Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2011

Bouclier de l'OTAN: Moscou active son système d'alerte antimissile

Tout va bien, braves gens dormez tranquilles, les politiques aux ordres de leurs maîtres, pensent et agissent pour votre bien.

Que diriez-vous d'une grande guerre mondiale nucléaire ?

Vous reprendrez bien un petit coup d'atome, non ?

Combien en voulez-vous ??


Publié le 29 novembre 2011 à 09h47 | Mis à jour le 29 novembre 2011 à 09h47

 

Bouclier de l'OTAN: Moscou active son système d'alerte antimissile

 
«Si ce signal n'est pas entendu, nous utiliserons... (Photo: Mikhail Klimentyev, Reuters)

 

«Si ce signal n'est pas entendu, nous utiliserons d'autres moyens de défense, nous prendrons des mesures sévères, comme je l'ai promis le 23 novembre», a mis en garde le président russe, Dmitri Medvedev.

Photo: Mikhail Klimentyev, Reuters

Agence France-Presse
Moscou

La Russie a activé son système d'alerte antimissile à Kaliningrad, enclave russe aux portes de l'Union européenne, afin de répondre aux «menaces» représentées par le projet de bouclier antimissile de l'OTAN en Europe, a indiqué mardi le président Dmitri Medvedev.

La station radar «Voronej-TM» a été activée, a précisé le chef de l'État après avoir menacé le 23 novembre de déployer des missiles balistiques à Kaliningrad si les États-Unis et l'OTAN continuaient de mettre Moscou devant le «fait accompli».

«J'espère bien que cette démarche sera considérée par nos partenaires comme un premier signal montrant que notre pays est prêt à répondre de manière adéquate aux menaces du système de défense antimissile (de l'OTAN) pour nos forces stratégiques nucléaires», a déclaré M. Medvedev au cours d'une réunion avec des hauts responsables de l'armée dans la région de Kaliningrad.

«Si ce signal n'est pas entendu, nous utiliserons d'autres moyens de défense, nous prendrons des mesures sévères, comme je l'ai promis le 23 novembre», a mis en garde le président russe, cité par les agences.

 

M. Medvedev avait alors expliqué que l'une de ces mesures consisterait à déployer dans la région de Kaliningrad une batterie de missiles Iskander.

Il s'agit de missiles de courte portée, dont le champ d'action est de 280 kilomètres mais peut atteindre, selon des responsables russes, 500 kilomètres dans certaines versions.

Le président russe a rappelé que Moscou exigeait depuis des mois des garanties que le projet de bouclier antimissile américain en Europe ne menaçait pas la Russie.

«Nous ne pouvons plus nous contenter de promesses verbales selon lesquelles le système (de bouclier antimissile américain) n'est pas dirigé contre la Russie. Des déclarations verbales ne sont pas une garantie pour nos intérêts», a-t-il ajouté.

La Russie, qui dit craindre que ce système ne réduise à néant sa force de dissuasion, a exigé d'y être associée, en vain jusqu'à présent.

De leur côté, les États-Unis ont indiqué à maintes reprises que le système antimissile auquel la Roumanie, la Turquie, la Pologne et plus récemment l'Espagne ont officialisé leur participation ne menaçait pas la Russie.

M. Medveved a toutefois observé que l'activation du système d'alerte antimissile «ne fermait pas la porte au dialogue pour continuer à discuter de ces questions avec nos partenaires».

Ces équipements sont un «instrument de contrôle de l'espace aérien» et ne constituent «pas, en soi, une menace pour nos voisins», a-t-il dit.

Mercredi, les États-Unis avaient répondu à Moscou en soulignant à nouveau que leur système ne menaçait pas la Russie, et qu'ils ne comptaient pas renoncer à sa mise en place. L'OTAN avait jugé que la menace russe était une réponse «décevante».

