Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2014

Baisse du rouble: la Russie ne sera pas la seule perdante

Pendant que les Poutinophobes se gargarisent et que l'on nous bassine les oreilles avec la baisse du rouble en Russie, comme si la baisse du pétrole ne pouvait concerner que la Russie productrice de pétrole. Voyons ce qui se passe en bourse et les pertes enregistrées ailleurs dans le monde et notamment dans les monarchies du Golf.

Vous remarquerez que malgré la baisse du prix du brut, les prix sont toujours les mêmes à la pompe pour les vaches à lait de consommateurs !

Quelques articles en lien :

* - Bourses des monarchies pétrolières dévissent 

* - La chute du cours du rouble aura un effet néfaste pour la France

* - Chute du pétrole: vers le nouveau crash!!

* - La chute des prix du pétrole: l'arroseur arrosé

* - Harakiri pétrolier de Riyad : les impacts ?

 

Bourses des monarchies pétrolières dévissent

mardi, 16 décembre 2014 08:17

IRIB- Les Bourses des monarchies pétrolières du Golfe persique dévissaient mardi sur fond de dégringolade des cours du brut et d'importantes pertes sur les grandes places financières mondiales. La Bourse de Dubaï était en chute libre, lâchant plus de 7% peu après l'ouverture du marché et semblait s'approcher du seuil psychologique des 3.000 points. Depuis que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu fin novembre inchangé son plafond de production de brut malgré la chute des cours, l'indice de Dubai Financial Market (DFM) a perdu plus de 30% de sa valeur et évolue actuellement à un plus bas en 12 mois. La Bourse de Dubaï est la plus volatile des sept Bourses arabes du Golfe persique car elle est la plus exposée aux marchés et aux investisseurs internationaux, selon des courtiers. Les autres marchés du Golfe persique continuent de subir l'impact de la décision de l'Opep.

Harakiri pétrolier de Riyad : les impacts ?

mardi, 16 décembre 2014 07:53

Harakiri pétrolier de Riyad : les impacts ?

IRIB- Bourse saoudienne : 145 milliards de dollars de perte en trois mois ! Selon la chaîne al-Alam, le marché boursier de l’Arabie saoudite a récolté en trois mois 145 milliards de dollars de perte. Pour la quatrième semaine consécutive, les indices chutent au marché boursier de l’Arabie saoudite. Selon le quotidien saoudien Al-Hayat, les transactions se font dans un climat très tendu à Riyad, en raison la baisse spectaculaire des cours du brut qui a suscité la baisse de la valeur des actions des sociétés pétrochimiques. La situation actuelle est également due aux événements politiques de la région qui ont laissé des impacts négatifs sur les investissements comme dans le secteur du ciment et des sociétés qui exportent leurs produits à l’étranger, surtout vers les pays qui sont actuellement le théâtre d’agitations et de troubles de toutes sortes.

L’indice général de la Bourse saoudienne a baissé cette semaine de 563 points (6.3%) pour arriver à 8393. Suite à la chute des cours du brut, la Bourse de Riyad a récolté une perte de 33.7 milliards de dollars (6.51%) et a baissé de 517.3 à 483.6 milliards de dollars. La valeur boursière saoudienne a baissé de 23% pendant les trois derniers mois (145 milliards de dollars de perte). Le 9 septembre la valeur de l’indice boursier saoudien était de 629 milliards de dollars. 

Baisse du rouble: la Russie ne sera pas la seule perdante

mercredi, 17 décembre 2014 03:07

IRIB-Le président russe Vladimir Poutine a donné son allocution annuelle à l‘Assemblée fédérale de Russie le jeudi 4 décembre. Pendant son discours, le dirigeant russe a chargé les membres du parlement de contrôler l’inflation et a proposé d’amnistier le capital qui revenait en Russie. En même temps, les médias occidentaux ne cessent de publier des contenus suggérant un effondrement de l’économie russe. Egor Piskunov, correspondant de RT, a décidé d’évaluer la situation économique dans ces pays-là.

