Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2015

Damas espère que la Russie implantera une base militaire à Lattaquié

Excellente idée, tiens !

Là, c’est l’état sioniste qui ferait la gueule !

Et pourquoi pas une base militaire russe à Gaza et en Palestine occupée, et dans tous les pays du Moyen Orient après tout, quoi de plus logique ?

"Interrogé sur la situation qui prévaut en Syrie depuis le début des frappes aériennes russes, M. Haddad a fait savoir que les terroristes de l'Etat islamique avaient commencé à se retirer vers la frontière turque.

Les frappes ciblées de l'aviation russe ont détruit près de 40% des infrastructures du groupe djihadiste, a indiqué l'ambassadeur, soulignant que cette opération visait uniquement les terroristes."

Damas espère que la Russie implantera une base militaire à Lattaquié

20:19 07.10.2015(mis à jour 20:32 07.10.2015)

Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République arabe syrienne à Moscou, Riad Mohammad Haddad

 

Bien que les autorités de Damas n'aient pas encore demandé à la Russie de mettre en place une base militaire en Syrie, elles espèrent toutefois que Moscou ne tardera pas à le faire.

Damas n'a pas pour le moment demandé à Moscou d'implanter une base militaire à Lattaquié, mais il espère qu'une telle base fera un jour son apparition, a déclaré l'ambassadeur syrien en Russie, Riad Haddad, dans une interview à l'agence Sputnik.

 "Nous n'avons pas envoyé une telle demande, mais espérons que nos amis russes ouvriront une nouvelle base en Syrie", a indiqué l'ambassadeur. Il s'agit d'une base militaire que la Russie pourrait implanter en plus de son centre d'entretien et de ravitaillement dans le port de Tartous.

"Si vous voulez connaître mon opinion, je souhaite que cela se produise demain, et ce dans n'importe quelle région du pays", a ajouté le diplomate.

Interrogé sur la situation qui prévaut en Syrie depuis le début des frappes aériennes russes, M. Haddad a fait savoir que les terroristes de l'Etat islamique avaient commencé à se retirer vers la frontière turque.

Les frappes ciblées de l'aviation russe ont détruit près de 40% des infrastructures du groupe djihadiste, a indiqué l'ambassadeur, soulignant que cette opération visait uniquement les terroristes.

"Il s'agit des bombardements dirigés contre les régions qui abritent des armements. Par conséquent, il n'y a pas et il ne peut pas y avoir d'opposants politiques sur ces territoires. Les bombardements visent uniquement les groupes terroristes opérant dans les régions concernées: l'Etat islamique, le Front al-Nosra, l'Armée de la Conquête et l'Armée de l'Islam (Jaysh al-Islam). Il existe également d'autres formations, plus petites, qui font partie de ces quatre groupes islamistes", a précisé le diplomate.

 

Syrie: l'aviation russe assure une précision de frappes de 5 mètres

Encore un peu de précision et de transparence de la part du Ministère Russe à la Défense.

Syrie: l'aviation russe assure une précision de frappes de 5 mètres

20:00 07.10.2015(mis à jour 20:24 07.10.2015)

La Flottille russe de la Caspienne attaque l'EI en Syrie

 

Selon le ministère russe de la Défense, l'aviation russe porte des frappes uniquement contre des objectifs reconnus.

Les avions russes qui participent à l'opération contre du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, assurent une précision de frappes de 5 mètres, a déclaré mercredi à Moscou Andreï Kartapolov, chef de la direction opérationnelle de l'Etat-major général russe.

"La précision des frappes est inférieure à 5 mètres", a indiqué le général Kartapolov.

Au total, les Forces aérospatiales russes ont effectué 112 frappes contre les positions de l'EI en Syrie depuis le début de l'opération aérienne le 30 septembre dernier. Les navires de la Flottille russe de la Caspienne ont en outre tiré 26 missiles de croisière Kalibr, détruisant 11 cibles à une distance de 1.500 km.

Moscou a lancé son opération contre l'EI sur demande du président syrien Bachar el-Assad. Son aviation et ses navires de guerre attaquent les terroristes en coopération avec les troupes syriennes.

 

Poutine : on ne sait pas qui est à la tête de l'Armée syrienne libre

Le culot d’Hollandouille, toujours dans la même perspective de faire remplacer Assad, d’avoir osé proposer à Poutine lors de sa venue à Paris, de faire s’associer l’armée d’el-Assad et la soi-disant Armée syrienne libre, constituée soi-disant par l’opposition modérée à Assad !

