Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/07/2014

Tel-Aviv et Bat Yam touchés par 10 missiles J80 lancés par les factions du "Hamas" ! Le Liban bombarde le nord d' Israël !

Pour suivre en direct ce qui se passe à Gaza et en Israël
 
Le profil de GAZA1 NEWS sur Facebook
https://www.facebook.com/Gaza1News.Officiel/timeline
Les actualités en Arabe et en Anglais
 
Publié hier (mise à jour) 13/07/2014 01:50

289145_345x230.jpg


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
A la télévision israélienne, Israël a déclaré que "les factions armées à Gaza ont fait ce que n'ont pas fait les armées Arabes dans leur ensemble".
Survenue lors d'un entretien sur la deuxième chaîne israélienne suite à la vague de missiles du Hamas à Tel-Aviv, qui a été lancé après les menace d'Al-Qassam de bombarder Tel-Aviv, à 21h00 du soir. L'un des analystes israélien à la télévision d'Israël a déclaré que "le Hamas a fait ce que les armées Arabes et même le Hezbollah n'ont pas osées faire, frapper Tel-Aviv." Les Brigades Al-Qassam ont effectuées leurs menace et ont bombardés Tel-Aviv et Bat Yam.
source:
http://www.maannews.net/arb/ViewDetails.aspx?ID=712478
Photo : {1h50} Israël a déclaré que "le Hamas a réussi à faire ce qu'aucune armée Arabe a fait, frapper Tel-Aviv" !

A la télévision israélienne, Israël a déclaré que "les factions armées à Gaza ont fait ce que n'ont pas fait les armées Arabes dans leur ensemble". 

Survenue lors d'un entretient sur la deuxième chaîne israélienne suite à la vague de missiles du Hamas à Tel-Aviv, qui a été lancé après les menace d'Al-Qassam de bombarder Tel-Aviv, à 21h00 du soir. L'un des analystes israélien à la télévision d'Israël a déclaré que "le Hamas a fait ce que les armées Arabes et même le Hezbollah n'ont pas osées faire, frapper Tel-Aviv." Les Brigades Al-Qassam ont effectuées leurs menace et ont bombardés Tel-Aviv et Bat Yam.
source: http://www.maannews.net/arb/ViewDetails.aspx?ID=712478
{23h35} Le Liban bombarde le nord d'Israël ce samedi soir !
2 missiles tirés du Liban ont frappés le nord d'Israël ce samedi soir, a indiqué l'armée israélienne, ajoutant qu'aucune victime n'a été signalée.
"Deux missiles tirés du Liban
ont atteint des zones inhabitées dans la région de Nahariya," une ville israélienne côtière d'environ 12 kilomètres de la frontière avec le Liban, a déclaré un porte-parole de l'armée sioniste à l'AFP.
Israël a répondu par des tirs d'artillerie visant les postes de tir au Liban. Une source de sécurité libanaise a confirmée à l'AFP qu'au moins un missile a été tiré à environ 22h20 à partir d'une zone située au sud du port de Tyr, une douzaine de kilomètres de la frontière.
source:
http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=712500
 

Israël - Gaza : François Hollande exprime son «inquiétude» à Mahmoud Abbas

Scandaleux !

Quand le sioniste de Hollande, cousin de SARKOZY, l'agent de la CIA et du Mossad,  encourage Israël à engager des représailles à l'encontre du peuple Palestinien et qu'il engage la France en notre nom, cet espèce de criminel !

Y'en a marre que tous ces criminels parlent en notre nom quand nous ne voulons que la paix chez nous, dans le monde, et sortir de la prison de l'Europe nazie !

Il aura fallu le rappeler à l'ordre pour qu'il fasse semblant d'exprimer sa soi-disant inquiétude à Mahmoud Abbas !


Israël - Gaza : François Hollande exprime son «inquiétude» à Mahmoud Abbas

Publié le 10.07.2014, 22h14 | Mise à jour : 23h41

 

ILLUSTRATION. François Hollande au Palais d'Iéna à Paris, le 7 juillet 2014. Alors que dans son propre parti certains lui reprochaient, la veille, des termes trop favorables au gouvernement israélien, François Hollande a fait savoir, jeudi, qu'il s'était entretenu avec Mahmoud Abbas et avait «salué le sens des responsabilités» du chef de l'Autorité palestinienne et ses efforts «pour parvenir à l'apaisement des tensions» autour de Gaza.

ILLUSTRATION. François Hollande au Palais d'Iéna à Paris, le 7 juillet 2014. Alors que dans son propre parti certains lui reprochaient, la veille, des termes trop favorables au gouvernement israélien, François Hollande a fait savoir, jeudi, qu'il s'était entretenu avec Mahmoud Abbas et avait «salué le sens des responsabilités» du chef de l'Autorité palestinienne et ses efforts «pour parvenir à l'apaisement des tensions» autour de Gaza. | AFP / Kenzo Tribouillard

Changement de ton. a contacté par téléphone le de l'autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ce jeudi soir, pour évoquer la situation préoccupante à Gaza. «L'escalade doit cesser», a prôné le président français, une position plus neutre que celle adoptée la veille.

