Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2010

OVNIS, l'église et le Vatican - Les révélations du Dr Michael WOLF

Encore un témoignage qui met en cause l'église, le Vatican, qui a demandé à plusieurs reprises à la NASA de reporter la révélation sur les OVNIS et les ET. Cela fait beaucoup non entre des gens qui ne se connaissent pas et qui racontent la même chose ?

Allez-vous encore vous battre entre peuples pour des fausses croyances qui ont été véhiculées depuis des millénaires par les religions qui ont été créées par les hommes et qui n'auront été que des instruments politiques pour diviser les hommes et pour alimenter les guerres de religions ?

Extrait de son témoignage à télécharger et à lire en entier : ICI

Le Dr Mickaël Wolf décédé en 2000 des suites d'une longue maladie, qui écrivit la Trilogie : The Cachers Of Heaven et qui travailla avec les Grands Gris-reptiliens et d'autres races ET dans les bases militaires secrètes UFO de l'Area 51 qui se situent dans le Nevada.

Extrait de son témoignage : "Les projets de dévoilement ont été reportés à trois reprises à des dates ultérieures, en partie à cause de l'impasse dans les négociations avec les Gris suite aux incidents du site S4 en 1975, et en partie à cause des implications énormes que représenteraient de telles révélations au niveau des religions et de l'économie mondiale. La récente admission de la vie sur Mars est un jalon important sur le sentier des révélations futures. Le Dr Wolf estime que des telles révélations auront lieu entre 2001 et 2005.

Le Vatican s'inquiète particulièrement de telles divulgations. Ils ont prié le gouvernement américain d'en retarder le processus afin qu'ils puissent mieux préparer leurs fidèles aux questions religieuses. Le Dr Wolf raconte que le Pape a modifié la vision de Dieu qu'entretient l'Église catholique romaine. "Leur nouvel apostolat sera de propager l'idée que nos corps n'ont pas été créés à l'image de Dieu, mais plutôt nos âmes."

Il avait conversé souventes fois avec les ETs au sujet de Dieu et de la mort. " Nos corps ne sont que les conteneurs de nos âmes. Lorsque les gens meurent, leur conscience se transpose tout simplement dans une autre dimension. " À propos de Dieu, le Dr Wolf a commenté : " Certains extraterrestres appellent Dieu l'Éternel, le créateur de tout ce qui vit dans l'univers." À propos de Jésus-Christ : "Il faisait partie du patrimoine ET/humain, envoyé sur Terre dans l'espoir de mettre un terme à la violence humaine. Que nous soyons des Zétas, des Pléiadiens, des Altares ou des Humains, nous partageons le même Dieu. Nous sommes tous membres d'une grande famille universelle."

Le document de recherche rendu public par le Dr Strecker identifiant le SIDA-VIH comme un virus fabriqué par des humains est exact. Le gouvernement satellite a découvert que les virus ont une structure cristalline et peuvent être éradiqués en utilisant la bonne fréquence.

Les États-Unis avaient sous leur garde un Gris appelé EBE (Extraterrestrial Biological Entity), un "invité" capturé en 1948 et tenu prisonnier jusqu'à son décès en 1953. Des scientifiques affectés à EBE utilisaient au départ des pictographies comme système de communication".

Le témoignage complet à télécharger en PDFici

 

Document classifié top secret !

Ovnis et ET Les révélations du Dr Mickael Wolf


Ovnis : « Cet évènement risque de détruire la foi des gens dans l'Eglise »

Si nous comprenons bien, le secret défense qui pèse sur le Dossier Ovnis et ET dans le monde, l'a été pour protéger les religions, et nous laisser dans l'ignorance de nos origines, de la vérité et entre les mains de nos prédateurs, les Illuminati-reptiliens.

Ce qui veut dire que tout ce qui nous a été enseigné par les religions, depuis des millénaires EST FAUX  ! Ce qu'avait confirmé aussi le Dr Mickaël Wolf dans ses révélations.

Winston Churchill avait-il peur des soucoupes volantes ?