D’après Sarah Markus:

La baisse des prix du pétrole touche non seulement la Russie, mais aussi l’Occident… il ne faut pas rêver. Car ceux qui ont voulu la perte de la Russie et de son Président vont bientôt connaître l’effet boomerang. Nombreux sont ceux qui doivent rigoler sous cape en voyant la descente du rouble à cause du pétrole. C’est vraiment avoir une courte vue que de croire qu’il n’y aura pas de répercussions en Europe et aux USA, sans compter les autres pays.

Le Gouvernement russe a pris des mesures pour stabiliser le rouble.


Allain Jules

 

18/12/2014

Grande conférence de presse annuelle de Vladimir Poutine le 18 décembre 2014, en live

Retransmission de la grande conférence de presse annuelle du président de la Russie Vladimir Poutine en direct du Centre d’affaires internationales à Moscou.

Suivez en direct la grande conférence de presse du président russe Vladimir Poutine qui répondra aux questions des journalistes russes et étrangers.

EN DIRECT: la conférence de presse du président russe Vladimir Poutine en direct et en exclusivité


 

 

La "philosophie Poutine" a le vent en poupe (expert)

Il est temps que les dirigeants mondiaux copient Poutine pour nous libérer des états terroristes US/Nazionistes et que les peuples retrouvent leur liberté et leur souveraineté, sans avoir à financer les guerres terroristes, génocidaires et les coups d'état dévastateurs, des promoteurs du Nouvel Ordre Mondial !

Et le jour où nous détruirons l'ONU, le siège du Gouvernement Mondial, créé par les élites Illuminati pour contrôler le monde, ainsi que ses organisations satellitaires telles les banques mondiales, l'OTAN, l'OMS, l'OMC, et toutes leurs cliques, nous aurons enfin la paix dans le monde, les pays ayant retrouvé ainsi que les peuples, la capacité à s'autogérer !

La "philosophie Poutine" a le vent en poupe (expert)

Vladimir Poutine, président de la Russie
20:10 17/12/2014
MOSCOU, 17 décembre - RIA Novosti

Les leaders nationaux s'inspirant de la "philosophie Poutine" et menant une politique d'Etat similaire à celle du président russe sont de plus en plus nombreux dans le monde, lit-on dans les pages du bimensuel The American Conservative.

L'auteur de l'article, Patrick Buchanan, évoque la propagation globale de la "philosophie politique de Poutine", idéologie qui s'opposera au "nouvel ordre mondial" de Bush-père, à l'"hégémonie mondiale" des néo-conservateurs, à la "croisade de la démocratie" de Bush-fils et à l'idée de l'exclusivité américaine d'Obama.

Selon le journaliste, cette nouvelle idéologie est née de la politique pratiquée par le dirigeant russe Vladimir Poutine. Elle a pour ses traits essentiels le strict respect des intérêts nationaux, ainsi qu'un conservatisme tout aussi pro-national. 

Les adeptes de cette nouvelle idéologie se trouvent aujourd'hui au pouvoir au Japon, en Chine, en Inde, en Turquie et en Egypte, fait remarquer M.Buchanan, ajoutant que des hommes politiques de tendance nationaliste s'affirment en Europe, par exemple en France et en Hongrie. Ainsi, le premier ministre hongrois a déclaré un jour que la Russie était pour lui le modèle de son propre "Etat non libéral".

Tous ces dirigeants ont plusieurs traits communs. Ils sont tous de puissants leaders nationaux, adeptes du conservatisme social auquel les démocraties occidentales sont allergiques. Qui plus est, ils sont tous catégoriquement opposés à l'idée d'une "nation exclusive" et d'un "leader mondial surpuissant" que l'Amérique s'emploie à leur imposer.

M.Buchanan souligne que l'idéologie du patriotisme et du conservatisme social gagne en popularité en Europe centrale et orientale, ainsi que parmi les simples Américains.

 

17/12/2014

Les immigrés rapportent plus qu'ils ne coûtent

Pour en finir avec le mythe du coût de l'immigration ! Comme vous pourrez le constater et selon les regrets des parlementaires, les sionistes au Pouvoir auxquels profitent la propagande raciste, n'ont pas accepté de rendre ce rapport public ! Il va falloir que les propagandistes racistes et le FN, changent de répertoire pour le futur !

