Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2014

Le président chinois arrive au Brésil pour un sommet des BRICS

 

2014-07-15 01:30:54  xinhua

Le président chinois Xi Jinping est arrivé lundi à Fortaleza au Brésil pour participer à un sommet des BRICS.

Le 6e sommet des BRICS, un groupe d'économies émergentes composé du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud, se déroulera les 15 et 16 juillet au Brésil.

Les pays des BRICS représentent 21% de la production économqiue globale et ont contribué à plus de 50% de la croissance économique au cours de la dernière décennie.

Ayant pour thème "Croissance inclusive : solutions durables", le sommet de cette année verra la participation du président Xi, de son homologue brésilienne Dilma Rousseff, du président russe Vladimir Poutine, du chef d'Etat sud-africain Jacob Zuma, ainsi que du Premier ministre indien Narendra Modi.

Par ailleurs, ils rencontreront les dirigeants de l'Union des pays sud-américains, lors du sommet.

C'est la deuxième fois que M. Xi participe au sommet des BRICS et il s'agit également de sa seconde visite en Amérique latine depuis qu'il est président du pays l'an dernier.

Sa participation est largement considérée comme pouvant promouvoir la coopération parmi les pays des BRICS et accroître les relations bilatérales entre la Chine et les pays d'Amérique latine.

Plus tôt, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Li Baodong a estimé que le récent ralentissement de la croissance économique dans les pays des BRICS était fondamentalement différent de la crise financière qui a frappé les pays occidentaux. Les économies des BRICS jouissent des bases solides, de nombreux instruments de politique et de grands potentiels de croissance, a-t-il souligné. 

Durant sa visite au Brésil, le président chinois aura des discussions avec son homologue brésilienne Mme Rousseff, rencontrera des députés brésiliens et prononcera un important discours au Parlement brésilien.

Les deux pays signeront une série de documents sur la coopération dans les domaines tels que le commerce, les finances, les infrastructures, la science, les technologies et l'éducation.

L'année 2014 marque le 40e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Brésil.

Le Brésil est une importante économie émergente et le plus grand pays en voie de développement dans l'hémisphère occidental. Il est également le premier pays en développement à nouer un partenariat stratégique avec la Chine et le pemier pays latino-américain à établir un partenariat stratégique global avec la Chine.

 

http://french.cri.cn/621/2014/07/15/302s392489.htm

Après l’alliance russo-chinoise, Poutine confirme l’alliance avec l’Amérique latine

Quand d'autres criminels nazis créent les divisions entre pays et fabriquent des génocides sanguinaires, Poutine joue la carte du rassemblement des pays dans l'intérêt de tous les peuples !

 

13 juillet, 13:46

Après l’alliance russo-chinoise, Poutine confirme l’alliance avec l’Amérique latine

Par La Voix de la Russie | Difficile à dire si ceux qui avaient parlé encore tout récemment d’isoler la Russie sur la scène internationale se sentent ridicules ou non (après tout ils sont bien habitués à l’être ces derniers temps), mais vraisemblablement ils le devraient…

La tournée de Vladimir Poutine en Amérique latine est un succès. Un grand succès. Et une nouvelle grande victoire géopolitique. De la même manière que celle qui a suivi la visite du président russe en Chine, en mai dernier. Cette dernière avait alors définitivement confirmé l’alliance entre la Russie et la Chine, en dépit des « efforts » occidentaux à saper cette alliance. Cette visite a pour rappel permis non seulement d’obtenir une nouvelle grande victoire géopolitique à la Russie mais également et sur le plan économique, a confirmé la diversification majeure de ses relations dans le domaine économique, notamment en ce qui concerne les livraisons de gaz, et qui a résulté en la signature d’un contrat gazier historique, prévoyant l’approvisionnement en gaz russe de l’Empire du Milieu pour les 30 prochaines années.

