Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2014

GAZA/Israël : Le conflit reprend faute pour Israël d'accepter toutes les conditions du Hamas !

Après une courte trêve unilatérale de Tsahal sur les attaques air, terre, mer, dirigées contre la Bande de Gaza sans remplir toutes les conditions du cessez le feu, demandées par le Hamas, les opérations de Tsahal ont repris ! L'état sioniste entend se contenter des accords proposés par les Egyptiens qui ne tiennent pas compte des revendications du Hamas.

Il faut dire aussi que Kerry a été mandaté au Caire par Obama, ce qui pourrait avoir fait réfléchir l'état sioniste sur sa décision de suspendre ses opérations !

Obama a-t-il promis encore de larges dons à l'état sioniste ?

Déjà en juin dernier, Kerry avait apporté la somme de 576 dollars à Al-Sissi, leur nouveau pion mis en place en Egypte et qui ne peut pas être autrement que partial vis-à-vis des Palestiniens.

23 juin 2014 - ÉGYPTE Kerry au Caire et dégel des aides américaines

"Kerry apporte 576 millions de dollars", titre le journal égyptien. "Le chef de la diplomatie américaine John Kerry a effectué le 22 juin la première visite en Egypte d'un responsable américain de haut niveau depuis la prise de fonction du nouveau président, le maréchal Abdelfattah Al-Sissi. Cela coïncide avec le dégel de 576 millions de dollars d'aides américaines", explique le journal. Les Américains avaient partiellement bloqué leurs aides après le renversement par l'armée de l'ex-président islamiste Mohamed Morsi et la vague de répression qui s'était ensuivie. Cette visite intervient à la veille du déplacement de John Kerry à Bagdad, où il tentera ce lundi de convaincre le Premier ministre de former un gouvernement d'union nationale.

http://www.courrierinternational.com/breve/2014/06/23/ker...

Dossier: Le conflit au Proche-Orient

Israël/Gaza: Tsahal suspend ses opérations
12:42 15/07/2014
TEL AVIV, 15 juillet - RIA Novosti

L'armée israélienne (Tsahal) a suspendu ses actions militaires dans la bande de Gaza, a annoncé mardi le porte-parole de l'armée Peter Lerner.

"En conformité aux directives du gouvernement, l'Armée de  Défense d'Israël a actuellement cessé le feu. Nous restons vigilants et sommes aussi bien prêts tant à défendre qu'à attaquer", a déclaré le porte-parole.

"Si l'organisation terroriste Hamas tire sur Israël, nous riposterons", a-t-il souligné.

Auparavant, Tel Aviv a annoncé qu'il acceptait la trêve proposée par l'Egypte.

Le plan de paix avancé par l'Egypte, médiateur traditionnel entre Israël et l'enclave palestinienne, propose un cessez-le-feu bilatéral et des négociations au Caire.

Le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a rejeté la trêve faute d'un accord exhaustif prévoyant l'arrêt des bombardements, la fin du blocus de Gaza établi en 2006, l'ouverture du poste-frontalier de Rafah avec l'Egypte et la libération de prisonniers palestiniens.

http://fr.ria.ru/world/20140715/201822872.html

 

PO: Israël reprend ses frappes sur Gaza

Dossier: Le conflit au Proche-Orient

PO: Israël reprend ses frappes sur Gaza
17:22 15/07/2014
TEL AVIV, 15 juillet - RIA Novosti
Israël a rompu le cessez-le-feu unilatéral introduit mardi matin suite aux tirs de roquettes palestiniennes, a appris l'agence RIA Novosti auprès du service de presse de l'armée israélienne.

"Nous avons relancé l'offensive, les détails seront communiqués par la suite", a expliqué l'interlocutrice de l'agence. 

Depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, 35 roquettes palestiniennes ont été tirées sur le sud, le centre et le nord de l'Etat hébreu. 

Mardi matin, Israël a accepté la trêve proposée par l'Egypte, médiateur traditionnel entre l'Etat hébreu et les islamistes du Hamas, et prévoyant des négociations au Caire entre les parties en conflit.

© RIA Novosti.

Les islamistes palestiniens au pouvoir dans la bande de Gaza ont rejeté l'offre faute d'un accord exhaustif prévoyant l'arrêt des bombardements, la fin du blocus de Gaza établi en 2006, l'ouverture du poste-frontalier de Rafah avec l'Egypte et la libération de prisonniers palestiniens.

