Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2010

Un banquier suisse annonce la fin de l'euro


Article placé le 20 mai 2010, par Mecanopolis
Les jeux sont faits ! Les USA avec leurs valets politiques européens ont réussi à nous endetter pour s'accaparer l'Europe, nous coloniser, nous imposer leur dictature et leur Nouvel Ordre Mondial !
Réclamons notre sortie de l'Europe et de l'Euro et reprenons notre souveraineté nationale avant qu'il ne soit trop tard !

 

Dans un incroyable entretien accordé hier au quotidien suisse La Tribune de Genève, Alexandre Wohlwend, patron d’Arabesque Wealth Management, est convaincu que l’euro ne survivra pas à la crise en cours. Mieux que ça, il confirme nos prévisions les plus sombres sur les évènements en cours : pour que la monnaie unique se maintienne, il faudrait aligner au même niveau toutes les économiesdes pays de la zone euro, ce qui est exactement ce que le pouvoir autoritaire européen est en train de mettre en place avec leur mise sous tutelle.

S’exprimant avec une franchise qui tranche avec celles que les milieux de la finance nous ont habitués, M. Wohlwend explique également comment les États-Unis ont planifié et souhaité la création de l’euro, avec la complicité de la Communauté européenne, pour contaminer l’Europe avec leur concept de mondialisation.

Étonnamment, cet entretien n’est pas disponible sur le site internet du quotidien. Nous en plaçons ci-dessous les principaux extraits, ainsi que la reproduction de l’article.

Mecanopolis

TDG19052010

Je considère que la constitution de l’Europe autour de la monnaie unique est un non-sens politique, économique et culturel. L’Histoire à montré que toute monnaie plurinationale est vouée a exploser s’il y a des déséquilibres dans les économies qui la partagent. (…)

L’euro n’échappera pas à la règle car les différences culturelles et économiques en Europe son énormes. La crise grecque n’est que premier symptôme. (…)

Cela pourrait être très rapide. J’estime qu’avant cinq ans les pays européens auront largement commencé à se retirer de la zone euro. (…)

[Le plan de 750 milliards est] une fuite en avant. (…) L’Europe est euphorique car elle est droguée à la dette. Cette solution ne fait qu’augmenter la dose de la drogue en créant encore plus de dettes ! Tout cet argent sera finalement ponctionné auprès des contribuables, ce qui risque d’entrainer une crise sociale importante. (…)

Ce sont les États-Unis qui ont planifié eu souhaité la création de l’euro, avec la complicité de la Communauté européenne, pour « contaminer » l’Europe avec leur concept de mondialisation et de profits maximum à court terme. Le problème, c’est qu’ils ont créé un endettement abyssal et démantelé leur industrie, rapidement imités en cela par les États européens. En outre, depuis qu’ils ont séparé le dollar de l’étalon-d’or, ils ont créé de la monnaie à tout va, jusqu’à faire baisser de 98% la valeur du billet vert par rapport à l’once d’or. Le dollar est lui aussi moribond et la disparition de lui profitera en lui permettant de rester momentanément en vie. (…)

Avec 2200 milliards de dollars que la Chine détient en bons du Trésors américains, chaque chinois possède une créance virtuelle de 15′000 dollars envers les États-Unis. Pour l’instant, il n’est pas dans l’intérêt de la Chine de voir chuter la monnaie américaine ; elle continuera donc à augmenter ses réserves en bons du Trésors, qu’elle finira par utiliser pour acheter des pans entiers de l’industrie américaine. Et fera vraisemblablement de même, dans la foulée, avec les pays occidentaux si ces derniers ne se protègent pas par un retour à leur souveraineté monétaire et territoriale, visant à la reconstruction d’un tissu industriel, seul gagnant d’une stabilité économique à long terme.

Nous recommandons vivement à nos lecteurs l’excellent quotidien suisse La Tribune de Genève

MECANOPOLIS

 

16/05/2010

Invisible Empire (vidéo vostfr)

Article placé le 05 mai 2010, par Spencer Delane (Genève)

dees

Jason Bermas avait précédemment travaillé sur Loose Change. Avec « Invisible Empire », il met au jour les divers mensonges, manipulations, trahisons, décisions politico-financières de l’ombre, ayant pour finalité la mise en place d’un « Nouvel Ordre Mondial ».

1

2

3

 

http://www.mecanopolis.org/?p=16331

4


5

6

7

8

9

10

11

12

 

 

 

L’actualité de la crise: ils ont inventé la crise perpétuelle…

Auteur : François Leclerc |

ILS ONT INVENTE LA CRISE PERPÉTUELLE…

Après la téléconférence des ministres des finances du G7 de la fin de la semaine dernière, présentée de la manière la plus anodine possible après qu’elle ait été révélée de Tokyo, ceux de l’Eurogroupe vont se retrouver une nouvelle fois à Bruxelles lundi matin. Avec une seule question à l’ordre du jour : comment stopper la chute brutale de l’euro, qui a repris ?

