Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2015

« Le problème au Moyen-Orient tient aux origines de l’État d’Israël »

Des révoltes arabes aux risques et enjeux des troubles qui secouent la Syrie, l’enrôlement du Canada dans la politique hégémonique américaine, les jeux russe et onusien, sans pour autant oublier la place de l’Afrique dans ce nouvel échiquier, des questions brûlantes que La Nouvelle République a abordées avec Richard Le Hir, ex-député du Parti québécois d’Iberville en 1994 et ministre délégué à la Restructuration dans le cabinet Parizeau du 26 septembre 1994 au 9 novembre 1995.

***

La Nouvelle République : Révoltes ou révolutions, spontanéité des masses ou complot de l’Occident, décidément, les avis sont partagés pour qualifier ce qui se passe dans le monde arabe. Quelle est votre opinion à ce propos ?

Richard Le Hir : N’étant pas sur le terrain, je suis entièrement dépendant des médias pour mon information, tant les médias traditionnels que les sites alternatifs. La vision qu’un observateur étranger peut donc dégager de ce qui se passe dans le monde arabe est nécessairement partielle, et le risque existe qu’elle soit de ce fait partiale. Voilà de quoi inciter à la plus grande prudence. Si les avis sont si partagés, c’est sans doute qu’il n’est pas possible de traiter toutes les situations sur le même pied. Pour peu qu’on fasse l’effort de s’informer, on voit bien qu’entre ce qui s’est passé en Egypte, en Tunisie, en Libye et au Yémen ou ce qui est en train de se passer en Syrie, il y a un monde de différences.

Si une mauvaise conjoncture économique constitue toujours un terreau fertile pour l’expression d’un sentiment de révolte, les excès d’un pouvoir corrompu et loin du peuple pourront jouer un rôle important d’accélérant, comme l’huile jetée sur le feu. Et il y aura toujours des opportunistes à l’intérieur ou à l’étranger pour chercher à profiter de la situation à des fins d’enrichissement personnel ou à des fins politiques.

Cela dit, il ne fait aucun doute dans mon esprit que des intérêts étrangers au monde arabe sont en train d’exploiter à des fins politiques l’instabilité qui y règne, soit pour consolider des positions existantes, soit pour modifier durablement en leur faveur l’équilibre des forces. Ces intérêts étrangers sont assez faciles à identifier, il s’agit essentiellement des Etats-Unis et d’Israël qui traînent dans leur sillage les vassaux européens de l’Amérique, à commencer par la France et le Royaume-Uni.

Vu leur vulnérabilité économique et politique, les pays arabes sont des proies toutes désignées, et le risque qu’ils soient récupérés est très élevé. Mais comme l’Amérique n’a désormais plus les moyens de ses ambitions hégémoniques, le désenchantement chez les récupérés sera très rapide et l’instabilité n’y fera que s’amplifier.

Quelle analyse faites-vous de la crise que traverse la Syrie ?

Ce qui est particulièrement frappant, c’est le fossé entre ce que rapportent les médias officiels étrangers et les comptes-rendus des sources d’information non alignées sur le terrain. Le fait que Bachar Al-Assad tienne encore solidement les rênes du pouvoir constitue pour moi une indication très claire que la menace vient davantage de l’extérieur que de l’intérieur et qu’elle est téléguidée comme l’était la tentative de renversement du régime iranien en 2009 lors de la pseudo Révolution verte.

Il ne faut donc pas se surprendre de retrouver dans le camp de la révolution syrienne l’intellectuel français et de moins en moins philosophe Bernard-Henri Lévy, qui n’avait pas hésité à jeter tout son poids médiatique derrière la révolution avortée en Iran et qu’on a vu se démener avec toute la force de son impressionnant carnet de contacts en Libye récemment. On sait maintenant grâce à Bernard-Henri Lévy lui-même que « c’est en tant que juif » qu’il a « participé à l’aventure politique en Libye ». Lors de la première Convention nationale organisé par le Conseil représentation des organisations juives de France (CRIF), il a en effet précisé : « Je ne l’aurais pas fait si je n’étais pas juif. J’ai porté en étendard ma fidélité à mon nom et ma fidélité au sionisme et à Israël ». La question se pose maintenant de savoir si la fidélité de Lévy au sionisme et à Israël l’emporte sur la fidélité qu’il doit à la France en tant que citoyen français. C’est une question que les Français devraient se poser, et je suis surpris de voir qu’ils ne soient pas nombreux à le faire. La facilité avec laquelle il est parvenu à entraîner la France dans le renversement de Kadhafi par la force est un témoignage éloquent du délitement de la diplomatie française sous Sarkozy et de sa mise au service des intérêts des Etats-Unis, d’Israël et, accessoirement, de certains oligarques du pétrole proches de Sarkozy, notamment le Canadien Paul Desmarais.

