Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2015

"Le président Erdogan est responsable de l'attentat à Ankara"

Pas étonnant de la part d’Erdogan de fabriquer un attentat sous fausse bannière contre ses opposants à quelques jours des élections présidentielles !

"Le président Erdogan est responsable de l'attentat à Ankara"

10/10/15 à 20:04 - Mise à jour à 11/10/15 à 09:24

Beyza Ustün est députée du parti HDP, principal parti d'opposition qui est dirigé par le dynamique Selahhatin Demirtas. Quelques heures après l'attentat d'Ankara, le plus meurtrier qu'ait connu le pays, les pleurs et la colère se mêlent à une condamnation unanime dans les bureaux du HDP à Istanbul : pour lui, le responsable des attentats est le président Tayyep Erdogan, reçu à Bruxelles la semaine dernière.

"Le président Erdogan est responsable de l'attentat à Ankara"

 

Lire aussi Le double attentat à Ankara: le plus meurtrier de l'histoire turque

-Qu'est-ce qui vous amène à affirmer cela de manière aussi catégorique ?

C'est la troisième fois que le scénario se produit. Le gouvernement pointe implicitement du doigt les Kurdes, mais le parti visé est dirigé par un Kurde et était rassemblé à Ankara pour défendre la paix. Nous connaissons la signature de ces attentats. Ainsi, sur place, l'attitude de la police est ambiguë : des témoins de nos camarades morts ou blessés là-bas affirment que la police n'a pas bougé pour aider les victimes, que les blessés étaient encore sur les lieux des heures après l'explosion, que certains blessés ont même été gazés, que rien n'était fait pour les évacuer. Ce sont les médecins issus des rangs de la manifestation pour la paix qui sont venus en aide aux victimes.

Est-ce que cela est suffisant pour prouver que le président Tayyep Erdogan est responsable ?

Les images venant de là-bas sont censurées actuellement. Cela est une autre preuve que le président est impliqué, car lui seul a le pouvoir d'empêcher ces images de circuler. Si ce ne sont pas directement des hommes du président qui ont commis l'attentat, ils ont été accompagnés par les services secrets turcs.

Quel est l'objectif que poursuit le président Erdogan ?

-Il veut créer une situation d'instabilité pour faire peur à la population et resserrer ainsi les rangs de son électorat. Il pourrait aussi chercher des motifs pour reporter les élections du 1e novembre qui étaient destinées à lui donner une majorité absolue, mais dont il a compris qu'elles allaient au contraire être un nouveau désaveu. Je crois que la société turque a changé : la majorité des Turcs ne sont plus dupes aujourd'hui de ces manoeuvres et ils ne veulent pas non plus d'une nouvelle guerre contre les Kurdes. Mais le président persiste : il veut tout le pouvoir ou alors, il préfère la guerre.

Pensez-vous que cette instabilité puisse ramener l'armée turque sur le devant de la scène politique ?

Non, nous ne le pensons pas à ce stade.

Propos recueillis par Valérie Ravignan.

 

11/10/2015

Moscou renforce sa présence militaire à la frontière afghane

Et qui se trouve depuis des années en Afghanistan pour qu'il y ait près de 3000 mercenaires de l'EI ?

Les USA et la CIA bien sûr qui forment leurs bras armés et qui assurent leurs rentrées financières grâce à la culture et aux rentrées financières de la drogue !

Les Américains n'en ont pas fini avec l'Afghanistan

Les États-Unis encouragent le trafic de drogue en Afghanistan

L'opium, la CIA et l'administration Karzai, par Peter Dale Scott

La CIA et l'empire de la drogue - Contre-Info

Moscou renforce sa présence militaire à la frontière afghane

La prise éphémère de Kunduz en Afghanistan par les talibans a suffi pour convaincre la Russie à agir. Moscou a ainsi envoyé des hélicoptères de combat pour renforcer sa 201e base militaire au Tadjikistan, ancien satellite de l'URSS et situé à 70 kilomètres seulement de Kunduz. Les Russes sont à l'affût d'une possible propagation des islamistes et surveille l'EI de près


Moscou renforce sa présence militaire à la... par ITELE

 

02/10/2015

Washington blâme Poutine pour les frappes russes sur « les rebelles soutenus par la CIA » en Syrie !!!!

Ce sont eux les civils touchés par les frappes russes en Syrie ? 

