Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2010

OVNIS, EBE : l'invasion a commencé !

 

OVNI, EBE - L' invasion a commencé(11)- Jimmy Guieu

 

 

 

 

Petite banniere 400x50

 

02:43 Publié dans Nouvel Ordre Mondial, Ovnis et Extraterrestres | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Français, si vous parliez ! Jimmy Guieu

Le 31 décembre 1992, l'émission « Français, si vous parliez ! » de FR3, présentée par André Bercoff, était consacrée au thème « La fin du monde », avec divers intervenants, dont l'ufologue Jimmy Guieu...

Ecoutez bien cette vidéo.

Jimmy Guieu disait qu' "à partir de 1985 une partie des informations des activités solaires ont été mises sous le boiseau !"

Et il indique qu'en Australie existe des structures informatiques pour établir un gouvernement Unique!

http://www.youtube.com/watch?v=8vzPyT19Wgo

Petite banniere 400x50

 

02:18 Publié dans Nouvel Ordre Mondial, Ovnis et Extraterrestres | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Les Aliens sont-ils aux commandes ?

novembre 29th, 2009 Posted in Novembre 2009

Jim Quirk, sur UFO Digest, a consacré un article à cette hypothèse audacieuse : "Des intelligences aliènes peuvent-elles contrôler le gouvernement des Etats-Unis au plus haut niveau ?"

 

Jim Quirk

"L'entité para-gouvernementale et top-secrète qui a pour mission de contrôler l'information sur la réalité extraterrestre pourrait être en fait sous le contrôle des aliens eux-mêmes. Cela expliquerait pourquoi le gouvernement refuse de communiquer toutes les données relatives au phénomène.

Les citoyens américains rapportent continuellement des manifestations Ovnis depuis 1947, mais les pilotes qui seraient aux commandes de ces étranges machines volantes ont toujours fait en sorte de demeurer en retrait. Les premiers récits d'abductions aliènes datent des années 60 mais, là encore, les ET qui pourraient en être la cause se sont arrangés pour ne nous laisser aucune preuve.

Depuis des années, des chercheurs soupçonnent que des responsables gouvernementaux ont délibérément soustrait des informations sur ce sujet, et les raisons pourraient être multiples.



Stanton Friedman est un ufologue renommé qui lors d'une interview en 2002 avait déclaré que la technologie des Ovnis est sans doute ce qui intéresse le plus les autorités : "Le premier pays qui saura reproduire la capacité des soucoupes d'atteindre des vitesses fantastiques et de faire du vol stationnaire, de virer à angle droit à des vitesses extrêmes, de monter et descendre, sans émettre le moindre bruit, tout en dissimulant son mode de propulsion, pourra dominer la planète".

Pour Friedman, une autre raison du secret imposé par le gouvernement sur les Ovnis est d'empêcher que d'autres nations parviennent avant les Etats-Unis à maîtriser ces techniques.

Stanton Friedman

Toujours selon lui, le troisième problème qui se pose aux gouvernements est d'ordre politique : "Nous verrions s'accroître l'audience des églises, de même que les cas de dépression. La bourse pourrait s'effondrer." La réaction sans doute la plus forte viendrait des jeunes générations, parce qu'elles se verraient désormais comme des citoyens du monde plutôt que des Américains, des Canadiens, des Péruviens, ou des Chinois, etc... "Aucun dirigeant ne pourrait admettre de voir ses citoyens faire d'abord allégeance à une entité planétaire, au-dessus de son propre gouvernement."

Pour Friedman, la quatrième raison du secret imposé par les gouvernements tient au fait que "des fondamentalistes chrétiens sont très attachés à l'idée que l'humanité est l'unique espèce intelligente dans tout l'univers; par conséquent ces affaires de soucoupes volantes ne pourraient être que des manifestations diaboliques."

"Une annonce officielle serait très mal vécue par les fondamentalistes si on négligeait cet aspect".

La cinquième raison évoquée par Friedman est que la divulgation risque d'entraîner un bouleversement économique : "Notre humanité n'a jamais été très à l'aise dans les situations de crises économiques majeures."