Photo d'un ovni supposé, prise dans le New Jersey en 1952 (Wikimedia Commons)

Les archives nationales britanniques viennent de publier des monceaux de documents sur les objets volants non identifiés. Parmi les courriers révélés, certains semblent montrer que le grand Sir Winston, Premier ministre au milieu du siècle dernier, prenait très au sérieux les ovnis. Ou, plutôt, l'impact que le phénomène pouvait avoir sur la population…

La révélation des courriers parvenus au bureau d'enquête sur les ovnis du ministère de la Défense britannique -le Sec(AS)2, fermé en 2009- apporte son lot d'informations intéressantes. Ainsi, comme le note la BBC, le pic d'ovnis aperçus a eu lieu en 1996, quand la série télé « X-Files » était populaire.

« Cet évènement risque de détruire la foi des gens dans l'Eglise »

Encore plus intéressant est d'apprendre ce que « le lion » Winston Churchill pensait du phénomène. Un échange de lettres entre un interlocuteur anonyme et le ministère passionne la presse d'outre-Manche, ce jeudi. Même si, à y regarder de plus près, on pense à la fameuse histoire de l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours.

Winston Churchill pendant la Deuxième guerre mondiale (Gouvernement britannique/Wikimedia Commons)

Un citoyen britannique écrit en 1999 au bureau des ovnis et raconte que son grand-père, garde du corps de Churchill pendant la guerre, a assisté à une conversation entre le Premier ministre et le général américain Dwight Eisenhower (oui, celui qui débarquera plus tard à la Maison Blanche).

Le grand-père n'a jamais conté cette histoire à quiconque, « sauf à sa fille quand elle était âgée de 9 ans », rapporte le Daily Mail. Reste que parmi de nombreux courriers loufoques, ceux de cet homme (un scientifique) sont crédibles.

Pendant la guerre, donc, un équipage de la Royal Air Force de retour d'une mission sur le continent aurait aperçu un ovni. Informé de l'épisode, Winston Churchill aurait décidé de le classer secret « pendant cinquante ans », en se justifiant ainsi auprès d'Eisenhower :

« Cet événement devrait être immédiatement classifié, dans la mesure où il risquerait de créer une panique massive dans la population générale [sic], et détruire la foi des gens dans l'Eglise. »

Les demandes du scientifique au Sec(AS)2 n'ont pas abouti, puisque le ministère n'a trouvé « aucune » trace de la rencontre du troisième type vécue par les pilotes britanniques. Le fonctionnaire précise au demandeur qu'avant 1967, les dossiers sur les ovnis étaient détruits au bout de cinq ans.

« A quoi rime tout ce bazar autour des soucoupes volantes ? »

En 1945, le conservateur Winston Churchill perd les élections et laisse son poste de Premier ministre au travailliste Clement Attlee. En 1951, les conservateurs gagnent et Churchill revient au pouvoir.

Entre les deux passages de Churchill au 10, Downing Street, il y a eu aux Etats-Unis des « vagues » d'observations d'ovnis aux Etats-Unis. Comme en 1947, avec Roswell et l'incident de Kenneth Arnold, qui suscite la première occurrence du terme « soucoupe volante ».

La lettre de Churchill (cliquez pour agrandir)

Le 28 juillet 1952, soit dix mois après son retour aux affaires, l'homme d'Etat envoie une lettre à son secrétaire d'Etat à l'Air. Court et clair, le courrier a été publié début 2010 avec sa réponse :

« A quoi rime tout ce bazar autour des soucoupes volantes ? Qu'est-ce que ça peut signifier ? Quelle est la vérité ? Faites-moi un rapport quand cela vous conviendra. »

Dix jours plus tard, Churchill a sa réponse. D'après l'armée de l'air britannique, « tous les incidents rapportés » s'expliquent par « l'une ou l'autre des causes suivantes :

  • phénomène astronomique ou météorologique connu ;
  • identification erronée d'avion conventionnel, de ballon, d'oiseau, etc ;
  • illusions d'optique ou aveuglements (“delusions”) psychologiques ;
  • canular délibéré. »

Pour ceux qui croient dur comme fer aux soucoupes volantes, cette réponse « a fourni les règles de base pour la plupart des réponses officielles qui sont toujours utilisées aujourd'hui ». Le site sur lequel on lit ces lignes a recensé quatre ovnis dans le ciel français en juillet.

Illustrations : photo d'un ovni supposé, prise dans le New Jersey en 1952 (Wikimedia Commons) ; Winston Churchill pendant la Deuxième guerre mondiale (Gouvernement britannique/Wikimedia Commons) ; la lettre de Churchill

09/08/2010

Rapport COMETA : Les Ovnis et la Défense

Le rapport COMETA qui conseille dans ses conclusions  :

Citation :  Même si "aucun accident, et a fortiori aucun acte hostile, n'a eu pour origine certaine, du moins officiellement, un OVNI", la persistance du phénomène, estiment-ils, devrait donner lieu à une "réflexion sur les conséquences stratégiques, politiques et religieuses qu'entraînerait une éventuelle confirmation de cette hypothèse".