Les rebelles soutenus par la CIA pour renverser Assad !

Même combat qu'en Ukraine et mêmes pratiques !

Ne sommes-nous pas dans la période de l'Apocalyse qui veut dire la Grande Révélation qui sera faite à l'humanité ?

Toute cette excitation et ces manoeuvres organisées à l'encontre de Poutine ont bien un but précis : celui de l'empêcher de dévoiler toutes les vérités au Monde !

Et voilà qui est fait en partie, dévoilant que les objectifs de Washington et de ses alliés étaient bien ceux de renverser Assad, grâce aux mercenaires financés par la CIA et Cie, et ce, bien sûr, au détriment du peuple Syrien qu'ils massacrent depuis 4 ans, afin de s'accaparer ce pays pour le rattacher à Israël et créer le Grand Israël !

BANDES DE CRIMINELS !

BRAVO POUTINE !

Washington blâme Poutine pour les frappes russes sur « les rebelles soutenus par la CIA » en Syrie !!!!

Incroyable, lisez ça, nous sommes sur une autre planète :

Selon le sénateur américain John McCain, les bombardements russes en Syrie ont visé, aujourd’hui, des rebelles entraînés et financés par la CIA notamment pour combattre le groupe Etat islamique. « Je peux absolument confirmer que ces frappes visaient l’Armée syrienne libre ou des groupes qui ont été armés et entraînés par la CIA ».

« C’est une incroyable illustration de (…) ce qu’est la première priorité du (président russe Vladimir) Poutine », a ajouté M. McCain, président de la Commission des forces armées du Sénat. « C’est bien sûr pour soutenir » le président syrien Bachar al-Assad.

Un groupe de rebelles soutenu par les Etats-Unis a indiqué avoir été la cible de frappes russes menées aujourd’hui. Américains et Russes doivent se réunir d’urgence pour mettre en place un minimum de coordination et de dialogue pour éviter des incidents entre avions de chasse. Il s’agit d’éviter un incident militaire entre les avions russes et ceux de la coalition pilotée par les Etats-Unis en action depuis un an.

Selon le ministère de la Défense, l’armée russe a déployé plus de 50 avions et hélicoptères ainsi que des troupes d’infanterie de marine, des parachutistes et des unités de forces spéciales pour son dispositif militaire en Syrie

Lisez ce qu’écrit Zero Hedge, c’est complètement fou, on est dans le burlesque total :

Le mercredi, nous avons dit que même si nous avions été surpris de la rapidité avec laquelle la machine de propagande occidentale avait été mise en mouvement dans le sillage des premières frappes aériennes de la Russie en Syrie, il n’est pas du tout surprenant de voir des rapports faire surface disant que Moscou ciblait des forces soutenues par les USA plutôt que ISIS. 

Suite au mouvement qui a suivi la décision des législateurs russes de sanctionner officiellement les frappes aériennes en Syrie, Moscou n’a pas perdu de temps dans le lancement de son premier tour de raids aériens. De l’autre coté, l’Occident n’a pas perdu de temps en affirmant que la Russie ciblait  les zones qui ne sont pas connues pour être stratégiquement importantes pour ISIS.

Voici un regard sur deux titres qui résument bien l’ensemble de la rhétorique que vous êtes sur le  point d’entendre sans cesse émanant de tous les coins du monde occidental dans les jours et semaines à venir :

  • Les US sont préoccupés par L’INTENTION DE LA RUSSIE de protéger ASSAD : KERRY
  • Nous avons « de graves préoccupations» Si la Russie frappe des ZONES en DEHORS D’ISIS

Et voici le WSJ qui entre en jeu avec un aperçu du nouveau récit sur lequel Washington travaille dur, pour l’affiner :

Le président russe Vladimir Poutine a entrainé son pays directement dans la guerre en Syrie mercredi alors que les forces russes ont lancé leurs premières frappes aériennes contre ce que Moscou a dit être des objectifs de l’ État islamique au Moyen-Orient.

Mais les dirigeants occidentaux ont émis des doutes quant à savoir si la Russie avait vraiment l’intention de prendre part à la lutte contre l’Etat islamique, ou simplement d’élargir l’offensive du régime syrien contre un large éventail d’autres adversaires.

