Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2015

Contre l'EI, la Russie pourrait utiliser des avions d'assaut blindés

Qui veut la fin, veut les moyens !

 

Nouvelle image (3).jpg

Contre l'EI, la Russie pourrait utiliser des avions d'assaut blindés

18:50 02.10.2015

Su-25SM

Selon l’édition The National Interest, le principal rôle dans l’opération aérienne menée par les militaires russes en Syrie pourrait être joué par l’avion d’assaut blindé Su-25SM, notamment si les forces russes et celles du gouvernement syrien coordonnent leurs efforts.

Selon l'édition, après l'annonce du début de l'opération aérienne effectuée par les avions russes en Syrie, ce sont des nouveaux appareils comme le chasseur Su-30SM et le chasseur-bombardier Su-34 qui attirent toute l'attention. Pourtant, les avions d'assaut Su-25SM sont présents en Syrie, souligne The National Interest.

Les avions Su-25SM pourraient devenir le moyen le plus efficace dans le soutien aux forces gouvernementales syriennes dans leur lutte contre le groupe terroriste l'Etat islamique. De même, les Etats-Unis utilisent les avions d'assaut A-10 (Warthog) pour soutenir les autorités irakiennes, estime l'édition.

Selon l'un des représentants des forces aériennes américaines, les avions Su-25SM sont les meilleurs dans les opérations de type air-sol, écrit The National Interest.

L'avion Su-25SM, comme son équivalent américain A-10, était destiné à un soutien direct des forces armées. Le Su-25SM possède une carlingue blindée et plusieurs systèmes qui se doublent les uns les autres. L'édition indique que les forces aériennes russes ont effectué le renouvellement des Su-25SM, et désormais cet avion d'assaut a une carlingue en verre blindé, ainsi que le système de navigation GLONASS.

Le bombardier Su-24, qui est destiné à neutraliser par la voie des airs les régions des actions militaires, pourrait constituer également une aide considérable dans l'opération aérienne menée par les forces russes, estime The National Interest.

L'édition souligne que le seul risque pour les avions russes est relatif aux vols à basse altitude, parce que les appareils peuvent y être soumis aux frappes de l'artillerie antiaérienne de l'Etat islamique. En même temps, si les avions militaires russes et les forces gouvernementales syriennes réussissent à coordonner leurs efforts, les frappes effectuées par les avions russes seront plus efficaces, estime The National Interest.

Il est presque certain que les Su-25SM deviendront un élément principal dans l'opération aérienne effectuée par la Russie en Syrie, et une bonne dizaine de ces avions permettront à la Russie de mener à bien son opération, conclut l'édition.

 

La Russie pourrait mener des frappes aériennes en Irak

Autrement dit, la Russie attend que le Gouvernement Irakien lui formule une demande de soutien armé.

Lavrov donne une leçon de Droit International en précisant :

"Nous n'allons pas porter de frappes en Irak, nous n'avons pas reçu de demande. Comme vous le savez, nous sommes des gens polis et nous n'arrivons pas si on ne nous invite pas", a indiqué M.Lavrov lors d'une conférence de presse.

La Russie pourrait mener des frappes aériennes en Irak

08:46 02.10.2015(mis à jour 11:52 02.10.2015)

Siège du ministère russe des Affaires étrangères

La Russie pourrait entamer des frappes aériennes contre l'EI en Irak, si les autorités de ce pays en font la demande à Moscou, a rapporté le responsable du ministère russe des Affaires étrangères, Ilya Rogatchev.

"Soit nous avons une demande appropriée du gouvernement irakien, soit une résolution du Conseil de sécurité, dont l'adoption dépend de la volonté du gouvernement irakien", a déclaré Ilya Rogatchev.

En outre, "sous réserve de motifs suffisants, les autorités russes envisageront l'opportunité d'une action tant politique que militaire", a ajouté le directeur du département des nouveaux défis et menaces du ministère russe des Affaires étrangères.

Le premier ministre irakien Haider al-Abadi a déclaré jeudi qu'il saluerait des frappes aériennes russes contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Irak, et s'est dit déçu par l'aide apportée à l'Irak par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

"Nous n'avons pas reçu d'aide massive des Etats-Unis. Nous avons besoin de la participation d'une large coalition, comprenant notamment la Russie et l'Iran", a-t-il indiqué.

Néanmoins, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a précisé que les frappes aériennes russes seraient effectuées uniquement sur le territoire syrien.

"Nous n'allons pas porter de frappes en Irak, nous n'avons pas reçu de demande. Comme vous le savez, nous sommes des gens polis et nous n'arrivons pas si on ne nous invite pas", a indiqué M.Lavrov lors d'une conférence de presse.

L'Armée de l'air russe a entamé mercredi 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustibles appartenant à l'EI.

 

 

Vidéo exclusive par RT de l'aérodrome russe en Syrie, élément clé de l'opération antiterroriste

Vidéo exclusive par RT de l’aérodrome russe en Syrie, élément clé de l’opération antiterroriste

2 oct. 2015, 12:14

La base aérienne russe en Syrie

Source: RIA NOVOSTI

La base aérienne russe en Syrie

Le correspondant de RT Mourad Gazdiev a visité, en exclusivité, la base aérienne russe à Lattaquié d'où décollent les avions de combat. La sécurité est renforcée et l’état d’alerte est maintenu car les terroristes ne se trouvent qu’à 40 km.