Voir aussi :

*-Un audit de la politique d’immigration pour sortir de l’opacité et de l’instrumentalisation

*-FRANCE Les très bons comptes de l'immigration

*-Ce que rapporte la politique migratoire à l'Angleterre. Une étude juge l'immigration de l'UE bonne pour l'Angleterre. 25,4 milliards d'euros

 

Un audit de la politique d’immigration pour sortir de l’opacité et de l’instrumentalisation - See more at: http://www.sandrinemazetier.fr/un-audit-de-la-politique-dimmigration-pour-sortir-de-lopacite-et-de-linstrumentalisation-3209.html#sthash.OZPCHwor.dpuf

Les immigrés rapportent plus qu'ils ne coûtent

11 mai 2011 à 18:57

Des parlementaires de tous bords ont rendu public mercredi, à l’Assemblée nationale, un rapport d’audit mené pendant près d’un an sur la politique d’immigration de la France pour «éclairer l’approche des phénomènes migratoires».

--> Lire le rapport, ici

Si aucune recommandation conjointe n’émerge de cet audit conduit auprès de 35 chercheurs et experts, les parlementaires (députés, sénateurs et représentants français au Parlement européen) à l’origine de la démarche entendent bien «peser» sur le sujet ou «interpeller» leurs formations respectives.

Ainsi, Sandrine Mazetier (PS) a indiqué qu’elle «interpellera les candidats à la primaire socialiste» sur la politique d’immigration qu’ils entendent mener.

Etienne Pinte (UMP), opposant notoire à la politique du gouvernement dans ce domaine, a regretté qu’«aujourd’hui on alimente les peurs, alors qu’il faut faire appel à l’intelligence de nos concitoyens».

Il a assuré qu’il «ne déserterait jamais sa famille comme Eric Besson (ex-PS) l’a fait avec la sienne» mais qu’il entendait «peser» sur elle, citant en exemple l’abandon par la majorité de la déchéance d’extension de nationalité dans le projet de loi sur l’immigration.

Le rapport apporte un éclairage sur des aspects souvent peu ou mal connus du grand public. Ainsi, le fait que les migrants subsahariens ont en moyenne un niveau d’instruction supérieur aux personnes vivant en France métropolitaine (40% d’entre eux sont diplômés du supérieur) ou encore, que le taux d’activité entre les étrangers de 30 à 49 ans et les Français du même âge est sensiblement identique.

L’universitaire Lionel Ragot a souligné que si la France optait pour une «immigration zéro» ce n’est pas 3% mais 5% du PIB supplémentaire qu’il faudra trouver à l’horizon 2050 pour financer la protection sociale.

Martine Billard (Parti de Gauche) a fait état d’une autre étude selon laquelle si les immigrés «coûtent» annuellement 47,9 milliards d’euros en dépenses de protection sociale, il rapportent 60,3 milliards en cotisations, soit un solde largement positif.

Tous les parlementaires présents ont regretté les fins de non-recevoir des responsables institutionnels sollicités et que ce rapport d’audit n’ait pu se faire dans un strict cadre parlementaire (le rapport ayant été financé par eux-mêmes).

(Source AFP)

http://www.liberation.fr/societe/2011/05/11/les-immigres-...

 

1940. Quand la Mosquée de Paris sauvait des juifs

Pour rafraîchir la mémoire des sionistes et des propagandistes racistes que la France compte parmi ses rangs !


Qui était le fondateur de l’Institut Musulman de la Grande Mosquée de Paris,
 Si Kaddour Ben Ghabrit au rique d'encourir des représailles des Allemands ?
Un fichier à télécharger : ICI

Vichy le, 24 septembre 1940,
Le Directeur Politique Adjoint
NOTE AU MINISTRE
Les autorités d'occupation soupçonnent le personnel de la mosquée de Paris de délivrer frauduleusement à des individus de race juive des certificats attestant que les intéressés sont de confession musulmane. L'imam a été nommé de façon comminatoire, d'avoir à rompre toute pratique de ce genre. Il semble, en effet, que nombre d'israélites recourent à des manœuvres de toute espèce pour dissimuler leur identité.

