Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2011

Israël : Les Israéliens se révoltent !

Une première à ne pas manquer, et qui se fait sous le silence médiatique en Israël !  Une vidéo et quelques articles à diffuser largement autour de vous.

 

La colère de la rue ne retombe pas
http://www.youtube.com/watch?v=O43FgsNtrPI&feature=player_embedded

 


Infolive.tv - Actualité Israël - Au lendemain du plan présenté par Benyamin Netanyahou pour résoudre la crise du logement en Israël, la colère de la rue ne retombe pas. Lundi soir, plusieurs rassemblements ont encore eu lieu dans les villes de Tel Aviv et Haifa, ou une dizaine de personnes ont été arrêtées après avoir tenté de bloquer le trafic. Dans leur ensemble, les protestataires rejettent les mesures proposées par le premier ministre israélien, estimant qu'elles sont largement insuffisantes. Le plan « accès au logement » prévoit notamment la création de 10.000 chambres étudiantes et la réduction du prix des transports en commun pour les jeunes.

La révolte des tentes à Tel-Aviv

Le Figaro - il y a 4 jours
Israël semble s'être converti au camping estival. ... «Ce n'est pas seulement un mouvement de jeunes, c'est la révolte des classes moyennes», ...

« Révolte des tentes » en Israël contre l'envolée des prix du logementL'Orient-Le Jour
ISRAËL - Ici aussi, les jeunes s'indignent et veulent que ça change Courrier International
Des dizaines de milliers de manifestants à Tel-Aviv contre les ...AFP

Israël: la grogne des "indignés" monte

L'Express - ‎Il y a 10 heures ‎
Les "indignés" investissent un quartier huppé du centre-ville de Tel-Aviv. Des tentes ont été érigées cette semaine par des étudiants. Depuis presque deux semaines, de jeunes Israéliens investissent le boulevard de Rothschild de Tel-Aviv. ...
 

La colère de la rue ne retombe pas.

Infolive.tv - ‎28 juil. 2011‎
Infolive.tv - Actualité Israël - Au lendemain du plan présenté par Benyamin Netanyahou pour résoudre la crise du logement en Israël, la colère de la rue ne retombe pas. Lundi soir, plusieurs rassemblements ont encore eu lieu dans les villes de Tel Aviv ...
 

Peut être la fin de la crise du logement

Infolive.tv - ‎28 juil. 2011‎
Infolive.tv - Actualité Israël - Peut être la fin de la crise du logement en Israël. Ce mardi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis de mettre en oeuvre une "vaste" réforme qui pourrait voir le jour dès la semaine prochaine. ...
 

Israël : manifs contre la hausse du prix de l'immobilier

TF1 - ‎28 juil. 2011‎
Des dizaines de militants de gauche israéliens sont montés jeudi sur le toit du bâtiment de la Bourse de Tel-Aviv dans le cadre du mouvement de protestation de masse déclenché il ya deux semaines contre la hausse des prix des logements, ...
 

Netanyahu lance une réforme du logement pour calmer la rue

nouvelobs.com - ‎26 juil. 2011‎
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis mardi de mettre en oeuvre une réforme du logement la semaine prochaine, décision destinée à apaiser la colère de la rue. /Photo prise le 26 juillet 2011/REUTERS/Ariel Schalit/Pool (c) Reuters ...
 

Les israéliens , en révolte contre le "capitalisme sauvage ...

Le Post (Blog) - ‎28 juil. 2011‎
Ecrasées par l'augmentation constante du coût de la vie résultant d'une économie de marché contrôlée par quelques familles, les classes moyennes en Israël se révoltent et rêvent de l'Etat providence. Lancée en juin via Facebook par le boycottage du ...
 

Netanya : les francophones rejoignent la protestation

Guysen Israel News - ‎28 juil. 2011‎
Des villes de tentes commencent à s'élever à travers tout le pays et des milliers de personnes protestent désormais dans les rues contre la hausse des prix du logement et la passivité du gouvernement. La centrale syndicale nationale, la Histadrout, ...
 

Israël : Des milliers de manifestants réclament le départ de Netanyahu

Parti Anti Sioniste (PAS) - ‎27 juil. 2011‎
Manifestation de dizaines de milliers d'Israéliens contre la cherté de la vie quotidienne et l'augmentation des prix des logements (Tel Aviv, 23/07/11). Des dizaines de milliers d'Israéliens ont manifesté à Tel Aviv, samedi 23 juillet, ...
 

Le PM israélien annonce des réformes radicales pour résoudre la ...

