Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2011

Les astres seraient plus proches qu’on ne le croit

Info rédaction, publiée le 14 janvier 2011
les-astres-seraient-plus-proches-qu-on-ne-le-croit_23396_w250.jpg

Les astres seraient plus proches qu’on ne le croit

Si les astronomes ont pour habitude de calculer les phénoménales distances qu’il y a entre les astres, ils se basent pour cela sur des standards qui ne sont pas remis en question. Or, des scientifiques viennent de découvrir que certains de ces standards étaient largement sous-évalués, ce qui a pour conséquence de donner des distances bien plus importantes qu’elles ne le sont en réalité.

Les nouvelles observations qui viennent d’être présentées au 217e meeting de la société d’astronomie américaine (American Astronomical Society) ont réservé quelques surprises de taille… ou de distance plus exactement, rapporte Sciences et Avenir.

En effet, Delta Cephei, une étoile du nord visible à l’œil nu, donne son nom à toutes les étoiles de même classe : les céphéides. Ces étoiles géantes ont été prises comme référence pour déterminer les distances interstellaires en fonction de la variation de leur luminosité, plus ou moins importante en fonction de la distance. Mais les observations du Spitzer Space Telescope de la Nasa remettent cette classification en question car des propriétés totalement inattendues concernant ces étoiles viennent d’être découvertes.

La caméra infrarouge du télescope a permis aux astronomes de découvrir une nébuleuse de gaz et de poussière jusqu’ici inconnue. Entourant Delta Cephei, elle créée une onde identique à celle d’un navire fendant les eaux. D’après la vitesse connue de l’étoile et sa taille, les astronomes ont pu calculer que Delta Cephei devait perdre la quantité phénoménale de 2.000 tonnes de matière par seconde, soit un million de fois plus que le Soleil. Or le télescope semble montrer que 25% de toutes les autres céphéides sont elles aussi entourés de semblables nébuleuses, faussant tous les calculs effectués jusqu’ici.

Cette perte de matière explique pourquoi les cépéhéides sont beaucoup moins massives qu’elles ne devraient l’être selon les théories des modèles stellaires. Mais d’autre part, les nébuleuses absorbent une importante quantité de lumière, ce qui fait donc paraître ces étoiles beaucoup plus lointaines qu’elles ne le sont en réalité.

Les instruments des astronomes devront donc être recalibrés pour tenir compte de ces nouveaux éléments, à moins d’être équipés, comme le James Webb Space Telescope, d’instruments infrarouges qui permettent de fournir des informations beaucoup plus précises.


http://www.maxisciences.com/astre/les-astres-seraient-plu...


Nibiru : 3 soleils se sont levés en Chine ! Vraiment ?

Nous avons mis en ligne précédemment, un article concernant les 3 soleils qui se seraient levés en Chine.

3 soleils apparaissent en Chine ! Un signe cosmique annonciateur du changement qui arrive ?  

http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2011/01/12/3-sole...

   

   
Réflexions et recherches faites, il se pourrait bien qu'il ne s'agisse pas de 3 soleils qui se soient levés en Chine mais bien de Nibiru qui arrive derrière le Soleil avec ses deux ailes.


Nous vous rappelons que Nibiru est aussi appelée la planète ailée et qu'il s'agit d'une géante rouge qui serait le compagnon noir de notre soleil, qui aurait un cycle de révolution de 3600 ans.

Voir par ailleurs, la théorie développée par Jean-Pierre PETIT sur les Univers Gémellaires.

 

Les Univers Gémellaires par Jean-Pierre PETIT
http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2009/11/04/les-un...

Nous rappelons que Nibiru n'est visible que sous la fréquence des rayons infra-rouges.

  

Dans l'article de la BBC ci-dessous, la Nasa nous annonce avoir découvert avec le Chandra de la NASA X-ray Observatory, une géante rouge mangeuse d'étoiles ou de planètes.


Cannibal star consumes neighbour
http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-11313601

  

L'article a été traduit avec Google et se trouve à la fin du présent article.

  

Dans la vidéo ci-dessous le présentateur nous indique que la Nasa a retouché les photos pour leur faire faire une rotation et nous empêcher d'identifier Nibiru.

 

Nibiru - New Nasa photos of a Winged Planet (6:18 min)
http://www.youtube.com/watch?v=Spvg0-i--k4&feature=related

 

    

 
Voici les photos délivrées par la NASA dans l'article de la BBC

BP Psc

 

Et voici ce qu'elles donnent  lorsque nous les rétablissons.

 

 

 

 

Voici comment les anciennes civilisations représentaient Nibiru

 

 

Comment Nibiru a été représentée par un Crop Circle

  

 

 

Source : La douzième planète : Nibiru
 
Revenons à présent à notre vidéo relative aux 3 soleils qui seraient apparus en Chine.
  
