Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2015

Etats-Unis: mandat d'arrêt contre Thomas Fabius pour de gros chèques en bois

Etats-Unis: mandat d'arrêt contre Thomas Fabius pour de gros chèques en bois

AFP le 29/10/2015 à 22:41, mis à jour à 00:00

Thoma Fabius.jpg

Thomas Fabius le 1er juin 2011 au Tribunal de Grande Instance de Paris ( AFP/Archives / Bertrand Guay )

Thomas Fabius, fils du ministre français des Affaires étrangères, fait l'objet d'un mandat d'arrêt aux Etats-Unis pour des chèques en bois à des casinos de Las Vegas, d'un montant total dépassant 3,5 millions de dollars, a annoncé jeudi à l'AFP le bureau du procureur local.

Ces énormes dettes de jeu ont été contractées dans la nuit du 15 au 16 mai 2012, selon l'hebdomadaire Le Point qui a révélé l'affaire. Ce même 16 mai 2012 Laurent Fabius était officiellement nommé chef de la diplomatie française.

Le mandat d'arrêt visant l'homme de 33 ans n'est pas international mais s'applique à tout le territoire américain, a indiqué à l'AFP un porte-parole du bureau du procureur du comté de Clark, dans l'Etat occidental du Nevada où se trouve Las Vegas.

En d'autres mots, Thomas Fabius risque de se faire arrêter s'il pose le pied aux Etats-Unis, a précisé ce porte-parole.

Joueur invétéré et personnalité sulfureuse, Thomas Fabius a déjà par le passé été accusé de jongler avec des millions dans des casinos où il a parfois laissé de lourdes "ardoises".

Le mandat d'arrêt, signé par le juge William Kephart en mai 2013, mentionne que les poursuites sont engagées par "l'Etat du Nevada contre Thomas Emmanuel Fabius".

Selon la plainte officielle remontant elle à avril 2013, obtenue jeudi par l'AFP, Thomas Fabius semble avoir été pris d'une frénésie d'achat de jetons et de plaques de casino, rédigeant des chèques à répétition.

Utilisant un chéquier de la banque italienne Banca Monte dei Paschi di Siena, il a libellé trois chèques à l'ordre de l'hôtel de luxe-casino The Palazzo: un de 200.000 dollars, un de 409.000 dollars et le troisième d'un million de dollars.

Au Aria Resort & Casino, un autre complexe offrant des jeux et des chambres luxueuses, le fils aîné de Laurent Fabius a remis cinq chèques, en sortant cette fois un carnet de la Société générale: deux chèques de 300.000 dollars, deux chèques de 100.000 dollars et un dernier de 200.000 dollars.

Enfin, au casino Cosmopolitan of Las Vegas, Thomas Fabius a écrit un chèque de 900.000 dollars, "sachant que le chèque ne serait pas encaissé quand il serait présenté", a relevé la plainte officielle.

La justice américaine n'est pas la première à s'intéresser à Thomas Fabius, dont le train de vie apparaît depuis plusieurs années ne pas correspondre aux revenus censés provenir de sa société de conseils.

Le trentenaire a ainsi été visé, avec d'autres personnes, par une information judiciaire contre X ouverte en France en juin 2013 pour "faux", "escroquerie" et "blanchiment".

Cette enquête avait été lancée pour éclaircir d'importants mouvements de fonds ayant pu transiter par le fils du ministre des Affaires étrangères.

Thomas Fabius avait notamment éveillé les soupçons en réalisant l'acquisition en 2012, pour 7 millions d'euros, d'un appartement à Paris. La transaction a fait l'objet d'un signalement à la cellule de renseignement financier Tracfin.

 

29/10/2015

Les services de police et de gendarmerie pourront réaliser des enquêtes pénales sous pseudonymes sur internet !!

La chasse aux sorcières désormais autorisée sur le net !

Les services de police et de gendarmerie pourront réaliser des enquêtes pénales sous pseudonymes sur internet !!

