Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2015

Sénateurs US: la CIA doit cesser de former les combattants syriens

La CIA reconnait donc qu'elle s'ingère en Syrie, en violation du droit international, et qu'en plus cette ingérence finit dans les mains de terroristes ? Et c’est avec « armée syrienne libre » formée et financée par la CIA qu’Holl’andouille pactise et avec laquelle, il aurait voulu que Poutine s’allie en prétextant qu’elle représenterait l’opposition modérée.

L'armée syrienne libre est une création de la CIA qui vise à donner à l'opposition syrienne l'image d'une "armée de la démocratie", selon lui. Les Etats-Unis fournissent un soutien militaire et financier aux forces antigouvernementales en Syrie depuis 2011, a-t-il ajouté.

Sénateurs US: la CIA doit cesser de former les combattants syriens

15:31 07.10.2015 (mis à jour 16:04 07.10.2015)

Situation en Syrie

Le programme d'aide américaine à l'opposition syrienne doit être fermé, car il contribue à la montée du terrorisme.

Un groupe de sénateurs du Congrès américain a demandé aux chefs du Pentagone, de la CIA et du département d'Etat de suspendre le programme de formation des combattants de l'opposition en Syrie. Les moyens destinés à la formation et à l'armement de l'opposition dite "modérée" tombent finalement entre les mains des terroristes, sont persuadés les parlementaires.

"Le programme de formation et d'armement en Syrie est non seulement un gaspillage de l'argent des contribuables. Comme nombreux d'entre nous l'avaient initialement prédit, il aide à présent les forces que nous sommes censés combattre", lit-on dans une lettre signée par les sénateurs démocrates Joe Manchin, Chris Murphey, Tom Udall et le républicain Mike Lee.

Auparavant, le Pentagone a publié des informations selon lesquelles des combattants de l'opposition formés par des instructeurs américains avaient remis leurs armements au groupe Front al-Nosra en échange d'un droit de passage sécurisé.

Plus tard, des extrémistes du Front al-Nosra ont déclaré que des insurgés syriens formés par les Américains en Turquie étaient passés de leur côté.

Un ex-agent de la CIA, Larry Johnson, partage la position des sénateurs. Les Etats-Unis doivent cesser de former les combattants et d'aider l'opposition syrienne, car ces activités sont illégales et dangereuses, surtout en regard des frappes aériennes russes contre le groupe terroriste Etat islamique, a-t-il déclaré à Sputnik.

"De la part des Etats-Unis, ce serait insensé et dangereux", a estimé M. Johnson.

L'armée syrienne libre est une création de la CIA qui vise à donner à l'opposition syrienne l'image d'une "armée de la démocratie", selon lui. Les Etats-Unis fournissent un soutien militaire et financier aux forces antigouvernementales en Syrie depuis 2011, a-t-il ajouté.

Larry Johnson a par ailleurs soutenu les activités de la Russie visant à combattre l'EI en Syrie.

"En vertu des normes du droit international, la Russie agit en Syrie sur des bases légales, sur l'invitation du gouvernement du pays, qui conserve le pouvoir et sa place au sein de l'Onu. Cependant les Etats-Unis mènent leur opération militaire illégalement", a-t-il affirmé.

Les médias américains ont pour leur part plus d'une fois attiré l'attention sur les résultats douteux du programme en question. "Nos acquis en matière de création de forces de sécurité ces 15 dernières années sont dérisoires", a confié au New York Times l'ancien ambassadeur américain en Afghanistan Karl Eikenberry.

 

Syrie: les technologies militaires russes en action

Allez, juste pour montrer aux terroristes gouvernementaux les capacités militaires russes !

Voir aussi en photos : Les hélicoptères d'assaut russes sur l'aérodrome syrien de Hmeimim

Syrie: les technologies militaires russes en action

18:31 07.10.2015(mis à jour 19:39 07.10.2015)

La Flottille russe de la Caspienne attaque l'EI en Syrie

Le ministère russe de la Défense a publié mercredi une vidéo montrant la première utilisation en combat de ses missiles de croisière Kalibr, concurrents des Tomahawk américains.

Quatre navires de guerre russes ont tiré mercredi 26 missiles de haute précision Kalibr-NK, concurrents des Tomahawk américains, contre les sites du groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie, a annoncé le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou au président Vladimir Poutine.

