Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2009

L’Iran dans le colimateur des Dauphins

War Game en Mer Rouge

L’Iran dans le colimateur des Dauphins par Manlio Dinucci

15 juillet 200- - Depuis Rome (Italie)

Le Dauphin a émergé de l’eau face aux baigneurs en villégiature à Eilat, le port israélien dans le golfe d’Aqabah en Mer Rouge. Ce n’était cependant pas un cétacée, mais un Dolphin, un des sous-marins israéliens armés de missiles nucléaires. La nouvelle a fait sensation. Ce n’est pourtant pas un mystère que les Dolphin croisent en Mer Rouge pour tenir l’Iran sous leur ligne de feu : nous l’avons écrit il y a sept ans. Les trois premiers sous-marins de cette classe, dotés des systèmes de navigation et de combat les plus sophistiqués, ont été fournis à Israël par l’Allemagne, dans les années 90, deux sous forme de don. Sur requête israélienne, aux six tubes de lancement de 533 mm, adaptés aux missiles de croisière à courte portée, on a ajouté dans chaque sous-marin quatre tubes de 650 mm, pour le lancement de missiles de croisière nucléaires à longue portée : les Popeye Turbo, qui peuvent atteindre un objectif à 1 500 kms. Ce sont des missiles dérivés des missiles états-uniens, dont la société israélienne Raphaël et Lokheed-Martin ont réalisé aussi, conjointement, une version pour avions.

En 2010, aux trois sous-marins lanceurs d’engins nucléaires s’en ajouteront deux autres, toujours fournis par l’Allemagne. Ils sont construits par les chantiers Howaldtswerke-Deutsche Werft AG pour 1,27 milliards de dollars, dont un tiers financé par le gouvernement allemand. Le Jérusalem Post confirme que les deux nouveaux sous-marins aussi, dont le sigle est U-212, sont construits selon les “spécificités israéliennes” : ils ont une plus grande vitesse (20 nœuds) et un plus grand rayon d’action (4 500 km) et sont plus silencieux pour pouvoir s’approcher des objectifs sans être identifiés.

Selon les experts militaires, un des trois Dolphins fournis par l’Allemagne, est gardé pour la navigation en mer Rouge et dans le Golfe Persique, l’autre en Méditerranée, et le troisième reste en réserve. Avec l’ajout de deux autres, le nombre de ceux qui sont en navigation, prêts à l’attaque nucléaire, pourra être doublé. Et ceci n’est qu’une partie des forces nucléaires israéliennes, dont le potentiel est estimé à 200-400 têtes nucléaires, avec une puissance équivalente à presque 4 mille bombes d’Hiroshima, et dont les vecteurs se montent à plus de 300 chasseurs états-uniens F-16 et F-15, et environ 50 missiles balistiques Jericho II sur rampes de lancement mobiles. Ces armes et d’autres armes nucléaires sont prêtes au lancement 24h sur 24.

Le gouvernement israélien, qui refuse de signer le Traité de non-prolifération, ne reconnaît pas qu’il possède des armes nucléaires (dont l’existence est reconnue par l’Agence internationale pour l’énergie atomique), mais laisse entendre qu’il les a et peut les utiliser. Ainsi s’explique pourquoi le Dolphin est apparu sous les yeux des baigneurs d’Eilat et pourquoi le Jerusalem Post informe qu’il a transité par le Canal de Suez, au retour d’une manœuvre en Mer Rouge. Comme l’écrit ce même journal, c’est “un signal à l’Iran”. En d’autres termes, une façon de faire comprendre à l’Iran et à d’autres pays de la région, lesquels ne possèdent pas d’armes nucléaires, qu’Israël, par contre, en a et est prêt à les utiliser.

Dernier « signal d’avertissement à l’Iran », la nouvelle, rapportée par Haaretz, qu’hier, deux autres navires de guerre israéliens, le Hanit et le Eilat, ont traversé le Canal de Suez en direction de la Mer Rouge. Le Hanit y avait déjà transité en juin avec le sous-marin Dolphin. Ceci implique un accord israélo-égyptien de fonction anti-iranienne. Les sources militaires israéliennes elles-même parlent d’un « changement de politique », qui permet aux unités de la marine de transiter librement par le Canal. C’est ce qu’a confirmé le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, qui a qualifié de « légitime » l’utilisation militaire du Canal de Suez par Israël, établie par « un accord entre Le Caire et Jérusalem ». Il existe donc une liaison stratégique plus étroite entre la Méditerranée, la Mer Rouge et le Golfe Persique.

Et tandis qu’Israël s’exerce à l’attaque nucléaire contre l’Iran, les leaders du G8 (quasiment tous souteneurs actifs du programme nucléaire militaire israélien) dénoncent « les risques de prolifération posés par le programme nucléaire iranien », dans les documents approuvés à L’Aquila le 8 juillet « au cours du dîner ».

Manlio Dinucci

Géographe et géopolitologue. Derniers ouvrages publiés : Geograficamente. Per la Scuola media (3 vol.), Zanichelli (2008) ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, DeriveApprodi (2005).