 
Mercredi, François Hollande avait en effet condamné les tirs en provenance de Gaza, jugeant qu'il appartenait au Premier ministre israélien «de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces». 

Au
de l'entretien téléphonique de ce jeudi avec Mahmoud Abbas, François Hollande a cette fois exprimé «son inquiétude» concernant les événements à Gaza, où plus de 80 Palestiniens ont déjà trouvé la mort à la suite de raids israéliens. Le chef de l'Etat français a également «salué le sens des responsabilités» du chef de l'Autorité nationale palestinienne et ses efforts déployés «pour parvenir à l'apaisement des tensions», selon un communiqué de l'Elysée, rendu public en soirée. Appelant à stopper «l'escalade», il n'a pas rompu avec le discours d'apaisement qu'il avait tenu quelques heures plus tôt, lors de sa visite au fort de Pompelle, près de Reims (Marne). 

Dans l'après-midi, François Hollande avait effectivement déclaré que «le seul message que nous devons prononcer, c'est le message du dialogue, de la retenue et de la recherche, autant qu'il est possible, de l'apaisement». 

Quelques voix à gauche avaient contesté la première position de François Hollande
 
Mercredi, les propos de François Hollande avaient suscité une petite polémique. François Hollande avait alors adopté une position davantage favorable à la politique du Premier ministre israélien, soulignant qu'il lui «appartenait» de prendre «toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces». François Hollande avait aussi exprimé «la solidarité» de la France face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza, «condamnant fermement ces agressions».

Suite au communiqué de la présidence, quelques voix à gauche avaient contesté le blanc-seing ainsi délivré par Hollande au gouvernement israélien. «Ce point de vue justifie par avance toutes les opérations militaires (raids aériens et attaques terrestres), particulièrement sur la bande de Gaza, au motif de prévenir le terrorisme», avaient critiqué les écologistes d'Europe Ecologie-Les Verts dans un communiqué.

«En aucun cas, la France ne doit laisser penser qu'elle cautionne les violences ou les représailles militaires. La première conséquence de l'usage disproportionné de la force contre les Palestiniens est la mort de plusieurs dizaines de civils, dont de nombreux enfants. La France doit au contraire clairement condamner toutes les représailles militaires», avaient demandé de leurs côtés les députés socialistes Razzy Hammadi et Alexis Bachelay.
 
 

Communiqué concernant l'entretien avec le Premier ministre israélien du 9 juillet 2014

Communiqué concernant l'entretien avec le président de l'autorité palestinienne, jeudi 10 juillet
 
 
Parallèlement, plusieurs responsables des communautés musulmanes et juives de France s'étaient inquiétés de l'escalade du conflit et avaient appelé le gouvernement français à peser sur la situation.

La France compte les plus importantes communautés juive (500 000 personnes) et musulmane (entre 3,5 et cinq millions) d'Europe.

 
SUR LE MÊME SUJET

09/07/2014

Epître aux « Français de souche » : Vous vous trompez de combat

 
 

Nous avons donc vu dans les précédents articles :

On peut se demander si l'état sioniste d'Israël accepterait de voir un Français se présenter aux élections dans leur pays ? Et bien chez nous ça ne choque personne d'avoir un agent-double supplémentaire à l'assemblée nationale et au gouvernement dont les pions VRP sont choisis et élus par le CRIF et la famille Rothschild !

En revanche que des Algériens ayant la double nationalité aient créé quelques troubles lors de la qualification de l'Algérie au Mondial, là, il faut vite sortir l'artillerie lourde pour réclamer la déchéance de leur nationalité française et faire cesser l'immigration ! Et il faut leur demander de choisir leur patrie !

Ah d'accord et par qui on commence pour les mettre tous dehors ? Parce que bien entendu la fermeture des frontières doit être sélective et ne viser que les arabes/musulmans !

Et si on commençait par mettre dehors les agents-doubles Israélo/français du Gouvernement, de l'assemblée nationale et du Sénat  et que nous demandions la dissolution de la secte sioniste de la Franc-maçonnerie ? 

Dégustez l'article ci-dessous :


Epître aux « Français de souche » : Vous vous trompez de combat

Opinion de chems eddine Chitour

8/07/14 :: 19:48

« Tous ceux qui se croient français se trompent. » Coluche


Un scoop ! Marine Le Pen profite du Mondial pour revenir sur la double nationalité. Lors du Grand Rendez-vous (Europe 1, iTélé, Le Monde) la présidente du Front national, Marine Le Pen, a déclaré, dimanche 29 juin, qu'« il faut maintenant mettre fin à la double nationalité » et « arrêter l'immigration ». Elle s'exprimait en réaction aux incidents qui ont suivi la qualification de l'Algérie pour les huitièmes de finale dans la nuit de jeudi à vendredi. Le journal Le Point, a réalisé un sondage qui montre que 85% des Français sondés sont pour la déchéance.