Quotidien du Peuple - ‎27 juil. 2011‎
Dans l'optique d'étouffer l'indignation du public au sujet de la flambée des prix des logements en Israël, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a présenté mardi les grandes lignes de ce qu'il a qualifié de plan "révolutionnaire" visant à ...
 

En Israël, les mouvements de protestation s'amplifient

RFI - ‎27 juil. 2011‎
Un camp de tentes érigé à Tel-Aviv pour manifester contre les prix élevés du logement. Le 18 juillet 2011. Israël a désormais ses « indignés » : depuis une douzaine de jours, des milliers de manifestants ont érigé des tentes dans les grandes villes ...
 
Courrier International - ‎25 juil. 2011‎
Plusieurs dizaines de milliers d'Israéliens ont manifesté dans la soirée du 23 juillet à Tel-Aviv contre l'aggravation des disparités sociales. Lancés depuis quelques semaines par de jeunes étudiants, les mouvements de protestation populaires se ...
 
Le Figaro - ‎25 juil. 2011‎
Des milliers d'Israéliens expriment leur colère face à la flambée des prix de l'immobilier. Israël semble s'être converti au camping estival. Le boulevard Rothschild de Tel-Aviv, l'équivalent des Champs-Élysées locaux, a pris les allures d'un camp de ...
 

Des dizaines de milliers de manifestants à Tel-Aviv contre les ...

AFP - ‎23 juil. 2011‎
TEL-AVIV — Des dizaines de milliers d'Israéliens ont manifesté samedi soir à Tel-Aviv contre le coût élevé de l'habitat et l'aggravation des disparités sociales en Israël, a constaté un correspondant de l'AFP. Arrivés de tout le pays, les manifestants ...
 

Manifestation à Tel Aviv pour le prix du logement

Métro Montréal - ‎23 juil. 2011‎
JÉRUSALEM - Des milliers de personnes ont manifesté samedi dans le centre-ville de Tel Aviv, en Israël, pour protester contre la hausse du prix des maisons, première manifestation importante d'un mouvement demandant qu'une attention soit portée à la ...
 

Au moins 10.000 tel-avivis manifestent contre les prix des logements

L'actu vue par JSS - ‎23 juil. 2011‎
Rédigé par JSS le Jul 23rd, 2011 and filed under Israël, Israël-Territoires Disputés. Vous pouvez suivre les réponses à cet article grâce au RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback à cet article Plus de 10.000 manifestants ont défilé ...
 

« Révolte des tentes » en Israël contre l'envolée des prix du logement

L'Orient-Le Jour - ‎22 juil. 2011‎
Selon certaines estimations, le prix moyen du logement a bondi de 32 % à Tel-Aviv et de 17 % à Jérusalem, en un an. Photo AFP Inflation Victimes d'une vertigineuse hausse des prix du logement, des centaines de jeunes Israéliens ont érigé cette semaine ...
 

ISRAELVALLEY - LA CRISE DU LOGEMENT VA PRENDRE CE WEEK-END UNE ...

IsraelValley - ‎21 juil. 2011‎
News: ISRAELVALLEY SPECIAL - LA CRISE DU LOGEMENT VA PRENDRE CE WEEK-END UNE AMPLEUR INEGALEE : LA RUE ROTHSHILD VA-T-ELLE DEVENIR LA PLACE TAHRIR DE NETANYAHOU ? Tel-Aviv (Israël) – Ce titre est exagéré mais il reflète bien l'atmosphère autour de la ...

Petite banniere 400x50

 

22:37 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, International, Israël - Palestine | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

09/05/2011

La Knesset prive les Arabes israéliens de Nakba

Pendant que l'on nous occupe l'esprit avec BEN LADEN, Israël vote des lois discriminatoires contre les arabes israéliens.

Ils n'ont plus le droit de fêter la Nakba
. Ils en sont au 63e anniversaire de la colonisation de la Palestine par les sionistes.
 
Le 14 mai 1948 est le jour de la création de l'État israélien, mais cette date est commémorée par les Palestiniens comme la Nakba, la catastrophe.

C'est-à-dire que l'Etat Sioniste a le droit de fêter tous les ans, la création de l'état Sioniste, occupant de la Palestine.

 
TRIBUNE

La Knesset prive les Arabes israéliens de Nakba

C'était un serpent de mer du débat public en Israël, resurgissant périodiquement, et l'un des chevaux de bataille d'Avigdor Lieberman au cours de la dernière campagne électorale : la Knesset, le Parlement israélien, a finalement adopté la semaine dernière une loi controversée portant sur la commémoration de la Nakba (renvoyant à la création d'Israël en 1948 et le début de l'exode des Palestiniens) par les citoyens arabes du pays.

