Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2015

OVNIS déclassification : Les archives du projet Blue Book sont enfin intégralement disponibles

Heureusement que les Ovnis et le ET n'existent pas ! C'est bien pour cela que les dossiers concernant ces sujets, sont classés secret défense ou secret militaire !

Sûrement que ces dossiers sont VIDES !


OVNIS : Les archives du projet Blue Book sont enfin intégralement disponibles


Publié le 13/01/2015



Des décennies après que l’US Air Force ait classé leurs rapports d’enquêtes officielles sur le phénomène ovni, des fichiers viennent d’être publiés en ligne pour la première fois et dans leur intégralité.
 
Le Projet Blue Book est considéré comme la troisième commission de recherche sur les ovnis menée par l'USAF.
 
En mars 1952, le Projet Grudge devient le Projet Blue Book. Cette commission qui était sous la direction du capitaine Edward Ruppelt, avait des objectifs plus sérieux que la dernière bien qu'ils devaient continuer à ridiculiser les témoignages d'ovnis en y apportant un maximum d’explications rationnelles.


Les fichiers ont tous été déclassifiés depuis la fin du Projet Blue Book et certains sites y proposaient un accès payant.
 
Les fichiers ont aujourd’hui été mis en ligne par John Greenewald qui dirige un site web appelé "theblackvault", hébergeant plus d’un million de pages (au format PDF) au sujet du Projet Blue Book.
 
Greenewald a effectué plusieurs demandes auprès des autorités en invoquant le Freedom of Information Act (FOIA). Il lui a fallu deux décennies de travail pour en arriver à ce résultat.
 
Il regroupe aujourd’hui plus de 130 000 archives.

Le webmaster déclare lors d’une interview accordée à OpenMinds avoir voulu compiler l’ensemble des données dans une base facilement consultable par tout le monde et affirme que de nombreuses sources présentes sur d’autres sites en lignes sont incomplètes ou difficilement accessibles.
 
Greenewald déclare lors de cette interview : « le Projet Blue Book (avec Sign et Grudge) occupe une place particulière dans l'histoire des ovnis. Malgré le fait que les enquêtes aient été menées de manière peu orthodoxe, cela n’est pas très grave. Il s’agit d’un projet qui a duré plus de 20 ans et des enquêtes ont été menées sur des milliers de cas. La plupart du temps, ils ont trouvé une explication rationnelle mais certains des cas demeurent un mystère. Ces données recueillies à l’époque pourraient ainsi de nouveau être analysées à l’aide de nos connaissances actuelles. Durant des années, ces données sont restées cachées dans les archives nationales. Aujourd’hui, grâce à la puissance d’Internet, ils ont été mis en ligne et pourront profiter de l’exposition qu’ils méritent. .. »


Ce type d’archives représente une véritable mine d’or à analyser. Leur nombre exact reste difficilement évaluable.
 
L’USAF affirme que Blue Book inclut 12 618 rapports d’ovnis, dont seulement 701 restent "non identifiés." Cela représente environ 5,5% des dossiers.
 
Les ufologues estiment avoir pris connaissance de 14000 cas, mais 1 600 restent "inconnus".


Rappel :
 
Les conclusions du Projet Blue Book étaient les suivantes :
 
- Aucun des Ovnis signalés, enquêtés, et évalués par l'Air Force n'a jamais montré qu'il pouvait menacer notre sécurité nationale.
 
- Aucune preuve n'a été soumise à l'Air Force, ni découverte par elle, que des observations entrant dans la catégorie “non-identifiées” démontrent des capacités technologiques ou des principes qui dépasseraient nos connaissances scientifiques actuelles.
 
- Aucune preuve n'indique que les observations entrant dans la catégorie “non-identifiés” concernent des engins extraterrestres.

" Entre 1948 et 1969 l'Air Force a enquêté sur 12.618 rapports d'observations d'Ovnis. Sur ce nombre, il a été établi que 11.917 avaient pour causes des objets matériels tels que des ballons, des satellites, et des avions; des objets immatériels tels que la foudre, des reflets, et autres phénomènes naturels; des objets astronomiques tels que des étoiles, des planètes, le soleil, et la lune; des conditions météorologiques; et des canulars. Seulement 701 rapports n'avaient pu trouver d'explication. "
 
Allen Hynek reconnaîtra que " l'entrée en vigueur du Projet Grudge marqua le début du " rejet " du problème des Ovnis. Les communiqués de presse publiés à propos de ces cas précis n'offraient plus qu'une très lointaine parenté avec les faits qui avaient suscité la notification initiale ".
 
