Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2015

Petite revue de presse : Russie, Turquie, OTAN, USA, Ukraine

 

Sélection d'articles de la journée du 25 novembre 2015.

Observez les manœuvres organisées de l'OTAN et des USA face à la Russie en Syrie, et les faveurs faites à l'Ukraine !

Ankara affirme ne pas avoir diffusé les échanges radio avec le Su-24

19:10 26.11.2015

Chute du Su-24 russe abattu par la Turquie
Des médias turcs et étrangers ont diffusé jeudi les "échanges radio" entre les pilotes turcs et l'équipage du Su-24 abattu au-dessus de la Syrie. Selon Moscou, ces "enregistrements" sont montés de toute pièce.
  • Bilal Erdogan et Sumeyye Erdogan. Archive photo
    Un jour après l'attaque contre un avion russe en Syrie, le président turc Recep Tayyip Erdogan poursuit son offensive contre la Russie dans l'espace médiatique: il affirme que l'aviation turque n'était pas au courant de l'appartenance de l'avion et appelle à "ne pas dramatiser la situation", écrit jeudi le quotidien Interpolit.

Sortez les mouchoirs: Erdogan "chagriné" par la réaction de la Russie

  • 16:30 26.11.2015

  • Recep Tayyip Erdogan
    Deux jours après l'incident avec l'avion russe abattu par la Turquie, le président turc s'est enfin prononcé à ce sujet. Néanmoins il ne s'agit pas des excuses... Recep Tayyip Erdogan s’est dit embarrassé par la réaction "inattendue" de Moscou.
     

    16:14 26.11.2015
  •  
  • Le président turc Recep Tayyip Erdogan ouvre le sommet du G20 à Antalya, dimanche 15 novembre 2015
  • La Russie compte bien obtenir des excuses de la Turquie pour garantir que de tels incidents ne se reproduiront pas et rappeler quel comportement il convient d'adopter avec la Russie. Malgré tout, il ne faut pas oublier à qui profite l'escalade du conflit russo-turc - certainement ni à Moscou ni à Ankara.

Poutine: Ankara n'a fourni ni excuses, ni explications suite au Su-24 abattu

11:50 26.11.2015

  • Vladimir Poutine
    L'incident avec l'avion russe abattu par la Turquie contredit le droit international, Ankara n'a fourni jusqu’à présent ni excuses, ni explications claires, a déclaré le président russe Vladimir Poutine.
     

    15:28 26.11.2015
  • Livre turque
    L'attaque turque contre le bombardier russe Su-24 et la brusque aggravation des relations d'Ankara avec Moscou interviennent au moment même où l'économie turque ralentit - sa monnaie chute, l'inflation augmente et le chômage avoisine les 10%.
     
  • A NATO patch is fixed on a Turkish service member's flight suit
    L'adhésion de la Turquie à l'Otan en 1952 était une décision à courte vue, cette alliance rappelant de plus en plus un "pacte avec le Diable".
     

    14:03 26.11.2015
  • Jens Stoltenberg
    Après la destruction de l'avion russe par la Turquie, l'Otan est consciente de la nécessité de renforcer les mécanismes visant à prévenir des incidents similaires à l’avenir.
  • Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan
    L'Otan reste à l'écart des événements qui ont récemment affecté la sécurité de ses membres, à savoir les attentats terroristes de Paris et l'attaque de la Turquie contre un avion militaire russe. Concernant ce dernier incident, l'Alliance atlantique s'interroge sur les véritables raisons ayant poussé Ankara à commettre cet acte d'agression.
     

    15:26 26.11.2015
  •  
  • Les drapeaux des États-Unis
    Les USA ont pris des mesures contre des personnes physiques et morales «qui apportent un soutien au gouvernement syrien, notamment financier», a déclaré l’attaché de presse de l’ambassade américaine à Moscou Will Stevens.
     
     
  • 08:17 26.11.2015
  • Piotr Porochenko
    Le président américain a signé le budget de défense 2016 adopté par le Congrès. Il prévoit l'octroi de 300 millions de dollars à l'Ukraine.

L'aviation syrienne a attaqué 673 sites terroristes en six jours

L'aviation syrienne a attaqué 673 sites terroristes en six jours

Un char T-72 de l'armée gouvernementale syrienne sur la route Homs-Palmyre

L'armée syrienne mène une offensive à Homs et a déjoué une tentative de percée des terroristes près de Palmyre.

L'aviation syrienne a mené 179 missions en six jours pour frapper 673 sites des terroristes, a annoncé jeudi à Lattaquié le général de brigade Ali Mayhub, porte-parole des troupes syriennes.