L’effondrement diplomatique de la France est une mauvaise nouvelle pour Bachar Al-Assad qui ne peut plus compter désormais que sur le soutien de l’Iran, de la Russie et de la Chine. Quant aux Syriens eux-mêmes, il ne fait pas de doute qu’une certaine faction aspire à un renversement du pouvoir en place, mais cette faction n’a ni l’importance numérique que lui attribuent les médias occidentaux, ni une large base de soutien populaire, ni le degré de radicalisme requis pour faire une révolution, et elle ne voit pas que ses espoirs sont alimentés par une force en déclin qui, le moment venu, ne serait pas capable de tenir ses promesses en raison de la précarité de sa situation économique et ses propres problèmes.

Autrement dit, il y a en Syrie à l’heure actuelle des tas de gens qui sont manipulés et qui meurent pour rien d’autre que la promotion d’intérêts étrangers.

En tant que Canadien, comment expliquez-vous la participation de votre pays à ces guerres dites « humanitaires », notamment en Libye, alors que vous dites : « Il fut un temps où le Canada était perçu comme une force de paix dans le monde » ?

Les étrangers doivent comprendre que la politique qui est actuellement celle du gouvernement canadien va à l’encontre de sa propre tradition depuis la Seconde Guerre Mondiale et qu’elle ne constitue en rien un reflet de la volonté populaire. Pour dire le vrai, l’opinion publique canadienne était beaucoup plus à l’aise avec l’image de son armée en contingent important des forces de maintien de la paix de l’ONU, les Casques bleus, qu’avec celle de baroudeurs en Afghanistan et plus récemment au commandement des forces de l’OTAN en Libye. Le parti actuellement au pouvoir n’a remporté que 37,5 % des voix aux élections générales du 2 mai dernier. Il représente surtout l’ouest du pays et la province de l’Alberta où les intérêts pétroliers américains sont très présents et très influents. C’est cette influence qui explique en grande partie l’alignement de la politique étrangère canadienne sur celle des Etats-Unis, alors qu’en 2002, le Canada, alors dirigé par un autre parti aux assises dans l’est du pays, avait, comme la France de Chirac, refusé de s’engager aux côtés des Etats-Unis dans la guerre en Irak.

Le gouvernement canadien s’apprête à signer un traité de coopération militaire avec Israël, dans quel intérêt stratégique peut-on placer cet accord ?

Depuis l’annonce de la conclusion imminente de cet accord à la mi-novembre par les ministres de la Défense des deux pays à Ottawa, aucune autre nouvelle n’a filtré, sans doute parce que le gouvernement en place au Canada est très conscient de la surprise et de la réaction défavorable qu’elle a causées. Le nouveau gouvernement n’ayant tenu aucun débat sur ses orientations en matière de politique étrangère depuis sa première élection comme gouvernement minoritaire en 2006, les Canadiens n’ont guère d’autre choix que de voir dans la conclusion de cet accord avec Israël un autre signe de sa soumission totale aux objectifs américains. Il n’existe, en effet, pour le Canada aucune autre justification stratégique au soutien d’Israël que celle de l’alignement avec les politiques américaines, et cet alignement est d’autant plus surprenant et incompréhensible qu’il coïncide avec le commencement de la fin de l’hégémonie américaine.

Certains observateurs avancent qu’en cas d’escalade américaine et européenne contre Damas, la région risque un embrasement, voire même une troisième guerre mondiale. Etes-vous de cet avis ?

Le risque d’une troisième guerre mondiale est réel. Quant à savoir si la situation en Syrie en sera l’élément déclencheur, c’est une autre affaire. Il n’y a pas de doute que cette hypothèse ne peut être exclue, mais une « provocation » iranienne pourrait tout aussi bien servir de prétexte. L’Amérique ne sait que trop bien que la crise économique mondiale engendrée par ses excès menace au premier chef son hégémonie, et c’est au principal conseiller économique du président Obama pendant la première partie de son mandat Larry Summers, également ancien recteur de Harvard et secrétaire au Trésor sous le président Clinton, que revient le mérite d’avoir le premier évoqué la perspective du déclin de l’influence américaine en posant la question dans des termes on ne peut plus clairs : « Pendant combien de temps le plus gros emprunteur au monde peut-il demeurer la première puissance mondiale ? » Et la réponse est évidemment : pas très longtemps.

Alors, le danger devant l’imminence de ce déclin est que l’Amérique soit tentée par une dernière démonstration de puissance pour infléchir durablement la situation au Moyen-Orient dans le sens de ses intérêts et de ceux d’Israël, dans une sorte de fuite en avant pendant qu’elle dispose encore des moyens d’agir. Cette perspective soulève des inquiétudes jusque dans les milieux américains du renseignement. Encore ces jours-ci, un ancien analyste de la CIA, Ray McGovern, mettait ses compatriotes en garde contre l’idée d’ouvrir les hostilités contre l’Iran dans l’espoir de sécuriser Israël, en les prévenant qu’il pourrait s’agir de « la plus grosse erreur du siècle ».