La meilleure réponse qui soit à l’Union européenne qui d’une manière infatigable (et comme toujours sous pression étasunienne) parlait de la nécessité d’une plus grande « indépendance énergétique » de l’UE vis-à-vis de la Russie (sans avoir véritablement de plan B). La Russie, elle, a préféré prendre les devants et l’initiative, et en signant ledit accord historique avec la Chine, a diversifié, et de quelle manière, son portefeuille clientèle. Après tout, les affaires sont les affaires. Mais en général, et étant quelqu’un pour qui l’entreprenariat n’est pas étranger, je peux dire qu’il est toujours préférable de faire des affaires avec quelqu’un dont on partage une vision commune et des valeurs proches. Justement, la Russie et la Chine (sans oublier les autres pays des BRICS) partagent largement une vision commune sur l’avenir du monde et les relations internationales.

Pour revenir à l’Amérique latine, cette visite du leader russe fait déjà grand bruit dans le monde entier, l’Occident ne faisant pas exception. Avant d’arriver à Cuba, première étape de cette tournée latino-américaine, Vladimir Poutine a signé le décret annulant 90% de la dette de Cuba (datant de l’époque soviétique) d’un montant total de 35 milliards de dollars. Les 10% restant vont être remboursés par Cuba sur une période de dix ans, pour ensuite être réinvestis par la Russie à Cuba, dans bon nombre de projets communs. L’un de ces projets concerne la coopération dans le domaine pétrolier, en l’occurrence la recherche et l’exploitation pétrolière dans le golfe du Mexique. L’autre aspect de la coopération bilatérale concernera la création d’une base de ravitaillement à Cuba pour les navires russes. Comme l’a souligné le président russe à l’agence de presse internationale cubaine Prensa Latina,la coopération entre la Russie et Cuba revêt un caractère stratégique et est orientée sur le long terme. Vladimir Poutine a par ailleurs rencontré le Comandante et leader charismatique de la révolution cubaine, Fidel Castro, avec lequel il a eu un long entretien privé, qui a porté sur les questions internationales et l’état de l’économie mondiale.

La prochaine escale devait être l’Argentine, autre partenaire stratégique de la Russie dans la région, mais le président russe a décidé de modifier légèrement le plan de sa tournée, afin de passer d’abord par le Nicaragua, pays ami et allié de longue date de la Russie. Le président nicaraguayen Daniel Ortega a personnellement rencontré Vladimir Poutine à l’aéroport. Les discussions ont porté sur grand nombre de projets communs, dont la livraison de matériels agricoles russes, le déploiement des stations au sol du système russe de positionnement par satellites GLONASS sur le territoire du Nicaragua, la coopération dans le domaine de la pharmacologie, ainsi que la création d’une base d’approvisionnement de navires russes.

Après donc le Nicaragua, le président russe se rendra comme prévu en Argentine où il rencontrera la présidente du pays Cristina Fernandez de Kirchner. Les relations russo-argentines actuelles sur le plan politique, économique, commercial et culturel battent leur plein et ne cessent d’aller de l’avant. Après l’Argentine, Poutine se rendra au Brésil, leader de la région, également partenaire stratégique de la Russie et membre des BRICS. Au Brésil, plusieurs rencontres sont prévues, les deux pays ayant d’importants projets économiques communs et une vision très proche sur l’actualité internationale. Par ailleurs, le président russe assistera à la finale de la Coupe du monde de football au Stade Maracana, à Rio de Janeiro. Le Brésil passera alors le relais à la Russie, qui accueillera la prochaine Coupe du monde de 2018.

Pour finir, revenons à ce que nous avons dit au début. Certains n’ont toujours pas froid aux yeux de se ridiculiser constamment. C’est leur droit. Mais franchement et après cette tournée latino-américaine du leader russe, on a vraiment de quoi à se poser des questions sur l’état mental de certains leaders occidentaux et plus globalement de l’élite politique occidentale, ainsi que de leurs marionnettes.

Quant aux amis de la Russie, ils ne manquent pas : Cuba, le Nicaragua, l’Argentine, le Brésil, sans oublier bien sûr les autres alliés de la Russie que sont le Venezuela, la Bolivie, l’Equateur ou encore l’Uruguay, et le tout uniquement dans le cadre d’une région, en l’occurrence l’Amérique latine. Cela sans parler des alliés et partenaires stratégiques de la Russie au niveau de l’Union eurasienne avec les pays issus de l’Empire russe et l’ex-URSS. Sans parler des poids lourds que sont la Chine et l’Inde, ainsi que les autres pays des BRICS. Sans parler des amis de la Russie en Afrique et dans le monde arabe. Et quelqu’un parle encore « d’isoler » la Russie ? A ce rythme, ceux qui parlent constamment et d’une manière hystérique, d’isoler tout le monde (tout en restant une minorité) finiront très rapidement eux-mêmes isolés. Et c’est leur choix. La dure réalité, pour cette même minorité, du nouveau monde. Un nouveau monde qu’ils finiront par accepter, qu’ils le veuillent ou non… /N


Source : http://french.ruvr.ru/2014_07_13/Apres-l-alliance-russo-c...