"L'Armée de l'air syrienne a effectué 179 sorties pour attaquer 673 sites contrôlés par les terroristes près de Damas, de Homs, de Hama, d'Idlib, d'Alep et dans la province de Lattaquié. Ces frappes ont permis de détruire trois postes de contrôle, deux convois automobiles et des bases de ravitaillement dans la province de Homs", a indiqué le général lors d'un point presse.

"Les activités de l'Armée de l'air syrienne ont porté un préjudice important au groupe du Front al-Nosra (…). Nous avons rasé des fortifications des terroristes du Front al-Nosra et éliminé beaucoup de terroristes (…) dans la province d'Idlib", a-t-il ajouté.

Les troupes syriennes ont en outre "détruit des centres de communication et de ravitaillement des terroristes et leurs véhicules (…) dans la province d'Alep".

"Des dizaines de véhicules transportant des djihadistes ont été anéantis dans la province de Lattaquié", a précisé le général.

L'armée syrienne mène une offensive à Homs et a déjoué une tentative de percée des terroristes près de Palmyre, d'après Ali Mayhub.

 

 

L'aviation russe a effectué 134 sorties en Syrie en trois jours

L'aviation russe a effectué 134 sorties en Syrie en trois jours

 

Igor Konachenkov

Selon le ministère russe de la Défense, tous les avions ont regagné la base aérienne syrienne de Hmeimim après leurs missions.

L'aviation russe, qui mène une opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie, a effectué 134 sorties dans huit provinces du pays en trois jours, a annoncé jeudi le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.


 
"Les avions russes ont effectué 134 sorties de combat pour frapper 449 sites dans les provinces d'Alep, de Damas, d'Idlib, de Lattaquié, de Hama, de Homs, de Raqqa et de Deir-el-Zor", a indiqué M.Konachenkov devant les journalistes.

 
Les avions russes ont notamment anéanti un dépôt de munitions de l'EI et un groupe de terroristes du Front al-Nosra.

 
"Un bombardier Su-24M a détruit un dépôt souterrain de munitions de l'EI près d'El-Qaryatayn dans la province de Homs. Une bombe OFAB-250-270 a complètement détruit le dépôt", a précisé le général."Les bombardements ont permis de détruire un char, deux blindés et trois véhicules équipés de mortiers. L'ennemi a essuyé des pertes humaines considérables", a-t-il noté. Selon lui, l'aviation russe poursuit ses bombardements contre les sites pétroliers contrôlés par l'EI.


"Le 24 novembre, un bombardier Su-34 a porté une frappe contre des convois de camions-citernes et des sites de transformation et de stockage de produits pétroliers situés près des gisements de pétrole dans le nord et l'est de la Syrie, dans les provinces de Deir-el-Zor et de Raqqa", a déclaré M.Konachenkov.

Tous les avions ont regagné la base aérienne syrienne de Hmeimim après leurs missions.

 

La Russie anéantit des groupes terroristes près de la frontière turque

En lien avec la vidéo précédente ?

Voir aussi :

La Russie anéantit des groupes terroristes près de la frontière turque

Igor Konachenkov

La Russie a rappelé le représentant de la Marine russe qui se trouvait en Turquie pour coordonner les activités de la Flotte russe de la mer Noire et de la Marine turque.

Le ministère russe de la Défense et l'armée turque ont rompu tous les contacts, la Russie a rappelé le représentant de sa Marine en Turquie qui était chargé de coordonner les activités des militaires des deux pays, a annoncé jeudi le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

"Le ministère russe de la Défense et les Forces armées turques ont rompu jeudi tous les contacts conformément à une décision prise mardi", a indiqué M.Konachenkov devant les journalistes.

"Cette décision concerne non seulement la +ligne directe+ établie pour éviter des incidents aériens lors de l'opération antiterroriste en Syrie", a-t-il précisé.

Selon lui, les troupes syriennes et l'aviation russe ont anéanti des troupes terroristes qui opéraient près de la frontière turque, dans le secteur où avait été sauvé le pilote survivant du crash du Su-24 abattu mardi par la Turquie.

L'armée syrienne a en outre bloqué les livraisons transfrontalières d'armes au groupe terroriste Etat islamique (EI) dans les régions montagneuses de la province syrienne de Lattaquié.

"Les frappes portées par l'aviation russe contre les terroristes ont permis aux troupes gouvernementales syriennes de prendre le contrôle des régions montagneuses dans le nord de la province de Lattaquié et de démanteler les filières de transport d'armes, de munitions et d'autres matériels aux terroristes dans cette province", a noté M.Konachenkov.

Qui plus est, "notre aviation contrôle toutes les voies de transport d'armes, de munitions et de matériels aux terroristes de l'EI dans les autres régions du nord de la Syrie", a-t-il ajouté.