 

Gaza/Israël/ Haïfa: le Hezbollah fête un anniversaire ...

mardi, 15 juillet 2014 10:14

Haïfa: le Hezbollah fête un anniversaire ...

 
 
 
 
IRIB- En ce huitième jour de la guerre contre Gaza, les brigades Qassam ont tiré plusieurs missiles R160 contre la ville "désormais" bien accessible de Haïfa . le port stratégique est situé à 140 kilomètres du nord de la bande de Gaza. mais ce 15 juillet rappelle un évenement particulier : en 2006, le Hezbollah, alors en pleine guerre contre Israël a tiré ses missiles Raad et Kheybar contre Haïfa. à l'époque personne ne croyait que la Résistance palestinienne, munie de cailloux puisse un jour viser Haïfa ...
 
 
 

Scoop ! GAZA ! L'état sioniste criminel a perdu la guerre contre la résistance armée de Gaza !

Vous ne lirez jamais tout cela dans les merdias européens et vous allez bientôt savoir pourquoi !

La démission immédiate de Benyamin Netanyahu est demandée car il a sous-estimé les capacités de l'armée de la résistance, les brigades d'Ezzeddin Qassam, que les juifs ont été mis en danger, car Israël a été touché par plusieurs missiles ainsi que leurs centrales nucléaires sur lesquelles il faut craindre des fuites !

Restez à l'écoute mais pour l'instant deux premières infos : 

L'opération «Bordure de protection » a échoué (vice-Ministre israélien de la guerre)

IRIB- Selon le site d'information,  Palestine al-Youm, le vice-ministre  israélien de la guerre Dany Danon a avoué que l'opération de «Bordure de protection »  contre Gaza a échoué. Après l'acceptation par le régime sioniste du plan du cessez-le-feu proposé par l'Egypte, le vice-Ministre israélien de la guerre a avoué que l'opération contre la bande de Gaza qui a duré 8 jours a échoué. Il a réclamé, par la suite, la démission immédiate du premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu.  Il a dit également que  L'acceptation du cessez-le-feu est une gifle infligée aux Israéliens.

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/332951-l-op%...


Gaza: L'armée israélienne lève les mains!!

IRIB-  L'armée du régime israélien  a suspendu ses actions militaires dans la bande de Gaza, a annoncé mardi le porte-parole de l'armée Peter Lerner. "En conformité aux directives du gouvernement, l'Armée de  Défense d'Israël a actuellement cessé le feu. Nous restons vigilants et sommes aussi bien prêts tant à défendre qu'à attaquer", a déclaré le porte-parole. "Si  Hamas tire sur Israël, nous riposterons", a-t-il souligné. Auparavant, Tel Aviv a annoncé qu'il acceptait la trêve proposée par l'Egypte. Pour sa part, le mouvement de la résistance islamique Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, a rejeté la trêve faute d'un accord exhaustif prévoyant l'arrêt des bombardements, la fin du blocus de Gaza établi en 2006, l'ouverture du poste-frontalier de Rafah avec l'Egypte et la libération de prisonniers palestinien

En vertu de ce projet  du cessez-le-feu proposé par l'Egypte prévoit :

- Israël arrête ses attaques contre la bande de Gaza, depuis mer, air et mer, et qu'il n'y aura aucune offensive terrestre  à Gaza et que les citoyens ne seront pas visés par des attaques d'Israël.

- les groupes de la résistance palestiniens stopperont toutes leurs attaques de représailles, depuis Gaza, contre les territoires occupés. Ces attaques comportent des attaques terrestres, aériennes, et maritimes. Les tirs de divers types de missiles aussi devront être stoppés.

- les points de passage (à Gaza) seront ouverts et la circulation des personnes et des marchandises sera facilités par la stabilisation de la situation sécuritaire.

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/332944-l-arm...s


 

Le président chinois arrive au Brésil pour un sommet des BRICS

 

2014-07-15 01:30:54  xinhua

Le président chinois Xi Jinping est arrivé lundi à Fortaleza au Brésil pour participer à un sommet des BRICS.

Le 6e sommet des BRICS, un groupe d'économies émergentes composé du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud, se déroulera les 15 et 16 juillet au Brésil.