Ce commentaire rejoint un autre que je faisais moi-même il y a un peu plus d’un an dans le cadre d’un article pour la tribune libre du site d’information Vigile.net au Québec :

« Le problème [au Moyen-Orient] tient aux origines de l’Etat d’Israël. Et je prends bien soin de faire une distinction entre Israël et l’Etat d’Israël. Si les origines du premier remontent avant Jésus-Christ, les origines du second remontent à 1948. Le premier a un fondement religieux et historique et le second un fondement strictement politique. Or les juifs agissent comme si tout cela était confondu et ne veulent pas accepter que la distinction réelle qui existe entre les deux, comporte en elle les germes de la précarité. Refusant de reconnaître et d’accepter cette précarité, ils souhaitent la transformer en sécurité. Je les comprends. Mais plus ils cherchent à gagner de la sécurité, plus ils augmentent leur précarité ».

Après avoir augmenté la pression, notamment à travers les déclarations de Medvedev et en positionnant leur porte-avions Amiral Kouznetsov au large des côtes syriennes, les Russes viennent de proposer une nouvelle mouture pour une éventuelle résolution du Conseil de sécurité. Doit-on considérer cela comme une concession, un fléchissement de la position russe ou une simple manœuvre pour tromper l’Occident, sans toutefois concéder aux Occidentaux une résolution à même de servir de tremplin à une agression militaire ?

Il y a dans toutes ces manœuvres de la Russie, outre le souci de laisser savoir aux Etats-Unis, à l’Europe et à Israël qu’elle ne laissera pas cette question se régler « à la libyenne », le désir manifeste de gagner du temps dans l’espoir que ce temps permettra aux parties impliquées de prendre pleinement conscience des enjeux et des risques qui seraient associés au renversement du régime syrien. Je constate que lors des manœuvres militaires que les Iraniens ont récemment tenues dans le golfe d’Ormuz, la presse iranienne a pris la peine de souligner la présence d’une délégation militaire syrienne de haut niveau aux côtés des délégations russe et chinoise. Le message est on ne peut plus limpide : « Touche pas à mon pote ! »

Est-ce que la Russie a les moyens d’aider la Syrie à faire face, dans les prochains mois, aux embargos technologiques et économiques dont les Euro-Américains veulent accabler le pays ?

Les embargos annoncés par le président Obama sont surtout d’ordre financier et visent à nuire essentiellement à l’économie iranienne. Mais en même temps qu’ils cherchent à nuire à l’économie iranienne, les Américains doivent faire attention à ne pas se pénaliser eux-mêmes, et comme la principale source de revenus de l’Iran est le pétrole et que le pétrole iranien se négocie ouvertement sur le marché mondial, les Américains sont limités dans leur action. La dernière chose dont ils auraient besoin en ce moment compte tenu de l’état de leur économie est une flambée des cours du pétrole. Il faut aussi garder à l’esprit que ce sont les Etats-Unis et ses alliés qui mettent en place cet embargo et non la communauté internationale par le truchement de l’ONU, ce qui va en limiter singulièrement la portée, même si la propagande prétendra le contraire.

Certaines parties accusent Israël de jouer un rôle dans les événements en Syrie dans le cadre d’un agenda étranger bien défini. Serait-il dans l’intérêt d’Israël que la Syrie soit déstabilisée avec un changement de régime ou au contraire cela risque de constituer une nouvelle menace comme tiennent à l’affirmer certains observateurs ?

Pour répondre à cette question, certaines distinctions s’imposent. Pour des raisons dont j’ai parlé plus haut, il existe une confusion entre les ambitions sionistes et les intérêts de l’Etat d’Israël. A l’heure actuelle, les ambitions sionistes menacent les intérêts de l’Etat d’Israël et compromettent même ses chances de survie. Si les sionistes veulent effectivement déstabiliser la Syrie, cela ne correspond aux intérêts de l’Etat d’Israël, et c’est celui-ci qui risque d’en pâtir, car l’instabilité qui s’installerait en Syrie serait à moyen et long terme plus dangereuse pour la survie de l’Etat d’Israël que le maintien du régime actuel, si tant est que des gains à court terme pourraient même être possibles, ce qui n’est pas du tout évident.

Récemment, Ban Ki-moon a déclaré à propos de la situation en Syrie : « Cela ne peut plus durer. Au nom de l’humanité, il est temps pour la communauté internationale d’agir ! » Serait-ce là un feu vert pour une intervention militaire comme en Libye ?

Le secrétaire général Ban Ki-moon a une conception bien étriquée de l’humanité pour croire qu’il s’exprime ainsi en son nom. En premier lieu, il est loin d’être acquis que la communauté internationale partage son point de vue qui est essentiellement celui des Etats-Unis et de ses alliés. Et les conditions politiques actuelles ne sont pas du tout réunies pour une mission « humanitaire » de l’ONU. En fait, nous assistons plutôt en ce moment à une ré-émergence de la politique des blocs, comme au temps de la guerre froide entre les années 1950 et 1990. Si une intervention militaire devait avoir lieu — et je la perçois de moins en moins comme une possibilité —, il faudrait qu’elle soit lancée à l’initiative de l’OTAN, une hypothèse peu vraisemblable dans la foulée immédiate de l’opération en Libye qui commence à soulever bien des interrogations dans les pays participants.

