Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2015

Astéroïdes : comment les dévier pour mieux protéger la Terre ?

Instaurez les liens !

Ben voyons ! Comme par hasard, ils se posent la question de savoir comment détourner un astéroïde qui serait dangereux pour la Terre, dans un article paru hier dans Futura science.

L'article reprend les arguments développés dans cet article Breaking News : Une comète de 3 km de diamètre se dirige droit sur Terre avec des cris et des sons démoniaques mystérieux! (vidéos) qui dit qu'à l'heure actuelle personne n'a les moyens technologiques de détourner les astéroïdes, et que l'unique solution actuelle, serait celle de faire exploser une charge nucléaire près de l'astéroïde avec les conséquences que nous connaissons. Ils ne seraient prêts soi-disant à dévier les astéroïdes, qu'en 2022.

La question est donc celle de savoir, comment feront-ils pour dévier la comète qui se dirige vers la terre et qui devrait percuter NY, entre les 15 et 28 septembre 2015 ?

Soyez attentifs aux mouvements de toutes les armées dans le monde, aux tests et aux ventes des missiles nucléaires ! 

Dans ce contexte de préparation mondiale, est-ce un hasard, si l’accord de Vienne sur le nucléaire Iranien a été entériné  par l’Onu, le 21 juillet 2015 ?

 


Astéroïdes : comment les dévier pour mieux protéger la Terre ?


Le 25/07/2015 à 13:37 - Rémy Decourt, Futura-Sciences

Face au risque (faible mais pas nul) qu'un astéroïde de taille importante frappe la Terre, les agences spatiales étudient les moyens possibles pour protéger la planète. Selon l'idée actuelle, la déviation de l'objet serait la solution la plus pragmatique. Il ne reste plus qu'à acquérir les technologies nécessaires, ce qui n'est pas si simple…

La déviation est la solution retenue pour protéger la Terre d'une collision avec un astéroïde. Bien qu'il existe d'autres solutions, celle-ci semble faire l'unanimité. © Esa, P. Carril

 La déviation est la solution retenue pour protéger la Terre d'une collision avec un astéroïde. Bien qu'il existe d'autres solutions, celle-ci semble faire l'unanimité. © Esa, P. Carril

Parmi les 600.000 astéroïdes connus dans notre Système solaire, environ 10.000 sont classés comme géocroiseurs et proches de nous (NEA, pour Near Earth Asteroids en anglais), présentant donc une menace pour la Terre. En d’autres termes, soit leur orbite coupe celle de la Terre, soit elle s’en approche si près qu’une modification de cette orbite pourrait les amener sur une trajectoire de collision avec notre Planète.

Or, si tous les géocroiseurs de plus d'un kilomètre sont connus, seuls 80 % de ceux de 500 mètres, 20 % de ceux de 300 mètres et 10 % de ceux de 100 mètres sont recensés pour l'instant. En raison de l’amélioration des moyens d’observation et de surveillance du ciel, le nombre d’objets potentiellement dangereux pour la Terre ne peut qu’augmenter. D'autant que les progrès réalisés dans les optiques et les CCD (Charge-Coupled Device ou dispositif à transfert de charge) rendent la détection et la caractérisation des astéroïdes à la portée de tous les astronomes amateurs.

Avec un tel potentiel de découverte, on ne peut que jouer à se faire peur. Et, bien que les statistiques nous rassurent, le risque de collision étant tout de même voisin de zéro, les agences spatiales ne peuvent pas rester les bras croisés. Aujourd’hui, les scénarios de menaces des NEO sont connus et les exercices de simulation de collision avec la Terre permettent de se faire une idée précise des réponses à apporter pour s'en protéger. Et cette réponse, c’est la déviation, seule solution réaliste.

Connaître les éphémérides des astéroïdes

Toutefois, la première priorité est de mieux connaître les éphémérides des astéroïdes afin de permettre de lever les doutes sur des risques de collision. Aujourd'hui, les calculs de trajectoire sont si hasardeux que de nombreux astéroïdes sont annoncés comme impacteurs possibles avant que les scientifiques ne se rétractent. S'il subsiste une incertitude, la caractérisation de l'astéroïde menaçant devient la priorité. Taille, densité, structure interne et composition sont des paramètres essentiels qui détermineront de quelle façon l'astéroïde sera dévié de sa trajectoire.

Le Cnes veut profiter du prochain passage d’Apophis au-dessus de la Terre, en 2029, pour envoyer une sonde voler en formation avec lui. L’objectif de la mission est de mieux connaître sa structure interne et son comportement aux effets de marée provoqués par la Terre, voire d’être en capacité de le dévier. © DR
Le Cnes veut profiter du prochain passage d’Apophis au-dessus de la Terre, en 2029, pour envoyer une sonde voler en formation avec lui. L’objectif de la mission est de mieux connaître sa structure interne et son comportement aux effets de marée provoqués par la Terre, voire d’être en capacité de le dévier. © DR

Trois solutions pour dévier un astéroïde

La solution de facilité est de faire exploser à proximité de sa surface une charge nucléaire pour le dévier. L’astéroïde ne se fragmentera pas, même ceux constitués d’un empilement de débris. On s’attend à ce que le flux neutronique au contact de sa surface soit en mesure de le dévier de sa trajectoire. Autre méthode : un impacteur lancé à très grande vitesse contre l'astéroïde. Dans ce scénario, les scientifiques prévoient que la zone de l’impact va chauffer et provoquer un dégazage ce qui, additionné à la force de l’impact, devrait être suffisant pour le dévier de sa trajectoire.