La nouvelle station radar «Voronej-TM» permet d'observer simultanément jusqu'à 500 objets volants -missiles, avions, etc.- sur une distance allant jusqu'à 6000 km, a précisé pour sa part le ministre russe de la Défense, Anatoli Serdioukov.

http://www.cyberpresse.ca/international/europe/201111/29/01-4472701-bouclier-de-lotan-moscou-active-son-systeme-dalerte-antimissile.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_europe_287_section_POS1

Ambassade britannique attaquée: un complot pour déstabiliser Ahmadinejad (experts)

Et voici la version des experts Russes sur l'attaque de l'ambassade Britanique en Iran

Il s'agit d'une autre version que celle perfusée en boucle par les merdias français et Occidentaux.

Propagande sioniste et manipulations mentales des peuples pour nous tenir et nous entretenir dans les mensonges !

International

Ambassade britannique attaquée: un complot pour déstabiliser Ahmadinejad (experts)

Attaque contre l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran
15:38 02/12/2011
 
MOSCOU, 2 décembre - RIA Novosti

L'attaque perpétrée mardi contre l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran a été organisée par les forces islamistes du pays en vue de nuire au président Mahmoud Ahmadinejad à l'approche des élections législatives de 2012, estime Viktor Sajine, chercheur à l'Institut d'études orientales de l'Académie des sciences russes.

"On a l'impression que cette attaque a été organisée par les conservateurs religieux pour faire du tort au gouvernement d'Ahmadinejad", a-t-il déclaré vendredi lors d'une table ronde à RIA Novosti.

Le 29 novembre un groupe d'étudiants a tenu un meeting devant le bâtiment principal de l'ambassade britannique à Téhéran, avant d'attaquer d'autres bâtiments de la mission diplomatique situés dans différents quartiers de la ville. Selon les médias iraniens, six employés de l'ambassade ont été pris en otage, mais libérés peu après par la police. Les étudiants ont lancé cette action pour protester contre les nouvelles sanctions décrétées par Londres en réaction au programme nucléaire iranien.

D'après M. Sajine, il est peu probable que l'attaque se soit déclenchée spontanément. Il s'agit, selon lui, d'un coup monté. Les cailloux, les cocktails Molotov et les drapeaux britanniques, qui devaient être incendiés par les manifestants, avaient été préparés d'avance. La télévision iranienne est très vite arrivée sur les lieux, à la différence de la police qui, cette fois, a été lente à intervenir.

L'expert a également constaté que la diplomatie iranienne semblait être "un peu déroutée", ce qui donne à penser que "le gouvernement n'a visiblement pas participé à l'action" et que celle-ci "pourrait être l'oeuvre de l'opposition".

Si l'opposition a réellement organisé cette attaque, elle a atteint son objectif, car les pays étrangers en imputent la faute à M. Ahmadinejad, a conclu l'expert.

Le directeur du Centre d'étude de l'Iran contemporain, Radjab Safarov, conteste ce point de vue. Selon lui, le saccage de la mission britannique avait effectivement pour but de ternir la réputation des autorités iraniennes. Cependant, il n'a pas été organisé par l'opposition, mais par des services spéciaux occidentaux.

"L'Iran n'avait aucun intérêt à fournir à l'Occident une nouvelle occasion de le critiquer", a indiqué M. Safarov.

L'UE se donne un mois pour frapper le pétrole iranien

C'est parti !

Oui bien sûr l'UE doit soi-disant arrêter l'Iran dans son programme nucléaire, il faut aller lui voler son pétrole, geler son argent et lancer une 3ème guerre nucléaire mondiale, non pas contre l'Iran seulement mais contre l'Humanité ! Car c'est bien de cela dont il s'agit : d'éliminer les 2/3 de la poulation mondiale avant le 21 décembre 2012.

Et avec quel argent et quels militaires vont-ils partir en guerre ?
Le nôtre et avec des militaires qui ne sont pas payés ?

Ils font tout pour nous endetter avec les guerres et pour nous livrer pieds et poings liés aux Illuminati-Sionistes-reptiliens et à leur idéologie millénaire de nous instaurer leur Unique Religion Mondiale et leur Nouvel Ordre Mondial.

Observez la Pape en ce moment, le soi-disant représentant du fils de Dieu sur Terre, s'il s'insurge contre la 3ème guerre mondiale nucléaire qu'ils ont savamment préparée depuis quelques décennies.
 
