Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2011

Nucléaire, la désinformation continue : ce que les médias ne vous disent pas

Un mail intéressant que nous avons reçu portant sur le nucléaire.
 
 
 
Il y a quelques jours encore, les Autorités de sûreté françaises parlaient, dans leur conférence matinale, de rejets de décompression volontaires à Fukushima.

Pas un seul journaliste n'a posé la question : "comment les Japonais font-ils pour réaliser des rejets volontaires dans une centrale privée de courant électrique (naïveté ou complicité) ?
 
Aujourd'hui, on nous parle d'1 nuage radioactif qui va survoler la France.
Là encore, ça été repris sans aucun esprit critique par les télévisions.
 
La réalité est sans doute plus proche de ceci :
 
Des gaz radioactifs chargés de particules également radioactives s'échappent de façon continue des réacteurs de Fukushima qui sont fissurés.
Comme ces gaz sont chauds, ils montent dans l'atmosphère comme le ferait une colonne de fumée. Lorsque leur densité est voisine de celle de l'atmosphère, ils cessent leur ascension et se mélangent aux gaz qui les entourent (air et vapeur d'eau).  
 
Conséquences :
 
Ce n'est pas d'1 nuage qu'il faut parler, mais de panaches de gaz radioactifs qui sont générés en permanence.
Ces panaches ne sont visibles que lorsqu'ils contiennent de l'eau (vapeur = fumée blanche, idem pour un joint de culasse) ou que des matières hydrocarbonées brûlent (fumées grises, voire noires = manque d'oxygène  ;  il pourrait s'agir de câbles électriques, résines plastiques, hydrocarbures). Les experts officiels le savent aussi bien que moi. Pourquoi ne le disent-ils pas ? Je l'ignore. Peut-être veulent-ils retarder le moment ou le grand public découvrira que plus aucun matériel ne peut être réactivé à Fukushima3.


Lorsqu'ils n'y a que des gaz radioactifs, ceux-ci sont pratiquement invisibles (de près on devrait voir des frisures dues à la chaleur, mais je n'irai pas voir pour vérifier et je suppose que vous non plus).
Ces gaz vont continuer à s'échapper, tant que les Japonais n'auront pas réussi à enfermer ce qui doit ressembler à un corium = coeur en fusion).


Pour réussir cette opération, il faudrait enfermer le corium dans une enceinte étanche et le refroidir pendant très, très longtemps (tant qu'il y aura des matières fissiles à l'intérieur). La difficulté d'étancher le dessous du réacteur est évidente.
 
La température d'un corium non refroidi est de l'ordre de 3000° ; c'est dire qu'il n'y a pas grand chose qui lui résiste.
Si la cuve du réacteur fond, le corium attaque alors le béton et tout ce qu'il rencontre (il est dense et il s'enfonce).
La fission n'étant pas ralentie, les neutrons activent les matières rencontrées et la quantité de chaleur augmente (la masse en fusion aussi).
 
Refroidir est assurément ce qu'il faut faire.


Quand on le fait avec de l'eau, on courre le risque que le corium "craque" l'eau en hydrogène et oxygène.
S'il y a beaucoup d'eau, il a beaucoup d'hydrogène (c'est à 2500° que la production d'hydrogène est maximum).
 
Si le corium atteint la nappe phréatique ou la mer, je ne vous en dis pas plus !
 
Beaucoup d'hydrogène + matières en fusion = très grosse explosion + très gros nuages très radioactifs.
 
Ce risque n'est pas nié (simplement les élites nucléocrates et politiques ont décidé que vous ne méritiez pas qu'elles vous en informent).
 
Les concepteurs de l'EPR (Flamanville) ont prévus des plaques de céramiques (très réfractaires) sous le réacteur, pour retenir le corium.
 
On n'en sait guère plus, parce que l'EPR est classé confidentiel défense (comment les politiques justifient-ils cette décision ?). 
 
Serait-ce pour que les étrangers ne copient pas tout de suite notre fameux EPR, ou que l'on ne dénonce pas que si l'EPR possède des plaques céramiques sous le réacteur, les 58 tranches françaises et toutes les centrales étrangères n'ont que du béton (à l'exception du réacteur russe WER-1200).
 
Et bien, on le dit et on vous demandent de le faire savoir au plus grand nombre. On ajoute qu'il y a d'autres dispositions très importantes pour la sûreté qui sont également présentes dans l'EPR et pas dans les autres centrales françaises (soi-disant bien mieux que les centrales étrangères).
On aura l'occasion d'y revenir une autre fois.
 