En novembre 1948, le colonel Mc Coy transmet un mémorandum secret à son directeur, révélateur de cette politique du déni : " nous pensons qu'il serait déconseillé de présenter des informations à la presse au sujet d'objets que nous ne sommes pas encore en mesure d'identifier et au sujet desquels nous n'avons aucune conclusion raisonnable. Au cas où les journalistes pourraient insister pour obtenir une déclaration, nous suggérons qu'ils soient informés du fait que bon nombre de ces objets sont en fait des ballons météo ou des phénomènes astronomiques... "
 
Tous les documents concernant les enquêtes du Blue Book ont été définitivement transférés à la " Military Reference Branch ", aux Archives nationales, ainsi qu'au "Records Administration" (8ème et Pennsylvania Avenue, Washington, DC 20408). Ils sont accessibles au public.
 
En juillet 1952, survient une énorme vague d'Ovnis qui aurait confirmé l'origine Gaïenne du phénomène. C'est à ce moment qu'ils auraient décidé d'accentuer la politique de désinformation avec l'appui de la CIA. ​​​​

​La rédaction vous conseille :
 
 

Charl/Israël : Pourquoi les francs-maçons étaient-ils présents à la marche républicaine ?

Pour comprendre pourquoi les Francs-maçons défilaient à la grande marche de l'imposture qui savait qu'il y avait une réunion le mercredi et qui pouvait donner des infos à partir de l'intérieur de Charl/Israël Hebdo ?

 

Revue le Lys Noir distribuée par mail du 12 janvier 2015, que vous pourrez télécharger ICI et notamment le fichier intitulé, Hommage à notre compatriote ICI.

 

Rappel de l'article précédent :

*- Franc-maçonnerie : Le Gouvernement secret français est sorti de l'ombre pour sa marche dite "Républicaine" !

 


Hommage à notre compatriote Frédéric Boisseau


A la suite du carnage, chaque communauté a pu rendre enfin hommage à ses morts."Les juifs ont été fortement touchés, mais les gauchistes et les franc-maçons aussi. Quant à nous, par  bonheur, nous ne déplorons qu'une seule victime : notre compatriote Frédéric Boisseau, agent d'entretien...

Hommage à notre compatriote Frédéric Boisseau

17 morts... mais une seule victime chez les «Français d’entre-soi»...

L a société multi-culturelle est ainsi faite à Paris qu’il n’y a pratiquement  aucun  «français  de  base» dans les victimes... Aucun personnage de la famille Bélier n’est là.

Evidemment, Jean Cabut, Bernard Verlhac dit  «Tignous»,  Philippe  Honoré,  dit  «Honoré», et Stéphane Charbonnier, alias Charb,sont tous les quatre des «français de souche»,mais ce sont aussi des membres du haut-clergé libertaire gauchisant.

Wolinski est d’origine juive  comme  les  quatre  malheureuse  victimes civiles de l’hyper Casher et comme Elsa Cayat, psychanalyste et chroniqueuse à Charlie-Hebdo.

Il y a aussi des nord-africains comme Mustapha  Ourrad,  le  correcteur  du  journal,  et comme Ahmed Merabet, 42 ans, héroïque policier qui appartenait à la brigade VTT du commissariat central du 11ème arrondissement de Paris...  Mais  aussi  une  antillaise,  Clarissa Jean-Philippe, la fliquette municipale abattue dans le dos par Coulibaly.

Il y avait également deux franc-maçons :

Bernard  Maris,  chroniqueur  caché  sous  le pseudonyme d'Oncle Bernard, économiste de formation, Conseiller général de la Banque de France, classé à gauche, ancien membre du conseil scientifique d'Attac, membre de la Loge Roger Leray avec Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), Bernard  Pignerol  (conseiller  d’Etat,  PS)  et Jean-Paul Escande (professeur de médecine, polémiste, vulgarisateur).

L’autre Franc-maçon est Michel Renaud, ancien journaliste, ancien dircom de la mairie de Clermont-Ferrand. Il était  de  passage  à  la  rédaction  de  Charlie Hebdo,  selon  le  quotidien  La  Montagne et France Bleu. Fondateur de la biennale du Carnet de voyage dans cette localité, Michel Renaud était venu voir Cabu afin de lui remettre des dessins prêtés lors de la dernière édition de la biennale. Il avait été ainsi invité à participer à la conférence de rédaction de Charlie Hebdo, un journal dont il était friand...