"La Flottille de la Caspienne a rejoint mercredi l'aviation russe qui lutte contre les terroristes. Quatre navires ont tiré 26 missiles de croisière embarqués Kalibr qui ont détruit 11 cibles" à une distance de 1.500 kilomètres, a indiqué M.Choïgou.

La mission a été accomplie par la frégate Daghestan (projet 11661K) et les corvettes lance-missiles Grad Sviajsk, Ouglitch et Veliki Oustioug (projet 21631). La frégate Daghestan, le premier navire russe à s'être doté des Kalibr-NK, a été aussi la première à tirer ces missiles contre les terroristes de l'EI.

 


Corvette lance-missiles Veliki Oustioug (projet 21631)

© Photo. Министерство обороны РФ

Corvette lance-missiles Veliki Oustioug (projet 21631)

Selon un responsable de l'industrie de défense russe, "il s'agit de la première utilisation de ces missiles en combat réel. Les tirs précédents de missiles Kalibr ont eu lieu dans le cadre d'exercices et de tirs d'entraînement".

"Les Kalibr ressemblent à peu près aux missiles de croisière embarqués américains Tomahawk. Mais le système russe est plus récent, il comprend des missiles plus variés, y compris supersoniques, antinavires et autres. Les missiles russes ont en outre une plus grande portée", a ajouté le responsable.

 

 

Le missile de croisière à haute précision Kalibr-NK est destiné aux navires de surface. Selon les militaires, il a une portée d'au moins 2.600 km pour les cibles terrestres et de 350 km pour les cibles navales. La famille des missiles Kalibr (code Otan: SS-N-27 Sizzler) comprend en outre une version pour sous-marins, Kalibr-PL, qui équipent notamment le sous-marin nucléaire K-560 Severodvinsk (projet 885 Iassen).

Les forces aériennes russes effectuent, depuis le 30 septembre, des frappes ciblées contre les sites de l'EI en Syrie à la demande du président Bachar el-Assad. Le groupe aérien comprend une cinquantaine d'avions dont des Su-24M, des Su-25 et des nouveaux Su-34 polyvalents.

 

 

Iran: le guide suprême interdit toute négociation avec les USA

Voilà, une homme averti !

Selon Ali Khamenei, l'Iran n'est pas contre des négociations avec d'autres pays, y compris avec les Européens, mais n'admet pas de négocier avec les Américains qui "coordonnent toujours leurs faits et gestes avec le régime sioniste antihumain".

Iran: le guide suprême interdit toute négociation avec les USA

20:46 07.10.2015 (mis à jour 20:47 07.10.2015)

Le guide suprême de la Révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei

 

Le guide suprême de la Révolution islamique interdit de "négocier avec l’Amérique" qui cherche, selon lui, à ébranler les croyances religieuses et politiques de la nation iranienne.

Le guide suprême de la Révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, a formellement interdit mercredi toutes les négociations avec les Etats-Unis qui "entrainent des dégâts innombrables et sont inutiles", rapportent les médias internationaux.

"Les Etats-Unis cherchent à s’infiltrer en Iran via les négociations pour imposer leurs politiques à la nation iranienne", a déclaré le guide suprême, en s’exprimant devant les commandants du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (Pasdaran).

L’ayatollah a mis en garde contre les tentatives des Etats-Unis de manipuler les pensées révolutionnaires et religieuses du peuple iranien.

"Les Américains ont  tenté d’ouvrir via les négociations nucléaires une brèche pour s’infiltrer en Iran dans les domaines économique, politique, culturel, sécuritaire et financier, fort heureusement la partie iranienne a été bien vigilante à cet égard", s'est-il félicité.
 
Selon Ali Khamenei, l'Iran n'est pas contre des négociations avec d'autres pays, y compris avec les Européens, mais n'admet pas de négocier avec les Américains qui "coordonnent toujours leurs faits et gestes avec le régime sioniste antihumain".

 

 

«Nous voudrions que la Russie joue un rôle plus grand que les Etats-Unis en Irak», défense irakienne

Tout le monde est en demande du soutien de la Russie !

«Nous voudrions que la Russie joue un rôle plus grand que les Etats-Unis en Irak», défense irakienne

7 oct. 2015, 12:20

 Su-24

Su-24

Selon le président du comité parlementaire de la Défense irakien, Bagdad voudrait que Moscou s'implique plus dans la campagne menée contre les terroristes et pourrait lui demander officiellement de conduire des frappes aériennes sur son territoire.