Mais à l’exception de la zone qu’est de la ville de Salamiyah dans la province de Hama, aucun des domaines énumérés par le régime syrien n’a de présence connue de combattants de l’état ​​islamique. Ils sont largement dominées par des factions rebelles relativement modérées et de groupes islamistes comme Ahrar al-Sham et la filiale d’Al-Qaïda le Front Al Nusra.

Et puis Reuters a sauté dans le train, en disant sur la base d’un entretien avec les commandants rebelles sur Skype, qu’ il était clair que des avions de combat russes ont délibérément visé des forces anti-régime autres que ISIS

Le point ici n’est pas de ne pas penser que Moscou ne vise pas les autres factions rebelles opérant en Syrie, il est de dire que 1) La Russie n’a jamais fait mystère de ses intentions de renforcer Assad par l’annihilation des éléments extrémistes visant à renverser le gouvernement de Damas, et 2) l’idée que les Etats-Unis et ses alliés régionaux sommes un bon juge de qui est un rebelle « modéré » et qui est, ou finira par être un terroriste, est risible.

En effet, grâce à la brutalité de l’ISIS, l’étiquette «modérée» est désormais ouvertement appliquée à Al-Qaïda (voir l’article du WSJ cité ci-dessus) qui semble suggérer que Washington préférerait une Syrie dirigée par Ayman al-Zawahiri, plutôt que Assad.

Eh bien, le jeudi de la machine de propagande des médias a passé la vitesse supérieure,  le  WSJ réprimandait maintenant efficacement la Russie pour frapper des zones contrôlées en partie par des « rebelles soutenus par la CIA ».

Voici plus :

La Russie a lancé des frappes aériennes en Syrie mercredi, prenant des responsables américains et occidentaux au dépourvu et provoquant de nouvelles condamnations suggérant que c’était la preuve que Moscou ne visait pas le groupe extrémiste Etat islamique, mais plutôt d’autres opposants au régime de Bachar al-Assad.

Une des frappes aériennes avaient touché une zone principalement tenue par les rebelles soutenus par l’Agence centrale de renseignement et les services d’espionnage alliés, selon des responsables américains, catapultant la crise syrienne à un nouveau niveau de danger et d’incertitude.

L’entrée de Moscou signifie que les militaires les plus puissants du monde, y compris les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, sont maintenant dans des missions de combat non coordonnées, ce qui accroît le risque de conflit dans le ciel de la Syrie. (sans compter la Chine qui est entrée carrément avec son porte avion dans le port de Tartous il y a quelques jours, pour prêter main forte aux russes ! ndlr)

Le Secrétaire américain à la Défense Ash Carter a déclaré que l’approche de la Russie de la guerre pour la défense de M. Assad, tout en ciblant ostensiblement les extrémistes, équivalait à « verser de l’essence sur le feu. »

«J’ai fait affaire avec eux pendant une longue période. Et ce ne sont pas le genre de comportement que nous devons attendre des professionnels de l’armée russe, « M.Carter a déclaré lors d’une conférence au Pentagone.

Les États-Unis et ses alliés étaient en colère contre les Russes sur de nombreux niveaux : qu’ils soutiennent M. Assad; qu’ils ne coordonnent pas leurs actions avec la coalition anti état islamique menée par les USA existante ; qu’ils ont fourni une dépêche laconique seulement une heure avant leurs opérations; ils ont exigé que  la coalition des Etats-Unis reste hors de l’espace aérien syrien ; et qu’ils ont frappé dans les zones où les rebelles anti-Assad de l’Etat islamique opèrent.

« Il semble qu’ils étaient dans des zones où il n’y avait probablement pas de forces d’ISIS , et c’est précisément l’un des problèmes avec cette approche globale», a déclaré M. Carter, le chef de la défense américaine.

Il y aurait un « problème avec l’approche » si l’objectif était de ne pas rétablir le régime d’Assad, mais parce que c’est l'objectif explicite (pas un secret, et non  un « mystère », alors que Washington insiste sur ça) de la Russie, il n’y a pas de « problème » du tout avec ça.

Retour au WSJ pour des comparaisons inévitables avec la Crimée et l’Ukraine :

L’agence d’espionnage des États-Unis a armé et entraîné des rebelles en Syrie depuis 2013 pour lutter contre le régime Assad. Les rebelles qui reçoivent un soutien en vertu d’un programme d’armement et d’entraînement séparé, géré par le Pentagone n’étaient pas dans les zones ciblées par la Russie dans ses frappes initiales, ont indiqué les responsables.