 

Quant au brigadier Franck Brinsolaro, fils d’immigrés italiens communistes, il était affecté  depuis  plusieurs  années  au  service  de protection  des  hautes  personnalités,  dans  le service  de  la  protection  (SDLP,  ex-SPHP), l‘aristocratie de la police Nationale où n’entrent pratiquement aucun français de souche susceptibles de péter les plombs ou simplement de «donner une mauvaise image de la profession».

Brinsolaro assurait la protection de Charb avec lequel il avait fini par se lier fortement d’amitié. Brinsolaro avait été auparavant  garde  du  corps  du  juge  antiterroriste gauchiste Marc Trévidic. Puis de Joël Mergui, le président du Consistoire central israélite de Paris. Pour mener ces missions délicates, Brinsolaro,  époux  d’une  journaliste  locale  de gauche  en  Seine-maritime,  avait  été  choisi pour son tact et sa totale absence d’idées nationales qui auraient pu, sinon, gêner son rapport avec des personnalités de l’oligarchie !


En vérité, le seul français de base est naturellement la victime dont on parle le moins!


Il s’agit de  l’agent d'entretien  Frédéric Boisseau, 42 ans, qui était employé de Sodexo depuis quinze  ans.  Agent  de  maintenance, Frédéric se trouvait à l'accueil de l'immeuble au  moment  de  l'attaque. 

Première  victime, notre compatriote Frédéric Boisseau était aussi le plus pauvre des 17 ! morts laissés derrière eux par les terroristes de la katiba Kouachi...

Marié et père de deux enfants de 11 et 13 ans, Frédéric Boisseau était originaire de la Brie, en Seine-et-Marne.!

Natif de Recloses et habitant de Villiers-sous-Grez, ce rural des environs de Paris était comme tous les Français...

C’est à dire qu’il pouvait se poser la question de sa chance d’être né ici. Frédéric Boisseau se rendait à Charlie Hebdo pour la première fois, lorsqu’il a été abattu.

 

Frédéric Boisseau n’a pas eu de chance... Au milieu de cette hystérie vengeresse des terroristes musulmans contre leur société métissée d’origine,  Frédéric  n’avait  rien  à  faire  :!ce n‘était pas sa guerre.
Cependant, Frédéric Boisseau était un membre très actif et apprécié au club de Krav-Maga de l’Entente Sportive de la Forêt, à La Chapelle-la-Reine, dont il était l’un des piliers.

 

Frédéric Boisseau votait Front National et ne s’en cachait pas au sein de son club...Frédéric Boisseau  était une force de la nature, 1m80 pour presque 110 kg. Un physique de rugbymen. «Très assidu avec ça. Un exemple pour tous, un plaisir pour un professeur comme moi» confiait, ces jours-ci, son professeur de Krav-Maga Philippe Hubert.

 

Notre  compatriote  Frédéric  était  ceinture verte, à trois marches de la ceinture noire. «Il y a quelques années, il m’avait remercié pour mon enseignement du krav-maga. Il m’expliquait que grâce à ses compétences en auto-défense,  il  avait  pu  se  défendre  face  à  deux individus qui étaient venu piller son camion d’entretien», poursuit le maitre d’art martial.

 

Lors de cette confrontation avec deux racailles de banlieue, Frédéric avait réussi à en mettre un en fuite, et à attraper l’autre pour le remettre aux forces de l’ordre... Frédéric était notoirement un brave homme. Tout le monde en témoigne dans son village...Frédéric Boisseau est d’ailleurs tellement «français de base» et «entre-soi français», que son nom a souvent été oublié de la liste récitée de toutes les victimes... Aussi, c’est à sa famille qu’une simple conseillère du président  Hollande a téléphoné en dernier parce que la veuve s’était plainte dans la presse locale en déclarant pudiquement : «nous nous sentions démunis...

 

Nous  ne  comprenions  pas  pourquoi,  depuis mercredi,  nous  n'avions  pas  de  nouvelle  de l'Etat. Nous avons besoin d'un soutien psychologique. C'est très dur de faire face... »...

 

Finalement, pour éviter un couac, Frédéric Boisseau  sera  fait  chevalier    de  la  Légion d’Honneur sur son cercueil et les frais de ses obsèques seront assurés par l’Etat...
 
 

Surveillance et censure des français sur le net !

Est-ce vraiment les vidéos des djihadistes qu'il faut censurer sur le net ou l'objectif serait-il celui d'empêcher les éveillés de dénoncer les plans machiavéliques des zélites Illuminati ?