Ils vont devoir faire face à une situation paradoxale : les marchés, après s’être inquiétés de l’ampleur des déficits publics et avoir réclamé des mesures énergiques pour les diminuer, craignent maintenant que ces mêmes mesures n’entravent la croissance économique…

Wolfgang Schäuble, le ministre allemand, vient de prévenir dans le Spiegel qu’il va plaider pour la mise en place d’un « programme concerté » de réduction des déficits budgétaires. Angela Merkel a appelé les membres de la zone euro à « mettre de l’ordre dans leurs finances publiques » et à « améliorer leur compétitivité », afin de stabiliser l’euro. Mais les Allemands sont en retard d’un train, une nouvelle fois.

Dénoncer la simple spéculation sans en chercher les raisons, comme ils s’y tentent, sans les combattre, c’est se résoudre à perdre d’avance la bataille qui est désormais engagé à l’échelon supérieur. Exit la Grèce, bonjour l’Europe. Crier au diable ne l’a jamais fait renoncer. C’est lui qui imprime sa marque aux événements, reléguant les gouvernements – à la tête des Etats – dans un rôle subalterne dont ils cherchent à nier l’évidence.

Jean-Claude Trichet, président de la BCE, qui cultive le genre mesuré et ferme, vient de reconnaître que les marchés se trouvent « dans la situation la plus difficile depuis la deuxième guerre mondiale, voire depuis la première (…) Nous avons vécu et vivons des temps véritablement dramatiques » a-t-il poursuivit, révélant que, la semaine dernière, « les marchés ne fonctionnaient plus, c’est presque comme  au moment de la faillite de Lehmann Brothers en septembre 2008″.

A propos du krach boursier intervenu aux Etats-Unis le 6 mai dernier, qu’il a interprété comme un petit avertissement, Ben Bernanke, le président de la Fed, vient à ce même propos de déclarer qu’ »il n’y a pas de possibilité d’éliminer les crises financières, même les plus graves, mais cela ne signifie pas qu’il n’y a aucune occasion significative de réduire les risques et les effets ». Il pourra toujours dire, maintenant, qu’il avait prévu la prochaine, bien qu’il pourrait mieux faire et expliquer comment sortir de l’actuelle.

En attendant, il élève les crises financières au rang de catastrophe naturelle, justifiant l’intervention de l’Etat pour en réparer les débats à sa façon, annonçant que, tout comme les tremblements de terre ou les éruptions volcaniques, nous ne pouvons que les subir sans même savoir les prévoir. Il justifie les sacrifices à venir sur l’autel d’une rigueur qui n’est qu’une croyance travestie. Est-ce bien raisonnable ?

Tirer le bon petit fil rouge met pourtant à portée la résolution de la crise actuelle. Le fil qui a été choisi n’avait d’attaché que la réduction des déficits publics grâce à un mélange de mesures d’austérité et fiscales, que va-t-il réellement offrir au bout? Pourtant, si au cours de cette pêche miraculeuse deux autres fils étaient saisis avec adresse, permettant d’attraper pour les démêler l’inséparable duo formé par la dette privée et publique, soudées dans une relation incestueuse, le gros lot serait en vue.

Lire la suite »

Blog de Paul Jorion


 

La crise la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale

L'économie connaît sa crise la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale, selon Jean-Claude Trichet

Hier, 19h04

AP

Le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, a estimé que l'économie européenne connaissait sa crise la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale, dans une interview à paraître lundi dans l'hebdomadaire allemand "Der Spiegel".

"Il n'y a aucun doute que l'économie se trouve dans la situation la plus difficile depuis la Seconde Guerre mondiale, voire depuis la Première", a affirmé M. Trichet.

"Nous avons vécu et vivons des moments vraiment dramatiques", ajoute-t-il, en établissant un lien entre la crise récente dans la zone euro et la chute de la banque américaine Lehman Brothers en 2008. "Les marchés ne fonctionnaient plus", a-t-il constaté.

M. Trichet a réaffirmé la nécessité d'un contrôle renforcé de la politique financière et économique dans les 16 pays de la zone euro. "Nous avons besoin de structures améliorées, pour éviter et sanctionner les écarts. Nous avons besoin d'une application réelle du contrôle mutuel, nous avons besoin de sanctions réelles pour les accrocs au pacte de stabilité et de croissance", a-t-il dit, ajoutant que les pays européens devaient accélérer la réduction de leurs déficits. "Ils savent ce qui est en jeu."

Le commissaire européen à l'Energie, l'Allemand Günther Öttinger, a également déclaré au quotidien "Tagesspiegel" que les pays utilisant la monnaie unique devaient réduire leurs déficits. "Nous avons gagné du temps avec les décisions de ces derniers jours mais nous n'avons pas encore décidé de l'issue de la bataille", a-t-il lancé. AP

http://vigicitoyen.canalblog.com/archives/2010/05/16/17908808.html

 

 

23/04/2010

N.Farage remet en place l'élu des Bilderberg.

Farage a mille fois raison ! Qui a voté pour le président de l'Europe ?
Une escroquerie de plus dirigée contre les peuples européens !

Ensuite nos dirigeants-dictateurs iront accuser les autres pays de dictature !

 

N.Farage remet en place l'élu des Bilderberg

http://www.youtube.com/watch?v=f_ejUsGem3M&NR=1

La réponse de Van Rompy à Farage ! Bien évidemment il botte en touche et ne répond pas aux questions posées par Farage !

Van Rompuy holds Farage in contempt

http://www.youtube.com/watch?v=R5r9fHdLXeM&feature=fvw