Eric Zemmour, invité de l'émission « Ça se dispute » estime que les supporters français ne devraient pas soutenir cette équipe. Eric Zemmour partage le même point de vue que Marine Le Pen : Français ou Algérien, il faut choisir sa nationalité. Le chroniqueur de Ça se dispute partage les idées de la présidente du Front national. Comme elle, il a demandé aux supporters de foot franco-algériens de choisir leur patrie.


Pourtant, Eric Zemmour (ndlr: et il n'a pas vraiment une gueule de "souchien", plutôt de dromadaire) est aussi d'une certaine façon un émigré de la deuxième génération, rapatrié en 1961 d'Algérie, ancien indigène avant 1873 et le décret Crémieux qui a fait de lui- le juif berbère comme il le dit- un citoyen du premier collège. Eric Zemmour s'est fait un nom en tirant sur tout ce qui bouge du côté des faibles - les immigrés même de la dixième génération. Il s'obstine à se faire passer pour un plus que Français en rajoutant en étant plus raciste que les Français eux-mêmes.


Cela nous rappelle étrangement aussi le discours sécuritaire de Grenoble du président Sarkozy en août 2010. Pour la première fois, il est fait appel à la notion de déchéance de la nationalité, non pas à des Français, d'une façon indifférenciée, mais pour certaines catégories de Français d'origine immigrés. Cette distinction ouvre le débat sur la notion d'identité française acquise d'une façon provisoire ou définitive. Il est vrai que cette dichotomie du refus de ces éléments allogènes au corps social a toujours existé sous les différents gouvernements. N'est-ce pas en effet, le général de Gaulle qui s'écriait : « (...) Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d'un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. N'est-ce pas aussi le président Mitterrand qui parlait du seuil de tolérance ? Pendant que Jean-Pierre Chevènement traite les jeunes beurs de sauvageons comme aux plus belles heures du langage zoologique dont parle si bien Frantz Fanon. Avec cette proposition de retrait de nationalité, le chef de l'Etat ne fait que reprendre une idée évoquée dans le programme de 2007 du Front national.


Pour rappel, selon l'article 1er de la Constitution française « La République assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion ». Du point de vue du droit, pour Le professeur Guy Carcassonne constitutionnaliste , toute déchéance qui laisserait un individu apatride ou qui serait basée sur le mode d'acquisition de la nationalité serait inconstitutionnelle ! M.Sarkozy s'attaque ainsi à deux principes juridiques considérés comme intangibles : le droit à la nationalité et le refus de toute distinction entre les Français « de souche » et ceux ayant acquis récemment la nationalité. Dans ce discours, une catégorie d'humains est supérieure aux autres. Celle des Français de souche par rapport aux étrangers devenus français le temps d'une NDD- Nationalité à Durée Déterminée- qui peut se transformer au bout d'un temps long en NDI,( Nationalité à Durée Indéterminée) si le citoyen du deuxième collège se tient à carreau avec toujours l'épée de Damoclès au-dessus de sa tête. »(1)


Ces « Fennecs » algériens aux passeports français et algériens


Dans une contribution objective et remarquable Jacques-Marie Bourget a tenu à remettre les choses dans leur contexte s'agissant de la prestation des Fennecs et des conséquences » en France ces Beurs ballotés entre deux mondes la patrie de leur père et celle où ils sont nés Il pointe notamment le deux poids , deux mesures s’agissant des bi-nationaux et rappelle qu’il n’y a pas eu de tollé s’agissant d’autres allogènes qui ont fait les beaux jours de l’équipe de France. Ecoutons le :« (...) Je me souviens de joueurs de foot d'Amérique du Sud, comme Combin et Trézéguet, qui ont naguère porté le maillot coqué. Et personne n'y a trouvé malice. (...) Ces « Fennecs » algériens ont été à l'école communale et laïque, puis la majorité s'est perfectionnée au foot dans les Centres de formation des clubs professionnels français. Et c'est très bien puisque seul le jeu compte. Il a pour lui l'art improvisé, l'invention de l'immédiat, une création qui peut parfois venir de derrière les cerveaux, inimaginable. (...) Quand Kopa marquait pour les tricolores ou le Real, il arrivait dans les corons que des hommes aux visages dessinés à la poussière de charbon brandissent un étendard polonais. Ou Italien si l'auteur du coup au but était Piantoni...(...) les racines sont parfois tenaces, et personne ne vient jeter la pierre aux immigrés russes de Paris ou de Nice qui continuent, valises prêtes, à attendre le retour d'un tsar à Moscou. » (2)


Jacques-Marie Bourget rappelle aussi le traitement spécial d’une autre catégorie de Français : « Qui a protesté, lors des manifs organisées par le Crif, d'une subite floraison de drapeaux bleu et blanc floqués d'une étoile de David ? Je me souviens, puisqu'on évoque des « débordements violents », qu'un commissaire de police parisien a été poignardé un jour de protestation en soutien à Israël par un délinquant qui a pris la fuite vers Tel-Aviv... Les seuls cris, hurlements et protestations, quand on mélange les passeports comme les cartes avant une belote, viennent de ceux qui détestent l'Algérie et, plus largement, les Arabes. Que des Français « pas de souche » se réjouissent de la victoire du pays de leur grand-père est incompréhensible pour un Finkielkraut. Comme il est le plus intelligent de la bande, vous imaginez, qu'à la vision d'un tel spectacle, le cerveau d'un Eric Zemmour ne peut que bouillir dans sa petite marmite crânienne. » (2)


Qu'est-ce qu'un "Français de souche" ?