Pour l'instant revenons à "notre nuage quotidien".
 
Si Fukushima arrête de produire des rejets atmosphériques, je pense comme tous les experts que les gaz déjà en altitude vont suffisamment se diluer dans les autres gaz et ne constitueront pas une source de danger importante pour les régions éloignées.
 
Il en va différemment pour les particules solides. Comme leur nom l'indique, leurs molécules sont agrégées et aucune dilution n'interviendra.
Elles ne vont pas disparaître par l'opération du St Esprit et vont continuer à tourner autour de la terre en attendant qu'au fil des ans, la pluie, la neige, la grêle, les avions... nous les apportent.
Il y en déjà beaucoup en altitude, provenant notamment des armes atomiques et de Tchernobyl ; mais ce n'est pas une raison pour ne pas se soucier des quelques tonnes que les nucléocrates japonais sont susceptibles d'ajouter.
 
Si vous ingérez ou respirer un jour une de ces particules, vous ne le saurez pas tout de suite, peut-être même jamais.
 
En tout cas ce ne sera pas la faute des nucléocrates (responsables mais pas coupables), peut être celle de la météo, ou alors la faute à pas de chance !
C'est ça la société que les élites nous ont construit , en nous faisant peur avec le retour à la bougie ! Il faut dire qu'on les a laissé faire !
 
Dernière précision : il y a dans ces nuages des particules qui ne sont pas sympa du tout.
 
Les radiocésium sont très présents. Le Cs-137 (demi-vie = 30 ans) engendre principalement des cancers des os et des leucémies.
 
Parmi les plus abondants isotopes du plutonium, on trouve le Pu 239 (demi-vie = 24 000 ans) et le Pu 238 (demi-vie = 87 ans).
 
L'inhalation d'une masse de 1 microgramme est suffisante pour provoquer un cancer du poumon.
 
Il y aurait beaucoup à dire sur les transuraniens. Je me contenterai de signaler que la demi-vie du neptunium est de 2 millions d'années.
 
Pourquoi j'insiste sur le plutonium ?
 
C'est parce qu'au Japon (comme en France) ils "brûlent" du MOX (cadeau empoisonné d'AREVA).
 
Comme le nom l'indique (mixed oxide), ce combustible contient du plutonium.
Le combustible usé qui refroidit dans les piscines en contient également beaucoup.
 
PS : pour répondre à un questionnement de plusieurs d'entre-vous, je vous indique que je n'irai jamais au Japon (ou alors en étant grassement payé et après 90 ans) ; en clair cela veut dire que la situation là-bas est, et restera très grave pour longtemps, y compris pour les mers qui entourent le Japon.
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Petite banniere 400x50

 

23:27 Publié dans Alertes, Disparitions, International, Nucléaire, Santé, Médecine, Urgence. Survie | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Se protéger de la radio-activité... Le Miso

Le Miso

Le miso est fabriqué à partir de la fermentation de haricots de soja mélangés à du riz ou de l'orge. Il existe différentes sortes de miso: salé ou sucré, blanc, jaune ou rouge, suivant son âge. Son utilisation la plus répandue est dans la fameuse "soupe de miso" nippone, mais il se cuisine également avec des légumes ou des céréales, auxquels il apporte son goût salé.


Il diminue les risques de cancer.


L'on constate six fois moins de cas de cancer du sein chez les Asiatiques que chez les Américaines. Les isoflavones (hormones végétales ou phyto-œstrogènes) contenus dans le soja permettraient d'inhiber la croissance des cellules cancéreuses en bloquant les effets dommageables induits par un excès d'œstrogènes. Quant au cancer de l'estomac, des études au Japon ont démontré qu'en consommant un bol de soupe miso par jour, les risques diminuaient d'un tiers.


Une étude récemment conduite a révèlé que les femmes qui consomment quotidiennement un bol de soupe de miso réduisent le risque qu’elles ont de souffrir d’un cancer du sein. Cette soupe, concoctée avec du miso, est l’élément de base de la cuisine japonaise. Le miso est un condiment préparé avec des fèves de soya, de l’eau, du sel et du riz ou de l’orge, que l’on laisse fermenter pendant plusieurs mois après avoir inoculé (ou ensemencé) la pâte avec une bactérie appropriée.


Suite à une radiothérapie: 1 cuillère à café 4 à 5 fois par jour dissout dans une tasse d'eau chaude, pendant 2 semaines.