Ne serait-ce qu’au Canada, certains critiques sont même allés jusqu’à accuser le commandant en chef des forces de l’OTAN dans l’opération libyenne, le lieutenant-général Charles Bouchard, un de nos compatriotes, de crimes de guerre ! Dans les événements qui secouent l’Afrique et le monde arabe, on assiste à un grand jeu des puissances occidentales et des affrontements feutrés entre elles ; quels seraient d’après-vous les logiques stratégiques qui visent à remodeler l’Afrique, le Proche et le Moyen-Orient ?

Si encore il ne s’agissait que des puissances occidentales, la situation répondrait à des modèles connus comme l’impérialisme, le colonialisme, le postcolonialisme ou le clientélisme. Mais avec l’émergence de la Chine comme puissance mondiale, la situation s’est singulièrement compliquée. Et si, par surcroît, ma théorie de la ré-émergence des blocs se confirme, l’Afrique va se retrouver au cœur d’une partie d’échecs à trois dimensions, mais il est encore trop tôt pour prévoir comment cette partie va se jouer.

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et Israël ont décidé d’étendre leurs aires d’influence sur le continent africain. L’Afrique ne serait-elle pas en passe de devenir l’un des principaux terrains du « choc des civilisations » ? Quel avenir pour l’Afrique dans ces conditions ?

Quelles que soient les visées de ces pays en Afrique, ils risquent d’avoir de grandes surprises. Si leur perception de l’Afrique n’a pas beaucoup évolué, ils vont découvrir assez rapidement que la perception que les Africains ont de l’Afrique a grandement évolué et qu’ils n’accepteront plus encore très longtemps de la voir servir de ballon de football pour qui que ce soit.

Entretien réalisé par Chérif Abdedaïm

Source: http://www.lnr-dz.com/index.php?page=details&id=8837

source: http://vigile.net/Le-probleme-au-Moyen-Orient-tient

28/11/2015

Gaza : Musique de Guerre

Admirables de courage tous ces enfants, dans un contexte de guerre permanente !

Gaza : Musique de Guerre

13 oct. 2015, 13:36

RT va visiter une école de musique à Gaza, au moment où les élèves préparent le concert de fin d’année.
 
Bien qu’impuissante à faire reculer la violence, la musique leur permet tout de même de garder l’espoir qu’un jour ce conflit prenne fin.Même si Gaza est une zone de conflit, il faut bien que la vie quotidienne de ses habitants continue. Pour de nombreux enfants qui ont grandi dans un climat de violence dès leur plus jeune âge, la musique est devenue une importante source de réconfort.
 
RT va visiter une école de musique à Gaza au moment où les élèves préparent le concert de fin d’année. Leur expérience de la guerre les unit tout comme leur passion pour la musique. Ils ont survécu aux destructions, enduré l’horreur des bombardements et vu la mort de près. Certains l’ont regardée en face. Bien qu’impuissante à faire reculer la violence, la musique leur permet même de garder l’espoir qu’un jour ce conflit prendra fin.
 

Syrie : Hollande n’a pas fait le poids devant Poutine ! Coopération franco/russe ? Du pipeau pour endormir les moutons !

En effet, comment croire à une coopération franco/russe dans le combat contre les mercenaires de l'EI/Daesh, en Syrie, quand déjà la France a donné un coup de poignard dans le dos à Poutine, en s'alliant à Israël pour lancer une nouvelle guerre en Irak et en Syrie, et que Hollande et Fabius continuent à évoquer comme priorité le départ d'Assad ce à quoi la Russie s'oppose fermement et qu'elle n'a de cesse de répéter !

Tout cela ne relève que d'une simple illusion et d'un film Hollywoodien pour endormir les moutons !

Hollande n’a pas fait le poids devant Poutine !

Nous avons assisté aux différentes allocutions et explications présentées par Hollande et Poutine lors de leur rencontre à Moscou.

Il n’est pas question pour nous de tomber dans la béatitude dont certains médias français et belges ont fait preuve à l’égard de Hollande, suite à cette entrevue.

Certains des commentateurs n’ont pas joué heureusement, à l’encensoir du Président français. Nous prenons l’exemple de Natacha Polony qui a fait du vrai journalisme, et qui ose dire les vérités. On devrait beaucoup plus écouter cette femme qui est une grande professionnelle.

Certaines chaînes d’informations françaises que nous ne citerons pas, ont mis deux heures pour soi-disant «décrypter» les échanges et les décisions en embellissant très fortement la position de François Hollande.

Comme si les citoyens n’étaient pas capables de tirer eux-mêmes les conclusions. Honte à certains journalistes de prendre les gens pour des demeurés.

Un croiseur russe au large de la Syrie, prêt à neutraliser toute menace

Un croiseur russe au large de la Syrie, prêt à neutraliser toute menace

En réalité Hollande s’est piégé lui-même, s’arc-boutant sur « Nous ne voulons plus du méchant Bachar Al-Assad », et le sempiternel « il y a de bons rebelles » qu’on ne peut pas frapper.

Il s’est tellement répété à ce sujet qu’il en était pathétique. Un petit garçon, jouant dans un bac à sable et ne voulant pas lâcher son jouet.

