Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2015

Trouble-fête: le S-400 russe bouscule les plans américains en Syrie

Poutine aurait-il bloqué tout le monde en Syrie y compris les avions militaires français ? 

Encore une preuve que l'alliance Franco/Russe en Syrie ne pourrait être que du pipeau car tous les avions de la coalition US seraient bloqués par le S-400.

A moins que la France dont le matériel militaire est vétuste n'ait des aéronefs équipés d'un système de contre-mesure électronique pour accompagner ses avions militaires lors de leurs opérations, et ce dont nous doutons fortement.

"Si les systèmes russes sont activés, les avions militaires américains seront accompagnés  par des aéronefs dotés d'un système de contre-mesure électronique et pourraient même devoir arrêter leurs frappes."

Trouble-fête: le S-400 russe bouscule les plans américains en Syrie

Россия развернула в Сирии ЗРК С-400

Les autorités américaines sont préoccupées par la décision russe de déployer en Syrie des systèmes antiaériens S-400. Désormais, le Pentagone est contraint d'accompagner les bombardiers américains d'un aéronef équipé d'un système de contre-mesure électronique et pourrait même cesser ses frappes, rapporte la CNN.

Le président russe Vladimir Poutine a expliqué que la Russie était obligée d'assurer la sécurité de son aviation après l'incident aérien avec la Turquie, raison pour laquelle elle a déployé le système S-400.

Le radar du système S-400 est capable de viser simultanément 300 cibles, et possède une capacité antimissile. 72 missiles peuvent y être chargés simultanément.

Le déploiement de ces batteries antimissile de dernière génération complète les mesures annoncées mardi soir par l'état-major de l'armée russe: envoi près de la province de Lattaquié, dans le nord-ouest de la Syrie, du croiseur lance-missiles Moskva de la flotte russe, équipé de systèmes antiaériens, et le fait que les bombardiers russes voleront désormais sous la protection de chasseurs.

Le Pentagone ne croit pas que système soit déjà en alerte opérationnelle. Pourtant, un militaire américain a confié à la chaîne américaine CNN qu'ils suivaient attentivement l'évolution la situation.

Le lieutenant général à la retraite Mark Hertling, analyste militaire de CNN, a expliqué que beaucoup de conversations se passaient au niveau tactique ou opérationnel alors que les chefs de l'Etat conservent un ton belliqueux. Cela revient à augmenter la mise dans le "grand jeu syrien", mais on ne sait jamais à quoi ça peut mener.

Si les systèmes russes sont activés, les avions militaires américains seront accompagnés  par des aéronefs dotés d'un système de contre-mesure électronique et pourraient même devoir arrêter leurs frappes.

En attendant, l'administration Obama  a fait également face à d'autres difficultés. Dans un entretien, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a déclaré qu'il était peut-être temps de coopérer avec  l'armée syrienne dirigée par le président Bachar el-Assad dans la lutte contre l'EI.

Barbara Starr, correspondante de la CNN au Pentagone, a fait remarquer que la situation serait encore plus compliquée pour l'administration Obama. Environ 50 combattants des forces spéciales américaines seront déployés dans la Syrie du Nord dans les prochains jours. Ils seront là pour la première fois. Le chef du Pentagone Ashton Carter sera sans doute contraint d'en parler lors de son entretien devant le Congrès la semaine prochaine, a conclu la correspondante.

28/11/2015

Enterrement d’un Marine russe mort en tentant de sauver les pilotes du jet abattu par la Turquie

Encore un héros russe mort pour avoir voulu sauver les deux pilotes dont l'avion a été abattu par la Turquie. Son hélicoptère ayant été touché par un missile lancé par des militants syriens.

Paix à son âme ! Et merci pour son combat !

Enterrement d’un Marine russe mort en tentant de sauver les pilotes du jet abattu par la Turquie

27/11 17:30 CET | mis à jour le 27/11 - 19:06

Des centaines de personnes ont assisté à l’enterrement ce vendredi d’un soldat russe mort alors qu’il tentait de secourir l’un des deux pilotes de l’avion russe abattu par la Turquie mardi.

Alexandre Pozynich se trouvait à bord de l’un des deux hélicoptères partis à la rescousse des deux militaires en détresse sur le sol syrien.

