Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2015

JO-2016: la France partagera son expérience antiterroriste avec le Brésil

C'est ça, bien entendu ! La meilleure de l'année !

Comme cela, ils créeront, formeront, armeront et financeront une branche de nouveaux mercenaires qui s'installeront au Brésil pour leur voler leur pétrole ! Et quand il y auront des attentats chez eux, ils  leur diront qu'ils avaient refusé de collaborer avec certains services de renseignements, que c'est très dommage pour eux et qu'ils n'auront plus qu'à instaurer la Loi Martiale pour 10 ans !

JO-2016: la France partagera son expérience antiterroriste avec le Brésil

Laurent Fabius (à droite) et Mauro Vieira

Lors de sa visite au Brésil, Laurent Fabius a promis son assistance dans la lutte contre le terrorisme.

Au cours de sa rencontre avec la présidente du Brésil Dilma Rousseff dimanche, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a proposé son aide dans l'organisation du système de sécurité antiterroriste au cours des Jeux olympiques d'été de 2016 à Rio.

La France remettra au Brésil des données issues du renseignement national concernant les potentielles menaces terroristes. Car une attaque terroriste semblable à celle qui a secoué Paris le 13 novembre pourrait se produire dans n'importe quel point du monde, selon M. Fabius. La stratégie de lutte contre le terrorisme doit donc revêtir un caractère international, souligne-t-il.

"Le ministre a proposé un échange d'information et d'expérience et le gouvernement brésilien le salue fortement", a déclaré lors d'une conférence de presse conjointe le même jour le chef de la diplomatie du Brésil Mauro Vieira.

Les leaders européens sont préoccupés par la sécurité antiterroriste de Rio, où les Jeux olympiques doivent avoir lieu du 5 au 21 août 2016. Il s'agit des premiers JO à se tenir en Amérique latine. Ils devraient réunir plus de 10.000 sportifs.

 

Iran : Syrie, gaz, nucléaire, la visite de Poutine à Téhéran, porteuse de multiples espoirs

Comme nous pouvons le constater à nouveau, la Russie, est très, très, très isolée ....!

Syrie, gaz, nucléaire, la visite de Poutine à Téhéran, porteuse de multiples espoirs

Hassan Rohani et Vladimir Poutine Hassan Rohani et Vladimir Poutine

Le président russe effectue une visite en Iran où il prendra part au sommet du Forum des pays exportateurs de gaz et rencontrera les dirigeants iraniens. C’est la deuxième fois que Vladimir Poutine se rend en Iran depuis sa première visite, en 2007.

Bien que Vladimir Poutine ne se soit pas rendu en Iran depuis 2007, les relations entre les deux pays sont bonnes. La Russie et l’Iran luttent conjointement contre Daesh. Moscou a entamé une campagne de bombardements aériens en Syrie le 30 septembre dernier. Des avions russes détruisent chaque jour des cibles terroristes. La République islamique, elle, se montre favorable à l’opération russe et n’écarte pas la possibilité d’envoyer dans la région des combattants lutter contre le terrorisme. Les forces spéciales iraniennes seraient même déjà en train de combattre au sol contre l’Etat islamique.

En savoir plus : L’Iran n’exclut pas d’envoyer des forces en Syrie contre Daesh

Pour rappel, la Syrie, l’Irak et l’Iran ont établi un centre d’informations pour coordonner leurs actions militaires dans la lutte contre Daesh au mois de septembre dernier. A n’en pas douter, le règlement de la crise syrienne et la lutte contre Daesh sont à l’ordre du jour de la rencontre entre les deux présidents, Vladimir Poutine et Hassan Rohani.

Le professeur de communication politique de l’Université de Téhéran, Foad Izadi, a expliqué à RT le rôle de l’Iran dans la lutte contre Daesh. «Dès le début du conflit en Syrie, l’Iran a demandé aux forces étrangères de quitter le pays. Mais le gouvernement américain et les alliés des Américains, tels que l’Arabie saoudite et la Turquie ont insisté pour donner des armes et de l’argent à quiconque luttait contre le gouvernement d’Assad», s’est souvenu le professeur, qui a souligné que tout cela avait permis «la création d’un nombre d’organisations terroristes qui mènent maintenant leurs opérations en Europe». «La lutte contre l’Etat islamique fait partie et fera partie de la politique du gouvernement iranien», a conclu Foad Izadi.

D’autres questions internationales urgentes seront également abordées. D’après les dires du conseiller du président russe, Iouri Ouchakov, les deux dirigeants discuteront encore du programme nucléaire iranien et de la lutte contre le terrorisme, notamment contre Daesh.

Selon Foad Izadi, les deux pays sont intéressés à établir un partenariat stratégique. Le montant des échanges entre les deux pays est d’environ cinq milliards de dollars par an et il estime qu’ils «sont intéressés à faire passer ce montant à 20 milliards de dollars». Le professeur fait également remarquer les points communs de la Russie et de l’Iran. «La Russie et l’Iran sont tous deux de grands producteurs de pétrole et de gaz… Les deux pays partagent la mer Caspienne, ce sont des voisins». Foad Izadi souligne aussi que les Etats-Unis «ne réduiront pas leurs activités hostiles à l’égard des deux pays». Il pense que la Russie et l’Iran le comprennent et renforceront leurs relations de manière croissante pour faire face à Washington.