Triple suns over China HD 


 
Nous avons extrait les photos de la vidéo en assombrissant volontairement les images afin de mettre en évidence l'existence d'une planète sombre derrière le Soleil.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Voici ce que la photo du Soleil  donne avec les deux supposés soleils qui dépassent de chaque côté.
 
 
Si l'on superpose la photo ci-dessus avec celle ci-dessous, cela donne quoi d'après vous ?
Un soleil de chaque côté de notre soleil ou Nibiru, la planète ailée qui arrive derrière le soleil ? Etonnant, n'est-ce pas ?
 
 
 
L'article paru le 15 septembre 2010 sur BBC Nouvelles

 

Une étoile cannibale qui consomme ses voisins

 

15 Septembre 2010 Dernière mise à jour à 12:50 

BP Psc
Vue d'artiste (à droite) montre la géante rouge BP Psc avec un disque en orbite un environnement inhabituel poussiéreux

Une étoile qui peut avoir avalé son voisin - soit une étoile ou une planète géante - a été trouvé avec l'aide de Chandra de la NASA X-ray Observatory.

La découverte peut faire la lumière sur l'interaction complexe entre les planètes et les étoiles.

Dans Astrophysical Journal Letters, les chercheurs disent que l'étoile était apparue tout à fait jeune, mais peut en fait être beaucoup plus âgée.

Elle pourrait être un géant de milliards ans rouge "mangé" un jeune compagnon, dont les vestiges sont encore visibles aujourd'hui.

BP CFP est une version plus évoluée de notre Soleil, située à environ 1.000 années-lumière de distance.

Les scientifiques ont commencé à étudier les étoiles il y a 15 ans et ont été intrigués par son aspect inhabituel.

Vieille ou jeune ?

Elle ne ressemblait pas à un géant rouge typique: elle possédait un disque poussiéreux en orbite. Ces disques sont le genre qui donnent naissance à des planètes autour des étoiles jeunes - pas le genre de fonction qu'on pouvait attendre autour d'une vieille étoile.

En outre, les étoiles les plus jeunes forment un amas, et BP Psc a été isolée, a noté l'équipe dirigée par Joel Kastner de l'Institut de technologie de Rochester, New York.

"Plusieurs personnes l'ont observée et ils n'ont pas été en mesure de trouver une jeune étoile près de BP de la CFP, a déclaré le professeur Kastner.

"C'est l'une des choses qui ont fait que Ben [Zuckerman] et moi-même avons soupçonné que ce n'était pas réellement une jeune étoile."

Dans le même temps, l'étoile ne correspond pas à l'image typique "des étoiles âgées".

Outre le disque en orbite, il y a des jets sur l'orbite de BP Psc qui soufflent dans des directions opposées, imitant la façon dont les jeunes étoiles se débarrassent des débris du disque quand il tombe sur la surface de l'étoile.

Comme c'est le cas avec les  anciennes étoiles, il ya très peu de lithium élément dans l'atmosphère BP CFP. La gravité de surface est également assez faible.

X-ray preuves

Des données récentes de l'observatoire orbital Chandra X-ray montrent également que l'étoile n'a pas l'âge que certains indicateurs avaient suggéré.

"Le dernier élément, qui, pour moi, est le clou dans le cercueil que BP Psc qui fait qu'elle serait plus âgée plutôt que jeune, c'est que son taux de production de rayons X est très similaire aux vieilles étoiles, encore en rotation rapide, les étoiles géantes qui ont une température de surface similaire à BP de la CFP, "dit Kastner.

L'astronome a noté que si l'étoile était jeune, elle aurait été une source beaucoup plus forte de rayons X dans le ciel nocturne.

"Nous les regardions un jour avec Chandra sur BP de la CFP et nous avons seulement détecté environ 18 rayons-X. On pourrait presque les nommer," a-t-il dit.

 

_49110043_r650281-gas_giant_exoplanet-spl.jpgLes scientifiques croient que BP CFP peut fournir des indices sur la formation des exoplanètes

 

Après avoir examiné tous les éléments de preuve, l'équipe a décidé qu'ils étaient les témoins d'un cas rare de «cannibalisme stellaire".

Les scientifiques croient que quelque temps après BP CFP a entrepris l'expansion dans sa phase de "géante rouge" - la phase tardive de l'évolution stellaire - et qu'elle a "consommé" son voisin malchanceux.

"Il semble que BP Psc représente une étoile mangeuse d'étoiles de l'Univers , ou peut-être une étoile mangeuse de planètes", a déclaré le professeur Kastner.

«De toute façon, cela montre simplement qu'il n'est pas toujours facile d'avoir des amis là-bas."

