Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2008

Santé : Rappel du reportage de ce soir sur France 5 à 21 h 45 : Silence on vaccine ! Du mercure et de l'aluminium dans les vaccins !

Silence on vaccine
le 9 décembre à 21 h 45 sur France 5
Site WEB et DVD :
Un site web vient d'ouvrir pour le film de Lina B. Moreco « SILENCE ON VACCINE ».
Il est possible de recevoir de l'information concernant la sortie DVD et aussi la sortie au Canada en vous inscrivant au site web suivant :
http://www3.onf.ca/webextension/silence-on-vaccine/

TÉLÉDIFFUSION :
Le 9 décembre à 21h45 sur France 5 va être diffusée la version de 52 minutes de : « SILENCE ON VACCINE ». C'est une version écourtée dans laquelle nous avons dû retirer le témoignage du Dr Andrew J. Wakefield.
Une version longue du documentaire  (84 minutes) sera diffusée via le réseau PLANÈTE plus tard dans l'année. Je ne connais pas encore la date de télédiffusion sur PLANÈTE.
 
 


SILENCE, ON VACCINE

Mardi 9 décembre 2008 à 21.45 (Exclusivité soirée)

Les associations ont du mal à faire reconnaître et indemniser les victimes, car le lien de causalité entre pathologies et vaccin est difficile à prouver.
 © ProdLa polémique concernant les risques accrus de développer une sclérose en plaques à la suite d'une vaccination contre l'hépatite B n'est pas morte. Illustré par des témoignages douloureux et étayé par des explications scientifiques, ce documentaire dérangeant propose de faire la lumière sur ces vaccins qui se transforment en poison dans un nombre croissant de cas.

Du mercure et de l'aluminium : ce sont les substances que l'on peut trouver dans certains vaccins administrés aux enfants de manière récurrente dès leur plus jeune âge. Même si ceux-ci ont permis aux sociétés occidentales de maîtriser des fléaux comme les hépatites, le tétanos ou la poliomyélite, ce film avance qu'ils ont probablement favorisé le développement de maladies neurologiques, dermatologiques ou rhumatologiques. A Québec, les parents du petit Alexis, 2 ans et atteint d'une encéphalite, en témoignent. Depuis qu'on lui a injecté six vaccins dans la même journée, Alexis « ne sait plus avaler, ne sait plus parler, ne sait plus marcher ». Des études épidémiologiques américaine, française et canadienne laissent penser que le mercure, présent sous forme de conservateur dans certains vaccins courants comme l'antitétanique ou les antigrippaux, entraînerait des troubles du comportement et du développement. D'autres vaccins à base d'aluminium cette fois, à l'instar des antihépatites, pourraient provoquer des maladies neuromusculaires (lire l'encadré). Aurélie, une jeune femme pleine de vie malgré sa maladie, explique qu'elle a manifesté les premiers symptômes de la sclérose en plaques à la suite d'une vaccination contre l'hépatite B.


La suite ici :  
http://www.france5.fr/programmes/articles/sante/1876-silence-on-vaccine.php
 

Synopsis de la chaine TV FRANCE-5 :
SILENCE, ON VACCINE
FRANCE 5 - Mardi 9 décembre 2008 à 21.45 (Exclusivité soirée)

La polémique concernant les risques accrus de développer une sclérose en plaques à la suite d'une vaccination contre l'hépatite B n'est pas morte. Illustré par des témoignages douloureux et étayé par des explications scientifiques, ce documentaire dérangeant propose de faire la lumière sur ces vaccins qui se transforment en poison dans un nombre croissant de cas.
Du mercure et de l'aluminium : ce sont les substances que l'on peut trouver dans certains vaccins administrés aux enfants de manière récurrente dès leur plus jeune âge. Même si ceux-ci ont permis aux sociétés occidentales de maîtriser des fléaux comme les hépatites, le tétanos ou la poliomyélite, ce film avance qu'ils ont probablement favorisé le développement de maladies neurologiques, dermatologiques ou rhumatologiques. A Québec, les parents du petit Alexis, 2 ans et atteint d'une encéphalite, en témoignent. Depuis qu'on lui a injecté six vaccins dans la même journée, Alexis « ne sait plus avaler, ne sait plus parler, ne sait plus marcher ». Des études épidémiologiques américaine, française et canadienne laissent penser que le mercure, présent sous forme de conservateur dans certains vaccins courants comme l'antitétanique ou les antigrippaux, entraînerait des troubles du comportement et du développement. D'autres vaccins à base d'aluminium cette fois, à l'instar des antihépatites, pourraient provoquer des maladies neuromusculaires (lire l'encadré). Aurélie, une jeune femme pleine de vie malgré sa maladie, explique qu'elle a manifesté les premiers symptômes de la sclérose en plaques à la suite d'une vaccination contre l'hépatite B.