«Nous pourrions bientôt être contraints de demander à la Russie d’entamer des frappes aériennes en Irak. Je pense que dans les jours ou les semaines qui viennent, l’Irak sera contraint de demander à la Russie de lancer des frappes aériennes et cela dépendra de leur succès en Syrie», a déclaré Hakim al-Zamili, président du comité parlementaire irakien de la Défense.

«Nous voudrions que la Russie joue un rôle plus grand en Irak, plus grand que les Etats-Unis», a-t-il poursuivi.

Lire aussi : Pour Donald Trump, le Moyen-Orient serait plus stable si Kadhafi et Saddam étaient toujours là

D’après Hakim al-Zamili, le centre d’information conjoint de l’Iran, de la Russie, de l’Irak et de la Syrie à Bagdad, dont le but principal est de rassembler, examiner et analyser les informations qui traitent de la situation actuelle au Moyen-Orient, pourrait élargir ses activités et coordonner également les frappes russes à venir en Irak.

Le 4 octobre, le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi avait déjà annoncé qu’il était favorable à ce que la Russie effectue des frappes aériennes contre les positions de l’Etat islamique sur le territoire de son pays.

La semaine dernière la Russie a lancé ses premières frappes aériennes en Syrie qui ont entraîné la destruction de plus de 60 cibles terroristes du groupe Daesh. Les autorités irakiennes soutiennent les actions russes et partagent avec Moscou les informations qu’elles détiennent sur les organisations terroristes actives dans la région.

 

 

 

Damas espère que la Russie implantera une base militaire à Lattaquié

Excellente idée, tiens !

Là, c’est l’état sioniste qui ferait la gueule !

Et pourquoi pas une base militaire russe à Gaza et en Palestine occupée, et dans tous les pays du Moyen Orient après tout, quoi de plus logique ?

"Interrogé sur la situation qui prévaut en Syrie depuis le début des frappes aériennes russes, M. Haddad a fait savoir que les terroristes de l'Etat islamique avaient commencé à se retirer vers la frontière turque.

Les frappes ciblées de l'aviation russe ont détruit près de 40% des infrastructures du groupe djihadiste, a indiqué l'ambassadeur, soulignant que cette opération visait uniquement les terroristes."

Damas espère que la Russie implantera une base militaire à Lattaquié

20:19 07.10.2015(mis à jour 20:32 07.10.2015)

Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République arabe syrienne à Moscou, Riad Mohammad Haddad

 

Bien que les autorités de Damas n'aient pas encore demandé à la Russie de mettre en place une base militaire en Syrie, elles espèrent toutefois que Moscou ne tardera pas à le faire.

Damas n'a pas pour le moment demandé à Moscou d'implanter une base militaire à Lattaquié, mais il espère qu'une telle base fera un jour son apparition, a déclaré l'ambassadeur syrien en Russie, Riad Haddad, dans une interview à l'agence Sputnik.

 "Nous n'avons pas envoyé une telle demande, mais espérons que nos amis russes ouvriront une nouvelle base en Syrie", a indiqué l'ambassadeur. Il s'agit d'une base militaire que la Russie pourrait implanter en plus de son centre d'entretien et de ravitaillement dans le port de Tartous.

"Si vous voulez connaître mon opinion, je souhaite que cela se produise demain, et ce dans n'importe quelle région du pays", a ajouté le diplomate.

Interrogé sur la situation qui prévaut en Syrie depuis le début des frappes aériennes russes, M. Haddad a fait savoir que les terroristes de l'Etat islamique avaient commencé à se retirer vers la frontière turque.

Les frappes ciblées de l'aviation russe ont détruit près de 40% des infrastructures du groupe djihadiste, a indiqué l'ambassadeur, soulignant que cette opération visait uniquement les terroristes.

"Il s'agit des bombardements dirigés contre les régions qui abritent des armements. Par conséquent, il n'y a pas et il ne peut pas y avoir d'opposants politiques sur ces territoires. Les bombardements visent uniquement les groupes terroristes opérant dans les régions concernées: l'Etat islamique, le Front al-Nosra, l'Armée de la Conquête et l'Armée de l'Islam (Jaysh al-Islam). Il existe également d'autres formations, plus petites, qui font partie de ces quatre groupes islamistes", a précisé le diplomate.