Les articles de cet auteur

Source : http://www.voltairenet.org/article161081.html#nh1


Israël se prépare à frapper les cibles nucléaire iraniennes

Source: Times Online

Traduction réalisée par l’équipe de SpreadTheTruth.fr

Le récent transit de deux navires de guerre israéliens, porteurs de missiles, par le canal de Suez dix jours après le passage d’un sous-marin capable de lancer des missiles nucléaires, s’inscrit, selon le journal londonien “The Times”, dans son édition de ce jeudi, dans le cadre des préparatifs lancés par Israël en vue d’une éventualité de s’attaquer aux équipements nucléaires iraniens.

Le journal qui cite des sources diplomatiques israéliennes et d’autres du ministère de la Défense israélienne, rapporte que l”e déploiement des navires de guerre en mer rouge, constitue un signal clair sur la capacité israélienne de mettre l’Iran en ligne de mire de sa force de frappe, en un laps de temps très court”.

Israël a œuvré, selon le journal londonien, “à renforcer ses relations avec les pays arabes inquiets, à leur tour, du nucléaire iranien, particulièrement avec l’Egypte, avec qui ses relations se sont consolidées d’une manière notable au cours de cette année, dans la mesure où le Caire et Tel-Aviv partagent cette position de méfiance envers l’Iran”, comme le précise un diplomate israélien.

Selon un responsable du ministère de la défense israélien, cité par le journal, “ces préparatifs doivent être pris au sérieux. Israël investit du temps pour s’équiper et se préparer à la complexité d’une attaque contre l’Iran”.

Ces manœuvres constituent un message adressé à l’Iran selon lequel Israël persiste et signe dans ses menaces. Le journal ajoute queles sous-marins israéliens équipés de missiles, ainsi que sa flotte d’avions de combat, peuvent être utilisés pour perpétrer des attaques contre plus de 10 cibles ayant un lien avec des matières nucléaires, et situées à 800 miles d’Israël.

“The Times” est revenu sur les déclarations du ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abou Ghaith, selon lesquelles “le gouvernement égyptien autorise le passage des navires israéliens par le canal de Suez”. Il a également cité un colonel israélien qui confie que “les entraînements se déroulent régulièrement avec une coopération complète avec l’Egypte”.

Israël procédera également à une mise à l’essai d’un missile d’interception de type “Arrow” dans une zone américaine à l’océan pacifique. “C’est un dispositif qui a été conçu pour protéger Israël contre les attaques de missiles, qui peuvent provenir de l’Iran et de la Syrie”. (…).

A en croire “The Times”, les entraînements israéliens interviennent à un moment où les diplomates occidentaux procurent un soutien à Israël pour attaquer l’Iran, en contrepartie de concessions israéliennes pour la création d’un Etat palestinien.

D’après un diplomate britannique, “si un accord à ce sujet venait à être conclu, l’attaque israélienne contre l’Iran serait effective en l’espace d’une année”.

Des diplomates indiquent également qu’Israël a fait des concessions en matière de politique d’implantations, et de ses relations avec ses voisins arabes, pour faciliter une attaque contre l’Iran.

Un diplomate européen a estimé à cet effet, qu’”Israël a préféré accorder de l’importance aux menaces iraniennes, au détriment de ses implantations”.

Source : http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=1887

 

16/07/2009

USA : 9000 fioles contenant des agents pathogènes ont disparu d’un laboratoire de l’armée américaine

Un heureux hasard que cette disparition en pleine propagande de grippe A, non ?
Toujours les laboratoires de l'armée américaine mis en cause....
Comme dirait Bigard : "c'est troublant, non" ?

Source: Washington Post

9000 fioles contenant des agents pathogènes ont disparu d’un laboratoire de l’armée américaine

Tous droits réservés SpreadTheTruth.fr

h

 

Plus de 9000 fioles contenants des agents pathogènes se sont avérées manquantes lors d’un inventaire effectué par l’armée américaine. Ces fioles qui étaient entreposées au Fort Detrick et contenaient toutes des toxines extrêmement dangereuses.

Après quatre mois de recherche, les enquêteurs ont constaté que 9220 échantillons n’ont pas été référencés dans la base de données, qui en répertorient 66.000.

Les fioles contenaient des agents pathogènes dangereux tels que le virus Ebola, le Charbon, les toxines botuliques, le virus de l’encéphalite équine du Venezuela qui cause la tularémie.

Les fioles étaient entreposées dans un dispositif réfrigéré dédié à la conservation d’agents pathogènes. La plupart de ces fioles n’étaient pas utilisées depuis des années.

Un officiel de l’armée américaine a indiqué : « Je ne peux pas vous dire si les fioles ont quitté le laboratoire, nous pensons que c’est une situation inédite »

Richard Ebright, professeur à l’université de Rutgers, spécialiste en bio-sécurité est extrêmement choqué par la disparition de ces fioles « 9000 fioles (disparues dans un laboratoire de l’armée)…c’est extraordinaire…si un petit nombre avait disparu, cela aurait été angoissant…mais là 9200…dans une institution qui prétend assurer une sécurité maximale à ce sujet. C’est profondément inquiétant …c’est inacceptable »

Tous droits réservés SpreadTheTruth.fr

Source : http://www.spreadthetruth.fr/wordpress27/?p=1562

REVEILLEZ VOUS ENFIN AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD !

REVEILLEZ VOUS ENFIN AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD !

http://www.dailymotion.com/video/x6w33m_reveillezvous-a-d...

 

"Très belle vidéo elle reflète notre vie actuelle.

Avons nous encore quelque chose à ajouter sinon, que tout cela existe afin de nous REVEILLER et d 'en arriver au point de non retour où tous les peuples vont se révolter se tenant par la Main, car c'est une affaire mondiale LA MANIPULATION et en train de croître comme une mauvaise herbe et nous atteint tous.

Fermez les Télés, les postes de radio, pour sortir dehors. Arrêtez de suivre les bulletins météos, tout cela n'est qu'une illusion tout comme cette grippe et ce vaccin que l'on nous forcera à faire et qui le sera dans un autre but, celui-ci est inavouable. Dans les injections allez donc savoir ce qu'ils y ont mis, pour nous endormir d'avantage encore.

Source : http://www.lepost.fr/article/2009/06/01/1559301_r2veillez...

15/07/2009

Le «permis de tuer» de Dick Cheney à la CIA

Ces nazis qui ont la vie belle pour tuer sur ordre et fomenter tous les complots et crimes commis contre l'humanité !

Florentin Collomp, envoyé spécial à New York
15/07/2009 | Mise à jour : 08:45
L'ex-vice-président américain Dick Cheney a fait pression sur les responsables de la CIA pour que ceux-ci omettent d'informer les parlementaires de leur programme secret.
L'ex-vice-président américain Dick Cheney a fait pression sur les responsables de la CIA
pour que ceux-ci omettent d'informer les parlementaires de leur programme secret. Crédits photo : AP

L'ex-vice-président américain a dissimulé pendant des années un programme visant à abattre les dirigeants d'al-Qaida, alors que la loi interdit à l'agence de commettre des assassinats.

Décidé par un comité restreint, un programme antiterroriste de la CIA, gardé secret pendant les huit années de la présidence Bush, visait à tuer ou capturer les dirigeants d'al-Qaida. Ce dispositif caché qui fait aujourd'hui polémique avait été déclenché au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, lorsque le gouvernement américain cherchait les moyens de décapiter l'organisation terroriste.

Le président Bush signe alors un document de dix pages donnant mission à la CIA de poursuivre, de capturer ou d'assassiner des leaders d'al-Qaida où qu'ils se trouvent. Cette clause vient juste d'être révélée au public. Le nouveau patron de la CIA, Leon Panetta, l'aurait lui-même découvert le 23 juin et y a mis fin aussitôt, avant d'en informer le Congrès à qui il avait été caché sur ordre de l'ex- vice-président Dick Cheney.

L'armée américaine et la CIA avaient lancé une série de raids aériens pour tenter d'éliminer des cibles terroristes avec des missiles tirés depuis des drones. Parallèlement, il a été décidé de constituer des équipes paramilitaires d'élite pour mener des incursions sur le terrain à la recherche de hauts responsables d'al-Qaida.

Mais le dispositif n'a jamais vraiment été appliqué, faute de stratégie claire. «Cela fait bien dans les films mais ce n'est pas si facile à faire en vrai, raconte un ancien responsable du renseignement cité par le New York Times. Où est-ce qu'on base les équipes ? À quoi ressemblent-elles ? Doivent-elles être en alerte 24 heures sur 24 en attendant qu'on les appelle ?» L'opération visait surtout à se donner les moyens légaux d'agir en cas de capture d'Oussama Ben Laden ou d'un de ses adjoints.

Permis de tuer

Après les révélations dans les années 1970 sur les missions secrètes de la CIA pour éliminer des leaders comme Fidel Castro, le président Ford avait interdit à l'agence de commettre des assassinats. L'ordre de George Bush en 2001 rétablissait ce permis de tuer des ennemis de l'Amérique, même dans des pays où elle n'était pas en guerre.

Ce souci de quête de légalité internationale approximative a dans le même temps enfreint la loi américaine. Le président Ford avait en effet créé des commissions du renseignement dans les deux chambres du Congrès afin de mettre un terme à l'opacité dans laquelle la CIA agissait. Or, sur pression de Dick Cheney, les responsables de l'agence ont négligé d'informer les parlementaires de leur programme secret comme ils auraient dû le faire. Plusieurs élus démocrates réclament une enquête sur la question, voire des poursuites des responsables qui ont délibérément omis d'informer le Congrès.

Après la torture des prisonniers, les accusations se multiplient sur les méthodes de la CIA sous l'ère Bush. Barack Obama vient de demander une enquête sur la couverture par l'Administration Bush de la mort de plus d'un millier de prisonniers talibans aux mains d'un chef de guerre afghan soutenu par la CIA. Le gouvernement avait alors résisté aux pressions du FBI, du département d'État et de la Croix-Rouge pour mener une investigation sur la question.

» Quand Dick Cheney ordonnait à la CIA de mentir au Congrès

Source : Le Figaro