Bien que le nombre de victimes augmente, notamment parmi les enfants, les associations ont du mal à les faire reconnaître et indemniser, car le lien de causalité entre les pathologies et le vaccin est difficile à prouver. Aux Etats-Unis, Dan Burton, un membre du Congrès, a ouvert une enquête parlementaire sur la nature des produits contenus dans les vaccins et leurs effets sur la population. L'élu républicain regrette la négligence des autorités américaines, qui ont avalisé la mise sur le marché de vaccins dont la toxicité n'a jamais véritablement été évaluée. Il explique en outre que l'industrie pharmaceutique constitue « le groupe de pression le plus puissant de Washington », ce qui rend toute évolution législative en la matière impossible.
S'ajoutent à l'hostilité des acteurs économiques et à l'immobilisme des politiques les réticences du monde médical à remettre en cause les bénéfices des vaccins. Des réactions alarmistes pourraient en effet mettre en péril l'enjeu de santé publique que constitue la vaccination. Barbara Loe Fisher, présidente du Centre national d'information sur la vaccination aux Etats-Unis, s'interroge sur le caractère « utilitariste » de ces politiques de santé publique : « Combien de personnes peut-on sacrifier pour le bien de la majorité ? »
Les victimes et les associations qui les défendent revendiquent le droit d'être informées des produits contenus dans les vaccins et des risques encourus à la suite de leur injection. Ils émettent des réserves concernant les contraintes légales de vaccination et réclament des indemnisations en cas d'effets indésirables invalidants. Rompre l'omerta qui règne sur la possible toxicité de certains vaccins permettrait d'améliorer leur innocuité. Ce qui profiterait, d'une part, à la santé publique et limiterait, d'autre part, les drames d'individus qui développent une maladie en ayant voulu en prévenir une autre. Gaëlle Gonthier

Le thimérosal est un agent conservateur à base de mercure présent en quantité infime dans les vaccins antitétanique, antigrippaux, antidiphtérique parmi d'autres. Selon certaines études, il pourrait entraîner des troubles neurologiques, dont des comportements autistiques.
L'aluminium est un adjuvant présent dans les vaccins antihépatites qui permet de stimuler la réaction de l'organisme contre la particule virale injectée lors de la vaccination. Il favorise donc l'immunisation de l'organisme vacciné. Au demeurant, ce composant additionnel est soupçonné de favoriser le développement de maladies neuromusculaires.

Documentaire - Durée 52' - Réalisation Lina B. Moreco
Production France 5 / office national du film du Canada / Play Film
Année 2008
http://www.france5.fr/programmes/articles/sante/1876-silence-on-vaccine.php

Petite banniere 400x50

 

18:35 Publié dans Crimes contre l'humanité, Eugénisme, Santé, Médecine, Science, Vaccins | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Santé : Trop de césariennes dans les cliniques privées

Le fric, toujours le fric !

Selon la Fédération hospitalière de France, trop de césariennes sont pratiquées sur le territoire. Les établissements privés sont pointés du doigt.

Trop d'accouchements se font par césarienne en France, selon la Fédération hospitalière de France (FHF) qui dénonce dans une étude la tendance à multiplier ces interventions par commodité ou intérêt économique, particulièrement dans les cliniques privées.