V logo

Mais Friedman pourrait-il se tromper ? Toutes les raisons avancées n'ont peut-être rien à voir avec la justification du secret... Une autre hypothèse consiste à se demander si des aliens pourraient avoir infiltré nos gouvernements, et seraient en train de tirer toutes les ficelles politiques depuis un vaisseau éloigné de l'orbite terrestre ou d'une base secrète située dans les profondeurs des océans...

Cette supposition me parait plausible, si les êtres qui visitent notre planète ont une avance technologique de milliers voire de millions d'années.

Ces entités semblent avoir la capacité d'enlever des gens, de leur faire subir des manipulations à bord de leurs vaisseaux, d'effacer leur mémoire, puis de les remettre dans le circuit comme si rien ne s'était passé. Dans ce cas, rien ne les empêcherait de faire la même chose avec nos dirigeants. Je me demande si la divulgation du phénomène extraterrestre aurait déjà eu lieu si les humains étaient maîtres de leur agenda...

Un protocole secret existerait depuis des années, selon lequel le Président des Etats-Unis ne peut être informé que s'il justifie du 'besoin de savoir'. De nombreux ufologues pensent qu'il existe une agence, au sein du pouvoir central, qui est spécifiquement en charge du phénomène Ovni. Si c'est le cas, alors ce groupe pourrait-il avoir été infiltré par des entités aliènes - à l'insu peut-être de ses membres - qui en auraient pris le contrôle ?

V team

 

Quand on constate la quantité d'information qui circule actuellement sur les Ovnis et les visiteurs extraterrestres, que ce soit à travers des livres, des magazines, ou des programmes de télévision, on ne peut plus exclure la possibilité que notre gouvernement soit contrôlé, ou du moins en partie, par des créatures d'un autre monde.

Les sondages montrent que la plupart des Américains pensent que les Ovnis sont une réalité et que le gouvernement est impliqué dans une vaste opération de couverture. En considérant ces éléments, il parait vain de continuer à poursuivre cette opération. Pourquoi ne pas tout mettre sur la table et confirmer ce que tout le monde pense ?

La réponse à cette question pourrait dépendre davantage de ce que veulent les ET, que de la volonté de nos responsables au gouvernement." - Source


"Les Ovnis sont une réalité. Depuis 1947, si ce n'est encore avant, de hauts responsables du gouvernement américain n'ont cessé de dissimuler des données scientifiques sur le phénomène. J'ai vu un Ovni de près en août 1994, et cet engin ne pouvait avoir été conçu sur Terre. Je sais de quoi je parle; j'ai eu cette chance de faire maintenant partie de ceux qui savent." - Jim Quirk

http://www.ovnis-usa.com/2009/11/29/les-aliens-sont-ils-a...


01/02/2010

Davos 2010 : une belle querelle entre les présidents et les banquiers

Bien sûr nous allons croire qu'il s'agit d'une belle querelle entre les présidents et les banquiers !
Les campagnes des politiques sont financées par les banquiers qui choisissent leurs meilleurs VRP et ils voudraient nous faire croire qu'ils se disputent !

Si les politiques étaient honnêtes cela ferait belle lurette qu'ils auraient déchu les banquiers de leur monopole sur la finance !

Débats

Davos 2010 : une belle querelle entre les présidents et les banquiers

Dossier: Forum économique mondial de Davos

Davos 2010 : une belle querelle entre les présidents et les banquiers
Davos 2010 : une belle querelle entre les présidents et les banquiers
20:09 01/02/2010
© REUTERS/ Michael Buholzer
Par Vlad Grinkevitch, RIA Novosti

La principale intrigue du forum économique actuel de Davos réside dans la proposition du président américain Barack Obama d’interdire officiellement aux banques de se livrer à la spéculation et de financer des fonds spéculatifs. En réponse, les banquiers prédisent de grands troubles dans l’économie mondiale et brandissent la menace de fuites de capitaux.