Le fond de commerce de constitué par la marque déposée : « Français de souche » de Marine Le Pen risque de fondre comme neige au soleil . En effet, on sait que l'un des marqueurs identitaires mis en avant pour discriminer entre les allogènes et les indigènes est l'expression « Français de souche » qui renvoie à une présence beaucoup plus ancienne sur le sol français « Cette expression postule qu'il existe 2 groupes de personnes. Le critère existe, c'est le clivage entre les Nous et les Eux résultant du sentiment d'appartenance : les Nous de souche et les Eux, les allogènes issus de l'immigration.


Nous empruntons à l'Encyclopédie Wikipédia la définition suivante : « Français de souche est une expression courante ou une catégorie statistique controversée désignant, dans son sens le plus communément admis, les personnes de nationalité française n'ayant pas d'ascendance étrangère immédiate et n'étant pas issues de l'immigration récente. Sa définition, en particulier le nombre de générations qu'il faut prendre en compte pour définir cette classe statistique, est variable suivant les études et les auteurs. (...) Le terme est également utilisé pour définir les Français n'ayant pas d'ascendance étrangère récente, par rapport aux personnes d'origine étrangère, issues de l'immigration ou ayant acquis récemment la nationalité française


Pour le géographe Hervé Le Bras, « La notion de « Français de souche » n'existe pas dans le droit français, qui prend en compte les concepts de citoyenneté, de nationalité française, de droit du sol et de droit du sang. Dans son texte « Les Français de souche existent-ils ? » Hervé Le Bras souligne que « la politisation de la question de l'immigration a conduit le Front national à utiliser le terme pour opposer des Français de référence aux Français d'origine étrangère ». (..) L'opinion du géographe Hervé Le Bras étant que les Français « descendent tous d'immigrants à un certain horizon temporel ».(3)


On l’aura compris, cette expression Français de souche se veut exclusive et ne fait pas de place à une autre façon d'être français telle que Français par les services rendus, voire plus importants, s'agissant « Français par le sang versé ». On ne naît pas Français, on le devient. Doit-on le devenir en se dépouillant de son moi originel en s'affranchissant des coutumes, des traditions familiales, voire des impératifs gastronomiques exogènes ? Est-ce que mourir pour la France, c'est être Français par le sang versé ou faut-il encore une autre allégeance ?


La part occultée de l'identité française : l'ascendance arabe de certaines régions de France


Ce petit rappel, là encore à Marine Le Pen sur les origines arabes musulmanes de Français de souche qui étaient là bien avant le XIXe siècle avec l'arrivée massive des Italiens, portugais et des pays de l'Est ? Pour l´islamologue Sadek Sellam, contrairement à ce que l´on affirme, l´installation des Musulmans en France ne date pas du XXe siècle au contraire, elle serait séculaire : « La France avait une relation pluriséculaire avec l´Islam quand elle passa des rapports interétatiques à des contacts directs avec les musulmans. Ce passage eut juste après la mise en application de l´Alliance conclue entre François 1er et Soliman le Magnifique en 1535. En vertu de cet accord, une flotte venue d´Alger débarqua en 1543 à Toulon où des milliers de marins séjournèrent près d´un an pour dissuader les souverains chrétiens coalisés contre la France ». Quand eurent lieu les expulsions des Morisques, ces musulmans restés en Espagne après la chute de Grenade en 1492, Henri IV autorisa l´accueil d´une partie d´entre eux. il laissa une partie de ces exilés riches et instruits s´établir en France où ils introduisirent la céramique et le ver à soie...Le nombre de Morisques restés en France est évalué entre 70.000 et 150.000. Certains sont restés visibles jusqu´à la Première Guerre mondiale. Ces anciens musulmans devinrent pour la plupart protestants et certains catholiques. Installés principalement dans le sud de la France. Ils prirent des noms qui rappellent leurs origines maures (Maurin, Morand...) » (4)


Pour conforter notre plaidoyer, nous donnons aussi la parole à trois auteurs qui témoignent de cela comme étant un fait établi et une richesse pour la France. Pour le géographe Elisée Reclus : « (...) Au midi de la France, ce sont d'autres « rois de la mer », et de race tout à fait étrangère, qui eurent la plus forte part au mélange du sang. Les Sarrasins gardèrent longtemps sur les côtes de la Provence, à la Garde-Freinet, un solide point d'appui et de là purent faire des incursions dans une partie de la France. Au VIIIe siècle, lors de l'invasion des Berbères dits Arabes, ceux-ci avaient pénétré jusque dans la vallée de la Loire : [...] En maints endroits de la France on signale des colonies de Sarrasins. Nombre de familles françaises dans les bassins de la Garonne et du Rhône ne soient issus des Arabes et les noirs d'Afrique. » (5)