29 oct

Afficher l'image d'origine

 

Un arrêté publié au Journal Officiel autorise de nombreux services de police et de gendarmerie à agréer des agents et officiers pour qu’ils puissent réaliser des enquêtes pénales sous pseudonymes sur internet.

Voilà qui ne rassurera pas les paranoïaques. Même si le procédé est contesté au nom du principe de loyauté dans l’acquisition des preuves, indispensable au respect des droits de la défense, la police et la gendarmerie disposent désormais de facultés très étendues pour procéder à des enquêtes sous pseudonymes sur internet.

La possibilité pour les enquêteurs de recourir à des pseudonymes pour infiltrer des réseaux et obtenir des informations sur des infractions et des suspects était déjà prévue pour la protection des mineurs (depuis une loi de 2007), pour la lutte contre les jeux d’argent illicites (depuis 2012), pour la lutte contre des infractions au code de la santé publique (depuis fin 2013), ou encore pour la lutte contre le terrorisme, le proxénétisme ou d’autres formes de traite des êtres humains (depuis la loi du 13 novembre 2014 contre le terrorisme),

Rassembler les preuves et rechercher les auteurs

Mais depuis la loi du 17 août 2015 sur l’adaptation de la procédure pénale au droit de l’Union européenne, le champ d’application des enquêtes sous pseudonymes s’est considérablement étendu. La technique est désormais autorisée pour une longue liste de crimes et de délits, qui comprend notamment les attaques informatiques, l’aide au séjour irrégulier d’un étranger en France, le blanchiment d’argent, la non-justification de ressources, l’association de malfaiteurs, l’escroquerie en bande organisée, ou le travail illégal.

L’enquête par pseudonyme est autorisée lorsque les infractions constatées « sont commises par un moyen de communication électronique », afin « d’en rassembler les preuves et d’en rechercher les auteurs ».

Toutefois seuls les officiers et agents de la PJ qui sont « affectés dans un service spécialisé et spécialement habilités à cette fin » peuvent agir sous pseudonymes et notamment participer à des actes préparatoires d’infractions « sans en être pénalement responsables ». C’est tout l’objet de l’arrêté du 21 octobre 2015 publié ce jeudi au Journal Officiel, qui détermine les services dans lesquels peuvent se trouver des agents et officiers habilités.

Et ils sont nombreux :

1. Services et unités relevant de la direction centrale de la police judiciaire :
– la sous-direction antiterroriste ;
– la sous-direction de la lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière ;
– la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité ;
– les directions régionales et interrégionales de la police judiciaire.

2. Services et unités relevant de la direction centrale de la sécurité publique :
– les directions départementales de la sécurité publique ;
– les sûretés départementales ;
– les circonscriptions de sécurité publique.

3. Services et unités relevant de la direction centrale de la police aux frontières :
– l’office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre au sein de la sous-direction de l’immigration irrégulière et des services territoriaux ;
– l’unité de coordination opérationnelle de la lutte contre le trafic et l’exploitation des migrants ;
– les brigades mobiles de recherche ;
– la brigade des chemins de fer.

4. Services et unités relevant de l’inspection générale de la police nationale :
– la division nationale des enquêtes ;
– les délégations de l’inspection générale de la police nationale à Paris, Lille, Lyon, Marseille, Bordeaux, Rennes, Metz et Fort-de-France ;
– le bureau de l’inspection générale de la police nationale à Nice.

5. La direction générale de la sécurité intérieure.

6. Services et unités relevant de la préfecture de police :
– à la direction du renseignement : la sous-direction chargée de la lutte contre l’immigration irrégulière et le travail illégal des étrangers ;
– à la direction régionale de la police judiciaire : la sous-direction des brigades centrales, la sous-direction des affaires économiques et financières et la sous-direction des services territoriaux ;
– à la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne : la sûreté régionale des transports au sein de la sous-direction régionale de la police des transports et les sûretés territoriales au sein des directions territoriales de sécurité de proximité.