Les pays des BRICS représentent 21% de la production économqiue globale et ont contribué à plus de 50% de la croissance économique au cours de la dernière décennie.

Ayant pour thème "Croissance inclusive : solutions durables", le sommet de cette année verra la participation du président Xi, de son homologue brésilienne Dilma Rousseff, du président russe Vladimir Poutine, du chef d'Etat sud-africain Jacob Zuma, ainsi que du Premier ministre indien Narendra Modi.

Par ailleurs, ils rencontreront les dirigeants de l'Union des pays sud-américains, lors du sommet.

C'est la deuxième fois que M. Xi participe au sommet des BRICS et il s'agit également de sa seconde visite en Amérique latine depuis qu'il est président du pays l'an dernier.

Sa participation est largement considérée comme pouvant promouvoir la coopération parmi les pays des BRICS et accroître les relations bilatérales entre la Chine et les pays d'Amérique latine.

Plus tôt, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Li Baodong a estimé que le récent ralentissement de la croissance économique dans les pays des BRICS était fondamentalement différent de la crise financière qui a frappé les pays occidentaux. Les économies des BRICS jouissent des bases solides, de nombreux instruments de politique et de grands potentiels de croissance, a-t-il souligné. 

Durant sa visite au Brésil, le président chinois aura des discussions avec son homologue brésilienne Mme Rousseff, rencontrera des députés brésiliens et prononcera un important discours au Parlement brésilien.

Les deux pays signeront une série de documents sur la coopération dans les domaines tels que le commerce, les finances, les infrastructures, la science, les technologies et l'éducation.

L'année 2014 marque le 40e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Brésil.

Le Brésil est une importante économie émergente et le plus grand pays en voie de développement dans l'hémisphère occidental. Il est également le premier pays en développement à nouer un partenariat stratégique avec la Chine et le pemier pays latino-américain à établir un partenariat stratégique global avec la Chine.

 

http://french.cri.cn/621/2014/07/15/302s392489.htm

Après l’alliance russo-chinoise, Poutine confirme l’alliance avec l’Amérique latine

Quand d'autres criminels nazis créent les divisions entre pays et fabriquent des génocides sanguinaires, Poutine joue la carte du rassemblement des pays dans l'intérêt de tous les peuples !

 

13 juillet, 13:46

Après l’alliance russo-chinoise, Poutine confirme l’alliance avec l’Amérique latine

Par La Voix de la Russie | Difficile à dire si ceux qui avaient parlé encore tout récemment d’isoler la Russie sur la scène internationale se sentent ridicules ou non (après tout ils sont bien habitués à l’être ces derniers temps), mais vraisemblablement ils le devraient…

La tournée de Vladimir Poutine en Amérique latine est un succès. Un grand succès. Et une nouvelle grande victoire géopolitique. De la même manière que celle qui a suivi la visite du président russe en Chine, en mai dernier. Cette dernière avait alors définitivement confirmé l’alliance entre la Russie et la Chine, en dépit des « efforts » occidentaux à saper cette alliance. Cette visite a pour rappel permis non seulement d’obtenir une nouvelle grande victoire géopolitique à la Russie mais également et sur le plan économique, a confirmé la diversification majeure de ses relations dans le domaine économique, notamment en ce qui concerne les livraisons de gaz, et qui a résulté en la signature d’un contrat gazier historique, prévoyant l’approvisionnement en gaz russe de l’Empire du Milieu pour les 30 prochaines années.

La meilleure réponse qui soit à l’Union européenne qui d’une manière infatigable (et comme toujours sous pression étasunienne) parlait de la nécessité d’une plus grande « indépendance énergétique » de l’UE vis-à-vis de la Russie (sans avoir véritablement de plan B). La Russie, elle, a préféré prendre les devants et l’initiative, et en signant ledit accord historique avec la Chine, a diversifié, et de quelle manière, son portefeuille clientèle. Après tout, les affaires sont les affaires. Mais en général, et étant quelqu’un pour qui l’entreprenariat n’est pas étranger, je peux dire qu’il est toujours préférable de faire des affaires avec quelqu’un dont on partage une vision commune et des valeurs proches. Justement, la Russie et la Chine (sans oublier les autres pays des BRICS) partagent largement une vision commune sur l’avenir du monde et les relations internationales.