Pour sa part, le docteur Gustave Le Bon parle de l'assimilation heureuse avec le temps : « Bien que le séjour des Arabes en France n'ait été constitué que par une série de courtes invasions, ils ont laissé des traces profondes de leur passage dans la langue, et [...] ils en ont laissé également dans le sang. L'ethnologie nous en fournit la preuve, en retrouvant, après tant de siècles, des descendants des Arabes sur plusieurs parties de notre sol. Dans le département de la Creuse, dans les Hautes-Alpes, et notamment dans plusieurs localités situées autour de Montmaure (montagne des Maures), dans le canton de Baignes de même que dans certains villages des Landes, du Roussillon, du Languedoc, du Béarn. » (6)


Enfin, l'historien Jules Michelet va plus loin : « L'élément sémitique, juif et arabe, était fort en Languedoc [au XIIe siècle]. Narbonne avait été longtemps la capitale des Sarrasins en France. Les Juifs étaient innombrables.(..). Ils formaient le lien entre les chrétiens et les mahométans, entre la France et l'Espagne. Les sciences, applicables aux besoins matériels, médecine et mathématiques, étaient l'étude commune aux hommes des trois religions. Montpellier était plus lié avec Salerne et Cordoue qu'avec Rome [...] Ces nobles du Midi étaient des gens d'esprit qui savaient bien la plupart que penser de leur noblesse. Il n'y en avait guère qui, en remontant un peu, ne rencontrassent dans leur généalogie quelque grand-mère sarrasine ou juive. Dans les romans carolingiens, les chevaliers chrétiens épousent sans scrupule leur belle libératrice, la fille du sultan. »(7)


Allogène européen contre allogène maghrébin musulman


Jacques Chirac, parlant de l'Algérie disait qu'un Français sur sept à des racines algériennes, c'est peut-être vrai. Si on compare objectivement les parcours d'un émigré dont les parents et arrière-grands-parents ont donné leur sang et leur sueur pour la grandeur de la France, ont maîtrisé la langue disserté sur Voltaire avec un communautaire qui viendrait des Carpates d'un village reculé de Pologne ou de Hongrie, ou pire encore, ont eu des parents qui ont combattu la France. On est en droit de se demander finalement ce que c'est qu'être français et comment dans le même mouvement, un émigré de la cinquième génération - un paléo magrébin- reste toujours dans l'imaginaire de certains français un émigré, le marquage identitaire est là, il est indélébile.


Comment dans le même temps l'émigré européen cesse d'être étranger et d'être marqué indélébilement. L'identité religieuse - fond rocheux de la fille aînée de l'Eglise - qui, a bien des égards, berce d'une façon invisible la société française serait une explication. L'appartenance réelle ou supposée à la religion chrétienne lui donnerait un avantage décisif et ceci dans un pays laïc et où la République se tient, en théorie, équidistante des spiritualités


De plus il est connu que les problèmes de « promiscuité » ou plus savamment de vivre-ensemble, sont mis en veilleuse en période d'opulence. Ils ne font surface qu'en période de disette, mais aussi d'errance identitaire sous les coups de boutoir d'un néo libéralisme prédateur. Que reste-t-il alors au citoyen lambda comme dernier repère à qui il peut s'accrocher ? Comme responsable de sa débâcle sociale ? Un lointain mythe gaulois, il se sent assiégé comme à Alésia il y a deux mille ans ? Jeanne d'Arc ? Les deux cent fromages et vins qui font la France ? Et le refuge de la religion ?. On va jusqu'à le terroriser en créant un nouveau concept : « Le grand changement » qui postule qu’à terme, la France serait arabe !


A la fin du XIXe siècle, l’étranger montré du doigt c’était l’Italien émigré et des massacres eurent lieu à Aigues Mortes Quel est alors actuellement l'empêcheur de ronronner en rond en se berçant de mythe ? Celui qui mange le pain des Français comme le notait dans un sketch, l’immense Fernand Reynaud ? C'est ce pelé, ce galeux d'où viendraient tous les maux, le mélanoderme, l'Arabe et depuis une vingtaine d'années, le musulman que des médias diabolisent généreusement


En définitive, pour nous être français, c'est un état d'esprit fait de respect pour une histoire, une langue. Ceci dit, encore une fois le fond rocheux chrétien -laïcité ou pas- est une donnée que chaque nouveau arrivant se doit d'intégrer. Dans leur immense majorité, les émigrés veulent vivre avec dignité. Leur culture devrait être perçue comme une richesse par la France.


L’adversaire des Français de base de « souche », n’est pas le basané, le besogneux comme lui qui sue sans et eau pour rester en surface. Son véritable ennemi, c’est le néo-libéralisme prédateur, et la classe politique qui fait son beurre de la détresse des faibles. Les Français se trompent de combat. Ils tombent dans le panneau de la mondialisation laminoir qui leur fait injonction de s’occuper de leur identité comme l’a montré si bien le Rapport Lugano. Pendant ce temps là le Capital prospère. Business as usual !


