Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2008

Crise financière : La dette américaine envers la Russie atteint 74,4 milliards de dollars (expert)

La dette des États-Unis envers la Russie atteint 74,4 milliards de dollars, a annoncé James Ludes, directeur exécutif du Projet pour la sécurité américaine, dans un article publié samedi par le magazine américain Parade.

"En 2001, notre dette envers la Russie était inférieure à 10 milliards de dollars. A présent, il s'agit de 74,4 milliards", a indiqué M.Ludes.

A l'heure actuelle, la Russie occupe le huitième rang parmi les créanciers des États-Unis, les trois premiers étant le Japon (585.900 milliards de dollars), la Chine (541.000 mds) et la Grande-Bretagne (307.400 mds).

La dette publique américaine envers les gouvernements étrangers s'élève à 2.600 milliards de dollars - environ 20% du PIB - et les États-Unis seront obligés de dépenser une grande partie de leur "patrimoine national" pour le service de ces dettes ces prochaines années, selon les experts américains.

En achetant la dette américaine sous forme de bons du Trésor, les gouvernements étrangers "investissent dans l'économie américaine, mais cela leur donne des leviers d'influence" ce qui rend les États-Unis vulnérables du point de vue stratégique, a déclaré M.Ludes.

Le conseil d'administration du Projet pour la sécurité américaine comprend entre autres Susan E.Rice, conseillère du président élu américain Barack Obama, six généraux américains, les sénateurs Gary Hart (candidat démocrate à la présidence américaine en 1984), John Kerry (démocrate) et Chuck Hagel (républicain), l'ancien premier sous-secrétaire d'État Richard L.Armitage et d'autres personnalités politiques influentes.
 

Crise financière : "Un vrai Nouveau Bretton Woods contre la City, Wall Street et la peur"

Obama et le fric : tout simplement obscène !

http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/00/437529702.jpg

« Bakchich » se met à l'heure américaine. Jusqu’à l’élection du 4 novembre, notre correspondant aux States, Doug Ireland, livre ses impressions de campagne au quotidien.

La légende veut que, pour financer sa campagne, Barack Obama ait levé sur internet quelques 600 millions de dollars auprès de 3,1 millions de « grassroots », de petits donateurs, ayant fait cadeau au candidat de sommes inférieures à 200 dollars. Faux et archi faux ! Une enquête du Washington Post en date du 22 octobre et intitulée « Big Donors Drive Obama's Money Edge » (Les gros donateurs sont la force motrice du fric d'Obama) démontre que « seul un quart de ces 600 millions provient du "petit peuple" ».

 
 

USA : élections de OBAMA : Ce que les médias français ne vous disent pas sur Obama

Même si les médias du monde entier ne jurent que par Obama, quelques voix s'élèvent outre-atlantique pour critiquer son opportunisme et le choix du mode de financement entièrement privé de sa campagne qui risque de faire de lui l'otage des lobbies de Washington.

La France vote Obama ! Sans blague. Selon un sondage publié en France le 17 octobre, 69% des personnes interrogées accordaient leurs suffrages au candidat démocrate, seulement 5% à John McCain. Un score soviétique relevant surtout du sondage de notoriété dépourvu de toute signification politique.
Simple détail, les Français ne sont pas appelés à se prononcer.
Alors certes, un seul Obama vaudra mieux que tous les McCain du monde puisque tout le monde le dit.

Posons la question autrement sans tomber dans l'idéalisation de l'homme providentiel. Combien de Français donneraient leur vote à un homme affirmant sa foi en Dieu, favorable à la peine de mort et à la vente libre d'armes, qui a promis de bâtir une nouvelle armée du XXIème siècle forte de 100.000 hommes supplémentaires, sans s'interdire d'envisager une intervention militaire au Pakistan. Certes, le portrait est aussi minimaliste que caricatural, à la mesure des louanges qu'on lui tresse à l'habitude mais il dit aussi à quel point la transposition du duel américain en France est ridicule.

Obama, la créature de Washington
Heureusement, certains journaux américains n'ont pas attendu pour relativiser le cas Obama. Dans un portrait critique, publié dans Harper's Magazine en novembre 2006, Ken Silverstein croquait Obama en créature, qualifiée de « Washington machine », façonnée sur mesure par les lobbys et les réseaux de communicants, conseils en relations publiques, sondeurs et autres stratèges politiques.