Poutine a été d’une clarté extrême. Lui, c’est un vrai stratège et nous le sentons bien qui ne fera pas de quartier et ne se repliera pas dans un angélisme dégoulinant.

Nous résumons.

Les deux présidents se sont révélés être aux antipodes l’un de l’autre, avec de très légères nuances.

Le Président Russe est d’accord pour un échange d’informations entre la Coalition et les militaires russes, mais il n’y aura pas de commandement unifié.

Autrement dit, s’il est possible que l’aviation russe se concentre un peu plus sur Daesh, il n’est pas question d’interrompre ses frappes sur tous les terroristes. Vladimir Poutine ne fera pas de distinction entre bons et mauvais rebelles.

Il ne faut surtout pas oublier que les Russes en sont à plusieurs centaines de frappes par semaine et en deux mois ont réalisé beaucoup plus de sorties et de destructions que la fausse coalition en 15 mois.

Il est revenu sur la traîtrise des Turcs qui ont abattu un de ses avions. Plusieurs sources ont confirmé que l’avion était dans le ciel syrien et qu’il n’y a pas eu de sommation.

Poutine a d’ailleurs expliqué clairement que son armée avait mis en place des batteries de missiles S-400 sol-air en Syrie. A la question des journalistes s’étonnant de la présence de ces armes de très longue portée, Vladimir Poutine a répondu qu’il répliquerait à toute attaque de qui que ce soit.

Nous avons compris qu’il visait les Turcs.

Suite à la question de journalistes, concernant la destruction par l’aviation d’un convoi de camions turcs qui s’acheminait en Syrie, Poutine a expliqué qu’il a fait détruire ce convoi puisque personne ne l’avait informé qu’un convoi humanitaire était prévu. C’est d’une logique implacable, car si ce n’est pas annoncé, il s’agit d’un convoi d’armes et de munitions.

Il a confirmé que la zone où s’était crashé son avion, avait été « nettoyée ».

C’était un avertissement très clair pour les Turcs :  Vladimir Poutine ne laissera rien passer.

La conclusion est simple, tenant compte de l’attitude de Barack Obama qu’il avait rencontré en début de semaine et devant la réalité des positions dures, à juste titre, de Poutine, Hollande s’en retourne avec un résultat proche de zéro.

C’est normal, on ne s’improvise pas « joueur d’échec géopolitique ». Tenir ses positions sur Bachar Al-Assad est une faute lourde de conséquence pour le futur de la Syrie.

Car le règlement politique de cette affaire, contrairement à ce que tous les occidentaux ânonnent, n’est pas proche.

Les Russes privilégient des frappes extrêmement lourdes appuyant des efforts militaires au sol.

Pour nous ils sont déjà les vainqueurs en Syrie à moyen terme.

Pour compléter l’arsenal impressionnant, des submersibles russes lanceurs d’engin sont arrivés en méditerranée orientale, ainsi que le croiseur lance-missiles Moskva (voir photo). Un navire de guerre dont la puissance de feu est considérable.

Comme écrit dans d’autres articles, Poutine tient les bonnes cartes en Syrie.

JACQUES D’EVILLE

SourceSiècle21 Eeuw21

source: http://www.businessbourse.com/2015/11/27/hollande-na-pas-...

23/11/2015

L'Iran organise des exercices militaires destinés à préparer la «libération» de Jérusalem

L'Iran organise des exercices militaires destinés à préparer la «libération» de Jérusalem

22 nov. 2015, 19:14

Reconstitution du Dôme du Rocher à Jérusalem lors de l'exercice des Basij iraniens

Reconstitution du Dôme du Rocher à Jérusalem lors de l'exercice des Basij iraniens

120 bataillons de volontaires iraniens Basij, ont participé à un grand exercice militaire au nom de évocateur «Vers Al Quods», qui s’est tenu dans la région de la ville de Qom.

L’exercice, qui avait pour but de préparer les tactiques de «libération» de Jérusalem, s’est tenu vendredi matin. De nombreux militaires de haut-rang y ont participé. La force Basij est une branche paramilitaire constituée de volontaires, créée en 1979 par l’imam Khomenei. Les jeunes qui la composent ont une «grande fidélité au système de la République islamique et aux croyances religieuses».

Lire aussi : Netanyahou sur l'Iran : pensez-vous vraiment qu'un tigre féroce va devenir un gentil matou ?

Des hélicoptères, des drones, des avions Tucano ont bombardé des positions ennemies hypothétiques avant que des troupes au sol ne capturent la réplique du Dôme du Rocher installée en haut d’une colline. Le général Amir Ali Hajizadeh, qui dirige la division aérienne des Gardes, a affirmé que son unité avait déployé des drones Shahed-129 durant l’exercice. Ce drone, dévoilé en 2009, a un rayon d’action de 1 700 kilomètres, peut voler durant 24 heures d’affilée et transporter huit bombes ou missiles.


L’esplanade des mosquées est au cœur des tensions qui font rage depuis début septembre entre Israël et les Palestiniens, suite à des restrictions d’accès imposée par Israël sur ce lieu saint pour juifs et musulmans, qui ont fait craindre une modification du statu quo concernant l’accès à la mosquée. Située à Jérusalem-Est, territoire occupé par l’Etat juif depuis 1967, l’esplanade est sous administration de l’organisation islamique jordanienne du Waqf.