Des musulmans ont protégé des juifs.jpg

Quand la Mosquée de Paris sauvait des juifs

Publié le 28-09-2011 à 11h18


Comment le recteur de la Mosquée de Paris a-t-il fourni de faux papiers aux juifs pendant l'Occupation? C'est le sujet d'un film, «Les Hommes libres», réalisé par Ismaël Ferroukhi. Entretien avec son conseiller historique, Benjamin Stora.
 
Michel Lonsdale dans le rôle du recteur de la Mosquée de Paris, dans "les Hommes libres" d'Ismaël Ferroukhi (en salles ce 28 septembre 2011).  (c) Christine Tamalet-Pyramide productions 2010 Henri Martine-Roger-Viollet
Michel Lonsdale dans le rôle du recteur de la Mosquée de Paris, dans "les Hommes libres" d'Ismaël Ferroukhi (en salles ce 28 septembre 2011). (c) Christine Tamalet-Pyramide productions 2010 Henri Martine-Roger-Viollet
 

Ainsi, pendant l'Occupation, il s'est trouvé des Arabes pour sauver des juifs? La Grande Mosquée de Paris a servi de point de ralliement, voire de porte de sortie pour échapper aux nazis? Cette histoire-là, incroyable, bouleversante, est restée inconnue pendant plus d'un demi-siècle.

Avec «les Hommes libres» d'Ismaël Ferroukhi, c'est tout un pan de notre mémoire qui ressuscite. Et le choc est immense: cette fraternité des armes, cette main tendue par-delà les divisions communautaires, elle a donc bien existé. Le recteur Si Kaddour Ben Ghabrit (joué par Michael Lonsdale) a favorisé des filières, fourni des faux papiers, caché d'autres fils du Livre, tout en restant conciliant avec les autorités allemandes. Honneur, donc, à ces musulmans qui, aux heures sombres, ont su résister.

Le film commence en 1942. Alors que Younès, un jeune Algérien, pratique le système D, il est recruté par la police française, puis envoyé pour espionner la Mosquée. Là, il rencontre Salim, un chanteur nord-africain, et apprend que celui-ci, en réalité, est juif. Younès se confie alors au recteur Si Kaddour Ben Ghabrit, et se retourne: il bascule dans la Résistance et découvre les chemins du combat contre les nazis. Liberté, liberté chérie... Refusée par les Français, anéantie par les Allemands, quelle sera-t-elle, cette liberté, après la guerre?

S'inspirant d'un article du «Nouvel Observateur», Ismaël Ferroukhi a mis au jour, avec l'aide de l'historien Benjamin Stora, cette histoire gommée. C'est toute l'originalité de ce film sensible et courageux: s'inspirant d'événements authentiques, «les Hommes libres» retrace l'itinéraire de gens considérés comme des sous-humains. Ces travailleurs immigrés, souvent illettrés, toujours maltraités, constamment humiliés, ont eu une dignité que beaucoup de «bons Français» ont piétinée. Ils sont restés des hommes, simplement des hommes, mais hautement des hommes.

Benjamin Stora
historien du Maghreb contemporain, professeur des universités, BENJAMIN STORA est notamment l'auteur des "Immigrés algériens en France 1912-1962" et de "Messali Hadj". Pour "les Hommes libres", il a rouvert des archives demeurées jusqu'alors enfouies. Photo: Isabelle Simon (Sipa)

Le Nouvel Observateur - C'est une histoire totalement méconnue. Pourquoi?

Benjamin Stora - L'histoire des Algériens en France reste un point aveugle de notre histoire. Ce sont des hommes invisibles. En 1939, pourtant, ils étaient près de 100.000. La première vague, composée surtout de Kabyles, est venue après la Première Guerre mondiale.

On avait du mal à les répertorier puisque les Algériens n'étaient ni des étrangers, ni des sujets (comme les Marocains ou les Indochinois), ni des Français, puisqu'ils n'avaient pas la nationalité française. Sur le plan statistique, ils n'existaient pas. Les seules traces comptables se trouvent dans les registres portuaires, qui donnent une indication sur les flux migratoires.

Quel était leur statut?