Les césariennes, qui ont compté l'an dernier pour 20,1% des naissances, contre 10,9% en 1981, seraient de plus en plus utilisées comme "facteur de l'organisation des naissances" ou pour "optimiser les coûts de production", selon cette étude publiée dimanche par le Journal du Dimanche.

Plus de césariennes dans les cliniques privées

La FHF, qui regroupe les hôpitaux publics, relève que le taux de césariennes des 559 maternités qui prennent en charge les grossesses les moins risquées (niveau 1) en France et pratiquent au moins 200 accouchements par an varient de 9,3% à 43,3%. Ce dernier taux est relevé dans la clinique de la Muette, dans le 16e arrondissement de Paris.

Sur les 15 établissements ayant les plus forts taux de césarienne, 12 relèvent du secteur privé, un du parapublic et deux du secteur public.

Le taux de césariennes dans les maternités privées qui prennent en charge les grossesses sans risque particulier est même un point de pourcentage au-dessus de celui des hôpitaux publics accueillant les grossesses pathologiques (niveau 3).

Le recours à la césarienne, planifié, permet aux maternités de réduire le nombre de gardes de nuit et de week-end. Au-delà de 30% de césariennes, "on est plus dans la bonne médecine", selon Damien Subtil, chef du pôle obstétrique du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Lille, cité par le journal.

La césarienne: facteur de risques pour la mère et l'enfant

"Le fait d'avoir un taux de césariennes raisonnable est un critère de qualité très important, tant pour l'établissement que pour la santé des femmes", selon Damien Subtil. Les médecins soulignent que les enfants nés par césarienne ont plus de problèmes respiratoires, et notamment d'asthme, que la moyenne. Le taux de mortalité de la mère, en moyenne de un sur dix mille, est aussi 3,5 fois supérieur en cas d'incision de l'abdomen et de l'utérus, rappelle le JDD.

La Fédération hospitalière privée se défend en affirmant au journal que ses établissements "n'ont aucun intérêt financier à pratiquer des césariennes, puisque cette intervention est sous-rémunérée à hauteur de 347 euros". La volonté de ne pas prendre de risques et de se prémunir contre des procès, ainsi que la multiplication des grossesses tardives expliquent également en partie la hausse continue du nombre de césariennes.

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/trop-de-c...

Petite banniere 400x50

 

14:42 Publié dans Santé, Médecine, Science | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

01/12/2008

Le Vatican fêtera-t-il Darwin ?

 

Le Vatican prépare, pour le mois de mars 2009, une conférence sur l'évolution des espèces. L'annonce en a été faite par l'archevêque Gianfranco Ravasi devant la presse. Il a ajouté :

« Pour commencer, je voudrais répéter (...) qu'il n'existe aucune incompatibilité entre la théorie de l'évolution et le message de la Bible ou la théologie. »

Ce qui est étrange, c'est que ce discours consensuel ne se retrouve jamais dans la bouche du Pape. Lors de sa visite récente, et très médiatisée, en France, vous n'aurez pu entendre, sans doute comme moi, que des leçons de morale déversées aux fidèles, et jamais aucun propos sur la science, sur les polémiques de notre monde moderne, comme si la masse des fidèles n'était qu'une masse intellectuellement informe seulement digne d'êtrevformatée. Peut-être l'a-t-il fait au collège des Bernardins devant les intellectuels français triés sur le volet, l'élite l'obligeant à faire un effort cérébral. Même si la réflexion de l'archevêque me laisse sceptique, je lui trouve le mérite de sortir des anathèmes et des dogmes. Le sujet est abordé, c'est déjà ça.