Encore un rapport qui parle des conséquences religieuses.  Et de deux après les déclarations faites par Churchill concernant sa décision de classer secret défense les phénomènes OVNIS et ET.


Le vendredi 16 juillet 1999, un document très important intitulé "Les OVNIS et la défense: A quoi doit-on se préparer?" fut publié. Ce rapport de 90 pages est une étude relativement approfondie des implications du phénomène OVNI, couvrant de nombreux aspects du sujet, en insistant particulièrement sur les aspects qui concernent la Défense Nationale. Le point le plus intéressant est que les auteurs sont une association indépendante "d'experts" dont la plupart sont des anciens de l'Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale, l'IHEDN,d'autres sont ou ont été des militaires de très haut rang, et d'autres des chercheurs scientifiques de différents domaines. Avant sa diffusion dans le public, le rapport a été envoyé au président de la République Jacques Chirac et à son premier Ministre Lionel Jospin.

EN DEUX MOTS:

Dans sa conclusion, le COMETA affirme que la réalité physique des OVNIS, sous le contrôle d'êtres intelligents, est "quasi-certaine." Seule une hypothèse tient compte des données disponibles: l'hypothèse des visiteurs extraterrestres. Cette hypothèse est naturellement improuvée, mais a des conséquences de grande envergure. Les buts de ces visiteurs allégués demeurent inconnus mais doivent être le sujet de nos préoccupations.

LES MEMBRES DE COMETA:

La préface du rapport est signée par le Général Bernard Norlain de l'Armée de l'Air, ancien directeur de l'IHEDN, et il commence par un préambule par André Lebeau, ancien président du centre national pour les études de l'espace , le CNES, l'équivalent français de la NASA. Le groupe lui-même, auteur collectif du rapport, est une association d'experts, dont beaucoup sont ou ont été des auditeurs de l'IHEDN, et ils sont de plus présidés par le Général Denis Letty de l'Armée de l'Air, l'ancien auditeur à l'IHEDN.

Le sigle "COMETA" se veut signifier "COMité pour des ETudes Approfondies." Une liste non-exhaustive de ses membres est donnée au début, elle est tout à fait impressionnante. Elle inclut:

  • Le Général Bruno Lemoine, de l'Armée de l'Air (FA de l'IHEDN).
  • L'Amiral Marc Merlo, (FA de l'IHEDN).
  • Michel Algrin, Docteur en Sciences Politiques, Avocat à la Cour (FA de l'IHEDN).
  • Le Général Pierre Bescond, ingénieur en armements (FA de l'IHEDN).
  • Denis Blancher, Chef de la Police Nationale au Ministère de l'Intérieur.
  • Christian Marchal, ingénieur en Chef au Corps des Mines et Directeur de Recherche à l'Office National de la Recherche Aéronautique (ONERA).
  • Le Général Alain Orszag, Ph.D. en physique, ingénieur en armements.

Le comité exprime également sa gratitude aux contribuants extérieurs comprenant Jean-Jacques Vélasco, dirigeant le SEPRA du CNES, François Louange, président de Fleximage, spécialiste en analyse de photo, et Général Joseph Domange, de l'Armée de l'Air, délégué général de l'association des auditeurs à IHEDN.

Note:

Certains adversaires de COMETA ont affirmé que l'association ne serait "qu'un quarteron de retraités." Ce n'est pas exact. Au moment de la publication de leur rapport, la situation des membres du COMETA était:

Général Letty: en activité, PDG d'une société qu'il avait créée. Michel Algrin: avocat en activité. Pierre Bescond: Directeur général d'entreprise en activité. Dennis Blancher: commissaire principal, puis divisionnaire en activité. Jean Dunglas: consultant en activité. Général Bruno Le Moine: directeur technique de société en activité. Françoise Lépine: en activité. Amiral Marc Merlo: membre de la Fondation pour les études de Défense, en activité. Christian Marchal: directeur de recherches à l'ONERA en activité. Alain Orszag: consultant en activité.