La République islamique, exprime fréquemment sa solidarité avec les Palestiniens et organise chaque année une «journée de Jérusalem» durant le Ramadan. L’Iran ne reconnaît pas Israël et appelle à un référendum pourtant sur la création d’un Etat unique pour les habitants de la région auquel pourraient participer tous les réfugiés palestiniens.

Lire aussi : Israël, un Etat «pas légitime» pour le Président iranien Rohani

 

22/11/2015

Israël demande la reconnaissance de l'annexion du Golan suite à la découverte de pétrole

Le prédateur à l’œuvre de la destruction du Liban et de la Syrie !

Bachar Al-Assad est encore là et déjà, le sioniste de Netanyahou tire les plans sur la comète !

Les US et la communauté internationale vont-ils trouver cela normal ?

Israël demande la reconnaissance de l’annexion du Golan suite à la découverte de pétrole

Afficher l'image d'origine

Netanyahou sonde Obama quant à la reconnaissance de l’annexion du territoire syrien suite à un test de forage promettant l’indépendance énergétique d’Israël.

Cette semaine, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a profité de sa première réunion privée avec Barack Obama depuis treize mois pour évoquer la possibilité de morceler la Syrie.

Selon des représentants israéliens, Benjamin Netanyahou a déclaré que Washington devait donner sa bénédiction à posteriori pour l’annexion illégale par Israël du plateau du Golan, ravi à la Syrie durant la guerre de 1967.

Des sources proches des discussions ont indiqué à Haaretz que Benjamin Netanyahou avait prétendu que la Syrie n’était plus un État opérationnel, ce qui permettait de « voir les choses différemment ». Depuis 2011, le gouvernement de Bachar al-Assad fait face à des factions rebelles parmi lesquelles figurent des groupes affiliés à al-Qaïda et l’État islamique (EI).

Mercredi, un représentant anonyme de la Maison-Blanche a confirmé que Benjamin Netanyahou avait abordé le sujet. Il a précisé : « Je pense que le président a estimé que cette question n’appelait pas de réponse. Il était difficile de déterminer s’il [B. Netanyahou] parlait sérieusement ».

Il semble toutefois que les commentaires dont Benjamin Netanyahou a fait part à Barack Obama font partie d’une action coordonnée entreprise il y plusieurs mois par les représentants israéliens afin de faire changer Washington d’opinion.

La veille de la réunion de Benjamin Netanyahou à la Maison-Blanche, Michael Oren, ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis, a publié un article exhortant Barack Obama à considérer la souveraineté d’Israël sur le Golan sur le site Web de CNN.

Il écrit que si Israël avait restitué ce territoire à la Syrie au cours des précédentes négociations de paix, cela « aurait aujourd’hui placé [les miliciens libanais du] Hezbollah juste au-dessus des villes et villages israéliens du nord de la Galilée » et que l’EI « serait retranché sur la rive orientale du lac de Tibériade ».

Michael Oren et Benjamin Netanyahou n’ont vraisemblablement pas avancé d’autre raison susceptible d’expliquer pourquoi Israël se soucierait d’obtenir l’approbation des États-Unis quant à l’annexion du Golan qu’il a imposée en 1981 en violation du droit international.

« Des milliards de barils »

Le mois dernier, Afek, une filiale israélienne de la société pétrolière américaine Genie Energy, a annoncé avoir découvert d’importantes réserves de pétrole dans le Golan. Yuval Bartov, géologue en chef de Genie Energy en Israël, a indiqué que la société estimait que le gisement contenait « potentiellement des milliards de barils ».

Les spécialistes du droit international affirment que le fruit de cette découverte devrait revenir à la Syrie, mais Israël a jusqu’ici indiqué qu’il passerait outre ses obligations légales.

Le ministère israélien de l’Énergie et de l’Eau a autorisé Afek a forer dix puits expérimentaux sur trois ans dans une zone de 400 kilomètres carrés, soit environ un tiers de la superficie totale du Golan.

Afek prétend que les découvertes qu’elle a réalisées au cours de la première année pourraient permettre à Israël d’accéder à l’autonomie énergétique en subvenant à sa consommation annuelle de 100 millions de barils dans un avenir proche.

Cela viendrait s’ajouter à la récente découverte par Israël d’importantes quantités de gaz naturel au large de sa côte méditerranéenne, lui offrant l’opportunité de devenir un exportateur de gaz.

Si les États-Unis reconnaissaient l’annexion illégale du Golan, cela laisserait probablement le champ libre à Israël pour piller toutes les ressources économiquement exploitables qu’il renferme.

Il semble que Benjamin Netanyahou s’intéresse depuis longtemps à l’exploitation du potentiel pétrolier du Golan.

En 1996, lors de son premier mandat en tant que Premier ministre, il avait approuvé la réalisation de forages dans le Golan par la compagnie pétrolière nationale israélienne. Mais le permis avait dû être retiré peu de temps après sous l’effet de la pression internationale.