Et comme vous l'avez compris, il n'y aurait que le soi-disant nucléaire Iranien qui serait mauvais pour nous.
Une bonne nucléaire nous ferait sans doute du bien.
 
Que nous parlent-ils des 600 bombes nucléaires voire plus détenues par les Sionistes en Isral et qu'ils refusent de déclarer à l'ONU.
Que font l'ONU, l'UE et les USA pour exiger de connaître le stock d'armes nucléaires détenu par Israël.
 
Lisez encore la jolie propagande sioniste que voilà et ouvrez les yeux.
 

L'UE se donne un mois pour frapper le pétrole iranien

Par Jean-Jacques Mevel Publié le 01/12/2011 à 22:36 Réactions (6)
Jeudi à Bruxelles, Alain Juppé assuré que l'Europe travaillait à «des sanctions plus dures et sans précédent».
Jeudi à Bruxelles, Alain Juppé assuré que l'Europe travaillait à «des sanctions plus dures et sans précédent». Crédits photo : GEORGES GOBET/AFP
 
Après le cri d'alarme de l'AIEA sur le nucléaire, les Vingt-Sept durcissent leurs sanctions contre Téhéran.

De notre correspondant à Bruxelles

Le compte à rebours est lancé pour frapper Téhéran là où ça fait mal. L'Union européenne a décidé d'adopter, en janvier au plus tard, un train de sanctions présentées comme sévères contre la finance, le transport et l'énergie - en clair le pétrole iranien dans toutes ses dimensions.

Après le cri d'alarme de l'AIEA sur le nucléaire militaire, la mise à sac de l'ambassade britannique à Téhéran a balayé les réticences. «Nous avons décidé de travailler sur des sanctions plus dures et sans précédent», assure jeudi Alain Juppé, dans une allusion transparente à un éventuel embargo sur le pétrole. Le texte arrêté, jeudi à Bruxelles, vise aussi les Gardiens de la révolution, branche de l'armée chargée de réprimer toute dissidence interne.

Rappel des ambassadeurs

La formulation retenue est assez diplomatique pour couvrir les pays en pointe - la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne - et ceux qui ont émis des réserves - l'Italie, l'Espagne et la Grèce. Il s'agit «d'atteindre sévèrement le système financier iranien, celui des transports et celui de l'énergie». L'embargo, soutenu par Paris et Berlin, n'est plus à exclure. Londres milite aussi pour isoler financièrement Téhéran. Les États-Unis l'on fait en novembre, paralysant de fait une partie des rentrées pétrolières.

À ce jour, les Vingt-Sept ont déjà frappé les actifs de centaines d'entreprises iraniennes. L'UE applique depuis juillet 2010 une interdiction des nouveaux investissements dans le pétrole et le gaz. Jeudi, elle a ajouté à sa liste noire les noms de 143 sociétés et 37 personnes, visées par des gels d'avoirs et des interdictions de visa. Elle a aussi marqué son «indignation» face à l'attaque contre la représentation britannique et prévoit de coordonner les rappels d'ambassadeurs. Pour d'éventuelles sanctions pétrolières, la difficulté à surmonter est l'inégale répartition du fardeau entre le sud et le nord de l'Europe. L'UE a importé 5,8% de son brut d'Iran l'an dernier. Mais le sacrifice serait plus rude pour l'Espagne (15% de ses approvisionnements), la Grèce (14%) ou l'Italie. S'ajoute dans ces trois capitales une fatigue avouée de devoir assumer, après la Libye et la Syrie, le contrecoup des sanctions à chaque rebondissement politique dans le monde musulman.

Cette fois, c'est Athènes qui appelle à l'aide. Ses finances à sec, la Grèce a trouvé à Téhéran un fournisseur très obligeant qui lui fournit le pétrole à crédit. «Il faut en tenir compte et veiller à ce que l'interruption des livraisons de l'Iran puisse être compensée par une hausse de production ailleurs», explique Alain Juppé. À ses yeux, c'est tout à fait possible.