7. Services et unités relevant de la direction générale de la gendarmerie nationale :
– la sous-direction de la police judiciaire ;
– le service technique de recherches judiciaires et de documentation ;
– les sections de recherches de la gendarmerie départementale et des gendarmeries spécialisées ;
– les sections d’appui judiciaire ;
– les brigades départementales de renseignements et d’investigations judiciaires ;
– les brigades de renseignements et d’investigations judiciaires de la gendarmerie d’outre-mer et des gendarmeries spécialisées ;
– les brigades de recherches de la gendarmerie départementale et des gendarmeries spécialisées.

8. Services et unités relevant de l’inspection générale de la gendarmerie nationale :
– le bureau des enquêtes judiciaires.

L’arrêté précise que les officiers et agents doivent être « jugés aptes » après une « formation spécifique », et être habilités spécialement par le procureur général, après agrément de la hiérarchie.

Numerama

Liberté d'expression et Internet, la France a reculé depuis les attentats contre Charlie Hebdo

Pour être plus exacts, la liberté d'expression a reculé en France depuis que les Français se sont mobilisés contre les crimes et le boycott de l'état sioniste lors du grand carnage opéré par l'état criminel contres les Palestiniens.

Il fallait bien faire plaisir au CRIF et à la LICRA et trouver le prétexte de l'attentat pratiqué sous fausse bannière en France contre Charlie Hebdo, pour faire avancer la censure en France !

 

Liberté d'expression et Internet, la France a reculé depuis les attentats contre Charlie Hebdo

28 oct. 2015, 17:02

 La France recule en matière de liberté sur le net

C'est un rapport du Think Tank Freedom House qui dresse ce constat. En matière de libertés sur le net, la France a reculé. Dans un rapport détaillé, l'organisation pointe les décisions politiques prises après les attentats de janvier.

Pour établir l'état des libertés publiques sur Internet, la Freedom House, organisation basée à Washington et qui étudie l'étendue de la démocratie dans le monde, s'est basée sur plusieurs critères.

  • La possibilité d'accéder librement à Internet et a contrario les restrictions imposées.
  • L'implication des autorités publiques dans les questions d'anonymat ou les outils d'encodage.
  • La surveillance opérée sur le net.
  • Les arrestations des utilisateurs mais également toutes les mesures d'intimidation.

En tenant compte de tous ces facteurs, la France est passée du 20ème rang mondial en 2014 au 24ème en 2015, 0 désignant le plus haut degré de liberté et 100 le pire. 


Où est Charlie?

Selon les conclusions de l'organisation, la position de la France a baissé principalement en raison des politiques adoptées après les attaques terroristes de janvier 2015, contre Charlie Hebdo, notamment. Freedom House a qualifié ces politiques de «problématiques».

La loi controversée sur le renseignement adoptée par le Parlement français en juin dernier est ainsi mentionnée dans le rapport. Les «boîtes noires», ces outils d'analyse automatique de données installés sur les réseaux depuis l'adoption de cette loi, y sont mentionnées expressément.  

Autre mesure perçue comme problématique, les restrictions imposées sur le visionnage de contenus perçus comme «faisant l'apologie du terrorisme» et les poursuites qu'il est désormais possible d'engager sur cette base contre les internautes.

Lot de consolation, malgré ce recul, la France figure toujours à la neuvième place des 18 pays classés «libres». 

Ailleurs dans le monde

Le rapport établit également que la liberté d'expression sur Internet a reculé dans 32 des 65 pays étudiés par l'ONG depuis juin 2014. Parmi les plus mauvais élèves, la Libye et l'Ukraine. La Libye, qui figure dans les 28 pays «partiellement libres», a vu son score baisser en raison de «la violence inquiétante visant les blogueurs».

