Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2010

Cinq exoplanètes découvertes par le télescope Kepler

04 janvier 2010

Cinq exoplanètes découvertes par le télescope Kepler

Il n’a pas encore un an, et déjà cinq exoplanètes à son tableau de chasse. Elles ont été baptisées 4b, 5b, 6b, 7b et 8b et complètent la liste des 415 exoplanètes déjà détectées grâce à d’autres télescopes. Le télescope Kepler a été lancé par la NASA en mars 2009 pour trouver des planètes aux caractéristiques proches de celles de la Terre, où la vie serait possible. Ces cinq premières planètes sont toutefois trop chaudes pour que la vie y soit apparue. Elles sont en effet trop proches de leurs étoiles qui sont plus chaudes que le Soleil… Leur température va de 1 200 à 1 648 °C. Une température à ne pas mettre un être vivant dehors. [Edit : un être vivant tel qu’on l’imagine… cf commentaires]

Cité par l’Agence France Presse, William Borucki, le responsable de l’équipe scientifique de Kepler, est ravi des découvertes faites grâce à son rejeton :

“Ces découvertes montrent que les instruments fonctionnent bien et que Kepler pourra remplir tous ses objectifs. Ces observations permettent de mieux comprendre comment les systèmes planétaires se forment et évoluent à partir des disques de gaz et de poussière cosmique pour donner naissance aux étoiles et à leurs planètes.”

Même satisfecit pour Jon Morse, directeur de la division d’astrophysique de la NASA :

“Nous nous attendions à ce que Kepler découvre en premier lieu de telles exoplanètes. Ce n’est qu’une question de temps avant que le télescope ne détecte des planètes extrasolaires de plus en plus petites (…) avant de découvrir la première planète sœur de la Terre.”

L’observation des planètes n’est pas directe. Pour les repérer, Kepler scrute quelque 100 000 étoiles sur les millions qui se trouvent dans son champ de vision. Le passage d’une planète entre l’une de ces étoiles et le satellite provoque une infime variation de la luminosité de cette étoile. C’est cette variation que Kepler est capable de détecter et de mesurer, pour en déduire qu’une planète est passée par là. C’est ce qu’on appelle la méthode du transit. Le photomètre de Kepler est un assemblage de 42 capteurs CCD de très grande précision qui peuvent déceler des fluctuations de l’ordre de 0,002 % de la luminosité.

Identifier une planète n’est pas tout, il faut en déterminer les caractéristiques. L’une de ces caractéristiques, la distance qui sépare cette planète de son soleil, est déterminante pour les scientifiques dans leur quête d’une planète habitée ou habitable. Les données fournies par Kepler permettent de connaître la période de révolution de la planète, puisque la variation de luminosité de l’étoile se répète à intervalles réguliers. Grâce à la troisième loi de Kepler, justement, on peut déduire de la période de révolution la distance qui sépare la planète du centre de son orbite, c’est-à-dire de son soleil. On peut donc savoir si la minuscule planète située à des milliers d’années-lumière se situe dans la zone d’habitabilité de son étoile, ni trop près ni trop loin.

Photo : NASA

[La dernière partie de cette note est empruntée à une note précédente sur le sujet. De l’autoplagiat…]

Une “boîte à questions” est désormais à votre disposition. L’idée est de sélectionner deux  d’entre elles chaque mois – pour le moment – et de chercher pour vous les réponses, sur le modèle du New Scientist. Vous pouvez d’ores et déjà nous poser vos questions à cette adresse : enquetedesciences@gmail.com

http://sciences.blog.lemonde.fr/2010/01/04/cinq-exoplanet...

 

27/11/2009

5 objets célestes époustouflants

objet céleste

 

 

L'espace est un endroit fascinant et effrayant à la fois : il est le siège de phénomènes colossaux qui dépassent parfois notre sens commun.

L'objet de ce dossier est de (re)découvrir cinq magnifiques objets identifiés dans le cosmos et de comprendre en quoi ils sont remarquables.


A découvrir dans ce dossier :

» La comète de Halley
» Nébuleuse de l'hélice NGC_7293
» La nébuleuse de l'aigle
» La nébuleuse de la tête de sorcière
» La nébuleuse à tête de cheval
» D'autres superbes formations célestes en images

 

comète de Halley

 

La comète de Halley

 

Toutes les comètes ne reviennent pas nous visiter périodiquement mais quelques autres nous sont familières.

Ce sont de magnifiques objets spatiaux caractérisés par leurs longues traînées de parfois plusieurs millions de kilomètres. Le dernier passage de la comète de Halley près de notre planète a eu lieu en 1986, mais la pollution lumineuse a souvent empêché son observation. Prochaine visite de l'astre : 2061.

 

Nébuleuse de l'hélice NGC_7293

 

Nébuleuse de l'hélice NGC_7293

 

Distance depuis la Terre : 700 années lumière.

Découverte en 1824, cette nébuleuse est également surnommée "Oeil de Dieu". Son autre nom lui a été donné car elle ressemble à une spirale, comme la double hélice d'ADN. Avec le temps, cette nébuleuse va se transformer en naine blanche, devenant alors une étoile très petite et dense. Le coeur central de cette nébuleuse brille fortement et illumine les gaz environnant, pour notre plus grand plaisir d'observateurs humains.

 

nébuleuse de l'aigle

 

La nébuleuse de l'aigle

 

Son autre nom est "M6 amas ouvert", elle se situe à 7000 années lumière de la Terre.