 

Il a expliqué que le compagnon de l'étoile géante est probablement "tombé" à l'intérieur et a été «digéré».

«Nous n'avons jamais réellement trouvé un tel exemple. Je pense que BP CFP est l'exception d'une telle interaction, a-t-il expliqué.

«Notre travail est basé sur la spéculation que nous observons que cette étoile en est au point où elle a avalé son compagnon et donc formé un disque. Une partie du matériel qui était autrefois son compagnon est tombé à l'intérieur de l'étoile et une partie a dû tourné à des vitesses élevées, et c'est ce que nous voyons. "

Un autre scientifique travaillant à l'étude a noté que la «cannibale» a également montré une activité magnétique qui aurait pu être générée par une «dynamo». Cette situation aurait pu se produire grâce à la rotation rapide de l'étoile, provoqué à son tour par le processus de phagocytose.

"Il semble que BP CFP a été dynamisée par ses repas", a déclaré Rodolfo Montez Jr, de l'Institut de technologie de Rochester.

Nouvelles planètes

Les astronomes pensent que ce qui est arriv au malheureux voisin de BP Pcs peut à un moment donné arriver à notre Terre aussi.

"BP Psc nous montre que les étoiles comme notre Soleil peut vivre tranquillement pendant des milliards d'années, mais qu'elles pourraient prendre une étoile ou une planète ou deux avec elles», dit un autre co-auteur, David Rodriguez, de l'Université de Californie, Los Angeles.

Les astronomes sont en train d'étudier de l'étoile, l'orbite poussiéreux autour du disque à la recherche de nouvelles planètes qui peuvent se former dedans.

«Pour comprendre les planètes extrasolaires, qui sont maintenant découvertes par la douzaine, nous avons besoin de comprendre comment les planètes pourraient se former et donc là où nous devrions aller les chercher», a déclaré le professeur Kastner.

"Je pense que cet objet est particulièrement intéressant car il nous donne une motivation pour trouver de jeunes planètes autour d'une vieille étoile."

http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-11313601

 

Rayon X : cas de cannibalisme stellaire

http://legnome.net/2010/09/14/

 

2011: tempêtes solaires en vue !

L'art de minimiser les conséquences des éruptions et des radiations solaires !
 
Éric Allen, enseignant en astrophysique, explique les perturbations solaires à venir. Photo Éric Guertin

Éric Allen, enseignant en astrophysique, explique les perturbations solaires à venir. Photo Éric Guertin

Emilie Vallée
Publié le 12 Janvier 2011
         Emilie Vallée 

Les télécommunications pourraient être perturbées

Dans le film 2012 mettant en vedette John Cusack, la fin du monde débute par un réchauffement du noyau terrestre alimenté par les éruptions solaires. La fiction n'étant pas si loin de la réalité, l'année 2011 annonce le début d'un cycle solaire qui amènera certaines perturbations.

Toutefois, rien de grave à craindre, les répercussions de ce phénomène devraient être mineures. Le soleil qui se repose depuis quelques années devrait entrer dans une phase de turbulences. «Le soleil connait des cycles d'environ 11 ans. On observe le phénomène à partir des tâches qui reflètent des zones plus froides où la matière a été éjectée», explique Éric Allen, professeur d'astrophysique au Cégep de Trois-Rivières. «Le cycle recommence en 2011 et le pic des éruptions devrait être atteint en 2013», poursuit l'enseignant.

Ordinateurs                         

Les répercussions de l'activité amplifiée du soleil sont notamment l'apparition des aurores boréales. «On pourrait aussi avoir certains problèmes avec des satellites, les télécommunications et la mémoire d'ordinateurs», ajoute Éric Allen.

Rappelons qu'en 1989, une tempête solaire a plongé la province dans le noir pendant neuf heures.

Perdre le nord?

Nous avons aussi demandé à Éric Allen de nous parler du changement du champ magnétique de la Terre. «Le champ magnétique a déjà basculé. Ça se produit environ à toutes les 50 milliards d'années et il semblerait que ce soit près d'arriver, mais on ne peut pas savoir quand précisément. Le Nord et le Sud vont alors s'inverser. Cela pourrait entre autres déstabiliser les oiseaux qui s'orientent avec le champ magnétique», détaille le professeur.

La fin du monde                                                               

Et la fin du monde en 2012? «Je n'y crois pas. Il y a toujours des phénomènes que quelques-uns trouvent et qui prévoient la fin du monde et ça n'arrive pas», conclut-il.

http://www.lhebdojournal.com/Societe/Environnement/2011-0...

 

Soleil : Éjection de Masse Coronale du 13 janvier 2011


Aujourd'hui le "sdo" a eu quelques problèmes de vignettage sur ses transmissions !
Et puis cet après-midi le soleil a émis une boule de plasma !
 