Enfin, si l'astéroïde est découvert suffisamment loin de la Terre, la troisième idée est celle du tracteur gravitationnel. Un engin suffisamment massif évoluant tout près de l'astéroïde pourrait le faire dévier lentement de sa route. Une technique qui sera testée sur l'astéroïde Apohis dont les possibilités d’impact dans les années à venir sont en débat. A contrario, si l’astéroïde est découvert trop près de la Terre, aucune de ces solutions de déviation n'est envisageable, par manque de temps.

De toute façon, et c'est là que le bât blesse, aujourd'hui, on ne sait pas dévier un astéroïde. Aucune démonstration n'a été réalisée, à l’exception de la mission Deep Impact de la Nasa qui consistait surtout à creuser un cratère pour en étudier les éjectas. L’urgence est donc d’arriver à une coopération mondiale, de coordonner les efforts d’étude des technologies nécessaires et d’avancer sur les politiques de recherche et de développement afin d’être prêt le jour où une menace sera confirmée. C'est ce que préparent la Nasa et l'Esa avec la mission Aida qui doit dévier un astéroïde inoffensif en 2022.

 

16/01/2015

Au coeur du cosmos. Retour aux origines

 


03/12/2014

Docteur Konstantin G. Korotkov Le Photon en Image - Quantiqueplanète Reims 2012

Encore des preuves scientifiques que l'Homme est électrique, relié à l'UNIVERS et à la Terre électriques et un être de lumière, notamment par le biais de ses chakras et de ses cellules électriques. 

Vous connaissez l'effet Kirlian, ces images sombres entourées d'un halo électrisé. Les recherches menées depuis plus de dix ans par le Pr Korotkov ont démontré que cet effet de « couronne » est provoqué par une excitation électrique des gaz diffusés par la peau humaine, ce qui ouvre la voie à un procédé scientifique d'imagerie électro-photonique (EPI). L'équipe du Dr Korotkov à Saint-Pétersbourg a ainsi démontré que les « flammèches » fournissent, par leur forme et leur localisation, des informations importantes à propos de l'état de santé physique et psychologique de la personne testée.

le Pr Korotkov se base sur les récentes théories issues de l'évolution de la physique et de la cosmologie pour montrer que l'univers est de nature non physique et que son émergence peut se faire à partir d'un champ de potentialité plus subtil que l'énergie elle-même, un champ immatériel qui ressemble davantage à un champ de conscience qu'à de la matière.

cliquez ici pour plus d'informations concernant cette image

Le photo ou la particule de lumière

Docteur Konstantin G. Korotkov Le Photon en Image
Quantiqueplanète Reims 2012


International Union of Medical and Applied Bioelectrography

Human Light System

http://iumab.org/index.php/human-light-s-system

http://korotkov.tv/images/stories/74780_421425157891768_812222946_n.jpg

 

http://www.korotkov.eu/

http://korotkov.tv/

http://korotkov.tv/index.php/productions/human-lights-sys...

GDV CAMERA by DrK & Kirlian Techniques

http://gdvcamera.com/

 

 

02/12/2014

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs". L'invention des électrons tueurs !

Voilà que maintenant on nous invente l'existence "d'électrons Tueurs "!

Il faut bien nous faire peur de l'UNIVERS-DIEU dont nous sommes tous issus ! C'est faire abstraction que l'UNIVERS est électrique, que la Terre est électrique et que l'Homme est électrique ainsi que toutes ses cellules qui participent grâce à leurs électrons à favoriser notamment, la fonction respiratoire des cellules.

Voir la Mitochondrie, l'appareil respiratoire de la cellule : ICI

Et la chaîne respiratoire de la cellule avec les Réactions d'oxydo-réduction - Relation de Nernst - NAD(P)+

Chaîne respiratoire - Théorie chimio-osmotique - Synthèse d'ATP : ICI 

Schema de la respiration cellulaire

On vous parle bien d'examens médicaux tels que : l'électro-encéphalogramme, d'électro-myogramme, d'électro-cardiogramme, et de l'IRMN, Investigation à la résonance magnétique nucléaire (noyau des atomes). C'est bien que nous sommes tous des êtres électriques animés par les électrons.