L'ASSOCIATION:

Le Général Norlain explique dans une courte préface comment ce comité a été créé. Le Général Letty est venu le voir en Mars 1995, quand il était directeur de l'IHEDN, pour discuter son idée d'un comité sur les OVNIS. Norlain l'a assuré de son intérêt et l'a renvoyé vers l'association des auditeurs de l'IHEDN, qui lui a à son tour donné son appui. En conséquence, plusieurs membres du comité viennent de l'association des auditeurs de l'IHEDN, rejoints par d'autres experts.

Il est intéressant de rappeler ici que, il y a vingt ans, c'était un rapport de cette même association qui a mené à la création du GEPAN, la première unité pour l'étude des OVNIS au CNES.

La majeure partie des membres du comité ont ou ont tenu des fonctions importantes dans la Défense, l'industrie, l'enseignement, la recherche, ou diverses administrations centrales. Le Général Norlain exprime l'espoir que ce rapport aidera à développer de nouveaux efforts en France et à mener à l'indispensable coopération internationale.

LE RAPPORT:

Le Général Letty, en tant que président de COMETA, met en exergue le principal thème du rapport, qui est que l'accumulation des observations bien documentées nous contraint maintenant à considérer toutes les hypothèses quant à l'origine des OVNIS, particulièrement les hypothèses extraterrestres. Le comité présente alors le contenu de l'étude. La première partie comprend la présentation de quelques cas remarquables de France et d'autres pays.

Dans une deuxième partie, ils décrivent l'organisation actuelle de la recherche, en France et à l'étranger, et des études effectuées par les scientifiques mondiaux qui peuvent fournir des explications partielles du phénomène des OVNIS, selon des lois connues de la physique. Les explications globales principales sont alors passées en revue, des avions secrets jusqu'aux manifestations extraterrestres.

Dans une troisième partie, on considère des mesures à prendre concernant la Défense, basées sur l'information des pilotes civils et militaires. Des conséquences stratégiques, politiques et religieuses, si l'hypothèse extraterrestre est confirmée, sont alors discutées.

Chapitre I "Faits et témoignages":

Plusieurs des cas choisis sont bien connues par la plupart des chercheurs, et doivent seulement être mentionnées ici. (Quand des liens sont fournis, ils pointent vers la pages de mon site concernant l'observation.) Ce sont:

  • Des témoignages des pilotes français puis étrangers:
  • Des témoignages étrangers:
  • Des observations au sol:
    • Tanarive (1954) Observation d'une soucoupe volante près du sol par un pilote français, J.-P. Fartek (1979).
    • Observation rapprochée au dessus d'un site de missiles Russes par plusieurs témoins (1989).
  • Des rencontres du troisième type en France:
    • Valensole (Maurice Masse, 1965).
    • Cussac, Cantal (1967).
    • Trans-en-Provence (1981).
    • Nancy (le cas dit de "l'Amarante", 1982).
  • Des contre exemples de phénomènes qui ont été expliqués.

    Bien que le choix soit limité, il semble être suffisant pour convaincre un lecteur non informé mais d'esprit ouvert de la réalité des OVNIS.

Chapitre II "l'état des connaissances":

La deuxième partie commence par un aperçu de l'organisation de la recherche officielle sur les OVNIS en France, des premières instructions fournies à la Gendarmerie en 1974 pour l'enregistrement des rapports, à la création du GEPAN en 1977, de son organisation et de ses résultats, y compris la collection de plus de 3.000 rapports de la Gendarmerie, des études de cas, et des analyses statistiques.

Il examine alors des accords passés par le GEPAN et, plus tard, le SEPRA, avec l'Armée de l'Air et l'Armée de Terre, l'aviation civile et d'autres organismes, tels que les laboratoires civils et militaires, pour l'analyse des échantillons et des photographies.

Concernant les méthodes et les résultats de SEPRA, on nous rappelle quelques cas célèbres (Trans-en-Provence, l’Amarante), et l'accent est mis sur des catalogues des cas, notamment des pilotes (le catalogue de Weinstein), et les observations conjointes radar/visuelles rapportées dans le monde entier.

Une note historique apparaît ici avec une citation de la lettre célèbre du Général Twining, de Septembre 1947, qui avait alors déjà affirmé la réalité des OVNIS.