L'utopique vocable "Français de souche" aura de moins en mois de pertinence dans le futur tant il est vrai que les brassages séculaires auront tendance à créer un melting pot. La provenance originelle a de moins en moins d'importance en regard de l'idée de nation dont, à juste titre, Ernest Renan disait qu’elle devrait être un "plébiscite de tous les jours"


Qui peut dire ce que sera la France en 2100 ? Peut-être que le péril sera jaune au lieu du vert fantasmé ! Ne restera alors que l'humain avec sa valeur ajoutée et l'appartenance première ne sera plus un facteur décisif. Les positions acquises et les hasards de l'histoire des rapines des guerres avec des vaincus et des vainqueurs ont amené aux dérives des races supérieures qui ont fait le lit du nazisme Nous sommes différents des chimpanzés par 2% de notre génome Le génome de chacun est le génome de tous. Dans cinquante ans la biopuce sera le marqueur identitaire neutre, puisqu'elle se base sur des « paramètres » de performance qui ne sont pas liés au sol ou à la naissance. Le darwinisme sera- eugénisme aidant- la norme. Bienvenue dans le monde d’Orwell Mais ceci est une autre histoire.
_____________

1. http://www.legrandsoir.info/Les-amalgames-odieux-de-Sarko...

2.Jacques-Marie Bourget. http://www. legrandsoir.info/ces-fennecs-algeriens-au-passeport-francais.html

3.Français de souche : Encyclopédie Libre Wikipédia

4.Sadek Sellam : La France et ses musulmans. 1895-2005 Fayard.

5.Élisée Reclus : Nouvelle géographie universelle : la terre et les hommes, éd. Hachette, 1881, t. 2, chap. 1 -Vue d'ensemble - Le milieu et la race, Ancêtres de Français

6. Gustave Le Bon : La Civilisation des Arabes (1884),, éd. La Fontaine au Roy, 1990

7. Jules Michelet, Histoire de France, éd. Chamerot, 1861, t. 2, p. 335

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article04/EupuluEZkZsvismPzm.shtml

08/07/2014

Un sioniste israélien élu député en France !

Et voilà, le résultat le travail de sape des traîtres qui aboutit à la mise sous tutelle de l'état sioniste, de la France et du peuple français ! Imaginez si c'était un député musulman ou arabe qui avait élu à députation, le scandale que cela aurait provoqué en France !

Mais là les merdias aux ordres des lobbies sionistes, ce sont bien gardés de nous en faire la publicité ! Pas la peine de chercher où sont les espions du Mossad, nous les avons à l'assemblée nationale !

Un sioniste israélien élu député en France !

Mardi, 11 Juin 2013 [Section :  Communications du PAS]

Commentaires (26)

 

Meyer Habib, vice–président du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Sionistes de France).

Meyer Habib, vice-président du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Sionistes de France), membre du bureau exécutif du non moins sioniste Congrès Juif Européen, et ancien conseiller du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, vient d’être élu ce dimanche 9 juin député de la 8ème circonscription des Français de l’étranger. Celle-ci comprend des pays du pourtour méditerranéen : Chypre, Grèce, Israël, Italie, Malte et Turquie.

L’une des propositions du programme politique de Meyer Habib, qui possède la nationalité israélienne, est pour le moins très étonnante. Il juge en effet important de « transférer l’ambassade de France de Tel Aviv à Jérusalem, capitale de l’Etat d’Israël » (proposition n°13).

Cette proposition est doublement illégale au regard du droit international. D’une part, parce que la résolution 478 du 20/08/1980 du Conseil de Sécurité interdit aux Etats membres de l’ONU d’établir à Jérusalem des missions diplomatiques. D’autre part, les résolutions de 1968, 1980, 1999 et 2000 déclarent « nulle et non avenue » toute décision du gouvernement israélien allant dans le sens d’une modification du caractère et du statut de la ville sainte de Jérusalem, constituant ainsi une violation flagrante de la Convention de Genève.

Par cette proposition, Meyer Habib démontre qu’une fois de plus l’arrogance sioniste n’a aucune limite ! Comment pourrait-il en être autrement, lorsque l’on constate qu’aucune des résolutions promulguées par les instances internationales n’ont eu d’effets sur le processus de sionisation de cette ville trois fois sainte ?

La volonté des différents gouvernements israéliens d’isoler Jérusalem du reste des territoires palestiniens occupés, par des constructions illégales de colonies rendant ainsi toute rétrocession extrêmement difficile, résulte de ce mépris, de cette arrogance du sionisme qui le mènera inexorablement à sa perte.

Quant à l’élection de Meyer Habib, les chiffres parlent d’eux-mêmes et en disent long sur la faiblesse de son programme : seulement 3% des Français de la 8ème circonscription de l’étranger ont voté pour lui…

Parti Anti Sioniste

© www.partiantisioniste.com/communications/1578
 
 
http://www.panamza.com/020714-meyer-habib-le-best-of

L'État d'Israël disposera-t-il d'un siège de député français ?