Pillage des ressources

Aujourd’hui, 22 000 druzes syriens vivent dans cinq villages tandis qu’un nombre équivalent de juifs est installé dans trente colonies illégales.

Une enquête réalisée en 2010 par le journal Haaretz a révélé qu’Israël avait procédé à l’expulsion systématique de quelque 130 000 Syriens en 1967 et détruit 200 villages. Seuls les druzes syriens ont été autorisés à rester afin de ne pas contrarier les citoyens druzes d’Israël.

Nizar Ayoub, directeur d’al-Marsad, un centre druze des droits de l’homme implanté dans le Golan, a indiqué qu’Israël exploitait depuis longtemps les ressources du Golan.

« Israël a toujours considéré le Golan comme un territoire dont les ressources hydriques, agricoles ou encore touristiques devaient être exploitées et pillées », a-t-il déclaré à Middle East Eye. « Israël a tout simplement ignoré ses obligations en vertu du droit international. »

L’eau de pluie du Golan afflue dans le Jourdain qui couvre un tiers des besoins d’Israël. Le sol volcanique fertile permet à Israël de cultiver des vignobles, des vergers et des pâturages pour le bétail. Le terrain montagneux en a également fait un lieu de vacances attrayant où l’on peut notamment skier sur le mont Hermon.

Ces dernières années, Israël a en outre approuvé la construction d’une série de grands parcs éoliens.

Nizar Ayoub a affirmé qu’Israël avait tiré parti du conflit en Syrie pour progresser dans la prospection pétrolière dans le Golan, mais que cette démarche était rejetée par la population druze locale.

« Même si Netanyahou parvenait à convaincre les Américains d’accepter [la reconnaissance de l’annexion], ce n’est pas à eux de prendre cette décision. Les seuls qui peuvent décider de changer la souveraineté du Golan sont les Syriens », a-t-il précisé.

Quatre fois plus de colons juifs

Des représentants officiels proches de Benjamin Netanyahou promeuvent la modification du statut du Golan depuis le début de l’été.

En juin, Naftali Bennett, dirigeant du parti colonialiste Foyer juif et ministre de l’Éducation au sein de la coalition actuelle de Benjamin Netanyahou, a abordé la question de l’avenir du Golan lors de la conférence annuelle d’Herzliya, qui réunit l’élite israélienne politique, universitaire et des services de sécurité. D’éminents représentants américains participent également à cette conférence.

Naftali Bennett a exhorté la communauté internationale à « faire preuve de morale » en reconnaissant la souveraineté d’Israël sur le Golan.

Il a ajouté : « À ce jour, aucun État au monde n’a reconnu le Golan comme faisant partie d’Israël, pas même nos amis les États-Unis d’Amérique. Il est temps que le monde choisisse le bon camp, celui d’Israël ».

Il a affirmé qu’Israël essaierait de quadrupler la population de colons dans le Golan grâce à des incitations financières, portant ainsi leur nombre à 100 000.

Un mois plus tard, Zvi Hauser, l’ancien secrétaire du cabinet de Benjamin Netanyahou, a écrit un article dans Haaretz affirmant qu’Israël devrait saisir sa première opportunité de « mener un dialogue constructif avec la communauté internationale quant à la modification des frontières au Moyen-Orient » depuis 1967.

Il a précisé que la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan pourrait être présentée comme servant « l’intérêt général en stabilisant la région ».

Il a ajouté qu’Israël devrait exiger le Golan en « compensation » du récent accord nucléaire de Barack Obama avec l’Iran. Il prétend que cette revendication pourrait s’appuyer sur la « promesse » faite par le président américain Gérald Ford en 1975 reconnaissant qu’Israël « doit rester sur le plateau du Golan, y compris en temps de paix ».

Dans son article publié sur le site de CNN dimanche dernier, Michael Oren, personnalité très respectée à Washington, affirme que sans la souveraineté israélienne sur le Golan, l’Iran et le Hezbollah deviendraient une base depuis laquelle des attaques armées pourraient être lancées sur Israël.

« Pour la première fois depuis quarante ans, le Golan pourrait à nouveau devenir un catalyseur de la guerre », écrit-il.

Il ajoute qu’Israël a « transformé cette zone de guerre autrefois stérile en une plateforme d’agriculture de haute technologie, de vignobles d’envergure mondiale et de réserves naturelles préservées ». Il ne mentionne pas la récente découverte de pétrole.

« L’emprise renforcée » d’Israël

Avant que les combats ne s’enracinent en Syrie, les sondages indiquaient que 60 à 70 % des Israéliens refusaient de restituer le Golan à la Syrie même si cela devait permettre de garantir la paix avec Damas. Ces pourcentages sont probablement plus élevés aujourd’hui.

Le représentant de la Maison-Blanche a déclaré à Haaretz que la reconnaissance de l’annexion d’Israël perturberait la politique américaine en suggérant que les forces d’opposition syriennes soutenues par les États-Unis sont « alliées à des personnes qui veulent abandonner le Golan ».