 
Commentaires de Space Weather à propos de cette CME :
 
Thursday, Jan. 13, 2011 - An active region on the far side of the sun erupted this morning, hurling a bright CME into space. NASA's STEREO-B spacecraft happens to be stationed almost directly over the blast site. The spacecraft's extreme UV telescope caught the explosion from the beginning; this movie shows the eruption and the shadowy shock wave it propelled through the sun's atmosphere.

The source of this activity, probably a big sunspot, is on the farside of the sun now, but won't remain there. The sun's rotation is turning it toward Earth. Geoeffective solar activity could commence within days. Stay tuned.
 
http://science.nasa.gov/science-news/science-at-nasa/2010...

Trad. approx.: 13 janvier 2011 - Une région active sur la face cachée du soleil a explosé ce matin, lançant une brillante CME [Éjection de Masse Coronale] dans l'espace. [...] Le satellite STEREO-B de la NASA est stationné presque directement au-dessus du lieu de l'explosion. Le téléscope spatial d'extrême UV a capté l'explosion depuis son début ; ce film montre l'éruption et l'ombre de l'onde de choc qu'elle a propulsée à travers l'atmosphère du soleil.

La source de cette activité, probablement une grosse tache solaire, se trouve actuellement sur la face cachée du soleil, mais n'y restera pas. La rotation du soleil est en train de tourner la tache vers la Terre. Une activité solaire géo-effective pourrait commencer sous quelques jours. Restez branchés.




Le soleil se lève avec deux jours d'avance au Groenland

Encore une anomalie parmi tant d'autres, mais tout va bien !

13 janvier 2011

Ce mardi à 12:56:57, le soleil s’est levé sur Ilulissat, ville de l’ouest du Groenland où habitent 4500 personnes. Une petite ville accessible uniquement par air ou par mer, qui s’est fondée surtout par la chasse à baleine.

Problème de taille: le soleil est arrivé avec deux jours d’avance. La Terre a-t-elle modifié sa trajectoire, mettant fin plus tôt à la nuit polaire ? Comme ce n’est bien entendu pas le cas, les chercheurs et chercheuses penchent pour un abaissement de l’horizon.

La raison : le réchauffement climatique, qui se fait particulièrement sentir dans la zone arctique. Rien n’est plus absurde en effet à notre époque de raisonner en terme de « nation » : il faut penser à l’échelle de Gaïa, car les activités humaines ont provoqué de sévères dégâts, jusque l’arctique et l’antarctique.

Ainsi, dans le détroit de Hudson, au Canada, la température était à Noël de 3 degrés Celsius… au-dessus de zéro, au lieu d’entre -19 et -27°. Globalement, la température au Groenland a été ces derniers mois de trois degrés au-dessus de la moyenne…

Le glacier d’Ilulissat, par exemple, dont la superficie est de 4 024 km², fond au rythme d’entre 25 et 40 mètres par jour, ce qui fait 20 milliards de tonnes d’icebergs par jour (c’est l’équivalent de la consommation d’eau douce par les gens en France).

En Europe, on considère que d’ici la fin du siècle, les ¾ des glaciers auront disparu ; le chiffre est d’entre 15 et 27% pour le reste du monde.

Et donc quand on pense à la fonte des glaces, il faut également penser à l’Antarctique. L’île de Géorgie du Sud, où est présente une très riche faune, est l’endroit où viennent mourir des icebergs géants, qui se rompent et se morcellent, et dont la fonte vient troubler l’équilibre naturel.

Le phénomène se généralise tellement qu’il y a même une sorte de tourisme qui se forme pour aller sur cette île. Le processus de fonte dure des mois ou des années, et l’on peut observer ces véritables montagnes.

Lorsque l’iceberg appelé « A-38 » qui faisait 300 gigatonnes (soit 300 x 109 tonnes) a amené 100 milliards de tonnes d’eau douce en 2004, on a pu constater comment changeait la densité de l’eau, comment des nutriments étaient apportés aux algues, mais comment parfois le krill cessait d’être présent, avec de terribles conséquences sur la chaîne alimentaire. On pense que 80% du krill antarctique a disparu ces 30 dernières années ;

Gaïa est en train de subir une agression d’une brutalité sans pareille, ressentie jusqu’à l’arctique et l’antarctique. Quand on pense aux animaux, on ne doit pas penser à soi dans un endroit donné, mais à la Terre dans toute sa richesse, sa complexité et son intégralité.

Penser à ce qui se passe en arctique et en antarctique, quand on est sincèrement pour la libération animale, ne peut qu’amener à prendre conscience de la réalité globale de notre planète.

 

 

http://news.orf.at/stories/2035937/2035934/