Pas de statut juridique précis. Main-d'oeuvre non qualifiée, écrasée socialement, au bas de l'échelle, c'étaient tous des paysans jetés dans l'univers industriel sans rien connaître des codes urbains. Ils habitaient, dans des conditions très misérables, des «garnis» qui tenaient du café, du bureau de placement, du lieu d'échange, de la place du village. Les hommes venaient en France sans famille, puis en repartaient un jour, ce qui les rendait encore plus invisibles. Aucun droit social, syndical ou politique. C'était une infra-humanité. On les nommait les «norafs».

Quel était donc leur moyen d'exister, comme hommes?

La lutte politique et syndicale. D'où l'importance d'une organisation créée en 1926, l'Etoile nord-africaine, sous la direction de Messali Hadj, qui militait pour l'indépendance. C'était la principale façon de s'affirmer à l'époque. Ce mouvement politique a participé aux grèves du Front populaire.

Ces hommes ainsi niés par l'Etat français, pourquoi s'engagent-ils contre les Allemands? Par patriotisme?

Attention ! Ils s'engagent dans la Résistance, pour une partie d'entre eux. Leurs motifs ne sont pas patriotiques ! Ils se situent dans une matrice culturelle et politique qui est celle du syndicalisme et du socialisme. Ils suivent une tradition ouvrière. Le Parti communiste, qui a au début participé à la création de l'Etoile nord-africaine, les regarde ensuite avec beaucoup de méfiance, voire d'hostilité. Parce que ces hommes veulent leur indépendance, refusent la tutelle du PCF. Ils sont donc des nationalistes, pas des internationalistes. Ils sont soupçonnés par le PC de faire le jeu des «puissances de l'Axe». Ce qui est faux, évidemment.

Il y avait quand même l'exemple du mufti de Jérusalem, qui a constitué une division de Waffen SS et fréquentait Hitler.

C'est très différent. La plupart des dirigeants politiques nord-africains en France sont en contact avec les socialistes. Leur anticommunisme ne les pousse pas vers Jacques Doriot, mais vers Marceau Pivert. La majorité des immigrés de cette période, Polonais, Italiens, Espagnols, rejoignent le PC, via la MOI, l'Affiche rouge... Pas les Algériens. Du coup, les historiens français ont fait l'impasse sur ce mouvement.

Le PC, en 1939, avait pourchassé les militants algériens immigrés, un peu comme les trotskistes. De plus, Messali Hadj, le principal leader indépendantiste de l'époque, était proche du Poum espagnol [Parti ouvrier d'Unification marxiste], donc, aux yeux des communistes, quasiment un ennemi. Il y a bien eu des nationalistes algériens qui sont passés du côté de l'Axe, avec la formule «Les ennemis de nos ennemis sont nos amis». Il y a eu aussi une brigade nord-africaine à Paris, rue Lauriston, qui s'est distinguée par sa cruauté. Messali Hadj, lui, était contre Vichy. Il a d'ailleurs écopé en 1941 de seize ans de travaux forcés. Il est resté trois ans dans un bagne pour avoir refusé la collaboration.

L'un des aspects les plus étonnants du film, c'est la bienveillance dont fait preuve le recteur de la Mosquée de Paris, Si Kaddour Ben Ghabrit, envers les juifs.

En effet. La Mosquée de Paris, c'est une histoire intéressante. Elle est fondée en 1926, en hommage aux soldats musulmans tombés pour la France. Si Kaddour est proche du sultan du Maroc, dans l'appareil diplomatique duquel il a travaillé. La Mosquée est donc un lieu institutionnel dont les immigrés se méfient dans les années 1930. Ils y vont peu. Mais elle va devenir un point de ralliement dès le début de la guerre, car on peut y trouver à manger, à se vêtir. Dès 1939, les hommes restés en métropole commencent à s'y rendre. Le recteur, lui, est nommé par la France. Il s'adapte. Il est très politique.

Quand la Mosquée de Paris sauvait des juifs 28 septembre 2011

https://www.youtube.com/watch?v=PSDbEEWEqUU

Dans le film, il dialogue avec les nazis et sauve des enfants juifs, en même temps.