La possibilité d'une telle loi avait été régulièrement évoquée ces dernières années, mais les propositions avaient toujours fini par retomber dans un silence embarrassé. Le vote de la semaine dernière, comme les débats et les atermoiements qui l'ont précédé, illustrent les difficultés entourant l'élaboration d'une citoyenneté israélienne partagée surmontant les clivages profonds de la société.

Le projet de loi faisait partie d'un train de réformes voulues par le parti nationaliste d'Avigdor Lieberman, Israel Beytenou. La proposition a été pour le moins froidement accueillie par la presse et les états-majors des partis, à telle enseigne que ses partisans l'ont mise au vote en pleine nuit, à 2h45, alors que la Knesset s'était déjà largement vidée de ses membres.

Sa formulation s'est d'ailleurs vue passablement édulcorée. Le projet initial, qui prévoyait une peine de trois ans d'emprisonnement pour quiconque se prêterait publiquement à des cérémonies commémorant la Nakba, a été retoqué.

La cible : la communauté arabe d'Israël

La formule définitive préfère parler d'amendes infligées aux autorités publiques qui financeraient l'organisation d'événements publics commémorant la Nakba en lieu et place du jour de l'Indépendance. Plus exactement, afin de contourner une probable censure de la Cour suprême pour « discrimination » à l'encontre d'une communauté particulière, le terme de « commémoration de la Nakba » a été habilement remplacé dans le texte final par celui d'« organisation d'une journée de deuil ».

Il n'en reste pas moins que la cible est claire, et que c'est bien la communauté arabe du pays, et sa mémoire particulière, que la loi vise. Il ne semble pas, en effet, que quiconque songe à mettre en place une loi semblable à l'encontre de certaines communautés juives ultra-orthodoxes, qui pourtant se détournent également des festivités du jour de l'Indépendance.

Il n'est pas rare, à Jérusalem, de voir des haredim (juifs ultra-orthodoxes) poursuivre ostensiblement, et parfois bruyamment, leurs activités quotidiennes lorsque le reste du pays se fige pour les minutes de silence du Jour de la Shoah et du Jour du souvenir (qui honore les soldats tombés pour le pays, et plus récemment les victimes d'attentats). Si elle n'est certes pas bien vue par la majorité, cette forme de contestation religieuse des commémorations nationales est toutefois tolérée.

Un certain aménagement des diverses mémoires "juive sioniste, juive religieuse et arabe" et de leur commémoration avait en effet jusqu'ici prévalu. Ainsi, par exemple, les Arabes ne s'émeuvaient pas outre mesure du caractère férié, dans tout le pays, d'un jour comme Tisha BeAv, en souvenir de la destruction du temple, bien que cette journée appartienne au récit national juif, et non au leur.

La tolérance en vigueur jusqu'à présent sur la question s'accommodait bien de manifestations pacifiques, sur lesquelles la majorité fermait les yeux avec le présupposé implicite que les ressorts de la mémoire collective sont trop complexes pour être traités avec la légèreté et l'opportunisme dont ont fait preuve les députés à l'origine de la nouvelle loi.

Le député arabe Talab El-Sana a d'ailleurs un trait d'esprit qui résume finement cette attitude :

« Ce que les Israéliens nous interdisent désormais, les Romains en leur temps ne l'interdisaient pas aux Juifs [en référence à Tisha Be-Av, ndlr], alors qu'ils n'étaient pas réputés être de grands démocrates. »

« La Knesset dresse la population contre les minorités »

La droite nationaliste semble ainsi avoir monté en épingle un problème largement secondaire, qui tient désormais le devant de la scène dans un contexte de grande apathie politique. Pour la députée Meretz (gauche sociale-démocrate) Zehava Gal-On, avec cette loi, « la Knesset dresse la population contre les minorités ».

Le contexte de son adoption d'ailleurs est révélateur de la façon dont une minorité active a pu imposer ses vues. Le vote, dans une Knesset fantôme, a été obtenu à une courte majorité de 37 voix contre 25. De nombreux députés se sont faits porter pâles lors des débats. Seulement trois députés de Kadima (premier parti en nombre de sièges) étaient présents, et les dirigeants des principaux partis avaient opportunément pris la tangente.