Les réticences de la Grèce et les réserves de l'Italie expliquent le délai que s'accorde l'UE, comme ce fut le cas avec la Libye au début de l'année. Des contacts vont donc être noués avec d'autres puissances pétrolières de la région. Il s'agit aussi d'éviter un effet pervers bien connu des professionnels: tout embargo risque de provoquer un effet temporaire de rareté qui, par le biais d'une hausse des cours, bénéficie au producteur sanctionné s'il trouve d'autres clients…

01/12/2011

La France rappelle son ambassadeur en Iran pour "consultation"

Sa majesté, Agent de la CIA, du Mossad et du Nouvel Ordre Mondial s'offusque et rappelle son espion à Paris !

Il s'offusque moins quand les sionistes continuent de massacrer depuis plus de 60 ans, les Palestiniens, et il trouve normal d'endetter les Français, en massacrant des innocents, en partant en guerre contre l'Afghanistan et la Libye, et les soi-disant pays de dictature, tout en continuant à nous endetter avec les guerres au profit de ses amis banksters, quand en France le chômage explose, que les français crèvent de faim et que les militaires ne sont pas payés.


Quand il doit partir en guerre pour faire avancer les plans de ses Maîtres, les Illuminati-sionistes-reptiliens, là il oublie les traités de non ingérence, les règles du droit International et le traité de Vienne.

Mais qu'attend l'armée française qui est censée soi-disant oeuvrer dans l'Humanitaire pour protéger le Peuple Français, en organiser un coup d'état contre un pouvoir illégitime ?

Que l'armée française cesse de participer à faire avancer les plans des Illuminati-sioniste-reptiliens et du Nouvel Ordre Mondial !
 
Lisez la jolie propagande qui nous est perfusée par les organes terroristes de diffusion : les merdias aux ordres de l'empire et du Nouvel Ordre Mondial.

 

 
La France rappelle son ambassadeur en Iran pour "consultation"

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 30.11.11 | 08h06   •  Mis à jour le 30.11.11 | 20h08

 

 

La France a décidé de "rappeler en consultation" son ambassadeur en Iran, Bruno Foucher, et a réitéré au chargé d'affaire iranien à Paris les plus fermes condamnations du saccage de l'ambassade britannique à Téhéran, a annoncé, mercredi 30 novembre, le ministère des affaires étrangères.

La France a décidé de "rappeler en consultation" son ambassadeur en Iran, Bruno Foucher, et a réitéré au chargé d'affaire iranien à Paris les plus fermes condamnations du saccage de l'ambassade britannique à Téhéran, a annoncé, mercredi 30 novembre, le ministère des affaires étrangères.AP/Raouf Mohseni

La France a décidé de "rappeler en consultation" son ambassadeur en Iran, Bruno Foucher, et a réitéré au chargé d'affaire iranien à Paris les plus fermes condamnations du saccage de l'ambassade britannique à Téhéran, a annoncé, mercredi 30 novembre, le ministère des affaires étrangères. La Grande-Bretagne avait décidé plus tôt dans la journée  de fermer sa représentation dans la capitale iranienne et d'évacuer son personnel du pays. Dans la foulée, Londres avait décrété la fermeture de l'ambassade de la république islamique sur son territoire sous quarante-huit heures.

Un premier groupe d'une vingtaine de diplomates britanniques a quitté l'Iran en milieu de matinée à bord d'un avion à destination de Dubaï, le reste de l'équipe devant suivre dans la journée. L'opération se déroule avec le concours du ministère des affaires étrangères iranien et de plusieurs ambassades européennes, dont l'ambassade de France, où les diplomates britanniques avaient passé la nuit de mardi à mercredi après avoir été évacués sains et saufs.

Plusieurs autres pays européens ont déjà rappelé leur ambassadeur en consultation (Allemagne, Suède, Pays-Bas) ou envisagent de fermer leur ambassade, comme l'Italie.

>> Lire notre éclairage L'ambassade britannique, cible privilégiée du pouvoir iranien

 

Une vitre de l'ambassade britannique à Téhéran après l'assaut  des manifestants, mardi 29 novembre.