Le terrorisme djihadiste a bon dos pour nous imposer, le terrorisme d'état, la censure et la surveillance du net qui fonctionnent déjà à plein tube notamment avec Facebook et le Réseau échelon et la NSA.


Echelon, un réseau d’écoute mondial

Comment la NSA espionne la France

Vidéos djihadistes : YouTube et Dailymotion dans le collimateur 

Le Point - Publié le 14/01/2015 à 16:08 - Modifié le 15/01/2015 à 09:36

La propagande terroriste est diffusée sur Internet. Faut-il une censure a priori par les plateformes de diffusion ? Réponse des politiques et des entreprises.

YouTube appartient à Google.

YouTube appartient à Google. © TRIPPLAAR/SIPA

Par

Alors que la France sort tout juste d'une terrible semaine et d'un mouvement historique autour de Charlie Hebdo, de nombreuses questions émergent. Les sites comme YouTube ou Dailymotion sont de plus en plus pointés du doigt, car ils hébergent régulièrement des vidéos djihadistes, qui restent en ligne quelques heures ou quelques jours, le temps qu'elles soient supprimées. Certains réclament que ces sites internet soient obligés de contrôler (et donc de censurer) leurs contenus a priori, et non a posteriori comme c'est le cas actuellement.

S'il n'est pas certain que le gouvernement s'aventure sur ce terrain, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve réfléchiraient à renforcer la responsabilité des intermédiaires, c'est-à-dire des plateformes comme Twitter, Facebook, YouTube ou Dailymotion, sur lesquelles ces contenus sont mis en ligne. Mais ce n'est pas simple : sur YouTube, 300 heures de vidéo sont mises en ligne chaque minute, ce qui interdit toute vérification humaine systématique.

La suite : ICI

Cazeneuve ira aux USA convaincre Google, Twitter, Facebook...

 

Publié par Guillaume Champeau, le Mercredi 14 Janvier 2015

Le ministre de l'intérieur a annoncé qu'il se rendrait aux Etats-Unis pour voir les responsables des principaux fournisseurs de services en ligne, afin de les convaincre de collaborer plus étroitement à la surveillance et au contrôle des communications sur Internet, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Bernard Cazeneuve s'est vu donner jusqu'au 21 janvier pour proposer de nouvelles lois de surveillance et de contrôle sur Internet au premier ministre Manuel Valls. Sur France Inter ce mardi, le ministre de l'intérieur a évoqué les grandes lignes de ce qu'il pourrait suggérer, non seulement pour Internet, mais pour l'accroissement des dispositifs de mise sous surveillance.

Sans reprendre à son compte les critiques contre la CNCIS, Bernard Cazeneuve a d'bord indiqué qu'il souhaitait augmenter le nombre, la fréquence et la durée des interceptions de sécurité, qui concernent également les données sur Internet, et revoir les modalités. "J'avais proposé de passer de 10 à 30 jours la durée de conservation des interceptions de sécurité pour pouvoir procéder à leur analyse dans le détail, parce que l'on a des interceptions complexes qui demandent des compétences multiples, linguistiques et autres. A ce moment-là, je n'avais pas trouvé d'accord avec le parlement pour le faire", a-t-il rappelé au sujet d de la loi de novembre 2014.

La suite : ICI

YOUTUBE VS DAILYMOTION : LA VÉRITÉ



Quelle est la meilleure plateforme pour mettre en ligne création? Vous saurez des plus noirs secrets qui se cachent derrière les 2 compagnies...

FACEBOOK VS TWITTER : LA VÉRITÉ

La vérité sur ce débat incessant entre les 2 plus gros réseaux sociaux du web, facebook et twitter.



 

 

14/01/2015

La tentation du Patriot Act : traque aux dissidents et suspicion généralisée

La tentation du Patriot Act : traque aux dissidents et suspicion généralisée

Nicolas Bourgoin

 

De quoi Charlie est-il le nom ? Ceux qui nous somment de nous identifier à ce personnage imaginaire se garderont bien de répondre si la question leur était posée, et pour cause. Ces trois mots qui sonnent comme un slogan publicitaire sont devenus le symbole d’une tromperie à grande échelle : le détournement d’une émotion légitime et populaire à des fins politiques et même mercantiles ! Surfant sur la vague de stupeur et d’indignation collective provoquée par une agression armée contre des journalistes, le gouvernement fait feu de tout bois : appels à l’unité nationale, surveillance renforcée des citoyens et mesures liberticides et régressives. Mais cette opération de communication pourrait avoir une finalité infiniment plus coûteuse pour les populations qu’un simple resserrement des rangs : valider le choc des civilisations et de là, justifier une guerre civile et militaire contre l’Islam. Et pour requérir le soutien des populations, rien de tel qu’un bon formatage des consciences à propos de la « menace islamique ». Pour cette tâche les bonnes volontés ne manquent pas : rappelons que Charlie est aussi le nom d’un journal qui s’est fait de l’ostracisation des musulmans son fond de commerce et qui, sur cette question qui fâche, persiste et signe.