Ces éléments tendent à discréditer l'argument d'Alex Miller selon lequel le projet récoltait un large consensus. Mais aucune opposition parlementaire ferme et résolue ne s'est pour autant exprimée, ce qui a permis finalement au texte de passer. Il semble bien plutôt qu'instruction ait été donnée de ne pas contrarier un partenaire de la coalition gouvernementale.

Un risque de fragilisation de l'équilibre communautaire

Ce vote ne semble ainsi pas tant refléter une volonté politique forte exprimant l'état de l'opinion qu'un mélange de lâcheté, d'apathie et d'embarras quant aux relations inter-communautaires.

A terme, il risque cependant de remettre en cause les fragiles équilibres internes du pays, de porter gravement atteinte à sa stature internationale, et d'enfermer une partie des citoyens, la minorité arabe, dans un statut instable, qui n'est finalement défini que dans les marges de la majorité juive.

Les Arabes israéliens semblent ainsi condamnés à accepter le statut que l'on veut bien leur accorder au gré des majorités politiques en place, sans aucune perspective à long terme : ni autonomie communautaire, ni égalité républicaine, mais des arrangements approximatifs sur lesquels ils n'ont guère de prise, perdant jusqu'à la libre maîtrise de leur mémoire après avoir déjà perdue celle du territoire, très inégalement réparti entre les communautés.

 

Gaza: commémoration de la "Nakba"

AP
15/05/2010 | Mise à jour : 13:08

Des milliers de Palestiniens ont manifesté aujourd'hui dans la bande de Gaza pour marquer le 62e anniversaire de la "Nakba", un terme arabe signifiant catastrophe et désignant le début de l'exode des Palestiniens lors de la création d'Israël en 1948.

Les Palestiniens ont manifestés unis samedi, tentant provisoirement de dépasser leurs divergences internes qui opposent les principales factions, le Hamas et le Fatah. Ils ont brandi des drapeaux palestiniens ainsi qu'une clé géante, symbole de leur espoir de retour.

Israël refuse le droit au retour aux Palestiniens, de crainte de voir l'Etat hébreu disparaître. Des centaines de milliers de Palestiniens avaient fui ou avaient été massacrés, chassés de leurs maisons à la suite de la guerre de 1948. On estime à environ 5 millions le nombre de réfugiés palestiniens et leurs descendants au Moyen-Orient.
 
 

Palestine : La nakba : la catastrophe de mai 1948

Pour que nous ne mourions pas idiots sur l'histoire de la colonisation de la Palestine par les sionistes. Que nous sachions ce que représente la Nakba pour les Palestiniens.

Histoire et colonisation de la Palestine >

La nakba : la catastrophe de mai 1948

le 7/5/2007 8:50:00 (5641 lectures)

 Camp réfugié palestinienTract et analyse du CAP de mai 2007.

Le 14 mai 1948 est le jour de la création de l'État israélien , mais cette date est commémorée par les Palestiniens comme la Nakba , la catastrophe.

L'idée initiale selon laquelle la Palestine était une « terre sans peuple pour un peuple sans terre » a constitué l'un des plus grands mensonges de l'histoire et a servi de justification à la politique sioniste de colonisation.

photo : Camp de réfugié palestinien




Cette catastrophe prend d'abord les formes de la légitimité internationale lorsque l'O.N.U. adopte, le 29 novembre 1947, la Résolution 181, instituant la partition de la Palestine, partition refusée par les Palestiniens parce qu'injuste : 56 % du territoire palestinien est attribué aux Juifs, qui constituaient moins du tiers de la population et possédaient jusque-là à peine 7 % des terres.

Cette catastrophe, c'est aussi la destruction, entre 1947 et 1949, de plus de 500 villages palestiniens, dont le plus connu est Deir Yassine, avec ses 250 habitants massacrés par les forces militaires juives.

Cette catastrophe, enfin, c'est 800 000 Palestiniens expulsés de leurs terres sans que leur droit au retour soit encore reconnu dans les faits. Chassés de leurs terres et niés de tous, les réfugiés (environ 5 millions) attendent toujours de retourner chez eux.

La Nakba, comme politique d'anéantissement du peuple palestinien n'a en fait jamais cessé : en témoignent les massacres de Qibia en 1953, l'annexion pure et simple de Jérusalem Est, de Gaza et de la Cisjordanie en 1967, les crimes contre l'humanité dans les camps palestiniens au Liban en 1982, à Jenine en 2002, à Rafah en 2004, à Beit Hanoun en 2006. Depuis septembre 2000, 4700 Palestiniens ont été tués, dont 956 enfants.