Pour revenir à l’Amérique latine, cette visite du leader russe fait déjà grand bruit dans le monde entier, l’Occident ne faisant pas exception. Avant d’arriver à Cuba, première étape de cette tournée latino-américaine, Vladimir Poutine a signé le décret annulant 90% de la dette de Cuba (datant de l’époque soviétique) d’un montant total de 35 milliards de dollars. Les 10% restant vont être remboursés par Cuba sur une période de dix ans, pour ensuite être réinvestis par la Russie à Cuba, dans bon nombre de projets communs. L’un de ces projets concerne la coopération dans le domaine pétrolier, en l’occurrence la recherche et l’exploitation pétrolière dans le golfe du Mexique. L’autre aspect de la coopération bilatérale concernera la création d’une base de ravitaillement à Cuba pour les navires russes. Comme l’a souligné le président russe à l’agence de presse internationale cubaine Prensa Latina,la coopération entre la Russie et Cuba revêt un caractère stratégique et est orientée sur le long terme. Vladimir Poutine a par ailleurs rencontré le Comandante et leader charismatique de la révolution cubaine, Fidel Castro, avec lequel il a eu un long entretien privé, qui a porté sur les questions internationales et l’état de l’économie mondiale.

La prochaine escale devait être l’Argentine, autre partenaire stratégique de la Russie dans la région, mais le président russe a décidé de modifier légèrement le plan de sa tournée, afin de passer d’abord par le Nicaragua, pays ami et allié de longue date de la Russie. Le président nicaraguayen Daniel Ortega a personnellement rencontré Vladimir Poutine à l’aéroport. Les discussions ont porté sur grand nombre de projets communs, dont la livraison de matériels agricoles russes, le déploiement des stations au sol du système russe de positionnement par satellites GLONASS sur le territoire du Nicaragua, la coopération dans le domaine de la pharmacologie, ainsi que la création d’une base d’approvisionnement de navires russes.

Après donc le Nicaragua, le président russe se rendra comme prévu en Argentine où il rencontrera la présidente du pays Cristina Fernandez de Kirchner. Les relations russo-argentines actuelles sur le plan politique, économique, commercial et culturel battent leur plein et ne cessent d’aller de l’avant. Après l’Argentine, Poutine se rendra au Brésil, leader de la région, également partenaire stratégique de la Russie et membre des BRICS. Au Brésil, plusieurs rencontres sont prévues, les deux pays ayant d’importants projets économiques communs et une vision très proche sur l’actualité internationale. Par ailleurs, le président russe assistera à la finale de la Coupe du monde de football au Stade Maracana, à Rio de Janeiro. Le Brésil passera alors le relais à la Russie, qui accueillera la prochaine Coupe du monde de 2018.

Pour finir, revenons à ce que nous avons dit au début. Certains n’ont toujours pas froid aux yeux de se ridiculiser constamment. C’est leur droit. Mais franchement et après cette tournée latino-américaine du leader russe, on a vraiment de quoi à se poser des questions sur l’état mental de certains leaders occidentaux et plus globalement de l’élite politique occidentale, ainsi que de leurs marionnettes.

Quant aux amis de la Russie, ils ne manquent pas : Cuba, le Nicaragua, l’Argentine, le Brésil, sans oublier bien sûr les autres alliés de la Russie que sont le Venezuela, la Bolivie, l’Equateur ou encore l’Uruguay, et le tout uniquement dans le cadre d’une région, en l’occurrence l’Amérique latine. Cela sans parler des alliés et partenaires stratégiques de la Russie au niveau de l’Union eurasienne avec les pays issus de l’Empire russe et l’ex-URSS. Sans parler des poids lourds que sont la Chine et l’Inde, ainsi que les autres pays des BRICS. Sans parler des amis de la Russie en Afrique et dans le monde arabe. Et quelqu’un parle encore « d’isoler » la Russie ? A ce rythme, ceux qui parlent constamment et d’une manière hystérique, d’isoler tout le monde (tout en restant une minorité) finiront très rapidement eux-mêmes isolés. Et c’est leur choix. La dure réalité, pour cette même minorité, du nouveau monde. Un nouveau monde qu’ils finiront par accepter, qu’ils le veuillent ou non… /N


Source : http://french.ruvr.ru/2014_07_13/Apres-l-alliance-russo-c...