Voilà comment le traître de SARKOZY, VRP du Nouvel Ordre Mondial a ouvert la boîte de Pandore à ses amis sionistes/francs-maçons, en 2009, en livrant la France aux intérêts des lobbies sionistes  ! Voilà comment ils se sont arrangés pour faire passer des représentants politiques de l'état sioniste d'Israël, du statut à la rigueur, de Consul ou d'ambassadeurs, au statut de députés pouvant ainsi influencer les lois et la politique extérieure de la France. 

L'État d'Israël disposera-t-il d'un siège de député français ?

 

Conformément à la réforme constitutionnelle de 2009, l'Assemblée nationale que nous élirons en juin comptera onze députés représentant les deux millions de Français résidant à l'étranger, dont le vote était précédemment réaffecté à leur circonscription d'origine en France. Leur huitième circonscription couvre l'Italie, Saint-Marin, le Vatican, Grèce, Turquie, Chypre, Malte et Israël, en tout 100 000 électeurs dont un peu plus de la moitié d'Israéliens[1].

 

Cette réforme pose de graves problèmes institutionnels. Il existe un Conseil supérieur des Français de l'étranger, ainsi qu'une Assemblée des Français de l'étranger et ceux-ci élisent déjà douze sénateurs (8 UMP et 4 PS). Or, si le Sénat fédère les intérêts locaux, l'Assemblée nationale incarne une souveraineté nationale indivisible. L'élection de députés catégoriels ne peut que dégrader la représentation de l'intérêt général et affaiblir le Parlement.

 

De fait, certains milieux s'engouffrent dans cette faille. II apparaît en effet une différence de nature entre un Français installé en Italie, aux États-Unis ou au Sénégal et un expatrié en Israël. En dehors des problèmes spécifiques des expatriés, la situation des premiers n'implique pas de position politique particulière, tandis que les seconds ont accompli une démarche liée au nationalisme israélien. On note à cet égard, que les Français expatriés possédant aussi la nationalité de leur pays de résidence, sont 95% en Israël contre 55% en moyenne dans les sept autres pays. En d'autres termes les uns sont des Français résidant à l'étranger, les autres sont des Israéliens d'origine française.

 

Un discours qui éclaire la réforme d'une lumière crue.

 

Vice-présidente (PS) de l'Assemblée des Français de l'étranger, Daphna Poznanski est parmi les candidats actuellement déclarés, la seule qui réside effectivement à l'étranger (en Israël) et affiche une expérience dans le domaine des expatriés. Son blog est presque entièrement consacré à leurs problèmes : validation de l'activité pour la retraite, équivalence des diplômes, obtention de documents d'état-civil, couverture sociale, polémique contre la binationalité ... Elle observe des positions modérées au sujet du conflit israélo-palestinien, préconisant une solution à deux états, qui pour elle, doit être un préalable à une solution fédérale. Elle n'aborde toutefois pas la question des frontières.

 

Avec les trois candidats suivants, on entre dans un autre monde. Ils ne possèdent visiblement aucune expérience en matière d'expatriés pour lesquels ils improvisent des promesses électorales, mais ne cachent pas que le lobbying en faveur de la politique israélienne est leur véritable motivation.

 

Soutenu par l'Union des patrons juifs de France, Edward Amiach s'exprime sans fard dans l'interview qu'il donne sur son blog :

 

"(...) Pour résumer, vous voulez être un lobbyiste à l’Assemblée, même si ce n’est pas dans la tradition française.

 

Je n’ai pas peur du mot : oui, un lobbyiste, mais sous la forme de ce que fait l’AIPAC aux États-Unis. Quand on pense que 85 % des parlementaires américains sont pro-israéliens ! Si nous travaillons comme il faut, nous arriverons peut-être à ce résultat en France dans 50 ans."

 

En dépit des apparences, ce ne sont pas là les nouvelles élucubrations du rédacteur des Protocoles des sages de Sion[2], mais la feuille de route d'un authentique lobbyiste d'Israël. L'impasse au Proche-Orient résultant principalement du soutien inconditionnel apporté à la politique israélienne par un gouvernement américain paralysé par le lobby israélien[3], on se propose un objectif comparable pour la France.

 

Adjoint au maire de Neuilly-sur-Seine, Philippe Karsenty se consacre particulièrement à la presse. Il alimente sur son blog une "Agence de notation des médias" spécialement vigilante en matière de traitement de la politique israélienne. Il s'acharne depuis 2000 sur France2 et son journaliste israélien Charles Enderlin qui a osé imputer la mort du jeune Mohamed Al-Durah aux militaires israéliens. Il se montre déçu par Nicolas Sarkozy avec lequel il a fait un bout de chemin au début de leurs carrières respectives, mais qui n'aligne pas ses actes de Président de la République française sur les positions israéliennes. Plus de six mois avant le scrutin, il affirme que "la plupart des médias" le désignent comme favori.