Son appareil, atteint par un missile tiré par des militants syriens, peut-être turcmènes, a du faire un atterrissage d’urgence auquel n’a pas survécu le jeune Marine. Ses collègues ont été blessés dans l’incident.

Il a été enterré dans sa ville natale de Novocherkassk, dans le sud de la Russie.

 

Un éminent avocat pro-kurde abattu dans le sud-est de la Turquie

Après les journalistes incarcérés en Turquie, le tour à un imminent avocat à avoir été abattu ?

Un éminent avocat pro-kurde abattu dans le sud-est de la Turquie

Tahir Elci, président de l’association du barreau © Sertac Kayar Source: Reuters
Tahir Elci, président de l’association du barreau
 

Le président de l’association du barreau du sud-est de la province de Diyarbakır a été tué, atteint par une balle, pris dans un feu croisé entre des insurgés kurdes et la police turque.

Tahir Elci a été atteint de tirs dans la tête, ce qui a causé sa mort, apprend-on des sources de l’hôpital.

Tahir Elci est mort alors qu’il s’exprimait face aux médias. Les extrémistes kurdes ont ouvert le feu, tuant également un policier et blessant trois autres personnes. Parmi les blessés, des correspondants des plus grands médias, des agences Anatolia et Dogan.

«Dès la fin de sa déclaration, les balles ont plu sur la foule», a déclaré à Reuters Omer Tastan, un responsable local du parti pro-kurde HDP. «Une balle a atteint Elci à la tête», a raconté Tastan, en ajoutant que 11 personnes ont été blessées lors de l’incident.


Dans une vidéo diffusée par l’agence Dogan, un groupe de tireurs s’est caché derrière le minaret d’une mosquée proche du lieu où Elci prononçait sa déclaration. Lorsqu’il a fini de parler, les hommes ont ouvert le feu sur l’avocat et ceux qui se trouvaient derrière lui.

«Une personne a couru vers Tahir Elci, lui a tiré dessus et puis s’est échappée», a fait savoir Felat Bozarslan, journaliste à l’agence Dogan.

Le militant pour les droits de Kurdes Tahir Elci a été fortement critiqué pour sa contestation envers la position officielle de la Turquie de qualifier le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) d’organisation terroriste.

Après avoir fait des commentaires sur le PKK sur la chaîne CNN Turk au mois d’octobre, le militant a été arrêté. Il a ensuite été relâché et attendait d’être jugé.

En savoir plus : 3 militants kurdes tués dans des affrontements avec la police dans le sud-est de la Turquie

Tahir Elci a fait des études de droit en Europe et a participé à plusieurs importants procès devant les Cours turques. L’avocat faisait partie des membres fondateurs de plusieurs organisations de droit et d’ONG.

«La Turquie plonge dans le chaos»

Le meurtre de Tahir Elci reflète une fois de plus la situation instable de la sécurité dans le pays, a estimé l’analyste du Moyen-Orient Shwan Zulal.

«Tahir était un avocat kurde très éminent qui appelait à la paix et au cessez-le-feu entre le PKK [parti kurde] et les militaires turcs. Il n’a été jamais impliqué dans le côté politique des choses», a raconté l’expert dans une interview à RT. «C’était une personne qui luttait tout simplement en faveur de la justice pour les kurdes et qui n’avait pas peur de s’exprimer à voix haute», a expliqué Shwan Zulal.

Alors que violences et attentats se multiplient en Turquie, c’est son économie qui risque d’en souffrir le plus, d’après l’expert.

En savoir plus : Lors du sommet du G20 à Antalya, Daesh intensifie ses attaques contre la Turquie

«Je crois que la Turquie sombre vraiment dans le chaos et devient un endroit pas du tout sûr. L’économie turque repose largement sur le tourisme, et si cette sécurité n’est plus assurée dans le pays, je ne sais pas où nous nous dirigeons», a regretté Shwan Zulal.

 Des canons à eau dispersent la marche organisée à Istanbul en hommage à l’avocat abattu (VIDEO)

 28 nov. 2015 

  • Alors que des milliers de personnes se sont rassemblées pour protester contre le meurtre de l’avocat kurde Tahir Elci, des échauffourées ont éclaté entre la police et les manifestants.
     