En revanche, il faudrait surtout que la NASA nous explique comment elle fait depuis des décennies pour passer les ceintures de radiation de VAN ALLEN sans cramer les astronautes et leurs engins spatiaux lorsqu'ils traversent ces ceintures de radiations solaires et comment ils font pour voyager durant des années et pour propulser leurs engins dans l'espace durant 10 ans, comme nous en avons eu un exemple dernièrement avec le robot Philae !

 

* - Espace : L'homme peut-il franchir les ceintures de Van Allen ?

Et à ce propos, depuis le temps qu'ils vont dans l'espace, ils découvrent ce bouclier invisible, juste maintenant ?

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs". L'invention des électrons tueurs !

Publié le 2 Décembre 2014

Un bouclier invisible protège la Terre des "électrons tueurs"

Des physiciens ont découvert l'existence d'une nouvelle barrière de particules située à quelques 11 000 km d'altitude, qui protège la planète des électrons à haute énergie venus de l'espace.

A plus de 11 000 km au-dessus de nos têtes, un bouclier invisible nous protège des électrons à haute énergie, des particules très énergétiques surnommées "électrons tueurs" en provenance de l'espace, et qui se déplacent à des vitesses proches de celle de la lumière.Telle est la conclusion d'une étude publiée le 26 novembre 2014 dans la revue Nature.

Pour comprendre, il faut d'abord savoir que la Terre possède un bouclier naturel extrêmement efficace contre les particules à haute énergie en provenance de l'espace : la ceinture de Van Allen (du nom de son découvreur James Van Allen, qui a montré leur existence en 1958). La ceinture de Van Allen est une zone contenant une grande densité de particules très énergétiques, et dont la forme ressemble de fait à une ceinture, entourant la Terre autour de l'équateur magnétique.

Or, la Ceinture de Van Allen est en réalité composée de deux parties distinctes : la ceinture intérieure, située entre 700 km et 10 000 km d'altitude, et la ceinture extérieure, qui se trouve entre 13 000 km et 65 000 km.

Et c'est précisément sur la composition de la ceinture extérieure de Van Allen que porte la découverte réalisée par les auteurs de cette nouvelle étude. En effet, ces derniers se sont aperçus que la ceinture extérieure de Van Allen possède une bordure interne qui est une sorte de barrière totalement infranchissable pour les électrons à haute énergie.

En quoi est-ce une surprise ? C'est que jusqu'ici, les chercheurs pensaient que les électrons à haute énergie étaient capable d'entrer dans la haute atmosphère, pour ensuite être détruits par leurs interactions avec les molécules présente dans l'air terrestre. En réalité, tel n'est donc pas le cas : la bordure interne de la ceinture extérieure de Van Allen empêche totalement les électrons à haute d'énergie d'entrer dans la haute atmosphère terrestre.

Pour parvenir à ce résultat, le physicien américain Daniel Baker (Université du Colorado (Etats-Unis) et ses collègues ont utilisé les données fournies par les deux sondes Van Allen, lancées par la NASA en 2012 dans l'objectif d'étudier l'environnement spatial situé autour de la Terre.

Ces travaux ont été publiés le 26 novembre 2014 dans la revue Nature, sous le titre "An impenetrable barrier to ultrarelativistic electrons in the Van Allen radiation belts" .

 

 

 

 

 

Les preuves que la vie sur Terre provient du Cosmos, des comètes, des astéroïdes, des étoiles et de la Voie lactée.

Est-ce qu'ils vont nous emmerder encore longtemps avec leurs baptêmes forcés, leurs religions reptiliennes et leur monothéisme qui sont  des insultes à l'intelligence humaine ?

Faites votre révolution spirituelle et larguez les amarres avec près de 4000 ans d'emprisonnement dans la matrice reptilienne !

Encore des preuves que la vie sur Terre provient de l'UNI-VERS, ce qui n'a rien à voir avec la religion, et l'invention d'un Dieu Unique ou le monothéisme reptilien !

Tournez vos yeux vers la science et vers l'UNI-VERS dont nous sommes tous issus, au lieu d'aller chercher Dieu dans les églises alors que vous l'avez en VOUS et tout autour de VOUS !

DIEU = l'UNI-VERS GLOBAL ou le TOUT !

RECREEZ l'UNITE avec l'UNI-VERS et avec le TOUT !

Le dossier à télécharger : ICI

 

1  - La nature et la composition des queues des comètes et ICI 

2  - Les Molécules des Comètes

3  - Composition chimique de la comète Hale-Bopp

4  - Découverte de deux nouvelles molécules dans la Voie Lactée

5  - Des molécules indispensables à la vie produites par une étoile super géante

6 - Des acides aminés d'origine extra-terrestre découverts sur une comète

7 - Des acides aminés découverts dans des échantillons de comète

8 - Des morceaux d’ADN dans les météorites - Vidéo ICI

9 - Du sucre détecté autour d'étoiles en formation !

10 - L'adénine du premier ADN : une origine extraterrestre ?

11 - Comètes: des corps "chevelus" de mieux en mieux compris

12 - Une molécule inattendue découverte dans l'espace interstellaire