 

Ce remède roi de la décontamination radio-active, qui a été utilisé en 1941 à Nagasaki (2ème bombe atomique) a sauvé la totalité des patients de l’hôpital.:

 

"Le 9 août 1945, la bombe atomique fut larguée sur Nagasaki. La radiation atomique mortelle s'étendit sur la cité rasée. Un grand nombre de personnes connut une mort agonisante. Pour un petit nombre, ce fut un miracle. Aucune des personnes travaillant à l'hôpital ne souffrit ou mourut des radiations. (...)

 

Il y avait à l'hôpital un stock important de miso et de tamari. Nous avions aussi une grande provision de riz complet et de wakamé (algue utilisée pour faire un court-bouillon ou la soupe au miso). J'avais nourri mon personnel au riz complet et à la soupe au miso un certain temps avant le bombardement. Aucun d'entre eux ne souffrit de la radiation atomique.

 

Comment la soupe de miso a-t-elle pu prémunir contre la radiation? La science pourra, un jour, donner une ferme réponse à cette question si l'on permettaux gens de fournir des éléments aux fins d'expérience ..." 

Dr S. Akizuki, Hôpital St-François à Nagasaki, Japon


http://artdevivresain.over-blog.com/article-se-proteger-d...

 


Petite banniere 400x50

 

19:07 Publié dans Alertes, Disparitions, International, Nucléaire, Santé, Médecine, Urgence. Survie | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

La Nature contre la radio-activité, un bon traitement de fond, surtout à l'entrée du printemps !

 Puisque les états se moquent de nous et qu'ils ne font rien pour protéger notre santé,  en matière de radio-activité, débrouillons seuls comme d'habitude ! 


A DIFFUSER LARGEMENT AUTOUR DE VOUS ! MERCI !

  

PROTOCOLE CONTRE LES RADIATIONS NUCLEAIRES

 

Quand tout le monde s'apprête à consommer des pastilles d'iode, voici un protocole suivi par un médecin qui se trouvait en zone rouge lors de l'explosion nucléaire d'Hiroshima.

Refusant de quitter son hôpital et ses malades, il a réalisé un protocole simple contre les radiations. Alors que tous les êtres humains alentour ont été irradiés, totalement brûlés ou morts de leucémie, les malades ont tous survécu.

Le nuage de radio-activité est attendu en France par les scientifiques vers le 21 Mars. Sa concentration sera moins élevée qu'au Japon mais...

L' iode radio-actif représente un risque pour toutes les personnes atteintes d'hyperthyroïdie. Alors ne prenons, autant que possible, aucun risque.

Ce protocole est à suivre dès maintenant en préparation puis sur une période de 15 jours.

La seule mise en garde à prendre en compte est la prise de charbon actif qui annule tous les traitements chimiques pendant 4 heures après la prise.

Tous les ingrédients ci-dessous proposés ont soit la capacité de contenir les cellules irradiées pour les éliminer avec les selles, soit la capacité d'annuler l'effet négatif des radiations.

Essayez de manger des céréales complètes et des fibres, évitez les légumes frits, les viandes rouges, les laitages de vache, les farines blanches et les sucres raffinés.

Ce protocole est valable pour tous: adultes, enfants et animaux.

Il suffit de diminuer les doses en fonction du poids de chacun. Pour les animaux, mélanger le miso à la nourriture, mettre un peu d'eau argileuse dans leur eau et de chlorure de magnesium sur le pelage.

Ingrédients:

- Miso en poudre - soja fermenté (magasin bio ou sur Internet), 10 sachets.

- Charbon suractivé en granulés (magasin bio ou sur Internet) 200 grammes (10 jours).

- Argile verte Montmorillonite en poudre (magasin bio ou sur Internet), 1 kilogramme.

- Chlorure de Magnésium en sachet ou Nigari (pharmacie, magasin bio ou sur Internet).

- Une bouteille en verre pour le chlorure de magnésium (surtout pas de plastique).

- De l'eau filtrée, ou en bouteille, Mont Roucous, Rosée de la Reine, ou osmosée et régénérée avec un appareil du genre Aqua Avanti, etc...

- Un verre (en verre) et une cuillère en bois pour le mélange de l'argile.

Préparation :

- Chaque soir préparer l'argile: 1 cuillère à soupe dans un verre d'eau. Mélanger avec une cuillère en bois puis éloignez le verre des sources électriques, téléphones portables, fours à micro ondes, etc...