Le chapitre suivant, titré "OVNIS: Hypothèses et essais de modélisation") discute de quelques modèles et hypothèses qui sont à l'étude dans plusieurs pays. Des simulations partielles ont été déjà faites pour la propulsion des OVNIS, basées sur des observations d'aspects tels que vitesse, mouvements et accélérations, pannes de moteur des véhicules voisins, et paralysie des témoins. Un modèle est la propulsion magnétohydrodynamique, déjà examinée avec succès dans l'eau, et qui pourrait être réalisé dans l'atmosphère avec les circuits supraconducteurs, dans quelques décennies. D'autres études sont brièvement mentionnées concernant la propulsion atmosphérique et spatiale, telle que des faisceaux de particules, l'anti-gravité, ou l'utilisation des impulsions gravitationelles planétaires et stellaires.

On suggère que les pannes de moteurs de véhicule puissent être expliqués par rayonnement micro-onde. En fait, des générateurs d'hyperfréquences de forte puissance sont à l'étude en France et d'autres pays. Une application en est les armes à micro-ondes. Les faisceaux de particules, tels que les faisceaux de protons, qui ionisent l'air et deviennent donc visibles, pourraient expliquer l'observation des faisceaux lumineux tronqués. Les micro-ondes pourraient expliquer la paralysie des témoins.

Dans le même chapitre les hypothèses explicatives globales sont ensuite étudiées. Les canulars sont rares et facilement détectés. Quelques théories non scientifiques sont rejetées, comme la conspiration et manipulation par des groupes occultes puissants. Également rejetés, les phénomènes parapsychologiques, et les hallucinations collectives. L'hypothèse des armes secrètes est également considérée comme très improbable, de même que "l'intoxication" ou l'hystérie à l'heure de la guerre froide, ainsi que les phénomènes naturels.

Nous sommes alors laissés avec diverses hypothèses extraterrestres. Une version a été développée en France par les astronomes Jean-Claude Ribes et Guy Monnet, basé sur le concept des "îles de l'espace" du physicien américain O’Neill, et elle est compatible avec la physique actuelle.

L'organisation de la recherche OVNIS aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Russie est rapidement examinée. Aux Etats-Unis, les médias et les sondages montrent un intérêt et un souci marqués du public, mais la position officielle, particulièrement de l'Armée de l'Air, est toujours celle du démenti, plus précisément l'affirmation qu'il n'y a aucune menace à la sécurité nationale. En fait, des documents déclassifiés, publiée sous le coup de la loi de la liberté de l'information FOIA, exposent une toute autre histoire, celle de la surveillance des installations nucléaires par des OVNIS, et celle de l'étude continue des OVNIS par les militaires et les agences de renseignement.

Le rapport souligne l'importance, aux Etats-Unis, des associations indépendantes privées. Il mentionne les preuves rendues disponible dans le document "Best Available Evidence" du CUFOS, introduit en 1995 à un milliers de personnalités dans le monde entier, et le groupe de travail du Professeur Sturrock en 1997, tous les deux commandités par Laurent Rockefeller. "Best Available Evidence" a été évidemment bien accueillie par les auteurs du rapport COMETA.

Le comité note également l'apparition publique d'officiels "initiés" allégués tels que colonel Philip Corso, et conclut que son témoignage pourrait partiellement donner des indications quant à la vraie situation aux États-Unis, en dépit de ses nombreux critiques.

Le rapport décrit brièvement la situation en Grande-Bretagne, avec une mention spéciale à Nick Pope, et pose la question de l'existence possible des études secrètes poursuivies en commun avec les services américains. Il mentionne aussi bien la recherche en Russie, et la publication de l'information, notamment par le KGB en 1991.

Chapitre III "Les OVNIS et la défense":

Dans la troisième partie le rapport déclare que s'il est vrai qu'aucune action hostile n'a pour le moment eu lieu, au moins quelques actes d'intimidation ont été enregistrés en France (le cas du Mirage IV, par exemple). Puisque l'origine extraterrestre des OVNIS ne peut pas être éliminée, il est donc nécessaire d'étudier les conséquences de cette hypothèse au niveau stratégique, mais également aux niveaux politiques, religieux et médiatique.

Le premier chapitre de la partie III est consacré aux stratégies éventuelles et il commence par des questions fondamentales. Que faire si les OVNIS sont extraterrestres? Quelles intentions et quelle stratégie pouvons-nous déduire de leur comportement?

