Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2015

«La censure contre la propagande de l'Etat islamique est vouée à l'échec» assurent des experts

La seule et unique question que nous devrions nous poser est celle de savoir qui a intérêt et les moyens financiers suffisants pour former, armer et financer ces groupes de mercenaires pour pouvoir créer le Grand Israël et le Grand Moyen Orient ?

Devinons ?

Échec et mat à l'empire ? Poutine leader d'une coalition anti-Mafia Khazare Rothschild (Veterans Today)

La guerre secrète de la Russie contre la CIA en Syrie

Le jouet de l'Empire : ISIS/DAESH/DAECH/EI. création, financement, armement.

Le terrorisme, l’État et la mafia

 

«La censure contre la propagande de l'Etat islamique est vouée à l'échec» assurent des experts

6 oct. 2015, 23:37

Jihadi Jon, l'un des protagonistes des vidéos de l'Etat Islamique

Jihadi Jon, l'un des protagonistes des vidéos de l'Etat Islamique

Spécialisé dans la déradicalisation, un groupe de chercheurs anglais a publié un rapport de 52 pages intitulé «Documenter le Califat virtuel», afin d'analyser la stratégie de propagande de l'Etat islamique.

Pendant 30 jours, la Fondation Quilliam arecensé toutes les publications (textes, photos, vidéos, émissions de radio, chansons...) produites par le pôle médiatique djihadiste : ils en ont recensé 1146, soit plus de 38 productions par jour. Le rapport les divise en plusieurs catégories thématiques.

 

Plus de la moitié des documents s'attachent à décrire la vie civile au sein des territoires administrés par l'Etat islamique. Activité économique, événements sociaux, loi stricte, ou encore une ferveur religieuse pro-active forment les fondations du discours civil de l'Etat islamique. Pour les auteurs du rapport «Le groupe cherche à attirer des supporters sur une base politique et idéologique».

Lire aussi : «Hormis la reconnaissance par le droit international, Daesh a tout d'un Etat»

L'Etat islamique se promeut toujours avec de la violence. Néanmoins, le public ciblé par cette ultra-violence est davantage situé dans la région qu'il ne l'était précédemment. L'équipe d'Haraf Rafiq explique :«Il semble que chercher à provoquer l'infamie internationale soit maintenant un objectif secondaire par rapport à la nécessité d'intimider sa propre population afin de décourager la rébellion et la dissidence».

Une large part des publications militaires montre la guerre d'usure menée par l'Etat islamique, mettant en scène des tirs de mortiers ou de roquettes tirées au loin en direction d'un ennemi indistinct. Selon les auteurs du rapport, il est probable que ces publications soient orchestrées afin de maintenir le sentiment que l'Etat islamique reste à l'offensive.

Étant donné «le caractère de sophistication exceptionnel de ces campagnes d'informations, dont le succès repose sur la quantité et la qualité, des contre-mesures comme la censure sont vouées à l'échec». En effet, pour la Fondation, «la quantité, la qualité et la variété de la propagande de l’État islamique produite en un mois surpasse la quantité, la qualité et la variété des tentatives, étatiques ou non, de défier le groupe. Les efforts actuels doivent être accentués afin de réaliser des progrès substantiels dans cette guerre».

Lire aussi : Facebook veut mettre en contact des candidats au djihad avec des repentis de Daesh

Haras Rafiq, directeur de la Fondation, conclut : «Sur de nombreux aspects, l'EI agit comme un média. Notre réponse doit être proportionnelle. Nous devons réaliser qu'il n'existe aucun élixir qui puisse nous libérer de la suprématie informationnelle de l'EI. Le Califat se promeut à échelle industrielle. Si nous voulons détruire sa marque, nous devons d'abord chercher à en approfondir notre compréhension».

Lire aussi : Grande-Bretagne : un compte Twitter comme arme de guerre contre Daesh

 

Bachar Al-Assad démonte la Propagande Occidentale sur la TV Portugaise

Les vérités de Bachar Al-Assad qui démontent la Propagande Occidentale sur la TV Portugaise et dans un parfait anglais, ce qui n'est pas le cas pour Holl'andouille, le VRP des banskters/sionistes, parachuté à la tête de la France/Israël pour faire avancer leurs intérêts au détriment de ceux du Peuple Français  !