Toutefois, un récent article de Frederic Hof, spécialiste de la Syrie au sein du département d’État sous Hillary Clinton, laisse entendre que les représentants américains pourraient encore changer d’avis.

Il affirme que les efforts des Américains avant 2011 et le déclenchement des combats pour pousser Israël à abandonner le Golan dans le cadre des discussions relatives à un traité de paix avec Bachar el-Assad se sont avérés « complètement inadaptés ». La guerre en Syrie a au contraire « renforcé l’emprise d’Israël » sur le Golan.

Sur son site Web, Afek, la filiale israélienne de Genie Energy, prétend que ses forages dans la partie occupée du plateau du Golan permettront d’extraire du « pétrole israélien ».

Les deux sociétés emploient des personnes disposant de liens personnels étroits avec Benjamin Netanyahou et d’une influence en haut lieu à Washington.

Le fondateur de Genie Energy, Howard Jonas, un millionnaire américain de confession juive, a apporté des contributions politiques à la récente campagne de Benjamin Netanyahou pour les primaires du Likoud.

Dick Cheney, vice-président américain sous George Bush et largement considéré comme l’architecte de l’invasion de l’Irak par les Américains en 2003, figure notamment parmi les membres du « comité stratégique consultatif » de la société.

Le magnat de l’audiovisuel Rupert Murdoch compte également parmi ses conseillers. Il contrôle de larges pans des médias anglophones de droite et notamment la chaîne américaine d’information Fox News, qui constitue son média le plus influent.

En septembre, Laddy Summers, un haut responsable sous les présidents démocrates Bill Clinton et Barack Obama, et James Woolsey, ancien directeur de la CIA devenu l’un des meneurs néo-conservateurs de l’invasion de l’Irak, ont rejoint Genie Energy.

Le président d’Afek est Effi Eitam, un ancien général d’extrême droite et ministre qui vit dans une colonie illégale du Golan.

Ses opinions d’extrême droite incluent des demandes d’expulsion des Palestiniens des territoires occupés mais aussi de la large minorité de citoyens palestiniens d’Israël.

Après qu’Effi Eitam a quitté le parlement israélien en 2009, Benjamin Netanyahou l’a envoyé sur les campus américains en tant qu’« émissaire spécial » dans le cadre d’une « caravane de la démocratie ».

Violation du droit international

Hala Khoury Bisharat, professeur de droit international au centre universitaire Carmel près d’Haïfa, a indiqué qu’il serait difficile de convaincre les États-Unis de reconnaître l’annexion illégale du Golan par Israël.

« Le droit international stipule clairement que l’acquisition de territoires par la guerre n’est jamais admissible », a-t-elle indiqué à MEE. « Il serait vraiment problématique pour les États-Unis de faire cela. »

Elle ajoute qu’en tant qu’occupant, Israël a été contraint par le Règlement de La Haye de 1907 de « protéger le capital » des ressources naturelles de la partie occupée et n’était pas habilité à exploiter le pétrole du Golan pour son propre compte.

Le cabinet du Premier ministre n’était pas disponible pour commenter les discussions de Benjamin Netanyahou avec Barack Obama ni pour répondre aux accusations selon lesquelles les opérations menées dans le Golan enfreignaient le droit international.

Depuis sa création, Israël a foré quelque 530 puits exploratoires, mais aucun n’a produit un volume de pétrole rentable sur le plan commercial.

Israël a eu brièvement accès à des quantités significatives de pétrole après la guerre de 1967 lorsque les champs qu’il occupait dans le Sinaï couvraient deux tiers de ses besoins nationaux. Israël a finalement été contraint de rendre les puits à l’Égypte.

Israël a entre-temps découvert d’importants gisements de gaz naturel dans la mer Méditerranée, attisant ainsi les tensions avec les pays voisins et notamment avec le Liban qui a fait valoir qu’Israël procède à des forages dans des zones où les frontières maritimes sont contestées.

Les tribunaux israéliens ne feront sans doute pas obstacle aux opérations de forage dans le Golan.

Dans une décision fin 2011, la Cour suprême israélienne a créé un nouveau principe dit « d’occupation prolongée » afin de justifier le vol des ressources palestiniennes telles que la pierre de taille en Cisjordanie. Ce principe pourrait être étendu au Golan.

Jusqu’ici, la seule opposition émane de groupes environnementaux israéliens. Ceux-ci ont exprimé leur inquiétude quant au fait que l’extraction de pétrole, notamment par fracturation, est susceptible de polluer les aquifères ou de déclencher des tremblements de terre dans une région instable sur le plan sismique.

Yuval Arbel, spécialiste des eaux souterraines pour Friends of the Earth en Israël, a déclaré que les gisements du Golan revêtaient très probablement la forme de réservoirs étanches, rendant l’extraction du pétrole difficile. Israël serait sûrement contraint d’établir une grille de forages tous les demi-kilomètres.

Il a indiqué à MEE que cela augmenterait les risques de déversements de pétrole dans le lac de Tibériade, mettant ainsi en péril la principale source d’eau potable d’Israël.

Jonathan Cook | 20 novembre 2015

Article original

Source: MEE