 

10915206_526427984163825_940371690548557968_n

La belle histoire de l’union nationale face à la barbarie du terrorisme n’aura duré guère plus que le temps qu’une manifestation. Une fois chacun rentré chez soi, la politique reprend ses droits. Et celle à venir a de quoi faire frémir : tentation d’instaurer l’équivalent du Patriot Act étasunien en France, quasi-déclarations de guerre contre l’Islam, prolongation de l’intervention militaire en Irak et, en guise de hors-d’œuvre, batterie de mesures sécuritaires venant s’empiler sur une avalanche de lois antiterroristes dont la dernière en date est seulement vieille de deux mois. Cette volonté à peine voilée d’instaurer la loi martiale en France a montré ce qu’il fallait définitivement penser des grandes tirades pour la liberté d’expression déclamées par les responsables politiques ou les medias mainstream – la présence dans la manifestation de dimanche de chefs d’États ou de ministres bien peu démocrates, la énième mise en examen de l’humoriste Dieudonné, cette fois pour « apologie du terrorisme » (incrimination passible de 7 ans de prison) avaient, il est vrai, déjà dissipé beaucoup d’illusions. Dans un régime totalitaire, il n’y a pas de délinquants mais des ennemis. Et la suspicion, généralisée, prend pour cible ceux qui sont considérés comme réfractaires aux diktats du pouvoir. Le pli semble être pris si l’on en croit certains journalistes qui recommandent de réintégrer de force les récalcitrants à l’unanimité décrétée par le gouvernement et les medias.

L’identification à un journal ouvertement islamophobe est désormais devenue une norme à laquelle chacun doit se plier. Et sur cette question, Charlie Hebdo ne craint pas la surenchère au risque d’attiser les tensions – mais peut-être est-ce là le but recherché. Le dessin de couverture du premier numéro d’après attentat représentant le visage du prophète Mahomet dessiné en forme de pénis (tête de nœud ?) est particulièrement nauséabond. Il paraît dans un contexte d’explosion des actes islamophobes en France et en Europe et de montée en force de l’islamophobie médiatique. Bernard Cazeneuve a d’ailleurs annoncé une protection renforcée des lieux de culte mais la priorité semble être donnée à ceux de la communauté juive. Depuis l’attentat, plusieurs dizaines de musulmans ont été agressés et une manifestation contre la « menace islamique » est prévue à Paris dimanche 18 janvier à l’image de celles qui ont lieu actuellement en Allemagne sous l’égide du mouvement PEGIDA. Cette « une » particulièrement insultante ne pourra qu’encourager tous ceux qui ont fait de l’anti-Islam leur cheval de bataille.

L’histoire se répète toujours deux fois, la première comme tragédie, la seconde comme farce. Cette phrase que l’on attribue à Marx semble ici trouver quelques échos. Il est vrai que l’agression contre les journalistes de Charlie Hebdo n’est pas l’attentat du 11 septembre 2001, que la batterie de mesures sécuritaires de Cazeneuve n’est pas le Patriot Act étasunien et que l’omniprésent « Je suis Charlie » est plutôt léger comparé au « nous sommes tous des américains ». Mais il ressort que l’exécutif s’est clairement engagé dans la fuite en avant du couple infernal  tension/répression aussi bien à l’intérieur (conflits communautaires) qu’à l’extérieur (conflit militarisé). L’expérience  montre pourtant que le choix de la guerre contre le terrorisme, en alimentant la menace même qu’elle prétend combattre, est de loin le plus coûteux pour les populations du pays agressé comme pour celles du pays agresseur.

 

 

France : Israël24news, Uniformisation et conformisation des médias occidentaux vers la pensée unique et obligatoire ?

France « Israël24news, la chaïne Israélienne rachète Libération !

Allez comme cela nous serons sûrs d'avoir des infos bien orientées vers la pensée unique et universelle !