Le tango argentin de Vladimir Poutine

Et pendant ce temps-là Poutine, le meilleur VRP pour défendre les intérêts de son pays, cumule les réussites et participe au 6ème sommet des BRICS pour créer leur banque de développement pour écarter le dollar US et par la même occasion, Rothschild qui a la mais mise sur la FED, le FMI et toutes les banques mondiales ! 

Le tango argentin de Vladimir Poutine

Dossier: Vladimir Poutine en Amérique latine

Nezavissimaïa gazeta
11:26 14/07/2014
MOSCOU, 14 juillet - RIA Novosti
Après avoir visité Cuba, le Nicaragua et l'Argentine, Vladimir Poutine est arrivé hier au Brésil participer au 6e sommet des Brics qui se tiendra le 15 juillet à Fortaleza, écrit lundi 14 juillet le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Le président russe visite les pays latino-américains qui ont besoin de l'aide de la Russie.

Ainsi, à Cuba, première escale du parcours du chef de l'État, a vu 90% de sa dette envers la Russie être effacée - les 10% restants seront remboursés sur 10 ans en tranches semestrielles égales, et réinvestis dans l'économie cubaine. Il s'agissait d'une immense dette dépassant
35 milliards de dollars, dont 31,7 milliards effacés.

Au Nicaragua, où Poutine s'est rendu pour une visite non annoncée (son entretien avec le président Daniel Ortega était initialement prévu à La Havane), les parties ont évoqué la coopération multisectorielle pour le développement du pays.

Vladimir Poutine a promis de se pencher sur la question des fournitures de blé de Russie "pour satisfaire les besoins prioritaires" du pays. De plus, la Russie livrera au Nicaragua du matériel agricole, une base de maintenance, et elle pourrait y déployer des stations terrestres GLONASS (l'équivalent russe du GPS). Mais surtout, la Russie contribuera à la construction d'un grand canal interocéanique comme une alternative à celui de Panama.

Dans le cas de l'Argentine, la Russie a promis de nouveaux projets dans le secteur énergétique. Poutine a rappelé que plus de 20% de l'énergie hydroélectrique du pays étaient fabriqués avec des équipements russes et espère que les compagnies russes rejoindront activement le programme de modernisation et de construction de nouveaux barrages. Et l'accord signé sur la coopération pour l'utilisation du nucléaire pacifique posera les bases de la coopération russo-argentine en la matière.

Manifestement, l'Argentine devient un partenaire de premier plan pour la Russie en Amérique Latine, depuis que la présidente Cristina Fernandez de Kirchner s'est solidarisée avec la Russie vis-à-vis de la Crimée, reprochant à l'Occident d'utiliser des doubles standards quant aux référendums en Crimée et dans les îles Malouines. Moscou et Buenos Aires, tous les deux, adoptent également une attitude critique envers le système financier international.

Vladimir Poutine passera trois jours au Brésil. Hier, il a assisté à la finale de la Coupe du monde à Rio de Janeiro et a participé à la cérémonie symbolique du passage du relais du Mondial du Brésil à la Russie. Aujourd'hui, le président russe s'entretiendra avec son homologue Dilma Rousseff et rencontrera les représentants du milieu d'affaires.

Le 15 juillet, le président russe arrivera à Fortaleza où se tiendra le 6e sommet des Brics.

Les dirigeants du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud signeront plusieurs accords – sur la création d'une banque de développement des Brics et d'un pool de réserves de change. Le rôle de cette banque consistera à financer des projets d'infrastructure communs. Il est prévu de constituer à parts égales entre les cinq pays un capital de départ (50 milliards de dollars) et un fonds anticrise (100 milliards de dollars).