La combinaison de l’action imprévisible et unilatérale qui a bafoué les exhortations que les occidentaux avaient posées montre une ressemblance incontestable avec l’Ukraine, où M. Poutine a annexé la région de Crimée et a défié les exigences internationales de mettre fin à son soutien aux séparatistes.

La prise de décision de M. Poutine en Syrie reflète la façon dont il a abordé la question en Ukraine, a déclaré Andrew Weiss, vice-président des études au Carnegie Endowment for International Peace.

« Il essaie délibérément de faire les choses pour déstabiliser ses adversaires et il essaie toujours d’obtenir une sorte d’élément de surprise et un avantage tactique sur les gens, et en quelque sorte il joue avec ce qui maintient un effet de surprise constant pour retourner les événements  en sa faveur, » a déclaré M. Weiss, qui a travaillé sur la politique russe dans les administrations de George HW Bush et Bill Clinton.

Oui, une «ressemblance incontestable avec l’Ukraine », tout comme l’approche de Washington pour évincer Assad par la formation et l’armement des éléments extrémistes marque une « ressemblance incontestable » d’innombrables bévues de la politique étrangère US au Moyen-Orient où les résultats de l’ingérence de Washington finissent par être bien pire que la « problème » que les Etats-Unis essayent de trouver une «solution».

Zero Hedge – Wall Street Journal – resistanceauthentique – RT

 

30/09/2015

TRES URGENT ! Le président syrien demande l'aide militaire de la Russie, Moscou entre en action !

Suivez le direct : ICI

Après avoir testé les USA à l’ONU et avoir rapporté les preuves sur le plan international que les USA et ses alliés étaient des criminels qui financent l’EI au profit du Grand Israël, Poutine est rentré à Moscou !

Assad a demandé de l’aide militaire à Poutine qui a saisi le Parlement Russe qui a donné son accord pour effectuer des frappes en Syrie !

Hourra Poutine !

Longue vie à Assad et à Poutine !

Il ne manque plus qu'Assad demande l'aide la Chine et le tour sera joué pour les criminels !

Le président syrien demande l'aide militaire de la Russie
09:55 30.09.2015(mis à jour 10:24 30.09.2015)

 Le président syrien Bachar el-Assad

Le président syrien Bachar el-Assad a demandé à la Russie de lui fournir une aide militaire pour lutter contre l'EI, a annoncé mercredi le chef de l'administration présidentielle Sergueï Ivanov.

"Je veux vous informer que le président de la République arabe de Syrie a demandé une aide militaire à la direction de notre pays. De la sorte, on peut constater qu’il faut bien entendu lutter contre le terrorisme, il faut unir les efforts, mais dans le même temps il faut respecter le droit international", a déclaré M. Ivanov.

Nouveaux messages

  • 11:10

La Russie appelle les Etats-Unis à retirer ses avions de l’espace aérien de la Syrie

Fox News citant un haut responsable américain: la Russie appelle les Etats-Unis à retirer ses avions de l'espace aérien de la Syrie.

  • 11:06

La Russie, seul pays à mener une opération en Syrie sur une base légale

Dmitri Peskov, porte-parole du président russe

La Russie, seul pays à mener une opération en Syrie sur une base légale

11:02 30.09.2015

La Russie sera le pays à mener une opération en Syrie sur une base légale, sur demande des autorités légitimes du pays, a déclaré le porte-parole du président russe Dmitri Peskov.

En savoir plus

  • 10:48

Les frappes russes seront plus puissantes et précises que celles de la coalition

Le renseignement russe dispose de données permettant de déterminer l'emplacement des terroristes, et l'aviation russe est en mesure de frapper des frappes plus précises et puissantes que les avions de la coalition conduite par les Etats-Unis, a déclaré le président de l'Association internationale des vétérans des unités antiterroristes Alfa, Sergueï Gontcharov.

  • 10:41

L'annonce des frappes russes contre Daech dope le rouble

 Suite à l'annonce des futures frappes russe en Syrie, le dollar était en baisse face à la devise russe, à  65,7364 roubles pour un dollar.