Elle est tellement modérée qu’elle est appelée « Armée Libre » donc une aile des mercenaires armés et financés par les USA et leurs alliés criminels !

Désolés, mais nous, nous ne connaissons pas de "terroristes modérés" !

 Poutine : on ne sait pas qui est à la tête de l’Armée syrienne libre

7 oct. 2015, 13:21

Vladimir Poutine et Sergueï Choïgou

Source: RIA NOVOSTI

Vladimir Poutine et Sergueï Choïgou

Le président français a proposé de réunir les forces du président el-Assad et de l’Armée syrienne libre pour lutter contre l’Etat islamique, a révélé Vladimir Poutine, pour qui cette structure reste fantôme.

«Lors de ma dernière visite à Paris, le président français François Hollande a exprimé une idée intéressante en disant qu’il fallait réunir les efforts de l’armée d’el-Assad et de la soi-disant Armée syrienne libre», a déclaré Vladimir Poutine alors qu'il rencontrait Sergueï Choïgou, son ministre de la Défense, le 7 octobre.

Cependant, le président russe a ajouté que la Russie ne savait pas exactement où cette Armée syrienne libre se trouvait et qui était à sa tête.

«Si nous considérons que l’Armée syrienne libre est une aile militaire de la soi-disant partie saine de l’opposition, l’unification de leurs forces contre l’ennemi commun, Daesh, le Front al-Nosra et les autres organisations terroristes, pourrait créer une bonne condition pour un règlement politique en Syrie», a ajouté le président russe.

D’après lui, c’est une solution politique qui doit mettre fin aux conflits comme celui qui se déroule en Syrie. «Des conflits de ce genre doivent être réglés par des solutions politiques», a martelé Vladimir Poutine.

De plus, le président russe s'est félicité de l'efficacité des missiles russes qui ont atteint des cibles de Daesh à 1 500 km de distance.

«Le fait que nous ayons lancé des missiles depuis la mer Caspienne à une distance de 1 500 kilomètres et ayons atteint toutes nos cibles, cela témoigne de la bonne préparation des entreprises du complexe militaro-industriel et de leurs personnels», a déclaré Vladimir Poutine.

Dans ce contexte, le président russe a loué l’action pilotes russes engagés dans l’opération militaire en Syrie. «Bien sûr, les pilotes qui travaillent en Syrie méritent une reconnaissance particulière, ainsi que les marins de la flotte de la Caspienne, comme l’a montré l’utilisation des armes de précision», s’est félicité le maître du Kremlin.

Depuis une semaine, l’aviation russe bombarde les positions des terroristes en Syrie et a réalisé à ce jour plus de 120 sorties. Maintenant, les forces navales se sont jointes aux forces aériennes pour mener à bien l’opération anti-terroriste.

 

Syrie : les pilotes américains et alliés ont reçu l'ordre de ne jamais bombarder les djihadistes d' Al-nosra

Selon Le Canard Enchainé du 6/10/2015

Ensuite les traîtres viendront nous dire comme Merkel: la paix en Syrie se fait attendre malgré les efforts de l'Occident, et Holl’andouille : Pour François Hollande, la crise humanitaire en Europe ne justifie aucune alliance avec el-Assad

Merkel: la paix en Syrie se fait attendre malgré les efforts de l'Occident
Les efforts politiques et diplomatiques déployés par l'Occident n'ont toujours pas apporté la paix en Syrie, déplore la chancelière allemande.

La paix ne revient toujours pas en Syrie en dépit de tous les efforts que déploie l'Occident, alors que les groupes terroristes gagnent en puissance, a reconnu mercredi la chancelière allemande Angela Merkel, intervenant devant le Parlement européen à Strasbourg

Pour François Hollande, la crise humanitaire en Europe ne justifie aucune alliance avec el-Assad

«Débarrasser la Syrie de Daesh et de Bachar el-Assad»

Réitérant son credo, le président de la République a déclaré que les terroristes de l'Etat islamique (Daesh) «en veulent à nos valeurs démocratiques, à ce que nous représentons», appelant les pays européens à être «solidaires, responsables et fermes» face à l'islamisme radical.

Néanmoins, François Hollande estime que le régime du président el-Assad «continue à nourrir ce désastre», et le président français d'affirmer, à propos de la rébellion syrienne, qu'il est «impossible de réunir l'opposition modérée pacifique, démocratique et le bourreau du peuple syrien». 