Repris en partie par la revue Le plan B, le portrait « souligne ses liens avec des bailleurs de fonds liés eux-mêmes à de grandes entreprises, ainsi que son opposition à un calendrier impératif de retrait d'Irak. Il rappelle aussi qu'en 2006 Obama a soutenu le sénateur démocrate pro-guerre Joseph Lieberman contre le candidat investi par les militants du parti, Ned Lamont. Mais même les commentateurs de gauche les plus sévères envers Obama omettent souvent les éléments de son passé politique qui contredisent son étiquette d'homme du centre. De son côté, Joe Klein, éditorialiste « ultracentriste » du i[Time, célèbre le sénateur de l'Illinois pour la raison suivante : « Il semble faire preuve d'une volonté presque obsessionnelle de trouver un terrain d'accord avec la droite »

Une campagne financée à 75% par des gros donateurs privés
Interrogé par le Journal du Dimanche, Dominique de Villepin appelle, lui aussi, à une certaine prudence: « Obama est séduisant, mais n'allons pas réinventer l'atlantisme s'il était élu! L'Amérique n'est plus le centre de l'Occident qui n'est plus le centre du monde. Obama, comme McCain, défendra les intérêts de son pays, qui ne seront pas exactement les nôtres. Il développe des thèmes sociaux qui renvoient à Roosevelt. Mais il est aussi choisi par des lobbies financiers: la moitié du financement d'Obama vient des grands groupes, de dollars venus de Goldman Sachs... ».

En effet, Obama est le premier candidat de l'histoire des élections américaines qui refuse la subvention électorale de l'Etat fédéral (84,1 millions de dollars) et finance entièrement sa campagne grâce aux donateurs privés. Un coup fatal porté au mode de financement public des élections. Du jamais vu et sans doute un nouveau problème à régler pour le financement des futures campagnes politiques. Pas mal pour un candidat censé incarner la gauche de l'échiquier politique. Barack Obama a beaucoup communiqué sur ses méthodes de financement consistant à s'appuyer sur les petits donateurs privés. Certes, il a récolté 600 millions de dollars au cours de cette campagne, le double des sommes levées par son opposant, selon une enquête du Washington Post.

Simple détail, souvent oublié, les trois quarts de cette somme ne proviennent pas des militants de base mais de grands donateurs, VIP, grandes fortunes, lobbies, entreprises… Les élites du pays qui ne manqueront sans doute pas de se rappeler à son bon souvenir en temps utile.
Mardi 04 Novembre 2008 - 09:08
Régis Soubrouillard

Source  : http://www.marianne2.fr/Ce-que-les-medias-francais-ne-vou...

 

 

USA : Lyndon Larouche : Non à la diplomatie britannique dans l'administration Obama !

Le nom de Samantha Power, proche conseillère diplomatique d'Obama, est instamment évoqué pour un poste au département d'Etat. Prenant la défense de l'institution présidentielle, Lyndon Larouche a immédiatement appelé à la tenir la plus éloignée possible de l'administration Obama. Et pour cause :

Depuis l'élection d'Obama au Sénat en 2004, Samantha Power est sa conseillère en politique étrangère et a façonné sa formation dans le domaine. Hors, cette ancienne journaliste du magazine impérialiste et libre-échangiste britannique The Economist, est devenue, avec le financement direct de Georges Soros et de son Open Society Institute, une experte dans l'ingérence humanitaire promue par un autre de ses mentors, Lord Malloch-Brown, ministre d'Etat au Foreign office britannique pour l'Afrique, l'Asie et l'Onu. Elle l'a d'ailleurs ardemment promu comme orateur dans des cycles de conférences à l'Université d'Harvard. Malloch-Brown, qui promeut actuellement l’envoi de troupes britanniques en RD Congo, est « le canal principal entre l'Angleterre et Obama », avait-elle déclaré au Times de Londres pendant les primaires démocrates, précisant qu’il « suscitait l'admiration d'Obama » et que le sénateur de l’Illinois était « réellement sous son charme ».

Lord Malloch-Brown est un proche collaborateur de George Soros, avec qui, en tant qu'administrateur du Programme des Nations unies pour le Développement, il a organisé en 2004 le financement privé des salaires de 5000 officiels géorgiens, dont celui du président Saakashvili lui-même, après avoir sponsorisé la fameuse « Révolution des roses ». Rappelons que le régime Saakashvili a ensuite été « détonné » pour provoquer un conflit militaire entre la Russie et l'Otan. Par la suite, et avant d'être nommé ministre et baron en 2007, Malloch-Brown est devenu vice-président du controversé Quantum Fund, le très opaque hedge fund de Soros situé dans le paradis fiscal de Curaçao, aux Antilles néerlandaises, une île spécialisée dans le blanchiment d’argent de la drogue. Ce fond finance les opérations de Soros grâce aux profits de la spéculation sur les matières premières et les monnaies nationales. Décidément confiant en ses vertus, Soros l'avait également nommé vice-président de son Open Society Institute.

Georges Soros, dont les investissementsphilanthropiques servent depuis toujours les fins géopolitiques de la diplomatie parallèle du Foreign Office, a été le principal organiseur des réseaux de financement d'Obama depuis 2006, au sein du club des millionnaires et milliardaires de la finance new-yorkaise.

LaRouche a donc déclaré : « J'appelle le président élu Barack Obama à virer Samantha Power de son équipe tout de suite, pour le bien de l'Afrique. Aucune personne associée à une personne comme Malloch-Brown, qui a potentiellement le sang de millions d'africains innocents sur ses mains, ne doit être autorisée à approcher la Maison Blanche. Après les huit années de génocide Bush-Cheney dans le monde, c'en est assez ! »



 http://www.solidariteetprogres.org