  • 10:40

Ambassade US en Russie sur la décision d'utiliser l'armée russe en Syrie: Poutine et Obama ont convenu qu'ils avaient des intérêts communs dans la lutte contre Daech dans cette région

Le président russe Vladimir Poutine et le président américain Barack ObamaUS Secretary of State John Kerry

Obama-Poutine à New York: un entretien "franc et fructueux"

23:27 28.09.2015

La rencontre bilatérale entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Barack Obama à huis clos a pris fin à New York. La rencontre a duré une heure et 40 minutes.

En savoir plus

  • 10:28

Frappes en Syrie: les Américains veulent communiquer avec les Russes

Ashton Carter

Frappes en Syrie: les Américains veulent communiquer avec les Russes

10:38 30.09.2015

Le chef du Pentagone Ashton Carter a donné son feu vert pour l'établissement de lignes de communications entre militaires américains et russes pour éviter tout incident en Syrie, a indiqué le Pentagone mardi.

En savoir plus

  • 10:24

Kremlin: les frappes de la coalition menée par les Etats-Unis violent le droit international

"Comme vous le savez, les Etats-Unis mènent des frappes aériennes sur le territoire de la Syrie et de l’Irak, et peut-être d’autres pays du Proche-Orient. Récemment la France a rejoint des actions analogues, l’Australie et un certain nombre d’autres pays comptent en faire de même. Je voudrais noter un point important : ces actions sont menées en contournant le droit international", a indiqué M. Invanov.

"A cet égard, je veux vous informer que le président de la République arabe de Syrie a demandé une aide militaire à la direction de notre pays. De la sorte, on peut constater qu'il faut bien entendu lutter contre le terrorisme, il faut unir les efforts, mais dans le même temps il faut respecter le droit international", a déclaré M. Ivanov.

Le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) a aprouvé mercredi l'usage éventuel des Forces armées russes à l'étranger.

Auparavant, le président russe Vladimir Poutine avait demandé au Conseil de la Fédération d'autoriser une telle mesure.

Le 29 septembre, suite à son retour de l'Assemblée générale de l'Onu, le chef de l'Etat russe a convoqué les membres permanents du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie (organe consultatif travaillant sur les décisions en matière de sécurité nationale, ndlr) afin de discuter des questions de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme.

 

 

Russie/Syrie : Le sabotage des Etats-Unis au Conseil de sécurité

Comme cela Poutine à l’ONU aura contraint les US/UE/Sionistes à se positionner et à dévoiler mondialement leurs plans de guerre !

Ils ne veulent pas la paix mais la guerre, la seule chose qu’ils sachent exporter dans le monde !

Bien sûr, le maintien de Bachar Al-Assad au pouvoir en Syrie, empêche Israël de créer le Grand Israël et le Grand Moyen Orient, et de s’infiltrer jusqu’aux frontières de l’Iran, pays auquel ils comptent s’attaquer après avoir colonisé la Syrie !

Les US qui soutiennent leur leader en Palestine occupée, n’ont pas intérêt à accepter le plan de Poutine, mais à continuer la guerre en Syrie et au Moyen Orient pour atteindre leurs objectifs !

Poutine devient donc gênant pour mettre entrave à tous leurs projets maléfiques !

Le sabotage des Etats-Unis au Conseil de sécurité

Sep 29, 2015 13:04 UTC

http://media.ws.irib.ir/image/4bhhcf7b416a30v9l_800C450.jpg

 

IRIB- Le représentant russe auprès de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a fait part du sabotage des Etats-Unis dans le processus de l’adoption d’un communiqué au Conseil de sécurité pour mettre fin aux affrontements au Moyen-Orient.

« Les Américains se sont opposés au communiqué proposé pour mettre un terme aux affrontements, au Moyen-Orient », a affirmé Vitali Tchourkine, représentant russe auprès des Nations unies », a-t-on appris, ce mardi, de l’agence de presse Itar-Tas.


« Les Etats-Unis ont rejeté, au Conseil de sécurité, l’avant-texte du communiqué proposé par Moscou pour mettre fin aux affrontements, au Moyen-Orient. Cet avant-texte devrait être examiné, le 30 septembre 2015, au niveau des ministres des Affaires étrangères », a précisé, Tchourkine.


La Russie assume la présidence du Conseil de sécurité des Nations Unies, au mois de septembre. Les autorités russes ont mis l’accent sur la nécessité du dialogue politique pour résoudre la crise syrienne.