La Russie a également besoin de l'Amérique Latine. Le renforcement des relations avec cette région indique qu'elle a réussi à percer un certain isolement international.

 

14/07/2014

Je n'ai besoin de personne pour comprendre GAZA, la Cisjordanie, la Syrie et le Liban

Cartes pour mieux comprendre la situation en Palestine, en Syrie, en Cisjordanie et au Liban, et les colonies d'Israël qui ne cessent de s'étendre sur les pays arabes voisins !

Que dit la communauté internationale sur ces annexions illégales ? RIEN DU TOUT !

- Blocus de Gaza
- Pétrole et gaz
- Eau
- Réfugiés
- Démographie
- Colonies
- Cisjordanie
- Jérusalem
- Golan syrien occupé
- Ferme de Chebaa libanaise occupé.
Voir toutes les images : ICI

 
 
 
 
 
 

Arrêt sur Info a ajouté 19 photos.

 

Véronique Sonson rechante sa chanson pour les habitants de Gaza, perdus sous les pluies de bombes et abus de toutes sortes depuis 1947…

GUERRE A GAZA. Manif de Paris: Le Parisien pris en flagrant délit de mensonge grossier

Du nouveau dans les médias mensonges du Parisien quant à ce qui se serait passé lors de la manif en faveur de la Palestine, qui a eu lieu à Paris, hier, et que nous avions relaté dans notre article précédent : ICI

L'article paru dans le Parisien hier : Paris. Valls et Hidalgo dénoncent les violences contre les synagogues

Ce qui prouve :

1 - qu'aucun journaliste du Parisien n'était sur place,
2 - qu'ils rédigent des articles sur commande et à la demande du CRIF et du lobby sioniste français,
3 - qu'ils censurent les commentaires des participants à la manif,
4 - qu'ils pratiquent le racisme et l'antisémitisme sélectifs,
5- qu'ils ont "oublié volontairement" de dire que la LDJ s'était invitée à la manif pour jouer de la provocation contre les manifestants qui ont été insultés et avec lesquels ils ont provoqués des incidents,
6 - qu'ils ont inventé le slogan : "MORTS AUX JUIFS" alors que des juifs participaient à la manifestation.

Nous redressons la vérité apportée notamment par la personne qui a été interviewée lors de la manifestation et qui témoigne sur son profil Facebook.

La vidéo ci-dessous et les commentaires de GuedGued EspritCritique

Entendez-vous crier pendant l'interview "MORTS AUX JUIFS" ?

Le but de cette propagande infâme, est bien celui de réprimer les manifestations des français mécontents contre lesquels on envoie les milices sionistes pour fabriquer les troubles à l'ordre public ! Du reste lorsqu'on veut protéger la vie des nôtres quelle que soit sa race sa couleur et son appartenance religieuse, est-ce qu'il s'agit d'être pro-ceci ou pro-cela, ou s'agit-il simplement d'être HUMAINS ?

A Paris, des milliers de manifestants pro-palestiniens dans la rue

http://www.youtube.com/watch?v=ZiZG1gh_2bk

 
 
Plus de 30 000 manifestants et le Parisien parle de synagogue attaqué. Je me vois dans l'obligation de rectifier la vérité en commentaire sur leur torchon.

Encore une fois on parle d'acte isolé car c'est connu chez les médias "un arbre qui tombe fait toujours plus de bruit qu'une forêt qui pousse"
Sauf que cette fois ils inventent le son de l'arbre qui tombe.
 
Je démonte encore le mensonge :

Sur une vidéo posté sur YouTube "Manif de la haine, Paris 13 juillet 2014" (que vous trouvez en commentaire) un homme a filmé la foule en sous titrant un slogan purement fictif.

Provenant de son imagination ou son fantasme, il est à l'origine de la rumeur que vous trouvez dans les médias.
Pourtant il suffit de tendre l'oreille et ne pas se fier à ce qu'il y'a d'écrit.

La preuve, les slogans sont scandaient plusieurs fois et "mort aux juifs" serait glissé qu'une seule fois ?

Cette vidéo apporte aussi la preuve que parmi la foule se trouve des membres de la LDJ. Il faut donc faire attention.

GuedGued -

Nouvelle image (25).jpg