Le ministère russe de la Défense a annoncé jeudi sur Twitter que le croiseur lance-missiles russe Moskva était arrivé au large de la province de Lattaquié pour soutenir la défense antiaérienne locale.

 

Les missiles sol-air dernier cri S-400 que la Russie a décidé de déployer en Syrie, ont déjà été mis en état opérationnel à la base syrienne de Hmeimim, d'après le ministère.
 
 
 

Les relations russo-turques traversent une période de crise suite au crash d'un bombardier Su-24 russe abattu par un chasseur turc en Syrie. Le bombardier est tombé sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière avec la Turquie. Un des pilotes du bombardier russe a été tué depuis le sol alors qu'il effectuait un vol en parachute après s'être éjecté. Le second pilote a été sauvé par les unités spéciales russes et l'armée syrienne, il est sain et sauf. Le pilote rescapé a indiqué n'avoir reçu aucune sommation ni mise en garde avant que son avion soit abattu.

Le président russe Vladimir Poutine a chargé le gouvernement d'adopter des mesures économiques et humanitaires en réponse à l'acte d'agression d'Ankara.

 

Officiel : La France renonce à la Convention européenne des droits de l’homme

Avec la dernière résolution de l’ONU contre la Syrie, l’Irak et la Russie par voie de conséquence, en plus de l’état d’urgence qui a été décrété pour 3 mois, nous sommes assurés d'être sous la Loi martiale et qu’une guerre pourrait rapidement être déclenchée !


Il y a cette solution qui n’est pas forcément idéale, mais elle a le mérite d’exister :

________________________________________

Officiel : La France renonce à la Convention européenne des droits de l’homme

26/11/2015

« La République est forte, la meilleure réponse au terrorisme de continuer à vivre comme avant » : c’est le discours public qui tourne en boucle, et attention de ne pas en douter sinon vous êtes de mauvais Français… Sauf que la réalité est bien différente. Dans la discrétion, ce 24 novembre, le gouvernement français a déclaré au Secrétaire Général du Conseil de l’Europe que les mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence nécessitaient une dérogation à certains droits garantis par la Convention européenne des droits de l’homme. Voici la formule retenue par le gouvernement (ici, à la fin du § sur la France) “Some of them, prescribed by the decrees of 14 November 2015 and 18 November 2015 and by the Law of 20 November 2015, may involve a derogation from the obligations under the Convention for the Protection of Human Rights and Fundamental Freedoms”.

Le gouvernement fait application de l’article 15 de la Convention :koopm_e_65_01.jpg

« 1/ En cas de guerre ou en cas d’autre danger public menaçant la vie de la nation, toute Haute Partie contractante peut prendre des mesures dérogeant aux obligations prévues par la présente Convention, dans la stricte mesure où la situation l’exige et à la condition que ces mesures ne soient pas en contradiction avec les autres obligations découlant du droit international.

« 2/ La disposition précédente n’autorise aucune dérogation à l’article 2, sauf pour le cas de décès résultant d’actes licites de guerre, et aux articles 3, 4 (paragraphe 1) et 7.

« 3/ Toute Haute Partie contractante qui exerce ce droit de dérogation tient le Secrétaire général du Conseil de l’Europe pleinement informé des mesures prises et des motifs qui les ont 14 15 inspirées. Elle doit également informer le Secrétaire général du Conseil de l’Europe de la date à laquelle ces mesures ont cessé d’être en vigueur et les dispositions de la Convention reçoivent de nouveau pleine application ».

Ainsi, seuls quatre droits restent intacts : le droit à la vie de l’article 2, l’interdiction de la torture et traitements inhumains ou dégradants de l’article 3, l’interdiction de l’esclavage de l’article 4, et le principe de légalité des infractions et des peines de l’article 7.

La France se libère du cadre de la Convention européenne pour tous les autres droits fondamentaux : liberté d’expression, liberté de réunion, liberté de manifestation, liberté d’association, liberté de religion, liberté d’aller et venir, règles du procès équitable, intimité de la vie privée, vie familiale…

Certes, il faudra justifier… mais ce sera très facile avec le contenu de la loi sur l’état d’urgence, en invoquant des renseignements dignes de foi, mais devant rester confidentiels pour raison de sécurité.

Alors, juste trois remarques :

- Montrer cette fragilité de la démocratie est une nouvelle victoire donnée aux groupes terroristes, et je ne peux que le déplorer, car le respect des droits est le meilleur ciment social ;

- Chères amies, chers amis, soyez prudents dans votre comportement, aujourd’hui n’est pas comme hier ;

- Pour défendre encore et toujours nos libertés, nous pouvons encore invoquer le Pacte des droits civils et politiques de 1966 qui est directement applicable… Il nous reste la protection de l’ONU. Pour combien de temps encore ?