 

L'épouse de Gil Taïeb est conseillère municipale socialiste de Paris. Il est lui aussi fortement impliqué dans le lobbying israélien. Il pratique depuis longtemps une forme d'action qui sous une couverture caritative, soutient la politique israélienne (collecter des fonds en France en faveur des nécessiteux israéliens, ceux-ci pouvant être les soldats). Son comité de soutien est presque exclusivement israélien : ministres, militaires, maires, ainsi que Michel Boujenah et Rika Zaraï. Il reproche au Ministère des Affaires étrangères français d'avoir critiqué les récentes colonisations en Cisjordanie et incrimine dans une lettre ouverte au Président de la République, le vote français favorable à l'admission de la Palestine à l'UNESCO.

 

"Alors qu’Israël est attaqué et que des milliers d’Israéliens subissent les tirs des terroristes de la bande de Gaza, l’UNESCO vient d’accueillir les palestiniens en son sein et reconnait la Palestine.
Quelle leçon donnée par le monde !!!
La souffrance juive n’intéresse personne ! (...)"

 

Il se plaint en des termes d'un sentimentalisme affecté de ce que lors de sa récente visite en Israël, Bertrand Delanoë n'ait pas réservé l'exclusivité à l'État juif, mais ait également rencontré les représentants de l'Autorité palestinienne.

 

"Israël ne mérite t-il donc pas une visite exclusive ?
Israël n’aurait il pas le droit à un bonheur entier et non partagé ?
Les israéliens se doivent-ils toujours d’être aimés en silence ?
Monsieur Bertrand Delanoë, l’amitié a besoin parfois d’exclusivité et de courage, ne l’oubliez pas et revenez visiter Israël et sa capitale Jérusalem."

 

 Le Maire de Paris apparaît pourtant comme un soutien de la politique israélienne, mais ces militants semblent réincarner les staliniens de jadis : un compagnon de route est tenu d'obéir sans état d'âme ni égard pour sa propre fonction politique.

 

 Ancienne représentante en France de l’American Jewish Committee, l'une des principales officines américaines de lobbying israélien, Valérie Hoffenberg est la candidate de l'UMP. Elle contraste avec le discours sans retenue des trois précédents. Elle s'efforce de convaincre son public juif qu'en dépit des critiques que lui valent certaines positions françaises, le Président Sarkozy est bien un ami d'Israël. Elle déplore toutefois le vote français en faveur de l'admission de la Palestine à l'UNESCO.

 

 

L'envahissant lobby israélien

 

En résumé, cette réforme semble devoir aboutir à une officialisation du lobbying israélien. La République française offre un siège de député à un état en guerre dont la vision raciale et l'agressivité régionale se sont dramatiquement exacerbées depuis un an, pour lequel le soutien occidental constitue un enjeu vital et trois candidats sur cinq s'affirment d'emblée déterminés à utiliser la fonction élective qu'ils briguent, comme levier pour contrôler depuis l'étranger, la politique extérieure française.

 

 Selon l'Agence juive, la population juive française compterait près de 500 000 personnes[4] ce qui en ferait la troisième population juive du monde, loin derrière Israël (5,5 millions) et les USA (5,3 millions). D'où les efforts considérables de propagande. On a vu ces derniers mois, les thèmes idéologiques comme délégitimation et autres nature juive de l'état se succéder à rythme croissant sous la plume des philosophes maison et autres agents d'influence. Pour résumer, toute critique à l'égard de la colonisation des territoires occupés aboutirait à "délégitimer" l'État d'Israël et on exige que les nations s'engagent sur sa nature "juive", comme si la Communauté internationale devait avaliser le caractère essentiel de son expansionnisme aux dépends des Palestiniens et ses visions raciales.

 

 Depuis que le Président de l'Autorité palestinienne a posé la candidature à l'ONU, c'est le thème de "l'inexistence du Peuple palestinien" qui est agité. Les Palestiniens ne seraient que des gens accourus récemment en Palestine pour ramasser les miettes de la créativité juive comme l'affirme un livre dont le CRIF assure la promotion.

 

 Ceci d'autant plus que dans le même temps, s'enflamme en France un débat récurrent relatif au vote des résidents étrangers dans nos élections locales, que l'UMP rejette en invoquant des dangers subliminaux.

 

 

 

[1] Ce billet s'inspire de la matière fournie par Daniel Horowitz il y a environ une semaine

 

[2] Les Protocoles des sages de Sion sont un faux antisémite rédigé sans doute au tout début du XXe siècle. Ils simulent un ensemble d'instructions émanant d'une autorité juive clandestine et visant dans chaque pays à la corruption des élites afin d'asseoir la suprématie juive sur le monde.

 

[3] Dans Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine, (2007, Édition La découverte) John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt détaillent les moyens mis en œuvre pour aligner la politique américaine sur les impératifs israéliens.

 

[4] La population concernée par ce décompte est composite et sujette à interprétation. Lire La population juive de France : socio-démographie et identité, Doris Bensimon, Sergio Della Pergola, 1984, CNRS/Université hébraïque de Jérusalem

http://blogs.mediapart.fr/blog/berjac/131211/letat-disrael-disposera-t-il-dun-siege-de-depute-francais