Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2009

USA : GrippeA/H1N1, découverte d'un réseau criminel à New York !

GrippeA/H1N1 !!!!! 
Un nouveau rebondissement aux USA !!!
Une importante nouvelle qui vient de tomber aux USA.
Un réseau criminel découvert à New-York  !!!!

Merci de transmettre cette nouvelle autour de vous !

COPIER COLLER DANS VOTRE BARRE S'ADRESSE...POUR LA TRADUCTION EN FRANÇAIS

http://translate.google.ca/translate?hl=fr&sl=en&... 


En Anglais
A/H1N1 - Len Horowitz Files Pandemic Charges with FBI in NYC
A/H1N1 - Le Dr Len Horowitz demande une enquête criminelle

http://www.infowars.com/len-horowitz-files-pandemic-charges-with-fbi-in-nyc/

En complément :

Mexican Flu Outbreak 2009: SPECIAL REPORT by Dr Leonard Horowitz
http://www.youtube.com/watch?v=GBeKB7aKzOs&feature=player_embedded

 

20/09/2009

La vaccination en questions : Groupe médical Suisse

Groupe médical suisse de réflexion sur les vaccins

http://www.infovaccins.ch/index.htm

 

quiaimebien.jpg

 

" VACCIN CONTRE LA GRIPPE PANDEMIQUE – 12 QUESTIONS"

  1. Pourquoi continue-t-on de nous abreuver de tant de prédictions catastrophiques alors que le nombre de personnes atteintes et de décès s’avère bien en dessous des prévisions dans les pays où la grippe A/H1N1 a déjà passé, par exemple l’Australie ?

  2. Pourquoi ne dit-on pas que le nombre de malades et de décès est nettement inférieur à celui d’une grippe saisonnière ?

  3. Pourquoi continuer la promotion du vaccin contre la grippe (pandémique comme saisonnière) alors que plusieurs décennies d’expérience montrent que c’est inefficace ?

  4. Pourquoi les autorités sanitaires laissent-elles croire que le vaccin est une panacée contre la grippe alors que de grands doutes circulent quant à son efficacité dans les milieux scientifiques ?

  5. Pourquoi cache-t-on les effets secondaires connus du vaccin, à l’image de la vaccination de masse contre la même grippe aux USA en 1976, cessée en raison d’une recrudescence de complications neurologiques graves ?

  6. Sait-on que des additifs dangereux sont présents dans ces vaccins : l’hydroxyde d’aluminium, le thiomersal (sel de mercure toxique pour le système nerveux), le squalène, des traces d’antibiotiques.

  7. Sait-on que le vaccin fabriqué à la hâte n’a pas été soumis aux études de rigueur avant sa mise
    sur le marché :
    en particulier pas évalué précisément chez les enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées ?


  8. Sait-on que les entreprises pharmaceutiques ont d’ores et déjà obtenu aux USA l’immunité juridique pour ce vaccin, ce qui empêche toute poursuite à leur égard en cas de plainte ? Une "immunité" juridique garantie mais une immunité contre la grippe incertaine.

  9. Pourquoi continuer de faire croire que le Tamiflu® est un remède miracle alors qu’il ne raccourcit la durée de la maladie que d’un jour seulement et qu’il peut entrainer des effets secondaires ? "Le Tamiflu® peut causer des nausées. Et il y a des éléments qui indiquent qu’il peut y avoir des effets secondaires psychiatriques. Il y a des informations en provenance du Japon indiquant que des jeunes personnes qui ont pris du Tamiflu® ont eu des réactions psychotiques sévères identiques à celles que l’on trouve dans la schizophrénie." Dr Tom Jefferson (épidémiologiste au Cochrane Vaccine Field de Rome) dans une interview du journal allemand Der Spiegel (30/20.7.2009).

  10. Pourquoi cacher que le Tamiflu® peut favoriser une mutation du virus dans l’organisme, augmentant ainsi le danger de l’affection le virus devenant résistant ?

  11. Pourquoi ne donne-t-on pas des conseils simples et peu coûteux pour renforcer l’immunité de la population : une nourriture saine, de la vitamine C et D, du chlorure de magnésium, de la phytothérapie ou encore un remède homéopathique.