Poutine lève l’interdiction de livrer à l’Iran du matériel pour l’enrichissement d’uranium

Les déclarations récentes de Vladimir Poutine ont confirmé un rapprochement entre la Russie et l’Iran et aujourd’hui, le président russe a signé un décret qui lève l’interdiction de livrer à l’Iran des équipements et des technologies d'enrichissement d'uranium qui sont directement liés à la modernisation de l'usine d'enrichissement d'uranium iranienne de Fordo et au réacteur nucléaire d’Arak. L’usine de Fordo doit être transformée en une entreprise de production d’isotopes stables à des fins médicales et industrielles. Le réacteur d’Arak doit également être modifié pour rendre impossible la production de plutonium militaire. La décision iranienne d’exporter vers la Russie de l’uranium faiblement enrichi découle de l’accord intervenu entre l’Iran est le groupe des 5+1 en juillet dernier. Conformément à cet accord, Téhéran doit se débarrasser de 98% de son uranium enrichi. L’Iran a en outre accepté de ne pas enrichir l’uranium à un taux supérieur à 3,67% pour les 15 ans à venir et de ne pas posséder plus de 300 kg de ce matériel.

Le réacteur d'Araq en Iran
Le réacteur d'Araq en Iran

«L'OPEP du gaz»

La raison officielle de la visite de l’homme fort du Kremlin à Téhéran, c’est la tenue du Forum des pays exportateurs de gaz qui se tient à Téhéran depuis le 21 novembre et se terminera aujourd’hui. Il réunit les douze Etats-exportateurs du gaz naturel (Algérie, Bolivie, Venezuela, Egypte, Iran, Qatar, Libye, Nigéria, Emirats arabes unis, Russie, Trinidad et Tobago et Guinée équatoriale). Les participants au Forum ont pour objectif d’intensifier leur coordination politique en matière de coopération et d’investissements pour refuser toute diminution des prix du gaz.

Ce Forum a déjà été surnommé l’«OPEP du gaz». Il a été fondé à Téhéran en 2008. Ses membres disposent plus de 70% des stocks mondiaux du gaz, de 40% des gazoducs mondiaux et constituent 65% du commerce mondial du gaz liquide.

Vladimir Poutine et Ali Khamenei : c’est au peuple syrien de décider du destin de la Syrie

Le président russe a rencontré l'ayatollah Ali Khamenei, le guide suprême de la Révolution islamique, la position la plus élevée de la République islamique d'Iran. Les deux hommes ont discuté du règlement du conflit syrien qui, comme ils l’estiment, doit être résolu par les Syriens et ne peut pas être dicté de l’extérieur. A l'issue de leur rencontre, «les deux parties ont souligné l'unité de points de vue entre Moscou et Téhéran concernant le caractère inadmissible des tentatives extérieures de dicter les scénarios du règlement politique» du conflit en Syrie, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

La rencontre enytre Vladimir Poutine et Ali Khamenei © Alexeï Drouzhinine Source: RIA NOVOSTI
La rencontre enytre Vladimir Poutine et Ali Khamenei
 

L'arrivée de Poutine à Téhéran. Le cadeau spécial de Poutine pour l’Ayatollah Khamenei : Le Guide Suprême

L'arrivée de Poutine à Téhéran

Le cadeau spécial de Poutine pour l’Ayatollah Khamenei

 

Nov 23, 2015 14:37 UTC - IRIB – En marge de sa rencontre avec le Guide suprême de la révolution islamique, le vénérable Ayatollah Ali Khamenei, le Président russe Vladimir Poutine lui a offert l’un des plus anciens manuscrits du noble Coran.

Selon l’agence Tasnim, le canal Telegram du bureau de la préservation et de la publication des œuvres de l’Ayatollah Khamenei a écrit qu’en marge de cette rencontre, le Président russe Vladimir Poutine avait offert au Guide suprême de la révolution islamique un manuscrit du Coran des plus anciens.
 

Petite banniere 400x50

 

00:09 Publié dans Actualité, politique ou géopolitique, Iran, Syrie, Poutine, Moscou, Russie | Lien permanent | |  Imprimer |  Facebook | | | | Pin it!

23/11/2015

Lavrov: l'Occident peut se coincer quelque chose dans un nouveau rideau de fer

Excellent !

Déjà que les dirigeants occidentaux n'en ont pas, les castrés de la cervelle au service des Banksters !

Lavrov: l'Occident peut se coincer quelque chose dans un nouveau rideau de fer

Sergueï Lavrov

Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a posté sur son compte Facebook une des phrases de l'interview de Sergueï Lavrov qui sera diffusée prochainement.

Les pays de l'Occident "peuvent se coincer quelque chose" s'ils essayent de baisser un nouveau rideau de fer sur la Russie, a plaisanté le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview à la "Radio de la Russie".

"Je vous offre une phrase (…) tout de suite", a écrit sur le réseau social le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

"Une question: que pensez-vous de la déclaration selon laquelle des pays occidentaux font baisser un nouveau rideau de fer sur la Russie?

Lavrov: Quand ils vont faire baisser le rideau de fer, ils pourront se coincer quelque chose", a déclaré Sergueï Lavrov cité par Maria Zakharova.

 

 

L'aviation russe a réalisé 141 sorties et détruit 472 cibles en Syrie

Voir aussi :

L'aviation russe a réalisé 141 sorties et détruit 472 cibles en Syrie

Tu-160 russe

Les avions russes ont effectué ces deux derniers jours 141 sorties et détruit 472 cibles liées aux terroristes en Syrie, a annoncé lundi le porte-parole officiel du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov.

"Les avions du groupe aérien russe en Syrie ont réalisé 141 sorties et frappé 472 sites terroristes dans les provinces d'Alep, de Damas, d'Idleb, de Lattaquié, de Raqqa, d'Hama, d'Homs et de Deir ez-Zor", a fait savoir Igor Konachenkov.