De telles questions ouvrent la partie la plus ouverte à la controverse du rapport. Des motivations possibles des visiteurs extraterrestres sont explorées ici, comme la protection de la planète Terre contre les dangers de la guerre nucléaire, suggéré par exemple par les survols répétés des emplacements de missile nucléaires. Le comité s'interroge sur les répercussions possible sur le comportement, officiel ou non, de différents nations et se concentre sur la possibilité de contacts secrets favorisés qui pourraient "être attribués aux Etats-Unis." L'attitude des États-Unis est vue comme "extrêmement étrange" depuis la vague de 1947 et l'événement de Roswell. Depuis cette époque, une politique du secret croissant semble avoir été appliquée, qui pourrait être expliquée par la protection à tout prix d'une supériorité technologique militaire à acquise par l'étude des OVNIS.

Ensuite, le rapport aborde la question "quelles mesures devons-nous prennent maintenant?" Au minimum, quelle que soit la nature des OVNIS, elles exigent "la vigilance critique," en particulier concernant le risque "de manipulations de déstabilisation." Une sorte de "veille cosmique" devrait être appliqué par les élites, au niveau de la nation et au niveau international, afin d'empêcher quelque surprise choquante, interprétation incorrecte et manipulation hostile.

Au plan National, le COMETA demande le renforcement du SEPRA, et recommande la création d'un comité au niveau le plus élevé du gouvernement, chargé du développement des hypothèses, de la stratégie, et de la préparation des accords coopératifs avec l'Europe et d'autres pays étrangers. Une autre étape serait que les états Européens et l'Union Européenne entreprennent une action diplomatique concertée envers les Etats-Unis dans le cadre des alliances politiques et stratégiques.

Une question principale de rapport est "pour quelles situations devons nous être préparés?" Il mentionne des scénarios tels qu'une prise de contact par les extraterrestres; la découverte d'une base extra-terrestre sur Terre; une invasion (considérée comme improbable) et des attaques localisées ou massives; des manipulations ou désinformations délibéré visant à déstabiliser d'autres états.

Le COMETA consacre une attention particulière "aux implications aéronautiques," avec des recommandations détaillées a visant divers personnels, tel que des personnels aériens, les contrôleurs radar, les météorologues et des ingénieurs. Il fait également des recommandations aux niveaux scientifiques et techniques, destinés à développer la recherche avec des avantages potentiels pour la défense et l'industrie. Le rapport explore aussi les implications politiques et religieuses liées aux OVNIS, en utilisant comme modèle la perspective de notre propre exploration de l'espace: Comment le ferions-nous, comment réaliserions nous des contacts avec des civilisations moins avançées?

Une telle approche n'est pas nouvelle pour les lecteurs bien informés de la littérature ufologique abondante, mais elle a une valeur spéciale ici, étant traité sérieusement à un tel niveau. Les implications pour les médias et l'opinion publique ne sont pas négligées, avec les problèmes de la désinformation, de la crainte du ridicule, et de la manipulation par certains groupes.

Dans sa conclusion, le COMETA affirme que la réalité physique des OVNIS, sous le contrôle d'êtres intelligents, est "quasi-certaine." Seule une hypothèse tient compte des données disponibles: l'hypothèse des visiteurs extraterrestres. Cette hypothèse est naturellement improuvée, mais a des conséquences de grande envergure. Les buts de ces visiteurs allégués demeurent inconnus mais doivent être le sujet de nos préoccupations.

Dans ses recommandations finales, le COMETA insiste encore une fois sur les nécessités suivantes:

  • Informer les preneurs de décisions et les personnes ayant des hautes responsabilités.
  • Renforcer les moyen d'enquêter et d'étudier du SEPRA.
  • Considérer si les agences s'occupant de surveillance spatiale considèrent les détections d'OVNIS.
  • Créer un comité stratégique au plus haut niveau de l'Etat.
  • Prendre des mesures diplomatiques pour une collaboration avec les Etats-Unis sur cette question importante.
  • Etudier les mesures d'urgence à mettre en place.

Finalement le document est accompagné de sept annexes intéressantes qui valent la peine d'être lues même par des ufologues chevronnés:

  • Les détections radar en France.
  • Les observations par les astronomes.
  • La vie dans l'Univers.
  • La colonisation de l'espace.
  • Le cas Roswell et la désinformation.
  • L'ancienneté du phénomène OVNI et des éléments pour une chronologie.
  • Des réflexions variées sur les aspects psychologiques, sociologiques et politiques du phénomène OVNI.