- Préparation du chlorure de magnesium: Versez un sachet de chlorure de magnésium dans une bouteille en verre. Puis versez-le dans un verre comme du sirop et ajouter de l'eau. Très amer, l'on peut ajouter du sirop mais pas de jus de fruits acides. Il se conserve au réfrigérateur (ce qui enlève un peu d'amertume) et se conserve plus de 3 mois.

- Préparation du Miso: Dans un mug ou un bol verser une cuillerée à café, puis verser de l'eau chaude sans la faire bouillir.

- Préparation du charbon: Dans un verre verser deux cuillères à soupe de charbon, bien mélanger puis boire le mélange et rallonger jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de charbon dans le verre...

Posologie pour un adulte de 65 kg:

 Argile verte: 1cuillerée à soupe dans un verre, 2 à 3 fois fois par jour.

Charbon activé: 2 à 3 cuillerées à soupe mélangées dans un verre. Boire beaucoup d'eau si vous avez tendance à la constipation. Le chlorure de magnésium étant un laxatif, tout doit s'équillibrer.

Chlorure de magnésium: 30 ml, toutes les 3 heures.

Miso: 4 mugs par jour.

Gingko Biloba: En comprimés, en cas de sévères séquelles d'irradiations, troubles de la parole, vertiges, etc...

Exemple de protocole:

Au lever: 1 verre d'argile. Les 2 à 3 premiers jours ne pas mélanger le fond et boire l'eau à la surface.

10H00 : Boire 30 ml de chlorure de magnésium.

11H00 : Boire 1 bol de soupe miso.

13H00 : Boire 30 ml de chlorure de magnésium.

16H00 : Boire 30 ml de chlorure de magnésium.

17H00 : Boire un bol de soupe miso.

19H00 : Boire 30 ml de chlorure de magnésium.

20H00 : Boire un bol de soupe miso.

21H00 : Boire un verre de charbon suractivé.

Après c'est à chacun de trouver son protocole en fonction de son ressenti et de son agenda quotidien.

Alors restez à l'écoute!  N'hésitez pas à augmenter un peu les doses.

Merci à tous de diffuser ce message à vos proches ainsi qu'à vos contacts au Japon.

http://artdevivresain.over-blog.com/article-la-nature-contre-la-radio-activite-69914908.html


 

Petite banniere 400x50

 

19:00 Publié dans Alertes, Disparitions, International, Nucléaire, Santé, Médecine, Urgence. Survie | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

14/01/2011

Montagnier et la téléportation quantique de l’ADN

http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2010/09/11/l-homme-superlumineux-par-le-pr-regis-dutheil.html

Le Dr Luc Montagnier et cinq autres chercheurs ont publié le 23 décembre 2010 un papier intitulé “DNA waves and water” (http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/1012/1012.5166v1.pdf) dont je vous propose la traduction suivante de l’abstract: Certaines séquences bactérienne et d’ADN virale induisent des ondes électromagnétiques de basse fréquence dans des hautes dilution aqueuses. Ce phénomène semble être démarré par le bruit de fond électromagnétique ambiant à très basse fréquence. Nous interprétons ce phénomène dans le cadre de la théorie quantique des champs. Le phénomène concerné pourrait permettre de développer des systèmes de détection extrêmement sensibles pour les infections chroniques bactérienne et virales (1).

Du point de vue de l’establishment médico-scientifique, le Dr Montagnier c’est Dr Jekill et Mr Hyde. Il est d’une part une sommité titulaire du prix Nobel de médecine de 2008 pour ses travaux sur le vih (dossier qui ne nous concerne pas ici mais que je traite régulièrement dans ce blog), et d’autre part il dit découvrir des phénomènes qui au mieux en font un disciple de Jacques Benveniste (chercheur génial mais trop dangereux pour l’establishment et Big Pharma qui réussirent à le discréditer), au pire un électron libre. Liberté que l’on retrouve notamment dans cette fameuse entrevue de Luc Montagnier à propos de nos capacités de résistance au vih, mais revenons-en à notre sujet. 

En clair, le Dr Montagnier dit que des ondes de très basse fréquence (7 Hz) semblent imprimer à l’eau du récipient B (100% pure) une image de fragments d’ADN contenu dans le récipient A, et que l’amplification par PCR de cette image recrée en vrai ces mêmes fragments d’ADN. Succinctement, la technique PCR (Polymerase Chain reaction) utilise des enzymes qui recopient des millions de fois les traces ADN de départ, d’ou un effet grossissant permettant de voir la structure originelle – une loupe biologique en quelque sorte. Dans l’expérience qui nous concerne ici, il semble que les enzymes perçoivent l’image de l’ADN comme étant une réelle ADN, et en font des – réelles – copies.