La catastrophe continue aujourd'hui . Le vol de la terre se poursuit, notamment en Cisjordanie et au Naqab. L'épuration ethnique est partout une réalité, principalement à Jérusalem, dans le Naqab et dans la Vallée du Jourdain. La répression est quotidienne. Chaque jour, plusieurs dizaines de Palestiniens sont kidnappés et torturés. Il y a déjà 10000 prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes. Outre l'apartheid qu'ils subissent quotidiennement, la pression s'accentue aussi sur les Palestiniens de 48 (ceux qui sont restés chez eux à la création de l'Etat sioniste en 1948). Plusieurs villages ont été détruits et des responsables politiques sont menacés d'expulsion. Et pour gagner du temps et mettre les Palestiniens devant le fait accompli, la politique sioniste se drape d'un discours pacifiste et d'une prétendue volonté de négociation.

Bien sûr, cette stratégie est mise en oeuvre avec la bénédiction et le soutien des Etats-Unis, de l'Europe, de la France et des régimes arabes. Elle s'accompagne d'un chantage à l'antisémitisme afin de bâillonner tout soutien au peuple palestinien.

Depuis la victoire du Hamas aux élections législatives de janvier 2006, cette politique se fait encore plus odieuse : il s'agit d'obtenir la reddition du peuple palestinien en le soumettant à un blocus économique qui le prive de ses ressources financières et des biens de première nécessité. Pourtant, les nouveaux dirigeants politiques et l'ensemble de la résistance ne se sont pas pliés à l'odieux chantage de la dictature coloniale israélienne et des puissances occidentales qui exigeaient la cessation de la résistance armée et la reconnaissance de l'Etat d' Israël, c'est-à-dire de la force occupante qui, elle, n'a jamais reconnu la Palestine.

Bien au contraire, et en dépit des conditions de vie de plus en plus difficiles, le peuple palestinien soutient toujours ses dirigeants qui, dans le cadre du gouvernement d'union nationale, comptent poursuivre la résistance jusqu'à la libération de leur pays. En lançant cette semaine, une centaine de roquettes, le Hamas a voulu signifier à l'occupant sa capacité à mettre l'oeuvre sa stratégie. Israël ne connaît que le langage de la force. Il n'a jamais respecté la trêve conclue en novembre 2006 et a effectué, depuis, près de 596 incursions meurtrières dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, a tué 62 Palestiniens et en a kidnappé 1164. Face à cette politique, les Palestiniens n'ont d'autres choix que celui de la résistance.

Dans cette voie nous faisons confiance au peuple palestinien et à sa capacité de résistance. L'Histoire est de son côté comme elle est du côté de tous les peuples qui résistent.

La défaite américaine au Vietnam n'a pas été obtenue par une résolution de l'ONU mais grâce à la résistance héroïque du peuple vietnamien. Cuba résiste toujours malgré près de 40 ans d'embargo ; Le peuple vénézuélien et le peuple bolivien sont entrés en résistance face à la domination américaine. C'est toute l'Amérique latine, celle des classes populaires, qui peu à peu tient tête aux visées impérialistes des Etats-Unis.

Au Moyen Orient, Israël a été vaincu et éjecté hors du Liban Sud en 2000 par la résistance libanaise. En 2005, l'Etat colonial israélien a été forcé de retirer ses troupes de Gaza. Après avoir subi une seconde défaite cuisante en août 2006, il a été de nouveau contraint à faire machine arrière au Liban. En Irak comme en Afghanistan la résistance ne faiblit pas, bien au contraire, elle inflige des pertes toujours plus grandes à l'ennemi américain et à ses alliés. Une nouvelle déconvenue attend les armées sionistes et impérialistes : c'est la guerre qui se prépare contre le peuple iranien au nom de la lutte contre la prolifération nucléaire alors que l'Etat colonial d'Israël possède plus de 200 têtes nucléaires. Mais cette justification (utilisée pour envahir l'Irak) de la nouvelle guerre qui s'annonce ne doit tromper personne, car s'il devait y avoir désarmement nucléaire il devrait commencer d'abord par les Etats-Unis, Israël et leurs alliés occidentaux.

Aujourd'hui il y a deux voies possibles : il y a celle de la résignation et de la soumission à un ordre mondial injuste et meurtrier et il y a celle de la résistance et de la solidarité entre les peuples. En Palestine occupée, le peuple Palestinien est toujours debout, uni depuis près de soixante ans contre l'infernale machine de guerre coloniale israélienne. Il nous indique la voie à suivre.

