Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2010

Le président Obama va disposer d’un « bouton d’arrêt d’urgence » d’Internet

Faut bien nous musuler et nous couper de toute information pendant qu'ils trucideront les nôtres dans l'ombre et le silence !

Article placé le 20 juin 2010, par Frédéric Courvoisier (Genève)

Un projet de loi, soutenu par le sénateur Joe Lieberman, pourrait donner au président américain Barack Obama le pouvoir de fermer des pans entiers d’Internet en période d’état d’urgence nationale.

internet

L’initiative parlementaire soutenue par le sénateur Joe Lieberman pourrait être un véritable coup de tonnerre pour internet et pour ses centaines de millions d’utilisateurs à travers le monde. L’initiative donnerait au président américain le pouvoir de « fermer » internet en cas d’urgence dictée par les impératifs impérialistes étasuniens.

L’idée n’est pas nouvelle et repose sur la volonté du département de la Sécurité intérieure des États-Unis (United States Department of Homeland Security) à bâilloner le cyberespace, en cas de conflit majeur, de sorte à empêcher la diffusion d’informations qui seraient défavorables à l’administration américaine.

Mais la législation envisagée par Joe Lieberman, appelée « Protecting cyberespace as a national asset act » (« projet de loi visant à protéger le cyberespace en tant que capital national ») va encore plus loin que ça. Le texte prévoit en effet la création d’un organisme dénommé National Center for Cybersecurity and Communications (Centre national pour la cybersécurité et les communications), qui pourrait, en période critique, prendre la direction des opérations de toute une série d’entreprises figurant sur une liste dressée par la Sécurité intérieure. Il ne s’agit donc pas seulement de réduire au silence tout ceux qui s’opposeraient à la propagande l’ordre mondial, mais de contaminer l’ensemble de la planète en diffusant uniquement les informations qui lui seraient favorables.

Frédéric Courvoisier, pour Mecanopolis

Information communiquée par notre camarade Folamour, du site Crashdebug

04/06/2010

Pont St Esprit : conseil municipal de la Honte!! du 31/05/2010

Vive la démocratie en France !
Voilà ce qui nous attend avec le Nouvel Ordre Mondial, ce n'est qu'un petit aperçu !

 

Pont St Esprit : conseil municipal de la Honte!!
31/05/2010

http://www.youtube.com/watch?v=A_B9NZVaQ6g&feature=player_embedded


 


19/05/2010

TF1, la maison du mensonge

Manipulations des masses par les médias-menteurs.
S'accaparer le temps de cerveau disponible pour vous empêcher de penser et de réfléchir par vous-mêmes !


TF1, la maison du mensonge

http://leweb2zero.tv/video/cbknikii_534b9a839d82f2b

 

Christopher Nick, coauteur de " TF1 un pouvoir " sera programmé 2 fois en prime-time cette semaine sur France 2 :

- " le jeu de la mort " réédition de l'expérience de Milgram dans le cadre de la télé-réalité
http://television.telerama.fr/tele/emission.php?id=16291181


-"le temps de cerveau disponible" analyse de ce phénomène avec l'excellent orateur Bernard Stiegler
http://television.telerama.fr/tele/emission.php?id=16302247


Petit rappel sur l'expérience de Milgram, aujourd'hui interdite par l'association américaine de sociologie (en raison du stress infligé) :

http://www.larevolutionencharentaises.com/spip.php?articl...



Proposition 102 du Manifeste altermondialiste d’Attac (2007) réclame à la fois « des mesures draconiennes anti-concentration », « l’interdiction de la participation des entreprises bénéficiant de marchés publics au capital des chaînes et stations privées » et « la déprivatisation de TF1 par le non-renouvellement de sa concession hertzienne »

16/03/2010

"Les humoristes discréditeraient la parole politique"

On ne mélange plus humour et politique... la matinale doit rester sérieuse... donc règle de 3 minutes max pour Stéphane Guillon... La grande théorie qui émerge en ce moment : "les humoristes discréditeraient la parole politique", il faut donc réduire leur temps de parole... Chantal Brunel, député de la huitième circonscription de Seine-et-Marne, n’a pas apprécié notamment l’humour de Carlier et Guillon...

http://www.ubest1.com/user/VERITE/video/5660

Petite banniere 400x50

 

03:59 Publié dans Censure, LICRA, CRIF | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

16/02/2010

Indépendance vis-à-vis de Sarkozy: ça chauffe entre Elkabbach et Bourdin

Jean-Pierre Elkabbach était l'invité de Thomas Hugues dimanche sur la Cinq, pour l'émission Médias Le Mag.

Sur le plateau de France5, l'interviewer politique d'Europe1 a taclé son confrère et concurrent de RMC, Jean-Jacques Bourdin. Jean-Pierre Elkabbach, qui est de ceux qui acceptent d'aller à l'Elysée pour interviewer Nicolas Sarkozy,  "dénonce l'attitude, à ses yeux, hypocrite de Jean-Jacques Bourdin", qui refuse ces mêmes invitations du président, écrit LePoint.fr.

Sarkozy Bourdin Elkabbach


"Demandez à Bourdin, ce qu'il faisait à l'Élysée, il y a quelques soirs pour la décoration de quelqu'un", a lancé Jean-Pierre Elkabbach sur France 5. "Et ce qu'il a fait pour aller demander, gentiment, discrètement, sous la cape, au Président, de pouvoir l'interroger un jour. Moi, je le fais ouvertement et ça se fait !"

Jean-Jacques Bourdin vient de lui répondre ce mardi matin sur son blog. Dans un billet intitulé "Jean-Pierre Elkabbach a menti", le journaliste de RMC écrit: "Mal informé ou mal intentionné, il a affirmé que je m'étais précipité chez Nicolas Sarkozy lors d'une remise de décoration mardi dernier pour le supplier de venir répondre à nos questions sur RMC."

Blog de Jean-Jacques Bourdin



Avant d'ajouter: "Jean-Pierre Elkabbach, cultivant l'ambiguïté, a même laissé entendre que je serais prêt à me rendre à l'Élysée pour une interview. Il m'a accusé d'être un imprécateur, un faux dur...".

Au sujet de sa présence la semaine dernière à l'Elysée, Bourdin écrit: "La vérité concernant mardi dernier : j'étais à l'Élysée, invité par une amie décorée ce jour-là par Nicolas Sarkozy. En plus de 30 ans de journalisme, c'est la troisième fois que je mettais les pieds 'au palais'. Après la cérémonie, Nicolas Sarkozy s'est approché de moi et s'est étonné que je n'accepte pas d'aller l'interviewer à l'Élysée. Je lui ai expliqué ma position, clairement et précisément. Je ne veux pas me prêter à une opération de communication."

Jean-Jacques Bourdin finit par un tacle bien appuyé envers Jean-Pierre Elkabbach: "Attiré par le pouvoir, au service des pouvoirs depuis tant d'années, il a une conception du journalisme et de l'indépendance des journalistes que je ne partage pas."

Un clash qui ramène à cette phrase qu'écrivait Marianne2 la semaine dernière à propos du tacle d'Aphatie envers le rédac chef de RMC:  "On sait que les grands interviewers du matin, Aphatie, Elkabbach et Bourdin se détestent cordialement."

 

http://www.lepost.fr/article/2010/02/16/1943826_independa...