Le président américain et son équipe ont l’intention d’obtenir du Congrès l’interdiction aux banques d’investir dans les "hedge funds" et les fonds d’investissement privés dans les opérations sur des titres n’ayant rien à voir avec les services aux clients. Cette idée a été appréciée par les dirigeants de plusieurs États. « Nous continuerons à faire courir des risques insoutenables à l’économie, à encourager la spéculation, si nous ne changeons pas la réglementation bancaire » a déclaré le président français Nicolas Sarkozy. Alexeï Koudrine, premier vice-premier ministre russe, a également invité à soutenir la politique des États-Unis en affirmant : « Il faut soutenir les mesures annoncées par les Etats-Unis, car l’administration Obama est dans la situation la plus délicate ».

Dans l’ensemble, les arguments des hommes politiques sont clairs : la surchauffe spéculative de l’économie a été la cause de la crise économique. La situation se répète puisqu’une bonne partie des sommes affectées par les États à la lutte contre la crise (les Etats-Unis, à eux seuls, ont alloué plus de 10 000 milliards de dollars) a servi à gonfler de nouvelles bulles sur les marchés des valeurs et des hydrocarbures. Citons un exemple : au milieu de l’année dernière, la CFTC (la Commodity Futures Commission) est arrivée à la conclusion qu’environ 70% des ventes de pétrole de la marque Texas Sweet à la Bourse de New York étaient d’ordre spéculatif. A peu près en même temps, les autorités américaines ont parlé de la nécessité de restreindre les possibilités des opérations spéculatives, mais rien de concret n’est sorti de ces déclarations. Naturellement, toutes ces initiatives provoquent une résistance farouche de la part du lobby financier.

Inutile de dire que les banquiers ont fort mal accueilli cette initiative du président américain et les représentants des milieux financiers n’ont pas tardé à avancer comme argument que l’intention de contraindre les banques à réduire leurs activités provoquera une récession du commerce mondial et les conséquences négatives pour l’économie mondiale seront imprévisibles. Selon le Times britannique, les responsables des grandes banques britanniques (HSBC, Barclays Standard Chartered) et américaines (JPMorgan et Morgan Stanley) préparent une rencontre secrète avec le ministre britannique des Finances Alistair Darling. Les banquiers ont probablement l’intention d’avancer des griefs à l’encontre de la politique américaine et de parler, par la même occasion, des conséquences négatives globales que pourraient avoir les initiatives de Barack Obama.

Les banquiers assurent qu’ils n’ont pas besoin de régulateurs extérieurs et que le marché remettrait, disent-ils, tout à sa place. Pourquoi donc, au plus fort de la crise, presque toutes les institutions financières s’en sont-elles alors remises non pas à la "main invisible du marché", mais à l’aide que leur apportaient leurs gouvernements ? Comme l’a souligné à juste raison Nicolas Sarkozy, sans l’intervention des États, tout se serait effondré.

La position des banquiers est compréhensible : ils s’inquiètent avant tout pour leurs propres profits. Quant aux hommes politiques qui soutiennent Obama, on peut leur reprocher leur manque d’esprit de suite. Malgré toutes les belles paroles sur la nécessité de réformer le système économique mondial, la majeure partie des mesures anticrise de tous les États développés sans exception s’est réduite à injecter de l’argent dans le secteur financier. Autrement dit, les États ont soutenu la superstructure financière que M. Sarkozy a qualifiée, en inaugurant le forum, de principal responsable de la crise.

Le soutien à la position de Barack Obama annoncé par la Russie n’est pas tout à fait clair, car la mise en œuvre des initiatives de l’administration américaine menace de créer de graves problèmes pour l’économie russe. Rappelons que les 70 dollars le baril sur lesquels se fonde l’espoir d’assurer l’essor de l’économie russe cette année sont le résultat direct de l’afflux du capital spéculatif sur le marché des hydrocarbures. Crever les bulles spéculatives provoquerait de nouveaux ébranlements économiques dans le pays.