LA CONCLUSION:

RESUME de l'IHEDN sur le rapport COMETA:

Le texte de Cometa, association regroupant d'anciens auditeurs de l'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) et présidée par Denis Letty, général de l'armée de l'air, reprend une série de témoignages accumulés sur l'apparition d'étranges phénomènes, tant dans le monde qu'en France.

"L'hypothèse extraterrestre, en déduisent les auteurs du rapport, est de loin la meilleure hypothèse scientifique; elle n'est certes pas prouvée de façon catégorique, mais il existe en sa faveur de fortes présomptions, et si elle est exacte, elle est grosse de conséquences."

Même si "aucun accident, et a fortiori aucun acte hostile, n'a eu pour origine certaine, du moins officiellement, un OVNI", la persistance du phénomène, estiment-ils, devrait donner lieu à une "réflexion sur les conséquences stratégiques, politiques et religieuses qu'entraînerait une éventuelle confirmation de cette hypothèse".

Le général Bernard Norlain, ancien directeur de l'IHEDN, souligne, dans sa contribution au dossier, que "des problèmes concrets se posent, qui appellent une réponse en termes d'action".

http://www.ufologie.net/htm/cometaf.htm


Complément :

Cometa.pdf (Objet application/pdf)

Les OVNIS vus de près: le rapport du COMETA

Les OVNIS vus de près: le SEPRA

Site de Jean-Pierre Petit, astrophysicien

Dailymotion - UFO-SCIENCE - une vidéo Hi-Tech et Science

UFO-SCIENCE

26/07/2010

Chine : inondations dévastatrices

Les inondations qui ont frappé le sud-ouest du pays ont fait au moins 1.100 morts ou disparus.

Au total, plus de 100.000 personnes, menacées par la crue d'un affluent du Yangtsé ont été évacuées au Sichuan.

Selon les médias, des pluies diluviennes ont fait déborder subitement la rivière Jialing, un des plus importants affluents du fleuve le plus long de Chine, dont les eaux gonflaient dangereusement.

Vidéo

Le Premier ministre chinois, Wen Jiabao, a mis en garde samedi contre une aggravation de la situation dans les provinces en aval du fleuve. La Chine, qui se trouve en pleine saison des typhons, fait face cette année à ses pires inondations en une décennie.

Le barrage des Trois Gorges, le plus grand du monde, construit sur le Yangtsé dans la province du Hubei et en service depuis 2006, suscite quelques inquiétudes. Les réservoirs de cette installation hydroélectrique gigantesque recevaient vendredi 34.000 m3 d'eau par seconde, contre 70.000 m3/seconde plus tôt dans la semaine, selon les autorités. Le niveau d'eau du barrage avait atteint son plus haut point de l'année, à la marque de 159 mètres. Le maximum se situe à environ 175 mètres.

Inondations catastrophiques en Chine

http://info.france2.fr/monde/inondations-catastrophiques-...

Petite banniere 400x50

 

01:17 Publié dans Cataclysmes, Environnement, Nature, International | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

20/07/2010

Le CFR annonce une « Troisième guerre du Liban »

Article placé le 20 juil 2010, par Agata Kovacs (Genève)

Dans un rapport publié sur son site internet, le Council on Foreign Relations annonce l’imminence d’une troisième guerre du Liban et exonère par avance Israël de toute responsabilité.

cfr

Quatre ans après un conflit dévastateur de 34 jours – qui coûta la vie à plus de 1200 Libanais – une série d’accrochages et de violations flagrantes de la résolution 1701 de l’ONU par Israël, survenues ces dernières semaines, laissent présager une reprise imminente des combats entre le Hezbollah et l’armée de l’Etat hébreu.

La semaine dernière, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a tenté d’intervenir, en dénonçant « les survols quasi quotidiens du territoire libanais par les forces aériennes israéliennes  qui constituent des violations de la souveraineté libanaise qui doivent immédiatement cesser ». Le Secrétaire général a également exhorter Israël à « accélérer sans plus tarder » le retrait se ses forces « de la partie nord du village de Ghajar et de la zone limitrophe au nord de la Ligne Bleue » qui délimite la frontière entre les deux Etats. (1)

Rapport du CFR

Ces tensions surviennent alors que le Council on Foreign Relations (CFR) vient de publier un rapport dans lequel il annonce l’imminence d’une troisième guerre du Liban. Il n’est pas inutile de rappeler ici que si le CFR – présidé par le milliardaire David Rockefeller, qui est également le fondateur du Groupe Bilderberg et de la Commission Trilatérale – se présente comme un « think-tank non partisan ayant pour but d’analyser la politique étrangère américaine et la situation politique mondiale », il est en réalité une organisation opaque qui régit des intérêt financiers internationaux liés à l’idéologie mondialiste néolibérale (lire à ce sujet notre article du 10 mai dernier ).