Les bons élèves en matière de liberté sur le Net sont l'Islande (6 points), suivie de l'Estonie, du Canada, de l'Allemagne, de l'Australie, des Etats-Unis, du Japon et de l'Italie.

Observation inquiétante, le rapport note qu'après les révoltes arabes de 2011 et le rôle que les réseaux sociaux ont eu alors, beaucoup des gouvernements du Maghreb et du Proche-Orient ont augmenté leur contrôle de la Toile.

L'autre tendance générale mise en relief par Freedom House en 2015, c'est la pratique de certains gouvernements qui font pression sur les géants du Net tels que Google, Facebook ou Twitter, pour que ceux-ci retirent des contenus, au lieu de les censurer.

 

 

 

La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

Après les avertissements subtiles de Moscou, la Maison blanche se rétracte !

 

Moscou: l'allusion du Pentagone sur des actions au sol en Syrie ne signifie pas qu'ils vont le faire

La Maison Blanche a dit ne pas vouloir lancer de vaste opération de terrain en Irak et en Syrie

27 oct. 2015, 18:21 - Avec AFP

Ashton Carter

Le porte-Parole de la Maison Blanche a quelque peu tempéré les propos tenus plus tôt dans la journée par le secrétaire d’Etat à la Défense Ashton Carter, qui a annoncé qu’une intervention militaire au sol était envisageable pour lutter contre Daesh.

Eric Schultz a déclaré face aux journalistes, qu’il n’était pour le moment pas question de lancer une vaste opération de terrain en Irak et en Syrie contre Daesh, mais que néanmoins, mener «des opérations limitées» avec les partenaires des Etats-Unis restait possible «si les circonstances le permettent», a-t-il conclu, dans une remarque rapportée par l’agence d’information Tass.

Ces propos viennent nuancer les propos d’Ashton Carter qui, plus tôt dans la journée, avait déclaré que : «Nous ne nous abstiendrons pas de soutenir nos partenaires compétents dans leurs attaques opportunistes contre Daesh, ou d’effectuer de telles missions [nous-mêmes] directement depuis les airs ou à travers une action directe sur le sol», a déclaré Carter devant le comité des services armés du Sénat américain.

Le chef du Pentagone a également annoncé l’intention des Etats-Unis d’intensifier leur campagne aérienne contre les terroristes de Daesh. «Cela comprendra davantage de frappes contre des cibles de grande valeur de l'EI à mesure que notre renseignement s'améliore», a précisé le responsable, cité par l’AFP. «Nous avons déjà commencé à augmenter le nombre de nos sorties», a-t-il ajouté. 

En savoir plus : La Russie et les Etats-Unis signent un mémorandum sur la prévention des accidents aériens en Syrie

Les déclarations d’Ashton Carter ont été faites sur fond de pause dans les bombardements de la coalition dirigée par Washington en Syrie, qui n’ont pas frappés depuis trois jours. Le dernier bombardement de la coalition remonte notamment au jeudi 22 octobre, avec une frappe de drone dans la région de Mara (nord de la Syrie).

Le chef du #Pentagone prévient qu’il y aura plus de raids américains contre #Daesh https://t.co/YmZUSZfPyu pic.twitter.com/lqBLzcWf3Q

— RT France (@RTenfrancais) 23 Octobre 2015

Un ralentissement qui contraste vivement avec l’activité de Moscou dans la région, qui a frappé 285 cibles lors des trois derniers jours, comme l’a indiqué lundi le Kremlin.

En savoir plus : Au cours de ces trois derniers jours, les avions russes ont effectué 164 sorties en Syrie

La semaine dernière, un militaire américain engagé dans une opération militaire aux côtés des forces irakiennes a été tué par les combattants de l’Etat islamique en Irak, a fait savoir une source anonyme gouvernementale. Le militaire a péri lors d’une opération de sauvetage de réfugiés, dans le nord du pays.

 

Depuis 2003, et l’engagement américain en Irak, les Etats-Unis ont déjà perdu près de 4 500 soldats au combat.