Il y a là un cercle vicieux : la reprise de l’économie mondiale (russe, entre autres) a été rendue possible grâce aux investissements dans le secteur financier dont le gonflement démesuré a été la cause de la crise. La réforme du système économique dont parlent beaucoup les hommes politiques n'est probablement pas impossible sans banqueroutes ou, au moins, sans réforme de nombreuses institutions financières, mais les actions entreprises par les gouvernements au plus profond de la crise montrent bien qu’ils n’y sont pas prêts.

Il se peut que cette "main du marché" le fasse pour eux. Ce n’est pas par hasard que de nombreux économistes préviennent que les causes fondamentales de la crise ne sont pas éliminées, et donc que la fameuse "seconde vague" n’est qu’une question de temps.

Ce texte n’engage que la responsabilité de l’auteur.

http://fr.rian.ru/discussion/20100201/185973774.html


Petite banniere 400x50

 

23:27 Publié dans Davos, Nouvel Ordre Mondial | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Vers une nouvelle guerre mondiale ?

Dimanche 31 Janvier 2010

La guerre mondiale aura-t-elle lieu ?
Par Eva r-sistons


Mes amis,

La guerre est la pire des solutions. Mieux dit: Elle est le problème N° 1.


Le plus grand danger qui menace l'humanité !

Les peuples veulent vivre en paix. L'oligarchie qui s'est octroyé le droit de vie et de mort sur les peuples, programme les guerres qu'elle ne fera jamais, et qui lui permettront de réaliser de juteux profits. Les Médias criminels (d'ailleurs aux mains des industriels de l'Armement, en France) font, ouvertement ou indirectement, l'apologie de la guerre; Marie Drucker et Benoît Duquesne sont parmi les plus zélés exécutants des consignes données.


Melle Drucker va jusqu'à présenter la guerre comme un moyen de promotion des femmes !

Cinq grands généraux de l'OTAN ont ouvertement prôné l'utilisation du nucléaire dans les guerres futures; tout est banalisé, même l'horreur absolue. Il est vrai que le nucléaire tue plus radicalement, à grande échelle


- une aubaine pour les partisans de la dépopulation. Derrière leurs écrans, bien à l'abri, des hommes sèment mort et désolation sur la terre. Dans les coulisses, les industriels de la Reconstruction se frottent les mains, les industriels du Pétrole aussi. Et on ne se gêne plus, aujourd'hui, pour faire la promotion des guerres préventives, permanentes, totales et bien sûr nucléaires. Ceux qui ont le pouvoir jouent avec la vie des citoyens comme nos jeunes jouent virtuellement à la guerre: en tuant le plus possible. J'écoute une vidéo de la guerre d'Irak, j'y ai appris que les soldats américains avaient une prime pour chaque Irakien tué. Joli monde... et qui ose se dire démocratique, moral, défenseur de la Liberté, du Bien, sans parler de ceux qui se réclament de Dieu pour prôner le choc de civilisations et anéantir la partie de la population qui déplaît.  

La 3e guerre mondiale est-elle pour bientôt ? Certains parlent de quatrième guerre mondiale, la 3e ayant été, selon eux, "la guerre froide". Trop froide, sans doute, parce qu'on la veut chaude, aujourd'hui, bien chaude et même brûlante.... avec des armes laissant des séquelles irréversibles sur l'environnement et sur les générations futures. Les Vietnamiens ou les Palestiniens sont bien placés pour en parler... et même les vétérans de tous les conflits ! "La der des der", évidemment ! Le dernier poilu l'a dit et répété...

Alors, guerre, ou pas ? Pour moi, quoiqu'on en dise, elle est inévitable.
L' "Elite" réclame du sang, elle a besoin de sacrifices vivants, et disons-le, les multinationales ne sont pas en reste, le capitalisme est un Système monstrueux qui a besoin, pour prospérer, d'innombrables victimes, pauvres prêts à travailler pour une obole, ou jeunes appelés à mourir pour la Patrie (voir le documentaire de Marie Drucker). Or, quand il est en crise, à bout de souffle, pour redémarrer, pour gonfler ses profits, le Système imposé aux peuples a besoin de conflits. Et aux Etats-Unis, pays capitaliste par excellence, l'industrie la plus florissante est la militaire. Quel paradoxe pour ceux qui revendiquent si fort leur appartenance chrétienne !

