Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2009

PREPAREZ-VOUS ! Emeutes en France et dislocation du système géopolitique et financier mondial prévus pour juin 2009

 
A diffuser largement SVP !
 
Info du 4 mars 2009 : Tous les policiers à la retraite âgés de moins de 60 ans, ont reçu l'ordre de se faire rencenser avant le 20 mars et de réintégrer leur poste avant le 20 juin 2009. Les militaires à la retraite semblent avoir été aussi réquisitionnés.
 
Tous les policiers à la retraite de moins de 60 ans ont reçu ce matin, l'ordre de se faire recenser avant le 20 mars, et de réintégrer leurs postes avant le 20 juin.............décision du ministère de l'intérieur. (Ils ont trois mois pour se remettre à niveau, et doivent à partir du 20 juin se tenir à trois niveaux d'alerte, car ils craignent des émeutes)

Les banques américaines ont reçu à la fin 2008, des panneaux de fermeture temporaire. Il va y avoir un raid à la vente sur les actions à Wall Street de plusieurs centaines de milliards……….ça a déjà commencé !
 
 
 
Le chemin pour retrouver le fil de discussion complet : Actualités et Chroniques/Info confirmée
Cette information semble avoir été confirmée. Certains policiers ont reçu leur lettre aujourd'hui.
Lire la réponse à ce post en bas, que je mets en jaune :
C'est donc grave !!!! Pensez à faire des provisions et à retirer votre argent des banques !!!!
Le lien du forum :
http://www.denissto.eu/frame/action.php
Le chemin pour accéder à toute la discussion : Actualités et Archives/Info confirmée.
 Extrait de la discussion :
bourses a écrit:
J'ai interrogé ce matin l'un de mes salariés qui justement : est un retraité de la police de moins de 60 ans.

Il confirme le courrier, mais m'indique :
que cette demande se fait sur la base du volontariat
que les retraités qui reprendraient du service ne seront affectés qu'à des taches administratives
que le, but est de faire des économies : le cout d'un retraité étant bien moindre qu'un salarié "normal"

voilou

suite au prochain épisode mais pas d'affolement.
Réponse: Je peux vous confirmer et assurer que votre salarié à soit mal lu son courrier soit vous avez mal compris sa réponse ou lui votre question......croyez moi, que je suis plus que bien placé pour vous communiquer cette réponse....et effectivement suite au prochain épisode mais pour "affolement" je laisserai à chacun le soin selon sa sensibilité d' apprécier ce terme....

N.B. Pour votre information dans la police il y a bien des réservistes mais à la seule et unique condition d'accepter cette réserve au moment de son départ en retraite dont l'age max ne peut excéder 55 ans sauf sur dérogation et à condition de remplir certaines conditions bien spécifique 57 ans....impossible d'aller au delà .Ces fonctionnaires ayant accepter cette réserve sont ensuite effectivement rappelable s'ils le souhaitent plusieurs fois par an sans excéder quelques semaines (+/-6 sem/an). Pour les autres ayant refuser à leur départ en retraite ce systéme de volontariat il est en aucun cas possible de les rappeler....
SAUF DANS UN SEUL ET UNIQUE CAS PREVU DANS LE STATUT DE LA POLICE NATIONALE mais qui n'a jamais plus été appliqué depuis la seconde guerre et 1968===> sur réquisition du ministère et c'est bien de cela qu'il s'agit ici car tous les fonctionnaires on reçu ce courrier y compris ceux âgés de 58/59 ans parti depuis 6 ans et ayant refuser le volontariat qui par ailleurs n'existait pas à ce moment là!

N.B.2 : comme le dit d'ailleurs très justement denis pour les niveaux d'alerte spécifié dans le courrier il y en a effectivement 3 mais pour le niveau rouge (correspondant à des événements type GUADELOUPE) la mobilisation c'est dans l'heure qui suivra le rappel éventuel!
 
Autres articles qui pourraient valider ces informations et décisions du Gouvernement

Après la crise financière, la guerre civile ? Préparez-vous à "quitter votre région"... - Le Monde.fr
http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/02/26/apres-la-crise-financiere-la-guerre-civile-preparez-vous-a-quitter-votre-region_1160698_0.html

Bulletin complet de février 2009 du LEAP/Europe 2020
http://www.leap2020.eu/GEAB-N-32-est-disponible!-4-trimestre-2009-Debut-de-la-phase-5-de-la-crise-systemique-globale-la-phase-de-dislocation_a2796.html
 
Le tsunami est à l’horizon et rien ni aucune réunion planétaire ne pourra l’empêcher de nous submerger.