Syrie : les pilotes américains et alliés ont reçu l’ordre de ne jamais bombarder les djihadistes d’ Al-nosra

19h22
Le Canard Enchainé – 6/10/15

Nouvelle image (1).jpg

 

 

 

 

Pour François Hollande, la crise humanitaire en Europe ne justifie aucune alliance avec el-Assad

L’agent sioniste qui mène la politique d’Israël en France a encore trop parlé !

C'est la faute d'Assad et de Poutine qu'il faut sanctionner !

Le criminel qui a fait massacrer des enfants en Syrie en violation du Droit international sans l'accord d'Assad, continue d’avoir la prétention d’exiger le départ de celui-ci de la présidence; le rendant responsable de la crise humanitaire qui sévit en Europe, grâce, entre autres, à ses bons soins de traître à la nation Française et pour participer à des actions militaires illégales et il se félicite d'avoir pris avec les pays nazis européens des sanctions contre la Russie !

Nous, on ne veut pas qu’Assad s’en aille, car c’est à son peuple de le décider, par contre plus de 90 % des Français,  demandent à Holl'andouille de dégager !

Mais que fait l’armée Française pour organiser un coup d’état militaire ?

Pour François Hollande, la crise humanitaire en Europe ne justifie aucune alliance avec el-Assad

7 oct. 2015, 15:47

François Hollande à la tribune du Parlement Européen de Strasbourg.

© Capture d'écran.

François Hollande à la tribune du Parlement Européen de Strasbourg.

François Hollande s'est exprimé devant le parlement européen de Strasbourg en évoquant notamment les questions de la Syrie et de l'Ukraine avec des propos plus alarmistes que lors du sommet au format Normandie de la semaine dernière.

«Alors que l'Europe doit déjà affronter une crise financière et sociale, désormais elle doit également faire face à une crise humanitaire sans précédent avec cet afflux de réfugiés provoqué par la déstabilisation de régions au Moyen-Orient et en Afrique où sévissent la violence et la haine religieuse», a déclaré le président de la République.

Tout au long de son discours, François Hollande s'est appuyé sur trois termes principaux rassemblés en un seule et même slogan : «Solidarité, responsabilité, fermeté».

Ce credo est valable d'une part pour la lutte contre le terrorisme «qui vise notre mode vie, nos idéaux, notre culture, l'âme de nos pays».

D'autre part, ce même credo est valable pour la question des réfugiés car il est «du devoir de l'Europe d'aider les populations en détresse, mais également les Etats frontaliers européens qui subissent les pressions de l'afflux de réfugiés et doivent faire face à une situation extrêmement complexe».

Ukraine : un discours plus alarmiste qu'au format Normandie

Evoquant la situation en Ukraine, François Hollande s'est montré bien moins optimiste que lors du sommet au format Normandie, lors duquel il avait salué le «bon respect des accords de Minsk» qui donnait grand espoir pour l'accomplissement du processus de Paix «d'ici le début de l'année 2016».

En effet, à la tribune du Parlement européen, le président de la République, omettant les aspects positifs évoqués lors du sommet, a préféré rappeler que l'Europe avait dû faire face à «une violation brutale du droit international» et qu'elle devait maintenant «tout faire pour empêcher une guerre aux portes de notre continent», ajoutant que l'UE des 28 avait pris une décision «exemplaire» en infligeant des sanctions économiques à la Russie.

En savoir plus : Crise du Donbass : le «Format Normandie» en direct

Pourtant, même le président ukrainien Petro Porochenko avait salué ce matin «une véritable trêve» dans l'Est de l'Ukraine. 

«Débarrasser la Syrie de Daesh et de Bachar el-Assad»

Réitérant son credo, le président de la République a déclaré que les terroristes de l'Etat islamique (Daesh) «en veulent à nos valeurs démocratiques, à ce que nous représentons», appelant les pays européens à être «solidaires, responsables et fermes» face à l'islamisme radical.

Néanmoins, François Hollande estime que le régime du président el-Assad «continue à nourrir ce désastre», et le président français d'affirmer, à propos de la rébellion syrienne, qu'il est «impossible de réunir l'opposition modérée pacifique, démocratique et le bourreau du peuple syrien». 

Pour le chef de l'Etat, la situation en Syrie concerne l'Europe toute entière et les actions qu'elle devra entreprendre détermineront pour longtemps la stabilité dans la région.