  12. Pourquoi ne parle-t-on pas plus des millions d’êtres humains qui meurent chaque année de malaria, de diarrhée ou de malnutrition ?

 

Groupe médical de réflexion sur les vaccins – septembre 2009

http://www.infovaccins.ch/12questionspandemie2009.html


Programme d'automne 2009 de l'Association
Responsabilité Santé, Genève.

Grippe, santé publique, santé individuelle.
Conférence le jeudi 17 septembre à 20 heures

« Silence, on vaccine ».
Projection le mardi 29 septembre à 19 heures 30

http://www.infovaccins.ch/soireesvaccinsGE.html

 

 

Source : http://www.infovaccins.ch/presse.htm


Vaccination des adolescentes contre les infections à papilloma virus humains du col de l’utérus

De quoi s'agit-il ?

Depuis fin 2007, les autorités sanitaires suisses proposent que toutes les adolescentes soient immunisées avec un nouveau vaccin dit "contre le cancer du col de l'utérus".

Dans le monde, ce cancer serait en fréquence le deuxième des cancers gynécologiques, après celui du sein. Mais 80% des cas sont recensés dans les pays en voie de développement. Dans nos pays, grâce notamment aux contrôles de dépistage, ce cancer est de plus en plus rare et son pronostic bien amélioré.

En Suisse, le cancer du col de l'utérus n'arrive qu'au 18 ème rang en fréquence ; moins de 90 femmes en meurent chaque année.

Le cancer du col de l'utérus et les papillomavirus

Les papillomavirus ou virus HPV (Human papilloma virus) forment une famille qui comprend plus d'une centaine de membres parmi lesquels les virus responsables des verrues banales. On trouve certains de ces virus dans les condylomes, les dysplasies (appelées aussi précancéroses) et les tumeurs cancéreuses du col de l'utérus. Ces virus peuvent être transmis par la peau et par voie sexuelle. Le virus fait rarement des lésions sur la verge de l'homme, et dans les deux sexes l'infection est indolore.

Il semble établi que ce type de cancer n'existe pas en l'absence du virus, d'où l'affirmation que la prévention de l'infection chronique par le vaccin prévient le cancer qui y est associé.

Le vaccin n'immunise pas "contre le cancer du col de l'utérus " mais contre certains virus HPV.


Les vaccins

Marques : Gardasil® et Cervarix®

Les deux vaccins contiennent deux souches virales HPV fréquemment associées au cancer. Le premier contient en plus deux souches apparaissant dans les verrues anales et génitales.

Les deux sont obtenus par génie génétique.

On y trouve plusieurs adjuvants dont l'aluminium.

La vaccination comprend 3 injections en l'espace de 6 mois. On peut aussi arrêter en cours de route.

La durée d'action du vaccin est inconnue. Nous n'avons qu'un recul de 5 ans.

La vaccination est proposée gratuitement en milieu scolaire, avec quelques particularités cantonales.
Un accord parental nous parait indispensable.

Prix des 3 injections : CHF 700.-. (en France € 440.-)

 

Ce qu'on ne vous dit généralement pas

Le vaccin ne couvre pas toutes les infections HPV

En effet, dans près d'un tiers des cancers du col de l'utérus, on trouve la présence d'un autre type de virus HPV que ceux couverts par le vaccin.

Une période d'essais du vaccin trop courte

Les essais effectués chez l'être humain avant commercialisation n'ont pas duré plus de 4 ans. Aucune des patientes vaccinées n'a développé de cancer, mais aucune non plus dans le groupe de contrôle des femmes non vaccinées !

Il a cependant été démontré qu'aucune patiente vaccinée n'a présenté de dysplasie, alors que celles-ci étaient présentes chez 0,4% dans le groupe non vacciné. Cela n'a pas grande signification puisque l'immense majorité des infections à virus HPV guérissent spontanément, y compris pour les souches concernées par ce cancer (70% de guérison dans la première année, jusqu'à 90% après deux ans).

Infection HPV ne signifie pas cancer

Seule une infime minorité des infections chroniques, signées par des dysplasies, se transforme en cancer après plusieurs décennies.

De plus, nous n'avons aucune idée de la durée de l'éventuelle protection vaccinale. Des rappels sont déjà envisagés. Cette incertitude est à mettre en parallèle avec le fait que deux tiers des femmes décédées de ce cancer ont plus de 65 ans.