Aller plus loin : Les forces aériennes russes ont détruit un centre de commandement de Daesh à Alep (VIDEO)


 

 

Moscou mène ses opérations de reconnaissance des positions de Daesh en Syrie et en Irak

Ce qui nécessitera l'intervention Russe en Irak !

Moscou mène ses opérations de reconnaissance des positions de Daesh en Syrie et en Irak

2 oct. 2015, 18:30

Les avions Su-25

Les avions Su-25

Le représentant de la Russie au centre d’information à Bagdad Sergueï Kouralenko a expliqué aux médias russes les actions que menait la Russie avant de lancer ses frappes contre les positions des terroristes.

«Le but principal de création de ce centre est bien évidemment la découverte des positions de l’organisation terroriste Daesh», a dit lors de son interview diffusé sur la chaîne Vesti-24 le représentant du ministère de la Défense Sergueï Kouralenko dans le centre d’information conjoint de la Russie, de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie à Bagdad.

«Daesh agit sur le territoire syrien mais aussien Irak, c’est pourquoi il s’agit de collecter de l’information dans ces deux pays», a par ailleurs précisé le responsable, en ajoutant que ces informations sont ensuite acheminées vers les états-majors généraux des pays membres du centre à Bagdad, pour être analysées afin d'améliorer la précision et l’efficacité des frappes aériennes.

Tous les pays dans ce centre «ont les mêmes droits», a conclu Sergueï Kouralenko.

En savoir plus : l’information sur des victimes en Syrie est apparue avant le décollage des avions russes, s'étonne Vladimir Poutine

Mardi, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a confirmé que la Syrie, l’Irak, l’Iran et la Russie ont ouvert un centre d’information à Bagdad, afin d’échanger les renseignements que possèdent ces pays.

Moscou a également proposé aux Etats-Unis et à la coalition internationale d’aider à coordonner leurs frappes aériennes avec les actions des troupes terrestres. «Je crois que cela peut et doit aider à la lutte contre le terrorisme», a remarqué à ce propos Sergueï Lavrov.

A la suite de ces propositions, le ministère russe de la Défense et le Pentagone ont discuté de «possibles contacts réguliers afin d’éviter les conflits d’intérêts dans l’espace aérien de la république arabe de Syrie», a fait savoir la Défense russe dans un communiqué cité par RIA Novosti.

Le 30 septembre, Moscou a entamé des frappes aériennes en Syrie, suite à une requête de la part du gouvernement officiel à Damas et avec l’autorisation du parlement russe. En trois jours de frappes, dont les buts ont fait l'objet de vastes spéculations médiatiques en Occident, les avions russes ont détruits plusieurs bases de Daesh, y compris un camp d’entraînement et un centre de commandement du groupe terroriste à Alep.

 

 

 

 

 

 

Crise du Donbass : le «Format Normandie»

Quelle Patience a Poutine pour supporter tous ces guignols ignares, criminels !

Il mérite notre admiration pour devoir les supporter !

En attendant en Ukraine des militaires rejoignent l’opposition.

 Ukraine: des militaires ukrainiens rejoignent l'opposition

Poutine, Hollande, Merkel et Porochenko réunis à huis clos

Crise du Donbass : le «Format Normandie» en direct

2 oct. 2015, 15:24

 Le Format Normandie en février 2015

La France, l'Allemagne, la Russie et l'Ukraine se réunissent au «Format Normandie» à Paris vendredi 2 octobre afin de tenter de trouver une solution au conflit qui ravage l'Est de l'Ukraine depuis 18 mois. Suivez la conférence de presse en direct.

  • vendredi 2 octobre

17h14 CET


16h02 CET



  • 15h36 CET

«Je garantis que nous n’allons pas y passer la nuit» lance François Hollande au dirigeant ukrainien au début de leur entretien bilatéral

  • 15h32 CET

Hollande a accepté l'invitation de Porochenko de venir en Ukraine pour une visite officielle

Le Président français reçoit à l'Elysée ses homologues russe et ukrainien ainsi que la chancelière allemande afin de discuter en «Format Normandie» de la pleine application des accords de Minsk, devant rétablir la paix dans l'Est de l'Ukraine.

En effet, ces accords conclus entre les mêmes protagonistes le 12 février dernier dans la capitale bélarusse à l'issue d'une nuit d'âpres négociations n'ont pas encore été totalement appliqués.  

Si ces dernières semaines, les forces ukrainiennes et les rebelles du Donbass sont parvenus à établir un cessez-le-feu relatif, le retrait de armes lourdes le long de la ligne de front n'est toujours pas effectif, tout comme le processus de décentralisation, prévu également dans les accords de Minsk.

Le conflit a déjà fait plus de 8000 morts depuis avril 2014. 

Aller plus loin: Ukraine : négociations à Berlin pour une résolution de crise avant l'hiver