Une vitre de l'ambassade britannique à Téhéran après l'assaut des manifestants, mardi 29 novembre.AP/MEDHI MARIZAD

 

NICOLAS SARKOZY ÉVOQUE DE NOUVELLES SANCTIONS

Le saccage de l'organe diplomatique a suscité de nombreuses réactions internationales. Nicolas Sarkozy a condamné "fermement" l'attaque "scandaleuse" de l'ambassade britannique à Téhéran, mercredi pendant le Conseil des ministres, a rapporté la porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse. L'événement "conforte", selon lui, la décision d'imposer de nouvelles sanctions à l'Iran, a affirmé Mme Pécresse. Parmi lesquelles "le gel des avoirs de la Banque d'Iran et l'embargo total sur les exportations de pétrole iraniennes", a cité M. Sarkozy selon la porte-parole.

Dans une interview publiée mercredi dans le magazine L'Express, le ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, a pour sa part déclaré que la recherche d'une position commune de l'Union européenne sur de nouvelles sanctions contre l'Iran figurait au programme du conseil des affaires étrangères de l'Union, jeudi 1er décembre à Bruxelles. Une position commune est selon lui nécessaire pour "que la pression soit maximale".

De son côté, Hillary Clinton a exigé de l'Iran qu'il protège les diplomates étrangers en poste dans le pays et a condamné "de la manière la plus ferme" l'assaut contre la représentation diplomatique britannique, qualifié mardi d'"inacceptable" par le président américain, Barack Obama.

 

REPRÉSAILLES AUX SANCTIONS CONTRE L'IRAN

Le Parlement iranien a voté dimanche une loi réduisant les relations diplomatiques entre les deux pays au niveau de chargé d'affaires et prévoyant l'expulsion de l'ambassadeur britannique dans un délai de deux semaines. Cette décision a été prise en représailles aux nouvelles sanctions économiques contre l'Iran décidées la semaine dernière par Londres, de concert avec les Etats-Unis et le Canada, après la publication d'un rapport de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) étayant les soupçons des Occidentaux selon lesquels Téhéran aurait travaillé à la fabrication d'une arme nucléaire malgré ses démentis répétés.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a rapidement condamné l'attaque de l'ambassade britannique "dans les termes les plus sévères" alors que Téhéran a exprimé ses "regrets" pour "le comportement inacceptable d'un petit nombre de manifestants en dépit des efforts de la police".

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/11/30/l...

 

30/11/2011

Royaume-Uni : vers la plus grande grève depuis 30 ans dans la fonction publique

Tout va bien dans les pays dits démocratiques !

Pour les Arabes c'était soi-disant, "le printemps arabe", maintenant c'est quoi, "l'automne Anglais" ?

Heureusement qu'il ne s'agit pas d'un pays musulman, autrement, les merdias aux ordres  leurs maîtres, nous auraient encore inventé un nouveau printemps arabe ou un automne arabe.

A quand l'hiver des élites Illuminati-reptiliens et des mondialistes ?

Royaume-Uni : vers la plus grande grève depuis 30 ans dans la fonction publique

LEMONDE | 29.11.11 | 14h10   •  Mis à jour le 29.11.11 | 20h30

Londres Correspondance - Pour la première fois de sa vie, Margaret Palmer va faire grève, mercredi 30 novembre. Mais c'est la mort dans l'âme : à 44 ans, cette spécialiste des soins psychologiques pour les enfants, qui travaille dans une clinique de Londres, n'a rien d'une militante. Elle estime cependant que l'heure est grave : "L'ensemble du secteur public subit une attaque majeure. Le gouvernement tente de faire retomber sur nous les conséquences de la crise financière, qui est pourtant la faute des banquiers."

Le 30 novembre, elle ne sera pas la seule à descendre dans la rue pour la première fois. Trente syndicats, essentiellement de la fonction publique, ont voté la grève. Environ deux millions de personnes sont attendues, ce qui en fera le plus grand mouvement social depuis janvier 1979, quand "l'hiver du mécontentement" avait immobilisé le Royaume-Uni. Pour certains syndicats, la décision est historique : celui des directeurs d'école appelle à la grève pour la première fois de son histoire de 114 ans. Une grande partie des écoles seront fermées. Les douanes appelant également à arrêter le travail, le chaos est attendu dans les aéroports.