Enfin, l'élimination spontanée du virus HPV par le système immunitaire est d'autant plus fréquente que la femme est jeune.

 

Vacciner à 15 ans est-ce utile ou … rentable ?

Il nous semble exagéré d'affirmer que ce vaccin effectué à l'âge de 15 ans diminuera le nombre des cancers survenant à 65 ans.

Au contraire, un des risques potentiels d'une vaccination à grande échelle pourrait être de retarder l'infection à un âge plus avancé, donc de diminuer le taux de guérison spontanée et d'augmenter finalement la fréquence de ces cancers.

Pour l'instant, il n'y a aucune preuve valable de l'efficacité de ce vaccin contre le cancer du col de l'utérus. D'ailleurs la publicité d'un des fabriquant parle avec prudence d'un vaccin "pouvant prévenir" ce cancer.

D'autres facteurs sont responsables du cancer du col

Le virus HPV n'est certainement pas la seule cause du cancer du col de l'utérus. D'autres facteurs de diminution de l'immunité naturelle sont à prendre en considération : le tabagisme, la prise d'un contraceptif, la précocité des relations sexuelles, la multiplicité des partenaires, le manque d'hygiène, la malnutrition, entre autres.

Et les effets secondaires du vaccin ?

Le système américain de vaccino-vigilance a recueilli jusqu'à ce jour (1.10.08) 8850 déclarations d'effets secondaires dont 371 hospitalisations et 27 décès. Officiellement, aucun décès n'a été attribué aux vaccins.

Ces chiffres doivent être corrigés sachant que seul 1 cas sur 10 voire 1 cas sur 100 est déclaré.

Parmi les femmes qui ont été suivies pendant 4 ans dans le cadre des essais cliniques il a été constaté trois fois plus de problèmes médicaux sévères que chez les témoins non-vaccinés.

Ajoutons qu'une vaccination à grande échelle diminuera certainement la fréquence des souches vaccinales de ce virus, laissant ainsi la place à d'autres souches, qui pourraient aussi s'associer au cancer.
Le phénomène est observé avec d'autres vaccins dont celui contre les pneumocoques.

Enfin, l'aluminium contenu dans le vaccin peut endommager le système immunitaire. De plus c'est un toxique pour le système nerveux.

Nos recommandations

La situation sanitaire actuelle ne justifie pas l'introduction précipitée de ce vaccin d'autant plus que le dépistage précoce du cancer du col de l'utérus se révèle efficace et reste indispensable. Ce système peut encore être bien amélioré en ciblant mieux les femmes mal habituées à ces examens.

Le message officiel tend à dire aux adolescentes "vous êtes vaccinées donc protégées". Il va à l'encontre de toute la prévention mise en place depuis l'émergence du SIDA envers les maladies sexuellement transmissibles. L'usage du préservatif reste le meilleur moyen de se protéger contre toute maladie sexuellement transmissible dont les virus HPV font partie.

Dans plusieurs pays, des médecins demandent un moratoire sur le vaccin anti-HPV, estimant prématurée sa généralisation dont l'utilité est loin d'être démontrée et les effets secondaires certains.

Notons enfin la démarche de l'Université de Tempere en Finlande qui a entrepris en 2004 une étude de suivi à long terme dont les premiers résultats seront disponibles en 2020.

Entre-temps et en l'absence de données claires, nous invitons à renoncer à cette vaccination.

Groupe médical de réflexion sur les vaccins

Mise à jour : octobre 2008

Téléchargez ce texte en format .pdf

http://www.infovaccins.ch/antiHPV.htm


 

18/09/2009

France : GrippeA/H1N1- Le plan secret pour la justice

Le plan secret pour la justice

«Libération» révèle les mesures de la Chancellerie.

C’est un plan secret, dévoilé aujourd’hui par le Syndicat de la magistrature (SM), documents à l’appui. En cas de pandémie grippale, le gouvernement envisage, en catimini, de bouleverser les règles de fonctionnement de l’institution judiciaire. Juge unique, huis clos, pas de débat contradictoire, prolongation des détentions provisoires… La justice grippée rime avec militarisée. Dans une lettre ouverte à la Garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, communiquée en exclusivité à Libération, le Syndicat dénonce «la volonté de créer une justice d’exception par ordonnances gouvernementales», et «demande expressément» à la ministre «de renoncer à la mise en œuvre d’un tel dispositif liberticide».