Le Vatican veut donc réunir un colloque de scientifiques sur l'évolution, pour marquer le 150éme anniversaire de la parution de son ouvrage L'évolution des espèces (1859). Est-ce une manière de sortir des accusations d'obscurantisme ? Sans doute, mais, malgré une bonne volonté affichée, le doute me vient. En effet  L'origine des espèces, parue en 1859, traite de l'évolution des espèces animales, pas de l'homme. Darwin ne publiera les applications de l'évolution à l'homme que 12 ans plus tard, en 1871, dans son ouvrage La filiation de l'homme. Parler et admettre l'évolution des espèces animales n'est pas admettre obligatoirement l'évolution humaine, surtout quand on a été bercé d'idées religieuses.  Que le tout-venant biologique ait évolué à partir de lignées inférieures est une chose, accepter que l'homme en fasse partie en est une autre. Pour le catholicisme, il faudrait alors faire tomber l'image d'Adam et Eve, dire haut et fort que c'est une image fausse.  Je ne l'imagine pas !

On verra si le Vatican est  sincère si, en 2021, il organise un autre colloque en l'honneur de la parution de La filiation de l'homme.
Source : http://www.doutagogo.com/article-23335619.html

 Rome débat également sur le darwinisme
En choisissant comme thème de sa session plénière l'évolution, l'Académie pontificale des sciences a permis un débat entre l'Église et la science sur le darwinisme.

Petite banniere 400x50

 

14:50 Publié dans Science, Vatican, Mensonges, Politique | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

29/09/2008

Santé : Vaccination contre l'hépatite B, des risques de sclérose en plaques

Vaccination contre l'hépatite B : des risques chez l'enfant ?
 
L'un des vaccins employés contre l'hépatite B, Engerix B produit par Glaxosmithkline, augmenterait chez les enfants le risque de développer une sclérose en plaques.
L'information est publiée par Le Monde qui s'est procuré les résultats d'une étude, à paraître en octobre, réalisée par l'équipe du professeur Marc Tardieu (service de neuropédiatrie, hôpital Bicêtre au Kremlin-Bicêtre). Les résultats démontreraient que le vaccin Engerix B multiplierait par 1,74 le risque de contracter une sclérose en plaques trois ans après que l'enfant a reçu le vaccin.

Les détails de l'étude n'ont pour l'instant pas été révélés et le Pr Tardieu ne souhaite pas commenter ces résultats avant la publication officielle prévue pour le 8 octobre. Même son de cloche du côté de la REVAHB, une association soutenant les malades victimes d'effets secondaires consécutifs à la vaccination. Dominique Le Houezec, pédiatre et médecin conseil de l'association, souligne tout de même le fait que « la REVAHB alerte depuis dix ans le public sur les risques inhérents à la vaccination contre l'hépatite B. » Ils ne se cantonnent d'ailleurs pas seulement à la sclérose en plaques mais aussi « à d'autres affections démyélinisantes comme la maladie de Guillain-Barret ou à des spondylarthrites ankylosantes, des polyarthrites rhumatoïdes et même à des hépatites auto-immunes. » Un avis qui n'est pas partagé par le fabricant, le laboratoire Glaxosmithkline (GSK), qui souligne que « l'ensemble des études réalisées, disponibles dans la littérature, n'ont pas permis de démontrer de lien de causalité entre la vaccination contre le virus de l'hépatite B et la survenue d'affections neurologiques démyélinisantes. » 

Officiellement, les autorités sanitaires continuent à recommander la vaccination chez les nourrissons et les enfants entre 2 mois et 13 ans ainsi que chez les adultes à risques (professionnels de santé, toxicomanes, partenaires multiples). Une procédure d'analyse de l'étude a néanmoins été déclenchée par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Par ailleurs, l'Office national d'indemnisation des accidents médicaux (ONIAM) a d'ores et déjà reconnu et indemnisé près de 120 victimes d'effets secondaires graves imputés à la vaccination contre l'hépatite B. A suivre...

 

J.I.
Sciences et Avenir.com
26/09/2008
 

Petite banniere 400x50

 

08:51 Publié dans Santé, Médecine, Science, Vaccins | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

10/09/2008

Science : CERN : Big Bang, le LCH a commencé à fonctionner :

Big Bang, le LCH a commencé à fonctionner
 
La fin du monde partira-t-elle de Suisse ?
Lire les commentaires sous cet article. Ils sont excellents !
 
Nostradamus Prophecy
CERN Black Hole eating Earth Doomsday

Petite banniere 400x50

 

18:41 Publié dans Science | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!