Sur mon blog r-sistons à l'intolérable, j'ai souvent évoqué le risque de la guerre contre l'Iran - un authentique scandale, d'ailleurs, puisque ce pays n'a jamais attaqué personne; quant à sa dissuasion nucléaire, elle est nécessaire: L' Iran est encerclé par des puissances hostiles.

Vous le savez sans doute, les généraux américains, plus raisonnables que leur Chef, ont retenu le bras de Bush, brûlant d'en découdre avec l'Iran. Et les mois ont passé. Certes, l'Iran ne se laissera pas attaquer comme l'Irak, en ripostant pour la forme; il dispose d'un armement dissuasif, et d'une flotte impressionnante, stationnée dans un détroit stratégiquement important.


Les essais de déstabilisation économique ou politique n'ont gère ébranlé sa légitime détermination à préserver sa souveraineté. Bref, l'Iran n'est pas un adversaire facile: On hésite à l'attaquer. Il semblerait aussi que la Chine soit décidée à protéger ses intérêts dans la région, et les Etats-Unis ne peuvent se permettre de mécontenter le pays qui le maintient sous perfusion. Sans l'aide de la Chine, sans ses prêts, l'économie américaine, en effet, s'effondrerait. Un pays lourdement endetté n'est pas aussi libre qu'il le voudrait. Bref, il existe de bonnes raisons pour ne pas attaquer militairement l'Iran; il semblerait que le Pentagone songe plutôt à provoquer des tremblements de terre comme, dit-on, à Haïti.

Reste l'inconnue israélienne; les récentes déclarations de Shimon Perès au Bundestag ("L'Iran est un danger pour le monde") ne présagent rien de bon, l'Allemagne de Mme Merckel n'a jamais été aussi proche d'Israël, et l'équipe de néoconservateurs français, de Sarkozy à Kouchner en passant par Morin, brûle de passer à l'attaque. Obama, sitôt son prix Nobel de la Paix reçu, a entrepris de le défendre en multipliant les guerres, Peres est prêt à tout, et un autre Prix Nobel de la Paix israélien, Elie Wiesel, tient des discours que les Bushistes ne renieraient pas.

Cela conduira-il à la guerre ? Deux facteurs me semblent prépondérants: La crise du capitalisme, synonyme de besoin d'élans nouveaux, de quête de nouvelles sources de profit, et le caractère imprévisible d'Israël, pays d'ailleurs gouverné par une équipe d'irresponsables, d'extrémistes, de fanatiques. Les apprentis-sorciers sont aux aguets, tôt ou tard, à mon avis, ils commettront l'irréparable. Et un irréparable aux dimensions planétaires vite titanesques...

Quant aux partisans de la dépopulation, le moment venu, ils ne seront pas mécontents d'apporter leur soutien, quel que soit le prix payé pour l'humanité en termes de souffrances et de sacrifices.

Le monde est aux mains de fous, de psychopathes, d'irresponsables, vouant un culte à Mâmon et aux Forces de mort.  

Sans doute l'apocalypse est-elle déjà en marche... Si elle ne se produit pas, je serai la première étonnée. L'Histoire nous a trop souvent enseigné, malheureusement, que les Puissants sont prêts à tout pour augmenter leur pouvoir. Les irresponsables sont toujours aux commandes, et la crise va bientôt rebondir. Alors... préparons-nous au pire ! Nous l'aurons très vraisemblablement... Et nos meilleures armes seront, sans aucun doute, la prévoyance, la solidarité et la créativité...

Fraternellement à tous, votre Eva  

Dossier complet sur la guerre, ici :

http://r-sistons.over-blog.com/article-dossier-guerre-aur...

http://www.alterinfo.net/Vers-une-nouvelle-guerre-mondial...