L'ampleur de la colère est donc inédite depuis une génération. L'explication vient de la réforme des retraites de la fonction publique. Le gouvernement négocie depuis neuf mois un changement radical : les salariés devront augmenter de 50 % leur contribution (qui passe de 6 % de leur salaire à 9 %) ; ils toucheront une pension plus faible, basée sur la moyenne des salaires plutôt que sur les dernières années ; et l'âge de la retraite, qui s'étale actuellement entre 60 et 65 ans, va être augmenté à 65 ans pour tous en 2018, puis 66 ans dès 2020 et progressivement jusqu'à 68 ans d'ici une trentaine d'années.

Jane Wilson, une collègue de Mme Palmer, a calculé qu'elle allait devoir contribuer d'environ 100 euros supplémentaires chaque mois pour toucher 100 euros de moins par mois quand elle sera à la retraite : "Cette réforme est idéologique et politique."

Le gouvernement réplique que l'allongement de la durée de vie rend ces changements indispensables. De plus, il souligne que les retraites dans le secteur privé sont nettement moins généreuses : celles-ci fonctionnent sur la base de fonds de pension, dont la valeur s'est effondrée avec les différentes crises boursières.

La colère de la fonction publique britannique va cependant bien au-delà des retraites. Le vaste plan d'austérité lancé par le gouvernement, en vigueur depuis le début de l'année, se fait sentir très fortement. Rien qu'au premier semestre, 150 000 emplois du service public ont été supprimés, sur un total de six millions. Les collectivités locales sont les plus touchées, le gouvernement réduisant les transferts vers elles d'un quart en cinq ans.

A Kaleidoscope, le centre de soins psychologiques pour mineurs du sud-ouest de Londres où travaille Mme Palmer, le budget a été réduit de 25 % cette année. Une dizaine d'emplois sur cinquante ont été supprimés. La conséquence sur la qualité des soins se fait sentir. En particulier, l'attente pour recevoir les enfants pour leur première visite est passée de trois à quatre mois en moyenne. "Le moral est très bas actuellement, estime Mme Palmer. Pendant longtemps, travailler dans la fonction publique apportait une garantie de l'emploi. Ce n'est plus le cas. Les retraites étaient le dernier avantage qu'on avait."

A la mairie de Westminster, à Londres, Jo, une assistante sociale, raconte la même histoire. Elle aussi fait grève pour la première fois de sa vie. "Dans quelques semaines, on va perdre 20 % de nos effectifs. Concrètement, ça veut dire que je vais moins rendre visite aux gens dont je m'occupe, que je ne vais pas avoir le temps de bien les connaître. C'est pour eux que je me bats. "

Si la colère est profonde, les syndicats prennent cependant un important risque avec cette grande grève. Le secteur privé ne suit pas le mouvement : les transports - gérés par des entreprises privées - fonctionneront presque partout pendant la mobilisation, par exemple. "Les syndicats n'ont pas réussi à faire passer le message que la bataille pour leur retraite était dans l'intérêt de tous", estime Paul Marginson, spécialiste des questions sociales à l'université de Warwick.

Pour l'instant, les Britanniques semblent solidaires : 61 % disent soutenir la grève, selon un sondage de la BBC. Mais dans un pays où les mouvements sociaux sont très rares depuis les années Thatcher, cette attitude est très fragile. L'opposition travailliste ne s'y trompe pas et ne sera pas dans les manifestations. Les grévistes eux-mêmes ne savent pas s'il s'agit du début d'un long mouvement social ou d'une action sans lendemain. "Cela va être une journée-clé, estime Mark Perry, un collègue de Mme Palmer. La grève peut galvaniser les énergies et lancer une vague de manifestations. Mais beaucoup de nos collègues disent qu'ils ne sont pas prêts à se mobiliser plus d'une journée. C'est sur cette faiblesse que compte le gouvernement."

Eric Albert

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/11/29/royaume-uni-vers-la-plus-grande-greve-depuis-30-ans-dans-la-fonction-publique_1610662_3214.html#ens_id=1569464