Evolution probale des marchés actions Mars 2009

Marrakech, 3 Mars 2009
Terminus, tout le monde descend !

Dans mon dernier papier, je montrais le parallèle possible entre le graphique quotidien de la crise de 1929 et le graphique hebdomadaire de celle que nous vivons aujourd’hui. Beaucoup de lecteurs m’ont écrit d’abord pour me féliciter d’avoir pu anticiper dès le 28 janvier dernier que les marchés allaient casser le plus bas le vendredi  20 février. La cassure a bien été au rendez-vous. Puis ils m’ont posé la question fatidique : Et maintenant, on va remonter ou continuer à plonger ?

De peur de ne pas être bien compris je choisis bien mes mots : il faut quitter les marchés actions immédiatement, arrêter d’espérer une correction. Liquider tout votre portefeuille malgré tout ce que pourra vous dire votre banquier. On est bel et bien entré dans la zone rouge et ce n’est pas trop tard pour sauver ce qui vous reste. Ceux qui ne suivront pas ce conseil vont assister à une véritable évaporation de leur argent.

26/02/2009

Après la crise financière, la guerre civile ? Préparez-vous à "quitter votre région"...

Edifiant : Cela promet et était à prévoir : la guerre économique ne peut qu'engendrer des guerres sociales et civiles.
90 000 chômeurs de plus en France au mois de janvier 2009. A quand l'instauration de la loi martiale pour réprimer les révoltes et les guerres civiles ?

A diffuser, merci.
 
Après la crise financière, la guerre civile ? Préparez-vous à "quitter votre région"... Le monde
 
La crise économique et financière va-t-elle dégénérer en violentes explosions sociales ? En Europe, aux Etats-Unis ou au Japon, la guerre civile est-elle pour demain ? C'est le pronostic quelque peu affolant que dressent les experts du LEAP/Europe 2020, un groupe de réflexion européen, dans leur dernier bulletin daté de mi-février.

Dans cette édition où il est question que la crise entre, au quatrième trimestre 2009, dans une phase de "dislocation géopolitique mondiale", les experts prévoient un "sauve-qui-peut généralisé" dans les pays frappés par la crise. Cette débandade se conclurait ensuite par des logiques d'affrontements, autrement dit, par des semi-guerres civiles. "Si votre pays ou région est une zone où circulent massivement des armes à feu (parmi les grands pays, seuls les Etats-Unis sont dans ce cas), indique le LEAP, alors le meilleur moyen de faire face à la dislocation est de quitter votre région, si cela est possible."

Selon cette association, formée de contributeurs indépendants issus des milieux politiques et économiques et de professionnels européens de différents secteurs, les zones les plus dangereuses sont celles où le système de protection sociale est le plus faible.

La crise serait ainsi à même de susciter de violentes révoltes populaires dont l'intensité serait aggravée par une libre circulation des armes à feu. L'Amérique latine, mais aussi les Etats-Unis sont les zones les plus à risques. "Il y a 200 millions d'armes à feu en circulation aux Etats-Unis, et la violence sociale s'est déjà manifestée via les gangs", rappelle Franck Biancheri, à la tête de l'association. Les experts du LEAP décèlent d'ailleurs déjà des fuites de populations des Etats-Unis vers l'Europe, "où la dangerosité physique directe restera marginale", selon eux. (Ah bon ? Et pour quelles raisons ?)

FAIRE DES RÉSERVES

Au-delà de ces conflits armés, le LEAP alerte sur les risques de pénuries possibles d'énergie, de nourriture, d'eau, dans les régions dépendantes de l'extérieur pour leur approvisionnement et conseille de faire des réserves. Cette perspective apocalyptique pourrait faire sourire si ce groupe de réflexion n'avait, dès février 2006, prédit avec une exactitude troublante le déclenchement et l'enchaînement de la crise. Il y a trois ans, l'association décrivait ainsi la venue d'une "crise systémique mondiale", initiée par une infection financière globale liée au surendettement américain, suivie de l'effondrement boursier, en particulier en Asie et aux Etats-Unis (de - 50 % à - 20 % en un an), puis de l'éclatement de l'ensemble des bulles immobilières mondiales au Royaume-Uni, en Espagne, en France et dans les pays émergents. Tout cela provoquant une récession en Europe et une "très Grande Dépression" aux Etats-Unis.