Le document de neuf pages, que nous reproduisons en fin d’article, indique qu’il y a un « danger croissant de la reprise de la guerre entre Israël et le Hezbollah. Depuis le dernier conflit entre ces deux parties au Liban, pendant l’été 2006, le Hezbollah n’a cessé de se réarmer et son arsenal est maintenant plus puissant, tant en quantité qu’en qualité. Israël ne peut que constater que la menace faite à sa sécurité nationale est devenue intolérable ». Une attaque préventive serait donc légitime, selon ce rapport.

Le CFR n’apporte pas la preuve du réarmement de la milice chiite. Il se base uniquement sur des rapports du renseignement israéliens et d’autres rumeurs d’officines et relais de désinformation. Néanmoins, après les crimes de guerre perpétrés par l’Etat hébreu en 2006, dénoncés par Amnesty International (2), la réorganisation militaire du Hezbollah semble pour le moins légitime, puisque qu’elle est sa seule garantie de survie, ainsi que celle du peuple libanais.

Le rapport de l’agence mondialiste prétend également que « l‘Iran pourrait pousser le Hezbollah à attaquer Israël, afin de faire diversion sur la pression internationale à propos de son programme nucléaire. » Dans tous les cas, « le Hezbollah arguerait probablement du fait qu’il répondait au survols israéliens du territoire libanais. »

La logique du CFR nécessiterait quelques éclaircissements, car on voit mal comment une attaque du Hezbollah sur Israël permettrait à l’Iran de faire diversion sur quoique ce soit. C’est même le contraire qui ne manquerait pas de se produire en pareil cas. Par ailleurs, l’histoire récente du Proche Orient démontre que c’est l’Etat juif qui a toujours su trouver quelques prétextes fallacieux pour agresser ses voisins. Mais on voit bien ou veut en venir le CFR, qui n’hésite pas a exonèrer par avance Israël de toute violation des résolutions de l’ONU en affirmant que « dans tous les cas, le Hezbollah arguerait probablement du fait qu’il répondait aux survols israéliens du territoire libanais pour entrer en guerre. » Pour l’organisation de M. Rockefeller, il  serait bien sûr tout à fait intolérable que les libanais réagissent aux provocations quotidiennes de Tsahal. Ils doivent se soumettre en silence. Dans la foulée, le CFR ne manque pas de promulguer quelques conseils à l’État hébreu, comme par exemple « d’attaquer des équipements et des dépôts d’arme en Syrie » et pourquoi pas en Iran pendant qu’on y est ?

Il est impossible de dresser une liste des contres vérités promulguées par ce document tant elle sont nombreuses. En fait, pour établir un travail complet, il faudrait revenir sur chacune des phrases qui y figurent. Les conclusions de ce rapport sont sans équivoque : La diplomatie étasunienne ne réussira pas à empêcher cette guerre (en a-t-elle l’intention ?), et elle devrait d’ores et déjà se concentrer sur la future… reconstruction du Liban. David Rockefeller a-t-il déjà négocié les contrats ?

Ce même David Rockfeller qui indiquait sans complexe dans Newsweek le 1er février 1999 : « Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire ». Et encore, huit ans plus tôt : « La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers est assurément préférable au principe d’autodétermination des peuples ».

Pour des agences mondialistes comme le CFR, Bilderberg ou la Commission Trilatérale, nos vies, comme celles des ennemis qu’ils nous fabriquent, est un business. Ce n’est pas de leur Nouvel ordre mondial dont nous avons besoin, et encore moins de leurs Nouvelles guerres, mais d’un monde débarassé de leur présence néfaste.

Agata Kovacs, pour Mecanopolis

Télécharger le rapport du Council on Foreign Relations

Merci à Julien de nous avoir fait parvenir ce document

Notes :

1. Lire le communiqué de l’ONU

2. Article du Monde diplomatique

Petite banniere 400x50

 

03:29 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, International, ONU, OTAN, USA, Israël | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!