Bachar dénonce l'imposture de l'ONU de laisser se propager volontairement les guerres sans intervenir pour permettre au rétablissement de la Paix !


 

Arrête de mentir, Holl'andouille, dans les intérêts des Rothschild, d'Israël, du Qatar et Cie !

Le criminel d'enfants et d'innocents en Syrie qui accuse Assad d'être à l'Origine des massacres des Syriens et qui va les attaquer dans leur pays sans mandat de l'ONU, ni l'accord d'Assad sous le faux prétexte de la légitime défense.

On ignorait que les Frontières de la France ou que la France se trouvaient en Syrie !

12087949_428561270675544_3479978351676893326_o.jpg

06/10/2015

Syrie: l'aviation russe détruit un QG de l'EI près de Palmyre

Avec tout cela, il paraît que pour les criminels US & Cie, que la Russie ferait un mauvais travail et se serait trompée de Stratégie en Syrie !

Opération russe en Syrie: une "erreur stratégique" selon les USA

Syrie: l'aviation russe détruit un QG de l'EI près de Palmyre

 17:57 06.10.2015(mis à jour 18:24 06.10.2015)

Les avions russes ont porté lundi soir une frappe contre un quartier général du groupe terroriste Etat islamique (EI) situé à 28 km de Palmyre, tuant près de 40 djihadistes, a annoncé mardi un responsable militaire syrien.

Palmyre


"La frappe ciblée effectuée près d'As-Sukhna a permis de détruire un quartier général de l'EI, plusieurs pickups et blindés. Près de 40 terroristes ont été éliminés", a indiqué le responsable.

L'Armée de l'air russe a entamé le 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.

Selon les autorités syriennes, la base des terroristes abritait en outre un dépôt de munitions et une fabrique clandestine d'explosifs.

Les médias avaient antérieurement affirmé que la Russie avait porté des frappes contre la ville de Palmyre. Le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a qualifié ces déclarations de mensongères. Il a noté que l'aviation russe ne tirait "pas sur les habitations et les monuments d'architecture".

 

 

 

Syrie: Lavrov évoque la transparence des opérations anti-Daech de la Russie

Le ministre russe des Affaires étrangères s’est aussi prononcé sur le renversement du gouvernement de Bachar al-Assad, président syrien, qui constitue, affirme-t-il, une violation flagrante de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU à l’appui de l’accord 2012 signé à Genève sur la Syrie. « L’accord du 30 juin 2012 prévoit une solution purement politique et diplomatique pour faire sortir la Syrie de la crise. »,a soutenu le ministre russe des Affaires étrangères.

 

Syrie: Lavrov évoque la transparence des opérations anti-Daech de la Russie

http://media.ws.irib.ir/image/4bhhe11ccb34af11sv_800C450.jpg

 

Oct 06, 2015 04:59 UTC - IRIB- Le ministre russe des Affaires étrangères affirme que son pays agit en toute transparence dans ses opérations contre le groupe terroriste Daech.

Lors d’un point de presse conjoint lundi avec son homologue laotien, le chef de la diplomatie russe a déclaré que les démarches effectuées par les unités aériennes russes dans les opérations contre les terroristes sont annoncées, régulièrement, aux médias. En réponse à la question d'un journaliste concernant les programmes des Etats-Unis pour faire face aux opérations de l’aviation russe en Syrie, Sergueï Lavrov a répondu qu’il n’existe aucune information sur l’existence ou l’application d’un tel programme de la part des Etats-Unis ou de n’importe quel autre pays.


Le ministre russe des Affaires étrangères s’est aussi prononcé sur le renversement du gouvernement de Bachar al-Assad, président syrien, qui constitue, affirme-t-il, une violation flagrante de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU à l’appui de l’accord 2012 signé à Genève sur la Syrie. « L’accord du 30 juin 2012 prévoit une solution purement politique et diplomatique pour faire sortir la Syrie de la crise. »,a soutenu le ministre russe des Affaires étrangères.