Ce dessin issu de l’article du NewScientist sur cette affaire illustre bien le processus:

What Montagnier claims

Les réactions à cette communication (qui n’est pas encore parue dans une revue à comité de lecture) sont évidemment variées, souvent critiques car le résultat est hors norme et rappelle bien trop, sans doute, l’affaire Benveniste. Néanmoins, pour le chimiste Jeff Reimers de l’Université de Sydney par exemple, “si ces résultats sont corrects, cette expérience serait la plus significative depuis 90 ans, imposant une réévaluation complète du cadre conceptuel de la chimie moderne”. Un autre poids lourd de la “biologie quantique”, Greg Scholes de l’Université de Toronto au Canada et crédité de la démonstration d’effets quantiques au sein des plantes, dit que “ces expériences biologiques sont intrigantes, et je ne les balaierais pas si vite”.  Le consensus actuel semble être qu’il faut investiguer plus avant cette recherche, et l’un des membres de l’équipe de Montagnier, le physicien Guiseppe Vitello de l’Université de Salerme en Italie, y croit et encourage d’autres équipes à essayer de reproduire ces résultats. D’autant que Luc Montagnier n’en est pas à son coup d’essai dans ce domaine, ayant publié l’an dernier un papier dans lequel il décrit la capacité de fragments d’ADN et de bactéries à émettre de faibles champs électromagnétiques et à se “régénérer” au sein de cellules non infectées.

L’équipe propose une explication du phénomène observé en termes quantiques, en utilisant la théorie quantique des champs sur laquelle je ne m’attarderai pas mais qui semble être en mesure d’expliquer qualitativement ce mécanisme de téléportation.

En termes d’application, les chercheurs font remarquer qu’il est possible de détecter les mêmes ondes électromagnétiques en provenance de plasma de personnes souffrant d’infections variées et de maladies chroniques même non infectieuses telles Alzheimer, Parkinson, MS – ce qui laisse penser que ces maladies ont également une origine virale ou bactérienne.

La fin de l’article est particulièrement intéressante car elle fait référence au vih – comme quoi mon aparté ci-dessus n’étais pas innocent. Le paragraphe débute par “Le vih est un cas spécial: des signaux émanant de séquences ADN du vih sont régulièrement détectés chez des patients sous antiviraux et exempts de traces virales dans le sang. Ceci indique que cette ADN provient d’un réservoir inaccessible au traitement antiviral classique. De plus, non seulement le plasma mais également les globules rouges des patients émettent ces signaux (d’ADN du vih) alors même que ces globules ne contiennent aucune séquence ADN correspondante, et que le virus ne s’attache pas aux membranes erythrocytes… on a proposé l’hypothèse que c’est le traitement antiviral lui-même qui engendre une nouvelle méthode de réplication de l’ADN du virus… Concernant l’ADN M. piram , il est suggéré que les fragments d’ADN du vih ainsi que leur nanostructures présentes dans le sang n’ont pas pour origine la division cellulaire (cell lysis) mais, au contraire, représentent des élements de taille finie capable de recombinaison au sein des lymphocytes pour former des séquences ADN complètes et finalement régénérer le virus infectieux.”

Vision cauchemardesque s’il en est: un virus infectieux capable d’apparaître ex nihilo à partir de fragments d’ADN dispersés, en utilisant comme schéma de montage un fond d’ondes électromagnétiques dont la source reste inconnue mais qui pourrait être le traitement lui-même. Soit.

Evidemment il existe une explication beaucoup plus simple, à savoir que ce virus n’existe tout simplement pas et que tout ce que l’on mesure sont des artéfacts biologiques sans conséquences, la maladie elle-même (le Sida) étant le fruit d’autres facteurs liés au style de vie ou à l’environnement (notamment en Afrique: manque d’eau propre, manque de nourriture, manque de soins) ou encore aux traitements antiviraux eux-mêmes. Malheureusement cette hypothèse n’est pas recevable par l’establishment, alors même qu’elle est défendue par des gens compétents depuis 15 ans. Comme le disait  Luc Montagnier lui-même en parlant d’une approche sanitaire plutôt que médicamenteuse dans le combat contre le Sida: “there is no profit”.