Doit-on en conclure que la crise mondiale peut se transformer en guerre mondiale ? "Les pronostics de LEAP sont extrêmes, mais la violence sociale pointe", admet Laurence Boone, économiste chez Barclays.

Reste un espoir, une "dernière chance" selon le LEAP, qui résiderait dans la capacité du G20, qui se réunira le 2 avril à Londres, à arrêter un plan d'action "convaincant et audacieux". Dans ce cas, le monde ne serait toutefois pas tiré d'affaire, puisque les experts ne manquent de rappeler que se profile aussi une sévère crise climatique...

Claire Gatinois

14/02/2009

Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d'un tabou : Emission là-bas si j'y suis

De la démocratie américaine  et de la condition sine qua non pour devenir président des Etats-Unis (des lobbys en général, d'un certain lobby en particulier).

Pro-israéliens et plutôt néo-conservateurs, deux éminents professeurs de sciences politiques américains, décident d’étudier un sujet tabou, le lobby pro-israélien.
Malgré l’avalanche de critiques et d’insultes leur livre s’impose comme un évènement.
Chaque année, Israël continu de recevoir 4 milliards de dollars d’aide américaine, entre 1972 et 2006 Washington a opposé son véto à 42 résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU qui critiquaient le politique israélienne.
Pourquoi ?
Un reportage avec Giv Anquetil.

 
Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (1)
Le lundi 9 février 2009

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1613

 
Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (2)
Le mardi 10 février 2009

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1614

Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (3)
Le mercredi 11 février 2009


http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1615

Etats-Unis, le lobby pro-israélien : voyage autour d’un tabou (4)
Le jeudi 12 février 2009

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1616




13/02/2009

Uranium : le scandale de la France contaminée ! Pièces à conviction n°72 : France 3 - Articles et vidéos

Uranium : le scandale de la France contaminée

Pièces à Conviction n°72

En toute discrétion, dans nos campagnes, à proximité immédiate des villages ou des villes, des déchets radioactifs extrêmement dangereux ont été disséminés, ou ensevelis méthodiquement, depuis des dizaines années.

Pire encore, ils ont parfois servi à construire des routes, des parkings, et même des logements, des écoles ou des aires de jeu pour les enfants... Sans aucune mise en garde sur les risques encourus !

Car entre 1945 et 2001, la France a exploité 210 mines d’uranium sur son territoire. Elles ont produit 300 millions de tonnes de déchets radioactifs qui ont été abandonnés sans mesure de protection ou de surveillance particulière.

Qui sont les responsables ? Pourquoi ceux qui ont tenté de donner l’alerte n’ont-ils jamais été écoutés ? Pourquoi l’Etat n’a-t-il pas alerté les riverains ? Les populations sont-elles en danger ?

Elise Lucet et l’équipe de Pièces à conviction ont mené l’enquête sur ce scandale, au coeur des campagnes et des villes françaises.

 

Les reportages :

« GUEUGNON, ALERTE A LA RADIOACTIVITE »
« NOS BELLES CAMPAGNES…  DES POUBELLES RADIOACTIVES ? »
«L’OMERTA POLITIQUE »


reportages de EMMANUEL AMARA et ROMAIN ICARD
production Ligne de Mire, avec la participation de France 3

Les invités :

Jean-Louis BORLOO
Ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire

Jacques-Emmanuel SAULNIER
Porte parole d’AREVA

André Claude LACOSTE
président de l’ASN (autorité de sûreté nucléaire)

 
Vidéos :
Uranium - Le scandale de la France contaminée 3/6
 
 
Articles de presse :
 
Des centaines de tonnes d’uranium sous nos pieds
 
L’enquête de France 3 sur l’uranium jette un pavé dans la mare
 
La réponse d'AREVA : URANIUM
Déchets nucléaires : Areva dénonce un reportage "calomnieux"
 
Pour en savoir plus : Le réseau sortir du nucléaire
 
Communiqué du réseau sortir de nucléaire
 
Agir contre le nucléaire : Les pétitions

02/02/2009

Davos s'achève dans le désarroi face à la crise de la mondialisation

Ils veulent vraiment nous imposer le Nouvel Ordre Mondial à tout prix !
Cette phrase lancée par Angela Merkel est très significative et rentre encore une fois dans leur logique de domination mondiale.
Angela Merkel a évoqué une charte pour "un nouvel ordre économique mondial" et la possibilité de la confier aux Nations unies via un Conseil économique à l'image du Conseil de sécurité.

