit net bancaire de 17,5 milliards d'euros, le nouvel ensemble donnera naissance au deuxième groupe bancaire français derrière BNP Paribas, devenue récemment la première banque de la zone euro en terme de dépôts, depuis le rachat d'une grande partie des activités de Fortis.

Selon l'AFP, Philippe Dupont, président du groupe Banque Populaire, prendra la tête du nouvel ensemble, organisé en société anonyme à directoire et conseil de surveillance. Charles Milhaud, président du directoire des Caisses d'Epargne, présiderait alors le conseil de surveillance.

L'Elysée soutient la création d'un nouveau géant français

Le patron de l'Ecureuil a déclaré dans un entretien qui sera diffusé jeudi sur Radio Classique, que le président français Nicolas Sarkozy soutient «de toutes ses forces» le projet de fusion des deux établissements mutualistes. L'Elysée «considère qu'il est important pour la France, mais aussi pour l'Europe, qu'elle puisse s'appuyer sur des acteurs bancaires de forte dimension», a t-il ajouté.

Le statut des Caisses d'Epargne etant défini par une loi, cette fusion devra passer par une modification législative. Le Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement (CECEI) devra en outre s'assurer que le nouvel ensemble n'occupe pas une position dominante.

LIRE AUSSI

» INFOGRAPHIE - Un nouveau géant de la finance (avec jdf.com)

» Le management de Natixis maintenu ?

Source : http://www.lefigaro.fr/societes/2008/10/08/04015-20081008ARTFIG00630-l-ecureuil-approuve-la-fusion-avec-les-banques-populaires-.php

30/09/2008

USA : Les dessous de la crise financière ou le retour aux réalités objectives : échec du capitalisme et de l'impérialisme

La crise... tout le monde en parle. Mais les explications sont souvent incomplètes, fumeuses ou de mauvaise foi.
La vérité, c'est qu'au fond, les USA sont ruinés. Ils paient avec retard les frais de leur politique guerrière agressive sans effet économique positif (au contraire !). Acculés les USA exportent le coût de ces guerres de de ce surarmement.
Image: www.leblogfinance.com
Image: www.leblogfinance.com
Voilà que les banques ne peuvent plus trouver d'argent auprès des autres banques. Le système financier est basé sur la planche à billets US. Mais celle-ci est en panne. Pourquoi ?

On nous dit que c'est parce que les traders et les chefs de grande entreprises se font payer trop grassement. C'est vrai. Sarkozy parle de nommer les responsables et de les sanctionner. Mais combien sont-ils ? Quelques centaines ? En multipliant leur nombre par la moyenne des rémunérations, on trouve un chiffre. Il est trop faible pour expliquer la crise financière. La réponse qui consiste à incriminer un petit groupe socio-professionnel contient une toute petite parcelle de vérité. Ce n'est donc pas la vraie réponse à la question principale. Cela s'apparente à la recherche du bouc émissaire.

On nous dit aussi que les banquiers ont commis l'erreur de prêter de l'argent à des gens non solvables et à des taux variables. Faut-il sanctionner tous les banquier d'Amérique et d'Union Européenne ?
Non, parce que Cette cause aussi est fausse. En effet, les gens étaient capables de payer les mensualités de remboursement et ils ont bien commencé à payer. Mais les mensualités n'ont pas seulement augmenté rapidement - cela s'appelle « les taux d'intérêt variables » - , elles ont explosé ! C'est normal que les gens n'aient pas pu suivre. Cela ne répond donc pas au fond de la question. Alors où est le fond du problème ?

Le coupable serait celui qui a fait exploser les taux de rémunération de l'argent.
Qui est-ce ?
C'est le dollar qui a plongé par rapport aux autres monnaies internationales ; il fallait bien monter les taux d'intérêts à l'intérieur des USA pour maintenir égale la rémunération de l'argent au niveau international !

29/09/2008

L'europe : Les vrais maîtres fondateurs de l'UE: les Etats-unis et l'Allemagne

L'Amérique à Bruxelles
Comment la CIA accède-t-elle à nos données personnelles depuis l'Europe ? Comment les services secrets US peuvent-ils enlever et torturer en toute impunité sur le sol européen ? Quel est le véritable pouvoir de nos élus dans la communauté européenne qui se construit ? Comment les Etats-Unis influencent-ils nos dirigeants ?
Journaliste économique et conférencière à Science-Po en tant que spécialiste du lobbying européen, Florence Autret nous dévoile cette face cachée de l'Europe : celle d'une Europe noyautée par Washington.

http://radiovraimentlibre.com/emission-37.html

Qui gouverne la France ?
Alors que la campagne présidentielle bat son plein, une question cruciale n’est jamais posée : De quels pouvoirs dispose encore le gouvernement français dans l’Europe de Maastricht ?
Et comment les services secrets et les partis états-uniens influencent-ils la politique française, de Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal ?
Pour répondre à ces questions interdites, un ancien homme de l’ombre, haut fonctionnaire d’Etat, François Asselineau a décidé de "dire la vérité aux Français…"

http://radiovraimentlibre.com/emission-39.html

USA : Crise financière trop peu et trop tard !

Radar 29 septembre 2008 - Plan Paulson : trop peu, trop tard ?

Weiss et Larson : trop peu, trop tard

Weiss et Larson, conseillers en investissement, ont publié une lettre aux élus chiffrant les montants en jeu dans cette crise du crédit.

- Crédits hypothécaires aux ménages : 12 000 milliards
- Crédits hypothécaires commerciaux : 2 600 milliards
- Crédits à la consommation et aux entreprises : 20 000 milliards

1 479 banques et 158 caisses d’épargnes, totalisant 3 200 milliards d’actifs, sont en difficulté.

La FDIC, qui garantit les déposants américains, ne dispose que de 78 milliards en réserve.

61 banques et 25 caisses d’épargne sont fortement exposées dans le segment des crédits hypothécaires défaillant.

La suite ici : http://contreinfo.info/rubrique.php3?id_rubrique=50