(1) Texte d’origine: Some bacterial and viral DNA sequences have been found to induce low frequencyelectromagnetic waves in high aqueous dilutions. This phenomenon appears to be triggered bythe ambient electromagnetic background of very low frequency. We discuss this phenomenonin the framework of quantum field theory. A scheme able to account for the observations isproposed. The reported phenomenon could allow to develop highly sensitive detection systemsfor chronic bacterial and viral infections.

http://rhubarbe.net/blog/2011/01/12/montagnier-et-la-tele...


08/11/2010

Pour commander vos plantes et vos compléments alimentaires avant leur retrait !

Pour faire suite à l'article précédent portant sur la : Fin programmée des plantes médicinales et de la liberté thérapeutique, ce qui va concerner tous les Laboratoires de phytothérapie etde fabricationd e compléments nutritionnels utiles pour votre santé.

Les aliments chimifiés, traités, atomisés et pollués, traités génétiquement, OGM, ne suffisant pas à réaliser l'intégrité de vos cellules, bien au contraire !

Dans l'objectif de vous protéger contre des agressions futures possibles, notamment atomiques. Nous vous proposons de prendre les devants, en vous munissant d'ores et déjà de produits vitaux et protecteurs pour vos cellules en commandant vos produits de phytothérapie et naturels en téléchargeant le bon de commande ci-dessous, des Laboratoires FENIOUX.

Bon de commande fenioux .pdf

Vous devez savoir qu'actuellement, nos "Chefs Politiques" à la botte des  Reptiliens, sont en train de se préparer dans la mer d'Oman à nous déclencher une nouvelle guerre et l'utilisation de l'atome n'est pas exclue. Et ce, sous couvert de l'organisation d'un voyage d'affaires d'Obame en Inde, accompagné de toute la  clique de  soi-disant chefs d'entreprises, et surtout avec l'encadremment  d'une véritable Armada de Guerre. Voir l'article ci-dessous.

Préparations de guerre contre l'Iran ? La mer d'Oman au centre de la guerre de l'Occident au 21e siècle

En cas de conflit nucléaire, dont les retombées ne manqueront pas d'arriver jusqu'à nous. Seul l'Iode peut nous prévenir de déséquilibres engendrés par l'atome, de leucémies et de cancers. Or, l'Iode est containgenté notamment par le Gouvernement Français qui paritcipe actuellement à ces prépaartifs de guerre. C'est donc l'armée qui a la charge de distribuer l'Iodure de Potassium dans les pharmacies, à condition que l'Etat donne l'alerte à temps sur un risque nucléaire. Ce dont nous pouvons douter !

Vous avez donc dans le bon de commande Les Algues qui contiennent de l'Iode Naturel, tous les complexes de vitamines et minéraux, les compléments nutritionnels et complexes de plantes qui peuvent être très utiles pour votre santé, dont nous vous recommandons de vous munir dès à présent pour les avoir déjà sous la main.

Ne vous laissez pas prendre au dépourvu et n'attendez pas qu'il soit trop tard pour vous et pour vos enfants. 


Diffusez largement autour de vous, cet article et le bon de commande, pour aider les nôtres à se préparer et à se prémunir de nombreux dangers qui nous guettent sans que nous ne soyons prévenus, ni par les médias aux ordres et ni par les officiels.

Avertissement : Prenez le conseil de votre médecin en cas d'allergie à l'Iode ou pour tout autre produit contre lequel vous pourriez faire une allergie.

Un autre produit alimentaire Chinois à avoir chez soi pour protéger contre les radiations atomiques :

LE MISO.

Pour votre santé, misez sur le miso !

Extrait de l'aticle :

La science s’intéresse depuis plusieurs dizaines d’années aux bienfaits du miso. Tout commence en 1945 lorsque la bombe atomique est lâchée sur Nagasaki. L'hôpital du Docteur Shinichiro Akizuki est détruit. Lui et son personnel soignent alors les victimes ayant survécu au bombardement dans des secteurs de la ville sévèrement détruits et hautement radioactifs. Mais jamais ces médecins n’ont souffert des effets de la radiation. Le Docteur Shinichiro Akizuki a alors émis l’hypothèse que leur consommation quotidienne de miso les avait préservés des effets néfastes de la bombe.

En 1972, des scientifiques japonais découvrent que ce condiment contient de l'acide dipicolinique, un alcaloïde qui offre la particularité d'absorber les métaux lourds tels que le strontium radioactif, le plomb, le mercure, le cadmium...

 http://www.developpementdurable.com/conso/2009/08/A2604/p...