Nous, membres du CAP, nous sommes à ses côtés sur ce chemin.

http://www.comiteactionpalestine.org/modules/news/article...

25/04/2011

Jésus-Christ en singe, crucifié et traité de nazi à la TV israélienne

Sans commentaires, n'est-ce pas ?

Publié : le 25/04/2011 par Benji dans Religion

Tout de suite le piss Christ qui a fait polémique en France passe pour un joli conte d’enfant ! Le manque de respect même au nom de l’humour a certaines limites, elles ont été largement dépassées en Israël…


N’imaginons pas faire 1/100ème de ça en France avec les juifs.


La présentatrice télé au singe représentant Jésus sur la croix : « Tu es un nazi, Yeshu (Jésus), tu es un nazi.»


Article trouvé sur fr.sott.net

http://lesmoutonsenrages.wordpress.com/2011/04/25/jesus-c...



Mocking Jesus on Israeli TV - צליבת ישו
The Crucifixion of "Yeshu"

http://www.youtube.com/watch?v=JA6vRC1xW_c&feature=pl...


 

17/04/2011

Gaz « le cumétril » gaz mortel indétectable, Après Haïti .. Israël terrorise l'Iran et les Arabes à «Alkimitril"

Vrai ou faux ?

A vous d'en juger !

Article extrait d'un site d'information en arabe.

http://www.almokhtsar.com/news.php?action=show&id=146866

 

بعد هايتي.. إسرائيل ترعب إيران والعرب بـ"الكيمتريل"

التاريخ: 10/5/1432 الموافق 14-04-2011 | الزيارات: 558
حجم الخط: تكبير | تصغير

المختصر/ يبدو أن مخططات أمريكا وإسرائيل للسيطرة علي الكون دون حروب تقليدية وصلت إلى مراحلها الأخيرة بل وظهرت تقارير صحفية تحذر أيضا من الأسوأ مازال بانتظار البشرية وأن الهدف التالي بعد هايتي سيكون العرب وإيران وكلمة السر في هذا الصدد هي "الكيمتريل". وكان العالم فوجىء في ذروة انشغاله بمواجهة تداعيات كارثة هايتي باتهامات لـ "غاز الكيمتريل" بأنه وراء ما حدث وليس الزلزال المدمر ، كما يعتقد كثيرون .

 ولم يقف الأمر عند ما سبق ، فقد ظهرت تقارير صحفية تحذر أيضا من أن ما شهدته هايتي هو بروفة على حروب المستقبل وخاصة تلك التي ستشنها إسرائيل ضد العرب وإيران وسيتم خلالها التغاضي عن المواجهات العسكرية المباشرة والاستعانة بدلا من ذلك بـ "الكيمتريل" الأكثر "براءة وفتكا في الوقت ذاته". سلاح ذو حدين

المصدر: هلا فلسطين

 

Traduction : Il semble que l'Amérique et les plans israéliens pour dominer l'univers, sans les guerres conventionnelles ont atteint leur phase finale et sembleraient même selon des rapports de presse qui ont également averti que le pire est toujours en attente pour l'humanité et que la prochaine cible après Haïti seront les Arabes et l'Iran et mot de passe à cet égard est le «Alkimitril."

 

Le monde a été surpris à la hauteur de préoccupation pour faire face aux répercussions de la catastrophe en Haïti sous l'inculpation de "Alkimitril gaz" d'être derrière ce qui s'est passé, qui n’est pas un tremblement de terre dévastateur, comme beaucoup le croient.

 

Cela ne s'arrête pas à ce qui précède, il ya eu des rapports de presse qui ont également averti que ce qui est connu en Haïti est une répétition générale pour les guerres futures, en particulier celles que ?Schnha Israël contre les Arabes et l'Iran qui négligeront les affrontements pour diriger l'usage militaire, par ce gaz "Alkimitril" le plus "indétectable et mortel en même temps ". une arme à double tranchant

Source: Hala Palestine

 

Les informations complémentaires :

Ce gaz est à l’origine des séismes, il est particulièrement dévastateur et complètement indétectable à la fois en substance et en lieu.

L’origine des séismes ne peut être identifiée, seul l’effet est constaté.

Aucun ne peut déceler l’origine des séismes.

L’armement nucléaire est dépassé avec le laser spatial  et n’est plus un moyen de guerre et permettra la domination absolue du monde selon les projets.


 

Une autre source :

Édition: après Haïti .. Israël terrorise l'Iran et les Arabes "Alkimitril"