On peut observer sa plus brillante étoile avec une bonne paire de jumelles et un ciel dégagé. En 2007, une équipe d'astronomes a conclu de ses observations que l'image que nous avons de cette nébuleuse n'est pas vraiment fidèle à la réalité : une supernova a en effet probablement déjà éclaté dans cette région de l'espace, faisant voler la nébuleuse de l'aigle en éclats.

 

nébuleuse de la tête de sorcière

 

La nébuleuse de la tête de sorcière

 

Située à 1000 années lumière de nous, il s'agit d'une nébuleuse par réflexion : c'est la poussière dont elle est constituée qui réfléchit la lumière des étoiles environnantes.

C'est l'étoile de Rigel qui éclaire cette nébuleuse et la fait apparaître bleutée. L'explication : la poussière reflète mieux le bleu que le rouge, comme notre atmosphère terrestre d'où le ciel bleu au-dessus de nos têtes. C'est parce que l'on y devine le visage d'une sorcière que la nébuleuse IC2118 est ainsi baptisée.

 

La nébuleuse à tête de cheval

 

La nébuleuse à tête de cheval

 

De son vrai nom Barnard 33 IC434, cette nébuleuse est un autre magnifique phénomène qui apparaît dans la constellation d'Orion.

On l'a découverte en 1888 et elle figure depuis parmi les plus célèbres objets célestes. On l'aperçoit d'ailleurs régulièrement dans les médias en raison de sa forme caractéristique.  Il s'agit d'une nébuleuse sombre, c'est à dire constituée de poussières rassemblées là où il y a peu d'étoiles. C'est en général dans ce type de nébuleuses que se forment les étoiles. 


» Suite : D'autres superbes formations célestes en images

http://www.maxisciences.com/com%e8te-de-halley/5-objets-c...

 

Petite banniere 400x50

 

00:37 Publié dans Découvertes Astronomie, Espace, Laniakea, Grand Attracteur | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

Une météorite se désintègre au-dessus de l'Afrique du Sud

Paru le 2009-11-26 15:46:00

Afrique du Sud - Samedi 21 novembre dernier, aux alentours de 23 heures, les habitants de la province du Gauteng, en Afrique du Sud, ont pu observer une lumière aveuglante liée à la désintégration d'une météorite dans l'atmosphère terrestre. Un spectacle impressionnant, immortalisé par une vidéo que Maxisciences vous propose de découvrir.

Les habitants de Johannesburg et de Pretoria sont nombreux à avoir observé ce spectacle venu de l'espace. Les scientifiques du planétarium de Johannesburg ont rapidement lancé un appel à témoins pour essayer d'obtenir une vidéo de l'événement, et un enregistrement amateur a été posté mardi sur YouTube.

On y découvre un
ciel nocturne nuageux, illuminé par une soudaine lueur puis par un flash aveuglant. "Nous avons vu une grosse boule de feu illuminer le ciel, comme en plein jour" ont déclaré les témoins de la scène.

C'est la désintégration de l'objet, ayant pénétré à très grande
vitesse dans notre atmosphère, qui a entraîné ce phénomène lumineux.

 Une météorite se désintègre au-dessus de l'Afrique du Sud
http://www.youtube.com/watch?v=VHH8cXM4_n4&feature=pl...

 

13/11/2009

Nibiru ou la planète X, n'existe pas ?

Depuis la projection du film 2012, sorti en salle le 11 novembre 2009, la Nasa s'évertue à nier l'existence de la planète Nibiru ou Planète X !

La Nasa obligée de démentir la fin du monde

Quel crédit accorder à la NASA qui est aux mains des Illuminati-Reptiliens qui ont aussi le contrôle sur  l'Area 51, base secrète militaire située dans le Nevada et qui bénéficie d'un département UFO ou OVNI ?

La preuve que la NASA avait découvert la planète X ou Nibiru, dès les années 1980.
On se moque de qui ?

Un article paru dans The Detroit News, en janvier 1981.
L'article n'est pas très lisible mais identifiable quand même :

1981_news_nibiru_detriot.jpg
Localisation de la planète X ou Nibiru
Rapport de 1988 par Robert Sutton Harrington de la NASA
nph-iarticle_query-Nasa 1988.pdf
 
 
 

Qui est Robert Sutton Harrington ?
 
 

Nibiru planet X 2012 PROOF of Government conspiracy
http://www.youtube.com/watch?v=iKn_2neBSyo

Rapport Sur La Découverte de Nibiru RS Harrington de La Nasa Du 17 Mai 1988

 

 

04/11/2009

Les Univers Gémellaires par Jean-Pierre PETIT

Jean-Pierre Petit - Le MHD et les Univers jumeaux

Jean-Pierre Petit (astrophysicien, mécanicien des fluides, physicien des plasmas, directeur de recherches au CNRS) présente ses recherches :

1) sur les "aérodynes MHD" (des accélérateurs magnétohydrodynamiques à écoulement externe de l'air ionisé) qui ressemblent aux "soucoupes volantes" ; et

2) en astrophysique, avec la théorie des univers jumeaux appliquée au voyage interstellaire.


http://www.dailymotion.com/video/xswfn_jeanpierre-petit-mhd-et-univers-jum_tech

 


Un modèle cosmologique : le Twin Bang

http://www.jp-petit.org/science/f200/modele_cosmo_gemellaire.pdf


La théorie des Univers Gémellaires expliquée au format PDF
:

Univers gémellaires par Jean-Pierre Petit.pdf

 

Univers gémellaires par Jean-Pierre Petit