En savoir plus : «On ne pourra mettre un terme à la guerre en Irak qu’en mettant un terme au militarisme [américain]»

 

 

Comment la Russie espionne Israël ? Debkafile répond....

Si Israël espionne la Russie sur ses actions militaires en Syrie, la Russie n'est pas en reste pour surveiller tous ses agissements dans divers pays du Moyen Orient.

Comment Israël espionne la Russie en Syrie ?
Oct 24, 2015 10:18 UTC - IRIB (sp)- Les satellites d’espionnage du régime israélien surveillent les moindres agissements militaires de la Russie en Syrie.

Comment la Russie espionne Israël? Debkafile répond....

Oct 27, 2015 10:37 UTC

http://media.ws.irib.ir/image/4bhif3cc37292718p0_800C450.jpg

IRIB- Le site israélien Debkafile a annoncé que la Russie, en utilisant des systèmes de guerre cybernétique, a créé une nouvelle donne dans le cadre de laquelle, aucune attaque aérienne ou terrestre américaine ou israélienne en Irak et en Syrie voire au-delà de ces pays, ne sera possible sans coordination avec Moscou.

Cité par Farsnews, le site israélien Debkafile, proche des milieux de renseignements du régime sioniste, a écrit, dans un reportage sur la victoire de la Russie dans ses vastes frappes aériennes contre les positions de Daech en Syrie et en Irak que la distance entre le vol des avions russes depuis la base aérienne de Hmeimim près de Lattaquié en Syrie à la base aérienne de Takadoum en Irak est de 824 km tandis que la distance entre Lattaquié à Israël (les territoires occupés palestiniens) est de 288 km.

Le rapport continue que les gouvernements irakien et syrien ont permis, chacun à son tour, l’utilisation des moyens et équipements de ces bases au personnel de l’aviation russe. La présence russe dans ces deux bases aériennes a créé donc un trajet de vol sûr au cœur du Moyen-Orient. Faisant recours à la guerre cybernétique, la Russie a créé une nouvelle réalité : presque aucune attaque ni aérienne ni terrestre de la part des Etats-Unis ou d’Israël ne sera possible contre l’Irak ou la Syrie ou n’importe quel endroit encore plus loin, sans coordination avec Moscou.


Debkafile a ainsi écrit : « Les spécialistes russes, utilisant des systèmes sophistiqués, ont rendu les forces aériennes capables de mener leurs raids aériens dans le ciel du Moyen-Orient sans se voir face à un obstacle quelconque et déjouer ainsi les opérations de la coalition dirigée par les Etats-Unis, en profondeur de la Syrie, aussi bien que les opérations des rebelles au gouvernement syrien. »

 
Ainsi, l’avion sophistiqué d’espionnage « Illusion 20 » de l’aviation russe, avec 4 moteurs Turbo et plus de 12 heures de vol, équipés de senseurs infrarouge, de senseurs de température, de caméras et d’antennes spécifiées, collectent de loin, jour et nuit et dans n’importe quelle condition météorologiques, une vaste quantité de données et de renseignements qu’il transmet aux bases d’opérations à Moscou ou à la base aérienne de Lattaquié.

La Russie effectue cette opération d’espionnage avec ses systèmes très puissants de la guerre cybernétique, des satellites et d’autres méthodes. L’avion « Illusion 20 » ne collecte pas non seulement des informations et renseignements importants sur des agissements d’Israël dans les hauteurs du Golan mais aussi il procède à l’écoute des conversations téléphoniques dans centres de commandement des bases aériennes à Qods et dans le sud des territoires occupés voire même dans le site nucléaire de Dimona à Néguev. Le système de guerre cybernétique de la Russie est aussi capable de perturber, sérieusement, les réseaux de renseignements et de télécommunications d’Israël le long des hauteurs du Golan et des frontières septentrionales et occidentales d’Al-Khalil.