Donc, Israël24news rachète Libération au siège duquel est hébergé Israël/Hebdo, euh... non, Charlie Hebdo, en fait c'est la même chose puisqu'il s'agit de Charl/Israël !

Rappelez-vous que le site JSSNews semblait être très bien informé avant tout le monde de la nationalité des terroristes ! Seraient-ils en lien avec la chaîne i24News ?

*- L’étonnante révélation de i24news ( chaîne TV d’information israélienne) sur les auteurs de la tuerie . Le journal  i24 news connaitrait déjà l’identité des tueurs depuis 16h…

Rappel d'un article précédent :

*- France : Mossad Israël : Nom de code de l'opération militaire : ”Je suis Charlie, Je suis Israël !”

Qui est la chaîne Israélienne I24News dont JSSNEWS fait la pub sur son site ,

*- L’Express, Libé et I24News deviennent un groupe média international !

Le site de la chaîne Israélienne

http://www.i24news.tv/fr/


*- Charlie Hebdo: les terroristes seraient franco-algériens de retour de Syrie et ont tué au moins un musulman !

*- « Libération », « L’Express » et « i24news » seront réunis au sein d’un nouveau groupe

*- Libération, L'Express et la chaîne israélienne i24news bientôt réunis

*- Israël Médias. Réel Succès pour la Chaîne i24News. Des Professionnels aux Commandes.

*- i24news : mais qu’est-ce que c’est que cette chaîne ?

Nouvelle image (8).jpg

Uniformisation et conformisation des médias occidentaux : vers la pensée unique et obligatoire ?

mercredi, 14 janvier 2015 16:17

IRIB- Un exemple révélateur de l'uniformisation des médias occidentaux, et singulièrement francophones, nous est encore donné ce jour.

« Libération, L'Express et la chaîne israélienne i24news bientôt réunis » annonce l'AFP.

Le journal Libération, la chaîne d'information israélienne i24news et le magazine L'Express (on comprend mieux ainsi certaines positions ...) vont être réunis «au sein d'un nouveau groupe plurimédias "Mag&NewsCo", détenu par le patron de Numéricable et SFR Patrick Drahi, coactionnaire de Libération, et son associé Marc Laufer, ont-ils annoncé mercredi ». Presse écrite, magazines, TV, radio, distribution Bouquet TV, location de films, publicité (et donc contrôle médiatique), téléphonie mobile : une concentration au profit de i24news ..."Mag&NewsCo, groupe média diversifié, intégrera la télévision, la radio, la presse écrite, le numérique et le mobile", indiquent les deux hommes d'affaires, qui sont en train de racheter au groupe belge Roularta les magazines L'Express et L'Expansion, et 8 autres titres.

"Marc Laufer et Patrick Drahi seront les deux seuls actionnaires du groupe. Le management opérationnel sera effectué par Marc Laufer", précisent-ils. Pour l'instant, Libération est détenu à 50% par Patrick Drahi et Marc Laufer, et 50% par l'homme d'affaires Bruno Ledoux et ses associés.

L'homme d'affaires franco-israélien Patrick Drahi, « 4e fortune de France » selon le magazine Forbes, et son allié Marc Laufer « négocient avec Roularta le rachat de l'hebdomadaire L'Express, du mensuel économique L'Expansion et des titres Mieux vivre votre argent, Lire, Classica, Studio Ciné Live, L'Entreprise, qui intègreront la nouvelle entité, tout comme les sept titres spécialisés détenus par le groupe NewsCo de Marc Laufer.

Les deux hommes s'intéressent par ailleurs à Radio Nova », ont-ils confirmé

Pendant l'été 2014, Patrick Drahi, « qui a créé un vaste groupe télécoms présent dans 9 pays, a renfloué le quotidien Libération, proche de la faillite, en apportant 14 des 18 millions d'euros qui ont sauvé le journal, puis une rallonge d'une dizaine de millions ».

En Israël, il a racheté le groupe Hot (chaînes de télévision et téléphonie mobile) et créé la chaîne d'information internationale i24 News, chargée de porter une vision israélienne de l'info.

En France, il a racheté des petites chaînes thématiques comme Vivolta, Shorts TV, Kombat Sport et le groupe MCS. Comme les monopoles tuent le commerce et l'industrie – « la science contre les monopoles » affirmait le géopoliticien allemand Anton Zichka avec raison -, le monopole de l'information tue l'information. Et le pluralisme des idées ...