Ils ont beau jeu de craindre les révoltes des peuples après avoir créé de toutes pièces la crise financière et économique mondiale qui n'a que pour seul objectif en finalité d'instaurer le Nouvel Ordre Mondial.

Pour ceux qui connaissent les projets des Maîtres du Monde, leur objectif est celui de créer un unique Gouvernement Mondial de Dictature dont le président serait le Président de l'ONU et dont le siège serait déplacé en Israël.

Vous remarquerez que l'on ne parle plus des sanctions dirigées contre les banques mondiales ni de réformer le système financier mondial.

A quand le puçage électronique imposé à tous les citoyens du monde ?
 


Davos s'achève dans le désarroi face à la crise de la mondialisation

DAVOS, Suisse (AFP) — Présidents, ministres et patrons ont eu du mal à cacher leur désarroi au Forum économique mondial qui s'est achevé samedi à Davos, face à une crise qui menace la mondialisation tant célébrée année après année dans la station de sports d'hiver suisse.

Contexte oblige, l'ambiance du rendez-vous de l'élite mondiale de la politique et des affaires a été cette année plus sobre, avec des soirées moins fastueuses et des buffets revus à l'économie.

Sans rapport avec la crise financière, l'image qui risque de rester de ce Forum est celle du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, quittant en colère, devant des centaines de personnes, un débat houleux avec le président israélien Shimon Peres sur le conflit de Gaza.

Tandis que les mauvaises nouvelles économiques tombaient du monde entier, le retour du protectionnisme a été le thème majeur, dénoncé à l'unisson par le Premier ministre russe Vladimir Poutine comme par ses homologues chinois Wen Jiabao, allemande Angela Merkel ou britannique Gordon Brown.

Le projet de Washington de protéger encore davantage ses sidérurgistes a confirmé cette crainte de voir le commerce mondial subir un coup d'arrêt sous le double effet de la récession et des barrières dressées par les Etats.

La nouvelle administration américaine a été la grande absente de ce Forum, le président Barack Obama se contentant d'envoyer une conseillère.

En période de crise, "l'instinct n'est pas en faveur du libre-échange mais du protectionnisme", a déclaré le ministre brésilien des Affaires étrangères Celso Amorim, fervent partisan d'une plus grande libéralisation du commerce.

Comme à l'habitude Davos a été l'occasion d'une réunion des ministres du Commerce dans l'espoir de relancer les négociations à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Une vingtaine d'entre eux ont fait une déclaration estimant possible une conclusion en 2009 après les échecs de 2008.

"La situation actuelle comporte deux risques majeurs: des troubles sociaux et le protectionnisme", a déclaré la ministre française de l'Economie Christine Lagarde après la journée de grève et de manifestations jeudi en France.

Prenant l'exemple de la France, l'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan a mis en garde les gouvernements: "Il y a de la peur, il y a de la colère", a-t-il dit.

Concernant le volet financier de la crise, les responsables publics ont placé leurs espoirs dans la réunion du G20 du 2 avril à Londres sans avancer de solution concrète pour la réforme du système financier international.

Angela Merkel a évoqué une charte pour "un nouvel ordre économique mondial" et la possibilité de la confier aux Nations unies via un Conseil économique à l'image du Conseil de sécurité.

Les pays du Sud ont craint un repli sur eux-mêmes des pays riches non seulement sur le plan commercial, mais aussi sur le plan de l'aide.

"Ce n'est pas le moment de réduire le flux de capitaux vers l'Afrique", a souligné le Premier ministre du Kenya, Raila Odinga.

Le président colombien Alvaro Uribe a émis le même souhait pour l'Amérique latine où "200 millions de personnes" sont concernées par la lutte contre la pauvreté.

Le milliardaire et philanthrope américain Bill Gates, habitué de Davos, a lancé un appel aux gouvernements "à ne pas réduire l'aide aux pays en développement en cette période de difficultés économiques".

De brèves échauffourées ont eu lieu samedi à Genève entre policiers et manifestants altermondialistes qui souhaitaient protester contre le Forum malgré l'interdiction des autorités locales.

Source : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iamIXX...