     

     

Poutine refuse de rencontrer Erdogan

 

Nov 27, 2015 15:04 UTC - IRIB – Ayant déjà refusé de parler à son homologue turc au téléphone, le Président russe Vladimir Poutine a cette fois-ci refusé la demande de Recep Tayyip Erdogan pour un entrevue.

Selon la chaîne Al-Arabiya, le Président russe Vladimir Poutine a refusé la demande de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan qui souhaitait un tête-à-tête avec lui à Paris. Erdogan avait déclaré jeudi que M. Poutine avait refusé de lui parler au téléphone.
 
« Aucun dialogue bilatéral ne se fait entre les deux pays », a affirmé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, en allusion aux tensions qui affectent les rapports turco-russes depuis que la Turquie a abattu un chasseur russe dans le ciel syrien. « Huit heures après le crash d’avion Sukhoï-24 frappé par la Turquie, en Syrie, M. Erdogan a essayé de contacter le Président russe », a ajouté Dmitri Peskov. De même, le Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré jeudi aux journalistes que les dirigeants russe et turc n’avaient au aucun contact téléphonique.

En ce qui concerne la demande d’Ankara pour une rencontre entre les chefs d’Etat russe et turc en marge du sommet mondial sur les changements climatiques prévu la semaine prochaine à Paris, Lavrov s’est référé aux récentes déclarations des responsables russes qui ont exclu la possibilité de cette rencontre. Moscou a également annulé deux réunions des dirigeants et des Ministre des Affaires étrangères des deux pays.
 
Voir aussi :

 

URGENT ! Vladimir Poutine signe le décret mettant en œuvre les mesures économiques contre la Turquie

 

Vladimir Poutine signe le décret mettant en œuvre les mesures économiques contre la Turquie

Ce samedi, le chef d'Etat russe a signé un décret visant à renforcer la sécurité nationale et introduisant des mesures économiques contre la Turquie, après l'attaque du bombardier russe Su-24, rapporte le service de presse du Kremlin.

Après la suspension du régime sans visas annoncée vendredi 27 novembre, et signée aujourd'hui, le président russe a annoncé la mesure la plus douloureuse pour la Turquie. Selon le décret, les opérateurs touristiques ne sont plus autorisés à vendre des séjours en Turquie. 

"Stipuler que les tour-opérateurs et les agents touristiques doivent se garder de vendre aux citoyens russes des produits touristiques prévoyant la visite du territoire de la République turque", lit-on dans le décret.

Les vols charters entre la Russie et la Turquie sont également interdits.

De même, ces mesures du Kremlin "visant à assurer la sécurité nationale et celle des citoyens russes", interdisent aux employeurs russes d'embaucher des citoyens turcs à partir du 1er janvier 2016 et ordonnent d'interdire ou de limiter l'activité des organisations turques en Russie.

De surcroît, Vladimir Poutine a ordonné d'"interdire ou limiter les opérations économiques extérieures, prévoyant l'importation sur le territoire russe de certains produits provenant de la République turque selon la liste définie par le Gouvernement de la Fédération de Russie (à l’exception des produits importés pour la jouissance personnelle dans la quantité autorisée par l'Union économique eurasiatique)", selon le texte du décret publié par le Kremlin.

En attendant une éventuelle rencontre avec le chef d'Etat russe Vladimir Poutine lundi à Paris, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré samedi que la Turquie avait besoin de la Russie et que la Russie avait besoin de la Turquie: "Nous ne pouvons pas ne plus être en contact", a-t-il dit.

Le 24 novembre, un chasseur F-16 de l'armée de l'air turque a abattu un bombardier russe Su-24 impliqué dans la campagne de frappes aériennes contre les positions de l'Etat islamique en Syrie. Selon Ankara, l'avion russe a violé l'espace aérien turc. Moscou dément ces allégations tout en soulignant que son bombardier ne présentait aucune menace pour la Turquie.

Suite à l'incident, le président russe Vladimir Poutine a accusé les autorités turques de complicité avec les terroristes dans la région. La Russie a en outre déployé en Syrie des systèmes antiaériens S-400 en vue d'assurer la sécurité de ses forces aériennes combattant les djihadistes de l'EI.