Qu'est-ce qui s'est passé pour les juifs séfarades à Paris en 1940-1941? La plupart parlaient arabe. Ils étaient circoncis. Il était tentant, vis-à-vis des autorités d'occupation, de se faire passer pour des «mahométans» pour échapper aux rafles et aux arrestations. Direction la mosquée, donc, lieu de calme. Les juifs «mahométans» y écoutaient de la musique orientale et pouvaient y manger, certains qu'il n'y aurait pas de porc. Pour le recteur, ouvrir la mosquée aux juifs n'était pas une ligne politique. Ca s'est fait au hasard de rencontres et de nécessités. C'était une tolérance.

Inimaginable aujourd'hui.

Oui. Mais, à l'époque, les juifs séfarades et les Arabes évoluaient dans le même univers culturel. Il y avait un vieux fond d'hostilité ancestrale, certes, mais ils cohabitaient. Plus aujourd'hui. Il y avait aussi eu le pogrom à Constantine en 1934, avec beaucoup de morts, mais, malgré ces affrontements, juifs et Arabes partageaient dans l'espace public le même univers, les mêmes valeurs, les mêmes racines. Evidemment, pour le juif qui venait d'Odessa ou de Minsk, c'était différent...

De là à procurer des faux papiers à des juifs, à leur fournir des filières d'évasion, il y a un grand pas...

Dans le film, on voit le recteur écouter la radio et, en novembre 1942, il prend connaissance du débarquement en Afrique du Nord. Là, pour lui, tout change. Les Américains sont au Maroc. La collaboration, c'est fini. Une autre histoire commence. Donc, chez Si Kaddour, il y a une part de calcul politique, et, en plus, il n'est pas antisémite, pas du tout. Il est dans la tradition makhzénienne, celle de la protection donnée par le sultan. On protège les gens du Livre.

Ismaël Ferroukhi
Né en 1962 au Maroc, fils d'un ouvrier travaillant dans une fabrique de cartons, c'est un autodidacte: ISMAEL FERROUKHl a d'abord été employé dans un élevage industriel de poulets avant de devenir, entre autres, scénariste pour Cédric Kahn ("Trop de bonheur", l'avion"...). Son film "le Grand Voyage" (2004) a reçu le lion du futur (meilleure première oeuvre) à Venise. Photo: Maria Laura Antonelli-Rex (Sip

Il n'y a donc pas de planification, dans ce sens, à la Mosquée?

Non. Ca s'est fait au gré des circonstances. Bien sûr, il y a des musulmans qui ont critiqué cette attitude. Et les Allemands ont joué sur ces dissensions. Mais ça n'a pas marché. Ainsi, malgré la propagande allemande, en Algérie, les gens ne se sont pas approprié les biens des juifs ! Mes grands-parents ont été expropriés par le régime de Vichy dans les Aurès, et ont pu récupérer leurs biens après la guerre.

Le recteur a-t-il été inquiété par les Allemands?

Oui, en 1940, et en 1943 - une année difficile. En 1944, terminé. C'est vite passé. Après, en 1947, il a été décoré pour son attitude pendant la guerre. Il est mort en 1954. Il a été l'homme de la bienveillance.

Cette bienveillance a-t-elle disparu aujourd'hui?

Non. Dans la société profonde d'Algérie, du Maroc, de Tunisie - je ne parle pas du discours étatique -, il y a toujours une forme de nostalgie de la présence juive. Les juifs étaient l'indice de la pluralité, cette pluralité qui s'est progressivement effacée dans le monde arabe.

Après la guerre, les Algériens résistants n'ont pas eu droit à la reconnaissance de la France?

Non. Parce que, dans leur grande majorité, les immigrés algériens étaient des indépendantistes. Et, après le massacre de Sétif, en mai 1945, une histoire conflictuelle commence entre Français et Algériens.

« Les Hommes libres » est donc une réhabilitation tardive, mais nécessaire.

Je parle de ces événements dans mes ouvrages depuis trente ans. Pour moi, le film d'Ismaël Ferroukhi est surtout une reconnaissance de toute cette histoire.

Propos recueillis par François Forestier

Les hommes libres, d'Ismaël Ferroukhi,