Le SM révèle que «des projets de textes modifiant l’organisation et le fonctionnement de la justice ont été transmis dans le plus grand secret aux chefs de cour en juillet 2009» - ainsi qu’aux procureurs généraux. Le premier document communiqué est un texte permettant au gouvernement «d’adapter la procédure pénale» par «voie d’ordonnance en cas de pandémie». Le second est le projet d’ordonnance lui-même, «portant adaptation des règles de procédure pénale et d’organisation judiciaire en cas de crise sanitaire». Il prévoit «de confier toutes les audiences pénales - quelle que soit la nature du délit - à un seul magistrat», et ce«en violation du principe de collégialité», soulignent les magistrats. Il envisage aussi «de remettre en cause la publicité des débats, en prévoyant la possibilité de généraliser le huis clos». Le plan pandémie de la justice enverra aussi les mineurs devant le tribunal correctionnel, contredisant les «principes constitutionnels et internationaux».

Mais l’atteinte aux droits des justiciables est sans précédent aussi pour les gardés à vue et les détenus. Il est prévu de différer la possibilité de «s’entretenir avec un avocat à la 24e heure» - plutôt qu’au début de la garde à vue -, et «de prolonger les délais de détention provisoire de 4 à 6 mois sans audience ni débat devant le juge des libertés et de la détention qui statuerait sur dossier». En outre, «tous les délais de prescription» seraient suspendus. «Ces projets d’ordonnance sont révoltants, s’indigne Emmanuelle Perreux, la présidente du SM. Ce sont des mesures qui relèvent de l’Etat d’exception.» Le SM souligne «la disproportion manifeste entre une situation de pandémie grippale et la gravité des mesures envisagées».

La méthode est aussi critiquée par le SM, qui déplore «l’absence de dialogue» et «l’infantilisation des personnels». Les instances de concertation ad hoc du ministère - le comité d’hygiène et de sécurité, et le comité technique paritaire - n’ont en effet pas été consultées.

 Source : http://www.liberation.fr/societe/0101589457-le-plan-secret-pour-la-justice

Lettre ouverte adressée au Garde des Sceaux par le Syndicat de la Magistrature

http://www.scribd.com/doc/19792958/Lettre-adressee-par-le-Syndicat-de-la-magistrature-au-La-Garde-des-Sceaux-le

Le Plan secret du Ministère de la Justice
Organisation Judiciaire en cas de pandémie

 http://www.scribd.com/doc/19793021/PandemiegrippaleMinistere-de-la-Justice-de-31-juillet-2009

 Syndicat de la Magistrature : http://www.syndicat-magistrature.org/spip.php?article968

16/09/2009

France 24: Le Docteur Marc Girard déclare que le vaccin contre la grippe causera la mort de 60.000 personnes !

Du mercure dans les vaccins !

Ne vous faites pas vacciner !!!!!

France 24: Le Docteur Marc Girard déclare que le vaccin contre la grippe causera la mort de 60.000 personnes !

http://www.youtube.com/watch?v=dXAK_6iZbH0

15/09/2009

Docteur Marc Girard interviewé sur le plan antigrippe

Mardi 15 septembre 2009 
 
La France cède-t-elle à la panique ? Le syndicat de la magistrature a fort mal réagit au plan antigrippe annoncé. Réaction du Docteur Girard.

Docteur Marc Girard interviewé sur le plan antigrippe

http://www.wat.tv/video/docteur-marc-girard-interviewe-1s07f_1ohqs_.html

Interview du médecin expert en pharmacologie le Dr Marc Girard

19:54 - Il y a 1 an Interview du Dr Marc GIRARD pour un documentaire Russe. Le Dr Marc Girard est médecin expert en pharmacologie et a travaillé ces dernières années sur les problèmes liés à l'hormone de croissance ainsi qu'à la vaccination contre l'hépatite B.

http://www.wat.tv/video/interview-medecin-expert-en-1rm6m_1ohqs_.html